Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Forêts et société au Canada

 | 
Éric Glon

Du productivisme aux forêts durables. Une horreur boréale ?

Les forêts durables : un changement de cap impossible ?

Texte intégral

Le Canada : un nouveau modèle pour une approche durable des forêts ?

Un engagement pour le développement durable

1Le développement durable traduit dans les années 1980 un retour sur le devant de la scène des préoccupations environnementales face à un développement économique jugé insoutenable par bien des aspects. Intitulé « Notre avenir à tous », le rapport Brundtland, du nom de la présidente norvégienne de la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement (CMED) au sein des Nations Unies, est l’illustration la plus médiatisée de cette prise de conscience (CMED, 1988)., Les témoignages de ces déséquilibres environnementaux face au productivisme ne sont pas nouveaux. Ils sont au cœur des rélexions lors de la conférence de Stockholm en 1972. Organisée par l’ONU sur l’environnement humain, nombre de conférenciers insistent sur l’épuisement et le gaspillage des ressources face à un développement très soutenu (G. Rist, 2001). Ces déséquilibres comme les pollutions d’origine variée, l’enlisement des pays pauvres sont de plus en plus dénoncés par les mouvements écologistes dans les pays riches. C’est le cas, par exemple, des amis de la terre en France. Toujours en 1972, des chercheurs du « Massassuchets Institute of Technology » (MIT) aux États-Unis publient une étude consacrée aux limites de la croissance (D. H Meadows et alii, 1972). Plus connue sous le nom de rapport « Meadows » du nom d’un des auteurs, ils prônent une croissance zéro afin de mieux intégrer l’environnement dans le développement. Dans le prolongement de ces rélexions et dans le même esprit émerge la notion d’écodéveloppement (I Sachs, 1993). Elle inspire directement celle de développement durable, expression qui semble avoir été utilisée pour la première fois en 1980 par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), une ONG environnementale basée en Suisse. Pourquoi dans un tel contexte assiste t-on à un regain d’intérêts pour les questions environnementales dans les années 1980. Bien des raisons peuvent sans doute être évoquées. Contentons-nous de quelques-unes. Fruit du travail d’une institution internationale, le rapport Brundtland témoigne incontestablement d’une prise de conscience que les interventions humaines suscitent des dangers pour l’ensemble de la planète (V. Berdoulay, O Soubeyran, 1996). Aucun pays n’est susceptible d’y échapper. Difficiles à cantonner aux échelles locales, régionales et même nationales, ces risques font partie de la mondialisation ou de la globalisation pour reprendre l’expression anglo-saxonne. Ces manifestations à l’échelle internationale appellent une mobilisation à l’échelle mondiale. Elles sont notamment initiées par l’ONU. Une autre cause peut être invoquée pour expliquer ce retour des préoccupations environnementales. La situation s’aggrave dans bien des domaines et en particulier celui de la déforestation. Elle ne cesse de s’accentuer. À titre d’exemple, de 1980 à 1990, 15 à 20 millions d’hectares de forêts, soit l’équivalent de la superficie de la France, disparaissent annuellement de la surface de la Terre (P. Arnould, 1999). Estimé à 50 millions de kilomètres carrés en 1950, l’espace forestier mondial n’occupe plus que 34 millions de kilomètres carrés en 2002 (E. Wilson, 2002). À cette diminution des superficies s’ajoute une dégradation qualitative des milieux forestiers c’est-à-dire une réduction de la diversité biologique et une fragilisation croissante des écosystèmes. Ces problèmes sont aigus dans les régions tropicales. Ils concernent aussi les pays riches et particulièrement ceux où les activités forestières constituent une dimension incontournable de l’économie nationale. Premier exportateur mondial de bois et de produits du bois, le Canada illustre parfaitement notre propos. Les risques d’un déclin des volumes récoltés au rythme de l’exploitation de l’époque apparaissent clairement dans de nombreuses provinces comme la Colombie-Britannique (C. S Binkley, 1997) ou le Nouveau-Brunswick (Service Canadien des Forêts, 1987) dès les années 1970. Des rapports fédéraux vont dans le même sens. « Tout comme les pêcheries et les mines canadiennes, cette autre ressource canadienne qu’est la forêt serait elle aussi au bord de la crise. À la dégradation écologique du milieu forestier ainsi qu’aux difficultés d’approvisionnement des usines de transformation s’ajoute une forte augmentation des coûts d’exploitation qui entravent la croissance de notre industrie forestière » lit-on dans une étude de 1984 (J.-L. Bourdages, J.-P. Amyot, 1984). La mise à mal de la résilience écosystémique par une vision résolument industrielle des forêts est progressivement reconnue. Les risques économiques de ce déséquilibre sont largement mis en avant. Les autorités fédérales ne peuvent occulter chacun de ces aspects. D’une part, l’opinion publique, c’est-à-dire de fait les citoyens électeurs, est de plus en plus sensible aux causes environnementales. D’autre part, l’hypothèse d’un déclin du secteur forestier est difficilement envisageable en raison du nombre important d’emplois et de la richesse qu’il génère pour le pays.

