Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Forêts et société au Canada

 | 
Éric Glon

Du construit social aux transpositions spatiales

Une géographie imprégnée de productivisme

Texte intégral

Une cartographie de l’efficacité et de la puissance de la filière bois

1Les cartes ne sont jamais neutres. Celles que nous pouvons réaliser à propos des forêts et de la filière bois sont symptomatiques de l’importance et de la puissance de ces activités. Les données les plus courantes portent sur les superficies des forêts productives, la récolte de bois, les productions de chaque type d’industries, le nombre de salariés qu’elles emploient. Recensés aux niveaux provincial et fédéral, toujours évalués en volumes et en valeurs, ces chiffres portent également sur les livraisons et les exportations du secteur forestier. Par-delà ces quelques exemples, il apparaît clairement que les mises en carte les plus aisées sont celles qui ont trait aux résultats et aux performances de cette filière dans une optique résolument quantitative. Bien que cette optique soit intéressante, elle souffre d’insuffisances dont l’une est de taille. Le développement durable reposant en grande partie sur des critères qualitatifs, il est beaucoup plus délicat d’en envisager une cartographie car les données font défaut. La seule manière de compenser ce manque est de multiplier les travaux de terrain, ce qui dans un pays de 10 millions de kilomètres carrés distant de 5000 kilomètres environ de la France n’est pas évident. Il faut s’immerger dans les réalités provinciales pour les comprendre avant de déceler des expériences locales significatives de cette autre approche des forêts. Cela demande beaucoup de temps.

2Au-delà des réflexions sur les liens entre l’utilisation et la représentation de l’espace et le productivisme, nous avons procédé en deux étapes dans cette dernière partie. Le premier n’est autre que cette cartographie de différentes facettes du productivisme et des dimensions économiques de la filière bois. Cette démarche est intéressante car elle rend compte du poids qu’elle a dans ce pays. La deuxième étape consiste à aborder des initiatives allant dans le sens du développement durable. Nous avons un certain nombre d’exemples qui en témoignent. Nous les avons découverts tout au long de pratiquement 12 ans de travail et 14 séjours allant de deux semaines à un ou deux mois. C’est au Nouveau-Brunswick, au Québec, en Colombie-Britannique que nous nous sommes rendus le plus souvent mais aussi en Ontario, en Alberta et à l’île du Prince Édouard. L’habitude de séjourner sur place, de s’intégrer dans des réseaux ne permet pourtant pas de prétendre à l’exhaustivité, loin de là. Plutôt que d’exposer en détail toutes les expériences vers le durable que nous avons rencontrées, nous avons choisi d’en aborder quelques-unes. Nous en privilégions une à part entière. Elle concerne cette question de la réappropriation culturelle et territoriale par une Première Nation du centre de la Colombie-Britannique. Multipliant les initiatives de développement, les « Lil’wat » sont aujourd’hui confrontés au projet fédéral et provincial pour l’organisation des jeux olympiques d’hiver de 2010. Il est intéressant de voir comment ces autochtones tentent de faire valoir leurs droits face aux multiples aménagements que va susciter cette manifestation sportive internationale.

