Version classiqueVersion mobile

Forêts et société au Canada

 | 
Éric Glon

Forêts et construit social ou la controverse de la chouette tâchetée

Des forêts durables indissociables d’un construit social complexe

Texte intégral

Qu’est ce qu’un construit social autour des forêts ?

1Un construit désigne l’action de bâtir, d’assembler, d’emboîter différents éléments afin de parvenir à un tout. Appliquée aux forêts, cette définition met en scène l’ensemble des intervenants qui participent aux débats, aux réflexions et actions à propos de la politique et des activités forestières. Un construit social repose d’une part sur des groupes d’acteurs et d’autre part sur un processus d’élaboration des décisions sur les forêts dont ils sont les principaux initiateurs. Mettant en valeur des réseaux de relation, des interventions et implications à différentes échelles, ce socio système est de nature résolument systémique. C’est la raison pour laquelle nous l’appelons fréquemment système forestier canadien. Composé d’acteurs aux intérêts souvent différents, il est animé de discussions, de tensions, de conflits et blocages dont émane une capacité ou une incapacité à établir un compromis à partir d’intérêts initialement divergents. Il génère toujours des initiatives mais ce cheminement du débat à l’action est très rarement consensuel. Nourrissant dans ce cas des coopérations, il peut aussi dans le cas inverse alimenter des insatisfactions d’autant que ce système est traversé par des enjeux de pouvoirs. Mécontents des déséquilibres qu’il engendre, certains acteurs dénoncent, critiquent ce qui est envisagé et font parfois part d’autres possibilités. Ce processus n’est pas exempt d’aspects propagandistes, de manipulations mais aussi d’une dynamique de propositions et de contre-pouvoir. Comprendre et décrypter les différentes facettes de ce construit social est indispensable. Des décisions qui sont prises par ce socio système émergent les modalités d’exploitation et d’aménagement des forêts ainsi que les différents usages qui en sont faits. Contentons-nous de quelques exemples. Tel territoire peut faire l’objet d’une mesure de protection. Tel autre peut davantage être dévolu aux grandes entreprises et à l’exploitation forestière. Dans le premier cas, la forêt est préservée souvent pour des superficies importantes. Dans le second cas, elle est régulièrement trouée de coupes à blanc. Des stratégies des entreprises dépend le sort de nombreuses communautés tributaires des activités de la filière bois. Des initiatives du socio système résultent des traces dans l’espace. Qu’en est-il à propos du Canada ?

2L’idée essentielle est que même dans ce pays immense où les forêts sont aussi présentes, il est impossible de les étudier sans s’immerger dans ce socio système. Elles ne dépendent pas uniquement du biologique mais sont aussi et de manière incontournable dans le social. Nous nous proposons d’insister sur les différents groupes d’acteurs, le processus d’élaboration des décisions dans cette troisième partie avant de faire la part belle aux implications spatiales dans la quatrième partie. Notre hypothèse est que les forêts durables sont le reflet d’une société, d’un contexte particulier et que l’un ne va pas sans l’autre. Autrement dit, sans ce construit social que nous invitons le lecteur à découvrir, il n’y aurait probablement pas cette nouvelle approche des forêts. C’est donc au nom de son expérience dans le domaine forestier, de l’implication de nombreux acteurs, de leur aptitude à se remettre en cause ou non face aux abus du productivisme que ce pays tente de changer de cap quant à la politique forestière depuis le début des années quatre-vingt-dix. Tout en étant largement tributaire de spécificités très actuelles, ce construit social dépend aussi de circonstances socio-historiques que nous avons largement analysées précédemment. Comment dans ces conditions, un socio système a t-il évolué et forge t-il tant bien que mal ce développement durable ?

Un socio système marqué par la montée en puissance des ONG et la quête difficile de compromis

Des revendications environnementales et autochtones qui renouvellent le système forestier canadien

3Les acteurs du système forestier canadien sont de deux types. Il y a d’abord ceux qui constituent la sphère décisionnelle simplement parce que toutes les décisions en émanent (tableau 15). Les grandes entreprises de la filière bois y incarnent la logique de marché. Elles considèrent surtout les forêts comme une source de matière première qui est nécessaire en grandes quantités et à des coûts raisonnables. Les autorités fédérales et provinciales représentent la logique politique. Les premières fixent les grandes lignes de la politique forestière du pays. Les secondes en reprennent l’esprit mais sont maîtresses à bord pour toutes les décisions qui concernent les forêts. Cette sphère décisionnelle, véritable structure technico politique (V. Berdoulay, O. Soubeyran, 2000) a mis en place le productivisme dès la seconde moitié du XIXe siècle. Avec l’assentiment du pouvoir central, les provinces organisent l’exploitation forestière en délivrant les permis de coupe sur de vastes étendues. La majorité d’entre eux vont à des compagnies du secteur forestier qui ne vont cesser de gagner en puissance. Cet accord tacite entre le pouvoir politique et la logique de marché incarnée par les entreprises ne se dément pas durant l’entre deux guerres. Le productivisme triomphe après 1945 et prospère jusqu’aux années soixante-dix, voire plus tard dans le cadre d’un compromis fordiste (R. Hayter, 2000, op cité, E. Glon, 1999, a). Les entreprises se montrent conquérantes sur des marchés extérieurs assez stables. Elles garantissent des salaires souvent élevés en période d’opulence avec des interventions fédérales très rares. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes, est-on tenté de dire. Chaque groupe d’acteurs de la sphère décisionnelle voit ses intérêts valorisés. Il n’y a donc aucune raison de se soucier du devenir des forêts autrement qu’en des termes très utilitaristes. Comme la demande en bois ne cesse d’augmenter, les autorités provinciales y font face en développant une sylviculture intensive avec la bénédiction du pouvoir central. Des années 1970 à 1997, les ententes fédéral/provincial associent les deux échelles du pouvoir politique pour développer les forêts cultivées et ainsi mieux répondre aux besoins des industries. Longtemps les représentants de la sphère décisionnelle agissent en maîtres quasi absolus. Le construit social est alors cantonné à une vision presque exclusivement industrielle des forêts. Elle est largement façonnée par le consensus qui unit la sphère politique et le monde des entreprises. S’ajoutent à cela les groupes de défense d’intérêts particuliers (tableau 15) avec surtout les syndicats d’employés dans les différentes industries de la filière bois. À l’instar du puissant « Industrial Wood and Allied Workers of Canada », Ils réclament souvent des augmentations de salaires et des primes qu’ils obtiennent surtout pendant le fordisme. Les associations d’entrepreneurs sont quelque peu différentes, tout en relevant aussi du particularisme catégoriel, dans la mesure où elles se regroupent pour peser encore plus dans des négociations mettent en jeu leurs intérêts. C’est le cas de l’association des industries papetières. Dans un cas comme dans l’autre, ces regroupements s’inscrivent dans l’orbite de la sphère décisionnelle. Ils tentent d’attirer son attention sur leur sort mais ils n’en contestent que très rarement le fonctionnement et la raison d’être. La sphère décisionnelle n’est plus seule pour dicter sa loi en matière de politique forestière. Elle doit composer avec les groupes de pression que sont les ONG. Tout en cherchant à se faire entendre de la structure technico politique comme les syndicats ou associations d’entreprises, il s’en distinguent sur un point fondamental : ils sont opposés au productivisme et en dénoncent les abus. Placés en dehors du champ décisionnel, ces groupes, qui sont en fait les Organisations Non Gouvernementales, font pression sur les décideurs pour que leurs revendications soient mieux prises en compte.

4Ces ONG sont de deux types. Il y a les organisations qui se situent dans le champ de la défense de l’environnement et qui incarnent une logique de préservation.

 

5Il y a aussi celles qui regroupent des natifs. Ils réclament la rétrocession des terres qu’ils jugent ancestrales et l’accès aux ressources dont les forêts. Ces associations incarnent plus la logique de réappropriation culturelle. Prenons d’abord les premières. Elles sont très nombreuses au niveau fédéral et provincial. La volonté de préserver la wilderness et les écosystèmes fait généralement l’unanimité. Encore faut-il remettre cette expression : protection de la nature, dans son contexte canadien. Il faut avoir en permanence à l’esprit que bien des secteurs encore très étendus de ce pays ne sont pas exploités intensivement et de manière industrielle par l’homme. Rien de comparable avec ce que nous pouvons trouver en France. Résultant de multiples aménagements et mises en valeur sur des siècles, les paysages y sont une marquetterie de traces ancrées dans l’histoire et marqués par le sceau de nombreuses phases d’expansion démographique. Ce n’est pas tant cette humanisation qui nous interpelle. Elle se manifeste de manière répétée au cours du temps selon des modalités différentes selon les régions et les sociétés. À titre d’exemple, les forêts françaises sont historiquement marquées par une multifonctionnalité sur un temps long (A. Corvol, 1984). Espaces de parcours pour le bétail, de collecte de bois de chauffage et du bois de construction, ils sont également des terrains de chasse, de ramassage de champignons et des lieux d’exercice de droits d’usage coutumiers (J-R. Pitte, 1988). Bien que s’exprimant de manière différente, ces usages multiples sont également très présents au Canada. Les autochtones tirent des forêts une bonne partie de leur existence, y habitent fréquemment et laissent de nombreuses traces (feux de foyers, incendies, habitations, villages, clairières défrichées et mises en culture…) bien avant le contact avec les blancs (C. Harris, 1997, O. P Dickason, 1992, op cités). Au nom des ressources qu’ils en tirent, les Indiens des forêts sont souvent considérés comme des privilégiés par rapport à ceux qui vivent dans d’autres milieux. Bien qu’esquissée durant l’Ancien Régime (J. Boissière, 1997), la forêt source de matériau bois se développe de plus en plus en France à partir du XIXe siècle, puis après la seconde guerre mondiale (J-P Husson, R. Degron, 1999). Jamais cette approche ne sera aussi systématique qu’au Canada surtout après 1850 et jusqu’à nos jours. L’humanisation n’empêche ni la France ni le Canada d’avoir des forêts. Le problème est ailleurs. Sans doute est-il dans ce rôle croissant que joue la technique pour maîtriser la nature, produire et consommer sans cesse davantage (C. Larrère, 1997, op cité). L’anthropisation des milieux de vie n’a cessé de prendre de l’ampleur. Intervenant après des siècles d’humanisation, elle suscite une artificialisation et une segmentation voire une destruction des écosystèmes (E. Wilson, 2002). Très rares sont ceux qui sont encore préservés dans leur globalité et leurs interrelations. Avec une pression démographique nettement moindre, une superficie beaucoup plus grande, le Canada en offre de nombreux souvent très étendus. C’est, entre autres, la juxtaposition de nombreuses aires coupées à blanc et d’écosystèmes encore protégés qui choque l’opinion publique et les ONG environnementales. Plus de protection s’avère nécessaire, selon elles, pour cette wilderness considérée comme un patrimoine naturel inestimable et source de vie. Sans doute ces quelques précisions aident-elles à comprendre que des groupes environnementaux militent au Canada pour la préservation de bassins versants dans leur globalité de l’amont à l’aval et pour une superficie souvent supérieure à 4000 hectares. Les envisager dans leur totalité permet de garder cette chaîne de vie et l’ensemble des éléments qui la constituent. Indemnes de routes, de zones forestières coupées à banc, d’une exploitation commerciale ces secteurs maintiennent notamment leur biodiversité, une faune et une flore souvent riches, des ressources en eau. C’est une autre dimension à laquelle nous n’avons effectivement plus accès en France. Il est difficile d’imaginer des collégiens regagnant leur domicile et qui empruntent un chemin d’où ils peuvent voir les phoques et les aigles pêcheurs attraper des saumons sauvages. Une telle confrontation à la faune sauvage n’est pas rare au Canada.

