Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Forêts et société au Canada

 | 
Éric Glon

Du productivisme aux forêts durables. Une horreur boréale ?

Les forêts matière première ou l’emprise du productivisme

Texte intégral

Une filière bois toute puissante

1Le productivisme consiste à considérer les ressources naturelles comme des sources de matière première inépuisable pour alimenter des activités industrielles et commerciales. Elles engendrent des filières lorsque ces activités se combinent dans un processus de production allant des matières premières ou d’une source d’énergie à la satisfaction du besoin final du consommateur. Appliquée à l’industrie, la filière part de la ressource naturelle, transite par la transformation, le transport pour s’achever par la distribution (C. Stoffaes, 1980, A. Fisher, 1994). À cela s’ajoutent d’autres paramètres auxquels les entreprises sont de plus en plus attentives comme l’évolution de la demande et des attentes des consommateurs. Les problèmes de cohérence industrielle et d’interrelations entre les entreprises, des contraintes techniques, le recyclage, la réduction de la consommation d’énergie et des pollutions sont d’autres aspects tout aussi incontournables. La filière intègre chacun de ces éléments au point qu’ils nourrissent des effets induits non négligeables en terme de services et de commerces. Avec la globalisation en cours, ces activités ne se manifestent pas nécessairement dans une logique de proximité mais se déploient souvent au niveau international. La dissémination spatiale des établissements ou entreprises est donc fréquente et s’appuie sur la continuité des chaînes logistiques pour y répondre en partie. La ressource naturelle a été et est encore en grande partie pensée selon les opportunités économiques et marchandes qu’elle peut offrir. Plus cette logique s’étoffe et plus la ressource naturelle n’apparaît plus que comme un élément parmi d’autres au sein d’une chaîne d’activités mais en lui appliquant la même rationalité mathématique. Plus elles sont nombreuses, plus elles suscitent d’emplois et de profits. Pour éviter d’enrayer cette logique, les entreprises cherchent à renouveler les produits, à en créer d’autres pour ne pas perdre de marchés. À ce jeu-là, la ressource naturelle doit procurer toujours plus de matière première. L’essor du fordisme dans l’après deuxième guerre mondiale marque le triomphe de cette conception productiviste.

 

2La nature doit fournir en masse ce qu’elle recèle. Ce ne sont pas les prélèvements en eux-mêmes qui posent problème mais l’intensité croissante qu’ils vont revêtir. Le géographe français Jean Brunhes évoque une « économie destructive » dès l’entre deux guerres. Il s’inspire notamment des travaux de collègues allemands du début du XXe siècle. E Friedrich n’hésite pas à parler de pillage économique (Raubwirschat). L’exploitation des ressources naturelles devient massive et sans aucun esprit de restitution (J. Bruhnes, 1934, M. Sorre, 1943). Cette dimension prédatrice est très vite mise en évidence pour le Canada. Le premier des Premiers Ministres canadiens, Sir John MacDonald, évoque dès 1871, la destruction de la forêt et la mince possibilité de la remplacer dans la vallée d’Otawa. Les géographes Paul Defontaines et Henri Baulig insistent sur ces prélèvements de plus en plus massifs sous la forme des coupes à blanc. Ce dernier consacre de longs passages à ce sujet dans la Géographie Universelle dirigée par Paul Vidal de la Blache et Lucien Gallois. Dans le tome consacré à l’Amérique du nord, Henri Baulig signale que la « déplétion dépasse largement le croît » et qu’à force de traiter ainsi les forêts dans la région du Pacifique, « les réserves séculaires s’épuisent » (H. Baulig, 1935, op cité). Les Canadiens font parfois le même constat (I. Bowman, 1931). Raoul Blanchard insiste, quant à lui, sur ce recul de la forêt dans l’est du pays mais pour les années 1960. Parce qu’elles sont minoritaires et bousculent l’ordre mercantile trop bien établi, ces quelques voix discordantes n’ébranlent pas le productivisme. Pourquoi aujourd’hui le développement durable sème t-il incontestablement le trouble dans ce bel ordonnancement économique ? L’idée est gênante parce qu’elle remet en cause une conception du développement jugée insoutenable pour l’avenir de la planète. Le rapport Brundtland évoque le problème en ces termes. Cette logique mercantile prédatrice est pointée du doigt pour les risques souvent jugés irrémédiables qu’elle fait peser sur la Terre. Voila qui met mal à l’aise. Nous connaissons dans les grandes lignes les causes et les conséquences possibles du déséquilibre. C’est par rapport à ce contexte qu’une question mérite toute notre attention. Est-il vraiment possible de repenser cette place des forêts quand les intérêts économiques sont aussi prégnants ? Tel est l’enjeu au Canada où la filière bois est très présente.

Encadré 2 – Promenons nous dans les bois
Les forêts canadiennes couvrent 418 millions d’hectares, soit plus de 40 % de la superficie du pays. Elles offrent une disposition zonale très liée à l’emprise croissante du froid vers le nord (Carte 1). Représentant 31 % des 10 000 000 de km2 qu’occupent le pays, la toundra et les espaces dénudés s’étendent aux latitudes septentrionales, au-delà de la forêt boréale (H. Rougier, 1987). Au sud de celle-ci, les peuplements mixtes et les feuillus dominent tout en ayant été en partie défrichés et exploités. Cette disposition zonale est parfois contrariée. Tel est le cas à l’ouest avec l’orientation méridienne des chaînes de montagnes et plateaux des Rocheuses (Photo 2). Quelques caractéristiques méritent notre attention.

Des forêts immenses et monotones : le cas des forêts boréales (Photo 4)
Elles s’étendent sur 4000 kilomètres d’est en ouest, de Terre-neuve à l’Alaska, sur une bande de 800 kilomètres de large (Carte 1) pour une superficie de 3 500 000 kilomètres carrés (J. Pelletier, 1995). Ces forêts sont uniformes en raison de la domination de quelques espèces de résineux (P. H-J Richard, 1987, V-E Shelford, 1963). Les épicéas ou épinettes pour les Québécois prévalent dans la partie septentrionale, que ce soient les noirs (Picea nigra-mariana) ou les blancs (Picea alba canadiensis-glauca). Plus au sud, ils se mêlent aux pins gris (Pinus banksiana ou divaritaca), aux sapins baumiers (Abies balsamea) et à quelques feuillus comme le bouleau à papier (betula papyfera) ou le tremble (Populus tremuloides, Michx), en particulier dans les secteurs méridionaux bordant de la baie d’Hudson (M. Hotyat, 1999). Ces forêts sont marquées par la mono spécificité, c’est-à-dire qu’une des espèces de résineux peut dominer sur des milliers d’hectares (P. Arnould, 1991). Le sous-bois est souvent dense et troué de tourbières à sphaignes (H. Elhaï, 1968, G. Rougerie, 1988). D’une tonalité générale fortement teintée de monotonie, elle n’en exclut pas quelques contrastes notamment d’est en ouest. Ils portent sur l’inégale présence des différentes espèces les plus couramment observées dans ces forêts. Le nord-ouest laisse la place à des « forêts parcs trouées de plages herbeuses et buissonnantes » (M. Hotyat, 1999, op cité) où les pins remplacent les épicéas. Ces derniers dominent à nouveau dans les peuplements à l’approche du Pacifique. Plus que des limites bien tranchées, la forêt boréale semble s’éterniser en confins. Des formations de transition se manifestent sur des dizaines voire des centaines de kilomètres au nord (P. Arnould, 1991, op cité). La « mosaïque de pièces forestières et d’espaces ouverts de lichens et de mousses » (P. Byais, 1987) constitue la forêt boréale ouverte. Les arbres, avec surtout des épicéas noirs et blancs diminuent progressivement en taille. De par la diversité de leur morphologie, ils s’adaptent au froid (formes dissymétriques, en bougeoir, en drapeau) (P. Arnould, 1991, op cité).
Au-delà vers le nord, nous rentrons dans l’écotone forêt/toudra (C. Kergomard, 1999) ou encore dans la toundra boisée comme l’appellent les Québécois (Ministère des Ressources Naturelles, Québec, 1994). Elle associe des bandes forestières, des zones marécageuses, des espaces couverts de lichens et de mousse. Les forêts s’éclipsent progressivement puis c’est au tour de l’arbre de disparaître pour laisser la place à la toudra buissonnante. La forêt ouverte et la toundra boisée apparaissent sous l’intitulé très général de forêt boréale et terrains dénudés sur la carte (Carte 1). Plus on va vers le sud au-delà de cette forêt boréale (Photo 4), plus les feuillus gagnent en importance. La transition apparaît ici sous la forme de peuplements mixtes comme, par exemple, entre les formations boréales et les prairies. Aux sapins baumiers (Abies balsamea) et épicéas s’ajoutent des feuillus avec surtout le peuplier faux tremble (Populus tremuloides, Michx) d’où le nom anglais d’Aspen Grove donnée à cette zone. Elle est aussi appelée prairie boisée ou parc.

