Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Forêts et société au Canada

 | 
Éric Glon

Introduction générale

Texte intégral

1La disparition des forêts est souvent présentée comme un des changements environnementaux les plus évidents et les plus rapides au niveau mondial de ces dernières décennies. De 1950 à 2000, cette perte a atteint plus de 15 millions de kilomètres carrés (E.O. Wilson, 2003). 15 à 20 millions d’hectares, soit l’équivalent des forêts françaises, sont rayés de la carte du monde chaque année (P. Arnould, 1999). Soumis à de multiples interventions humaines, les écosystèmes forestiers connaissent une réduction de la biodiversité (S. Bahuchet, D. Mackey, 2005). Ce recul des forêts et leur appauvrissement biologique sont suffisamment importants pour susciter une mobilisation croissante au niveau international. Prolongeant le rapport Brundtland de 1987, les sommets de la terre à Rio en 1992 puis celui de Johannesburg en 2002 ont réuni des délégations de plus de 170 pays. Ils constituent des jalons importants dans une prise de conscience multiforme et déjà ancienne de la nécessité de mieux prendre en compte l’environnement dans le développement. Ces réunions traduisent d’une part une mondialisation des questions forestières et d’autre part la volonté de promouvoir le développement durable en l’appliquant notamment aux forêts. C’est par rapport à cette problématique d’une approche forestière trop prédatrice et aux réactions pour tenter d’y remédier que le Canada s’avère intéressant.

2À l’échelle d’un continent (9,9 millions de km2), ce pays, ce n’est pas seulement l’hiver comme le dit le chanteur québécois Gilles Vigneault, c’est aussi les forêts. Elles sont très étendues et le Canada est actuellement le premier exportateur de bois et de produits du bois au monde en valeur. De telles performances reposent sur une vision industrielle des forêts. Un véritable système productiviste s’est mis en place dans la seconde moitié du XIXe siècle avec pour objectif de fournir toujours plus de matière première à la filière bois. Ce n’est pas tant de savoir si ces convoitises suscitent une déforestation qui nous retient ici. Encore que ce sujet soit intéressant. Disons qu’il n’est pas au cœur de cet ouvrage. Ce qui nous interpelle réside dans le changement de cap que les autorités fédérales ont amorcé dans les années 1990. Prétendant rompre avec des décennies de productivisme, elles lancent une autre politique forestière imprégnée de développement durable. Un tel changement de cap a de quoi surprendre. Comment un pays où les forêts et activités forestières sont un véritable phénomène de société peut-il rompre avec cette approche résolument marchande ? Est-il vraiment possible de substituer une optique durable à ce que nous appelons de manière schématique une « horreur boréale » ? Beaucoup de pays, de régions, de localités dans le monde entendent aujourd’hui faire du développement durable. Cette expression est sur toutes les lèvres. De manière rapide, nous pourrions dire qu’il y a autant de versions de ce nouveau paradigme qu’il y a de groupes d’acteurs et d’individus qui s’y intéressent. Voilà qu’un des pays assimilant les forêts à une source de matière première inépuisable fait cet autre choix, aux antipodes de ce qui existait jusqu’alors. Loin de se cantonner aux effets d’annonce, les autorités fédérales lancent des réflexions, s’impliquent au niveau international, négocient avec les provinces une nouvelle stratégie forestière. Au début des années 1990, tout est à faire ou presque : définir des critères, des mesures pour donner un sens aux forêts durables. Le pouvoir central canadien s’attelle à la tâche. Il y a incontestablement un engagement de ce pays pour promouvoir une autre vision des forêts à la fois au niveau national mais aussi à l’échelon international. Émergeant progressivement de multiples débats, études, travaux scientifiques et initiatives, est-elle envisageable même face à d’aussi puissants intérêts économiques ? Autrement dit, peut-on leur résister et mettre en avant d’autres paramètres ? Là est l’intérêt offert par l’expérience canadienne. Ces deux questions ne font qu’affiner celles que nous avons mentionnées précédemment. Mettre en avant des forêts appréhendées comme des écosystèmes, des usages non exclusivement industriels des forêts dans un contexte façonné par le productivisme n’est pas chose aisée. Ces quelques idées amènent quatre questions qui structurent l’ouvrage en autant de parties. Qu’entend t-on par forêts durables au Canada et ne correspondent-elles pas à un changement de cap impossible ? Le productivisme longtemps hégémonique n’a t-il pas forgé une société contre la nature et les forêts au point d’expliquer en partie les résistances à cette nouvelle politique forestière ? Comment se construit cette stratégie des forêts durables et n’est-elle pas indéfectiblement liée à un système d’acteurs particulier qui s’est profondément renouvelé ? Enfin et c’est là la dernière question importante, intimement liée à la précédente : quelles sont les transcriptions spatiales des initiatives envisagées par ce socio-système et comment se manifestent-elles à différentes échelles, du niveau national au local ?

