Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Forêts et société au Canada

 | 
Éric Glon

Une société contre la nature ?

Un développement longtemps concu à partir des ressources naturelles

Texte intégral

Une conception du développement autour des ressources naturelles

1Constitué progressivement avec la conquête de l’ouest, le Canada est un pays qui s’est développé grâce aux ressources naturelles. Cette expression, ressources naturelles, n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes dans la mesure où les Canadiens n’abordent pas cette question de la même manière qu’en France ou en Europe. Ils distinguent d’abord le secteur primaire basé lui-même sur les matières dites premières qui sont des ressources utilisées tel quel sans être transformées (M. Hessing et alii, 2005). Le bois, le poisson, les minerais en constituent quelques exemples. Ces prélèvements sur les richesses offertes par la nature s’accompagnent ensuite de l’émergence d’un secteur de transformation assez limité souvent appelé activités manufacturières ou industries primaires. Les industries du bois, de la pâte de bois et du papier, des produits de la pêche en constituent quelques illustrations (B. W Wilkinson, 1997, M. Beaudin, 1997, op cité). Y sont inclus l’énergie mais aussi l’agriculture et de nombreux produits agricoles. L’exploitation des ressources naturelles et un secteur de faible valeur ajoutée qui lui est lié deviennent les moteurs du développement d’un pays naissant. C’est ce qui est souvent dénommé une économie basée sur les ressources ou les produits de base, très tournée vers l’exportation (T. Barnes, 1993, R. Hayter, 2000). Spécialiste canadien d’histoire économique, Harold Innis montre que cette économie, basée sur les ressources évolue de manière cyclique et dépend d’un contexte particulier (H. Innis, 1930, 1933, 1956). L’essor économique progressif du pays et son enrichissement se sont appuyés sur plusieurs phases successives d’exploitation et d’exportation de ces produits dits de base. Aux poissons puis aux fourrures succèdent le bois, les minerais avant les céréales et le pétrole.

2Les débouchés extérieurs sont intimement liés à une répartition des rôles au niveau mondial entre les différents États. Le Canada profite ainsi d’opportunités d’exportations vers la métropole c’est-à-dire la puissance colonisatrice symbolisée par l’Angleterre puis par les États-Unis. Ces régions métropolitaines renvoient de façon plus globale aux puissances qui ne cessent de se développer depuis le XVIIIe siècle notamment en Europe. Souvent bien peuplées, elles concentrent une part croissante des activités commerciales et industrielles et constituent ce que les géographes français appellent le centre ou encore les régions centrales (A. Reynaud, 1981, A Reynaud, 1990, O Dolfuss, 1990). Les Canadiens parlent plutôt de pays cœur (L. D MacCan, 1987). Beaucoup moins peuplées et développées, les périphéries sont en quelque sorte le négatif du centre (O. Dolfuss, 1990, op cité). Le Canada est un de ces espaces périphériques de prélèvement au service des contrées les plus riches c’est-à-dire l’Europe et les États-Unis dans une mondialisation qui est celle des XVIIIe et XIXe siècles. Pendant longtemps, les Canadiens ont le souci de profiter de ces marchés de produits peu ou pas transformés. Le cas du bois illustre parfaitement notre propos. Le Canada de l’Atlantique connaît une consommation locale de bois (chauffage, construction des maisons et bateaux de pêche…) dès le XVIIe siècle mais elle demeure assez réduite (M. Beaudin, 1997, op cité). Il faut attendre les guerres napoléoniennes en Europe pour que l’est canadien connaisse une forte demande en bois en provenance de l’Angleterre. Le blocus organisé par Napoléon 1er empêche ce pays de commercer avec les pays européens. Il le prive des livraisons habituelles en bois en provenance des pays de la Baltique. L’Angleterre se tourne alors vers ses colonies outre Atlantique. Elle en importe des grumes, c’est-à-dire des troncs ou des portions de troncs d’arbre, pour en faire des mâts ou construire des bateaux. L’est du Canada profite de ce boom pratiquement jusqu’en 1840, année où les Anglais accèdent à nouveau à la Baltique. Le Canada de l’Atlantique et ce que l’on appelle alors le Canada uni formé des hauts (futur Ontario) et bas (futur Québec) Canada profitent ensuite d’autres débouchés. Un traité de réciprocité est signé entre ces colonies britanniques du nord et les États-Unis en 1854. Il stipule que les produits de base canadiens (blé, farine, poisson, charbon et bois) sont dénués de toute taxe à leur entrée sur le sol américain. En contrepartie les États-Unis obtiennent le droit de pêcher librement dans les eaux canadiennes. Les Américains accèdent en plus à la ressource halieutique comme aux zones forestières du sud du pays après la fin de la guerre de sécession (1861-1865). L’interruption du traité de réciprocité ne met pas fin aux échanges entre les États-Unis et le Canada qui apparaît officiellement comme État en 1867, bien au contraire. Ils ne vont cesser de prendre de l’ampleur. Si les Américains demeurent des partenaires commerciaux essentiels, les représentants de ce pays sont de redoutables négociateurs. Ils cherchent à limiter les entrées de produits du bois en particulier s’ils concurrencent les entreprises américaines. Les Canadiens ont besoin de tels débouchés et savent que les besoins du voisin sont énormes. Les joutes diplomatiques entre les deux États sont farouches et souvent longues avant d’aboutir à des accords produits par produit et année par année. Les exportations du secteur forestier canadien vers l’Asie et plus particulièrement vers le Japon et la Chine ne cessent de prendre de l’ampleur. Elles pérennisent une tendance tenace et ancienne ; celle d’une prédominance de ventes de bois bruts ou peu travaillés. Cette économie construite sur les produits de base est un des fondements clés du Canada moderne (H. Innis, 1956, op cité).