Tableau 15 – Les types d’acteurs, d’interventions et d’actions dans le système forestier canadien

Tableau 15 – Les types d’acteurs, d’interventions et d’actions dans le système forestier canadien

Encadré 17 – Sierra Club­ Une puissante ONG environnementale nord américaine
Une organisation américaine de protection de la wilderness
Naturaliste américain, John Muir pense que la wilderness constitue un aspect incontournable du patrimoine américain et qu’il faut la protéger. Soucieux de préserver la Sierra Nevada, J. Muir crée le Sierra Club en 1892 aux États-Unis et dans le droit fil de cette initiative, cette association réclame la création de parcs nationaux. La mission du Sierra Club va évoluer avec le temps. Au début des années 1950, David Brower, un militant préservationiste passionné oriente le Sierra Club vers l’activisme en plus de ses missions traditionnelles de protestations par pétitions ou pressions sur les autorités. Le gouvernement américain multiplie les aménagements et équipements dans l’après guerre. Plusieurs barrages sont ainsi projetés sur le Colorado, menaçant de mise en eau 100 000 hectares de wilderness. Conduisant la mobilisation pour le Sierra Club, David Brower et la Wilderness Society dirigée par Howard Zahniser multiplient les manifestations. Les deux associations coopèrent aussi pour développer le lobbying auprès des parlementaires à Washington. Elles publient des journaux très virulents aux titres accrocheurs et des publicités dans les journaux pour critiquer le projet. Celui-ci est finalement suspendu par l’administration américaine. Ce succès conforte D. Brower et ses amis dans la voie de l’activisme. Ils sont portés par le contexte politique de l’époque. Outre les causes environnementales, nombre d’individus sont sensibilisés par les mouvements contre la guerre du Vietnam et contre les essais nucléaires américains. Les membres du Sierra Club n’y échappent pas. Leur militantisme écologique rejoint une réelle aspiration au pacifisme. Sans oublier les différentes actions qui lui sont coutumières, cette ONG va se tourner de plus en plus vers les propositions et les missions éducatives. « Il s’agit pour nous de protéger les espaces naturels sur la terre et de promouvoir un usage responsable des écosystèmes et des ressources de la planète, d’éduquer et de sensibiliser les individus en faveur d’une meilleure protection et pour restaurer l’environnement naturel et humain, et d’utiliser tous les moyens légaux pour atteindre ces objectifs » pour reprendre les termes exacts de cette ONG. Le Sierra Club compte aujourd’hui plus de 600 000 adhérents aux États-Unis et a au moins une représentation par état. Il y en a 10 dans la seule Californie où l’opinion est très sensible aux problèmes environnementaux et où a été créé le Sierra Club.

L’émergence de la spécificité du Sierra Club Canada
Sierra Club apparaît au Canada en 1969 grâce à la rencontre de plusieurs activistes et environnementalistes pour la plupart d’origine américaine à Vancouver. Ils souhaitent réagir contre ce qu’ils considèrent comme une exploitation résolument prédatrice des ressources naturelles et en particulier des forêts pluviales de Colombie britannique, ils constatent l’absence d’une organisation digne de ce nom pour orchestrer un front du refus. Militant conservationiste, d’origine californienne et installé à Vancouver, Terry Simmons prend contact avec d’autres membres du Sierra Club vivant comme lui dans la région de Vancouver. Plusieurs d’entre eux, dont Terry Simmons, Jim and Marie Bohlen, Irving and Dorothy Stowe décident, lors d’une réunion à la Simon Fraser University, de créer un Sierra Club Canada à Vancouver, le seul situé en dehors des États-Unis. L’objectif est alors de promouvoir un conservationisme progressiste en s’impliquant dans la plupart des causes environnementales du moment. L’organisation passe progressivement aux mains de militants canadiens. La branche américaine du Sierra Club reconnaît ainsi la spécificité des réalités, de la législation et de la politique du voisin. Un bureau national est créé à Ottawa en 1989 et deux représentations régionales ou « Chapters » se mettent en place dans les Prairies et dans l’est avant celle du Québec, en plus de celle de Colombie britannique. Chacune d’entre-elles s’appuie sur des groupes locaux très actifs. Le Sierra Club revendique actuellement 10 000 membres au Canada. Cette ONG possède une fondation distincte de la structure associative afin de mener des actions éducatives et de percevoir des fonds des donateurs.

Un rôle actif qui va de la sensibilisation à la protestation
Comme beaucoup d’autres ONG, Sierra Club mène des actions de sensibilisation et d’éducation à l’environnement et aux problèmes qui menacent les écosystèmes grâce à des expositions, des brochures, des ouvrages, des excursions et des parcours écotouristiques. Les ventes réalisées par sa fondation lui permettent des recettes en complément des cotisations de ses membres et aux donations. Le Sierra Club dénonce mais fait également des propositions. Contentons-nous de deux exemples. Cette organisation travaille pour cela avec d’autres ONG. Sierra Club mais aussi la Toronto Environmental Alliance qui est une fédération d’associations environnementales, la fondation David Suzuki Cherchent à promouvoir un accord transfrontalier sur la qualité de l’air dans la région des Grands Lacs entre les États-Unis et le Canada. L’objectif est d’obtenir des grandes entreprises chimiques de la région qu’elles réduisent les pollutions chimiques sources de pluies acides sur les forêts. Le Sierra club multiplie également les interventions pour que la filière bois renonce aux coupes à blanc et à l’exploitation de peuplements plus fragiles au nord de l’Ontario. Cette ONG dénonce également la persistance de ces pratiques prédatrices en Colombie britannique et plus particulièrement dans les forêts pluviales du littoral et de l’île de Vancouver.

6C’est aussi parce que cette nature est encore aussi présente parallèlement à des méthodes d’exploitation jugées trop prédatrices par les ONG que celles-ci peuvent afficher de telles revendications en matière de préservation.

7Si les environnementalistes sont unanimes sur la nécessité de protection dans sa version canadienne, ces associations sont loin de constituer un tout homogène. Elles sont, au contraire très variées. Nous trouvons d’abord des groupes naturalistes avant tout soucieux de la protection de la flore et de la faune comme d’un patrimoine inaliénable. La puissante association nord américaine de protection de la nature du nom de Sierra Club en est la parfaite illustration (Encadré 17). Le « Western Canadian Wilderness Committee » en Colombie britannique ou l’Union Québécoise de Conservation de la Nature (UQCN) au Québec en sont aussi des exemples. D’autres ONG sont plus radicales.

8Née en 1971 à Vancouver, Greenpeace fait partie de ces associations qui affichent des préoccupations politiques et sociales plus tranchées. Elles dénoncent très ouvertement et de manière virulente le productivisme forestier ou appuient les Indiens dans leurs revendications.

9Pour parvenir à leurs fins, des ONG n’hésitent pas à lancer des actions en justice contre les pouvoirs politiques ou les entreprises dès lors que des pratiques ou initiatives de leur part semblent abusives par rapport au développement durable. Avec ses représentations à Vancouver et à Toronto, Sierra Legal Defense Fund (SDLF) mobilise en ce sens les avocats et scientifiques qui travaillent pour elle en particulier sur les questions forestières (Encadré 18).

Encadré 18 – Sierra Legal Defence Fund-Une ONG environnementaliste spécialisée dans les recours en justice
Créé en 1999 à Vancouver, Sierra Legal Defence Fund (SLDF) aide d’autres ONG dès lors qu’il y a un litige sur des questions environnementales et notamment sur les forêts. Le SDLF offre deux types de services. Le premier consiste à établir des rapports, contre-expertises scientifiques sur l’objet de litige. Le second réside dans le recours à un avocat employé par l’association pour défendre le plaignant lors d’une action en justice. Les bureaux de Vancouver comptent 20 employés dont 1 biologiste et 6 avocats à temps complet alors qu’ils en ont respectivement 1 et 4 pour 15 permanents au total dans celui de Toronto. SDLF intervient également pour soutenir les revendications des Indiens.
Vus les nombreux services rendus à d’autres ONG, SDLF est reconnu d’utilité publique et pourrait toucher des aides publiques. Préférant garder sa liberté de ton, cette association ne les sollicite pas. Ayant la possibilité de collecter des fonds, elle compte sur des dons faits par des individus (30 000 par an) dont quelques membres de la famille américaine des « Rockfeller », ou des versements effectués la plupart du temps par des fondations. Un travail effectué par le SDLF peut donner lieu à un versement ou à une donation de la part du commanditaire.
En dehors de celui sur la chouette tachetée nordique et la lutte pour obtenir une loi sur la protection des espèces en danger en Colombie britannique, SDLF a d’autres champs d’actions. Avec Forest Ethic, une autre ONG environnementale, cette association s’investit pour davantage de protection des forêts anciennes de Colombie britannique. Dénonçant des manquements par rapport au développement durable, ces ONG souhaitent y obtenir plus de préservation de la biodiversité et des niches écologiques aux dépens des zones de coupe. En association avec le Sierra Club et le National Aboriginal Forestry Association qui regroupe des natifs d’Ontario, SDLF dénonce en justice une démarche de certification forestière très aléatoire de la part de 10 entreprises forestières.

10Fréquentes au Canada, ces démarches procédurières pour des causes environnementales sont étrangères à la culture associative et alternative en France. Comme tend à le faire le SDLF, des organisations prodiguent des conseils, mènent des études pour soulever un problème et tenter de trouver des solutions. Fondée aux États-Unis en 1991 avant d’émerger en Colombie britannique en 1994, Ecotrust est aussi dans ce cas.

11Le deuxième type d’ONG concerne les Indiens. Présentes dans de nombreuses provinces et travaillant souvent en collaboration les unes avec les autres, elles dénoncent la spoliation héritée de la colonisation blanche. Souhaitant récupérer des terres et mettre en place une exploitation des ressources en accord avec leur culture, les natifs sont opposés à la vison prédatrice des compagnies de la filière bois à propos des forêts. Comme les ONG environnementales, celles représentant les Premières Nations ne constituent pas un tout uniforme.

Encadré 19 – Les Cris se font entendre au Québec. Un exemple d’accord négocié et inachevé
Les Cris vivaient jadis sur de vastes régions de l’est vers les grandes plaines à cheval sur ce qui constitue actuellement le Canada et les États-Unis. Estimés à 200 000, ils sont encore présents sur ce vaste territoire en particulier au Montana et au Dakota du nord, côté américain, au Canada dans le Manitoba, le Saskatchewan mais aussi l’Ontario et le Québec. Au nombre de 14 000 dans cette province, ils vivent essentiellement entre le 49e et le 51e parallèle répartis sur 9 communautés pour une superficie d’environ 5500 km2.
Le gouvernement du Québec reconnaît l’existence d’une nation « Cri » depuis 1985. Il admet du même coup leurs conseillers et leur chef comme des interlocuteurs privilégiés dans tout processus de négociation avec les autorités provinciales. Cette situation n’est pas fréquente et dans tous les cas les peuples Indiens et leurs représentants ne sont pas reconnus officiellement comme l’égal des pouvoirs fédéraux et provinciaux. C’est en ce sens que nous pouvons dire que ces structures indiennes sont des ONG car effectivement elles n’émanent pas des gouvernements en place au Canada. Qu’ils soient officiellement reconnus ou non, les représentations des peuples autochtones ne sont pourtant pas dénommés par le terme ONG. Les appellations les plus courantes les désignant sont notamment celles de Premières Nations ou de nations indiennes. Il arrive par ailleurs que plusieurs d’entre-elles se regroupent pour créer une organisation qui correspond effectivement à une ONG. C’est sous le nom qui lui a été choisi qu’elle apparaît alors.
Au-delà de ces subtilités, les Cris du Québec ont signé ce qu’ils qualifient de paix des Braves avec le gouvernement québécois. L’entente globale date de 2002. Elle entend promouvoir une prise en charge des autochtones par eux-mêmes et un développement durable en partenariat avec les populations. Toutes les initiatives prises sur le territoire des Cris se doivent de les prendre en compte. HydroQuébec s’engage à offrir des emplois aux autochtones dans la construction d’un barrage sur la rivière Ruppert pour encore développer la production hydroélectrique. Outre ces opérations, les autorités québécoises entreprennent de vastes chantiers miniers et forestiers. Comme ils ont lieu sur les terres revendiquées par les « Cris » mais que ceux-ci ne les possèdent plus depuis la colonisation, le gouvernement provincial a envisagé des compensations financières. Elles se montent à 3,5 milliards de dollars canadiens soit environ 4 milliards d’euros en 2002, répartis sur une période de 50 ans. Une manne qui doit permettre aux autochtones d’amorcer un développement.
Bien des « Cris » se sont pourtant élevés contre ce qu’ils estiment être une nouvelle spoliation. Si le projet d’entente a suscité l’approbation de 70 % des électeurs indiens lors d’un référendum, la participation n’a été que de 30 %. Ce qui a été dénommé paix des braves ne satisfait pas tous les Cris, en particulier les plus jeunes et ils sont nombreux. La moitié des autochtones de cette Première Nation vivant au Québec ont moins de 25 ans. Beaucoup d’entre-eux accusent les anciens et les chefs de se laisser séduire par l’énormité des sommes en jeu et la promesse de plus de 10 000 emplois dans les différents chantiers. Ainsi subjugués, les responsables « Cris » en oublieraient l’essentiel à savoir l’accès à la terre et à une mise en valeur des ressources selon leur culture et leurs aspirations.
Cette question reste évidente pour les forêts. Les autorités québécoises ont promu des pratiques durables avec les coupes sélectives en mosaïques, la régénération naturelle et la préservation des niches écologiques. Les parterres coupés d’un seul tenant selon ces principes ne peuvent excéder 100 hectares. Si ces mesures sont déjà novatrices, c’est la conception même des secteurs d’exploitation et d’aménagement qui l’est le plus. Ils sont délimités une fois que les zones de piégeage et de chasse accordées aux Indiens et protégées de la coupe sont clairement établies. Rien ne peut théoriquement se faire sans l’accord des Cris. Autant d’initiatives intéressantes mais un problème essentiel n’est pas réglé, celui de la terre et des ressources. Les autochtones n’y ont pas accès directement. Elles restent aux mains de la Province. Si les compagnies exploitant les forêts, en son nom, prennent en compte ce qui a été négocié et facilitent l’emploi des autochtones, ces derniers ne maîtrisent pas le processus. Ils ont obtenu de la part du gouvernement provincial, non pas un accès aux forêts comme bon nombre d’entreprises privées de la filière bois mais un volume de bois coupé chaque année de l’ordre de 350 000 m3. Ils restent tributaires, pour les coupes et l’exploitation, de ces compagnies qui ne leur appartiennent pas, qui leur restent étrangères. Les « Cris » n’ont que deux modestes scieries et aucune entreprise en aval de la coupe. La prise en charge des autochtones par eux-mêmes, que cette paix des braves entendait promouvoir, reste inachevée. Il en va de même pour la réappropriation culturelle que cette marche vers l’autonomie aurait théoriquement pu permettre.