2Tel est le contexte dans lequel le gouvernement canadien envisage une autre approche des forêts au début des années 1990 et ce au prix d’une particularité : un double engagement, l’un sur la scène internationale, l’autre sur le plan national. L’un ne va pas sans l’autre. Dans le prolongement du rapport Brundtland, l’ONU et plus particulièrement une de ces officines, la Commission des Nations-Unies sur l’Environnement et le Développement (CNUED) organise en 1992 le Sommet de la Terre à Rio (Tableau 1). Les pays membres de cette organisation internationale sont d’accord pour tenter de limiter le déclin de la biodiversité, les émissions de gaz à effet de serre ou encore la désertification. En cherchant à décliner toute une série d’actions possibles aux niveaux international, national, régional et local pour le XXIe siècle dans ce qui est appelé l’agenda 21, la CNUED popularise le développement durable. Elle tente aussi de lui donner une consistance et une crédibilité notamment dans le domaine forestier. Bien que l’ONU n’ait aucun pouvoir exécutif, elle tente d’inciter à une meilleure prise en compte de l’environnement. Les principes du développement forestier durable sont ratifiés par 178 pays. Très impliqués dans ces travaux, les représentants du pouvoir central canadien publient les grandes lignes d’une stratégie nationale pour les forêts la même année que le sommet de la Terre à Rio.

Tableau 1 – Quelques jalons dans l’engagement canadien pour le développement forestier durable aux niveaux international et national

Années

Initiatives internationales ou nationales

2003

– Renouvellement de la stratégie nationale sur les forêts en faveur du développement durable. Une forêt durable : l’engagement canadien (2003-2008)

2002

– Participation des autorités canadiennes au Sommet de la Terre à Johannesburg

2000

– Premier rapport national sur les critères et indicateurs du développement forestier durable

1998

– Publication de la première Stratégie nationale sur les forêts et la biodiversité. Engagements (1998-2003).

1995

– Publication des premières propositions du groupe de Montréal sur les critères du développement durable pour les forêts boréales dans le monde. Les canadiens sont à l’initiative de cette réflexion
– Publication d’un cadre pour l’évaluation des critères et indicateurs pour le développement forestier durable

1993

– Réunion internationale à Montréal sous l’égide de la CNUED et à l’initiative du gouvernement canadien. 12 pays créent le « processus de Montréal » pour définir les critères du développement durable dans les forêts boréales

1992

– Participation des autorités canadiennes au Sommet de la Terre à Rio sous l’égide de l’ONU.
– Publication de la première stratégie nationale sur les forêts : « Durabilité des forêts : un engagement canadien ». Grandes orientations.

1987

Rapport Brundtland : « Notre avenir à tous »

3Elle lance une approche durable qui reste largement à définir. Là encore, le gouvernement central s’y emploie à la fois à l’échelle mondiale et à l’échelon national. Suite au sommet de Rio et toujours dans le cadre de l’ONU, les autorités d’Ottawa prennent l’initiative d’une réunion à Montréal. L’objectif est de réfléchir aux critères du développement forestier durable pour les forêts tempérées et boréales dans le monde. 12 pays sont actuellement membres de ce groupe de travail : les États-Unis, le Canada, l’Argentine, le Chili, la Chine, la Corée du sud, le Japon, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, la Russie et l’Uruguay. Tous les pays concernés par ces forêts ne s’y retrouvent pas forcément. Il n’y a, par exemple aucun pays européen car la Communauté Européenne a sa propre démarche sur cette question. Les premières réflexions du groupe de Montréal sont publiées en 1995, c’est-à-dire la même année que les critères et indicateurs des forêts durables pour le Canada par le gouvernement d’Ottawa (Tableau 1). Celui-ci ne va pas cesser de prolonger le débat d’idées, de faire des propositions allant dans le sens d’une autre approche des forêts. Outre son implication dans le deuxième sommet de la terre en 2002 et la continuation des travaux du groupe de Montréal, les Canadiens affinent leur propre conception du développement forestier durable. Critères et indicateurs sont approfondis et alimentent les propositions dans la « Stratégie Nationale sur les Forêts » en 1998 puis en 2003.