Des forêts souvent opulentes : l’exemple des forêts pluviales du Pacifique
Les couverts forestiers de l’ouest ont longtemps entretenu ce mythe d’une opulence quasi inépuisable en bois. Cette idée est largement due aux forêts pluviales (Photo 3). Elles s’étendaient originellement sur 6,5 millions d’hectares avant que leur exploitation par l’homme ne s’intensifie à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. Cet or vert se localisait essentiellement sur les bas de versants des montagnes côtières et insulaires et le long des littoraux (Photo 3). Il était également présent sur les pentes occidentales des chaînons continentaux jusqu’à 150 kilomètres dans l’intérieur des terres. Ces forêts sont composées d’arbres aux dimensions souvent impressionnantes. C’est le cas du sapin géant de Vancouver (Abies grandis, Lindl), le thuya géant rouge (Thuja plicata, D Don) ou le hemlock de l’ouest (Tsuga heterophyla, Sarg). Le sapin Douglas (Pseudo tsuga menziesii Franco) peut, par exemple, atteindre une hauteur de 80 à 100 mètres. Les peuplements n’excluent pas les feuillus. Citons par exemple l’aulne rouge (Alnus rubra), l’érable (Acer), le bouleau à papier. Le sapin amabilis (Abies amabilis, Loud) et l’épicéa de Sitka (Picea sitchensis) sont davantage présents plus au nord. Une telle richesse tient de la proximité de l’océan Pacifique qui garantit une humidité quasi constante et des précipitations assez élevées (Plus de 1200 mm et jusqu’à 2500 mm par an sur les hauts de versants).
Elles s’accompagnent de températures douces surtout dans le sud-ouest. Ces quelques caractéristiques expliquent une décomposition organique qui a amplifié la croissance de ces forêts et facilité la diversification des essences (R Cannings et alii, 1996) pendant plusieurs siècles. Le couvert forestier de l’intérieur reste abondant mais plus discontinu et moins dense en raison de la continentalité plus marquée, de l’emprise du froid vers le nord et de l’étagement montagnard (Photo 2). Ces influences combinées justifient, par exemple, la présence des épicéas d’Egelman (Picea engelmani, Parry), des pins lodgepole (Pinus conforta, Dgl) au centre de la Colombie britannique. Les épicéas noirs se manifestent plus au nord. Les fonds de vallée sont marqués par l’aridité au sud, d’où la présence du pin ponderosa (Pinus ponderosa, Dgl). Les forêts de conifères se cantonnent plus sur le bas des versants des Rocheuses à l’est.

Des forêts composées en majorité de conifères. Des feuillus surtout présents dans les régions méridionales
Les forêts canadiennes sont pour 67 % d’entre-elles en résineux. Cette domination entraîne une uniformité voire une monospécificité. La forêt boréale en est la parfaite illustration. Les arbres à feuilles caduques sont présents soit dans les forêts mixtes soit celles de feuillus. Les premières composent occupent plus de 18 % des superficies forestières canadiennes pour environ 15 % aux secondes. En dehors des forêts de transition, le premier cas peut être illustré par les forêts acadiennes ou celles de la région des Grands Lacs et du Saint-Laurent (carte 1). les peuplements de feuillus apparaissent sur la carte sous cet intitulé au nord des lacs Ontario et Erié pour la partie canadienne. Cette forêt ontarienne caducifoliée offre, par exemple, des hêtres à grandes feuilles (Fagus gradifolia Erth), des ormes comme celui d’Amérique (Ulmus america L) ou encore des érables dont celui à sucre. C’est surtout dans le secteur laurentien et la plaine de Montréal que ce dernier prend suffisamment d’importance pour que les Canadiens l’évoquent sous l’appellation érablière laurentienne (A. Lafond, 1979).

Photo 2 – prairies subalpines fleuries (« Indian paintbrush ») et forêt de conifères dans les Rocheuses

Photo 2 – prairies subalpines fleuries (« Indian paintbrush ») et forêt de conifères dans les Rocheuses

Parc national du Mont Revelstoke, 1800 mètres. Est de la Colombie britannique.

Photo : Eric Glon

Photo 3 – la forêt pluviale du Paciique à l’ouest de l’île de Vancouver­Cathedral Grove

Photo 3 – la forêt pluviale du Paciique à l’ouest de l’île de Vancouver­Cathedral Grove

Les cèdres sont en fait des thuyas géants (Thuya Pliant D). Au plan intermédiaire, un sapin Douglas

Photo : Eric Glon

Photo 4 – la bordure méridionale de la forêt boréale au sud du Québec (réserve faunique du Saint Maurice)

Photo 4 – la bordure méridionale de la forêt boréale au sud du Québec (réserve faunique du Saint Maurice)

Les feuillus – en l’occurrence ici des bouleaux – sont encore nombreux au milieu des conifères.

Photo : Eric Glon

Carte 1 – Les régions forestières au Canada.

Carte 1 – Les régions forestières au Canada.

Photo 5 – coupes à blanc dans l’intérieur de la Colombie britannique au printemps 2004

Photo 5 – coupes à blanc dans l’intérieur de la Colombie britannique au printemps 2004

Photo : Eric Glon

3Tenter de répondre à cette question revient à mettre en évidence les réalités et l’importance de ces activités dans ce pays. L’élément essentiel réside dans ces vastes étendues forestières (Encadré 2) au sein desquelles sont évaluées les superficies productives. Les opérations de coupe (Photo 5) qui y ont lieu fournissent le bois rond. Ce sont en fait les grumes de bois c’est-à-dire des morceaux de tronc d’arbre avec ou sans écorce. Le Service Canadien des Forêts (SCF) y distingue le bois de chauffage et de foyer d’une part et le bois destiné à l’industrie d’autre part. De loin le plus important, celui-ci regroupe le bois à pâte, les billes et billots, c’est-à-dire les parties de grume de bois aux usages différents, et les autres bois ronds industriels. Si le premier alimente l’industrie des pâtes, papiers et produits connexes aux côtés de sciures et de copeaux, les deux autres catégories rejoignent les scieries et donnent le bois d’œuvre. La récolte de bois dépasse les 2 000 000 de m3 en 2002. 194 000 000 de m3, soit 97 % du total sont destinés à l’industrie. L’exploitation forestière ne concerne pas uniquement l’abattage. Elle recouvre aussi le tronçonnage, l’empilage, le cubage, le chargement et l’expédition des grumes. Ces activités vont ainsi de la coupe à l’écorçage, au taillage, au guidage et remorquage du bois sans oublier le transport. Il a essentiellement lieu par voie ferrée ou par route. Le flottage demeure bien présent dans certaines provinces comme par exemple la Colombie-Britannique. Qu’en est-il des industries forestières ?

Figure 2 – Les activités de la filière bois

Figure 2 – Les activités de la filière bois

4La première transformation désigne les industries du bois (Figure 2). Elles sont très variées avec les entreprises de sciage et de rabotage, celles spécialisées dans les poteaux, les bardeaux, les planches (Photo 6) ou encore les placages et les contreplaqués. La seconde transformation correspond au secteur papetier et à celui du bois ouvré c’est-à-dire surtout le meuble. Les activités des pâtes et papiers recouvrent trois processus de production distincts ainsi que le montre la figure 2. Les produits qui en sont issus sont variés : papier journal, multiples papiers d’impression, à écrire, d’emballage, papier hygiénique, les cartons pour nous contenter de quelques illustrations.

