Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Biocarburants, les temps changent !

 | 
Helga-Jane Scarwell

Partie 3. Les biocarburants : effet d'annonce ou réelle avancée ?

Chapitre 1. Les biocarburants : une solution « verte » au changement climatique ?

Caroline Norrant

Texte intégral

1Depuis quelques années, le changement climatique a été admis, à l’issue d’un quasi consensus scientifique, comme une réalité, mais également comme un nouvel enjeu auquel nos sociétés, menacées par ses conséquences, doivent trouver une solution. Les variations climatiques annoncées, contrairement aux périodes glaciaires passées, se déroulent sur une échelle temporelle perceptible le temps d’une génération. A cette échelle, celle du développement durable, les politiques se doivent d’agir soit par adaptation soit par prévention. Le scénario de l’adaptation repose sur l’idée selon laquelle les sociétés sont capables de trouver des parades à des événements sur lesquels, à court terme du moins, il n’y pas de prises possibles quant à leurs causes et leurs déterminants majeurs. S’adapter au réchauffement climatique, considéré comme une donnée, cela veut dire, se rendre moins vulnérable face aux dangers qui menacent la planète. L’homme a en effet une étonnante capacité d’adaptation aux situations climatiques extrêmes, comme en témoigne la survie de certaines sociétés dans des situations limites, dans les déserts par exemple. Néanmoins, René Dubos, dès les années 1960, mettait en garde contre la caractère passif de la notion d’adaptation : « Des millions d’êtres humains sont si bien adaptés à leur milieu urbain et industriel qu’ils ne sont plus gênés par la puanteur des gaz d’échappement des autos ni par la laideur propre aux grandes villes en expansion rapide ; ils trouvent normal d’être coincés dans la circulation automobile, de passer la plus grande partie d’un après-midi ensoleillé sur les grandes routes, pris dans un flot lugubre, anonyme et amorphe de véhicules. La vie dans les grandes villes montre que l’homme s’est adapté à un ciel sans étoiles, des voies publiques sans arbres, des immeubles sans formes, un pain sans saveur, des fêtes sans joie, des plaisirs sans allégresse, une vie sans référence au passé, sans goût pour le présent et sans espoir pour l’avenir… La menace redoutable que l’adaptabilité fait peser sur nous quand elle s’applique à notre espèce, dans un contexte purement biologique, consiste en ceci qu’elle implique trop souvent une acceptation passive de situations qui, en réalité, ne constituent pas un bien pour l’humanité » (Dubos, 1973, p. 472).

2Le scénario de l’atténuation est plus ambitieux, puisqu’il vise à remédier aux causes des phénomènes qui nous préoccupent. Ainsi, la problématique du « facteur 4 » (diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050) va bien dans cette direction : c’est une tentative de réponse sur le fond du problème. La question de la gestion des conséquences du coût croissant d’exploitation de l’énergie fossile, qui risque d’atteindre rapidement, c'est-à-dire d’ici dix/vingt ans, son pic de capacité d’exploitation (le « pic-oil », dit effet Hubert) se superpose à l’enjeu du facteur 4, au sens où, comme l’usage de l’énergie fossile est l’une des causes premières de la production des gaz à effet de serre, il est tentant de s’appuyer sur le levier « politique » du processus de montée inexorable du prix du pétrole pour envisager un changement de cap par rapport aux facteurs qui sont à l’origine de la sur-utilisation de la ressource énergétique, et par conséquent, notamment, sur l’usage de l’automobile en milieu urbain. Cette toile de fond du coût élevé de l’énergie ouvre la voie au développement d’innovations technologiques qui permettent de trouver des alternatives à l’utilisation des carburants fossiles. Le problème est particulièrement crucial pour l’automobile et les transports routiers qui dépendent à 98 % des énergies fossiles importées.

3C’est ainsi que les biocarburants ont trouvé une nouvelle justification pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre. En effet, nos sociétés sont de grosses consommatrices de carburants fossiles dont la combustion émet du gaz carbonique ainsi que d’autres gaz à effet de serre, qui contribuent à augmenter la température à la surface du globe.

4Le recours à la biomasse permet alors d’utiliser à la place de ces carburants fossiles un autre type de carburant, produisant moins de gaz à effet de serre, polluant moins, et s’inscrivant de ce fait plus dans les objectifs actuels de développement durable demandés par la société.

5Cette solution est proposée par de nombreux lobbies au travers des biocarburants, qui jouissent d’un fort effet d’annonce à l’heure actuelle.

6En effet, après des années de crise pétrolière récurrente, les biocarburants sont présentés comme la nouvelle « essence verte » qui résoudra non seulement les problèmes d'approvisionnement en carburants fossiles, auxquels il faut ajouter une baisse annoncée des prix lors du passage à la pompe, mais en plus de cela, à en croire certains, ils régleront également le problème du changement climatique en réduisant les émissions de gaz carbonique dans l'atmosphère. Une solution « verte » qui plus est, puisque ce sont des produits issus de l’agriculture, et qui répondent donc à la demande contemporaine de développement durable et de respect de l’environnement.

  • 1 GIEC : Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat. http://www.ipcc.ch

7Revenons donc plus particulièrement sur le cas du changement climatique, ou de la « crise climatique » comme certains le nomment. D'après le rapport du GIEC1 des changements ont été observés dans le système climatique, et notamment une augmentation générale des températures (GIEC, 2001).

  • 2 Il s’agit de la circulation océanique liée aux différences de température et de salinité de l’eau. (...)

8Mais la question du changement climatique ne concerne pas uniquement le présent : elle est également à appréhender dans le futur, puisque les modifications constatées au cours du 20e siècle ne sont qu'un début d'après les experts et vont se poursuivre, voire même risquent de s'accentuer pour certaines. En effet, les scénarios des modèles climatiques s'accordent pour la fin du 21e siècle sur une augmentation globale de la température, comprise entre 1,4 et 5,8 ° C, ainsi qu'une élévation du niveau de la mer, comprise elle entre 23 et 48cm d’ici 2100. Les autres paramètres climatiques (précipitations, événements extrêmes, circulation thermohaline2, neige et glace…) seront également affectés, mais avec une plus grande variabilité spatiale et une précision moindre dans leurs scénarios d'évolution (GIEC, 2001).

9Certains pourraient alors arguer au sujet de l'incertitude des modélisations futures, ou encore d'un manque de fiabilité des modèles numériques. Cependant, il faut bien retenir qu'aujourd'hui nous pouvons dans l’ensemble faire confiance aux modèles de prévision qui reproduisent désormais fidèlement les différentes composantes du système climatique. En effet, à l'échelle globale les modèles parviennent à reproduire l'évolution passée du climat terrestre jusqu'à aujourd'hui ; d'autre part, les évolutions qui avaient été faites par les modèles climatiques sont confirmées aujourd'hui par des observations. Il reste toutefois quelques biais, avec notamment une grande difficulté à prévoir avec précision les modifications du climat à échelle locale. Mais cette imprécision fait partie des limites connues et acceptées des modèles, et ne doit pas remettre en cause leur fiabilité (Le Treut et Jancovici, 2001).

10Partant de ce constat, nous pouvons tenter d'appréhender les biocarburants dans la perspective du changement climatique. En effet, ils sont aujourd'hui présentés par certains médias comme la solution-miracle au problème du changement climatique, tirant ainsi parti du contexte actuel de peur et du catastrophisme ambiant.

11C'est pourquoi, afin de déterminer si les biocarburants peuvent apporter une réponse sinon la réponse au changement climatique, nous nous proposons de revenir sur le contexte actuel de peur, entretenu par les médias, et de voir comment les biocarburants tirent parti de l’effet d’annonce pour être avancés comme une solution à la « crise climatique et énergétique ».

12En effet, le changement climatique est depuis quelques années déjà, et aujourd'hui particulièrement, un sujet d’attention générale. Cependant, même si les biocarburants émettent moins de dioxyde de carbone que les énergies fossiles, il convient toutefois de recadrer le rôle des différents gaz à effet de serre (dont fait partie le dioxyde de carbone, mais qui n'est pas le seul) dans le réchauffement climatique. Cette précision s'avère d'autant plus nécessaire que c'est au niveau des émissions de gaz à effet de serre que l'argument des biocarburants est invoqué comme réponse au changement climatique.