4Le Canada étant une fédération, le gouvernement central fixe les grandes orientations économiques et politiques pour le pays et en représente les intérêts sur la scène internationale. C’est le cas pour les forêts et les activités qui en dépendent. Il n’y a actuellement pas de Ministère Fédéral des Forêts mais un très important Ministère des Ressources Naturelles (MNR) au niveau national avec en son sein le Service Canadien des Forêts (SCF). Celui-ci fixe de grandes perspectives dans la recherche en foresterie, le commerce, le développement des industries du bois et des produits du bois. Le SCF travaille, entre autres, pour le Conseil Canadien des Ministres des Forêts (CCMF) qui est une instance de concertation créée en 1985. S’y retrouvent les représentants du Ministère Fédéral des Ressources Naturelles ainsi que ceux des Ministères des Forêts ou services des forêts dans les provinces et les territoires qui composent le pays. Le CCMF fixe l’esprit et oriente la politique forestière après consultation de l’ensemble des interlocuteurs (Ministères, entreprises, ONG environnementales, organisations autochtones…). Ce sont des membres fédéraux de ce conseil qui participent aux négociations et aux réflexions sur le plan mondial que nous avons évoquées en faveur des forêts durables. À charge ensuite pour eux de les expliquer aux dignitaires provinciaux et de les convaincre du bien-fondé de cette démarche. Cette négociation est incontournable. Elle est aussi risquée pour une simple raison. Le pouvoir fédéral fixe certes de grandes lignes pour le pays mais ce sont les provinces qui sont maîtresses de la politique forestière chez elles. Elles possèdent de plus la plus grande partie des forêts. De ce processus de négociations entre le fédéral et le provincial découle la plus ou moins grande ampleur des décisions qui seront prises dans les provinces pour les forêts durables. Débattre et convaincre sont d’autant plus importants dans ce processus que le Canada envisage un changement de cap radical. Passer au développement durable après des décennies d’un productivisme particulièrement bien ancré dans de nombreuses provinces n’est pas chose facile. Force est d’admettre que ces discussions ont été importantes tout au long des années 1990. L’engagement des autorités canadiennes pour une autre approche des forêts est réel. Reste t-il limité aux mots, aux promesses et aux intentions ou suscite t-il des actions concrètes témoignant d’un changement de cap dans la politique forestière ?

De l’engagement canadien au passage à l’acte : des mesures concrètes en faveur du développement durable

5« L’objectif du Canada est d’entretenir et d’améliorer à long terme les écosystèmes forestiers au bénéfice de tous les êtres vivants, autant au niveau national qu’international, tout en assurant à la génération actuelle et aux générations futures de bonnes perspectives environnementales, économiques, sociales et culturelles » (CCMF, 1992). Ce court extrait de la Stratégie nationale des forêts est révélateur de cette approche durable. Que les milieux forestiers ne soient plus uniquement considérés quasi exclusivement comme une source inépuisable de matière première mais selon l’importance de la biodiversité constitue un changement majeur. Cette diversité de la vie s’exprime à tous les niveaux avec les gènes, les espèces, les familles et d’autres catégories taxinomiques (J. Blondel, 2005, V. A Heywood, R. T Watson, 2005). Cette variété s’appréhende aussi dans les écosystèmes. Ils apparaissent comme des interrelations complexes entre communauté des organismes vivants au sein d’habitats particuliers et l’ensemble des conditions physiques qui y règnent. (S. Frontier, 1997, E. O Wilson, 1993). Finalement, la biodiversité s’identifie à une hiérarchie d’entités résolument organisées de façon systémique. Les autorités canadiennes intègrent progressivement ces particularités dans les critères et indicateurs des forêts durables tels qu’elles les envisagent dans les années 1990 (Tableau 2).

 