12Certaines sont radicales et refusent le cadre de négociation proposé par les autorités fédérales et provinciales, arguant du fait qu’elles incarnent le pouvoir colonial. D’autres acceptent plus volontiers ce dialogue institutionnalisé (Encadré 19). Bien qu’elles soient régulièrement soutenues par les ONG environnementales, les autochtones tiennent à leurs propres associations pour mieux faire entendre leur voix. Manifester leurs positions et faire leurs propositions sont un souci constant de ceux qui, tout en se montrant ouvert à des collaborations, ont subi des décennies de mépris. L’émergence de ces ONG est assurément une originalité du système forestier canadien. Comment sont-elles devenues des interlocuteurs incontournables et quels sont leurs moyens d’action ?

L’implication croissante des groupes environnementaux

13Leur arrivée sur le devant de la scène ne date pas de l’avènement du développement durable au Canada au début des années 1990. Beaucoup d’entre eux apparaissent dans le contexte de radicalisation politique et de contreculture dans les années 1960 et 1970. À titre d’exemple, Sierra Club est créé en 1969 et Greenpeace en 1971. La cause écologique est incontestablement au cœur de leur préoccupation mais elle n’est pas la seule. Tout un contexte social porte des individus vers la mobilisation et l’implication pour des motifs qui ne sont pas a priori écologiques. Les années soixante sont celles de la guerre menée par les Américains au Vietnam, cette sale guerre qui suscite aux États-Unis et au Canada des réactions de mécontentement et d’opposition. Les protestations se multiplient sous la forme de manifestations, de pétitions. Vancouver devient la base arrière de ceux qui aux États-Unis refusent cette guerre, leur enrôlement comme celui de leurs enfants. Opposés à ce conflit et ne voulant pas voir leurs fils partir au Vietnam, Jim et Marie Bohlen quittent les États-Unis en 1967 pour créer à Vancouver un comité d’aide aux objecteurs de conscience. Le couple participe à la création de Greenpeace, mouvement environnementaliste, quelques années plus tard. Cette sensibilité aux mouvements anti guerre du Vietnam comme à ceux plus tournés vers le conservationisme ne sont pas rares. Comment s’établit ce lien entre l’antimilitarisme et l’écologisme qui ne semble pas a priori évident ? Cette époque est aussi celle des essais nucléaires. Les grandes puissances et en tout premier lieu les États-Unis y ont de plus en plus recours en surface ou en souterrain en particulier dans les îles Aléoutiennes à l’ouest de l’Alaska. Cette attitude politique nourrit un sentiment anti-américain déjà présent au Canada avec l’opposition à la guerre du Vietnam. La menace du recours effectif à l’arme atomique dans un contexte de guerre froide alimente la crainte d’une destruction massive et irrémédiable de l’environnement. C’est sur ce point précis que des individus opposés au nucléaire et engagés dans le pacifisme et l’antimilitarisme vont progressivement être sensibilisés aux causes environnementales. Déjà éveillés à la chose politique par les revendications autonomistes, de jeunes Québécois clament leur opposition à la guerre et à l’usage de l’arme atomique mais s’opposent aussi aux coupes claires et massives dans la forêt boréale. Ces multiples motivations dans l’engagement militant apparaissent clairement dans le mouvement « Les amis de la Terre ». Si Les Bohlen en viennent assez spontanément à l’écologisme en Colombie britannique, ils y sont aidés par des activistes environnementalistes comme Bill Chalmers. Luttant contre cette modernité agressive qui entend tout emporter sur son passage au nom du progrès, ils s’organisent, se défendent, par exemple contre la menace d’une autoroute, ces coupes forestières qui menacent sans cesse davantage la forêt pluviale océanique. Épris de libertés, ils sont en quête d’un monde moins anthropocentré, ce qui justifie sans doute chez eux cette ouverture vers les religions d’Asie et d’Inde. Fait de mouvements sociaux aux motivations différentes mais qui se rejoignent, d’une nouvelle forme d’expression culturelle, d’idées tournées vers une autre philosophie de la vie, un vaste mouvement agite et anime une partie de la jeunesse en Amérique du Nord. Les critiques fusent vis-à-vis d’une société de consommation de masse, dont elle profite aussi, et qui identifie le bonheur aux comportements plus qu’à l’initiative et à l’action, ce que ces jeunes rejettent le plus. L’augmentation régulière du niveau de vie donne accès à des biens matériels de plus en plus nombreux et des plus en plus sophistiqués (R. Barthes, 1957, H. Arendt, 1961). Les avancées techniques semblent rendre le progrès irrésistible et surtout apte à tout maîtriser, quitte à engendrer le monstrueux. Les explosions d’Hiroshima et de Nagasaki ne dissuadent pas certains pays comme les États-Unis de chercher toujours plus de puissance y compris en usant de la dissuasion nucléaire et en essaimant des conflits comme celui du Vietnam. Ce consumérisme effréné érigeant l’insignifiance comme moteur du mode de vie n’est pas l’unique objet de cette virulente opposition (C. Castoriadis, 1996). Elle est toute autant motivée par cette soif immodérée de puissance au nom de laquelle les états les plus riches érigent des sociétés plus complexes et technocratiques. D’esprit très critique, ce mouvement a aussi ses propres aspirations. Il défend un monde plus respectueux de l’environnement allant pour certains jusqu’à un retour à la terre et fondé sur des rapports sociaux plus simples, plus communautaires et pacifiques (R. Gottlbieb, 1993). Autant d’idées que nous retrouvons à la fois dans une contre culture que dans le courant de la nouvelle gauche. Dans le premier cas, l’intention de l’individu prime. De la volonté de chacun de se libérer des multiples formes d’oppression de cette société mercantile peut triompher une révolution. Dans le second cas, seule la démarche militante collective solidement appuyée sur l’activisme peut contribuer à un monde meilleur (C. Larrère, 1997 op cit). Ces deux cheminements sont enrichis mais aussi interpellés par d’autres causes. Celle du féminisme en est une qui prend beaucoup d’importance en Amérique du Nord. Au nom d’une sensibilité différente mais longtemps bafouée par le pouvoir des hommes, les femmes font entendre leur approche de l’écologie au sein de ce que l’on appelle l’écoféminisme. Le Québec est traversé par des revendications autonomistes très fortes au nom de particularités culturelles, du rejet d’une anglophonie hégémonique et de l’attachement à la francophonie. Qu’il s’agisse de cette contre culture ou de la nouvelle gauche, ce souci d’un plus grand respect de l’environnement amène de nombreux individus à redécouvrir les natifs et leur mode de vie. De manière plus globale, le contexte sociopolitique s’y avère favorable. Le mouvement des noirs pour l’égalité des droits civiques aux États-Unis, la reconnaissance progressive de la particularité du Québec suscitent un autre regard sur les minorités. Il n’aurait pas été possible sans cette structuration croissante des bandes indiennes pour mieux faire entendre leurs revendications. Que retenir de tout cela ? L’objectif n’est pas pour nous de restituer le contexte socio historique du Canada avec exhaustivité. Il est d’en saisir quelques éléments permettant de comprendre comment ces ONG en sont arrivées à devenir des contre-pouvoirs incontournables sur ces questions forestières.

14Loin de s’en tenir à de vagues considérations idéalistes, ce mouvement apparaît comme une force de protestation qui associe démarche militante, activisme et propositions. De cet éveil constant aux questions de société, de ces implications, tous les individus impliqués dans des associations pacifistes ou environnementales dans les années 1960 et 1970 en sortent aguerris. Largement initiés aux réseaux et pratiques de tout ce qui constituent les contre-pouvoirs par rapport aux sphères décisionnelles institutionnelles, ils insufflent leurs expériences dans les multiples ONG. Déjà à l’origine du Sierra Club, Jim et Marie Bohlen ou encore Paul Watson sont aussi parmi les fondateurs de Greenpeace en 1971. À leurs côtés se trouve Robert Hunter qui est journaliste au quotidien « Vancouver Sun » en Colombie britannique et militant environnementaliste convaincu. Ils sont rejoints par d’autres dont Irving et Dorothy Stowe. Comme les Bohlen, ils sont américains et résolument opposés à l’arme atomique. Comme eux, ils émigrent vers l’ouest canadien par désaccord avec les essais nucléaires de plus en plus fréquents des États-Unis, notamment au Nevada et en Alaska. Tous militent, créent des associations pour défendre leurs idées et causes avant de se retrouver dans Greenpeace (R. Weyler, 2004). Tous sont hostiles au danger nucléaire que les puissants font peser sur l’environnement terrestre. Lui aussi originaire des États-Unis et plus précisément du Minnesota, Paul George milite contre la guerre au Vietnam. Son opposition à ce conflit le pousse à partir pour Vancouver. Diplômé de zoologie, il est sensibilisé aux causes environnementales sans oublier son pacifisme. Il est un des créateurs du Western Canadian Wilderness Committee (WCWC) en 1980 (P. George, 2006). C’est donc dans le prolongement de vingt à trente années de militantisme que ces personnes et organisations formulent des propositions pour une autre approche des forêts tout en ayant longuement dénoncé le productivisme. La sphère décisionnelle trouve devant elle des groupes de pression rompus à toute une série de luttes. Souvent réalisées pour les gouvernements fédéraux ou provinciaux, des études scientifiques insistent de plus en plus sur les stigmates qu’une exploitation prédatrice et marchande engendre dans les écosystèmes forestiers. Grand inspirateur de la politique forestière, le gouvernement fédéral ne peut occulter cette réalité. Bien que convaincu des intérêts économiques en jeu et à préserver, il n’est plus aussi unanime quant aux avantages du productivisme. Autrement dit, le consensus qui a longtemps régné autour de celui-ci parmi les décideurs n’est plus aussi homogène. Il tend à se lézarder.

15C’est dans ce contexte que quatre thèmes obligés de discussion et de négociation émergent progressivement entre la sphère décisionnelle et les groupes de pression (Figure 4). Quatre points qui sont autant de pierres d’achoppement possibles mais qui suscitent au moins le débat car ils sont devenus incontournables.

 

16L’instauration d’une exploitation et d’un aménagement forestier durables est un de ces sujets. Les trois autres portent sur la rétrocession des terres ancestrales et l’accès aux ressources pour les Premières Nations, la préservation des espaces forestiers et la protection des espèces, la promotion des usages non industriels des forêts. Les tensions sont d’autant plus vives sur chacun de ces thèmes que les intérêts ne sont pas fatalement convergents entre les acteurs en présence.

