Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Forêts et société au Canada

 | 
Éric Glon

Une société contre la nature ?

Une vision négative de la nature sauvage

Volltext

Une approche de la nature imprégnée de peur et d’une certaine discrétion

Si les Américains abordent tous les aspects de la nature avec un enthousiasme immodéré, les Canadiens le font davantage avec un sentiment de crainte

1À l’issue d’un itinéraire dans la littérature de son pays, la romancière canadienne Margaret Atwood souligne que la wilderness est assez unanimement perçue comme un univers hostile et menaçant (M. Atwood, 1972). Auteure anglaise de livres pour enfants, Susanna Moodie (1803-1885) émigre au Canada en 1832. Elle raconte son arrivée dans ce pays dans un roman publié en 1852 sous le titre : « Roughing it in the Bush ». En le traduisant par « Vivre à la dure dans la nature sauvage », l’idée générale de ce récit largement autobiographique se trouve assez bien résumée. Tout le roman insiste sur la difficile avancée dans cette nature sauvage et l’installation de la famille Moodie dans une ferme en Ontario durant plusieurs années. L’auteur ne cesse de s’étonner devant cette nature dont la beauté et le spectacle quotidien lui transmettent une « force merveilleuse ». À cet émerveillement s’ajoute le sentiment d’un emprisonnement sans espoir, la peur de cet univers difficile. Susanna Moodie se compare à un prisonnier condamné pour qui le seul espoir de sortir de la tombe est de penser constamment à s’échapper de sa cellule (S. Moodie, 1852). L’historien canadien C. Mac Gregor montre que cette crainte a profondément influencé la relation des hommes à la forêt (G. Mac Gregor, 1985). Autant la vision de la wilderness et en particulier des forêts va rester longtemps négative au Canada, autant elle va être perçue de façon positive et enthousiaste sur tous les atouts et potentialités qu’elle recèle du côté américain. Avec la conquête de l’ouest amorcée à partir de 1850, la nature attire irrémédiablement les hommes (C. Larrère, op cité). C’est en exploitant ces merveilles que les colons s’aperçoivent qu’elles sont extraordinaires (A. de Tocqueville, 1835). Sans nier la crainte que la wilderness inspire aussi aux américains, ces derniers développent une image positive de la nature et des forêts lorsqu’elles sont dominées. Ils s’orientent vers l’idée de protection dès la seconde moitié du XIXe siècle sous deux angles. Le premier témoigne de la volonté de conserver les forêts en vue d’une exploitation future et ne pas les sacrifier aux convoitises du moment. Le deuxième met l’accent sur une nature perçue comme un patrimoine. Les paysages et milieux naturels méritent protection au nom de leur diversité, de leur richesse et de leur beauté. L’histoire des États-Unis est aussi intimement liée à la conquête de l’espace et à la volonté de mettre en valeur cette wilderness. Repousser la frontière qu’est cette nature sauvage est un combat pour assurer la victoire de la civilisation et de la démocratie selon Frederick Jackson Turner (F-J. Turner, 1893). Cette approche enthousiaste et volontaire dans tous les domaines est liée au fait que les Américains ont rompu précocement avec l’Europe pour construire un État-Nation qui leur est propre après une révolution. C’est l’interprétation qu’en donne N. Frye (N. Frye, 1965), universitaire canadien et spécialiste de littérature de son pays. Qu’il s’agisse de l’appropriation, de l’exploitation, de la conservation ou de la préservation, les Américains bâtissent des valeurs éminemment positives à partir de la nature et des forêts. Rien de tout cela ne se manifeste de façon concomitante avec autant d’intensité et de fougue au Canada. Non pas que les Canadiens voient tout de manière négative. L’image qu’ils se forgent de cette nature est, en bien des points, positive. Comme aux États-Unis, les Canadiens prennent, par exemple, conscience que leurs forêts sont opulentes en les exploitant. Ils sont tout aussi volontaires pour prendre possession de la terre, en priver les autochtones et sont également sensibles au conservationisme. C’est dans cet esprit que le pouvoir fédéral crée le premier parc national dans l’ouest du pays à Bannf en 1885. Tout ceci est incontestable mais est plus empreint de discrétion et de défiance qu’aux États-Unis. Pourquoi ?