6Ceux qui apparaissent dans la première colonne du tableau 2 se réfèrent directement à la diversité biologique. Les informations des deuxième et troisième colonnes insistent davantage sur les écosystèmes. Travailler sur ces paramètres n’a d’autre objectif que de mieux connaître les milieux forestiers et de tenir compte de ces connaissances dans la réalisation des inventaires forestiers. Le but est aussi de mieux évaluer la capacité de résilience des écosystèmes forestiers, c’est-à-dire leur capacité de résistance et d’adaptation. De telles préoccupations sont recadrées par rapport à des enjeux écologiques planétaires comme en atteste la quatrième colonne. Tout écosystème peut connaître des perturbations naturelles ou anthropiques sans que cela ne le mette à mal (J. Lepart, 2005, C Larrère, R Larrère, 1997). En se multipliant, les interventions humaines engendrent plus de risques d’ébranler cette résilience. Bien que les scientifiques nuancent beaucoup leurs propos (J. Lepart, op cité), ils montrent que le déclin de la biodiversité tend à un appauvrissement qualitatif des écosystèmes (S. Bahuchet, D. Mackey, 2005, E. O Wilson, 2002). C’est dans cette optique plus écologique et sans négliger les impacts de l’action de l’homme que les études universitaires se sont multipliées, en particulier dans les facultés de foresterie ou à la demande du Service Canadien des Forêts. Ces rapports, articles, ouvrages offrent surtout une analyse écosystémique dans la perspective du développement durable et s’inscrivent essentiellement dans le champ de la biologie (W. Bowers, A. Hopkin, 1997, D. H Halliwell, D. H Apps, 1997). Les propositions pour des forêts durables ne manquent pas (R. Warring, S. W Running, 1998, F. Bunnel et alii, 1993) Les autorités fédérales et provinciales s’y sont directement référées pour lancer plusieurs initiatives (Tableau 3).

Tableau 2 – Le cadre des critères et indicateurs pour le développement forestier durable au Canada

Tableau 2 – Le cadre des critères et indicateurs pour le développement forestier durable au Canada

7Les unes portent sur la réalisation d’inventaires forestiers intégrant ces nouveaux paramètres (J.-J. Lowe et alii, 1996, M. Penner et alii, 1997, G. S. Ringius, R. A. Sims, 1997). Les autres révèlent la volonté de mettre en place de nouvelles modalités de l’exploitation et de l’aménagement forestier afin de mieux ménager la biodiversité (S. Booking, M. Hunter, 1999, Ressources Naturelles Canada, 1996). Classer les terres forestières selon leur degré de maturité et leur intérêt commercial pour mieux planifier les coupes n’est plus l’objectif quasi exclusif. L’une des propositions est de réduire les coupes à blanc. Elles dominent largement dans le cadre du productivisme et consistent à couper tous les arbres d’une parcelle. De la forêt faisons table rase, sans aucune attention pour les densités, la composition des peuplements, les âges des arbres et ce indépendamment des besoins de l’industrie. Tel est le parangon des hommes des bois pendant des décennies. Les stigmates d’une telle pratique sont bien connus. La disparition brutale du couvert forestier et de la biodiversité qui y est liée, les tassements des sols forestiers par des engins lourds, en sont deux illustrations. L’érosion sur les terrains en pente, le ruissellement accru des eaux pluviales et la désorganisation du chevelu hydrographique en sont d’autres exemples. Cette diminution programmée des coupes à blanc encore appelées coupes claires prend deux formes. La première passe par la réduction de la superficie des parcelles exploitées de cette manière surtout sur les terrains en pente forte, le maintien de corridors forestiers protégés entre chacune d’entre-elles. La seconde consiste à promouvoir les coupes de jardinage surtout pour éclaircir un peuplement lors de sa croissance et les coupes sélectives. L’abattage ne concerne ici que des arbres matures en fonction des besoins. Ces nouvelles pratiques d’exploitation et d’aménagement forestier sont progressivement adoptées par les provinces suite aux discussions dans le cadre du CCMF. À titre d’exemple, la Colombie britannique modifie son code forestier en ce sens en 1994, tout comme l’Ontario. Le Saskatchewan et le Québec font de même en 1996 avant le Nouveau-Brunswick en 1999.

Tableau 3 – Les pratiques du productivisme forestier et des forêts durables

Les pratiques du productivisme forestier

Les pratiques des forets durables

Une pratique d’exploitation généralisée : la coupe à blanc

Des pratiques plus soucieuses de la diversité et du devenir des milieux forestiers.
Réduction de la part des coupes à blanc :
– diminution de la superficie des aires coupées à blanc d’un seul tenant.
– Préservation de corridors écologiques entre deux zones ainsi coupées et en bordure des zones humides et lacs.
– Limitation croissante des coupes à blanc avec l’accentuation des pentes des terrains.
– Utilisation croissante des coupes sélectives
Essor important des aires et sites protégés : parcs nationaux, provinciaux, forêts modèles, réserves fauniques, sites remarquables

Des pratiques sylvicoles autour des forêts cultivées
– Nettoyage des aires coupées par l’extraction des souches et par le feu.
– Plantation privilégiant les espèces selon les besoins des industries.
– Traitements chimiques pour éliminer la végétation concurrente, les insectes et maladies

Des pratiques sylvicoles plus différenciées.
– Recours aux coupes de jardinage.
– Place accrue de la régénération naturelle aux côtés des plantations.
– Utilisation réduite et plus sélective des produits chimiques et interdiction des plus toxiques.