Figure 4 – Les thèmes obligés de négociation et de divergences potentielles entre les acteurs d’une système forestier complexe

Figure 4 – Les thèmes obligés de négociation et de divergences potentielles entre les acteurs d’une système forestier complexe

17À titre d’exemple dans le premier cas, ni le pouvoir politique en particulier les gouvernements provinciaux, ni les entreprises n’ont une envie irrésistible de favoriser de nouvelles pratiques forestières plus soucieuses du renouvellement des peuplements dans leur diversité. Ces adeptes de la logique marchande cherchent constamment à moduler cette nouvelle vision des forêts de fortes préoccupations économiques. Un exemple peut éclaircir notre raisonnement. Suivant les recommandations du CCMF, le Québec a introduit les premières mesures pour un développement durable dans le cadre de la stratégie de protection des forêts en 1994 (Ministère des Ressources Naturelles, Québec, 1994, op cité). Que la taille des coupes à blanc soit finalement réduite à 150 hectares ne fait pas l’unanimité. Ce problème suscite de vifs échanges entre les entreprises de la filière bois et le pouvoir provincial, sous l’œil très attentif des ONG. Les premières sont uniquement soucieuses d’un approvisionnement à bon marché en matière première. Craignant que ce ne soit plus le cas avec les nouvelles mesures envisagées, les entreprises y sont opposées. Le gouvernement provincial est dans une situation délicate. Il est d’autant plus sensible au débat sur le développement durable que les forêts québécoises connaissent une dégradation des écosystèmes du fait de l’exploitation productiviste (P. Dubois, 1995). Sensibles à cette prise de conscience, les ONG environnementales en attendent des décisions concrètes au profit d’une approche moins prédatrice. Les autorités politiques ne peuvent en même temps occulter l’importance économique des activités forestières, l’importance des emplois et des exportations qu’elles génèrent. Le puissant Ministère des Ressources Naturelles va s’inscrire à mi-chemin, tentant de ménager les intérêts des compagnies sans pour autant occulter cette nécessité de mieux prendre en compte l’environnement. Cet exercice d’équilibriste s’avère particulièrement difficile. Sans jamais bannir les coupes à blanc, le gouvernement québécois prévoit d’abord une taille maximale de la zone, pouvant ainsi être exploitée, à 100 hectares. Les vives protestations des compagnies forestières poussent la Province à la porter à 150 hectares. Les organisations environnementales ne sont pas dupes et n’auront de cesse de dénoncer cette démission et cette collusion entre le pouvoir politique et les entreprises. Ce ne sont pas les quelques modulations prévues selon le type de couvert forestier et l’intensité de la pente qui y changeront grand-chose. Ici comme ailleurs les vérifications sur le terrain sont rares.

Des actions variées pour faire pression sur la sphère décisionnelle

18Face à ce qu’elles estiment être une résistance du productivisme, les ONG déploient toute une série d’actions pour plus de développement durable. Un autre exemple est significatif ; celui de la rétrocession des terres dite ancestrales et de l’accès aux ressources pour les Premières Nations. Ce qu’elles réclament depuis des décennies comme étant leur dû n’est pas considéré comme tel par les entreprises et le pouvoir provincial. Répondre favorablement à ces revendications revient à donner plus d’autonomie aux Indiens. Cela implique aussi de leur confier des forêts qui jusqu’alors étaient exploitées par des compagnies privées avec l’aval des autorités provinciales. Un changement colossal qui là encore est susceptible de remettre en cause les intérêts de la filière bois. Les bandes indiennes n’en démordent pas et veulent obtenir gain de cause par rapport à ce qu’elles demandent. Dans un cas comme dans l’autre, il n’est pas difficile d’imaginer les tensions et différences qui se manifestent entre les Indiens, les entreprises et les représentants du pouvoir politique surtout provincial. Cette culture du débat s’est pourtant développée autour des forêts depuis une trentaine d’années. Pendant qu’on discute, les coupes continuent, remarque Jeremy Wilson (J. Wilson, 1998), relativisant ainsi la portée de ces échanges au sein du système forestier. D’autres comme R. Blais estiment que tout cela n’est que discours fortifiant avant tout les positions de chaque groupe d’acteurs sans toujours rechercher l’efficacité (R. Blais, 1997). Ces effets propagandistes et ces enjeux de représentation sont effectivement présents. Ils n’empêchent pas des discussions souvent vives et des polémiques d’exister.

19Dans l’exemple du Québec, les ONG environnementales comme l’Union Québécoise pour la Conservation de la Nature (UQCN) se plaignent d’avoir constamment été mises à l’écart dans l’élaboration de cette nouvelle stratégie forestière de la province. Elles ne cessent depuis lors de multiplier les pressions sur la sphère décisionnelle pour plus de mesures durables. La réduction des coupes à blanc, la promotion effective des coupes sélectives, le respect des niches et corridors écologiques en sont quelques illustrations. En s’opposant les uns aux autres, en discutant lorsque cela s’avère possible, en faisant des propositions depuis quelques décennies, ce sont les différents groupes d’acteurs qui ont porté ces quatre sujets sur le devant de la scène comme inévitables. En étant incontournables, ils sont logiquement devenus les quatre points clés du développement durable tel que le socio système forestier canadien tente de le façonner. La situation peut parfois se tendre et aboutir à un déséquilibre. Aucun compromis n’est possible. La sphère décisionnelle tranche sans se soucier des contradicteurs. S’engage alors un bras de fer avec les ONG comme c’est le cas à propos de la chouette tachetée. Que les discussions prennent clairement en compte les demandes de chacun et un accord consensuel voir une coopération s’avère possible. Soucieux de promouvoir les activités récréatives de plein air dans les parcs, les autorités provinciales s’entendent parfois avec des ONG pour y établir des sentiers de randonnée d’initiation à l’environnement et des maisons d’accueil pour en faciliter la découverte au travers d’expositions dans cette nature souvent étonnante. C’est le cas en Colombie britannique entre le gouvernement de la province et le WCWC au nord de Vancouver. Le construit social autour des forêts durables est ainsi fait. Il émerge des propositions, des accords et désaccords entre les interlocuteurs concernés, des initiatives qu’ils prennent concrètement sur le terrain. En ce sens, il est impossible de dire qu’il en reste uniquement au niveau des discours ou de la propagande. Que cette nouvelle approche des forêts soit le fait de ce socio système dans sa force de propositions, dans ses résistances, ses ambivalences ne nous révèle rien des méthodes d’action des ONG. Quelles sont-elles comment agissent-elles pour faire pression sur la sphère décisionnelle ?

20Les agissements de la sphère décisionnelle sont bien connus. Ils ont déjà été présentés à différents endroits de notre étude. Qu’en retenir d’essentiel ? Dans le cas des entreprises, nous avons souvent affaire à de puissantes multinationales aux côtés d’une myriade de PME. À cela s’ajoutent des associations d’entreprises qui constituent un lobby afin de mieux obtenir gain de cause auprès des pouvoirs politiques. Ces derniers sont représentés par les ministères fédéraux dont celui des ressources naturelles, le CCMF, ou encore le Service Canadien des Forêts au sein du pouvoir central. C’est à ce niveau qu’est organisée en partie la politique de recherche. L’échelon fédéral est complété par les pouvoirs provinciaux. Outre de nombreux ministères dont celui souvent puissant des forêts, ils sont aussi présents dans l’innovation, l’aménagement forestier et l’éducation. Les ingénieurs forestiers sont formés dans les facultés de foresterie. Les relations entre le fédéral et le provincial ont été quelque peu bouleversées avec l’avènement du développement durable. Si le second est responsable de la politique forestière, il ne peut totalement se dédouaner des grandes lignes fixées en la matière par le premier. Celui-ci a longtemps appuyé les initiatives d’aménagement dans les régions dans le cadre d’ententes globales avec les Provinces en apportant de substantielles aides financières. Replaçant davantage son rôle au niveau international, le pouvoir central a mis fin à ces pratiques au profit d’une responsabilisation croissante des entités provinciales. À elles de trouver les moyens de leur politique forestière. Les accords entre les provinces et Ottawa portent depuis 1998 sur des objectifs plus ciblés et précis. Aux côtés des décideurs politiques, de nombreux fonctionnaires, des experts, des scientifiques et chercheurs dans des structures clairement identifiées et institutionnalisées constituent cette sphère technico économique. Des savoir-faire, des compétences, des rouages qui se mettent en branle pour faire des propositions et l’appliquer dès qu’une décision est prise. Rien de tout cela n’est présent du côté des ONG qui relèvent de l’associatif. Encore faut-il s’entendre sur ce terme en Amérique du Nord et plus particulièrement au Canada. Les ONG sont à but lucratif ou à but non lucratif pour une grande majorité d’entre-elles, en particulier celles œuvrant dans la défense de l’environnement. Une partie de ces dernières sont des groupes de bienfaisance. D’après la loi fédérale, ils peuvent assumer des missions éducatives, de recherche, lancer des attaques en justice sur des points techniques, faire des propositions de loi. Les polémiques avec le gouvernement et les Ministères sont tolérées à condition que cela ne représente pas plus de 10 % de leur temps d’activité. Chacun de ces groupes a la possibilité de lever des fonds privés d’origine individuelle ou familiale, moyennant une déduction d’impôt pour les donateurs. Ces associations ont aussi l’autorisation de recevoir de l’argent d’autres groupes associatifs ou de fondations. À titre d’exemple, ces versements constituent 28 % des recettes annuelles de SDLF et 50 % proviennent des donateurs qui sont au nombre de 30 000. Le tout est complété par les rentrées d’argent liées aux simples adhésions. Si cette ONG ne souhaite pas recevoir de subventions publiques fédérales et provinciales par souci d’indépendance, les associations peuvent généralement le faire. Les conditions sont les suivantes : rester fidèles aux missions encadrées par la loi tout en étant d’utilité publique. Toutes les associations à but non lucratif ne sont pas de bienfaisance. En n’étant pas reconnues telle quelles, elles ne peuvent lever des fonds venant d’associations ou de fondations mais gardent le droit de toucher de l’argent de donateurs individuels ou des subventions publiques. Si le WCWC et Sierra Club sont, par exemple, des groupes de bienfaisance, Greenpeace n’en relève pas en raison d’activités politiques jugées trop prenantes et vindicatives. Pour la même raison et tout en ayant une activité éducative, cette ONG ne touche pas de subventions publiques. Toute association a pratiquement la possibilité de créer une fondation pour lever des fonds. C’est un des paradoxes de la législation car un groupe de bienfaisance qui a déjà cette possibilité peut aussi l’avoir s’il crée une fondation tout comme Greenpeace qui est une association à but non lucratif non reconnue comme bienfaisante. Indépendamment de ces considérations, le monde des ONG canadiennes n’a pas la même ampleur que celui des associations en France. Très peu d’entre-elles peuvent créer une fondation faute de moyens suffisants. Les budgets sont souvent plus réduits qu’au Canada. Considéré comme un groupe très actif mais de taille très moyenne, le SDLF a un budget annuel de plus de 5 millions de dollars sans aucune aide publique. De tels moyens permettent à de nombreuses ONG d’avoir des permanents avec des qualifications variées : secrétariat, comptabilité, diplômés en droit, en biologie ou dans d’autres domaines selon les objectifs poursuivis. Nombre de ces organisations environnementales ou indiennes sont progressivement passées d’un engouement militant à une professionnalisation croissante pour certains de leurs membres. Elles apparaissent souvent comme de véritables entreprises de services pour des causes variées en s’appuyant sur des employés qualifiés mais aussi sur de nombreux membres qui s’investissent bénévolement. Le temps de l’engagement des enragés chevelus et des militants totalement dévolus à leur cause n’est pas révolu mais se tarit progressivement. Aux déchirements internes, démissions, évictions s’ajoutent le vieillissement d’individus essentiellement issus du baby-boom et aussi les décès comme celui de Bob Hunter en 2005, par exemple.

  • 1 BC wild, Earthroots, Ecotrust, Forest watch, Greenpeace, Union Québécoise pour la conservation de l (...)