5Aux aspects les plus directs de cette filière bois s’ajoutent les dimensions plus diffuses mais néanmoins importantes. À titre d’exemple la pulpe de bois donne la cellulose. Elle ne sert pas uniquement à la production des pâtes et papiers mais entre aussi dans la fabrication de verres, de cuir synthétique, de rayonne. Les produits dérivés les plus connus fournis essentiellement par le Québec sont ceux qui proviennent de l’érable avec surtout le sirop et le sucre. Aux côtés des industries, la filière offre des activités induites dans le commerce et les services qui sont nombreuses. Le transport, la recherche sur la sylviculture ou les produits du bois, l’aménagement forestier et l’administration notamment ministérielle en constituent quelques facettes. Ne négligeons pas les différentes écoles liées à la foresterie depuis celles de techniciens jusqu’aux facultés formant les ingénieurs forestiers. Sans tenir compte des effets les plus diffus mais en intégrant les emplois indirects ou induits sur l’industrie, le commerce, les services, la filière bois représente environ 830 000 emplois en 2003, soit 1 emploi sur 16 au Canada (Tableau 5). Le poids économique est loin d’être négligeable. Cette filière permet au Canada d’être le premier exportateur mondial de bois et de produits du bois en particulier dans la pâte de bois et le papier journal en 2005. Le secteur papetier s’avère incontournable à la fois par son dynamisme commercial mais aussi par sa structure et son organisation. Très gourmandes en matière première, ces activités se satisfont de la vision productiviste car elle garantit un approvisionnement massif. L’industrie du papier est exigeante en capital d’où une tendance au regroupement des établissements. Ce sont ceux qui offrent la taille moyenne (106 emplois en 2003) la plus élevée dans la filière bois. Bien que ce mouvement de concentration soit toujours en cours, les activités papetières offrent encore un nombre important d’emplois (92 000 en 2003). Plus petite, l’unité compte en moyenne 4,7 emplois dans l’exploitation forestière.

Photo 6 – établissement Weyerhaeuser spécialisé dans le cèdre rouge et à l’arrière plan l’unité papetière Norske Skog à Port­Alberni sur l’île de Vancouver en Colombie britannique

Photo 6 – établissement Weyerhaeuser spécialisé dans le cèdre rouge et à l’arrière plan l’unité papetière Norske Skog à Port­Alberni sur l’île de Vancouver en Colombie britannique

Photo : Eric Glon

Tableau 5 – Approche chiffrée du nombre d’entreprises et d’emplois dans la filière bois au Canada en 2003

Secteur

Nombre d’établissements

Nombre d’emplois

Taille moyenne de l’établissement (en nombre d’employés)

Activités de l’exploitation forestière

9541

45 574

4,7

Industries du bois

3747

129 695

34,6

Industries des pâtes, papiers et produits connexes

870

92 223

106

Industries du meuble (bois et matériaux composites dont le bois)

620*

28 970*

46,7

Total emplois directs

14 778

296 462

20

Emplois indirects (industrie, commerce et services)

 ?

531 000

 ?

Total directs et indiretcs

 ?

827 924

Source : Statistique Canada, enquête annuelle sur les manufactures, 2006
*Statistique Canada, enquête sur les manufactures, dernières données disponibles, 1997.

6Situés le plus en amont de la filière, ces établissements sont plus sensibles aux variations de la demande en matière première et cela se répercute sur le nombre d’emplois. Il fluctue beaucoup d’une année sur l’autre. Ces variations sont également récurrentes pour la fabrication de meubles en raison d’une forte concurrence des États-Unis. Elle est aussi très présente pour les industries du bois notamment celles liées à la construction. Toute maison est d’abord édifiée en bois dans son armature tout comme éventuellement la couverture du toit (Photo 7). Il s’agit d’un marché colossal à l’échelle de l’Amérique du Nord. Que la situation économique des ménages soit momentanément difficile aux États-Unis ou au Canada se solde par une moindre demande dans la construction et donc dans les industries du bois. L’emploi en subit immédiatement le contrecoup. Cette dépendance est d’autant plus dommageable que les produits du bois dégagent peu de valeur ajoutée. Tout ceci n’empêche pas ce secteur de la première transformation d’offrir de nombreux établissements, souvent de petite taille, et surtout plus de 100 000 emplois. L’essor du secteur forestier est tel qu’il permet aujourd’hui au Canada d’être le premier fabricant mondial de papier journal, le deuxième fournisseur de pâte de bois mais aussi de bois d’œuvre de résineux (Tableau 7). De telles performances reposent sur une sollicitation croissante de la ressource depuis la seconde moitié du XIXe siècle mais surtout après la seconde guerre mondiale (Tableau 6).

Photo 7 – La plupart des maisons sont d’abord construites en bois avant d’apposer des isolants et un autre revêtement (briques, pierres, ciment, etc)

Photo 7 – La plupart des maisons sont d’abord construites en bois avant d’apposer des isolants et un autre revêtement (briques, pierres, ciment, etc)

Le secteur de l’immobilier constitue un marché très important pour le filière bois en Amérique du Nord. Que ce débouché évolue à la baisse et l’activité des industries du bois s’en ressent immédiatement et souvent très durement.

Photo : Eric Glon

Tableau 6 – Évolution des superficies récoltées par année entre 1920 et 2002 (en hectares)

Année

Aire récoltée (en ha)

Part de l’aire récoltée par année/superficie actuelle des forêts productives

1920

380 000

0,1 %

1951

580 000

0,2 %

1970

600 000

0,2 %

1975

630 000

0,2 %

1982

753 000

0,3 %

1986

984 000

0,4 %

1989

1 020 000

0,4 %

1992

915 000

0,37 %

1998

1080 000

0,4 %

2000

1 030 000

0,4 %

2002

1 011 271

0,4 %

Source : banque nationale de données sur les forêts, abrégé des statistiques forestières canadiennes, 1996, 224 p.
Environment Canada, Sustaining Canada’s Forests : Timber Harvesting Supplement, n ° 95/4. SCF, L’état des forêts au Canada, 1999-2000, 120p, 2003-2004.

7La récolte de bois est de 75 millions de m3 en 1940. Elle atteint 122 millions de m3 en 1970 et dépasse 190 millions de m3 en 2002. Tout comme les volumes de coupe, les superficies exploitées ne cessent de s’étendre. En dehors d’une diminution due à la grande dépression des années 1930, l’augmentation de la taille des zones de coupe est continue surtout là aussi après 1945. Elle frôle ou dépasse le million d’hectares chaque année depuis la fin des années 1980 et représente 0,4 % des superficies des forêts productives. Les difficultés de la construction au Canada et aux États-Unis et une demande moindre en papiers expliquent la baisse entre 1990 et 1995. C’est en grande partie en augmentant les superficies exploitées chaque année que le Canada fournit des volumes de bois toujours plus importants. Il n’y a aucun souci de ménager les forêts jusqu’à une époque toute récente. Chaque année, les coureurs de bois offrent de nouveaux espaces à la coupe. C’est la période des forêts coupées. Lui succède celle des forêts cultivées dans les années 1970. Sous l’incitation du pouvoir fédéral, les provinces développent les reboisements pour répondre à une demande industrielle croissante qu’elles craignent de ne pouvoir satisfaire uniquement avec les peuplements naturels. Un système productiviste se met en place. Le nettoyage des parcelles après la coupe à blanc (Photo 5) se fait au moyen de scarifieuses à disques qui coupent les racines et arrachent les souches. Le recours au feu vient souvent compléter ce nettoyage. Intervient ensuite la plantation d’espèces les plus demandées par l’industrie. Leur croissance est facilitée par l’usage de défoliants sous la forme de glyphosates qui détruisent ce que les forestiers canadiens appellent la végétation concurrente. Si ces traitements ne sont pas suffisants, les dameuses ou engins lourds à chenilles écrasent les pousses récalcitrantes jugées inutiles.