2Plusieurs raisons peuvent être invoquées. La première a trait aux modalités de peuplement et de colonisation. Elle se produit par vagues successives aux États-Unis. Les arrivants mettent en valeur progressivement l’espace. Ce domaine est cantonné à celui des treize colonies au XVIIIe siècle puis s’étend jusqu’au Mississippi au début du XIXe siècle. La poussée vers l’ouest émerge au-delà de 1850. Cette prise de possession d’espaces immenses se manifeste différemment au Canada. Maîtriser la wilderness et les forêts fut longtemps analysé par les historiens canadiens selon le modèle américain de Turner (M. Cross, 1970). À partir des années 1970, des études relativisent sa pertinence dans son application canadienne. Elles considèrent que les colons pénètrent la nature mais ils ne la repoussent pas comme chez le voisin du sud (G. Altmeyer, 1976, M. Oelschlaeger, 1992). Les immigrants sont moins nombreux et l’occupation se fait davantage par des avant-postes, des linéaments d’exploration et d’occupation d’abord très discontinus. La progression vers l’ouest est plus difficile dans ce pays. À la différence des États-Unis, il n’y a pas immédiatement au Canada, de vastes étendues de prairies où il est aisé de circuler. A la contrainte du froid qui sévit de plus en plus vers le nord s’ajoutent des myriades de lacs, de zones humides, de rivières aux lits parfois parsemés de rapides et de chutes (C. Gauthier et alii, 1995). Les forêts viennent souvent compléter ces milieux où il est difficile de progresser. Les prairies canadiennes constituent une exception à notre raisonnement. Elles s’étendent à l’ouest du lac Winnipeg dans les provinces de l’Alberta, du Saskatchewan et du Manitoba. Après l’intégration de cette dernière dans la fédération en 1870 et la réalisation de la voie ferrée transcanadienne en 1885, elles connaissent une occupation accrue. Le nombre d’habitants augmente de deux millions entre 1901 et 1913 et les terres cultivées passent de 2 à 25 millions d’hectares pendant la même période surtout dans le sud de cette région (C. Gauthier et alii, 1995, op cité). L’homme occupe cette nature dite sauvage, la cultive parfois comme dans les prairies ou en exploite les forêts. Ailleurs et sur des étendues immenses, il s’immisce dans la wilderness en la laissant souvent en l’état.

3La deuxième raison susceptible d’expliquer la différence d’approche de cette nature entre les États-Unis et le Canada relève d’une spécificité historique de ce dernier pays. Des confins de l’actuel Ontario à l’ouest Pacifique (H. Baulig, 1935), de vastes espaces ont longtemps été placés sous la tutelle de la compagnie de la baie d’Hudson. Elle tire son nom du navigateur anglais qui était persuadé avoir atteint l’océan Pacifique en 1610 après un itinéraire qu’il avait assimilé au passage du nord-ouest. Jugé trop persévérant et même fou par son équipage, Hudson fut abandonné avec quelques fidèles dans un canot. Tous périrent convaincus de leur découverte (E. Reclus, 1890). Reprenant le nom du navigateur, quelques marchands londoniens obtiennent du roi Charles II un monopole du commerce et de la traite des fourrures en 1669 dans une région qui ne va cesser de s’étendre. En nous référant au découpage provincial actuel, elle comprend initialement le nord du Québec et de l’Ontario, le Manitoba, une grande partie du Saskatchewan, de l’Alberta et des Territoires du Nord-ouest (L-E Hamelin, 1969). À ce vaste domaine appelé terre de Ruppert qui s’étend sur 35 % de la superficie du Canada contemporain s’ajoutent progressivement des terres vers l’Arctique ainsi que vers l’ouest jusqu’à l’île de Vancouver en 1849 (H. Baulig, op cité, P. Byais, 1987, op cité). Les prérogatives de cette société marchande sont élargies au début du XIXe siècle. Le monopole des activités couvre l’exploitation et la commercialisation de l’ensemble des ressources naturelles. Sans bloquer l’accès aux vastes domaines où elle est implantée, la compagnie y contrôle toute installation. Élysée Reclus (1830-1905), géographe français, raconte que ces marchands n’hésitent pas à propager de faux récits et témoignages rendant cette wilderness toujours plus menaçante. Le but est de dissuader tout pionnier d’une éventuelle implantation (E. Reclus, op cité). Ce frein au peuplement suscite de plus en plus de mécontentements des autorités anglaises, des colons puis du gouvernement canadien naissant. Celui-ci achète l’ensemble de la terre de Ruppert en 1869. Outre la possibilité de maintenir ses activités d’exploitation et de commercialisation, la compagnie de la baie d’Hudson reçoit des compensations en argent et sept millions d’acres de terres dans les prairies. Elle les revendra progressivement avec l’essor de la colonisation et le passage de la voie ferrée transcontinentale pour orienter ses activités vers le commerce de gros et de détail. Peu importe le devenir actuel de cette compagnie. Qu’elle ait été tentée de freiner la colonisation s’avère plus intéressant. Ajoutée aux arguments évoqués précédemment, cette idée permet de comprendre pourquoi au Canada, cette nature sauvage est culturellement source de frayeurs, de craintes. Deux attitudes sont possibles par rapport à de tels sentiments : éviter ou exorciser. Ceci explique en partie que de vastes étendues soient quasiment délaissées dans le premier cas. Vaincre la peur au titre de l’exorcisme passe par la maîtrise des forêts, la volonté d’y mettre de l’ordre en les exploitant puis en les cultivant. Les canadiens agissent ainsi pendant des décennies surtout depuis la seconde moitié du XIXe siècle sans souci du renouvellement des peuplements forestiers dans leur diversité. N’y a-t-il pas des pensées ou des attitudes qui s’inscrivent en porte à faux par rapport à cette vision hégémonique ?