21Ces pionniers souvent acharnés laissent la place à des individus souvent plus jeunes. Tout aussi opiniâtres et persévérants, ils se conçoivent davantage comme des experts. Ce constat s’avère indéniable pour les 12 ONG environnementales1 avec lesquelles nous travaillons surtout dans trois provinces (Québec, Ontario, Colombie-Britannique). L’une de ces organisations est une fédération de Premières Nations à l’échelle de la Colombie britannique. Très en prise sur les revendications autochtones, elle est amenée à collaborer avec des ONG environnementales notamment à propos de la question de l’accès aux ressources naturelles. Nous avons volontairement privilégié les permanents de ces associations, présumant que ce statut ne peut qu’être assorti de solides motivations. Restent à savoir lesquelles car elles peuvent être variées. Nos interlocuteurs sont au nombre de 25 et ont entre 25 et 45 ans. Tous ont une formation supérieure, au moins de niveau deuxième cycle, avec des orientations très différentes (Droit, biologie, sociologie, foresterie, économie, géographie, par exemple). Ils confessent avoir mené leurs études pour travailler dans la défense et la préservation de l’environnement au sein d’une ONG. Fréquente en Amérique du Nord, cette réalité est impensable dans la culture française. Aucune des personnes rencontrées n’entend forcément rester indéfiniment dans la même situation professionnelle. Plusieurs pensent reprendre des études ainsi que le permet facilement le système éducatif canadien sans pour autant quitter le champ de l’environnement et des associations.

22Ces ONG envisagent différents types d’actions grâce aux moyens financiers et humains dont elles disposent. L’activisme demeure très présent. Il prend des formes variées. L’occupation d’une zone d’exploitation forestière pour dénoncer l’omniprésence des coupes à blanc y compris sur des terrains en pente en est un exemple. L’irruption de militants dans les bureaux d’une multinationale des forêts lors d’une réunion des actionnaires en est un autre. L’objectif est de protester contre leur enrichissement au prix de ce que les écologistes appellent la prédation de la forêt boréale. Attirer l’attention sur la menace de disparition des forêts pluviales océaniques en grimpant dans des arbres où les écoguerriers s’installent nuit et jour est une autre initiative. Pratiquée aussi bien du côté des États-Unis que du Canada, elle permet d’attirer l’attention des médias et par leur intermédiaire l’opinion publique. Ces agissements ne sont pas exempts d’affrontements avec la police ou avec le personnel de sécurité des entreprises forestières. Les actions de terrain sont complétées par des pétitions, la publication de brochures, de journaux parfois gratuits facilement disponibles, de conférences face aux médias, de réunions (Encadré 20, Photo 11). Par le biais de cette palette d’initiatives, les ONG multiplient les pressions pendant des mois sur les représentants de la sphère décisionnelle. Les environnementalistes cherchent à obtenir une inflexion dans la politique forestière ou à engager des discussions sur le problème qui est au cœur de la mobilisation. Dans un cas comme dans l’autre, ces organisations tentent de faire valoir leurs positions et qu’elles soient prises en compte par le pouvoir politique ou les entreprises. Prolongeant les protestations, les propositions alimentent le débat (Encadré 21). Elles s’apparentent parfois à de véritables contre-expertises. Seules si elles sont puissantes ou en groupe, ces ONG contractualisent parfois des scientifiques pour donner plus de poids à leurs propositions. L’ouvrage publié en 2000 sous le titre « Falldown : Forest Policy in British Columbia » est le fruit d’un travail de trois enseignants chercheurs de l’Université de Colombie britannique à Vancouver (P. Marchak et alii, 2000, op cité). Les auteurs, dont la sociologue Patricia Marchak qui bénéficie d’une grande notoriété en Amérique du Nord, présentent l’impasse dans laquelle la province du Pacifique s’est engagée. En dépit de changements importants au début des années 1990, la nouvelle politique forestière reste très imprégnée de productivisme. Elle comporte le risque d’un déclin brutal à court terme de l’offre de bois au rythme d’exploitation de l’époque. L’analyse débouche sur des recommandations et des propositions pour éviter cette situation et élaborer un vrai développement durable. Sans se soucier de cette étude clairvoyante dès 2000, les autorités provinciales persisteront dans cette vision marchande et reviendront sur les initiatives prises dans les années 1990 en faveur du développement après le retour des conservateurs au pouvoir en 2001.

Encadré 20 – Le « Kleenex » contre la forêt boréale ? Une campagne de protestation récente de Greenpeace canada
Greenpeace proteste contre la destruction de la forêt boréale
Dénonçant depuis 2004 une exploitation résolument prédatrice de la forêt boréale, Greenpeace a choisi comme principale cible l’entreprise multinationale Kimberly Clark, productrice entre autres des « Kleenex ». Tout en n’étant pas la seule à exploiter ces espaces forestiers, elle y est bien présente et surtout accusée par l’ONG de faire une place quasi exclusive aux coupes à blanc dans les secteurs septentrionaux. De telles pratiques dans des secteurs fragiles et jusqu’alors peu sollicités par l’industrie forestière ont des effets dévastateurs. Non seulement les peuplements forestiers sont détruits mais les habitats d’un certain nombre d’animaux comme le caribou sont menacés en certains endroits. Une première zone de 2,3 millions d’hectares est exploitée dans la forêt boréale du nord de l’Ontario. S’y ajoute un autre secteur de 1 million d’hectares situé dans l’ouest de l’Alberta. Dans un cas comme dans l’autre, le bois alimente une unité de pâtes à papier. La quasi-totalité de la production de ces deux établissements est destinée à Kimberly Clark. Greenpeace accuse également cette multinationale de n’utiliser que 19 % de fibres recyclées dans ses différentes productions. Suite à des campagnes ou à des négociations menées par des ONG environnementales avec des entreprises, plusieurs d’entre-elles ont changé radicalement d’attitude. Le groupe Cascades basé à Montréal a une production de papier hygiènique et de mouchoirs qui est à 96 % fournie à partir de produits recyclés. Cette entreprise s’est engagée à gérer de manière durable les forêts qui fournissent le bois nécessaire pour produire les 4 % restants. Atlantic Packaging, Marcal paper Mills et Seventh Generation sont trois entreprises américaines qui écoulent leurs produits sur l’ensemble de l’Amérique du Nord. Elles intègrent de plus en plus de papiers usagers dans leur production. Originaire des États-Unis, la multinationale Boise s’est engagée à ne plus recourir à du bois venant de forêts boréales anciennes. Bien que ces exemples de conversion à des attitudes environnementales plus sages se multiplient, Kimberly Clark reste à la traîne, toujours selon Greenpeace. Le premier producteur mondial de papiers pour hygiène personnelle est montré du doigt comme le mauvais élève. C’est la raison pour laquelle l’association écologiste a multiplié les pressions pour inciter cette entreprise à revoir sa politique. Les pétitions, les brochures d’informations, les journaux gratuits, les pages internet, les t-shirt sont autant d’éléments pour alerter l’opinion, inciter le public à ne plus acheter les produits Kimberly Clark. Des arguments chocs (Kimberly Clark-Investing in Forest Destruction), des chiffres clés, des photographies mettant l’accent sur les coupes à blanc sont abondamment utilisés pour frapper les esprits.

Kimberly Clark, le géant mondial de l’hygiène personnelle se veut un modèle de développement durable
Créée à Neenah dans le Wisconsin et basée actuellement à Dallas (Texas), Kimberly Clark est la première entreprise mondiale de papier mouchoir et hygiènique dans le monde. Elle contrôle 14 % du marché mondial juste devant une autre firme américaine, Georgia Pacific (13 %), le scandinave Svenska Cellulosa Aktebiolaget (7,5 %) puis un groupe des États-Unis, Procter and Gamble. Kimberly Clark est aussi un géant mondial des produits d’hygiène et de soin personnel. Outre les mouchoirs Kleenex, le papier toilette Cottonelle ou Scott, cette firme possède aussi, par exemple, les couches Huggies et les serviettes hygiéniques Kimwipes.
Implantée partout dans le monde et employant 57 000 personnes, elle a renoncé à posséder et à exploiter elle-même des forêts depuis 2004, préférant passer par des entreprises qui lui fournissent le bois. Les 2,3 millions d’hectares dans le nord de l’Ontario sont ainsi exploités par Buchanan Forest Products, Long Lac Forest Products, et Neenah Paper. Kimberly Clark affirme que chacun de ses fournisseurs ne peut travailler avec elle qu’à condition qu’il soit engagé dans une gestion durable de ses forêts. Bien que cela ne passe par des vérifications d’interlocuteurs neutres sur le terrain, tout semble pour le mieux dans le meilleur des mondes pour le géant du mouchoir en papier.
Greenpeace et cette entreprise ne sont assurément pas faits pour s’entendre pour le moment, et en tout cas pour engager un dialogue sur ce qui pose problème.

 

Encadré 21 – De la protestation aux propositions. La campagne pour les forêts du grand ours dans l’ouest canadien
Une campagne contre la destruction de l’habitat forestier et des populations d’ours
La forêt pluviale du Grand Ours s’étend dans les vallées et les bas de versants des montagnes des chaînes côtières de la Colombie-britannique entre la région de Vancouver et le sud de l’Alaska. Les écosystèmes sont particulièrement riches avec les cèdres ou thuyas géants, des sapins Douglas, des épicéas mais aussi des plantes et des arbustes à baies. Cette végétation s’épanouit dans le cadre des vallées qui correspondent à des fjords où règnent une humidité constante et permanente et des températures très douces. Le total annuel des précipitations est parfois supérieur à 2000 mm. Il atteint 2400 mm à Prince Ruppert sur le littoral nord-ouest alors qu’il n’est que de 1100 mm à Vancouver à l’extrême sud-ouest. Ni dans un cas ni dans l’autre, les températures moyennes mensuelles ne descendent en dessous de 2 ° C. L’ensemble de ces paramètres favorisent une biomasse élévée (B. MacGillivray, 2005, H. Kimmins, 1992). Ces conditions se retrouvent ailleurs. Elles se prolongent sur le littoral Pacifique américain ou sur l’Île de Vancouver. Ce qui fait, en revanche, la spécificité de ce secteur entre Vancouver et la frontière avec l’Alaska est d’ordre faunique. Plus qu’ailleurs, les espèces d’ours sont variées et les populations nombreuses. S’ajoute aux grizzlis et aux ours noirs, le plus rare et insaisissable « Spirit Bear ». Une variante étrangement blanche de l’ours noir et que les natifs considèrent quasiment comme une émanation particulière des esprits au nom de cette couleur peu courante. Cette région offre une taille qui équivaut à celle de la Suisse (40 000 km2). En dépit d’un essor de la protection, l’exploitation forestière s’est développée vers le nord dans les années 1990, suscitant de vives protestations.

De la protestation aux propositions
Soutenant les Premières Nations, plusieurs organisations environnementales n’ont cessé de multiplier les initiatives pour exprimer leur mécontentement. Les occupations de secteurs exploités en coupe claire, les barrages routiers pour informer le public et dénoncer la destruction des écosystèmes des forêts pluviales, les pétitions, les journaux, les conférences et articles de presse (Photo 11) en sont quelques illustrations. Face à la multiplication des actions, les autorités provinciales négocient avec les compagnies forestières, les ONG et les peuples Indiens vivant dans cette région pour envisager plus de protection. Un accord signé en 2000 diffère l’exploitation des forêts dans une centaine de vallées. La protection de 20 vallées et de 68 zones humides est acquise en avril 2001 dans la partie centrale de cette région côtière. Au même titre que la protection des espaces, les organisations environnementales et les natifs proposent une politique forestière soutenable pour les écosystèmes. Reprise dans les négociations avec les autochtones, cette idée s’accompagne du souhait de mettre en réseau les différentes zones protégées et de promouvoir des initiatives de développement respectueuses de l’environnement avec et pour les populations locales. Les 8 Premières Nations et l’ensemble des parties prenantes se mobilisent avec le soutien des ONG pour approfondir ces pistes en vue d’une négociation prévue à l’été 2005 par le gouvernement provincial pour la totalité de cette région côtière. Entre-temps, les grandes compagnies forestières adoptent des positions partagées. Sous la pression de distributeurs eux-mêmes travaillés en ce sens par les ONG, certaines d’entre-elles s’engagent dans des pratiques plus soutenables. D’autres comme Interfor (International Forest Products) sont accusées par ces associations (Forest Ethics, Greenpeace, Sierra Club, Rainforest Action Network) de perpétuer la destruction des forêts et de l’habitat des ours. La mobilisation des écologistes reprend de plus belle sur le terrain sans que ne se démente leur travail de proposition aux côtés des autres acteurs : Premières Nations, entreprises forestières et minières, représentants de l’économie locale. Le gouvernement de Colombie britannique refusera finalement de prendre toute décision. Rien n’est donc réellement acquis et la mobilisation dans cette région demeure très importante.