8L’homogénéisation des forêts bouleverse les écosystèmes et les niches écologiques. Les épandages aériens de produits chimiques très polluants visent à détruire les infestations d’insectes qui en résultent. Aujourd’hui, 40 % des aires exploitées l’avaient déjà été auparavant. Plus de 45 % de ces domaines coupés font l’objet d’une plantation. Le reste évolue au gré de la régénération naturelle. Cette maîtrise de la forêt par la technique n’a d’autre objectif que de fournir en masses croissantes du bois pour l’ensemble de la filière.

9De manière générale, les activités forestières sont de plus en plus dévoreuses de matière première pour profiter de débouchés internationaux ou pour les maintenir. Une part souvent importante des productions est destinée à l’exportation (Tableau 7). À titre d’exemple, 70 % du bois d’œuvre de résineux est écoulé sur le marché mondial. Autrement dit l’essentiel part à l’étranger sans être valorisé sur place. Récurrente, cette tendance à vendre des produits pas ou peu travaillés est encore bien présente aujourd’hui. Le Canada couvre plus de 80 % des importations de bois d’œuvre des États-Unis ou encore plus de 55 % pour le Japon. Les exportations canadiennes de pâte de bois représentent plus de 30 % du total mondial et plus de 50 % pour le papier journal. Une telle présence sur la scène internationale rend la filière bois incontournable dans l’économie du pays. Avec un solde positif de 32 milliards de dollars canadiens sur un total qui se monte à 55, la contribution du secteur forestier à l’excédent commercial du Canada est de 58 % en 2005. Cette puissance forestière n’est pas dépourvue de fragilité. Si les ventes à l’étranger se focalisent sur un petit nombre de produits (bois d’œuvre, articles des industries du bois, papier) elles se concentrent aussi sur un nombre restreint de pays riches. Les États-Unis dominent de manière écrasante car ils représentent pratiquement à eux-seuls 80 % des exportations en valeur de la filière bois canadienne. L’Europe avec surtout le Royaume-Uni et le Japon arrivent loin derrière.

Tableau 7 – L’importance de la production et des exportations pour quelques activités de la filière bois canadienne en 2005

Tableau 7 – L’importance de la production et des exportations pour quelques activités de la filière bois canadienne en 2005

Source : Ressources Naturelles Canada – L’état des forêts au Canada – 2005.2006.
* Millions de mètres cubes, ** Millions de tonnes, *** milliers de tonnes, **** Millions de litres, ***** Millions d’arbres.

Encadré 3 – La logique productiviste et ses conséquences sur les ressources humaines et naturelles dans les Îles de la Reine Charlotte (Canada)
Elles sont situées au nord-ouest de la Colombie-britannique, c’est-à-dire de la côte canadienne du Pacifique. Une des ressources principales des îles réside dans les forêts. Les coupes à blanc ont été massivement utilisées sur les permis de coupe détenus par quatre compagnies ; Western Forest Product, Timber west, Hysby Forest Products et Mac Millan Bloedel. Cette dernière appartient aujourd’hui à la grande entreprise américaine Weyerhaeuser. L’essentiel du bois coupé n’était pas transformé sur les Îles de la Reine Charlotte mais plus au sud après avoir été transporté à Vancouver ou dans quelques usines à papier de l’île de Vancouver. Non seulement les forêts étaient exploitées de façon industrielle mais la plupart des emplois échappaient aux locaux. 427 personnes étaient ainsi employées dans l’archipel, essentiellement dans l’exploitation forestière et les scieries, alors que 1820 l’étaient en dehors en 1998, surtout dans les établissements papetiers. Cette situation a été dénoncée par les îliens, c’est-à-dire plus particulièrement les membres de la première nation Haïda (3930 membres en 2005). Craignant de voir disparaître les forêts ainsi que les emplois qui y sont liés, ils réclament une appropriation locale de cette ressource naturelle. Ils souhaitent également une approche plus durable de son exploitation tout en tenant compte de leur culture. Dénonçant l’attitude prédatrice de Weyerhaeuser, les autochtones ont obtenu en justice que cette compagnie n’envisage l’exploitation des zones de coupe forestières qu’après consultation des populations locales. La cour d’appel cherchait une conciliation entre les impératifs économiques incarnés par Weyerhaeuser et les revendications de la nation Haïda. Cette décision de 2000 a été adoucie en 2002 suite à un recours de l’entreprise américaine. Celle-ci retrouve une plus grande marge de manœuvre car il n’y a plus d’obligation de consultation des populations locales (E. Glon, 2004).

10Les États-Unis absorbent la quasi-totalité des ventes à l’étranger de panneaux de bois fabriqués au Canada, plus de 75 % de celles de papier journal. Cette part atteint 85 % pour le papier d’écriture canadien. Que la demande internationale et plus encore américaine se relâche et l’économie de nombreuses provinces du Canada s’en ressent. Des établissements sont fermés ou le nombre d’emplois y est réduit. La hausse de la valeur du dollar observée dans ce pays depuis quelques années entraîne une augmentation du prix des articles Canadiens. Les exportations en subissent le contrecoup. À titre d’exemple, les ventes vers les États-Unis de pâtes de bois, de papier journal et de bois d’œuvre ont chuté de 10 à 12 % en valeur entre 2004 et 2005. Résolument mercantile, ce système productiviste n’est pas plus favorable à l’ancrage des activités dans le local. Le seul exemple des Îles de la Reine Charlotte en atteste (Encadré 3).

 

11En dépit de fragilités, cette filière d’activités autour de forêts matière première a forgé toute une série d’intérêts, de pratiques et de profits solidement installés. Introduire le développement durable est d’autant plus difficile qu’il remet en cause ces aspects d’un système forestier productiviste omniprésent. Ce dernier repose en grande partie sur les modalités d’accès à la ressource.

Des forêts aux mains des grandes compagnies forestières

Les forêts sont théoriquement des forêts publiques

12Les propriétés privées ne constituent que 6 % des superficies forestières totales. Ce sont donc les forêts publiques qui dominent largement avec surtout les domaines provinciaux pour 71 % du total et plus secondairement les possessions fédérales pour 23 % de l’ensemble. Ce qui vaut pour l’ensemble du pays se retrouve pour les différentes provinces et les territoires à quelques nuances près (Tableau 8). Les propriétés provinciales prédominent presque partout (9 cas sur 13). À l’exception des Territoires où l’emprise du pouvoir central est forte, les forêts fédérales sont souvent minimes. Elles apparaissent sous la forme des terres autochtones (réserves ou collectivités aborigènes), des parcs nationaux, ou encore par exemple des terrains militaires ou stratégiques. Les propriétés privées sont toujours très minoritaires sauf pour la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick, où elles atteignent respectivement 69 et 51 %. Ce sont soit les terres ou tenures industrielles ou soit les lots boisés privés. Dans le premier cas, elles appartiennent à d’importantes entreprises souvent de la filière bois qui exploitent ces forêts à des fins commerciales. Elles le sont aussi dans le second cas mais par des propriétaires individuels ou en sociétés que l’on appelle communément les détenteurs de lots boisés. Une dénomination qui permet de bien préciser que ces tenures ne sont pas aux mains de grandes compagnies forestières. Les détenteurs de lots boisés sont également des municipalités, des entreprises variées ou des associations.

13Avec une telle prééminence des propriétés publiques, nous sommes en droit de nous attendre à un sens du bien commun particulièrement développé par les autorités politiques fédérales et surtout provinciales. Le contexte paraît ici idéal pour une promotion des forêts durables par les pouvoirs publics. La situation n’est pas tout à fait celle à laquelle notre logique semble nous mener.