Une économie « ressources » qui se diversifie

3Ne déduisons pas de ces quelques propos une image figée de ce pays dans un développement qui ne serait centré que sur les ressources naturelles. Il l’a été mais l’économie s’est beaucoup diversifiée. Encore faut-il admettre clairement que les conditions mêmes de la diversification de l’économie doivent beaucoup aux ressources naturelles avec une contribution incontournable du secteur forestier. Qu’entendons-nous par là exactement ? Dans un premier temps, les activités induites par l’exploitation forestière sont extrêmement réduites pour une raison relativement simple. L’activité d’une périphérie ressource considérée comme une « terre vide » est d’abord et avant tout orientée vers les exportations pour un centre ou un cœur très éloigné dans le cadre de cette mondialisation du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle (M. Watkins, 1977, R. Hayter, 2000, op cité). La main-d’œuvre, les machines, le capital sont importés. Les entrepreneurs sont extérieurs et commandent du centre, c’est à-dire des Îles Britanniques avant éventuellement de venir s’installer outre Atlantique. Ce mouvement est d’abord marginal. Le cheminement vers une économie diversifiée se fait progressivement. En prenant de l’importance cette économie basée sur les ressources doit répondre à une demande accrue. Y faire face nécessite plus de capitaux et surtout de machines dans les différentes industries forestières. Dans un second temps, les exigences plus conséquentes au niveau des intrants font qu’il est plus intéressant de les produire sur place plutôt que d’en importer la plus grande partie. Un corps entrepreneurial local apparaît comme c’est le cas au Canada au XIXe siècle. Toujours dans le cadre national mais plus en aval, la diversification concerne les compagnies de transport tout comme de nombreux équipements ou infrastructures publics. La construction de routes, de ports, de voies ferrées et de gares en est quelques illustrations. Très orientés vers la collecte, la distribution et l’exportation, les différents investissements assumés par l’État montrent à quel point cette économie fondée sur les produits de base et très tournée vers les marchés extérieurs façonne les institutions du pays. Des services dans le conseil ou dans l’ingénierie se développent également. Une économie diversifiée émerge progressivement dans un troisième temps. Bien qu’elle soit esquissée avant la seconde guerre mondiale, elle apparaît nettement après 1945. Les activités sont plus variées dans la filière bois grâce à l’essor de la seconde transformation dégageant plus de valeur ajoutée. L’enrichissement du pays, l’augmentation de la population, des investissements dans les industries des biens d’équipement et de consommation courante, les services pour satisfaire les demandes des employés travaillant dans les secteurs des ressources de base élargissent l’éventail des activités économiques.

4L’essor de l’exploitation forestière et de la filière bois est aux mains d’acteurs qui constituent un socio-système. Il se constitue surtout à la fin du XIXe siècle pour se perpétuer et se consolider pratiquement jusqu’à nos jours. Les autorités provinciales, le pouvoir fédéral et les grandes entreprises du secteur forestier sont les maîtres à bord. Ils intronisent le productivisme forestier car il sert au mieux leurs intérêts. De plus en plus puissante, la filière bois dans son ensemble contribue à l’emploi et aux exportations. Ce qui vaut pour le pays vaut également pour les provinces, en particulier le Québec et l’Ontario, la Colombie-Britannique ou encore le Nouveau-Brunswick. Le corollaire n’est autre qu’une application à l’échelon local qui se concrétise par une valorisation très partielle et souvent prédatrice des territoires. L’exemple des Îles de la Reine Charlotte est assez éloquent et démonstratif. L’attirance pour la forêt matière première a nourri en grande partie la colonisation et la conquête de l’espace puis forgé une filière bois et généré un socio-système qui se soude autour des intérêts économiques et marchands que ces différentes activités engendrent. Les forêts ne peuvent être considérées comme un phénomène de société au Canada qu’à la condition de bien prendre en compte toutes les facettes d’un véritable système forestier qui s’est construit et consolidé par et pour le productivisme.