Des communautés dépendantes des activités du secteur forestier, c’est-à-dire des activités de coupe et d’une ou de quelques établissements industriels.

Aides à la diversification des activités dans le secteur forestier et en dehors de celui-ci

Exclusion des « sauvages » de leurs territoires et de l’accès aux ressources naturelles

– Revendications croissantes des premières nations pour la rétrocession des terres ancestrales et l’accès aux ressources.
– Multiplication des actions de protestation et des recours en justice
– Ouverture de négociations autour de ces revendications entre les premières nations, les pouvoirs fédéraux et provinciaux

La manne forestière. Le secteur forestier crée de nombreux emplois et enrichit les provinces et le pays grâce aux exportations

– Concilier les intérêts économiques avec les forêts durables.
– Essor des activités récréatives de plein air et de l’écotourisme en milieux forestiers.

8Aborder les forêts sous l’angle de leur diversité et de leur richesse biologique a amené les Canadiens à reconnaître cette variété des écosystèmes comme autant de patrimoines à préserver. Cette volonté se décline sous la forme d’aires protégées de l’exploitation humaine. Elles prennent des formes variées comme par exemple les parcs nationaux, parcs provinciaux, les réserves naturelles, des zones d’aménagement à usages multiples. À cela s’ajoutent les forêts dites de protection. Les zones tampons en bordure des lacs, marécages et zones humides en sont un exemple tout comme ces lanières ou corridors entre les secteurs de coupe. Quelles qu’elles soient, ces forêts protégées se sont nettement développées au cours des années 1990 et au début des années 2000. Situées en secteurs productifs ou non, 8,4 % des superficies forestières canadiennes font l’objet de protection, ce qui représentait 35 millions d’hectares en 2000.

9Les forêts durables ne s’en tiennent pas aux seules considérations écosystémiques dans une optique naturaliste. La contribution du secteur forestier à l’économie provinciale et nationale est bien trop importante pour qu’elle ne soit pas prise en compte en tout premier lieu. Si les forêts durables tirent leur origine des excès du productivisme pour mieux en prendre le contre-pied, elles sont loin de s’affranchir des considérations marchandes. Loin s’en faut. Le tableau 2 des critères et indicateurs pour l’approche durable des forêts le montre clairement. La cinquième colonne fait une part belle aux aspects économiques. Compétitivité, rentabilité, valeur des forêts, contribution à l’économie, capacité de production nous ramènent à cette évidence. Indéniables, ces faits n’en traduisent pas pour autant une mainmise pérennisée d’une vision exclusivement industrielle des forêts et des activités qu’elles génèrent. Nous l’avons déjà vu en évoquant les nouvelles pratiques forestières. Nous le constatons aussi avec ces programmes provinciaux pour diversifier l’emploi et les activités. Ils visent parfois à aider les implantations de services, de commerces ou d’industries hors des activités du bois et des produits du bois. Il est aussi souvent question d’orienter les entreprises de la filière forestière vers des produits dégageant plus de valeur ajoutée et suscitant des savoir-faire (placages spéciaux, ébénisterie, instruments de musique). L’espoir d’une moindre dépendance vis-à-vis du secteur forestier comme le souci d’oublier une exploitation prédatrice des forêts peut s’avérer vital pour de nombreuses communautés. Que faire lorsque les coupes auront mis à nu toutes les terres forestières ? Comment réagir quand un ou quelques établissements agissant selon une stratégie dépassant largement le local connaissent des suppressions d’emplois ou disparaissent (tableau 3) ? C’est pour éviter ces échéances ou limiter leur portée que la plupart des provinces ont adopté de tels programmes pour diversifier l’activité. Le même but apparaît avec l’essor des activités récréatives de plein air. Elles sont variées : le vélo, la randonnée, le ski de fond, le parcours en canoë, l’escalade. Envisagées à la journée, sur des week-end, ou pour des séjours plus longs, ces pratiques ludiques supposent des aménagements. Outre les parcours et les sentiers, ce sont aussi les structures d’hébergement. Que ce soient les campings ou les bungalows, Elles sont souvent de taille réduite surtout dans les aires protégées. Les lieux d’accueil les plus importants sont situés dans la périphérie de celles-ci. Hôtels, campings, locations de meublés, services de location de matériels, agences proposant des circuits organisés et visites, sont autant d’activités qui animent la vie économique des communautés locales. Une certaine volonté d’épargner les milieux naturels d’empreintes humaines trop importantes s’accompagne très souvent d’une initiation à l’environnement. Elle prend différentes formes. Les sentiers pédagogiques balisés pour aller reconnaître des arbres exceptionnels, les panneaux d’informations, les petites expositions en sont quelques exemples.