13Enfin, nous pourrons alors analyser plus objectivement l'argument d'une amélioration environnementale et climatique grâce à l'utilisation de biocarburants et déterminer si oui ou non leur utilisation constituerait une des solutions idéales attendues pour résoudre la modification climatique observée à l'échelle de la terre.

1. Un catastrophisme omniprésent

14Il suffit d'ouvrir les journaux, ou encore d'allumer la télévision ou la radio, de même que sur Internet : la crise est partout, s'immisce dans tous les thèmes, nous concerne toutes et tous.

15En effet, un contexte de peur a été introduit dans notre société au travers de différents thèmes et est régulièrement entretenu par le discours des journalistes. C’est dans ce contexte que les biocarburants sont présentés, non seulement comme une réponse à la peur suscitée par des modifications climatiques, mais également comme un élément clé dans une stratégie de développement durable de notre société.

1.1. Le contexte de peur

16Crise nucléaire, crise énergétique, crise culturelle, mais aussi crise des banlieues, crise gouvernementale, crise climatique, ou encore crise politique, crise économique… la liste est longue et peut être déroulée à l'infini. Dans notre société contemporaine, de nombreux domaines sont sujets à être interprétés comme une crise. Cette notion de crise est tellement invoquée qu'elle en a presque été banalisée.

17Ainsi, elle entretient un contexte de peur dans nos sociétés. En effet, qui n'a pas été témoin, en allumant son téléviseur à l'heure du journal, de multiples agressions quotidiennes, de guerres, attentats, difficultés économiques ou autres insécurités ? Certes il ne faut pas passer la réalité sous silence, mais ne pas aggraver la situation en laissant sa place, justement, à la réalité, devrait être une priorité.

  • 3 « Les experts face à un ’risque majeur » du 29.01.2007
  • 4 « Le réchauffement synonyme de famines et d’inondations »4 du 30.01.2007

18C'est dans ce contexte ambiant de peur qu'a été présenté le changement climatique. Nombreuses sont les émissions à évoquer la modification du climat comme une suite de catastrophes où l'on voit crues, ouragans, inondations et autres phénomènes climatiques extrêmes prêts à s'abattre sur nos sociétés pour tout dévaster (par exemple la série de documentaires fictions sur M6 : « Chaos sur la planète », lancée depuis octobre 2006, mêlant fiction et avis d’experts, ou encore les grands titres de LCI portant sur le climat : « Les experts face à un ‘ risque majeur »3, « Le réchauffement synonyme de famines et d’inondations »4 ou encore « Vers plus de mille ans de dérèglements climatiques ».

  • 5 Il s’agit de la transformation de l'essence même de l'agir humain. Homo faber a pris le pas sur hom (...)

19Ce contexte de peur, d’après Hans Jonas5, impose la prise de conscience des dangers et donc à l’acceptation de mesures peu populaires. La période actuelle se trouve alors dans une position favorable pour que le monde politique puisse se saisir des constatations scientifiques et construire des scénarios d’atténuation ou d’adaptation. En France, l’échéance des élections présidentielles démontre nettement l’existence de cette opportunité politique ; en revanche, la construction de scénarios fiables et répondant à l’ampleur des enjeux est encore en devenir.

20Cette interrogation se pose également à propos des biocarburants, objets à l’heure actuelle d’une médiatisation grandissante. En effet, une très grande promotion des biocarburants est assurée par les médias, qui les présentent comme la solution alternative aux énergies fossiles sur la consommation desquelles le fonctionnement de notre société se base. Le thème des biocarburants est régulièrement abordé, dans divers articles ou documentaires aussi bien de la presse, de la télévision ou encore d’Internet (notamment dans Le Monde, sur LCI, pendant les journaux télévisés…).

21La modification enregistrée et modélisée du climat étant décrite et présentée comme une menace, les biocarburants se posent alors comme la solution à tous les maux de la terre, exacerbés par des médias de masse qui pour certains se complaisent dans le catastrophisme, mais également comme une solution défendue par d’autres et appuyée sur une argumentation scientifique à laquelle ont contribué nombre d’experts.

1.2. Les médias : un discours souvent catastrophiste

22Les médias ont pour fonction principale d'informer, et donc plus précisément de transmettre l'information. Ils sont le relais de diffusion entre le monde des experts scientifiques et la population.

23Sur la question du changement climatique plus précisément, un très important effort de vulgarisation du discours a été effectué par la communauté scientifique afin de transmettre les résultats manifestes d’une modification significative du climat et de les rendre accessibles à l’ensemble de la population, ainsi qu’aux acteurs locaux et décideurs politiques. Cet effort de diffusion était nécessaire à une prise de conscience collective du phénomène climatique en cours, et ainsi ouvre la possibilité d’entreprendre une action en vue d’une stratégie d’adaptation. La presse et les médias ont été l’élément de transmission de ce discours des spécialistes vers le grand public.

24Longtemps absent des actualités, le changement du climat apparaît aujourd’hui régulièrement dans les médias tout-public, mais sous un jour des plus catastrophistes. En effet, la modification du climat est montrée au travers de nombreuses émissions orientées sur les multiples catastrophes climatiques qui nous menacent et leurs impacts sur la société. Selon certains, il s’agit là d’une réalité possible ; pourtant les experts interrogés directement nuancent ces catastrophes liées au climat en précisant qu’elles sont seulement une possibilité du futur (d’autant plus que la plupart ont déjà eu lieu par le passé…), mais que leur banalisation reste encore une incertitude.

25Il faut également tenir compte de la difficulté du dossier lui-même : cette thématique d'une modification du climat est loin d'être simple, mêlant les volets scientifiques, mais aussi sociaux et économiques notamment en termes d'impacts du changement du climat sur les sociétés. En outre, diverses solutions sont proposées pour enrayer, ou tout au moins limiter le rejet de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, mais aussi pour permettre à nos sociétés de s'adapter. Il faut également prendre en compte le fait que très peu de personnes ont une vue d'ensemble du phénomène, tant les scientifiques sont extrêmement spécialisés chacun dans sa partie. L'appréciation n'est donc pas transversale à l'origine, et c'est là un exercice auquel doivent se livrer les journalistes eux-mêmes (Jancovici, 2006).

26Toutefois, il existe un ouvrage présentant une synthèse scientifique de cette question : le rapport du GIEC (2001). Celui-ci présente sous forme de résumé en trois tomes l'état des connaissances concernant l'influence des activités humaines sur le climat, les impacts possibles du changement climatique sur nos sociétés et d'éventuelles solutions pour limiter le changement climatique causé par l'homme. Mais il ne s'agit là que d'un résumé rapide des publications scientifiques des dernières années, même si ces rapports sont extrêmement volumineux. Leur analyse précise représente donc un travail laborieux que la plupart des journalistes n'ont malheureusement pas le temps de mener à bien.

27Ces discours ont d'autant plus besoin de nuances que ce sont ceux-là mêmes qui vont toucher le grand public, non les explications pointues de quelques scientifiques publiées dans la presse hyperspécialisée. Si ces discours sont erronés ou comportent par leurs énormités quelques contrevérités, cela ne fera au final que peu de différences : seules les images-chocs et les catastrophes imminentes vont marquer les esprits. Cela est vrai pour le grand public mais également pour les gouvernants et autres politiques, qui sont informés par les mêmes voies que la population.

  • 6 Le gaz carbonique, ou dioxyde de carbone (noté CO2), est l’un des principaux gaz à effet de serre m (...)

28Cependant, même si ce contexte entretenu de crise, et particulièrement de crise climatique, a été pendant longtemps l’argument phare pour inciter au développement et à la consommation de biocarburants, plus récemment une démonstration reposant sur des éléments rationnels y a été présentée en renfort. Cet argumentaire scientifique repose principalement sur une comparaison des émissions de gaz carbonique6 après combustion entre les carburants fossiles et les divers biocarburants. De nombreuses études montrent également les bienfaits en termes d’émissions de gaz à effet de serre d’une utilisation combinée des biocarburants aux carburants fossiles. Celles-ci sont appuyées par force chiffres d’émissions de CO2 et « d’économies de carbone » lors de l’utilisation des différents carburants verts. Le discours prend donc une tournure plus « rigoureuse », afin d’être plus convaincant pour les décideurs.