3S’il est difficile de cartographier cette avancée du développement forestier durable, comment celui-ci se concrétise t-il dans l’espace ? En perçoit-on déjà les traces visibles ? Nous pouvons répondre dès maintenant à ces questions. L’écriture spatiale des forêts durables ne se traduit pas par une application de ses différentes facettes sur un même espace. Elles ne se mêlent pas, ne s’interpénètrent pas, bien au contraire. N’imaginons pas que coexistent, par exemple, pour un même secteur forestier des zones exploitées et aménagées durablement, des secteurs protégés plus ou moins vastes et des zones d’activités récréatives de plein air, le tout géré de manière globale, complémentaire et intégrée. Nous avons, au contraire, un zonage important dans lequel des espaces bien délimités se singularisent par une utilisation spécialisée. Chacun d’entre eux n’est pas pensé en complément de l’autre. Ils se juxtaposent sans lien apparent. Les forêts publiques exploitées par des compagnies privées voisinent, par exemple, des zones protégées qui à leur périphérie voient se développer les activités récréatives. Se surimposent à tout cela, les territoires qui sont revendiqués par les Indiens. Un parc provincial ou fédéral où les écosystèmes sont protégés et où ONG et autorités gouvernementales collaborent pour éduquer à l’environnement peut parfaitement être contigu à une zone de coupe à blanc. Cette marqueterie renvoie à l’état du système forestier canadien et du construit à propos du développement durable. À l’absence de vision globale de la part des différents acteurs correspond une absence de gestion globale des forêts durables. La distinction des espaces forestiers selon l’usage qui en est fait renvoie à l’état du système forestier à un moment donné. Le zonage est symptomatique des tensions et des intérêts différents qui agitent ce socio-système. Les autorités provinciales sont omniprésentes car elles possèdent les terres forestières et contrôlent la décision politique. Sous les pressions des grandes entreprises de la filière bois, des ONG et des Premières Nations, les Provinces orientent les usages de chacun en leur donnant plus ou moins satisfaction. Dès que les environnementalistes obtiennent une extension des aires protégées sur des terres de la Province ou grâce à une initiative du pouvoir fédéral, les entreprises de la filière bois réclament des compensations et de nouvelles forêts à exploiter. L’île de Vancouver, à l’extrême ouest du Canada, est, à titre d’exemple, au cœur de ce bras de fer entre des intérêts radicalement différents. Les tensions sont d’autant plus vives dans cette partie du Canada, qu’elle abrite une bonne partie des forêts pluviales océaniques souvent anciennes. Les enjeux politiques ne sont jamais absents de ces rapports de force autour des forêts. Quatre des principales compagnies forestières (International Forest Products, Weyerhaeuser, Timberwest Forest Corporation, West Fraser Mills, Ltd) présentes en Colombie-Britannique figurent parmi les principaux donateurs du parti libéral ou conservateur. L’assouplissement de la politique des forêts durables par les libéraux après leur retour au pouvoir en 2001 nourrit de nombreuses protestations des ONG. Elles y perçoivent une manière pour le gouvernement de contrebalancer le généreux soutien financier des entreprises de la filière bois lors de la dernière campagne électorale. Révélateurs des applications difficiles et chaotiques du développement durable, les espaces forestiers ne traduisent pas que cela. Ce qui est ici singulier n’est autre que cette capacité à jouer avec les immensités. Pourquoi et comment ?