Photo 11 – le Western Canada Wilderness Committee (WCWC) fête ses 25 ans à l’automne 2005 à Vancouver

Photo 11 – le Western Canada Wilderness Committee (WCWC) fête ses 25 ans à l’automne 2005 à Vancouver

C’est l’occasion pour un des fondateurs, Paul George ici à la tribune de revenir sur l’historique de l’ONG et sur les différentes actions entreprises. Basé dans l’ouest canadien, le WCWC ne cesse de dénoncer le productivisme forestier, de faire des propositions pour le développement durable et surtout de réclamer plus de protection notamment pour les forêts pluviales océaniques. Résolument pacifique, cette organisation attache également beaucoup d’importance à l’éducation à l’environnement. Des réunions comme celle des 25 ans sont l’occasion de lever des fonds pour des campagnes portant sur des thèmes précis. Batailler pour la création de nouveaux parcs provinciaux intégrant des forêts anciennes en est un exemple. Les ventes d’articles (calendrier, brochures) alternent avec les ventes aux enchères de réalisations variées (photographies, tableaux) par des artistes au profit du WCWC lors des réunions et fêtes qu’il organise.

Photographie Eric Glon-2005.

23Les propositions faites par les ONG débouchent parfois sur du conseil et de l’aide à la conception de projets pour le développement du territoire. Organisation sans but lucratif financée en grande partie par des donateurs individuels, institutionnels et des aides publiques provinciales et fédérales, Ecotrust emploie 28 permanents à Vancouver. Nullement orientée vers la protestation, cette organisation environnementale réalise des études, donnent des conseils et fournit une assistance technique. L’objectif est de contribuer à des projets et à des initiatives émanant de collectivités locales, en particulier autochtones. Cette association à but non lucratif a été, comme beaucoup d’autres, reconnue d’utilité publique, ce qui lui permet d’obtenir des subventions des gouvernements provincial et fédéral. Ecotrust s’appuie beaucoup sur les Systèmes d’Informations Géographiques (SIG) c’est-à-dire la mise en cartes de données multiples permettant à une collectivité de bien appréhender ses atouts, de localiser différentes caractéristiques locales d’ordre quantitatives ou qualitatives. À cela s’ajoute le souci de former les futurs utilisateurs qui s’approprient ainsi l’outil. Outre la possibilité de spatialiser tout projet pour une collectivité, il lui est possible de mieux cerner les conséquences d’un aménagement envisagée par la Province et de faire des contre propositions. À tire d’exemple, Ecotrust a conseillé une bande indienne dans une initiative de certification forestière pour plus d’aménagement durable sur la côte ouest de l’île de Vancouver.

24Elle a réalisé le SIG et le plan d’aménagement forestier, a formé les autochtones sur ces deux aspects et a fourni l’aide au montage de dossiers de financement pour une procédure assez coûteuse. Touchant des subventions publiques en raison de son utilité sociale, Ecotrust ne facture pas systématiquement ses services. Elle peut même contribuer au financement en s’appuyant sur une autre organisation, à but lucratif, qui lui est liée du nom de « Ecostrust Canada Capital ». Il est souvent difficile de ne pas établir de liens entre les protestations et les propositions. Comme le montre l’exemple de la campagne pour la protection des forêts pluviales du Grand Ours, la relation entre les deux démarches est souvent ténue dans les faits. En mettant en cartes, les réalités des forêts ainsi que les conséquences des coupes sur un territoire revendiqué par les Haïda Gwaï au sud des iles de la Reine Charlotte, Ecostrust a nourri les protestations des autochtones. L’association leur a donné des arguments pour dénoncer cet état de fait et réfléchir à autre chose. La relation s’avère tout aussi étroite entre la dénonciation et l’éducation. La première peut faire partie intégrante de la seconde. Le WCWC dénonce le productivisme et ses effets qu’il estime néfastes sur les écosystèmes. Cette information est en soi éducative. Montrer souvent de manière très pédagogique lors d’expositions particulièrement bien mises en scène comment les coupes à blanc sur des terrains en pente suscitent une érosion accrue est intéressant. Insister sur les conséquences du ravinement des sols sur les lacs et rivières l’est tout autant. Cet enchaînement de faits aboutit à une perturbation parfois définitive des parcours des saumons. L’information devient formation à ce problème. Libre à chacun de confronter ensuite différentes thèses sur le sujet. La sensibilisation et l’éducation à l’environnement passent aussi dans cette ONG comme dans d’autres par des conférences, des publications d’ouvrages et de brochures. Des initiatives sur le terrain comme le balisage de chemins pour la découverte de la forêt suscitent la découverte et l’initiation à ces milieux. Sierra club propose à cette fin des séjours de plusieurs jours au Canada ou dans différents pays du monde. La protestation rejoint fréquemment la proposition et la démarche procédurière comme le montre le cas de Sierra Legal Defense Fund. Les activités des environnementalistes sont souvent complémentaires les unes par rapport aux autres. Que les ONG environnementales coopèrent les unes avec les autres ne les rend que plus présentes. Qu’elles envisagent ces collaborations et ces actions du local au global est assurément une originalité qui mérite toute notre attention.

Des groupes d’acteurs très impliqués du local au global

Une structuration croissante et un travail en réseaux même pour les ONG

25Que les entreprises déploient leurs activités du global au local n’a rien de très surprenant. Les différentes implications géographiques de ces stratégies sont résumées dans le tableau 16. Y figurent également les implications du pouvoir politique de l’international au local en passant par le national c’est-à-dire ici l’échelon fédéral et le provincial. Chacun de ces deux aspects a largement été abordé dans la première partie. Assurément plus surprenante, une autre particularité mérite notre attention. Loin de se cantonner à des actions locales, les ONG sont de plus en plus organisées, elles aussi, jusqu’à l’échelon mondial. Pour mieux y parvenir, elles sont de plus en plus structurées verticalement et travaillent en réseaux. Prenons ces deux caractéristiques l’une après l’autre. Pour ce qui concerne la première spécificité, rappelons que ces organisations environnementales apparaissent d’abord sous la forme de « Grassroots » ou groupes locaux de sympathisants et d’adhérents puis en ensembles régionaux qui ne se calquent pas forcément sur les provinces et une structure nationale. Créé au Canada en 1969, Sierra Club revendique actuellement 10 000 membres contre plus de 600 000 aux États-Unis. Telle que cette association est déployée au Canada, les militants et affiliés établissent une veille sur le terrain, se mobilisent sur des points particuliers et font circuler les informations vers les « bureaux » régionaux et le siège national à Ottawa. L’inverse est également vrai. Ces deux échelons peuvent susciter une mobilisation du haut vers le bas selon les décisions qui sont prises par les gouvernements aux niveaux fédéral et provincial. Ces centres régionaux et nationaux peuvent aussi donner plus d’ampleur à une campagne organisée par un ou quelques « Grassroots ». Sierra Club est une ONG essentiellement présente en Amérique du Nord. Les parties canadiennes et américaines du mouvement ont l’habitude de coopérer ensemble. Avec une origine et un esprit différent, Greenpeace est structurée de manière quasi identique mais à une échelle résolument mondiale. Revendiquant plus de 2,8 millions de membres et œuvrant dans plus de quarante pays, cette organisation a un siège international à Amsterdam. Il constitue à la fois une fondation et le bureau qui habilite et contrôle les différentes délégations dans le monde. De chaque pays s’effectue ensuite l’accréditation des groupes locaux.

Tableau 16 – Les différentes échelles d’intervention des acteurs du système forestier canadien

Tableau 16 – Les différentes échelles d’intervention des acteurs du système forestier canadien

26Outre cette structuration, Greenpeace travaille en réseaux aussi bien localement qu’aux échelles internationale que nationale (Encadré 22). Ces maillages sont la deuxième spécificité qui mérite toute notre attention. La coopération entre Greenpeace et le World Wildlife Fund ou WWF pour la promotion de la certification forestière en est un exemple dans le premier cas. Les protestations et les propositions pour la protection des ours et de leur habitat forestier le long du littoral Pacifique au Canada illustre le second cas. Greenpeace travaille, par exemple, avec Forest Ethics, le Rainforest Action Network et Sierra Club Canada. De par son organisation et ses collaborations, de par les différentes initiatives qu’elle prend du local au global, Greenpeace entend faire pression sur la sphère décisionnelle. De la même manière, elle est représentée dans les forums consultatifs lors des sommets internationaux organisés par les grandes institutions internationales. L’ONG originaire de Vancouver est ainsi présente lors de ces réunions et sommets de la Terre suscités par la CNUED. Greenpeace s’apparente à une multinationale verte qui est très présente sur les questions forestières (encadré 22). Ces actions multiscalaires envisagées par les organisations environnementales sont une originalité suffisante pour mériter une explication par l’exemple. « Global Forest Watch » vise à la création d’un observatoire international des forêts dans le monde, à la promotion du développement durable grâce notamment à la certification. Ce programme émane d’une ONG américaine basée à Washington et appelée « World Resources Institute » ou WRI. Créé officiellement en 1982, il se consacre essentiellement à plusieurs enjeux dont celui de la baisse des populations de certains poissons suite à une exploitation trop intense des océans et celui de la mise à mal des écosystèmes forestiers (WRI, 1997, 2000). Le WRI a largement été soutenu par deux multinationales vertes très connues : l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature ou UICN et le Fond Mondial de la Nature ou « World Wildlife for Nature (WWF) », tous deux basés en Suisse. Également appelée « World Conservation Union » depuis 1990, la première s’apparente à un réseau de représentants d’états, de scientifiques, d’agences gouvernementales et de plus de 800 ONG. L’UICN est présente dans plus de 180 pays et apporte son soutien et ses conseils aux initiatives pour la préservation de la nature et de la biodiversité. Rebaptisé WWFN ou « World Wide Fund for Nature » sauf en Amérique du Nord en 1986, le second a été fondé en 1961. Il regroupe plus de 5 millions d’adhérents dont 1 million de donateurs réguliers parmi lesquels le prince Charles d’Angleterre. 4000 permanents travaillent dans le monde pour le WWF. Cette ONG a été créée, entre autres, par un membre éminent de l’IUCN, le biologiste Julian Huxley. Ce dernier fut également le premier Directeur Général de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture plus connue sous le sigle anglais UNESCO. De ces croisements hérités de sa genèse, le WWF ne se départira jamais. Il collabore toujours avec de grands organismes internationaux comme la CNUED ou la Banque Mondiale. Ces partenariats concernent aussi les entreprises comme par exemple Ikéa. Les liens entre cette ONG et l’IUCN restent très étroits. Le WWF lance des collaborations et des initiatives pour contrer une exploitation prédatrice de la nature et développer une approche durable des ressources. Les forêts ont toujours été un de ces domaines privilégiés d’action. Comme l’UICN et avec les mêmes préoccupations, le WWF a soutenu la création du WRI. S’appuyant sur plus de 120 experts et scientifiques, cette ONG réalise de nombreux rapports, des études qui servent au WWF pour mieux élaborer ses propositions notamment sur la certification. Du côté des ONG, celle-ci est envisagée concrètement sur le terrain par le « Forest Stewardship Council », une autre ONG fondée par des ONG, parmi lesquelles, par exemple, le WWF.