Quelques démarches qui s’inscrivent à contre-courant de la pensée canadienne dominante de la nature

4L’essor urbain et industriel introduit incontestablement des changements dans les sentiments éprouvés pour la nature à partir de la fin du XIXe siècle. Un rythme de vie de plus en plus trépidant et accaparé par un travail sur lequel l’individu n’a souvent plus de prises suscite des angoisses et du stress. Retrouver le contact avec la nature, s’y promener libère des contraintes de la ville, régénère la santé nerveuse et physique de l’individu. Ce courant hygiéniste prend de l’ampleur durant l’entre deux guerres et s’accompagne même d’un nouveau regard sur les Indiens. L’objectif consiste à s’inspirer de leur mode de vie pour développer des pratiques plus proches de la nature. L’idée n’est pas de remettre en cause les effets de la colonisation sur ces populations ou l’image de l’Indien bestial largement diffusée dans les écoles (R. Winks, 1979, G. Woodcock, 1970). La nature est avant tout perçue en fonction d’un manque ressenti en ville. Cette perception est une construction mentale du et pour le citadin et non une autre analyse de ce que cette wilderness représente et a représenté pour les Canadiens. Qu’aucune des idées majeures à son propos ne soit battue en brèche est incontestable. Ce consensus n’atteint pourtant pas l’unanimité. Des positions différentes s’expriment. Nous nous contentons de quelques illustrations sans prétendre à une quelconque exhaustivité. Du début du XXe siècle et surtout de l’entre-deux-guerres aux années 1950, plusieurs peintres représentent les paysages sauvages du Canada et en particulier du nord de l’Ontario où la plupart de ces artistes vivent. C’est en s’immisçant dans cette nature et tout particulièrement les forêts, en les arpentant, que ces artistes la saisissent de manière figurative ou à la limite de l’abstraction (D. Silcox, 2003). Ils se rencontrent, discutent entre-eux et forment le groupe des sept en 1920 en raison de leur nombre : F. H. Carmichael (1890-1945), A. Y. Jackson (1882-1977), F. Johnston (1888-1949), J. E. H. MacDonald (1873-1932), F. H. Varley (1881-1969), A. Lismer (1885-1970) et le plus charismatique d’entre-eux L. Harris (1885-1970). Au nom de préoccupations communes, ils reconnaissent l’influence du peintre Tom Thomson (1877-1917). Celui-ci est décédé précocement lors d’un accident de canöé en 1917. Peindre cette wilderness dans sa diversité, la montrer sous toutes ses formes est pour eux un moyen d’interroger son rôle dans l’histoire de ce pays et dans les fondements de la société canadienne. Accueilli pratiquement dans l’indifférence lors de la première exposition du groupe en 1920, le travail de ces peintres connaît ensuite un succès croissant. Ils parviennent progressivement à leur objectif : sensibiliser un public de plus en plus large à ces paysages naturels perçus comme un élément de l’identité nationale (L. Harris, 1964).

5Comme ces artistes, coureurs des bois des temps modernes, Emily Carr (1871-1945) va contribuer à changer l’image de cette wilderness dans les mentalités canadiennes. L’influence du romantisme anglais explique en partie l’attirance de cette artiste pour la nature. Elle va progressivement la saisir comme un élément clé du cadre de vie et du patrimoine culturel. Là réside un trait essentiel de sa démarche. Originaire de l’île de Vancouver où elle vit, cette femme peint les forêts pluviales de Colombie-Britannique. Les représentations picturales offrent souvent une dimension figurative mais aussi allégorique. Les paysages forestiers deviennent grandioses. Emily Carr parvient à cette magnificence en délaissant progressivement le réalisme pour une abstraction croissante. La nature devient attirante et non plus repoussante. Jamais effrayante, elle est source de vie et d’une énergie vitale (D. Shadbot, 1987). En arpentant les forêts, Emily Carr rencontre les Indiens. Elle montre l’extrême intimité de leur mode de vie avec la nature et en particulier les forêts. Sensible à cette démarche, les autochtones prénomment la femme blanche « celle qui vit ». Elle s’inspire de plus en plus de leur art pour donner libre cours à plus d’abstraction. Les figures animales ou humaines qui ornent les sculptures sur bois et les totems des natifs émergent au sein des forêts (E. Carr, 1966) (Voir photo en quatrième de couverture). En ayant l’audace de montrer la wilderness comme un patrimoine vital et un lieu de culture, Emily Carr s’inscrit à contre-courant du sentiment dominant de l’époque. Son mode de vie atteste de la même témérité. Être une femme peintre dans une société puritaine où la place de la femme est au foyer à s’occuper de sa famille s’avère courageux. Cette originalité se paye. Emily Carr est isolée, son travail longtemps ignoré. Elle ne parvient pas à vivre de son art. Une reconnaissance s’esquisse au cours des années 1930 soit peu de temps avant son décès. Cette volonté de changer les idées et les représentations culturelles de la nature s’apparente pour ces peintres à un parcours intellectuel difficile. Le public est d’abord restreint avant de s’élargir progressivement. Plus inscrit dans le quotidien et dans le prolongement de l’hygiénisme, Grey Owl défend un conservationisme au sens de protection de la nature. « L’homme doit pénétrer les forêts sans l’obsession du conquistador et sans le complexe de supériorité du chasseur » écrit t-il en 1936 (G. Owl, 1936). Vivant dans le nord de l’Ontario, celui qui se dit trappeur d’origine iroquoise ne cesse de dénoncer la destruction de la wilderness en raison de l’avancée de la civilisation blanche et demande plus de protection pour ce qu’il considère comme un patrimoine (Encadré 13). Il écrit de nombreux ouvrages et articles sur ce thème. Bien que le public apprenne après sa mort en 1938 que Grey Owl était anglais et non indien comme il le prétendait, cela ne change rien à la portée de sa démarche. Ses écrits ont un rayonnement international dès l’entre deux guerres. Ils inspireront plusieurs ONG environnementalistes basées au Canada. Contribuant tout autant à modifier cette image de la wilderness dans les mentalités en la faisant apparaître comme un patrimoine, d’autres mettent en évidence l’intérêt de conserver la faune sauvage. Jack Miner (1865-1944) et Percy Taverner (1875-1947) se battent toute leur vie pour la protection des oiseaux et des milieux écologiques où ils vivent (T. Loo, 2006) (Encadré 14). Une autre idée de la nature émerge progressivement. Elle n’est plus essentiellement un immense gisement de ressources dans lequel l’homme peut indéfiniment se servir. Progressant lentement, cette idée de conservation se fait toujours pour la nature dans son entier et particulièrement pour les forêts.