29Le contexte actuel de peur dans lequel se trouve notre société et qui sous-tend la problématique des biocarburants, auquel s'ajoutent les « catastrophes » climatiques à venir véhiculées par les médias grand-public ainsi que les multiples démonstrations scientifiques vantant les bienfaits des carburants verts, tous désignant le développement des biocarburants comme une solution attendue, indispensable et quasiment incontournable, associés à la modification climatique donnent un argument de poids pour les diverses campagnes politiques. Celui-ci s'inscrit en plus parfaitement dans la prise de conscience contemporaine d'une protection de l'environnement et de la notion de développement durable qui lui est attachée.

1.3. Un argumentaire repris par les politiques

30Le discours, scientifiquement argumenté, véhiculé par la presse, est repris par les hommes politiques, qui en font, pour certains d'entre eux, un argument phare de leur campagne électorale. Même s'il est vrai que la notion du changement climatique a logiquement (puisque rentrant naturellement dans les thématiques défendues) été insérée depuis quelques années dans les programmes politiques des partis écologistes, elle a depuis peu été reprise par tous comme nouvel enjeu des campagnes électorales à venir.

31Alors il est encore vrai qu'il faut « faire quelque chose », agir concrètement, aussi bien à échelle individuelle que plus amplement au niveau de la société. Les moyens de ce type d'action ne peuvent exister qu'en grande partie grâce à une impulsion des collectivités, et donc des élus.

  • 7 Plan Climat 2004 : Face au changement climatique, agissons ensemble. Ministère de l’Ecologie et du (...)
  • 8 MIES : Mission Interministérielle de l’Effet de Serre. Elle a été créée en 1992 et est placée sous (...)

32Le bon côté de cette approche parfois démagogique est le passage à l'action, même s'il est parfois discret. Citons le plan d'action du gouvernement français qui, en écho aux prises de position européennes, tente d'appliquer au travers du Plan Climat diverses mesures dans tous les secteurs de l'économie et de la vie quotidienne des Français afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Ces mesures sont regroupées autour de huit axes : tout d'abord une sensibilisation nationale sur le changement climatique et sur l'adaptation, mais également un axe sur les transports, un autre sur le bâtiment et l'éco-habitat, un sur l'industrie, l'énergie et les déchets ; les autres axes concernent l'agriculture et les forêts, le froid et la climatisation, mais aussi des mesures très concrètes comme les Plans Climats Territoriaux et l’annonce de l'Etat exemplaire, qui passent par l'encouragement d'initiatives locales ; enfin, un soutien à la recherche sur la thématique du changement climatique et la préparation de l'avenir (Mission Interministérielle de l'Effet de Serre, 2006) est mis en place. Le Plan Climat7 reconnaît une responsabilité collective par rapport à l’avenir, et reprend l’objectif européen de « contenir la gravité du changement climatique en cours afin de contenir le réchauffement mondial à moins de 2°C d’ici la fin de ce siècle et nous adapter aux effets inévitables de ce changement climatique ». Les grands principes qui ont inspiré ce plan ont été « de susciter l’adhésion de la société entière et d’encourager les gestes citoyens par la sensibilisation et l’information, de favoriser les sources d’énergie non émettrices de carbone, d’insérer l’écologie dans l’économie grâce à des mécanismes novateurs, efficaces et flexibles, mais aussi de préparer l’avenir au travers d’efforts de recherche qui mettraient la France sur la voie d’une société sobre en carbone, de rendre le secteur public exemplaire, et enfin d’accompagner les collectivités locales pour qu’elles réalisent leurs propres plans pour le climat » (Mission Interministérielle de l’Effet de Serre8 (MIES), 2006).

33Le Plan Climat regroupe donc des mesures timides et souvent incantatoires concernant tous les secteurs de l’économie et de la vie quotidienne des Français, en vue d’économiser 54 millions de tonnes d’équivalent CO2 par an à l’horizon 2010, et ce dans le but d’infléchir significativement la tendance des émissions de gaz carbonique.

  • 9 Rapport de l’ONERC : « Un climat à la dérive : comment s’adapter ? » La documentation française 200 (...)

34Outre l’axe Transports qui encourage l’utilisation de biocarburants afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre, l’axe 7, portant sur les Plans Climats Territoriaux incite à une réelle avancée de la part des collectivités en matière de lutte contre le changement climatique. En effet, les collectivités locales sont invitées à mettre en place des Plans climats territoriaux, afin d’encourager les initiatives locales pour lutter contre l’effet de serre. Il s’agit alors de définir des objectifs précis et par la suite de mettre en œuvre des actions au niveau d’une région, d’un département ou d’une agglomération. L’Etat doit entretenir une démarche d’implication et de relais auprès des collectivités locales et doit dès lors donner l’exemple en termes d’actions et de politique d’achat. Pour certains commentateurs, cette action de l’Etat est encore très timide et les initiatives locales, très nombreuses, ne s’intègrent pas dans une réelle cohérence nationale9.

  • 10 ONERC : Observatoire National des Effets du Réchauffement Climatique. Il a été créé en février 2001 (...)

35Or, le Plan considère qu’au-delà des mesures énoncées par les collectivités, l’adaptation de la société aux nouvelles conditions climatiques doit être reconnue comme une nécessité. Le Plan prévoit donc que l’Observatoire National des Effets du Réchauffement Climatique10 (ONERC) coordonne le développement de moyens de prévision et d’évaluation des impacts du changement climatique, ainsi que des premières orientations de mesures d’adaptation nationales. Dans le Plan Climat, c’est l’ONERC qui réalisera des scénarios d’évolution du climat pour le 21e siècle, en relation avec les organismes concernés. Il coordonnera les travaux qui tendront à proposer de premières orientations en termes de mesures d’adaptation à l’échelle nationale.

36A une échelle plus proche des citoyens, les Plans Climats Territoriaux permettent une meilleure cohérence et une coordination des actions prises territorialement dans les secteurs émetteurs de gaz à effet de serre, comme par exemple les transports ou le bâtiment. D’autre part, ils contribuent à rationaliser les actions territoriales de programmation en matière d’efficacité énergétique, de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de qualité de l’air. De plus, ils fournissent à l’échelle régionale un support pour l’harmonisation des méthodes de mesure, de calcul et de recensement des émissions de gaz à effet de serre, en accord avec les standards internationaux en vigueur dans le cadre de la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques. Enfin, ils traduisent, dans un esprit de stratégie nationale en termes de développement durable, l’exemplarité des pouvoirs publics locaux en matière de réduction de gaz à effet de serre. D’ici 2010, les réductions totales d’émissions de gaz à effet de serre devraient atteindre, grâce à l’application de ces Plans Climats Territoriaux, la valeur de 1,2 million de tonnes équivalent dioxyde de carbone.

37On se rend compte que dans ce contexte, le plus gros de l'effort est axé vers une diminution des émissions de gaz à effet de serre afin de diminuer les répercussions de nos modes de vie sur le climat. Les biocarburants, issus d'énergies non fossiles et donc moins génératrices de gaz carbonique (important gaz à effet de serre), sont alors présentés comme une solution idéale apte à résoudre le problème du changement climatique. Cependant, qu'en est-il réellement ?

2. Le rôle des gaz à effet de serre dans le changement climatique

38La solution proposée afin de limiter le changement climatique en cours est de réduire nos émissions de gaz à effet de serre. C’est pourquoi une explication plus détaillée sur le rôle de ces gaz à effet de serre dans le climat va être présentée ici, et ce dans le but de mieux comprendre sur quels mécanismes doit intervenir l’utilisation des biocarburants, puisque ces derniers doivent apporter une réponse aux inquiétudes liées à l’augmentation des températures.

39Une fois les faits exposés, il apparaît clairement que l'essentiel du problème vient des gaz à effet de serre. En effet, leur injection massive dans l'atmosphère au cours des dernières décennies est à l'origine du changement climatique qui nous touche aujourd'hui.

40Une analyse plus détaillée permet de préciser que la température moyenne globale à la surface de la terre a augmenté durant le 20e siècle d'environ 0,6°C, avec une marge d'erreur de plus ou moins 0,2°C. Dans ce réchauffement d'ensemble, les années 1990 ont représenté la décennie la plus chaude du 20e siècle, où se démarque l'année 1998 avec des températures particulièrement élevées (Figure 7). De plus, les moyennes annuelles des premières années du 21e siècle battent des records de température, puisqu'elles sont plus chaudes que les plus chaudes années du 20e siècle.