Encadré 22 – Greenpeace. Une multinationale verte très présente sur les questions forestières
Aux origines d’une ONG canadienne : de la lutte contre les essais nucléaires à la protection contre l’environnement
La création de Greenpeace est indissociable du climat de rebellion contre le système établi tel qu’il existe dans les années 1960 et 1970. C’est dans ce contexte que plusieurs individus vont se forger de solides convictions dans ce militantisme contestataire dont Vancouver devient un des lieux incontournables (F. Zelko, 2004, J. Bohlen, 2001). Jim et Marie Bohlen, opposés à la guerre du Vietnam et aux essais nucléaires américains tout comme Irving et Dorothy Stowe, Terry Simons étudiant en géographie et environnementaliste convaincu ont déjà fondé Sierra Club. Ils connaissent Rod Marining chroniqueur au quotidien « Vancouver Sun », hippie et acteur de théâtre alternatif. Cet anti-guerre est aussi un écologiste convaincu qui rejoint le camp de la protestation contre l’urbanisation sauvage à Vancouver. Il rencontre à cette occasion Paul Watson qui est un farouche activiste. Robert Hunter (1941-2005), journaliste au « Vancouver Sun » est lui aussi bien connu dans la mouvance antinucléaire et écologiste. Tous ont en commun cet attachement viscéral à l’antimilitarisme, une hostilité à l’arme atomique et une volonté de protéger l’environnement contre toutes les menaces que l’homme fait peser sur lui. S’ajoute à ces idées un profond antiaméricanisme, à ce modèle de la société de consommation par excellence et à cette toute puissance militaire. Paul Côté, pacifiste et opposant aux essais nucléaires, originaire d’une famille aisée de Vancouver se radicalise au gré d’une année d’étude à la Sorbonne au moment où éclatent les événements de 1968. Il rejoint les fondateurs de Sierra Club dès son retour au Canada. Ben Metcalfe (1919-2003), lui aussi journaliste et environnementaliste convaincu sera de la partie. David MacTaggart (1932-2001) sera le fondateur de Greenpeace au niveau international (D McTaggart, 2002). Il est impossible de citer tous ceux qui ont jeté les bases de ce qui est aujourd’hui une véritable multinationale verte. Plus que comme une aventure individuelle, Greenpeace apparaît comme le croisement d’un contexte politique et social et des itinéraires militants complémentaires de plusieurs personnalités (R. Hunter, 2004). Brandissant souvent deux doigts en V pour souligner leur attachement à la paix (Peace), ces environnementalistes lui associent bientôt le mot « Green » pour bien rappeler leurs convictions écologistes. L’expression « Greenpeace » naît ainsi avant l’organisation. Plusieurs de ces écoguerriers sont déjà impliqués dans des campagnes pour la protection des baleines que Greenpeace étend et popularise après sa création (P. Watson, 2002). Devant l’intensification des essais nucléaires américains en Alaska depuis 1965, en particulier dans les îles Aléoutiennes, nos empêcheurs de tourner en rond se mobilisent. Ils décident d’emprunter un chalutier à un sympathisant, John Cormack, rebaptisent le bateau du nom de Greenpeace et voguent vers l’Alaska. 3 journalistes dont Bob Hunter, Ben Metcalfe et un photographe font partie de l’équipage. Le navire ne parviendra pas sur les lieux d’une nouvelle explosion prévue en octobre 1971. Les garde-côtes américains mettent brutalement fin à cette odyssée protestataire. Elle n’a pas mis un terme aux essais nucléaires américains mais l’écho que les liens que ces militants entretiennent avec la presse garantissent une grande couverture médiatique à l’événement. L’aventure « Greenpeace » est née. La fondation Greenpeace voit le jour officiellement en mai 1972 sous l’impulsion de Bob Hunter avec l’accord de Jim Bohlen, Irving Stowe ou encore Paul Coté.

Une organisation écologiste internationale
Greenpeace est une association sans but lucratif qui revendique 2,8 millions de membres dans 41 pays. Née à Vancouver, elle a progressivement pris de l’ampleur à partir de groupes locaux puis régionaux et des représentations nationales. L’organisation se tourne vers l’Asie et particulièrement la Chine depuis quelques années. La France est assurément un des pays d’Europe occidentale où les différentes facettes de ses activités sont les moins développées. Si les protestations et l’activisme y sont présents, les initiatives de sensibilisation et d’éducation à l’environnement, les contre-expertises et les propositions sont moins étoffées que dans d’autres pays européens comme l’Allemagne, la Belgique ou les Pays-Bas par exemple. Greenpeace y compte plus d’adhérents. Le siège international est situé à Amsterdam. L’ONG s’est dotée d’une fondation distincte qui lui permet de davantage lever des fonds et d’avoir des activités lucratives comme la vente de livres, de calendriers, de jouets ou encore de T-shirts.
Tout en ayant un rayonnement international, l’organisation écologiste reste très attachée à sa région et à son pays d’origine. Greenpeace a 150 permanents au niveau mondial. 35 d’entre-eux sont au Canada. Ils sont répartis dans trois représentations. Tout en comptant autant d’employés qu’à Montréal pour le Québec, celle de Vancouver a été la première créée par l’association dès 1971. Situé à Toronto en Ontario, le bureau national rassemble 23 personnes.

Un important travail en réseau sur les questions forestières
Les combats de Greenpeace se sont progressivement étendus à la protection des forêts, avec en particulier les forêts pluviales dans les vallées côtières de l’île de Vancouver et du littoral de Colombie-Britannique. L’organisation écologiste dénonce les multiples entorses et reculades par rapport au code des pratiques forestières qui avait lancé le développement durable au début des années quatre-vingt-dix.
Dèjà insidieusement remis en cause par le « New Democratic Party » (NDP) alors qu’il était au pouvoir, cette tendance s’est accentuée avec le retour aux affaires du « Liberal Party » c’est-à-dire des conservateurs en 2001. Greenpeace dénonce ce revirement et cette part de plus en plus belle faite aux intérêts des grandes compagnies forestières. Outre les protestations, la veille écologique sur le terrain, Greenpeace propose ses propres contre-enquêtes pour bien montrer que le Ministère des Forêts et les entreprises de la filière bois restent très en retrait sur les forêts durables.
La mobilisation des membres de Greenpeace s’effectue du local au global. L’organisation fondée à Vancouver est très présente sur la protection des forêts qu’elle qualifie de « primaires » au niveau mondial. Soucieuse de défendre ses positions, cette multinationale verte est présente dans les symposiums consultatifs des grandes conférences internationales dont celles de l’OMC. Greenpeace fait partie des groupes de pression écologistes qui, développent une analyse sociale des problèmes environnementaux. Elle soutient fréquemment les natifs dans leur lutte pour la protection de leur mode de vie, pour la rétrocession des terres qu’ils jugent ancestrales et l’accès aux ressources en particulier en Amérique du Nord. Ce faisant, cette organisation, comme d’autres, développe une représentation de la nature qui n’est pas toujours en adéquation avec celle que peuvent avoir les autochtones (P. Descola, 1986, W. Cronon, 1996). Sans doute est ce la raison pour laquelle ils préfèrent parfois maintenir une certaine distance avec les environnementalistes afin de mieux faire valoir eux-mêmes leurs droits ou visions du monde (D. Chartier, 2005, E. Glon, 2001, op cité). Rappelons que si les forêts demeurent un champ d’investigation important, il n’est pas le seul pour Greenpeace. La lutte contre les OGM, les campagnes contre les produits chimiques et pour des énergies renouvelables, contre le nucléaire civil et militaire sont quelques exemples des thèmes de mobilisation de Greenpeace. S’ajoute à ceux-là, la volonté de promouvoir un mode de vie moins dévoreur d’énergies génératrices de gaz à effets de serre afin de limiter le réchauffement climatique.

27S’intéresser à « Global Forest Watch » revient finalement à mettre l’accent sur ce maillage d’organisations environnementales et à révéler la place des plus importantes d’entre elles. Cet observatoire des forêts mondiales lancé par le WRI consiste aussi à établir une surveillance de celles-ci à l’échelon local. Encore faut-il trouver des individus prêts à s’investir avec deux objectifs. Le premier est de dénoncer les pratiques jugées abusives d’une exploitation productiviste et de les porter à la connaissance du public. Le second consiste à participer à des micro-initiatives pour favoriser le développement durable et la certification. Ce projet fait de veille, de propositions et d’actions sur le terrain a déjà fait des émules dans de nombreux pays dont les États-Unis, la Russie mais aussi plusieurs pays africains comme par exemple le Gabon et le Cameroun. Le Canada n’est pas en reste. Les initiatives du WRI retiennent l’attention de plusieurs groupes dans plusieurs provinces (Ontario, Québec, Manitoba, Saskatchewan, Alberta, Colombie britannique). Avec les conseils du WRI, Sierra Legal Defense Fund met en place « Forest Watch » en Colombie-Britannique en s’appuyant sur 200 volontaires. Tout en ayant manifesté son accord sur le fond, Greenpeace ne s’y implique pas directement mais cette ONG est déjà un partenaire du WWF sur la question de la certification.

28Si « Global Forest Watch » est plutôt un emboîtement vertical du global au local mettant en scène plusieurs ONG, des réseaux plus horizontaux existent également. Ils apparaissent soit sous la forme de coopérations entre différentes ONG, soit entre les groupes régionaux dans différentes parties du monde d’une même organisation. La collaboration entre Greenpeace et le WWF via le SCF pour faire progresser la certification forestière au niveau international illustre le premier cas. Nous y revenons plus loin. Demeurée célèbre, une campagne lancée en 1993 concerne le second cas. Elle témoigne comme bien d’autres expériences depuis du rôle incontournable que l’électronique et l’utilisation d’Internet vont jouer dans les mobilisations des environnementalistes. Ces militants savent se saisir de ces nouvelles opportunités et les combiner au recours aux médias plus classiques pour donner plus d’efficacité à leurs démarches. En 1993, le magazine allemand « Stern » publie en double page une photographie aérienne montrant de vastes zones de coupe claire sur les flancs d’une montagne de l’île de Vancouver en Colombie-Britannique. L’article du célèbre magazine allemand précise que le papier utilisé dans son pays est fabriqué à partir de bois provenant en partie de cette province canadienne. La conclusion est cinglante. En achetant du bois provenant de ces forêts, l’Allemagne est complice de la destruction des forêts pluviales océaniques Cet article suscite un vif émoi dans l’opinion publique qui est très sensible aux causes environnementales outre Rhin (D. Soyez, R. Hayter, 1996). Des représentants du pouvoir fédéral canadien et de la province de Colombie-Britannique se rendent alors dans leur Ambassade en Allemagne afin de rassurer les autorités politiques de ce pays. Avant tout soucieuses de se dégager d’une responsabilité dans cette destruction des forêts du Pacifique, elles demandent des explications. Bien en peine de leur en donner, les membres de la délégation colombienne s’évertuent à leur expliquer que des changements sont en cours dans cette région pour plus de développement durable. Seuls des responsables politiques participent à ces négociations. Cherchant volontairement la discrétion, les entreprises de la filière bois exploitant ces forêts ne sont pas présentes dans les pourparlers. L’article et la photographie du « Stern » ne sont pas arrivés par hasard. Ils sont publiés après une intense mobilisation des militants de Greenpeace Canada. Quelques-uns ont pris contact avec leurs homologues en Allemagne au début des années 1990 pour envisager une dénonciation de ces coupes à blanc destructrices sur l’île de Vancouver. Du côté canadien, les environnementalistes fournissent toutes les informations aux membres de Greenpeace en Allemagne par courrier électronique. La mobilisation est ensuite coordonnée par ce moyen. Les militants allemands multiplient les panneaux d’affichage, les articles dans leurs journaux pour alerter l’opinion dans leur pays. La mobilisation pacifique et informative s’accompagne d’actions coup-de-poing. Plusieurs environnementalistes s’enchaînent aux grilles de l’Ambassade du Canada en Allemagne afin de dénoncer cette complicité des autorités de leur pays dans l’exploitation prédatrice des forêts pluviales de Colombie britannique. C’est après plusieurs mois de mobilisation de cette ONG que le « Stern » envisage son propre reportage sur la question. Quelque temps après sa parution, les militants écologistes envoient d’Allemagne à leurs collègues canadiens l’article de ce périodique et d’autres parus dans différents journaux sur cette affaire. Greenpeace Canada a alors beau jeu de les publier pour montrer que même à l’étranger ces coupes claires dans des forêts pluviales suscitent des réactions désapprobatrices (E. Glon, R. Hayter, D. Soyez, 2001). À environ 10 000 kilomètres les uns des autres, de part et d’autre de l’Atlantique, les environnementalistes se sont rarement rencontrés pour orchestrer la mobilisation. Les retrouvailles n’ont eu lieu que pour les quelques conférences de presse en Allemagne. Tous les jalons de cette campagne ont été savamment organisés par un petit nombre d’environnementalistes aussi bien du côté Allemand que du côté canadien grâce à l’outil informatique. Voilà assurément un bel exemple d’action internationale dans la disjonction spatiale et humaine (M. Keck, K. Sikking, 1998) comme les ONG environnementales savent les envisager (R. E Freeman et alii, 2000). Il est difficile de mesurer l’impact effectif de cette campagne sur l’application du développement durable en Colombie britannique. Roger Hayter et Dietrich Soyez montrent que les autorités politiques fédérales et provinciales ne peuvent néanmoins rester insensibles à ces campagnes et agir aussi librement qu’elles le voudraient (D. Soyez, R. Hayter, 1996, op cité). Incontestablement, la sphère décisionnelle doit tenir compte des pressions des ONG. Ni le pouvoir politique, ni les entreprises ne peuvent réellement faire fi des actions et des propositions des environnementalistes. Comme ces derniers ne détiennent pas la décision, comment concrètement leurs initiatives émergent-elles sur la scène forestière ?