Encadré 13 – Grey Owl. Les Hommes de la dernière frontière, l’avant-garde (extraits). Des attraits de la nature et de l’intérêt de la préserver
Fils d’un aristocrate anglais, Archibald Stansfeld Belaney émigre au Canada en 1906 pour vivre au milieu de la wilderness, de la forêt et des natifs. Rentré en Europe pour servir dans l’armée britannique lors de la première guerre mondiale, il reprend ensuite le chemin du Canada. Vivant au milieu des Indiens Ojibway dans le nord de l’Ontario, il reçoit le nom de Wa-sha-quon-asin ce qui signifie Grey Owl en anglais ou encore chouette grise en français. Il rédige plusieurs ouvrages dont « les hommes de la dernière frontière » publié en 1931 où il défend le mode de vie des premiers trappeurs. Très attentifs à la nature, ils tentent de vivre en harmonie avec elle en en connaissant de nombreux secrets. C’est ce qui ressort de ce court extrait. Grey Owl vit comme eux avec ses amis indiens, pratique la chasse et le piégeage. En décrivant les splendeurs de cette nature selon les saisons, les richesses qu’elle recèle, cette culture de la nature qu’ont les natifs, il donne une autre version de la wilderness. Déniant le sens que les colons ont pu lui donner, Grey Owl érige cette nature sauvage en un patrimoine qui fait partie intégrante de la culture canadienne.
« … Du temps de la conquête du Canada jusqu’à il y a à peu près cinquante ans, la terre était couverte de forêts de feuillus et de pins avec ou non des sous-bois ou d’autres obstacles pour retarder la progression. Les coureurs des bois de l’époque avaient le meilleur bois pour fabriquer différents biens et équipements. Par contraste, je vis une fois dans le grand nord, un groupe d’indiens équipés de haches aux manches de mélèze et de luges en peupliers ; une condition comparable à l’utilisation de roues de bois sur une locomotive, ou de semelles cartonnées sur des bottes. Les bois étaient plein de biches, un animal plus prolifique que l’orignal, bien plus facile à transporter une fois tué, et avec bien plus d’usages. Le trappeur du bon vieux temps n’avait pas à aller loin pour chasser, une fois installé dans ses quartiers et il n’y avait pas la moindre rivalité.
Le trappeur d’aujourd’hui doit couvrir plus de terrain, en grande partie au moyen de chemins tracés laborieusement dans l’enchevêtrement des sous-bois, n’installant parfois pas plus de trois ou quatre pièges effectifs sur une voie de dix miles. Plus loin vers le nord, le pays est davantage interrompu, les rivières plus agitées, le climat plus rigoureux, la forêt, réduite en quelques endroits à un peu plus d’une jungle en lambeaux, offre des résistances inconnues jusqu’à présent par le voyageur des premiers jours. Le piège en acier a supplanté dans une large mesure la fosse couverte de bois et le piège, et de meilleures armes ont facilité l’affût ; mais le gibier est plus limité et plus difficile à approcher, à l’exception de secteurs isolés.
Les conditions ont changé, tout comme le terrain, mais le genre d’homme qui se conforme à la chasse pour en vivre ne change pas. Le désir de pénétrer profondément des endroits cachés, l’envie de vagabonder sont là présentes comme il y a deux cents ans. Le vrai trappeur (j’entends ici l’homme qui passe ses journées dans les bois épais, pas le chasseur à temps partiel ou le trappeur de « chemin de fer » qui vient pour faire fortune rapidement) fait autant partie intégrante des bois que les animaux eux-mêmes. En accord avec ce qui l’entoure, judicieux dans la tradition de l’Indien, il lit et interprète correctement les cryptogrammes dans un livre qui a été ouvert avant lui, regardant attentivement le visage de la nature, anticipant ses humeurs à son avantage. Dépendant entièrement de lui-même, il doit être ingénieux, prêt à changer ses projets dès que cela s’impose, tournant les conditions adverses pour en tirer le plus petit avantage possible… »
Source: The Men of the Last Frontier, 1931, in the Collected Works of Grey Owl, Prospero Books, 2004, 552 p.
Traduction de l’extrait: Éric Glon

 

