Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Forêts et société au Canada

 | 
Éric Glon

Forêts et construit social ou la controverse de la chouette tâchetée

La controverse de la chouette tâchetée

Texte intégral

Vous avez dit chouette tâchetée ?

1Elle fait l’objet de nombreux articles dans la presse, de commentaires à la radio et à la télévision, de défilés de partisans. De qui parle t-on exactement ? De Madonna s’exhibant partout pour la promotion de son dernier disque ? Pas du tout. Ses photos font la une des journaux, certaines d’entre-elles vendues aux enchères atteignent des prix étonnants, les débats et les polémiques font parfois rage autour de son cas ? Il entraîne même des procès et des démarches en justice. Ces quelques indices vous mettent-ils davantage sur la piste ? Qui est en cause ? La sculpturale Sharon Stone pour une de ses dernières sorties nous révélant une partie de son anatomie grâce à une tenue dont elle a le secret ? Là encore c’est perdu. À la différence de cette actrice, notre créature est extrêmement discrète, vit la plupart du temps cachée au milieu de la forêt, a horreur de la foule, est toujours très couverte quelle que soit la saison. Lorsque nous évoquons les débats passionnés qu’elle suscite, ce sont davantage des discussions d’experts que des cris hystériques de hordes de fanatiques. Avec de telles précisions, il est évident qu’il ne peut s’agir de Madonna et encore moins de Sharon Stone. De qui parle t-on autant alors ? Qui se permet d’occuper régulièrement le devant de la scène sans être une star du monde médiatique ? Au risque de vous décevoir, c’est d’un volatile sur lequel nous voulons attirer votre attention et plus précisément de la chouette tâchetée nordique. Comment peut-on autant causer d’elle et se mobiliser autour de son sort. Très discrète dans son mode de vie, elle l’est aussi au niveau de sa taille et de ses caractéristiques physiques. Mesurant de 40 à 48 cm, cet oiseau offre une tête pourvue de deux disques faciaux d’un marron auréolé de blanc, un plumage brun foncé avec des tâches blanchâtres surtout sur sa poitrine, d’où son nom.

 

2Comme la quasi-totalité de ses congénères, la chouette tâchetée nordique (Photo 10) est parfaitement adaptée à la vie nocturne et à la chasse de nuit. Elle se nourrit de petits mammifères, d’oiseaux, d’insectes et s’établit souvent en couple stable au sein d’un territoire qu’elle conserve d’années en années en sachant que cette créature peut arpenter plus de 1000 hectares par an. À quoi bon toutes ces précisions surtout qu’aucune d’entre elles ne permet pour le moment de répondre à cette question clé. Pourquoi nous pencher autant sur le sort de cet animal et pourquoi autant de passions autour de lui ? De ses habitudes de vie découlent des caractéristiques incontournables du milieu dans lequel il vit, de la niche écologique où cette chouette peut s’installer. Supportant peu la présence humaine, la chouette tâchetée a besoin d’un vaste espace, d’un milieu frais et humide, riche sur le plan de la biodiversité pour satisfaire ses besoins. Nichant occasionnellement dans des cavités rocheuses, elle recherche le plus souvent des creux dans les vieux arbres ou au sein de troncs morts. Ces conditions sont réunies dans les forêts pluviales anciennes en dessous de 1000 mètres en Colombie britannique du côté canadien mais aussi dans les États de Washington, d’Oregon et jusqu’au nord de la Californie aux États-Unis. Une autre variété de la chouette tâchetée plus petite est présente plus au sud, dans les vallées et canyons du sud américain et des cordillères de l’ouest du Mexique. Pour ce qui est de la chouette présente au nord-ouest qui nous intéresse ici, le principal problème est qu’elle se localise dans les forêts qui sont fortement convoitées par les grandes entreprises de la filière bois depuis des décennies. L’aire de localisation de cet oiseau n’a cessé de se réduire en raison de l’exploitation forestière. Si la chouette tâchetée parvient à se maintenir dans des espaces forestiers associant de vieilles forêts et de plus jeunes issues notamment de plantations, il semble bien que les coupes à blanc répétées sur des sites bien circonscrits contribuent largement à la disparition de cet animal. Il n’est pas présent lorsque ne subsistent plus que des parcelles dénudées après l’exploitation et d’autres voisines composées de jeunes arbres plantés par l’homme. Là débute la polémique. Avec le déclin de ses effectifs, la chouette tâchetée est devenue le symbole des dangers que fait subir le productivisme aux écosystèmes forestiers, qui plus est ceux des forêts pluviales. Elle apparaît aujourd’hui comme l’emblème du combat des environnementalistes qui demandent plus de protection et plus de développement durable afin de sauver les populations de ce volatile qui existent encore.

