Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Forêts et société au Canada

 | 
Éric Glon

Une société contre la nature ?

Une société contre la nature ?

Texte intégral

1Cette question peut paraître déplacée, voire aberrante surtout pour un européen. Les paysages du vieux continent y sont le fruit d’héritages socioculturels pluri-séculaires et la nature y est largement anthropisée. Les espaces sont souvent très humanisés. L’agriculture, les activités industrielles, de commerce et de services, les emprises urbaines et celles plus linéaires liées au transport sont les traces principales de cette écriture humaine (G. et P. Pinchemel, 1988). Tout y semble fortement marqué de la main de l’homme. Il y a parfois des secteurs où cette influence est suspendue alors que dans d’autres elle y est plus intense. Ainsi façonnée, la nature apparaît davantage comme une hybridité et non telle une sorte de climax, un état idéal d’équilibre des écosystèmes. Soyons clairs. Nous n’identifions pas cet ordre naturel à un Éden fondé sur la nostalgie d’un idéal perdu on ne sait trop où dans le temps sans que l’homme n’ait à un quelconque moment eu une influence. Disons plus simplement qu’il est possible de trouver des milieux naturels où les interrelations écosystémiques sont encore préservées et où les êtres humains n’ont pas trop remis en cause cette résilience (Encadré 6). De manière plus globale, des gradualités de nature existent selon l’emprise plus ou moins intense de la présence humaine. Ce débat ne peut pas être posé dans les mêmes termes au Canada. Ce pays est, rappelons-le, à la taille d’un continent puisqu’il offre une superficie d’environ 10 millions de kilomètres carrés. La province du Québec atteint 3 fois la taille de la France, celle de la Colombie-Britannique pratiquement deux fois. Avec 32 millions d’habitants, la densité moyenne de population est de l’ordre de 3 habitants au km2 au Canada. De vastes étendues sont peu peuplées ou vides d’hommes. Cette impression est accrue par le fait que les populations tendent à se concentrer sur des espaces très circonscrits. 50 % de la population québécoise (7 598 100 habitants en 2005) vit dans la région de Montréal. Le sud-ouest de la Colombie-Britannique avec Vancouver et Victoria représente 60 % de la population d’une province qui compte 4 258 000 habitants en 2005. En dehors de ces zones de concentration de population et des secteurs agricoles surtout localisés en position méridionale, des immensités sont livrées au minéral et au végétal. S’ajoute à cela un rythme climatique saisonnier très marqué avec surtout l’emprise du froid. Des écosystèmes préservés et une biodiversité notable se manifestent sur de très vastes espaces. Une gradualité de nature où ici l’impact des interventions humaines ne s’est pas encore révélé trop perturbateur. Ce qui vaut de manière générale vaut aussi pour les forêts. Sur les 417 millions d’hectares qu’elles couvrent au Canada (plus de 4 millions de km2, soit 7 fois la superficie de la France), 181 millions de km2 sont considérés comme non productifs. Ces forêts claires ou clairsemées, à croissance lente, où les zones humides abondent, ne sont pas livrées à l’exploitation d’après le Service Canadien des Forêts (Ressources Naturelles Canada, 2003). Elles ne peuvent théoriquement fournir de bois à des fins commerciales. Celui-ci provient des zones forestières dites productives qui représentent plus de 234 millions d’hectares. 19 % d’entre elles, c’est-à-dire plus de 44 millions d’hectares, font l’objet de réglementations particulières et sont exclues de l’exploitation toujours d’après les données fédérales officielles (Ressources Naturelles Canada, 2003, op cité). 225 millions d’hectares échappent donc à toute sollicitation commerciale. Précisons que les forêts productives sont potentiellement exploitables mais ne le sont pas toutes. Par ailleurs, localisées en secteurs productifs ou en dehors de ceux-ci, 8,5 % des superficies forestières du pays appartiennent à des domaines protégés en 2000. 35 millions d’hectares font l’objet d’une démarche volontariste de préservation selon le WWFN (World Wildlife Fund for Nature).

 

2Tout en ayant été convoités surtout à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, les espaces forestiers canadiens s’avèrent peu fragmentés. 60 % des superficies en forêts dans ce pays existent en emprises très vastes d’un seul tenant de plus de 10 000 hectares chacun. Souvent situés dans des secteurs peu ou pas peuplés, n’étant pas forcément soumis à l’exploitation, bénéficiant parfois d’une protection, ces forêts relèvent de cette gradualité de nature où les écosystèmes sont encore souvent sous l’emprise du biologique plus que de l’anthropique. Encore faut-il préciser que nous ne prenons pas en compte dans notre propos les effets encore mal évalués du réchauffement climatique planétaire (J. P. Kimmins, 2004, op cité). En dépit de cet aspect non négligeable, de vastes étendues de forêts sont sources d’une réelle biodiversité. Pourquoi alors aborder cette question d’une société qui serait contre la nature ? Le problème n’est pas dans la présence des forêts. Il est plutôt dans l’exploitation répétée des mêmes secteurs depuis plusieurs décennies. Elle s’est intensifiée et a gagné de nouveaux espaces à partir de noyaux initiaux plus précocement sollicités. C’est le cas des forêts acadiennes de l’est du pays, de l’ensemble boréal en particulier dans le sud de l’Ontario et du Québec, des peuplements mixtes du sud de cette province ou encore des forêts pluviales océaniques. Parfois coupés à plusieurs reprises, plantés avec des arbres utiles à l’industrie, traités selon les méthodes productivistes, ces écosystèmes forestiers connaissent un appauvrissement de leur composition et de leur biodiversité. Il y a là une volonté obsessionnelle de maîtriser ces forêts comme la nature de manière plus générale, de la dominer pour mieux l’exploiter. A-t-on alors une société contre la nature et surtout pourquoi et comment cela s’est-il manifesté ?

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540