Les forêts canadiennes sont concrètement aux mains des grandes compagnies forestières

14Que le pouvoir central possède aussi peu de forêts alors qu’il est l’initiateur et l’instigateur du développement durable ne peut que relativiser son rôle dans l’application de cette nouvelle politique forestière. À ce premier paradoxe s’en ajoute un second. Les Provinces sont de loin les propriétaires les plus importants d’espaces forestiers et elles sont maîtresses de la politique forestière chez elle. Un point qui ne fait que pondérer encore l’influence des décisions fédérales. Ce deuxième paradoxe en nourrit un autre moins lisible, plus insidieux et pervers. Les Provinces possèdent la majorité des forêts mais elles ne les exploitent pas elles-mêmes. Elles délèguent ces opérations à de grandes entreprises de la filière bois dans le cadre de permis de coupe ou des contrats d’exploitation. Pour la plupart fixés pour une durée de vingt-cinq ans, ils sont souvent reconduits de manière tacite et à la vue d’un plan d’aménagement forestier fourni par la compagnie exploitante. Ces permis portent des noms différents selon les provinces. Ce sont par exemple les licences ou « Tree Farm Licence » en Colombie-Britannique, les contrats d’approvisionnement et d’aménagement forestier ou CAAF au Québec ou les permis de coupe au Nouveau-Brunswick. Par-delà ces terminologies différentes, deux distinctions sont importantes. Certains permis concernent des superficies. D’autres sont plutôt des volumes à récolter à l’intérieur d’un domaine où opèrent plusieurs entreprises et ou les zones de coupe changent chaque année. Nous pouvons mentionner les « Tree Farm Licence » ou TFL en Colombie-Britannique et les permis de coupe néo-brunswickois dans le premier cas. Les CAAF québécois ou les « Timber Supply Areas » de la province du Pacifique illustrent le second cas. Certaines provinces proposent quasiment une seule des deux possibilités (Québec, Nouveau-Brunswick) alors que d’autres offrent les deux (Colombie-Britannique). Quelle que soit la situation, nous retrouvons toujours cette emprise des grandes entreprises. Prenons à titre d’exemple la Colombie-Britannique en 2004 (Tableau 9).

Tableau 8 – la part des différents types de propriétés forestières selon les provinces en 2005

Propriétés provinciales

Propriétés fédérales

Propriétés privées

Terre-Neuve et Labrador

99 %

0 %

1 %

Saskatchewan

97

2

1

Colombie-britannique

95

4

1

Manitoba

94

5

1

Île du Prince Édouard

92

7

1

Québec

89

0

11

Ontario

88

1

11

Alberta

87

9

4

Nouveau-Brunswick

48

1

51

Nouvelle-Ecosse

28

3

69

Territoire du Nord-ouest

0

100

0

Territoire du Yukon

0

100

0

Territoire du Nunavut

0

100

0

Canada

71 %

23 %

6 %

Source : Service Canadien des Forêts, Ressources Naturelles Canada. L’état des forêts au Canada, 2005-2006.

Tableau 9 – Les volumes de bois récoltés par les entreprises de la filière bois dans le cadre des permis d’exploitation en Colombie-britannique en 2004

Nom de la compagnie

AAC en m3

 % de l’AAC provinciale

Nombre de licences ou de permis de coupe

Canadian Forest Product (Canfor)

8 355 465

10,96 %

17

Weyerhaeuser

7 162 703

9,40

15

Slocan Forest Products

5 638 060

7,40

15

West Fraser Mills

5 139 521

6,74

19

Doman Industries

3 778 686

4,96

10

International Forest Products

3 099 358

4,07

13

Riverside Forest Products

2 495 119

3,27

13

Welwood

2 289 109

3

7

NWBC Timber and Pulp

1 684 768

2,21

4

Tolko Industries

1 658 291

2,18

7

Tembec Industries

1 565 380

2,05

7

TFL Forest LTD

1 350 684

1,77

5

Louisiana Pacific Canada Ltd

1 206 973

1,58

6

Pope and Talbot Ltd

1 205 417

1,58

4

Abitibi Consolidated

932 500

1,22

1

47 561 934 sur 61 812 275 m3

62 %

143 sur 428

Source: Ministry of Forests, BC, Provincial Linkage AAC report 2004

1515 entreprises contrôlent 62 % de l’Autorisation Annuelle de Coupe ou AAC. Toutes relèvent de la filière bois. Certains d’entre elles comme Canfor ou Weyerhaueser contrôlent chacune 10 % de cette AAC. Dix entreprises papetières et quinze compagnies de l’industrie du bois contrôlent en 2000 la totalité des CAAF créés en 1987 au Québec et délivrés par la province. Cette présence récurrente des compagnies forestières n’apparaît pas seulement dans les permis de coupe. Elle vaut aussi de par les propriétés propres qu’elles détiennent. 11 entreprises contrôlent 44 % des superficies forestières exploitées à des fins commerciales au Canada en 2006 (Tableau 10). Chacune d’entre-elles contrôle des aires forestières dont la superficie est supérieure à celle de la Suisse (41 000 km2) et même 4 fois la Suisse pour la première : Canfor. La plupart de ces entreprises figurent parmi les plus importantes de la filière bois qui sont implantées au Canada. Elles affichent souvent une réelle puissance internationale. C’est le cas de Canadian Forest Products (Canfor), Weyerhaeuser, Abitibi-Consolidated, West Fraser. Comme les provinces ont progressivement octroyé les permis de coupe aux compagnies les plus importantes, il n’est pas rare de voir celles-ci conserver une forte implantation dans leur région d’origine. Canfor (Canadian Forest Product) ou West Fraser en Colombie-Britannique, Tembec au Québec en sont quelques exemples. Que les localisations se soient ensuite étendues à d’autres provinces est indéniable à la fois pour les entreprises canadiennes comme pour celles qui sont d’origine étrangère. Dans le premier cas, Tembec est par exemple présente au Québec et en Ontario mais exploite aussi des forêts au Manitoba et en Colombie-Britannique. Dans le second cas, le groupe américain Weyerhaeuser apparaît dans la province du Pacifique, en Alberta, au Saskatchewan, en Ontario et à un degré très secondaire dans l’est du pays (Nouveau-Brunswick). Nombre de ces entreprises sont des multinationales confrontées à la mondialisation (Encadré 4).

Tableau 10 – L’importance des superficies forestières exploitées par les entreprises de la filière bois au Canada en 2006 (en kilomètres carrés)

Entreprises

Superficies exploitées

Canadian Forest Products (CANFOR)/achat Slocan Forest Products Ltd 2004

204 270 Km2

Tolko Industries Ltd

177 500

Abitibi Consolidated Inc/achat Donohue Inc 2000

168 000

Tembec Inc

130 000

Weyerhaeuser Canada Ltd/achat MacMillan Bloedel 1999

113 490

Bowater Canada Inc

113 360

Daishowa Marubeni

79 000

Domtar Inc

69 000

Alberta Pacific Forest (ALPAC)

58 000

West Fraser Timber

54 900

Kruger

48 080

1 084 001 km2 soit 46 % de la superficie des forêts commerciales au Canada

Source: Global Forest Watch, Canada’s Commercial Forest Tenures, 2003 2004, ? p. Global Forest Watch, World Resource Institute, Canada’s Forests at a crossroad: an assessment in the year 2000. Sites internet des différentes enterprises.

L’instabilité d’une filière bois engagée dans la mondialisation

16La mondialisation ne facilite pas l’attention des entreprises par rapport au développement durable. Telle est ici notre idée centrale. Deux aspects sont importants dans notre propos. Comment se manifeste cette mondialisation sur le secteur forestier canadien et en quoi cette situation le rend t-il rétif voire hostile à cette autre approche des forêts ? Prenons chacun de ces aspects l’un après l’autre.

  • 1 Joint venture : coentreprise ou entreprise commune créée par deux ou plusieurs entreprises dont les (...)

17La mondialisation se concrétise par une concurrence exacerbée entre des entreprises qui tentent de maintenir leurs débouchés sur des marchés très concurrentiels à un niveau résolument international. À cela s’ajoute un contexte très changeant en fonction de nombreux paramètres comme par exemple les fluctuations de la demande, l’essor des pays émergents, des coûts d’intrants variables ou encore des cours de la monnaie. Les entreprises cherchent à s’adapter à cette situation par des choix stratégiques, des opérations de croissance externe, des redéploiements d’activités tout en comprimant les coûts de fonctionnement. Ce processus nourrit la mondialisation en cours. Ne l’oublions pas : ce sont d’abord les entreprises qui l’impulsent. Au niveau forestier, deux enjeux majeurs apparaissent, celui de l’accès à la ressource et celui de l’organisation des activités issues de l’exploitation forestière au niveau mondial. Dans le premier cas, il s’agit d’accéder à une matière première abondante et si possible à un coût peu élevé à l’échelle planétaire. Dans le second cas, une architecture opérationnelle prête à des redéploiements quasi incessants. Fusions, acquisitions (encadré 5), prises de capitaux aboutissent à de nombreuses filialisations créations sans négliger les joint ventures1. Selon leur propre intérêt, les entreprises mènent des opérations offensives ou au contraire plus défensives en sachant que les secondes permettent souvent de préparer les premières.