Figure 7 : Variations de la température à la surface de la Terre au cours des 140 dernières années

Figure 7 : Variations de la température à la surface de la Terre au cours des 140 dernières années

Source : GIEC, 2001

  • 11 ENSO : El Niño Southern Oscillation. Ce phénomène touche à la fois l’océan et l’atmosphère ; sa man (...)

41A cet accroissement de la température globale, il faut ajouter d'autres manifestations du changement climatique, telles une réduction de la couverture neigeuse ainsi que des étendues glaciaires, surtout aux hautes latitudes, ou encore une élévation du niveau moyen global des mers (entre 10 et 20cm au cours du 20e siècle). Des modifications ont également touché d'autres aspects importants du climat, comme les précipitations, la nébulosité, les événements extrêmes de températures ou encore les phénomènes ENSO11, mais ces changements sont plus difficiles à quantifier de façon globale (GIEC, 2001).

42Cependant, il semblerait que certains aspects climatiques n'aient pas été affectés par ce changement global : en effet, quelques régions du globe ne se sont pas réchauffées au cours du 20e siècle (cela concerne certaines parties des océans de l'hémisphère Sud et de l'Antarctique), et les analyses de phénomènes extrêmes (tornades, orages violents, chutes de grêle…), en des régions limitées, ne montrent pas d'évolutions significatives (GIEC, 2001).

43Afin de mieux comprendre ce phénomène, il faut maintenant examiner le mécanisme induit par ces gaz dits « à effet de serre ». Cette compréhension est d'autant plus importante que c'est au niveau de leur rejet que les biocarburants sont censés agir, et par ce biais apporter une solution à la modification du climat et sa conséquence la plus visible qui est la hausse des températures.

2.1. Qu'est-ce qu'un gaz à effet de serre ?

44Tout d'abord, le phénomène même de l'effet de serre doit être analysé plus en détail. Il s'agit du piégeage sélectif du rayonnement par certains gaz de l'atmosphère. En effet, ces gaz laissent passer le rayonnement solaire, mais vont piéger le rayonnement infrarouge venu de la terre pour le renvoyer vers la surface, augmentant ainsi la température de notre planète de 33°C. Sans ce phénomène naturel, la température moyenne de la surface terrestre serait de – 18°C (au lieu de + 15°C), alors que grâce à l'effet de serre la vie telle que nous la connaissons a pu se développer sur notre planète.

45Les gaz responsables de cet effet de serre sont présents naturellement en très faibles quantités dans l'atmosphère. Si l'on observe la composition gazeuse de l'atmosphère, on se rend compte que celle-ci est presque essentiellement composée d'azote et d'oxygène (~98 %) ; on y trouve également de l'argon (~1 %), puis enfin d'autres gaz en quantités infimes, à l'état de traces : vapeur d'eau (H2O), gaz carbonique (CO2), méthane (CH4), ozone (O3), protoxyde d'azote (N2O). Ce sont pourtant ces dernières traces gazeuses qui sont à l'origine de l'effet de serre. Cependant, dire que ces gaz existent à l'état naturel dans l'atmosphère n'exclut pas non plus qu'ils soient produits par l'homme.

46Il existe également des gaz à effet de serre dits « industriels », c'est-à-dire qui ne doivent leur présence dans l'atmosphère que par les activités humaines et qui n'y existent pas naturellement. Ces gaz sont principalement les halocarbones, tels que les fréons (fluides frigorigènes), les halons (composés d’extincteurs d’incendie) et leurs substituts, composés dans lesquels un atome d’halogène (fluor, chlore…) remplace de l'hydrogène dans une molécule d'hydrocarbure. Ces gaz « industriels » présentent deux propriétés particulières en ce qui concerne l'effet de serre : tout d'abord, ils absorbent une très grande quantité de rayonnement infrarouge, beaucoup plus que le gaz carbonique ; d'autre part, ils sont très stables dans l'atmosphère et présentent une durée de vie extrêmement longue (de plusieurs milliers d'années pour certains), supérieure à celle des gaz à effet de serre « naturels » (Tableau 15).

Tableau 15 : Durée approximative de résidence des gaz à effet de serre dans l'atmosphère

Gaz

Durée de vie dans l'atmosphère

Gaz carbonique

100 ans

Méthane

12 ans

Protoxyde d'azote

120 ans

Halocarbones

Jusqu'à 50 000 ans

Source : GIEC 2001

47Il est possible de comparer tous ces gaz entre eux, ce qui est indispensable lorsque, comme à l'heure actuelle, les collectivités réfléchissent à des mesures à prendre pour limiter le réchauffement planétaire. Pour cela, il est possible de calculer pour chacun de ces gaz leur Pouvoir de Réchauffement Global (PRG) relatif. Pour chaque gaz à effet de serre on mesure combien un kilogramme va produire d'énergie sur cent ans, et ce par rapport à ce que produirait la même quantité sur la même période de gaz carbonique (CO2) injecté dans l'atmosphère (Tableau 16). Les résultats sont toutefois une manière simplifiée de présenter le problème, un grand nombre de facteurs intervenant, notamment sur la durée de vie dans l'atmosphère de ces gaz, mais encore leur concentration propre.

Tableau 16 : Pouvoir de Réchauffement Global (PRG) relatif au CO2, sur 100 ans, de différents gaz à effet de serre

Gaz

PRG relatif

Gaz carbonique

1

Méthane

23

Protoxyde d'azote

298

Halocarbones

De 140 jusqu'à 23900

Source : GIEC 2001

48D'après ce tableau, il est possible de comprendre que le protoxyde d'azote, par exemple, et 298 fois plus puissant qu'une même quantité de gaz carbonique, en termes de réchauffement planétaire. Certains halocarbones (gaz industriels) peuvent initier des répercussions inquiétantes, avec un pouvoir réchauffant équivalent pour certains à presque 24000 fois celui du gaz carbonique. C'est dire si l'homme, au travers de ses activités, tient un rôle actif dans le réchauffement climatique observé de nos jours.

49Toutefois, il n'est nullement fait mention ici de la vapeur d'eau, alors qu'il s'agit du gaz à effet de serre le plus efficace en terme de réchauffement. Cependant, l'action anthropique ne modifie pas le cycle de l'eau à l'échelle planétaire (même si localement l'homme peut perturber ce cycle en y apportant des modifications majeures : l'exemple le plus criant est l'assèchement de la mer d'Aral).

50De plus, le système terrestre dispose d'une quantité fixe de vapeur d'eau, qui est invariable ; les activités humaines n'en produisent pas de supplémentaire dans le système climatique, sinon localement. C'est pourquoi la vapeur d'eau n'est pas prise en compte dans le bilan énergétique des gaz à effet de serre, sa quantité dans l'ensemble de l'atmosphère n'étant pas modifiée.

51Les activités humaines produisent également des aérosols. Il s'agit de particules fines en suspension dans l'air, comme par exemple des gouttelettes d'eau ou des poussières. Ces aérosols, en réfléchissant ou absorbant le rayonnement, vont avoir pour action de refroidir localement le climat. Ils vont également servir de noyau de condensation, à l'origine de la formation des nuages qui ont un double rôle : ils réfléchissent le rayonnement solaire (refroidissement) et ils augmentent l'effet de serre en piégeant le rayonnement terrestre (réchauffement).

2.2. L'augmentation de la concentration des gaz à effet de serre dans l'atmosphère au cours du 20e siècle

52On peut remarquer que sur une longue période les concentrations atmosphériques des différents gaz à effet de serre ont augmenté. Cette augmentation a essentiellement commencé pendant l'ère industrielle et s'est accrue au cours du 20e siècle (Figure 8).