Un rôle toujours important des ressources de base

5En nous en tenant au secteur primaire, c’est-à-dire à l’extraction et l’exploitation des ressources naturelles, le Canada cumule les bons rangs an niveau mondial (Tableau 12). Il est le premier fournisseur de bois d’œuvre de résineux de la planète. Qu’en est-il si nous intégrons les industries primaires à l’exploitation des ressources pour davantage faire porter nos évaluations sur cette économie dite des produits de base ? Nous voyons d’abord émerger l’énergie dans les données puisqu’elle est souvent fournie à partir de transformations effectuées par l’homme. C’est le cas, par exemple de l’électricité. Essentiellement tirée de la force hydraulique (60 %), du charbon (19 %), des hydrocarbures (10 %), cette énergie ne provient qu’à 11 % du nucléaire. Rappelons que cette part atteint désormais 80 % en France.

Tableau 12 – Le rang mondial occupé par le Canada dans la production de ressources naturelles en 2003

Type de ressources

Rang mondial en 2003

pétrole

9

Gaz naturel

3

Charbon

13

électricité

3

Uranium

1

Nickel

3

Zinc

4

Or

6

Cuivre

7

Potasse

1

Amiante

3

Bois d’œuvre de résineux

1

Source : Ressources Naturelles Canada, statistiques et faits, 2003.

6C’est dans ce travail de l’atome que les interventions techniques et donc humaines s’avèrent les plus conséquentes. Le Canada apparaît comme le 3e producteur mondial d’électricité en 2003 en ne prenant en compte que les pays de l’OCDE. Il nous faut aussi intégrer l’agriculture et les industries agro-alimentaires et de manière générale les activités de transformations des ressources. Un deuxième tableau relatif à l’importance de cette économie primaire est alors envisageable (Tableau 13). Elle contribue à 21 % du PIB et offre plus de 1,2 million d’emplois, soit 8 % du nombre total à l’échelle canadienne. La contribution des ressources naturelles est indéniable mais le pays n’en est plus dépendant. L’industrie était encore tributaire des ressources naturelles à 43 % de son activité en valeur en 1992. Bien qu’il soit difficile de trouver des données précises et plus récentes sur ce point (M. Hessing et alii, 2005, op cité), la diversification de l’économie canadienne est indéniable surtout pour ce pays cœur ou corridor au sud du Québec et de l’Ontario. Beaucoup moins prégnante, cette dépendance peut encore se manifester de manière insidieuse. Les activités liées aux ressources sont celles qui contribuent le plus à l’excédent commercial et sans elles, le Canada connaîtrait un déficit (Tableau 14). Ce sont l’énergie et la filière bois qui affichent le plus grand dynamisme avec respectivement des soldes positifs de 41 et de 31 milliards de dollars en 2003.

Tableau 13 – L’importance des activités primaires dans l’économie canadienne en 2003

secteur

Part dans le PIB

Nombre d’emplois directs

Énergie

5,6 %

230 000

Minerais/minéraux

4 %

389 000

Foresterie

3 %

297 000

Agriculture et agroalimentaire

8 %

334 000

20,6 %

1 250 000 soit 8 % des emplois

Source : Statistique Canada, statistiques et faits 2003.

7À eux seuls, ces deux postes suffisent à combler deux fois le déficit croissant enregistré dans les biens de consommation, les machines et biens d’équipement.

8Avec un pays autant forgé par cette économie de base et ce productivime, en particulier dans les forêts, est-il possible d’accorder une place à la préservation de cette nature ?

Tableau 14 – le solde du commerce extérieur de marchandises par secteur au Canada en 2003

secteurs

Solde en milliards de dollars

Agriculture et pêche

7,7

Énergie

41,3

Minerais/produits miniers

3

Bois et produits du bois

31,4

Biens industriels

1,4

Machines et biens d’équipement

-9,6

Industrie automobile

11

Biens de consommation

-29,1

57,1

Source: Statistics Canada, CANSIM, tables 228-03

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540