10Il eut été malvenu de la part des autorités d’Ottawa de s’impliquer dans les travaux de la CNUED, d’approuver les propositions pour ensuite les négliger. Une d’entre-elles porte sur la reconnaissance des peuples autochtones et de leurs cultures en raison du respect qu’elles instaurent souvent par rapport aux milieux naturels (tableau 3). Transposées de l’échelle mondiale au niveau canadien, les applications s’avèrent délicates. Parlant des forêts, ce ne sont pas les Inuits qui sont concernés par mon propos mais les Indiens (Encadré 1).

11Ils ont été exclus dès la fin du XIXe siècle pour être parqués dans des réserves. Beaucoup de ces peuples réclament une rétrocession des terres qu’ils jugent ancestrales et l’accès aux ressources naturelles. Satisfaire ces demandes s’inscrit dans le droit fil des propositions de la CNUED sur la nécessité de prendre en compte les modes de vie indigènes et leurs traditions. Agir ainsi c’est aussi remettre en cause l’appropriation de la terre telle que les colons et leurs descendants l’ont envisagé au mépris des peuples autochtones. L’enjeu est énorme. Malgré ce risque, certaines provinces comme la Colombie britannique ont engagé un processus de négociations afin de voir comment il peut être possible de répondre en partie aux revendications des Indiens de l’ouest.

12Tout semble pour le mieux dans le meilleur des mondes, est-on tenté de dire pour résumer l’engagement des Canadiens pour le développement durable. Peut-on aller jusque-là et sacraliser le Canada comme le bon élève par excellence de cette nouvelle approche des forêts ?

Encadré 1 – Des indiens aux Premières Nations : une évolution sémantique des appellations qui n’est pas neutre.
Indien : qualificatif qui désigne tous les autochtones autres que les Inuits et les métis. À cette version officielle reconnue par la constitution s’en ajoute une autre. Elle renvoie à l’expression « Los indios » donné par Christophe Colomb en 1492 aux habitants d’une région qu’il pensait être les Indes. Français, Anglais et Hollandais utilisent davantage le terme sauvage. C’est d’ailleurs celui qui est retenu lorsque les Canadiens créent les réserves pour y parquer les indigènes dans le cadre de « l’Acte des Sauvages » de 1876. Révisé après la deuxième guerre mondiale, il est aujourd’hui appelé loi sur les Indiens. Jugeant chacun de ces qualificatifs très humiliants, ils vont progressivement recourir à l’appellation « Premières Nations »
Autochtone : individu qui appartient aux Indiens, aux Inuits ou aux Métis, c’est-à-dire à ceux qui semblent être les premiers habitants de l’Amérique du nord, selon la constitution canadienne. Un qualificatif qui s’avère contestable. Comment peut-on prétendre être le premier habitant de l’Amérique du nord sans éveiller un soupçon que la science ne lève pas. Les autorités fédérales et provinciales utilisent couramment les termes aborigènes ou natifs comme synonymes d’autochtones. Ils relèvent tous du pouvoir fédéral et plus particulièrement du MAINC c’est-à-dire du Ministère des Affaires Indiennes et du Nord Canada.
Premières Nations
 : bien qu’il n’en existe aucune définition officielle, c’est l’appellation que les Indiens du Canada vont de plus en plus utiliser dans les années 1970. Cette période est marquée par de nombreux mouvements de contestation et l’essor des causes environnementales dans les pays riches. Les indiens intensifient et radicalisent leurs revendications à propos de la rétrocession des terres qu’ils estiment les leurs et de l’accès aux ressources naturelles. Outre la reconnaissance de leurs droits, ils cherchent à signifier qu’ils étaient là non pas tant les premiers mais avant les blancs. Cette expression « Premières Nations » traduit une position très offensive des autochtones et a des connotations très culturelles.
Homme blanc : qualificatif régulièrement utilisé par les colons européens et leurs descendants pour se dénommer et se démarquer de la couleur de peau des Indiens et de celle des noirs qui y sont présents dès le début du XVIIe siècle dans le cadre d’une immigration forcée issue du commerce triangulaire. Les blancs utilisent le mot contact pour évoquer leur rencontre avec les Indiens.