53Sur cette figure, les données de dioxyde de carbone, méthane et oxyde nitreux obtenues sur plusieurs sites de l'Antarctique et du Groenland (indiquées par des symboles différents) en analysant des carottes de glace sont complétées par des données observées dans l'atmosphère pendant ces dernières décennies (indiquées par la ligne correspondant au CO2 et incorporées dans la courbe représentant la moyenne globale de CH4). L'échelle de droite montre le forçage radiatif positif estimé du système climatique résultant de ces gaz, allant de + 0,5 à + 1,5W. m-2, soit un réchauffement. Ces gaz ont une durée de vie dans l’atmosphère de 10 ans ou plus, et leur concentration, alors qu'ils ont été prélevés dans des lieux éloignés de la civilisation, reflète des émissions de sources différentes dans le monde entier. Il s'agit donc d'une pollution « de fond » dans l'atmosphère, transportée via les airs par les différents courants atmosphériques, les concentrations étant beaucoup plus importantes sur les lieux où ces gaz sont rejetés. Les trois relevés montrent les effets de la croissance déjà importante des émissions anthropiques, mais qui ne fait que se renforcer pendant le dernier siècle (GIEC, 2001).

Figure 8 : Concentrations atmosphériques globales de trois gaz à effet de serre sur 1000 ans

Figure 8 : Concentrations atmosphériques globales de trois gaz à effet de serre sur 1000 ans

Source : GIEC 2001

54La très forte augmentation au cours du 20e siècle incrimine les activités humaines comme sources de ces gaz à effet de serre. Cette hypothèse est vérifiée lorsque l'on compare les simulations des températures issues des modèles aux observations (Figure 9).

Figure 9 : Variations des températures de surface simulées et moyennées annuellement et globalement

Figure 9 : Variations des températures de surface simulées et moyennées annuellement et globalement

Source : GIEC 2001

55Lorsque les simulations ne prennent en compte que les forçages naturels (Figure 9.a), n'incluant pas les activités humaines, les résultats du modèle sous-estiment la réalité, c'est-à-dire que les températures simulées par le modèle sont plus froides que celles observées dans la réalité. Lorsque l'on introduit le forçage anthropique (c'est-à-dire les activités humaines, Figure 9.b), les résultats du modèle se rapprochent de la réalité, mais sans la reproduire parfaitement : les températures calculées par le modèle sont encore plus froides que les températures réellement observées, quoique moins que dans le cas ne comprenant que les forçages naturels. Enfin, quand tous les forçages sont pris en compte (aussi bien naturels qu'anthropiques, Figure 9.c) les simulations reproduisent précisément la réalité observée, ce qui montre bien que l'action de l'homme est responsable des augmentations des concentrations de gaz à effet de serre constatées dans l'atmosphère.

56L'action de l'homme, par le biais de ses diverses activités et du fonctionnement actuel de la société, est donc bien à l’origine du changement climatique, et particulièrement du réchauffement constaté lors des dernières décennies.

57Ce constat est indéniable lorsque l'on se penche sur l'évolution dans l'atmosphère des concentrations des gaz à effet de serre dits « industriels » En effet, leur présence même est due à l'homme, ces gaz n'existant pas naturellement dans l'atmosphère (Figure 10).

Figure 10 : Concentration atmosphérique mondiale de différents halocarbones de 1978 à 1999

Figure 10 : Concentration atmosphérique mondiale de différents halocarbones de 1978 à 1999

Source : GIEC 2001

58A partir des années 1990, les concentrations de ces divers halocarbones augmentent très fortement dans l'atmosphère. Tout comme dans le cas des gaz à effet de serre « naturels », ces mesures ont été effectuées loin de l'influence des sociétés modernes : pour les halocarbones, les mesures ont été effectuées en Tasmanie. L'évolution de ces gaz ne peut avoir d'autre origine qu'industrielle.

59C'est donc bien l'homme et ses activités qui sont à l'origine du changement climatique, et plus particulièrement du réchauffement induit par la concentration croissante des gaz à effet de serre (naturels ou industriels) dans l'atmosphère. Mais comme cela a été présenté plus haut, le gaz carbonique n’est pas le seul gaz à effet de serre : il existe d’autres gaz tout autant, voire même beaucoup plus efficaces, en termes de réchauffement. Certains même de ces gaz à effet de serre sont bien plus dangereux que le dioxyde de carbone, si l’on tient compte de leurs conséquences sur l’environnement. Cette diversité des gaz à effet de serre est à garder en mémoire : en effet, lorsque les rejets liés à l’utilisation des biocarburants sont analysés, il n’est fait mention que du gaz carbonique. Cela peut s’expliquer par le fait que l’impact des gaz à effet de serre sur le réchauffement global dépend non seulement de leur capacité à absorber les rayons infrarouges mais aussi de leur concentration atmosphérique, ce qui fait que le CO2 demeure le gaz prépondérant dont il faut réduire les émissions.

2.3. La constatation du changement climatique : quelles mesures s'imposent ?

60L'étude du climat n'est pas une science nouvelle : dès la fin du 18e siècle, les premières expérimentations scientifiques menées par de Saussure voient le jour et mettent en évidence le rôle de l'atmosphère dans l'élévation des températures à proximité de la surface terrestre. Au début du 19e siècle le concept est repris par Fourier, qui explicite alors la notion d'effet de serre. Au cours du 20e siècle, plusieurs études se succèdent qui montrent le rôle d'une augmentation de la concentration de gaz dits à « effet de serre » dans une augmentation des températures de surface.

61En 1987 est créé le Groupe Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC) : son rôle, déterminé par l'Organisation Météorologique Mondiale et le Programme des Nations Unies pour l'Environnement, est d'établir une synthèse de l'ensemble des travaux scientifiques concernant les impacts que l'homme et ses activités pourraient avoir sur le climat. Dès son premier rapport, en 1990, les conclusions énoncent qu'il existe une forte probabilité pour que les activités anthropiques modifient sensiblement le climat. Un réchauffement climatique, et donc un impact certain des sociétés industrielles, sont confirmés dans le troisième rapport du GIEC (2001), qui met explicitement en lien cette modification avec les injections massives de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. L'homme et ses activités sont donc ouvertement tenus pour responsables d'un changement significatif du climat, qui a déjà commencé et qui très probablement se poursuivra.

62Entre-temps ont été prises des mesures préventives : en effet en 1992 a lieu le Sommet de la Terre à Rio de Janeiro, où la grande majorité des pays ratifient la « Convention Climat » (Nations Unies, 1992). Celle-ci propose de « stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique ». Elle prévoit également que les pays signataires se réunissent régulièrement afin d'établir un plan d'action pour atteindre l'objectif mentionné.

  • 12 COP : Conferences of the Parties

63Entre le Sommet de la Terre de Rio de 1992 et 1994, 174 Etats ainsi que l’Union européenne (soit presque tous les pays du monde, les Etats-Unis faisant également partie des signataires) ont ratifié cette convention. Le problème est que, malgré l'objectif louable de stabiliser voire diminuer les émissions de gaz à effet de serre, aucune mesure concrète n'est proposée pour y parvenir. Des propositions en réponse à cet objectif doivent être faites et examinées au cours de nouvelles réunions, ou protocoles, qui ont lieu tous les ans depuis 1995 entre les divers pays signataires, et qui portent le nom de COP12.

64Deux groupes de pays sont apparus au cours de ces conférences : tout d'abord ceux réellement prêts à s'engager et à prendre des mesures concrètes pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Ce sont en majorité des pays développés. L'autre groupe rassemble des pays qui au contraire ne s'engagent pas pour réduire leurs taux d'émission ; il s'agit principalement de pays en développement, mais pas uniquement.

65Quant aux mesures soumises à la réflexion pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre, même si elles sont acceptées, en aucun cas elles ne sauraient être imposées aux pays membres de la convention si ceux-ci s'y opposent. C'est dans cette situation particulière que se trouvent les Etats-Unis par exemple, après le protocole de Kyoto qu'ils n'ont pas ratifié : ils se sont engagés sur le principe d'une stabilisation de la concentration de gaz à effet de serre mais refusent les propositions concrètes qui ont été faites pour y parvenir.

66Concernant les pays qui se sont engagés dans la Convention Climat et qui acceptent d'appliquer les objectifs énoncés par le protocole de Kyoto, l'imprécision est encore une fois de mise : le but de la Convention Climat est une stabilisation des concentrations de gaz à effet de serre empêchant « toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique » (Nations Unies, 1998). Le problème semble alors dans un premier temps de fixer le seuil de dangerosité, sachant d'après les études publiées que l'effet anthropique a déjà comme impact avéré une perturbation significative sur le climat, qui d'après les experts ne fait que débuter. D'autre part ces effets sont tels qu'il n'existe pas de précédent historique qui pourrait nous servir de référence pour nous aider dans la prise de décision. Un tel seuil paraît donc difficile à fixer dans ce contexte, d'autant plus que s'il en existe un, il semble déjà avoir été dépassé. Il n’existe donc pas de mesures réellement précises à mettre en œuvre, mais seulement des approximations, qui se maintiennent dans les engagements annoncés à Kyoto.