Encadré 14 – Jack Miner (1865-1944) et Percy Taverner (1875-1947), deux ornithologues et conservationistes qui contribuent à changer les mentalités sur la wilderness
Originaire de l’Ohio, d’une famille pauvre comptant dix enfants, Jack Miner se passionne très vite pour la nature. Il aménage un sanctuaire pour les oiseaux sur les terres de l’exploitation, que la famille exploite en Ontario. À partir d’oies apprivoisées, notre ornithologue en herbe entend attirer des comparses sauvages, ce qu’il parvient à faire. Les oiseaux sont de plus en plus nombreux et variés. Nombre d’entre-eux trouvent dans cette aire protégée un lieu de repos durant les migrations. L’opération est un tel succès que la totalité des terres de l’exploitation est bientôt vouée au sanctuaire avec l’aide du gouvernement ontarien. Attirant badauds et naturalistes avertis, il devient une véritable attraction.
Jack Miner est un des premiers à proposer le baguage des oiseaux dès 1909. L’objectif n’est pas seulement de connaître les routes qu’ils empruntent. Il est aussi de leur ménager des haltes lors de leur voyage, ainsi que des espaces pour leur nidification. S’attirant le mécénat d’Henry Ford, retenant l’attention du Premier Ministre canadien, Mackenzie qui lui rend visite à plusieurs reprises, Jack Miner réalise des émissions de radio, des conférences, des documentaires, écrit des livres. Il y explique que la vie et le travail dans les bois facilitent le rapprochement avec la nature. De par l’intime connaissance qui en est issue, l’homme apprend à la respecter et à mieux en estimer les richesses. L’ornithologue canadien reconnaît néanmoins la suprématie des êtres humains sur l’ordre naturel et estime inéluctable les changements que ceux-ci y apportent. Il défend farouchement la chasse qui fait partie intégrante du mode de vie canadien et revendique des quantités impressionnantes de trophées en particulier pour les espèces que notre naturaliste juge prédatrices. En dépit de cela, le rôle de Jack Miner est évident dans la signature de la « Migratory Birds Treaty Act » entre les États-Unis et la Grande Bretagne pour le Canada en 1918. Novateur et pionnier, cet accord est destiné à protéger les oiseaux migrateurs, leurs nids et leurs œufs, à interdire la chasse et le commerce de certains de ces volatiles. Ces mesures rendent incontournables la protection d’espaces pour la nidification et le repos lors des migrations et Jack Miner n’aura de cesse de se battre pour la création de nouveaux sanctuaires. Ils sont le prélude à plusieurs parcs nationaux. C’est le cas de celui du « Point Pelee », petite péninsule s’avançant dans le lac Erié au sud du lac Ontario créé en 1918, non loin de la ferme Miner à Kingsville.
En partie dues à l’action de Jack Miner, ces initiatives sont inséparables des efforts déployés dans le même sens par un autre ornithologue canadien autodidacte : Percy Taverner. Né en Ontario, il écrit de nombreux ouvrages comme « Birds of Eastern Canada » en 1919 ou « Birds of Canada » en 1926. Il va lui aussi défendre la création d’aires protégées pour les oiseaux notamment mais pas exclusivement sous la forme de parcs nationaux. Celui de « Point Pelee » comme celui de « Bonaventure Island », petite île de la côte sud de la péninsule de Gaspé apparaissent successivement en 1918 et 1919, dans le prolongement du « Migratory Birds Treaty Acts ». Ardemment défendus par Percy Taverner, l’un comme l’autre sont des exemples de cette quête d’un autre regard sur la nature.

Du conservationisme utilitaire à la préservation d’un patrimoine dans le cadre du développement durable. une conversion difficile

Aux origines d’un conservationisme forestier canadien très utilitaire

6La conservation s’identifie à la volonté de défendre, de garder des ressources en bon état et d’en empêcher la disparition. La préservation signifie davantage mettre en l’état à l’abri des dégradations ou de la destruction (C. Larrère, op cité, P. List, 2000, P. Boudinot, H. Brédiff, 2001). Les termes conservation et préservation mettent en avant la nécessité d’une protection. Dans le droit fil de cette idée, conserver correspond aussi à préserver. Sans doute est-ce en raison de cette proximité première de sens que le second mot est souvent employé indistinctement du premier en Amérique du Nord. Au-delà de ce constat, les distinctions sont nettes et ne renvoient pas aux mêmes préoccupations ainsi que nous l’avons mentionné précédemment (C. Larrère, R. Larrère, 1997, op cité). Une question s’avère fondamentale dans le cas canadien. Comment les idées d’exploitation et de conservation ont-elles aussi longtemps mis en retrait la préservation ?

7C’est en se focalisant sur les deux premiers aspects que les autorités fédérales et les entreprises se sont intéressées précocement à l’aménagement forestier. Garder des forêts en l’état et les protéger comme un patrimoine naturel n’est pas à l’ordre du jour. Développer une exploitation des forêts soucieuse de leur renouvellement dans la diversité l’est encore moins. L’approche est beaucoup plus utilitariste. Quelles sont les origines d’une telle conception d’un conservationisme qui, rappelons-le, est né à propos des forêts au Canada ?