Mission impossible ?

13La pression sur la ressource demeure extrêmement forte. De 1992, année de publication de la nouvelle stratégie canadienne sur les forêts, à 2002, les superficies et les volumes coupés ou récoltés ont fortement augmenté. Les chiffres atteignent respectivement 1 million d’hectares et plus de 196 593 000 m3 en 2002.

Tableau 4 – Évolution des superficies exploitées et des volumes de bois récoltés au Canada entre 1992 et 2002

Année

1992

2002

Évolution

Superficies coupées

915 116 ha

1 011 261 ha

+ 96 145 ha

Volumes récoltés

170 131 000 m3

196 593 000 m3

+ 26 462 000 m3

Source: National Forest Database 1998-2002. Global Forest Watch Canada. 2003.

14Les surfaces exploitées ont progressé pratiquement de 100 000 hectares et les volumes de 26 millions de m3 en 10 ans. En quoi ces chiffres traduisent-ils une pression accrue sur la ressource forestière ? Si l’augmentation des superficies récoltées est déjà un indice en soi, le fait que 88 % de celles-ci le soient en coupe à blanc est beaucoup plus révélateur. De telles pratiques si décriées dans le cadre du productivisme demeurent quasi hégémoniques. Promues dans le cadre d’une approche durable, les coupes sélectives s’avèrent marginales. Elles concernent à peine 130 000 hectares sur une surface de plus de 1 million d’hectares abattus en 2002. A cette prédominance de pratiques que nous pensions largement remises en cause s’ajoute le fait que 45 % environ des superficies exploitées concernent des aires replantées. Non seulement les domaines sollicités ne cessent de s’étendre chaque année mais cette extension serait beaucoup plus importante sans ces abattages dans des zones reboisées et déjà coupées dans le passé. Nous avons là un double indice de cette demande massive et industrielle qui persiste sur les forêts. Précisons que les plantations concernent surtout les espèces les plus recherchés par les entreprises du bois et des produits du bois. Qu’en est-il non plus au niveau national mais à l’échelle des provinces ?

15Chacune d’entre elles détermine ce qui est appelé la possibilité annuelle de coupe (PAC) ou l’autorisation annuelle de coupe (AAC) selon l’inventaire forestier. L’objectif est de savoir ce qu’il est possible de récolter chaque année en volume sans remettre en cause les potentialités d’exploitation pour le futur. De nombreuses restrictions rendent les données chiffrées fournies par les gouvernements provinciaux et fédéral quasi inutilisables et en tout cas peu fiables. Une telle opacité finit par éveiller la suspicion. Pourquoi ménager de tels flous sinon pour cacher des volumes abattus supérieurs aux PAC, ce qui trahit une difficile voire une impossible application du développement durable. Ne pouvant masquer l’évidence, les autorités fédérales reconnaissent que les coupes annuelles en m3 dépassent régulièrement ce qui est tolérable au Nouveau-Brunswick ou en Colombie-britannique.

1671,6 millions de m3 sont abattus dans la province du Pacifique en 1998 alors que les PAC sont de 71,1 millions de m3. Le gouvernement de cette province a pourtant multiplié les initiatives en faveur des forêts durables et a introduit en ce sens un nouveau code des pratiques forestières en 1994. Un alinéa précise néanmoins que le chef de district forestier peut de son propre chef moduler les PAC dans les régions selon l’intérêt économique de la province. Rien n’est plus clair. Il suffit que les entreprises forestières exercent une forte demande en matière première afin de répondre à des marchés intéressants pour que les pratiques durables soient remises en cause. Précisons que les industries du bois et des produits du bois représentent 10 à 15 % des emplois de la province et plus de 60 % des exportations. Jamais depuis 1994, la pression sur la ressource ne s’est relâchée dans cette région. Alors que les Autorisations Annuelles de Coupe (AAC) ont longtemps augmenté, les niveaux de récolte à long terme (LTHL) ont été calculés selon les rythmes d’exploitation de l’époque dès 1976. Cette évaluation a montré que la Colombie-britannique devait réduire les volumes de coupe sous peine de subir un déclin brutal et durable des récoltes à court terme (C. S Binkley, 1997). Les mesures ont été trop timides pour vraiment tenir compte de ces prédictions et respecter les LTHL. Les coupes claires demeurent nettement dominantes. Plus de 170 000 hectares ont été coupés en 2004, ce qui donne 87 millions de m3 alors que l’AAC étaient de 82,6 millions de mètres cubes. Les conservateurs revenus au pouvoir tentent progressivement de revenir sur ce nouveau code forestier au profit d’une plus grande liberté d’action des entreprises forestières.