67En effet, même si une diminution globale de 5,2 % des émissions par rapport à 1990 est annoncée comme souhaitable, pour les pays qui s'y sont engagés, aucune date précise n'est mentionnée pour atteindre cet objectif, mais il s'agit en fait que cette réduction soit effective en moyenne sur plusieurs années (entre 2008 et 2012 dans ce cas) : si pendant une de ces années les émissions de gaz à effet de serre sont supérieures à celles prévues dans l'engagement, mais que l'année suivante les émissions redeviennent inférieures, ramenant la moyenne des émissions sur les années prises en compte à l'engagement contracté à Kyoto, les engagements sont alors considérés comme remplis. Pourtant les quantités rejetées de gaz à effet de serre auront, pendant quelques temps, dépassé ce qui avait été prévu.

68Il faut également tenir compte de l'inertie du système climatique et de la durée de vie extrêmement longue de certains de ces gaz à effet de serre, comme nous l'avons vu précédemment : en effet, même si nos sociétés pouvaient stopper immédiatement leurs émissions, les effets des dernières décennies se feraient encore sentir pendant quelques siècles. Or nous savons que cette mesure extrêmement draconienne est totalement irréalisable en l'état actuel des choses.

69Dans ce contexte, les biocarburants sont présentés comme pouvant apporter une réponse allant dans le sens d'une diminution des émissions de gaz à effet de serre, et peut-être alors à terme résoudre le réchauffement climatique. Du moins ainsi sont-ils présentés au grand public. Il convient donc maintenant d'examiner cette alternative aux carburants fossiles, qui jouent sans conteste un rôle dans les émissions de gaz à effet de serre.

3. Les biocarburants et le changement climatique

70Les biocarburants ont donc un rôle incontestable à jouer dans le changement climatique. En effet, si leur utilisation permet une véritable diminution des émissions de gaz carbonique, l’un des principaux gaz à effet de serre, dans ce cas-là ils pourraient apporter une aide non négligeable dans la lutte contre le réchauffement.

71Permettant une meilleure oxygénation des carburants, les biocarburants favorisent une combustion plus complète et réduisent ainsi les émissions de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, ce qui représente un avantage indéniable pour parvenir aux réductions annoncées à Kyoto, et apporter dans ce sens une solution au réchauffement climatique. Cependant, les biocarburants ne font pas encore l'unanimité parmi tous les experts, y compris ceux du changement climatique. D'autre part, la culture des végétaux à l'origine des biocarburants soulève des problèmes qui semblent ne pas les désigner comme la solution idéale de tous les maux.

3.1. Le prix environnemental des biocarburants

72En effet, ce nouvel engouement pour ce type de carburant « vert » pose certains problèmes, notamment en termes de protection des espaces naturels, puisque pour produire en plus grande quantité les matières premières nécessaires, davantage de terres sont consacrées à l'agriculture. Dans certains pays, cela conduit à empiéter sur des espaces naturels, notamment par le défrichement des forêts vierges. C'est le problème qui se pose actuellement dans certaines régions du Brésil, avec la monoculture de la canne à sucre. Un des corollaires de la déforestation réside aussi dans la réduction de la biodiversité, aussi bien végétale qu'animale. Précisons toutefois que dans le cas particulier du Brésil, il s'agit d'un choix de développement. Ainsi, en misant sur les biocarburants, le Brésil espère diminuer la pollution induite par les rejets de soufre, mais également acquérir une certaine autonomie énergétique. Cette stratégie extrêmement coûteuse n’a suscité un regain d’intérêt que récemment, avec la forte augmentation du prix du pétrole. Cependant, même s’il s’agit là d’un choix stratégique énergétique, il est indéniable qu’il s’est développé au détriment de la forêt.

73Dans d'autres régions, ce sont même des espèces qui sont menacées de disparition. C'est le cas en Malaisie, où d'après un rapport de l'association Les Amis de la Terre (Friends of the Earth et al., 2005), « 87 % de la déforestation résultent du développement des plantations de palmiers entre 1985 et 2000 », qui sont cultivés pour la production d'huile de palme, utilisée entre autres comme biocarburant. Les choses vont encore s'aggraver, puisque la Malaisie a prévu de défricher encore 6 millions d'hectares de forêts, et l'Indonésie 16,5 millions, qui seront remplacés par des palmeraies. La déforestation massive dans ce cas particulier menace même des zones protégées, comme le parc national de Tanjung Puting (Bornéo), où de très fortes pressions s'appliquent, en lien avec les convoitises de la part des planteurs de palmiers, pour convertir une partie du parc en palmeraies. Cependant, ce parc est le refuge de l'orang-outang, espèce condamnée à disparaître à l'état sauvage d'ici 2020 si aucune mesure de protection n'est imposée. Des milliers d'autres espèces sont également menacées. Les hommes également pâtissent de cet intérêt pour les zones non exploitées, puisque plusieurs milliers d'individus de populations indigènes ont déjà été expulsés de leurs terres.

74Cependant, la déforestation n’est pas toujours une conséquence du développement des biocarburants. Le cas des Etats-Unis en est un exemple. En effet, la production d’éthanol y a été développée, particulièrement à partir des cultures de maïs. Dans ce cas aucune déforestation n’a eu lieu, les cultures portant sur des espaces déjà exploités par cette activité. Tout comme en Europe, les biocarburants sont utilisés en additifs minoritaires à l’essence, à hauteur de 5 %. Cependant, outre la production de CO2 pour et par la culture intensive du maïs et l’émission lors de sa transformation en biocarburant (cf. 3.2.), il faut préciser que la culture de cette céréale est très lourde en terme de consommation d’eau, ce qui ne fait pas pencher le bilan écologique dans le sens d’un développement durable ni d’une économie des ressources en eau, qui risquent d’être fortement affectées par le changement climatique annoncé. Ce bilan écologique peu favorable a incité certains critiques à penser que le développement de la filière éthanol aux Etats-Unis s’inscrit plus dans une stratégie de subvention des agriculteurs que dans le cadre d’une politique énergétique.

75Toutefois à côté de l'éloge médiatique que suscitent chez certains les biocarburants, il faut rappeler que malgré leur nom, ces carburants n'ont rien de « bio », même s'ils sont d'origine végétale. Bien souvent, les matières premières sont issues d'une agriculture intensive, qui utilise massivement engrais et pesticides, avec les conséquences que cela entraîne sur les nappes phréatiques (épuisement, pollution…) et les sols (érosion). Nous sommes donc loin d'une énergie « propre », tout du moins lorsqu'il s'agit de sa production.

76La propreté des biocarburants doit être reconsidérée comme le fait remarquer l’environnementaliste George Monbiot (2005). La culture des matières premières uniquement a déjà des impacts qui peuvent être catastrophiques sur la nature elle-même et la biodiversité. Ils ne peuvent donc sûrement pas être qualifiés de « bénéfiques » d'un point de vue environnemental, ni même de « neutres », une fois ces conséquences prises en compte.

3.2. L'inévitable émission de gaz à effet de serre

77Mais ce qui est plus particulièrement intéressant ici réside dans l'effet des biocarburants sur le changement climatique.

78Nous avons vu précédemment qu'à l'origine de cette modification du climat, il existe une forte augmentation des concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, et plus particulièrement du dioxyde de carbone. Les biocarburants sont présentés comme une solution à la question climatique dans le sens où ils contribueraient à une diminution des concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. Cette affirmation s'appuie sur le fait qu'ils émettent moins de dioxyde de carbone que les carburants fossiles lors de leur utilisation. Ce serait là une solution idéale, mais examinons plus en détails ce qu'il en est réellement.

79Il faut revenir pour commencer sur l'émission de dioxyde de carbone lors de leur utilisation, c'est-à-dire pendant la combustion.