 

18À titre d’exemple, Domtar, entreprise québécoise présente dans la production de pâte de bois, de papier et d’emballages, cède 50 % du capital qu’elle détient dans Norampac Inc au groupe Cascades en décembre 2006. Ce retrait comme d’autres la même année correspondent à la volonté de constituer des provisions en capitaux de la part de Domtar. Sans doute est-ce à mettre en relation avec la création par cette entreprise d’un joint venture avec Weyerhaeuser dans le secteur des papiers fins en août 2006. Cette nouvelle venue est la plus importante à l’échelle nord-américaine et la seconde au niveau mondial dans ce domaine. Ces mouvements engendrent l’émergence de puissantes multinationales des forêts et des produits du bois. Weyerhaeuser en constitue un bon exemple. Tout en détenant 80 % des terres forestières qu’elle exploite en Amérique duNord, soit plus de 11 millions d’hectares, cette compagnie n’y a créé que 13 % du nombre total d’emplois qu’elle génère au niveau mondial soit 6 600 environ.

19Ces entreprises cherchent non seulement à solliciter la ressource au niveau international mais aussi à organiser la localisation de leurs établissements à cette échelle. Dans un tel contexte, il faut noter que les compagnies qui exploitent les forêts au Canada et y détiennent des unités de production ne sont pas forcément canadiennes. Par exemple, elles sont également européennes (Norske Skog), américaines (Weyerheauser, Louisiana Pacific) ou encore originaires du Japon. Les implantations japonaises dans le bois et les produits du bois ont longtemps été organisées par un organisme unique appelé « Sogo Shosha » (T Kurihara, 1991). Il coordonne l’ensemble de ces échanges et les opérations financières qui en résultent après avoir fait le point sur les demandes des entreprises industrielles et commerciales japonaises. Ces dernières vont s’autonomiser par rapport à cette structure à partir du début des années 1980. Les compagnies niponnes s’internationalisent et décident de se rapprocher de leurs principaux fournisseurs alors que le Japon a des besoins croissants en bois. L’exemple du joint venture entre West Fraser et l’entreprise nipponne Daishowa Marubeni illustre parfaitement notre propos. Ces deux entreprises ont envisagé l’opération sous la forme classique d’un apport en capital équivalent à 50/50 sous le nom de Cariboo Pulp and Paper Company à Quesnel en Colombie-britannique. Cet établissement papetier offre 330 emplois en 2006. Daishowa exploite également 79 000 km2 de forêts essentiellement en Alberta. Cela alimente une unité papetière située près de Peace River. La pulpe de bois et les produits de la pulpe sont en grande partie exportés surtout vers le Japon et l’Asie mais aussi les États-Unis. Après avoir racheté Crestbrook, Mitsubishi et Oji paper, deux entreprises japonaises contrôlent un autre joint venture créé en 1993 sous le nom de Alberta Pacific ou Alpac. Tout ceci avec la bénédiction des autorités provinciales albertines qui lui ont accordé des droits de coupe sur de vastes espaces forestiers. La modernisation de l’unité papetière et les emplois qu’elles génèrent, 350 au total, valent sans doute bien ce marchandage pour les responsables politiques provinciaux. La superficie exacte des terres concédées n’est pas connue du grand public selon Elisabeth May, une des responsables de l’organisation environnementale Sierra Club Canada. La deuxième manifestation de la présence japonaise repose sur les importations croissantes réalisées par ce pays. Aux côtés des États-Unis, le Canada est un client privilégié du Japon en particulier pour le bois de construction. 20 % en valeur des exportations de la filière bois de Colombie-Britannique sont à destination du pays du soleil levant. Si ce dernier importe l’essentiel du bois dont il a besoin, la Chine ne cesse d’apparaître comme un acheteur de plus en plus important sur la scène internationale. Gros fournisseur de meubles en bois en 2006, il concurrence très fortement le Canada sur ce secteur.

Encadré 4 – Weyerhaeuser, une multinationale des forets et des produits du bois

Une Multinationale qui exploite des forêts partout dans le monde

L’entreprise Weyerhaeuser appartient à la famille du même nom et est originaire de Tacoma dans l’état de Washington aux États-Unis où elle possède son siège social. Les terres forestières qu’elle exploite, en propriétés propres ou avec un permis de coupe sur des terres publiques, atteignent plus de 14 millions d’hectares au niveau mondial. C’est au Canada qu’elles sont les plus importantes avec 11 349 000 ha soit 79 % du total loin devant les États-Unis (2 635 000 ha). En dehors de l’Amérique du Nord, Weyerhaeuser est également présente dans trois autres pays (Uruguay, Nouvelle-Zélande, Australie)

Weyerhaeuser, une multinationale qui exploite des forêts dans le monde entier

Pays et régions

Superficies

États-Unis 9 États au sein desquels dominent ceux de Washington, de l’Oregon et de la louisiane

2 635 600 ha

Canada

11 349 000 ha

– Saskatchewan

4 100 000

– Colombie-Britannique

2 629 000

– Ontario

2 410 000

– Alberta

2 140 000

– Nouveau-Brunswick

70 000

Autres pays

234 000 ha

– Australie

30 000

– Nouvelle-Zélande

70 000

– Uruguay

134 000

Total monde

14 218 600 ha

Une multinationale qui offre 50 000 emplois dans le monde
Weyerhaeuser est présente dans les industries du bois (bois de construction, panneaux) et du contreplaqué, dans la fabrication de cellulose, papier journal, papier et carton d’emballage de papiers blanc ou pour usages spécialisés. Cette multinationale s’est aussi orientée vers la construction et l’investissement immobilier pour fournir au total 50 000 emplois dans le monde. Plus de 80 % d’entre-eux, soit 41 200, sont localisés aux États-Unis. 2000 environ sont situés en Australie, en Nouvelle Zélande, en Uruguay et là où elle a implanté des activités commerciales. Tout en exploitant plus 11 millions d’hectares de forêts au Canada, soit plus de 80 % des superficies totales qu’elles gèrent, Weyerhaeuser n’y a créé que 6 650 emplois environ, soit 13 % de l’ensemble au niveau mondial.

Une entreprise exemplaire ou un prédateur des forêts ?
Cette entreprise multinationale se targue d’avoir développé massivement les plantations afin de préserver les forêts pour l’avenir et de pratiquer la certification. Autrement dit, Weyerhaeuser s’engage à fournir du bois qui provient de peuplements forestiers gérés de manière durable. Mis au point par des entreprises américaines de la filière bois pour le premier et par une organisation internationale pour le second, le SFI et l’ISO présentent le même inconvénient. Les intentions et les réalisations ne sont suivies d’aucune vérification sur le terrain. Les ONG environnementales comme Greenpeace s’empressent de dénoncer des procédures alibis qui masquent le recours massifs aux coupes à blanc et à des plantations résolument orientées vers les besoins industriels. Les associations écologistes critiquent également le peu de cas que cette multinationale peut faire du maintien de l’emploi sur le plan local. Weyerhaeuser est accusée de se servir en bois et de quitter les lieux dès que ses intérêts le commandent après avoir coupé sans compter et éventuellement fermé son établissement. Une compagnie dévoreuse de bois en quelque sorte que ces mêmes environnementalistes jugent totalement irrespectueuse du droit d’accès à la ressource tel qu’il est revendiqué par les Premières Nations.