Photo 1 – « Soutenez les industries forestières de Colombie-Britannique. Prenez autant de serviettes que vous le voulez ! ». proclame cette affichette dans la cafétéria de la « Vancouver Art Gallery ».

Photo 1 – « Soutenez les industries forestières de Colombie-Britannique. Prenez autant de serviettes que vous le voulez ! ». proclame cette affichette dans la cafétéria de la « Vancouver Art Gallery ».

En vous invitant à vous servir sans retenue, ce message est on ne peut plus clair. S’il rappelle l’importance de la filière bois dans l’économie nationale et régionale, il souligne que l’opinion publique est très sensible au maintien des emplois liés à ces industries. Des témoignages de soutien comme celui de cette affichette sont nombreux au Canada et prennent des formes variées ; panneaux à l’entrée des communes, sur le bord des routes ou en lisière des forêts, publicités, par exemple.

Photo : Eric Glon, 2006

3Tenter d’aborder ces différents points n’est pas sans poser un problème de méthode. Les institutions, les ministères, les entreprises, les ONG fournissent une quantité impressionnante d’informations sur les forêts et les activités forestières. Ces données sont présentes sur les sites internet, très nombreux dans ce pays, ou dans les publications papier qu’il est facile de se procurer. La communication est aisée par courrier électronique pour préparer des rendezvous ou obtenir des renseignements. Les groupes d’acteurs du construit social canadien autour des forêts sont donc très accessibles. Ce ne sont pas l’existence et l’accès à l’information qui suscitent des interrogations mais la crédibilité que nous pouvons lui accorder en raison de son abondance. Les différents groupes d’acteurs publient leurs brochures, séries chiffrées et réalisent leurs propres études. Les données varient selon que vous avez affaire à des sources du pouvoir fédéral, des autorités provinciales, des entreprises de la filière bois, des ONG environnementales ou les organisations indiennes car chacun a des intérêts différents. Avouons-le clairement : c’est un peu à y perdre la tête. Les chiffres aussi banaux que les volumes annuels de coupe changent selon les sources et font l’objet de vives controverses. À titre d’exemple, les entreprises, le gouvernement provincial, grand ordonnateur, de la politique forestière n’ont pas intérêt à afficher des volumes de bois récoltés supérieurs aux possibilités annuelles de coupe garanties par les inventaires forestiers. Une telle attitude pourrait laisser entendre que les industries et les ministères provinciaux traînent un peu les pieds dans l’application du développement durable. Celui-ci se solde par la nécessité de diminuer le volume des récoltes annuelles dans pratiquement toutes les provinces. Le gouvernement fédéral est tout aussi ambivalent mais pour des raisons différentes. Il est le promoteur de la nouvelle approche forestière au niveau national. Il ne serait pas du meilleur effet que les réalités de terrain contredisent éventuellement les décisions envisagées dans le cadre de la nouvelle politique forestière. À l’inverse, les ONG environnementales tendent à mettre en exergue des réserves quant aux données publiées par la sphère politico-économique voire à en publier d’autres. Toute une série de nuances vient mettre en doute les chiffres de récolte en bois publiés par les entreprises ou les pouvoirs politiques. Les groupes écologistes ont alors beau jeu de relativiser la portée du développement forestier durable et d’en réclamer des applications plus draconiennes. Les organisations indiennes contestent pratiquement toutes les données émanant du pouvoir politique qu’il soit fédéral ou provincial. Plusieurs raisons sont invoquées par les autochtones. Le cadre législatif de référence a été mis en place par les colons et leurs descendants blancs. Il exclut les spécificités des indigènes et rejette leur culture.