Photo 10 – carte postale/pétition adressée par le Western Canadian Wilderness Committee (WCWC) au Premier (Premier Ministre dans les provinces) de Colombie-britannique pour obtenir une loi provinciale pour la protection de la faune et de la flore sauvage en danger

Photo 10 – carte postale/pétition adressée par le Western Canadian Wilderness Committee (WCWC) au Premier (Premier Ministre dans les provinces) de Colombie-britannique pour obtenir une loi provinciale pour la protection de la faune et de la flore sauvage en danger

Cette carte montre une chouette tâchetée car elle est au cœur de cette campagne de protection.

Source : document WCWC, publié avec l’aimable autorisation du Western Canada Wilderness Committee

Une controverse passionnée révélatrice du socio système forestier canadien

3Combien y a-t-il encore de chouettes tâchetées dans l’ouest canadien et plus précisément dans le sud-ouest de la Colombie britannique où elles sont regroupées ? 12 selon plusieurs associations écologistes, 22 d’après les autorités provinciales. Les premiers insistent sur une baisse constante des effectifs, en particulier du nombre de couples. Les seconds sont plus pondérés sur ce déclin des adultes. Ils relativisent, de manière plus globale, la baisse des populations en prenant en compte les jeunes et le dénombrement des nids. Ni le nombre plutôt encourageant de juvéniles ni le nombre d’aires de nidification n’indiquent une extinction imminente de la chouette tâchetée. Ce sont là les données du Ministère de la Protection de l’Eau, de la Terre et de l’Air, nouvelle dénomination du Ministère de l’Environnement. Chacun y va de son recensement, de ses critères pour évaluer le nombre de ces volatiles. Ces surenchères comme cette obsession d’un comptage précis ont quelque chose d’assez absurde. On imagine les écologistes ou les experts des ministères arpentant les forêts pour scruter minutieusement chaque arbre pour dénicher le moindre indice de la présence du volatile. Tout ceci est vain car jamais un tel recensement ne peut s’avérer exhaustif. Même en admettant ces données fiables, quelle pertinence leur accorder ? Qui croire lorsque d’une part les ministères colombiens ont tendance à défendre les intérêts économiques et de la filière bois et quand d’autre part les ONG s’opposent à leurs pratiques jugées prédatrices.