8L’appropriation de l’espace par les colons met en avant des conflits grandissants entre les agriculteurs et les forestiers quant à l’utilisation du sol. Les premiers défrichent et mettent le feu aux forêts mais ces incendies prennent souvent des dimensions imprévues qui mécontentent les seconds. Ces hommes des bois n’apprécient guère de voir disparaître des étendues forestières au profit de la mise en culture (P. Gillis, 1974). Ils vont donc chercher à conserver la forêt pour pouvoir l’exploiter face à des agriculteurs avides de terres. Voila ainsi le contexte dans lequel émerge l’idée de conservation chez les forestiers. Elle est mise en pratique au Québec et en Ontario où les coupes suscitent un déclin de la ressource disponible là où elle est exploitée depuis le premier quart du XIXe siècle. Des agriculteurs dynamiques vont également se faire les apôtres d’un aménagement forestier. C’est le cas de l’association des producteurs de fruits de l’Ontario. Outre une gestion efficace de leur activité principale, ils défendent le reboisement des terres défrichées puis laissées en jachère après quelque temps d’activités surtout en raison de baisses des prix dans l’arboriculture fruitière. Ces exploitants agricoles participent ainsi à la création de ce que les Canadiens appellent les lots boisés privés. Dans les deux cas de figure, les forestiers et les agriculteurs se retrouvent parfois pour préserver leur intérêt sans se situer exclusivement dans l’immédiateté. L’objectif est d’envisager des aménagements simples afin de pérenniser l’offre de bois dans le temps. Limiter le recours au feu pour les défrichements, garder volontairement des forêts pour leur exploitation ultérieure, définir un diamètre minimum des arbres destinés à la coupe sont quelques exemples qui illustrent cette idée. Ils constituent les premiers jalons d’une conservation forestière au Canada à la fin du XIXe siècle. James Little est un de ces barons du bois, exploitant des forêts en Ontario et au Québec, qui jette les bases du mouvement conservationiste canadien dans les années 1880 avec quelques adeptes. C’est au sein des exploitants forestiers et des industriels de la filière bois qu’ils se recrutent. Ils sont de plus en plus nombreux car la mise en réserve de forêts et des mesures simples d’aménagement garantissent des rendements soutenus en bois pour le présent et le futur. C’est bien là ce qui importe le plus pour ces entrepreneurs du secteur forestier. Ils reçoivent le soutien des pouvoirs provinciaux et fédéraux dès le début du XXe siècle (E. Glon, 2004, op cité). C’est dans cet esprit que les responsables politiques tout comme les dirigeants des compagnies du bois et des produits du bois ont parlé et parlent encore de la protection des forêts. Si des ferments du conservationisme existent au Canada ainsi que nous l’avons montré, la construction intellectuelle de cette notion émane d’abord des États-Unis. Cette influence américaine est donc importante tout comme elle l’est également pour comprendre l’émergence de la préservation au Canada.

De la conservation à la préservation : une approche canadienne inspirée des idées américaines

9À force de concevoir la wilderness comme effrayante et d’exorciser en partie cette peur en la dominant, les Canadiens n’occultent pas le débat sur le conservationisme. Ils le placent en partie sous l’influence des idées américaines très riches en ce domaine. Cela est vrai aussi bien en ce qui concerne la préservation tournée vers la production de bois et qualifiée ici d’utilitaire que pour la préservation de la nature. Prenons ces deux aspects l’un après l’autre.

10Gifford Pinchot jette les bases d’un conservationisme aux États-Unis et trouve un écho favorable au sein de l’Association Américaine de Foresterie créée en 1875. Elle regroupe des représentants de ce qui est aujourd’hui le corps des ingénieurs des forêts, des exploitants agricoles et forestiers, des industriels de la filière bois et du pouvoir fédéral. Agriculteurs ou barons de l’industrie forestière, des émules Canadiens assistent régulièrement aux conférences de cette organisation. Il faut attendre 1900 pour qu’il y ait l’équivalent dans les objectifs et la composition au Canada sous le nom d’Association Canadienne de Foresterie (P. Gillis, T. Roach, 1986). Sa première convention a lieu en 1906 et le conférencier n’est autre que G. Pinchot. Que ce soit à cette occasion ou lors de beaucoup d’autres débats, les idées américaines séduisent les Canadiens. Sans doute est-ce le cas de Clifford Sifton (1862-1929) mais la situation de son pays le pousse à se pencher sur la question de la conservation. Ministre de l’intérieur de 1896 à 1905 dans le gouvernement du Septième Premier Ministre canadien, Wilfrid Laurier (1896-1911), Clifford Sifton est aussi chargé des Ressources naturelles. Il encourage leur mise en valeur systématique comme il encourage l’immigration dans l’ouest. L’exploitation forestière et les défrichements font peser des risques de disparition de la ressource dans l’est et les Grandes Plaines. Face à cette menace, Clifford Sifton s’entoure d’un responsable de la conservation des forêts, Elihu Stewart. Ensemble, ils constituent des réserves forestières pour l’exploitation future et pour protéger les peuplements de l’agriculture. C’est à la même époque que sont créés des services de lutte contre les incendies de forêts. Ces mesures sont au cœur du « Forest Reserve Act » de l’Ontario en 1898 qui est une étape pionnière. Elle est suivie par « l’Acte des Réserves Forestières » au niveau fédéral en 1906 et d’une décision dans le même sens en Colombie-Britannique en 1912. Alors que l’exploitation est très peu réglementée et les coupes à blanc les plus utilisées, Clifford Sifton, un des pionniers de la conservation au Canada, lance des reboisements sur les terres fédérales. Encore faut-il former un personnel apte à les mettre en place. C’est l’objectif des écoles de foresterie. La première apparaît en 1907 à l’Université de Toronto.