Le cas emblématique de la certification forestière

29L’exemple de la certification forestière est suffisamment significatif pour illustrer idéalement notre propos. À quoi correspond t-elle exactement ? Encore appelée écocertification, elle tend à garantir aux consommateurs que le bois et les produits du bois viennent de forêts qui sont exploitées et gérées de manière durable (J-M Barbier, 1997, P. Arnould, 1999, op cité). L’enjeu est énorme. Il s’agit de montrer que l’exploitation forestière ne se fait pas de façon prédatrice. Le public n’y est pas insensible. En achetant du bois écocertifié, il entend participer à cette démarche de forêts durables. Les entreprises de la filière bois ne peuvent pas occulter cette préoccupation sous peine de se priver d’une partie de leur clientèle potentielle ou de passer pour de méchants coupeurs de bois. Tout en étant soucieuses de cette éventuelle démarche de qualité, ces compagnies doivent en même temps trouver une matière première en masse et si possible à bas prix. Tiraillées entre les exigences de rentabilité et les aspirations écologistes d’une partie des consommateurs, nombre d’entreprises sont tentées par la certification mais sans remettre en cause les impératifs économiques. Les ONG ne manquent alors pas de dénoncer cette manipulation et un engagement en demi-teinte de la filière bois. Quoiqu’il en soit, se dégage cette impression que ceux qui sont en dehors de cette application concrète du développement durable ont une vision prédatrice des forêts. Inversement, ceux qui respectent une exploitation et une gestion respectueuses des écosystèmes forestiers semblent placés hors de tout soupçon et auréolés d’un label de qualité très envié. Reste ensuite à donner un contenu à ce que l’on entend par écocertification. Chacune des parties prenantes cherche à y défendre ses propres intérêts. Tout ceci est avivé par ce contexte d’une déforestation bien perceptible à l’échelon mondial et en particulier dans les régions tropicales. C’est d’ailleurs par rapport à cette menace pesant sur les forêts mondiales que l’écocertification a été abordée et, en partie, définie lors du Sommet de la Terre à Rio par la CNUED en 1992. La démarche fait l’objet d’une attention croissante au niveau mondial mais aussi de la part de nombreux états. Le Canada en est un exemple. Il est d’autant plus intéressant que toutes les facettes de l’enjeu de la certification y sont présentes et qu’au travers de ce débat se révèlent les positions, tensions et inégalités qui agitent le socio système d’acteurs.

30Précisons tout de suite que quatre démarches de certification forestière existent actuellement dans ce pays. Quatre ; ce seul chiffre suffit à prouver l’attention que suscite la question. Une d’entre-elles émane de l’Organisation Internationale de Normalisation, plus connue sous le sigle anglais ISO (International Standards Organisation). Créée en 1947, elle regroupe 90 pays, dont le Canada, avec pour objectif de faciliter les échanges internationaux et de délivrer des normes de qualité notamment sur le plan environnemental. La 14001 s’applique, entre autres, à la foresterie. Bien que membre de l’ISO, le Canada a développé ses propres critères nationaux pour juger de l’existence d’un Aménagement Forestier Durable ou AFD. Fruit, dès 1994, des travaux de l’Organisation Canadienne de Normalisation, répertorié sous le sigle CSA de l’anglais « Canadian Standards Association », celle-ci s’est largement appuyée sur les indicateurs du développement durable publiés par le CCMF en 1995. Si l’ISO a une dimension internationale et le CSA une influence strictement nationale, les deux se complètent sur plusieurs points. Le label d’écocertification est délivré d’après le rapport de l’entreprise qui n’y fait figurer que des objectifs à atteindre pour un plus grand respect de l’environnement. Dépourvues de tout avis d’interlocuteur neutre et superficielles sur la procédure, ces initiatives ne sont suivies d’aucune vérification sur le terrain. Si l’ISO et le CSA valent essentiellement sur les terres publiques, une troisième démarche a le vent en poupe. Ne valant que pour les forêts privées, la SFI ou « Sustainable Forestry Initiative » est d’origine américaine. Comme aux États-Unis, elle gagne du terrain au Canada depuis 1996 essentiellement sous l’impulsion des grandes entreprises de la filière bois qui ont leurs propres domaines forestiers. Proclamant leur volonté de mieux prendre en compte les écosystèmes forestiers, ces compagnies se contentent d’un catalogue de bonnes intentions et d’actions. Là encore, aucune vérification n’est réalisée sur le terrain par des intervenants extérieurs. La quatrième démarche d’écocertification est le fait du petit Poucet, le « Forest Stewardship Council » ou FSC. Cette ONG créée en 1993 par d’autres ONG avec surtout le WWF fonde son approche sur 10 critères (H. Brédif, P. Boudinot, 2001, op cité) (Encadré 23).

31Ils sont assez proches de ceux du CCMF dans l’esprit. Le FSC engage des discussions avec les propriétaires et exploitants forestiers, les entreprises de la filière bois autour des 10 paramètres. Il tente ensuite d’envisager leurs applications concrètes en fonction des réalités de terrain qui varient selon les pays et les régions du globe. Outre cette prise en compte des écosystèmes forestiers, ce qui singularise le plus la certification du FSC réside dans son appropriation par les populations locales et par la prise en compte de critères sociaux. Cette procédure est la seule qui s’appuie sur des vérifications sur place. Encore faut-il avoir les moyens financiers et humains pour le faire, ce qui, pour cette ONG, n’est pas toujours le cas.

Encadré 23 – Les 10 principes du Forest Stewardship Council ou SFC
1- Respect des lois du pays et des accords internationaux dont il est signataire. Respect des principes du FSC.
2- La sécurité foncière et les droits d’usage doivent être clairement établis.
3- Respect des droits des peuples à la propriété et à l’usage des ressources.
4- La gestion forestière doit contribuer au bien être social des travailleurs forestiers et des communautés locales.
5- La gestion forestière doit encourager l’utilisation des multiples produits et services de la forêt.
6- L’aménagement doit maintenir la biodiversité.
7- Un plan d’aménagement forestier est obligatoire.
8- Un suivi régulier de l’exploitation forestière doit être effectué afin d’évaluer les rendements forestiers et l’impact de cette gestion sur l’environnement.
9- Des forêts naturelles bien développées et des sites de haute valeur environnementale doivent être préservés.
10- L’exploitation s’accompagne d’actions de plantation.
Source : sites Internet du FSC et du WWF

32Plusieurs procédures de certification peuvent se superposer pour les mêmes terres forestières.

33Plus précisément, l’ISO est pratiquement toujours associée à une des trois autres démarches. Par conséquent, le sous-total ISO ne peut entièrement s’ajouter à celui des CSA, FSI et FSC en raison des double-comptes. C’est en les éliminant que nous aboutissons aux totaux dans le tableau 17.

34Au-delà de cette mise en garde, l’écocertification progresse fortement au Canada. Concernant 109 millions d’hectares en 2002, elle atteint 153 millions d’hectares en 2005, soit 62 % des superficies forestières productives et plus de la moitié de la possibilité annuelle de coupe. Celles qui connaissent le plus de succès, c’est-à-dire les initiatives ISO, CSA et SFI sont aussi celles qui préservent le plus les intérêts économiques des entreprises. Plus contraignante notamment en terme de suivi, de vérification et de critères de définition, l’approche FSC demeure très en retrait. Avec 10 millions d’hectares, elle est néanmoins 10 fois plus importante en superficie en 2005 qu’en 2002. Que quatre possibilités de certification soient possibles au Canada est le reflet des tensions et désaccords qui agitent le socio système sur le sujet. Faute d’un consensus qui se serait progressivement dégagé, pratiquement chaque groupe d’acteurs défend sa propre procédure et ses intérêts. Le pouvoir politique fédéral et provincial est présent grâce à l’ISO et à la SCA alors que les entreprises défendent aussi la SFI. Les deux premières valant surtout sur les terres publiques, elles profitent de fait aux entreprises privées de la filière bois qui y détiennent les droits de coupe. Leur présence est flagrante avec le SFI mais cette fois-ci pour les terres privées. Ce qui se joue au travers de l’écocertification et de ces trois démarches apparemment différentes, n’est autre qu’une recomposition de la sphère décisionnelle. Elle est là presque comme au temps de sa splendeur mais avec un voile pudique de préoccupations environnementales. Plus modeste, la place du FSC nous rappelle qu’être en dehors de ce cercle de décideurs vous donne nettement moins d’influence. Mettre plus de contraintes sur les compagnies de la filière bois, prendre en compte les écosystèmes forestiers comme les données socio-culturelles n’est pas aisé. De telles initiatives suscitent des résistances, voire une certaine manipulation de l’idée d’écocertification de la part des entreprises et du pouvoir politique pour mieux y faire valoir les intérêts économiques. Pas facile dans ces conditions d’apparaître comme un contre pouvoir et une force de contre-proposition comme essayent de l’être les ONG et plus particulièrement ici le FSC. La situation n’est pourtant pas figée. Que par l’action des environnementalistes et la sensibilité du public, une démarche plus radicalement environnementaliste et moins marchande de l’écocertification s’avère intéressante et la sphère décisionnelle peut évoluer. Si l’intérêt des entreprises forestières et du pouvoir politique est valorisé, rien ne les empêche d’adopter alors une approche plus durable. Une telle évolution semble difficilement envisageable sans les pressions, les protestations, les propositions que font les ONG. Si nous avons mis l’accent surtout sur celles qui œuvrent dans le champ de l’environnement, les organisations indiennes semblent aussi structurées du local au global. Particulièrement présentes aux niveaux provincial et national, il semble qu’elles le soient aussi à l’échelle internationale. Les différentes facettes de ce déploiement sont au cœur d’une recherche actuellement en cours. C’est la raison pour laquelle, elles ne sont pas développées dans cet ouvrage. Au travers de leurs nombreuses actions, l’une des idées de ces ONG environnementales et natives rencontre un écho grandissant, c’est celle d’une vision non exclusivement marchande et industrielle des forêts. Difficilement imaginable sans un autre regard sur l’environnement, n’est ce pas une autre éthique de la place des ressources et de l’environnement qui est en jeu ?

Tableau 17 – Les superficies forestières certifiées et leur évolution de 2002 à 2005

Année 2002

Année 2005

CSA

9

67

SFI

8

37

FSC

1

10

Sous total CSA, SFI, FSC

 ?

114

Sous total ISO

108

136

Total

109 millions d’hectares

153 millions d’hectares

Source : Service canadien des forêts

Notes

1 BC wild, Earthroots, Ecotrust, Forest watch, Greenpeace, Union Québécoise pour la conservation de la nature, Sierra Club Toronto, Sierra Club of Western Canada, Sierra Legal, West Coast Environnemental Law, Western Canada Wilderness Committee. L’organisation autochtone est la UBCIC (Union of British Columbians Indians Chiefs).

Table des illustrations

Titre Tableau 15 – Les types d’acteurs, d’interventions et d’actions dans le système forestier canadien
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14987/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 4 – Les thèmes obligés de négociation et de divergences potentielles entre les acteurs d’une système forestier complexe
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14987/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Photo 11 – le Western Canada Wilderness Committee (WCWC) fête ses 25 ans à l’automne 2005 à Vancouver
Légende C’est l’occasion pour un des fondateurs, Paul George ici à la tribune de revenir sur l’historique de l’ONG et sur les différentes actions entreprises. Basé dans l’ouest canadien, le WCWC ne cesse de dénoncer le productivisme forestier, de faire des propositions pour le développement durable et surtout de réclamer plus de protection notamment pour les forêts pluviales océaniques. Résolument pacifique, cette organisation attache également beaucoup d’importance à l’éducation à l’environnement. Des réunions comme celle des 25 ans sont l’occasion de lever des fonds pour des campagnes portant sur des thèmes précis. Batailler pour la création de nouveaux parcs provinciaux intégrant des forêts anciennes en est un exemple. Les ventes d’articles (calendrier, brochures) alternent avec les ventes aux enchères de réalisations variées (photographies, tableaux) par des artistes au profit du WCWC lors des réunions et fêtes qu’il organise.
Crédits Photographie Eric Glon-2005.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14987/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Tableau 16 – Les différentes échelles d’intervention des acteurs du système forestier canadien
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14987/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search