80D'après l'ADEME, l'utilisation de biocarburants permet déjà une réduction de 2,5 à 2,7 tonnes d'équivalent gaz carbonique par tonne utilisée d'ester issu de colza ou d'éthanol (2006) grâce à une meilleure oxygénation, et donc une meilleure combustion des carburants fossiles. Les chiffres annoncés sont réjouissants : ces carburants « verts » seraient « censés émettre moins de gaz à effet de serre et notamment de particules, de composants aromatiques et de gaz carbonique que les carburants fossiles – 60 % de CO2 en moins pour le biodiesel, 70 % pour l'éthanol » (Faujas dans Le Monde, 2006) mais ces chiffres concernent une utilisation des biocarburants à l’état pur. Cependant, il faut rappeler que les biocarburants ne sont pas utilisés purs, mais en additifs minoritaires, c'est-à-dire mélangés aux carburants fossiles en très faibles proportions. L'Union européenne avait fixé en 2003 des objectifs indicatifs de consommation : 2 % de la consommation totale de carburants en 2005, pour passer à 5,75 % en 2010 et enfin atteindre 7 % en 2015 et 10 % en 2020. Le gouvernement français a décidé en septembre 2005 d'avancer l'échéance, pour atteindre 5,75 % en 2008 et 7 % en 2010. Les taux de mélange restent donc faibles, et nous font revoir à la baisse les chiffres annoncés ci-dessus : prenons le cas de l'éthanol, le biocarburant le plus « économique » en émission de gaz carbonique. Même incorporé au taux maximum de 7 % dans un carburant fossile, la réduction de CO2 émis ne sera que de 4,9 % (Figure 11). Et il s'agit là de la plus grande économie d'émission. Cependant cela met bien en évidence les nuances qu'il faut apporter aux solutions qui sont proposées. Toutefois, toujours d'après l'ADEME (2006), ces mesures permettraient malgré tout de réduire les émissions annuelles de gaz carbonique de 5 à 7 millions de tonnes supplémentaires en 2010.

81Mais cette réduction par l'utilisation de biocarburants ne concerne que le gaz carbonique. Or nous avons vu qu'il existe d'autres gaz à effet de serre. La combustion des carburants « verts » entraîne certes moins d'émission de gaz carbonique, mais la culture des matières premières émet d'autres gaz à effet de serre, tels que le protoxyde d'azote ou le méthane. Ce dont on parle moins, c'est que les quantités émises sont supérieures à celles obtenues avec un litre d'essence issue d'énergie fossile car le rendement de ces mélanges est inférieur à celui des carburants fossiles. L’émission de ces autres gaz à effet de serre, tout aussi dangereux, voire même plus efficaces en terme de réchauffement que le dioxyde de carbone, tend à apporter des arguments pour démontrer le caractère factice d’un recours aux biocarburants.

Figure 11 : Comparaison des bilans d’émission de gaz carbonique entre biocarburants et carburants traditionnels

Figure 11 : Comparaison des bilans d’émission de gaz carbonique entre biocarburants et carburants traditionnels

Source : ADEME/DIREN

82Mais nous n'avons parlé jusqu'à présent que des émissions produites lors de la combustion. Or, ce ne sont pas seulement les gaz à effet de serre rejetés pendant cette combustion qui jouent un rôle dans le changement climatique, mais également ceux émis lors de la culture des matières premières et de leur transformation.

83En effet, pour produire les biocarburants, les tracteurs qui servent lors de la culture et de la récolte utilisent des énergies fossiles, de même que le procédé de distillation par lequel ces carburants « verts » sont obtenus. De plus, les matières premières utilisées sont issues de l'agriculture intensive : il faut donc utiliser des engrais afin d'obtenir de bons rendements. Mais la production d'engrais elle-même, et également leur utilisation, sont une source importante de gaz à effet de serre. Il semblerait donc que la production de biocarburants émette bien plus de gaz à effet de serre que leur combustion n'en permette d'économiser. Enfin, ajoutons que les processus de cuisson et distillation des matières premières pour l’obtention du biocarburant produisent elles-aussi du gaz carbonique, ajoutant encore un surplus de gaz carbonique dans la balance.

84Pourtant, selon l'IFP (2006), « […] les quantités de CO2 rejetées tout au long de la chaîne de production (engrais, opérations de découpe et de raffinage, émissions des moteurs automobiles) sont absorbées par la biomasse pour sa propre croissance par photosynthèse » (site de l’IFP, 2006).

85La production et l'utilisation de biocarburants aboutiraient donc à un bilan nul en termes de gaz carbonique. Cependant, il n'est pas tenu compte ici des autres gaz à effet de serre rejetés dans l'atmosphère lors de ces opérations. De plus, cet avis n'est pas partagé par tous, certains estimant que d'autres facteurs ne sont pas pris en compte ou négligés, aboutissant ainsi à un bilan où les émissions de gaz carbonique seraient supérieures à la consommation et que la production de biocarburants dans ces conditions consommerait plus d’énergie qu’elle ne permettrait d’en produire (Pimentel et Patzek, 2005). Cependant, il s’agit là d’une hypothèse extrêmement controversée, nombre d’articles remettant en cause le protocole de calcul ainsi que les chiffres avancés dans cette étude, notamment en termes de rendement énergétique (Farrell et al., 2006). Il existe donc encore des dissensions sur ce point. Le seul moyen qui permettrait d'être sûr que le bilan en gaz carbonique soit bien nul, voire négatif dans le meilleur des cas, serait qu'un jour toutes les activités, quelles qu'elles soient, qui entrent dans la chaîne de fabrication des biocarburants, utilisent ces derniers pour fonctionner.

86Enfin, il faut préciser, dans l'optique d'un bilan des émissions de carbone, qu'une prairie, donc non cultivée, absorbe du dioxyde de carbone. Lorsque ce même espace est cultivé, il libérera une partie du carbone stocké. De plus, la culture intensive qu'il supportera émettra son propre carbone. Donc dans ce cas le bilan de carbone sera fortement négatif, allant vers un surplus d'émission et une diminution des stockages.

3.3. Le développement des biocarburants : une solution pour résoudre le changement climatique ?

87Pourtant, certains annoncent que le développement des biocarburants permettrait une adaptation à la crise climatique, dans le sens où leur utilisation généralisée réduirait considérablement les émissions de gaz à effet de serre. Cette hypothèse reposerait sur l'utilisation unique de biocarburants, à l'exclusion de tout autre combustible d'origine fossile. Cela supposerait alors que nous ayons à disposition un parc automobile qui roulerait entièrement au carburant « vert », ayant évolué par rapport à la situation d'aujourd'hui où les biocarburants ne sont que des additifs mineurs.

88Examinons donc cette hypothèse. Pour commencer, il faudrait produire suffisamment de matières premières afin d'obtenir des biocarburants en quantités équivalentes à notre consommation d'énergie fossile. Pour cela, il faudrait, rien que sur le territoire français, défricher des zones de forêts et multiplier les surfaces agricoles. D'après l'ADEME, pour obtenir 50 millions de tonnes équivalent pétrole (TEP) de biocarburants, il faudrait mobiliser 23 à 86 % du territoire français (pour y cultiver de la betterave ou du tournesol, respectivement), ce qui est tout à fait inenvisageable à l'heure actuelle.

89D'autre part, cette culture serait de type intensif, afin d'obtenir les meilleurs rendements. Il faudrait donc utiliser massivement engrais et pesticides, avec toutes les conséquences que cela entraîne sur les sols et les nappes phréatiques, c'est-à-dire plutôt nocives pour l'environnement.

90On pourrait alors comme alternative songer à l'importation de biocarburants, qui seraient dans ce cas cultivés dans des pays où l'exploitation de grandes superficies de terres serait moins problématique qu'en France. Cependant, leur acheminement sur le territoire national serait une source supplémentaire d'émission de gaz à effet de serre. D'autre part, l'agriculture intensive pour produire des biocarburants sur des terres auparavant vierges peut mener à certains abus aux conséquences environnementales catastrophiques : rappelons la déforestation massive et la diminution de la biodiversité au Brésil ou en Malaisie, causées par le développement de la culture des matières premières aux biocarburants (cannes à sucre ou palmiers). Il faut ajouter que le défrichement dans certaines régions se fait en brûlant les forêts : les végétaux ainsi incendiés libèrent alors dans l'atmosphère tout le dioxyde de carbone qu'ils avaient stocké au cours de leur croissance. On aboutit donc par ce processus à une injection supplémentaire de gaz à effet de serre dans l'atmosphère.