Du recours aux immensités spatiales pour perpétuer le productivisme

4En comptant sur d’aussi vastes étendues forestières, les Canadiens ont trouvé le moyen de perpétuer le productivisme et d’en occulter les méfaits. L’exploitation s’est reportée sur des zones qui n’avaient pas encore été sollicitées ou très peu à partir de foyers initiaux où les prélèvements laissaient parfois apparaître des stigmates. Plusieurs exemples illustrent notre propos. Le premier d’entre eux concerne la Colombie-Britannique. Les zones de coupe se sont d’abord concentrées sur l’île de Vancouver et le long du littoral provincial. Les colons prélèvent d’abord les plus beaux arbres dans les forêts pluviales océaniques anciennes avant d’intensifier progressivement les abattages. Le chemin de fer permet d’accéder à des fonds de vallée plus reculés à la fin du XIXe siècle. Le bois est acheminé vers les usines de transformation qui se localisent surtout dans le sud-ouest avec en particulier Vancouver. Sous l’effet de l’exploitation, ces forêts opulentes sont naturellement remplacées par des couverts plus jeunes et de moindre qualité. Une partie d’entre eux a de nouveau été exploitée ou est sur le point de l’être (B. MacGilliway, op cité). C’est à partir du moment où le niveau de la récolte en bois des régions littorales tend à diminuer dans la seconde moitié des années 1970 alors que la demande en bois est importante, que l’exploitation va progressivement se déplacer vers l’intérieur. Elle y est déjà présente mais y prend plus d’ampleur dans des peuplements qui sont moins riches. Les volumes abattus dans les régions continentales dépassent ceux obtenus dans les parties côtières et insulaires en 1976. Dans le même temps, les coupes continuent dans les forêts pluviales océaniques qui n’avaient pas encore été exploitées par les colons et leurs descendants. Plus de 70 % de celles-ci ont disparu sur l’île de Vancouver et plus de 50 % dans les régions côtières de la province (E. May, 2005). Plus de 80 % de ces peuplements étaient encore inscrits en zones commerciales à la fin des années 1990, soit 18 millions d’hectares environ (P. Marchak et alii, op cité). Si 10 % des superficies forestières sont actuellement protégées en Colombie-Britannique, dont 7 % environ sur l’île de Vancouver, les convoitises industrielles demeurent fortes dans cette région tout comme dans la partie littorale de la province. Cet ensemble fournit toujours 30 % de la récolte annuelle de bois contre 70 % pour l’intérieur (B. MacGilliway, op cité). Bien que perceptibles, les stigmates du productivisme seraient sans doute plus accentués dans la partie orientale si les forestiers colombiens n’avaient pu reporter l’exploitation dans l’arrière-pays provincial.

5Le deuxième exemple qui nous permet de voir comment les Canadiens ont joué avec l’espace n’est autre que le Québec. Les établissements de la filière bois se concentrent essentiellement le long de l’axe du Saint-Laurent entre Québec et Montréal ou à ses abords surtout vers le sud (carte 2). Dans cette partie souvent dénommée corridor qui est le cœur démographique et économique de la belle province, se localisent les industries du bois et du contreplaqué, des pâtes et papiers ainsi que du meuble. Plus rares et plus disséminées vers le Québec septentrional, les implantations se manifestent encore sous la forme de scieries et parfois d’unités papetières. Deux secteurs apparaissent à part vers le nord et en dehors du corridor. Nous distinguons d’abord le lac Saint-Jean et la rivière du même nom avec les centres de Chicoutimi, Dolbeau ou Saint-Félicien. Plus vers l’ouest, la seconde concentration est celle d’Abitibi Témiscamingue. Deux groupes papetiers, dont le rayonnement dépasse largement le Québec, ont vu le jour dans cette région : Noranda et Abitibi. Seules quelques localités apparaissent au-delà du 49e parallèle, c’est-à-dire aux environs du 50e. Citons Chibougamau et Matagami autour des lacs portant le même nom que ces localités avec quelques scieries. Dans cette région s’esquisse la forêt boréale ouverte. Celle-ci se généralise à partir du 52e pour s’étendre jusqu’au 55e, voire parfois au-delà vers le nord. En dehors du corridor et de ses abords, de la frontière avec les États-Unis et des quelques localisations que nous venons de mentionner, se distingue vers l’est la région de Matane. De là jusqu’à la limite avec le Nouveau-Brunswick, le secteur est marqué par une bonne implantation des industries du bois.

Carte 2 – Forêts et filière bois au Québec

Carte 2 – Forêts et filière bois au Québec

Des industries qui se concentrent dans le sud, une exploitation forestière qui s’étend vers le nord.