4Les intérêts des uns et des autres sont réels mais si différents. Par-delà cette illusion du comptage qui, par ailleurs, n’est jamais neutre, il y a au moins une idée qui fait consensus, celle de la diminution des populations de chouettes tâchetées en Colombie britannique. Elle est jugée suffisamment inquiétante pour que cet oiseau soit classé espèce en péril au niveau fédéral en 1986 par le Comité sur la Situation des Espèces en Péril au Canada ou COSEPAC. Bien que cet organisme créé en 1977 et dépendant du Ministère Fédéral de l’Environnement ait peu de pouvoir, il évalue les populations d’animaux avant d’alerter l’opinion et d’inciter les institutions, associations, individus à s’entendre autour d’initiatives facilitant la préservation. Ce comité reprend au niveau national ce qui a été mis en valeur au niveau provincial par une équipe de biologistes travaillant pour le gouvernement de Colombie britannique. Observant chaque année depuis 1986 les mêmes sites au nombre de 76 dans les forêts pluviales du sud-ouest de la province, ils en déduisent une diminution régulière et rapide des effectifs de la chouette tâchetée. De 100 couples en 1991, ils seraient tombés à 33 couples en 2002 (I. R Blackburn, S Godwin, 2003). C’est pour les années les plus récentes que la polémique et les surenchères se font plus intenses. Ni les autorités provinciales ni les ONG ne veulent perdre la face. Les Ministères des Forêts et de la protection de l’eau, de la terre et de l’air relativisent cette baisse. Ils se targuent d’avoir mis en place un plan de gestion dans les années 1990 sur plus de 300 hectares pour faciliter le plan de maintien de notre volatile. Les organisations environnementales dénient à la province tant de bonnes intentions. Le « Western Canada Wilderness Committee » (WCWC) et le « Sierra Legal Defense Fund » (SLDLF) publient en 2002 un rapport intitulé « Logging to extinction » montrant que les méthodes d’exploitation demeurent suffisamment insoutenables pour condamner l’habitat de la chouette tâchetée en de nombreux endroits. International Forest Product (Interfor) et Canadian Forest Product (Canfor), deux multinationales de la filière bois en profitent pour se glisser dans ce bras de fer ou dans ce que nous appelons ce jeu d’acteurs. Incarnant le productivisme sous toutes ses facettes, les deux entreprises décident d’arrêter momentanément les coupes dans les zones peuplées de chouettes tâchetées, tentant de montrer leur bonne volonté dans cette histoire et renvoyant la balle dans le camp du gouvernement provincial. Une équipe de réflexion recommande vivement de protéger assez longtemps les forêts pour qu’une population de 125 couples soit atteinte. Souhaitant intégrer les résultats de ce travail ou feignant de le faire, les autorités colombiennes découvrent un nouveau rapport du WCWC et du SLDF publié en décembre 2005 sous le titre « In Defence of Canada’s Spotted Owl ». Il montre que les compagnies forestières détentrices de permis de coupe sur les terres forestières publiques de la Province, c’est-à-dire avec la bénédiction de celle-ci, continuent de couper les forêts, y compris avec des coupes à blanc, dans les zones d’habitat de la chouette tâchetée. Les deux ONG estiment la situation inquiétante. Revenus au pouvoir en 2001, les libéraux, c’est-à-dire les conservateurs en Colombie britannique, amendent le code des pratiques forestières dès 2002 puis en 2004. Le Ministère des Forêts (MOF) assouplit les réglementations en faveur des compagnies exploitantes. Le renouvellement des peuplements, la protection de niches écologiques relèvent finalement plus de l’appréciation des entreprises privées que de l’autorité publique. Le chef de district forestier relevant du MOF peut librement différer la fixation des autorisations annuelles de coupe en volume. Autant de dérégulations qui masquent ce qui se fait concrètement en forêt et donnent plus de garanties d’accès au bois aux entreprises forestières. Avant tout soucieuses de se procurer de grandes quantités de matière première, elles sont peu enclines à se préoccuper de la protection de l’environnement de la chouette tâchetée surtout lorsque rien ne les y oblige.

5Une coalition plus large de groupes environnementaux se forme avec Le WCWC et le SDLF mais aussi la « David Suzuki Foundation », une fondation créée par un scientifique de l’ouest canadien, « Forest Ethic » et « Environmental Defense Canada ». Ensemble et par la voix des avocats travaillant dans le « SDLF », elles exigent, par un recours en justice, une médiation fédérale demandant au gouvernement de Colombie britannique d’appliquer à la province l’acte de loi espèces en danger ou « Species at Risk Act », en anglais, adopté en 2003. Pensé dans le droit fil de la COSEPAC, il n’a que peu d’incidences car il n’est qu’un ensemble de recommandations pour les acteurs en présence pour prendre des initiatives afin de protéger davantage des espèces classées préalablement en danger. Envisagé au niveau national, cet acte ne vaut que pour les terres fédérales, soit 1 % de la superficie de la Colombie britannique. Ces restrictions n’empêchent pas les représentants d’Ottawa d’inciter cette province à plus d’égards pour la chouette tâchetée. En 2006, le gouvernement colombien publie un plan sur cinq ans. Il n’envisage aucunement une diminution des coupes dans les zones d’habitat de l’oiseau jusqu’à la fin des Jeux Olympiques de 2010 qui auront lieu à Vancouver et dans le sud-ouest de la région du Pacifique. De nombreux aménagements sont prévus à cet effet dans les vallées et leurs versants pour l’organisation de cette manifestation et l’accueil des athlètes. Il ne s’agit pas de remettre ces équipements en cause sous prétexte d’un danger pour la chouette tâchetée.