17Comme la Colombie-britannique, le Québec possède un secteur forestier important. Comme dans la région du Pacifique, la Belle province a multiplié les mesures en faveur du développement durable. Le gouvernement provincial a, entre autres, réglementé la coupe à blanc dans un sens restrictif. Sa taille maximale est limitée à 150 hectares contre 250 auparavant (CCMF, 1997). Si cette taille vaut pour les peuplements d’épicéas (appelés épinettes au Québec) du centre du Québec, elle est modulée selon les régions. Fixée à 50 hectares dans les forêts de feuillus du sud Québécois, elle atteint 100 hectares dans les forêts de conifères et mixtes du centre de la province. La taille la plus importante de 150 hectares vaut pour les peuplements d’épinettes entre le 49e et le 52e parallèle. Les blocs de coupe claire ne peuvent plus être contigus. Plus leur superficie est importante, plus le corridor forestier préservé qui les sépare doit être conséquent. Il est de 100 mètres si la parcelle exploitée est de 100 à 150 hectares. La mise en place d’une nouvelle approche des forêts n’est pas facile sur le terrain. Pratiquement dix ans après avoir été lancée au Québec, une commission indépendante chargée de dresser un état des lieux quant à la gestion des forêts remet un rapport volumineux à la fin de l’année 2004. Il fait suite à de longs mois de débats publics dans les régions, de rencontres avec la population, les forestiers, les industriels des forêts, les autochtones, les organisations environnementales, de consultation des personnes ressources dans les ministères. Le verdict de cette expertise est sans appel. « La commission en vient entre autres à la conclusion qu’il y a, globalement, surexploitation ligneuse des forêts du Québec, compte tenu de toutes les autres pressions auxquelles ces forêts sont assujetties, et que cette surexploitation est directement associée au fait que les aménagements sylvicoles, pour une large part, ne sont pas faits de façon adéquate » (Rapport commission d’étude, 2004). Si l’étude insiste sur la nécessité de réhabiliter les forêts de feuillus souvent dégradées, le constat est encore plus sévère pour les forêts de conifères. « En ce qui a trait aux forêts résineuses, la commission constate une baisse inquiétante du capital ligneux entre les deux derniers inventaires forestiers. Cette baisse indique que l’ensemble des facteurs de prélèvement des bois, tant la récolte que les pertes par perturbations naturelles et par mortalité des arbres ont dépassé l’intérêt ligneux que les forêts résineuses sont en mesure de produire. » (op cité, 2004). Indépendante, cette commission est composée surtout de scientifiques universitaires : biologistes, écologues, spécialistes en foresterie et des ressources naturelles, économistes avec à sa tête ce que nous appelons en France, un haut fonctionnaire du nom de Guy Coulombe. Ce président a donné son nom à la commission et au rapport. Dix ans après avoir lancé une politique durable des forêts, le gouvernement provincial a eu le courage de lancer une telle expertise et surtout d’en accepter les conclusions. Agir autrement eut été très délicat en raison des inquiétudes de plus en plus fortes qui émanent de l’opinion publique, des universitaires, des ONG environnementales. Tous critiquent une politique forestière peu durable. De toute évidence, cette nouvelle approche des forêts est difficile à mettre en place. Est-ce à dire qu’elle est impossible à appliquer, que plus de dix ans d’engagements et d’initiatives ont été vains et que tout cela n’a été que de la manipulation ? Nous ne pouvons aller jusque-là. Ce qui semble difficile voire impossible c’est de changer radicalement des pratiques quand de puissants intérêts marchands sont en jeu. Autrement dit, il y a de fortes résistances pour modifier une vision trop résolument économique voire industrielle alors même qu’il y a des signes tangibles du caractère insoutenable d’une telle attitude. De telles réflexions sont intéressantes pour ce qu’elles traduisent à propos des forêts et du secteur forestier pour le Canada. Elles ont aussi une portée plus générale sur les éternels blocages et inerties des pouvoirs économiques face à un changement pourtant nécessaire. Il s’agit ici, de plus, d’un thème largement planétaire, celui d’une meilleure prise en compte de l’environnement dans le développement avec ce qu’il y a de possible et aussi et surtout ce qui semble difficile. En revenant plus strictement au cas des forêts au Canada, reste une question clé. Pourquoi semble t-il aussi délicat d’atténuer des intérêts marchands très prégnants ?

Table des illustrations

Titre Tableau 2 – Le cadre des critères et indicateurs pour le développement forestier durable au Canada
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14978/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540