 

Encadré 5 – Macmillan Bloedel. De l’avènement du géant vert de Colombie-britannique à son rachat par la multinationale américaine des forêts Weyerhaeuser (Encadré 4)

Aux origines : trois entreprises qui prospèrent en exploitant la forêt pluviale océanique du Pacifique

La saga des MacMillan Bloedel est très représentative du contexte canadien dans lequel se sont organisées l’appropriation et l’exploitation des forêts pour développer de puissantes compagnies dans la filière bois. À l’origine, un baron américain du bois appelé J. H Bloedel crée une scierie sur l’île de Vancouver après y avoir obtenu des droits de coupe dans les années 1920. Il s’associe à Stewart et Welch. Pour ouvrir une autre scierie en 1937 puis une unité papetière à Port Alberni en 1948 (P Marchak, 1983). Diplômé en foresterie, H. R Millan est nommé chef du service forestier de Colombie-Britannique en 1912. Il se lance également dans le commerce et l’exportation de bois en créant la compagnie canadienne de transport maritime (D. M Kay, 1982) avant d’acheter plusieurs entreprises du bois sur l’île de Vancouver et la côte Pacifique. C’est donc une entreprise prospère qui fusionne avec Bloedel en 1951. La société MacMillan Bloedel reprend ensuite la compagnie de Powell River du nom même de la commune où elle est implantée sur l’île de Vancouver. À l’origine, cette affaire est une entreprise américaine du bois qui appartient à Brooks, Scanlon et O’Brien (K. Drushka, 1995). Elle a obtenu des droits de coupe étendus dans le sud de l’île de la part du gouvernement provincial. La condition est la création d’une unité fabriquant de la pulpe de bois à Powell River. Celle-ci est ouverte en 1912 et c’est cette unité qui passe dans le giron de MacMillan Bloedel ou MB en 1959. Les activités de l’entreprise s’étendent alors des scieries à la fourniture de bois de construction mais aussi à la production de pâtes de bois, d’emballages et de papiers avec surtout le papier journal. L’entreprise minière Noranda basée à Toronto et qui possède des intérêts dans la filière bois prend une participation dans le capital de MB avant qu’elle ne soit achetée en 1999 par la multinationale américaine des forêts et des produits du bois Weyerhaeuser.

MacMillan Bloedel : une entreprise emblématique de la Colombie- Britannique
MB était une grande compagnie essentiellement présente en Amérique du Nord où elle possédait 76 unités de production dans les industries du bois, de la pâte et des papiers avec surtout le papier journal, les emballages papier et carton en 1995. Seule l’usine de Pine Hall en Alabama fournissait du contreplaqué. Les établissements sont surtout présents au Canada et aux États-Unis. Deux unités sont localisées au Mexique. MB employait 10 590 personnes en 1998.
C’est en Colombie-britannique, c’est-à-dire dans sa région d’origine, que MB était la plus présente. L’entreprise avait son siège social à Vancouver (200 emplois en 1998) et offrait 11 établissements pour 4500 emplois dans cette province surtout dans le sud et sur l’île de Vancouver en 1998. Ses propriétés privées et les zones de coupe qu’elle détenait sur les terres provinciales y sont massivement localisées dans les mêmes secteurs. MB exploitait plus de 1 million d’hectares et totalisait une autorisation annuelle de coupe de plus de 5 millions de m3, soit 8 % du total provincial toujours en 1998. L’entreprise colombienne exploitait aussi de vastes domaines au Saskatchewan (309 000 hectares) et aux États-Unis (Plus de 170 000 hectares en Alabama et au Mississippi). MB a cédé son activité papatière en 1998 avant d’être racheté par Weyerhaeuser qui était déjà bien implanté au Canada et en Colombie-Britannique (encadré 4). Outre les différentes usines et les domaines forestiers d’exploitation, le géant américain rachète un savoir-faire indéniable. Cette opération a suscité beaucoup d’émoi en Colombie-britannique non seulement parce que MB y était emblématique d’un secteur clé de l’économie provinciale mais aussi car l’acheteur était américain, ce que regrettait nombre de Colombiens. L’emploi fut en majorité maintenu à l’exception de fortes restrictions du nombre de cols blancs en particulier dans l’ancien siège social.

MacMillan Bleodel : un ravageur des forêts pluviales du Pacifique ?
Comme Weyerhaeuser aujourd’hui, MacMillan Bloedel a souvent été affublé de ce qualificatif peu enviable par les ONG comme Greenpeace, BC wild ou encore le Western Canadian Wilderness Committee. Elles considéraient que MB était responsable de la destruction des forêts pluviales en raison d’une exploitation trop soutenue et du recours systématique aux coupes à blanc. Alors qu’elle traversait des changements importants dans les années 1990, l’entreprise s’engagea brutalement à ne plus en pratiquer du tout. Déjà sujette à de nombreuses convoitises de la part d’entreprises concurrentes, MB laissait le public dubitatif avec une déclaration qui semblait ne correspondre à aucun engagement mais qui bénéficia d’un effet d’annonce incontestable. Par une déclaration tonitruante, MB se métamorphosait en disciple du développement durable. C’est pourtant dans le sens contraire que l’entreprise défraye le plus souvent la chronique. À titre d’exemple, la compagnie a estimé avoir perdu plus de 7 000 hectares et 100 000 m3 pour la création d’un parc par la province sur l’île de Vancouver. À titre de compensation, MB exigea en 1999 que le gouvernement provincial lui octroie plus de 100 000 hectares de forêts en propriétés privées en les prenant sur le domaine public.

20Cette mondialisation s’est accompagnée d’un regain d’intérêt pour les petites et moyennes entreprises en raison de leur capacité à s’adapter rapidement à une demande très évolutive. Elles ont connu un réel succès et ont créé des emplois mais elles ont aussi fait face à des tâches connexes auxquelles elles n’étaient pas préparées. Améliorer la qualité d’un produit, le renouveler, trouver la juste innovation qui va y contribuer, former ou requalifier un personnel pour mieux l’assumer ne sont que quelques exemples. Beaucoup de PME et surtout les plus petites d’entre-elles, n’ont pu répondre à de telles exigences sans faire appel à des services extérieurs faisant parfois défaut localement. Globalement, les PME se font et se défont. C’est particulièrement le cas dans les activités de l’exploitation forestière où les entreprises sont souvent de petites structures familiales. La baisse de la demande se répercute immédiatement sur les activités les plus en amont de la filière et très proche de la ressource. Également perceptible pour les industries du bois mais avec moins d’ampleur, cette variation du nombre d’entreprises n’a pas les mêmes facteurs d’explication. Les fluctuations de la demande peuvent encore être incriminées notamment dans le secteur de la construction. La nécessité et en même temps la difficulté de se réorienter vers des niches porteuses comme celles des panneaux spéciaux est une autre raison tangible de la fragilité des PME. L’industrie du meuble est différente surtout parce que nous avons à faire à de la seconde transformation où la valeur ajoutée dégagée par produit est généralement supérieure aux activités que nous venons d’évoquer précédemment. Conçu en bois ou souvent en matériaux composites, le meuble fait l’objet d’importants soutiens dans le domaine de la recherche et du design. La fragilité est ici due à la capacité inégale des différents pays et des entreprises au sein de chacun d’entre eux à porter ses efforts face à une demande très changeante. À ce jeu-là, les États-Unis imposent au Canada une rude épreuve en dépit d’un réel savoir faire. Le secteur papetier offre souvent des entreprises de plus grande taille. La logique est, par ailleurs, différente. À la nécessité d’une offre massive de matière première s’ajoute la forte capacité d’investissements dans le matériel technique et dans les différents intrants pour aboutir à des produits qu’il faut être capable de renouveler régulièrement selon les variations du marché. Il est donc logique que le secteur papetier soit souvent le fait de grandes multinationales.