6Le Ministère des Forêts et celui de la Protection de l’eau, de la terre et de l’air projettent des mesures pour capturer et nourrir les oiseaux avant de les transférer dans d’autres secteurs où ils seront relâchés. Rien n’est dit sur les modalités d’application de telles mesures. Aucune indication n’est donnée sur la qualité des zones retenues en sachant que si la chouette tâchetée est localisée là où elle est actuellement c’est parce les conditions la satisfont. Il n’est pas dit que cette transplantation lui convienne. Ce plan provincial est un véritable pied de nez aux ONG environnementalistes dont la mobilisation ne se relâche pas pour la chouette tâchetée qui n’en demandait pas tant. Elle est, à son insu et le plus souvent pour le moment à ses dépens, devenue l’héroïne d’un mauvais feuilleton où se mettent en scène tous les acteurs du système forestier canadien. Les entreprises de la filière bois et les gouvernements provinciaux qui tirent souvent beaucoup d’avantages des activités forestières et ne veulent pas trop en contrarier les intérêts. À noter que la Colombie britannique n’a pas de loi de protection des espèces en danger et des écosystèmes où elles vivent mais une collection de mesures ponctuelles assez superficielles. Le gouvernement fédéral a une loi mais elle s’avère assez peu efficace, tout comme son rôle de médiateur avec les provinces sur les questions de protection environnementale. Cette lacune ne fait que refléter cette ambivalence du fédéral. Censé incarner le bien public, il ne peut empiéter sur les prérogatives provinciales, tout comme il ne peut négliger l’apport de la filière bois dans l’économie nationale. Autant d’éléments qui tempèrent ce souci de l’intérêt général par celui très présent de l’intérêt marchand. Quant aux ONG environnementales, elles profitent de la sensibilité croissante du public pour l’environnement pour faire pression sur les promoteurs du productivisme puis d’une approche durable toute en retenue. Elles réclament des applications plus draconiennes de cette nouvelle politique des forêts. Pour beaucoup d’environnementalistes, la menace d’extinction de la chouette tâchetée, animal fragile et très attaché à un écosystème préservé, rejoint le problème plus global de la disparition progressive des forêts pluviales anciennes de la région du Pacifique. Il y a encore quelques années, une telle controverse autour de cet animal n’aurait probablement pas eu lieu. Le Ministère des Forêts, tout puissant en Colombie britannique et les entreprises de la filière bois auraient d’abord vu les intérêts économiques en jeu comme elles continuent largement de le faire. Leur position de force, leur toute-puissance sont néanmoins quelque peu ébranlées. Le productivisme ayant montré ses limites et les risques qu’il fait peser sur les écosystèmes, l’État fédéral ne peut y rester indifférent car il tente d’incarner précisément ce sens du bien public. Vu le poids des forêts et des activités forestières dans le pays, c’est en fonction de cette communauté d’intérêts pour l’ensemble d’une population que doit être aussi pensé le développement. Longtemps farouche partisan du productivisme, cette position intransigeante l’est moins aujourd’hui. Enfin, la contestation d’une vision trop industrielle des forêts qui a montré ses limites permet à des groupes de pression comme les ONG environnementales de s’exprimer sur la politique forestière. D’un socio système d’acteurs nettement moins consensuel émergent des polémiques, des tensions, des idées comme dans le cas que nous venons d’évoquer de la chouette tâchetée. Dans quelle mesure ce socio système renouvelé et complexe et le construit social qui en résulte contribue t-il aux forêts durables au Canada ?

Table des illustrations

Titre Photo 10 – carte postale/pétition adressée par le Western Canadian Wilderness Committee (WCWC) au Premier (Premier Ministre dans les provinces) de Colombie-britannique pour obtenir une loi provinciale pour la protection de la faune et de la flore sauvage en danger
Légende Cette carte montre une chouette tâchetée car elle est au cœur de cette campagne de protection.
Crédits Source : document WCWC, publié avec l’aimable autorisation du Western Canada Wilderness Committee
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14986/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540