Version classiqueVersion mobile

Biocarburants, les temps changent !

 | 
Helga-Jane Scarwell

Partie 3. Les biocarburants : effet d'annonce ou réelle avancée ?

Conclusion de la troisième partie

Texte intégral

1Les premiers enjeux mis en valeur, énergétiques et agricoles, ne sont pas parvenus à promouvoir l'éthanol, en raison des intérêts contradictoires qui se sont exprimés à cette occasion. Loin de se présenter comme un avantage, par la diversité des acteurs, par la multiplicité des secteurs concernés, la complexité des enjeux débouche sur une incapacité à dégager une logique cohérente en faveur de l'éthanol. Il faut cependant souligner la récurrence de la filière éthanol, rappelée par l'historique du "super-ternaire", carburant agricole dont l'utilisation est préconisée par les betteraviers dès le début du siècle, mais dont le développement est freiné par l'action des pétroliers et des nécessités économiques.

2C'est l'environnement, puis l’enjeu climatique avec ses incidences énergétiques, qui constituent en dernier ressort les arguments décisifs susceptibles de contribuer à la mise en œuvre globale des énergies renouvelables bien qu’elles soient plus coûteuses que le pétrole conventionnel. Les perspectives offertes par les énergies renouvelables sont à l’heure actuelle modestes car si le principe même de l'utilisation des carburants d'origine non agricole semble ainsi mis au premier plan, l'éthanol ou le diester n'en sont pas immédiatement les principaux bénéficiaires, comme tend à le démontrer cette troisième partie, plus spécifiquement consacrée aux nouveaux enjeux du développement durable.

3Les stratégies déployées par les différents acteurs de la filière semblent montrer que le thème qui apparaît comme le plus porteur est celui de l'environnement, dont la protection est assignée comme une nouvelle mission à l'agriculture, ce qui confirme les conclusions dégagées dans le chapitre 2 de cette troisième partie. Surtout, le lieu où s'engagera le plus fermement le débat en faveur des biocarburants est celui de l’Union européenne, par le biais de tentatives d'infiltrations auprès des divers organismes, les promoteurs et les adversaires des biocarburants sont à lala recherche de nouveaux alliés susceptibles de promouvoir efficacement leurs intérêts.

4En définitive, l'essor des carburants verts ne résulte pas de leur qualité intrinsèque, mais des enjeux auxquels ils sont censés répondre. Ainsi, plusieurs grandes régions agricoles et touchées de plein fouet par la réforme de la PAC, attendent beaucoup de l'orientation stratégique prise par les plus grands pétroliers français, sans compter que des indépendants et de nombreux distributeurs sont aussi intéressés. Pendant que les pétroliers se livrent une lutte pour la maîtrise de l'énergie verte, le gouvernement tente de calmer une fois encore les tensions sociales en annonçant des mesures en faveur du développement des biocarburants.

5Ces stratégies ne doivent néanmoins leur notoriété actuelle qu'à l'existence d'intérêts économiques momentanément convergents et compris comme tels. C'est ce qu'expriment les solidarités nouées entre les organisations agricoles concernées et les secteurs liés de l'agro-industrie, entendue au sens large, voire les coopérations récentes avec les milieux pétroliers et le soutien de certains politiques.

6En l'état actuel des choses, le développement des biocarburants pour lesquels se sont longtemps battus les agriculteurs, sans parvenir par ailleurs… leur donner une vraie crédibilité, revient régulièrement à l'ordre du jour.

7En effet, le prix de revient de ce nouveau carburant d'origine végétal é ‚ tant nettement supérieur à celui de ses homologues d'origine pétrolière, on voit mal en quoi l'enjeu énergétique d'une telle filière constitue une donnée crédible susceptible de remplacer partiellement le pétrole dans sa fonction de carburant. Dans ces conditions, l'équilibre économique des différents projets industriels annoncés pour la fabrication de biocarburant de première génération reste plus que problématique. Pour combler le handicap dont souffre ces carburants il faudrait accroître significativement la fiscalité sur l'essence, ce qui n'est encore qu'à l'état de projet et suscitera du même coup la colère des constructeurs automobiles. Au demeurant, les agriculteurs doivent donc suggérer d'autres solutions susceptibles d'entraîner avec un degré variable l'adhésion des pétroliers.

8A ce débat n'a pas encore été apportée de solution, même virtuelle. Les arguments ne manquent pas et ceci renvoie à la question de savoir si les biocarburants constituent la conjonction adéquate entre crise des ressources et crise des rejets ?

9Autrement dit, en ce qui concerne la destruction des ressources, la seule voie possible plaide en faveur d’un développement alternatif. En ce sens et comme nous l’avons écrit dans notre ouvrage sur les démarches locales de développement durable (Scarwell, Roussel, 2006), ce concept s’impose désormais comme une figure opératoire qui doit permettre d’évaluer les risques, d’informer l’opinion, de guider l’action publique. Aussi, la réorganisation des échanges et des territoires peut-elle constituer un projet social autour de rapports sociaux redéfinis. De cette manière, le respect de l’environnement et des mesures de réduction de la consommation énergétique peuvent-ils être appréhendés comme un nouveau marché avec des perspectives de création des richesses :

  • la gestion durable des ressources naturelles comme un moyen de pérenniser des secteurs économiques ;
  • la diminution de l’intensité énergétique des procédés de production comme un moyen d’améliorer la productivité.

10Entre vœu pieu et réelle avancée, le développement durable ainsi conçu repose sur un projet éminemment politique qui ne peut être considéré comme un enjeu sectoriel et qui implique de mettre les problématiques soulevées dans cet ouvrage au cœur d’une réflexion prospective globale, et s’en servir comme canevas.

11Or, il ressort des stratégies menées autour des biocarburants que les vieux remèdes font toujours recette (obligation d'incorporation d'alcool dans l'essence pour les pétroliers dès 1928) !

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search