11Qu’en est-il de la préservation ? Là encore, cette idée est perçue de façon très positive du côté américain et elle suscite de nombreux débats et écrits dès la seconde moitié du XIXe siècle. John Muir (1838-1914) est un de ceux qui défend la protection de la nature face aux menaces d’une exploitation humaine trop intense. Il s’oppose au conservationisme utilitaire de G. Pinchot (Encadré 15), dénonce en particulier une vision trop exclusivement industrielle des forêts ainsi que les coupes à blanc.

Encadré 15 – Gifford Pinchot (1865-1946), pionnier du conservationisme utilitaire aux États-Unis
Outre une éducation en foresterie en Europe, G. Pinchot est influencé par Carl Shurz, secrétaire d’État américain à l’intérieur de 1871 à 1881 très épris d’aménagement forestier et Bernhard Fernow, nommé chef de la division forestière au ministère de l’agriculture en 1886. Ils sont formés à la sylviculture scientifique développée en Allemagne, leur pays d’origine, qui est basée sur un aménagement forestier rigoureux en vue de la production de bois (List, 2000, op cité). C’est dans cette influence tout comme dans celle de l’école française que G Pinchot puise les ferments de son conservationisme. Il est bâti autour de trois notions clés (Pinchot, 1907) : le développement, la préservation et le sens du bien public. Il s’agit en fait de mobiliser les ressources naturelles afin de générer des activités et des richesses au profit du plus grand nombre et non d’une minorité dans le long terme. Pour assurer ce développement dans le sens du bien public, il est nécessaire de mettre en réserve des forêts par exemple pour prévoir les besoins futurs. Bien que cet aspect soit essentiel, Gifford Pinchot en reconnaît d’autres dans ce qu’il appelle la préservation comme le rôle des forêts dans la lutte contre l’érosion des sols ou la rétention de l’eau. Il crée une importante école de foresterie à l’Université de Yale en 1900 et est le premier chef du service forestier américain au sein du département de l’agriculture en 1905. Dans le droit fil de l’Association américaine de foresterie et avec une ouverture plus importante sur le grand public, G. Pinchot est à l’origine de l’Association des Forestiers Américains. En tant que conseiller, il inspire de son conservationisme la politique de l’environnement et des ressources menée par le président T. Roosevelt, président des États-Unis de 1901 à 1909.

12John Muir entend protéger cette wilderness des dégradations et des destructions consécutives aux interventions humaines (Encadré 16). En ce sens, il s’agit bien de préservation mais elle prend également d’autres valeurs. La nature est d’une beauté grandiose qui relève du divin. Elle insuffle chez quiconque y est confronté une sérénité et une énergie nouvelle. L’influence de l’hygiénisme en vogue à l’époque ne suffit pas pour expliquer de telles idées. John Muir défend effectivement une spiritualité émanant de cette wilderness. Il la perçoit ainsi comme un patrimoine à préserver au nom de valeurs qui ne sont pas exclusivement économiques. Il n’est néanmoins pas hostile à toute exploitation de ces ressources naturelles et notamment des forêts. J. Muir est influencé par de nombreuses réflexions qui ont lieu aux États-Unis à propos de la place de la nature dans la société. C’est le cas avec Henry David Thoreau. Après avoir passé seul deux années dans une cabane au bord du lac Walden dans le Massachusetts, il publie « Walden ou la vie dans les bois » en 1854. Il y critique l’impact destructeur de la colonisation menée par les blancs et défend une idée positive de la nature qu’il faut préserver. La solitude et la quiétude que l’individu y rencontre, une vie respectueuse de cet environnement naturel élève la spiritualité et conforte la personnalité (H-D. Thoreau, 1854). Ces positions trouvent leur source dans le transcendantalisme développé par le pasteur et théologien, Ralph Waldo Emerson (1802-1882). Selon lui, le matérialisme de la société américaine éloigne l’individu de Dieu et toute réflexion morale. Vivre en harmonie avec la nature permet de trouver progressivement le chemin de la confiance et de l’autonomie, de bâtir une personnalité soucieuse de morale. Ami de Thoreau, Emerson a une influence sur de nombreux penseurs, y compris J. Muir. Le mysticisme le laisse assez indifférent. Ce qu’il apprécie beaucoup plus dans cette philosophie de la nature vantée par Nietzsche, c’est que cette dernière y apparaît comme un élément de l’identité des individus au sein d’un État en cours de constitution. En suscitant des questions de ce type, la pensée d’Emerson ouvre le débat sur l’éthique d’une relation à la terre et à la nature. Elle est ainsi au cœur des réflexions d’Aldo Leopold (1882-1948). Formé à l’école de foresterie de Yale, cet administrateur du service forestier américain prend en compte le conservationisme de Pinchot et la préservation de J. Muir.