4Accessible sous des formes variées (recueil de statistiques, brochures synthétiques, feuillets et objets publicitaires, ouvrages, expertises, journaux), cette masse de documents nourrit un discours d’autosatisfaction et de propagande. Il se construit d’abord autour des choix qui sont faits dans ces données. En exclure certaines pour en privilégier d’autres, afficher des évaluations ou des recensements lacunaires ne sont pas neutres tout comme ne le sont pas l’interprétation et l’analyse qui peuvent en être faites. Souvent orchestrées par des services spécialisés, de vastes opérations de relations publiques et de communication mais aussi des centres de documentation permettent de diffuser cette information. Être accueilli, à titre d’exemple, dans le salon d’une grande compagnie papetière n’a rien de désagréable. Invité à vous asseoir dans de larges fauteuils confortables par un personnel d’accueil qui vous propose un café et un classeur personnalisé avec toute une série de documents sur l’entreprise vous met en confiance. En partie chloroformé par tant de sollicitudes, vous avez ensuite accès soit au bureau de documentation, soit à un chargé de mission en communication pour vous renseigner. Qu’il s’agisse des entreprises, des syndicats, des représentants des pouvoirs fédéral et provincial, des environnementalistes, des organisations indiennes, tous ont recours à ces informations propagandistes et de prestige. Placées au service d’intérêts particuliers, elles sont éminemment stratégiques et politiques. Le risque est alors évident. Chaque partie en présence est tentée par la manipulation du concept de développement durable. Bien que réelle, cette situation n’est pas forcément préméditée et n’est absolument pas systématique. Le lecteur l’aura compris : travailler sur les questions forestières exige une vigilance de tous les instants. Une seule question importe : comment contourner ce discours propagandiste et accéder aux informations fiables et utiles (Figure 1) ? Ce cheminement est souvent long et difficile. La diversité des informations et du sens qui lui est donné renvoie à la diversité des positions des acteurs au sein du construit social, des tensions et conflits qui l’animent sur l’enjeu d’une autre approche des forêts. Nous avons d’abord eu recours aux sources incontournables comme celles du Conseil Canadien des Ministres des Forêts (CCMF) et de Ressources Naturelles Canada (RNC) avec le Service Canadien des Forêts au niveau fédéral. Ils fournissent des banques de données et des études ou analyses sur les questions forestières. Elles sont également disponibles avec une tonalité et des spécificités différentes selon le contexte régional dans les différentes provinces. Le Ministère des forêts ou le service des forêts au sein des Ministères des ressources naturelles y est incontournable. Les séries chiffrées sur les industries de la filière bois relèvent d’un organisme fédéral appelé Statistique Canada qui est l’équivalent de l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques (INSEE) en France. À ces renseignements s’ajoutent ceux délivrés par les ministères provinciaux de l’économie ou de l’industrie. Chacune de ces sources est loin d’atteindre la perfection. Les données manquantes ou lacunaires, les évaluations trop partielles, des recensements parfois anciens, des restrictions dans les dénombrements d’entreprises, sont quelques exemples de mésaventures courantes. S’ajoutent à cela un accès qui tend à être payant et les problèmes que pose le recours à internet. À aucun moment, la consultation de ces sources variées ne peut se substituer aux rencontres indispensables avec les acteurs du système forestier. Les deux démarches sont complémentaires.

Figure 1 – Du problème de l’accés à l’information dans le système forestier canadien à l’élaboration d’une méthode

Figure 1 – Du problème de l’accés à l’information dans le système forestier canadien à l’élaboration d’une méthode

5C’est en confrontant les informations des différentes sources que nous parvenons à plus de cohérence, que nous mettons en évidence les aspects à creuser et les points à vérifier. Ce jeu de piste nous amène à des rencontres au sein de services spécialisés, avec des personnes ressources sur des sujets très précis. Le souci de dénicher une information particulière nous oblige souvent à beaucoup de justifications et d’obstination. À ce stade, nous sommes vraiment dans le cercle de l’information utile. Les renseignements collectés sont systématiquement comparés avec ceux fournis par les autres groupes d’acteurs. Ces opérations obligent parfois à revenir dans des bureaux déjà visités, à revoir des personnes précédemment rencontrées.

 

6De ce cheminement découlent souvent l’inscription dans des réseaux et maillages et des liens qui se teintent d’amitié. Ce sont là autant de clés qui vous permettent de progresser dans ce jeu de piste et de recueillir de précieuses pièces du puzzle qui manquaient encore dans le construit d’une méthode. Qu’ils soient contractualisés par les ONG ou qu’ils effectuent des recherches dans le cadre de leur laboratoire, les universitaires réalisent beaucoup d’études sur les forêts. Articles, expertises, ouvrages sont d’autant plus nombreux que les questions forestières ne relèvent pas d’un champ disciplinaire particulier. Elles sont au cœur des préoccupations d’enseignants chercheurs d’horizons variés comme, par exemple, la foresterie, la biologie, la géographie, l’économie, les sciences politiques, la sociologie Nous les avons rencontrés pour faire le point et vérifier les données utiles obtenues. Outre la quête de données chiffrées, d’informations, de sources bibliographiques, nous avons beaucoup travaillé sur le terrain avec des questionnaires. À l’échelon local, nous avons rencontré de nombreux acteurs du système forestier canadien au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Ontario et en Colombie-britannique. Aborder les revendications des Premières Nations sur l’accès à la terre et aux ressources ne peut se concevoir sans étudier des situations concrètes. Nous avons travaillé avec des organisations autochtones et des communautés indiennes en Colombie-britannique.

Table des illustrations

Titre Photo 1 – « Soutenez les industries forestières de Colombie-Britannique. Prenez autant de serviettes que vous le voulez ! ». proclame cette affichette dans la cafétéria de la « Vancouver Art Gallery ».
Légende En vous invitant à vous servir sans retenue, ce message est on ne peut plus clair. S’il rappelle l’importance de la filière bois dans l’économie nationale et régionale, il souligne que l’opinion publique est très sensible au maintien des emplois liés à ces industries. Des témoignages de soutien comme celui de cette affichette sont nombreux au Canada et prennent des formes variées ; panneaux à l’entrée des communes, sur le bord des routes ou en lisière des forêts, publicités, par exemple.
Crédits Photo : Eric Glon, 2006
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14976/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 1 – Du problème de l’accés à l’information dans le système forestier canadien à l’élaboration d’une méthode
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14976/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 246k

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540