91Enfin, rappelons que les voitures d'aujourd'hui ont un moteur qui supporte les biocarburants en additif minoritaire, mais qui serait dans l'incapacité de fonctionner avec de l'éthanol pur (l'éthanol étant le biocarburant au meilleur rendement énergétique ; les huiles peuvent être utilisées pures, mais elles encrassent les moteurs). Pour rouler à l'éthanol pur, il faudrait donc entièrement changer le parc automobile ; inutile de préciser dans ce cas que de très grandes quantités de gaz à effet de serre seraient rejetées dans l'atmosphère par l'industrie automobile… alors que l'objectif de départ était de les diminuer ! Le « remède » serait dans ce cas bien pire que le mal, et ne mènerait d'aucune façon vers une stabilisation des concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère.

92Cependant, il faut rappeler que plus qu’une solution au changement climatique profitant de l’effet d’annonce des médias, les biocarburants, tout comme le nucléaire, s’inscrivent dans un choix fait par le gouvernement en matière d’énergie. Ce choix est dicté par les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, en réponse aux accords passés dans le cadre des conventions internationales de lutte contre le changement climatique. Même si les biocarburants n’apportent pas une réponse absolue et définitive au changement climatique, notamment à cause d’un bilan carbone encore incertain, il ne faut pas oublier qu’ils s’inscrivent dans un plan d’ensemble de développement durable. En effet, le gouvernement lui-même annonce qu’en plus d’une diminution des émissions de gaz à effet de serre (qui nous l’avons vu reste encore discutable), le développement de la filière des biocarburants et leur utilisation permettront une valorisation des productions agricoles, offrant par là de nouvelles perspectives en matière de débouchés non alimentaires, mais également une diminution de la dépendance énergétique de la France. Les biocarburants ne sont donc pas à envisager uniquement dans le contexte d’une solution au changement climatique (d’autant plus qu’ils n’en sont pas une), mais plutôt comme un nouveau choix énergétique, qui contribue dans la mesure de ses possibilités à une réduction des émissions de gaz à effet de serre, et qui par là même tente de s’inscrire dans une thématique de développement durable.

4. Conclusion

93Il semblerait que dans le contexte actuel de crise, les biocarburants nous soient présentés, preuves scientifiques à l’appui, comme une solution à tous les maux, et particulièrement à la question du changement climatique.

94Cependant, lorsque l'on analyse le bilan en gaz carbonique après production et utilisation des biocarburants, les incertitudes demeurent quant à déterminer s'ils émettent réellement moins de dioxyde de carbone et autres gaz à effet de serre que les carburants fossiles, d’autant plus qu’ils ne sont associés aujourd'hui à ces derniers que comme additifs minoritaires. Il est possible de nuancer ce constat en argumentant du fait que le mélange en lui-même est une source d’oxygénation ; la combustion est alors de meilleure qualité et émet moins de gaz carbonique. De plus, même si lors de la combustion les émissions de gaz carbonique des carburants « verts » sont moindres, la culture et la production des biocarburants se traduisent par le rejet dans l’atmosphère d'autres gaz à effet de serre.

95Il semblerait donc que l'utilisation des biocarburants comme additifs minoritaires aux carburants fossiles ne modifierait pas significativement les taux observés de gaz à effet de serre atmosphériques.

96Même si l'on imaginait que toutes les automobiles n'utilisent plus que des biocarburants pour rouler (ce qui est inenvisageable aujourd'hui), il faudrait renouveler entièrement le parc de voitures avec des nouveaux moteurs qui supportent les carburants « verts » utilisés purs. Dans ce cas, les gaz à effet de serre émis par l'industrie automobile et la production même des biocarburants feraient perdre tout le « bénéfice » de l'usage de ces biocarburants. De plus, il faudrait alors produire ces derniers en quantités suffisantes, ce qui est impossible sur le seul territoire national. L'importation s’imposerait comme solution, mais provoquerait elle aussi des émissions de gaz à effet serre dans l'atmosphère, faisant ainsi perdre tout intérêt à l'utilisation des biocarburants, l'économie de gaz carbonique qu'ils permettent étant dépensée dans leur importation et leur production, et cela dans l'hypothèse la plus optimiste d'un bilan nul de gaz à effet de serre.

97Enfin, rappelons qu'un développement massif des cultures des matières premières des biocarburants a des impacts des plus négatifs sur l'environnement. En effet, un tel développement se ferait (et a déjà commencé à se faire) au travers non seulement de l'agriculture intensive (pollution des nappes phréatiques, assèchement, érosion des sols…), mais aussi par des déforestations d'espaces auparavant vierges, faisant peser un grave danger sur la biodiversité de la faune et de la flore.

98Il apparaît ainsi que dans aucun cas les biocarburants ne permettraient une diminution significative des gaz à effet de serre. Ils ne peuvent donc pas être présentés comme un outil de prévention du changement climatique, ce dernier affectant d'ores et déjà nos sociétés. L'autre argument souvent cité les présente également comme un moyen d'adaptation à la crise climatique. Etant donné qu'ils ne modifient pas significativement le bilan de gaz carbonique émis, les biocarburants ne peuvent pas, en l'état actuel des choses, être considérés comme tels. Peut-être les biocarburants de nouvelle génération apporteront-ils une réponse plus adéquate.

Notes

1 GIEC : Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat. http://www.ipcc.ch

2 Il s’agit de la circulation océanique liée aux différences de température et de salinité de l’eau. Une eau froide et / ou salée sera plus dense qu’une eau chaude et / ou douce ; cette différence de densité entraîne une plongée des eaux de surface vers la profondeur, participant à la circulation océanique. Cette circulation participe au transfert de chaleur des tropiques vers les hautes latitudes. Si elle venait à être perturbée, cela modifierait le transfert de chaleur auquel elle participe, entraînant une modification des températures au niveau de l’Europe du nord par exemple.

3 « Les experts face à un ’risque majeur » du 29.01.2007

4 « Le réchauffement synonyme de famines et d’inondations »4 du 30.01.2007

5 Il s’agit de la transformation de l'essence même de l'agir humain. Homo faber a pris le pas sur homo sapiens

6 Le gaz carbonique, ou dioxyde de carbone (noté CO2), est l’un des principaux gaz à effet de serre mis en cause dans le réchauffement climatique, mais cependant il ne faut pas perdre de vue que, même s’il est le plus médiatisé, il n’est pas le seul ni le plus « efficace » en terme de réchauffement.

7 Plan Climat 2004 : Face au changement climatique, agissons ensemble. Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable.

8 MIES : Mission Interministérielle de l’Effet de Serre. Elle a été créée en 1992 et est placée sous l’autorité du ministre de l’Ecologie et du Développement Durable depuis mai 2002.

9 Rapport de l’ONERC : « Un climat à la dérive : comment s’adapter ? » La documentation française 2005 107 p.

10 ONERC : Observatoire National des Effets du Réchauffement Climatique. Il a été créé en février 2001 pour collecter et diffuser les informations, études et recherches sur les risques liés au réchauffement climatique et aux phénomènes climatiques extrêmes. L’ONERC fournit également des recommandations sur les mesures de prévention et d’adaptation susceptibles de limiter les risques liés au changement climatique

11 ENSO : El Niño Southern Oscillation. Ce phénomène touche à la fois l’océan et l’atmosphère ; sa manifestation principale est un réchauffement anormal des eaux équatoriales de surface du Pacifique oriental et central, entraînant sur certaines régions de graves sécheresses, alors qu’habituellement elles sont touchées par les pluies.

12 COP : Conferences of the Parties

Table des illustrations

Titre Figure 7 : Variations de la température à la surface de la Terre au cours des 140 dernières années
Crédits Source : GIEC, 2001
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 8 : Concentrations atmosphériques globales de trois gaz à effet de serre sur 1000 ans
Crédits Source : GIEC 2001
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14957/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 9 : Variations des températures de surface simulées et moyennées annuellement et globalement
Crédits Source : GIEC 2001
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14957/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 10 : Concentration atmosphérique mondiale de différents halocarbones de 1978 à 1999
Crédits Source : GIEC 2001
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14957/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 11 : Comparaison des bilans d’émission de gaz carbonique entre biocarburants et carburants traditionnels
Crédits Source : ADEME/DIREN
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14957/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540