6Tout comme l’ensemble des activités de la filière, les zones d’exploitation forestière se concentrent dans la partie méridionale de la province. C’est celle qui a été le plus précocement sollicitée mais les coupes sont loin de se cantonner à ce seul secteur. Elles s’étendent de manière de plus en plus importante vers le nord. Devenues vitales pour l’approvisionnement en matière première, ces régions sont aussi celles où s’étend la forêt boréale. Riche en conifères dont les épicéas, elles suscitent bien des convoitises de la part des industries forestières en particulier papetières. Le nord, espace de prélèvement (J. Chaussade, 1995) alimente de plus en plus le sud où se localise la transformation industrielle. Cette disjonction ne se dément pas. Elle s’accentue. Si les terres privées sont massivement présentes dans le Québec méridional, soit dans l’axe laurentien et au sud de celui-ci, il n’en est pas de même vers le nord. Les forêts sont essentiellement des propriétés provinciales. Ne reculant devant rien et surtout pas devant les intérêts économiques des entreprises forestières, les autorités publiques leur ont octroyé des droits de coupe entre le 52e et le 54e parallèle. Amorcé dans les années 1990, ce mouvement d’extension que les Québécois appellent aussi les Contrats d’Exploitation et d’Aménagement Forestier (CAAF) a gagné la forêt boréale ouverte. Elle était encore exclue des zones dites commerciales à la fin des années 1970 (A. Lafond, 1979). L’abattage des arbres est ainsi devenu possible dans des peuplements essentiellement composés d’épinettes (épicéas) noires qui sont plus fragiles et très discontinus en raison de l’emprise du froid.

7Un autre aspect de la sollicitation des espaces forestiers réside non plus dans les extensions des aires de coupe. Il apparaît davantage dans l’intensification de la demande en bois au sein de domaines aux superficies inchangées. Ces besoins croissants en matière première se sont progressivement reportés sur l’ensemble des différents types de propriétés existantes. C’est le cas, par exemple, au Nouveau-Brunswick. De petite taille et au relief assez tabulaire, cette province a connu, comme berceau originel de la colonisation européenne, une exploitation plus précoce qu’ailleurs au Canada de forêts omniprésentes. Elles couvrent 6 millions d’hectares, soit 85 % de l’espace provincial. Une telle part, en données relatives, est inégalée au Canada. Le Nouveau-Brunswick est aussi la province où les forêts productives représentent la part la plus élevée de la superficie forestière totale (97 %). Si les conifères dominent largement (45 %), les feuillus sont bien représentés soit dans les aires où ils dominent nettement (28 %), soit dans les peuplements mixtes (27 %). Représentant 6 % des superficies forestières à l’échelle du Canada, la part des propriétés privées atteint 51 % dans la province de l’Atlantique. Elles se manifestent sous la forme de lots boisés souvent de petite taille ou de vastes domaines appartenant aux entreprises de la filière bois. La pression sur la ressource demeure très forte surtout en raison des besoins de l’industrie papetière. La récolte égale ou dépasse régulièrement les Possibilités Annuelles de Coupe (PAC) comme en 2002 dans le premier cas ou en 2004 dans le second. Une telle convoitise se manifeste surtout pour les conifères, c’est-à-dire les espèces de bois tendres, tant prisés par les entreprises de pâtes à papier, de papiers et de cartons. La demande est beaucoup moins forte pour les feuillus au point que les volumes récoltés sont ici inférieurs aux PAC. Comme les entreprises de la filière bois sollicitent déjà beaucoup les forêts en propriétés propres ou en permis de coupe sur les terres provinciales, ces compagnies ont cherché ailleurs. Non contentes de ce qu’elles ont déjà, elles s’adressent aux détenteurs de lots boisés privés pour satisfaire leurs besoins en matière première. Ravis d’une telle opportunité et attirés par l’appât du gain, ces propriétaires forestiers ont intensifié l’exploitation sur leurs terres partout dans la province depuis le début des années 1980. Le résultat ne s’est pas fait attendre puisque la récolte y dépasse souvent ce qui acceptable dans le cadre des PAC.

8Toutes les provinces canadiennes n’ont pas un secteur forestier aussi développé les unes que les autres. Des disparités spatiales existent. Quelles sont-elles ?

Table des illustrations

Titre Carte 2 – Forêts et filière bois au Québec
Légende Des industries qui se concentrent dans le sud, une exploitation forestière qui s’étend vers le nord.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14990/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540