21En quoi ces différentes caractéristiques sont-elles en contradiction avec le développement durable au point de susciter une méfiance ou une opposition des entreprises ? Le propre d’une multinationale est de raisonner selon ses intérêts et en fonction des marchés à un niveau résolument international. Bien que la proximité soit un critère qu’elles prennent parfois en compte dans la localisation d’unités et leur maintien, ces compagnies ont aussi une tendance au nomadisme. De leurs choix stratégiques dépendent des redéploiements qui modifient l’espace concret de localisation de ces firmes. L’ancrage des activités s’avère souvent aléatoire. 46 établissements dépendants d’entreprises de la filière bois ont fermé au Canada d’avril 2005 à mars 2006, dont pratiquement la moitié (21) dans le secteur papetier. Ce contexte défavorable s’explique par la concurrence étrangère, la hausse du dollar canadien et des coûts de production élevés notamment dans la fabrication de pâtes de bois et du papier journal avec pour celui-ci une demande en baisse. Se trouvent également mis en évidence les inconvénients d’une trop forte dépendance vis-à-vis d’un nombre réduit de pays clients. Dans le même temps, le secteur forestier a connu des investissements dans 26 unités essentiellement pour des modernisations. 19 d’entre elles sont dans ce cas avec des réorientations de l’activité parfois de la production de papier à celle du papier d’impression et d’écriture par exemple. Le bilan entre ces désengagements et investissements se solde par la perte nette de 9000 emplois dans la filière bois d’avril 2005 à avril 2006, prolongeant ainsi une conjoncture défavorable depuis 2003. La stratégie de ces grandes entreprises s’accommode assez mal du développement durable sur le plan social. Quant à la ressource forestière, les coupes à blanc demeurent largement dominantes. Une situation que nous pensions à jamais révolue et que nous avons évoquée avec les îles de la Reine Charlotte est encore envisageable. Après avoir exploité les ressources en main-d’œuvre et coupé les forêts, un ou quelques établissements peuvent parfaitement disparaître et laisser une communauté exsangue.

22En agissant résolument au niveau international, les multinationales jouissent d’un pouvoir considérable, celui qui consiste à s’affranchir de règles envisagées au sein d’un état ou d’une province en optant pour une implantation là où les conditions sont moins drastiques. Appuyons-nous sur un exemple. Originaire de Nouvelle-Zélande, Fletcher Challenge Forests, aujourd’hui appelée Tenon, est une des toutes premières entreprises forestières au monde. Très présente dans les industries du bois, elle l’est aussi dans le secteur papetier et plus particulièrement celui du papier journal. Fletcher Challenge possède des terres forestières ou des droits de coupe au États-Unis, au Chili, au Brésil, en Nouvelle Zélande et en avait encore au Canada en 2000. Cette compagnie est progressivement devenue incontournable en Colombie-Britannique. Après avoir acheté les propriétés privées de l’entreprise américaine Crown Zellerbach sur l’île de Vancouver et obtenu plusieurs permis d’exploitation dans la province, Fletcher Challenge s’est surtout concentrée sur l’activité papetière avec 3 unités de production. Elle employait 3800 personnes et représentait 20 % de la capacité de production de pâtes et papiers de Colombie-Britannique en 1998 (P. Marchak et alii, 2000). Comme toute multinationale des forêts et des produits du bois, cette compagnie néo-zélandaise a connu de multiples phases d’adaptation aux variations du marché et de la concurrence. Ce fut le cas dans les années 1980 et 1990. Fletcher Challenge a cédé toutes ses unités dans l’industrie du bois en Colombie-Britannique en 1992 avant de vendre ces trois établissements papetiers à l’entreprise norvégienne Norske Skog en 2000. Si celle-ci a maintenu la majorité des emplois, il n’en reste pas moins vrai que la multinationale néo-zélandaise s’est retirée totalement de la province du pacifique en quelques années. Ayant de nombreuses implantations ailleurs dans le monde tout comme de multiples zones d’exploitations forestières, Fletcher Challenge Forests peut aisément reporter la pression sur la ressource dans d’autres pays que le Canada. C’est précisément le cas au Brésil et au Chili. Ces pays accueillent facilement les investisseurs étrangers et surtout, la législation sur le développement durable y est pratiquement inexistante. La politique chilienne de développement de forêts cultivées pour mieux subvenir aux besoins des entreprises forestières en est un exemple (Greenpeace, 1999). Outre un développement durable suscitant des réglementations vécues par ces multinationales comme des contraintes souvent trop lourdes, Fletcher Challenge s’est heurtée à un contexte social qu’elle a aussi jugé trop pesant dans la région canadienne du Pacifique. Une grève très longue des employés d’un de ses établissements y a eu lieu en 1997 (P. Marchak et alii, 2000, op cité). Les employés revendiquaient une amélioration des conditions de travail qu’ils jugeaient trop dures et une augmentation de salaires qu’ils considéraient trop bas. Ce conflit a beaucoup affaibli le groupe néo-zélandais et terni son image dans l’opinion publique colombienne en raison de la dureté dont il a fait preuve dans les négociations. Une telle mésaventure ne serait pas étrangère au retrait progressif de Fletcher en Colombie-britannique.

23Sans avoir les mêmes fondements que pour ces multinationales, l’instabilité que connaissent les petites et moyennes entreprises suscite les mêmes effets. Elles ont beaucoup de mal à pérenniser les emplois. Une telle situation est particulièrement perceptible au niveau local. Une étrange impression se dégage de tout cela : celle d’une résistance très forte du système productiviste dans le cadre d’une politique forestière dite durable. Le Canada met ces forêts publiques à la disposition des grandes entreprises multinationales de la filière bois qui ne sont pas forcément canadiennes mais les activités qu’elles suscitent, tout en étant incontournables pour l’économie nationale et locale, sont caractérisées par une mise à mal éventuelle des écosystèmes forestiers et l’ancrage aléatoire des activités dans les territoires. Cette dernière particularité est également présente pour les PME. Les préoccupations mercantiles et notamment l’attrait de la ressource persistent au point de négliger un des autres aspects du développement durable, c’est-à-dire le respect des aspirations des Premières Nations. En ayant hâtivement concédé des forêts à une entreprise japonaise, les autorités provinciales d’Alberta ont occulté les revendications des natifs à propos de ces terres qu’ils estiment les leurs. Ils réclament l’accès à la ressource forestière. Que dire face à cette persistance du productivisme et aux nombreuses entorses dans les applications du développement durable ? Quelle interprétation peut-on en donner ? N’est-on pas confronté à une société qui s’étant forgée contre la nature ne parvient pas à inverser cette relation, la nouvelle politique forestière en étant alors un exemple particulièrement significatif ?

Notes

1 Joint venture : coentreprise ou entreprise commune créée par deux ou plusieurs entreprises dont les parts varient au sein de la nouvelle entité.

Table des illustrations

Titre Photo 2 – prairies subalpines fleuries (« Indian paintbrush ») et forêt de conifères dans les Rocheuses
Légende Parc national du Mont Revelstoke, 1800 mètres. Est de la Colombie britannique.
Crédits Photo : Eric Glon
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14979/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Photo 3 – la forêt pluviale du Paciique à l’ouest de l’île de Vancouver­Cathedral Grove
Légende Les cèdres sont en fait des thuyas géants (Thuya Pliant D). Au plan intermédiaire, un sapin Douglas
Crédits Photo : Eric Glon
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14979/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Photo 4 – la bordure méridionale de la forêt boréale au sud du Québec (réserve faunique du Saint Maurice)
Légende Les feuillus – en l’occurrence ici des bouleaux – sont encore nombreux au milieu des conifères.
Crédits Photo : Eric Glon
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14979/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Carte 1 – Les régions forestières au Canada.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14979/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Photo 5 – coupes à blanc dans l’intérieur de la Colombie britannique au printemps 2004
Crédits Photo : Eric Glon
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14979/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Figure 2 – Les activités de la filière bois
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14979/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Photo 6 – établissement Weyerhaeuser spécialisé dans le cèdre rouge et à l’arrière plan l’unité papetière Norske Skog à Port­Alberni sur l’île de Vancouver en Colombie britannique
Crédits Photo : Eric Glon
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14979/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Photo 7 – La plupart des maisons sont d’abord construites en bois avant d’apposer des isolants et un autre revêtement (briques, pierres, ciment, etc)
Légende Le secteur de l’immobilier constitue un marché très important pour le filière bois en Amérique du Nord. Que ce débouché évolue à la baisse et l’activité des industries du bois s’en ressent immédiatement et souvent très durement.
Crédits Photo : Eric Glon
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14979/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Tableau 7 – L’importance de la production et des exportations pour quelques activités de la filière bois canadienne en 2005
Légende Source : Ressources Naturelles Canada – L’état des forêts au Canada – 2005.2006.* Millions de mètres cubes, ** Millions de tonnes, *** milliers de tonnes, **** Millions de litres, ***** Millions d’arbres.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14979/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 380k

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540