Encadré 16 – John Muir (1838-1914), pionnier américain du conservationisme progressiste
Originaire d’Ecosse, La famille de Muir s’installe dans une ferme du Wisconsin en 1849. Après avoir entrepris des études universitaires et tout en exerçant différents métiers (employé de commerce, guide de montagnes en Californie…), John arpente la nature de l’ouest américain. Sensibilisé à la beauté des lieux ainsi qu’à la destruction des forêts par les éleveurs et les forestiers, il milite pour la création de parcs nationaux. Il fonde pour cela le Sierra Club en 1892 et publie un ouvrage intitulé « les montagnes de Californie ». Dénonçant les méthodes d’exploitation forestière qu’il juge prédatrices, il rédige l’article « nos forêts nationales ». John Muir est un des pionniers américains de la préservation de la nature encore appelée conservationisme progressiste. Ses écrits et ses différentes initiatives sensibilisent l’opinion publique à l’importance de la protection de la nature et des forêts. Les efforts que J Muir déploie en ce sens amènent les États-Unis à créer le service des parcs nationaux en 1916.

13En les approfondissant, A. Léopold propose que la quête d’équilibre entre les activités humaines et le respect de la nature soit basée sur un sens de la responsabilité civique. Loin de s’en tenir à une protection de la wilderness voisinant des espaces artificialisés par les êtres humains, cette approche tente de promouvoir une analyse globale de l’environnement. A. Léopold parle de communauté biotique. C’est en y pondérant l’intensité des interventions humaines pour y maintenir une place aux éléments naturels sur les mêmes espaces que l’homme parvient à maintenir les équilibres écologiques. Tels sont les propos de cette éthique de la terre qui constitue le dernier chapitre de l’ouvrage intitulé « l’Almanach d’un comté des sables » (A. Léopold, 1949). Les américains se dotent précocement d’un corpus intellectuel très positif sur l’idée de préservation de la nature. Les canadiens s’en inspirent (G. Altmeyer, op cité, N. Frye, op cité). Une des plus puissantes Organisations Non Gouvernementales environnementales d’Amérique du Nord, Sierra Club (710 000 adhérents en 2004) est créée en 1892 par John Muir aux États-Unis. Elle n’apparaît dans sa version canadienne qu’en 1969. Pour les raisons que nous venons d’évoquer la préservation demeure longtemps empreinte de conservationisme utilitaire au Canada. Le premier parc national y apparaît en 1885. Prévu la même année, le parc Algonquin ne voit finalement le jour qu’en 1893. L’objectif est de préserver ces territoires des défrichements menés par les agriculteurs et d’établir des réserves d’arbres pour l’exploitation future (P. Gillis, T. Roach, 1995, op cité). Les préoccupations sont identiques lors de la création des parcs des Laurentides et du Mont Tremblant au Québec en 1895. Les droits de coupe que les entreprises détiennent dans les forêts ne sont même pas supprimés. L’environnement perçu comme un patrimoine c’est-à-dire comme un héritage commun à préserver dans le présent et le futur est une donnée récente. Cette approche dynamique et éminemment canadienne éclate au grand jour au début des années 1990.

L’émergence récente de la préservation d’une nature patrimoine dans le cadre du développement durable

14Promouvoir de nouvelles relations davantage plurifonctionnelles aux forêts tel que l’envisage l’État canadien n’est pas aisé. En dépit de ces difficultés, ce changement est indissociable de l’évolution de la pensée intellectuelle et scientifique dans ce pays depuis les années 1960 (N. Frye, 1965, op cité). Elle va dans le sens d’une optique plus résolument canadienne où l’application des idées américaines est critiquée et atténuée. À cette volonté de singulariser les réflexions canadiennes par rapport à celles du voisin s’ajoute une autre caractéristique majeure. Indépendamment de leur discipline d’appartenance, les scientifiques et universitaires réinterrogent le passé du Canada et les relations de l’homme à son environnement dans ce pays (J. Wadland, 1987, D. Worster, 1985, M. Freeman, 1995). En s’appuyant sur des méthodes de travail de plus en plus élaborées et des démarches souvent interdisciplinaires, les travaux deviennent à la fois de plus en plus nombreux et pointus. Ils sont aussi de plus en plus critiques tout en étant très rigoureux sur le plan scientifique (C. Gaffield, 1995). La place des ressources naturelles est réinterrogée et les excès du productivisme forestier de plus en plus mis en évidence. Sans le proclamer toujours ouvertement, cet apport de connaissances milite souvent pour une autre approche des forêts où elles sont, entre autres, considérées comme un patrimoine à préserver.

15Le productivisme, l’utilitarisme et le conservationisme sont enracinés dans la société canadienne. Il n’est donc pas étonnant qu’il y ait des résistances face à la nouvelle politique forestière. Comme nous l’avons vu elle a pourtant été suivie d’actions concrètes. À la question de savoir comment cette nouvelle approche peut voir le jour dans un tel contexte, il nous faut nous plonger au cœur du socio système forestier canadien. N’est ce pas dans son évolution, dans sa composition et la construction sociale des initiatives que se situent les bases de ce changement ? Pour répondre à cette question, nous pouvons aborder une polémique très controversée dans l’ouest canadien ; celle qui porte sur la chouette tachetée. Ce débat passionné pose pratiquement tous les aspects du problème quant au rôle du socio système dans la construction des forêts durables.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540