Version classiqueVersion mobile

Biocarburants, les temps changent !

 | 
Helga-Jane Scarwell

Partie 3. Les biocarburants : effet d'annonce ou réelle avancée ?

Introduction de la troisième partie

Helga-Jane Scarwell

Texte intégral

1Face aux fluctuations d’une ressource à la fois indispensable et géographiquement concentrée, le pétrole, la situation énergétique s’est aggravée en raison de l’explosion de la demande et de la diminution des réserves. Mais des ressources énergétiques de substitution existent, comme les énergies renouvelables, bien qu’elles soient plus coûteuses que le pétrole conventionnel. Toutefois, les perspectives offertes par les énergies renouvelables sont à l’heure actuelle modestes.

2Cependant, à cadre de référence constant, proposer les énergies renouvelables comme alternative aux énergies fossiles revient, à comparer, selon certains, « la puissance d’un vélo à celle d’une automobile ». Il semble évident que le vélo, même si l’on considère le modèle le plus efficace techniquement, restera toujours moins performant que la moins efficace des automobiles. Convient-il alors d’organiser la pénurie faute de pouvoir acquérir suffisamment de ressources ?

3Face aux risques et aux contraintes du monde de demain, des opportunités existent. A ce titre, la meilleure stratégie ne constituerait-elle pas à transformer les risques en opportunité ? Mais, comme le souligne Christian Brodhag (2005, p. 7), « l’accès aux ressources a toujours été le moteur des conflits », étant le plus souvent occulté par les mécanismes du marché.

4Ceci étant, les opportunités ne sauraient reposer exclusivement sur quelque technologie ou processus isolés : les problèmes sont liés entre eux et font systèmes. En effet, si l’augmentation du prix du pétrole et la lutte contre l’effet de serre et dans une certaine mesure, l’économie de l’agriculture subventionnée conduisent au développement des biocarburants, le développement durable ne peut se concevoir sans changement de paradigme social, économique et politique, impliquant nombre de ruptures ou de réorientations matérielles, et philosophiques, assez radicales. Autant de mutations, qui ne peuvent s’imaginer sans la redéfinition ou la recomposition d’un nouveau système de valeurs collectives, sans l’élaboration d’une éthique du développement – et peut-être pas autant de croissance, comme le voudraient certains. Cela signifie donc que sans modifications comportementales significatives au niveau de la consommation, les énergies renouvelables ne peuvent être envisagées comme des solutions de remplacement aux énergies fossiles. En revanche, si la consommation globale d’énergie était réduite d’un facteur 4, elles pourraient prendre leur place en constituant de surcroît un secteur économique porteur.

5La rationalité impose également de modifier nos comportements, plutôt que d’espérer des changements avec les lois de la biosphère.

6De même, l’émergence, puis la diffusion du concept de développement durable nécessite des actions curatives et des perspectives stratégiques qui ne peuvent plus s’en remettre aux seules lois du marché. Aussi, faut-il envisager des efforts accrus en recherche-développement, au-delà des accords volontaires par le biais des moyens de régulation (normes techniques, taxation et permis négociables), ainsi que des comportements nouveaux de la part des citoyens, plus vertueux, lesquels pourraient être récompensés par l’Etat à travers notamment l’octroi de remises d’impôts, etc.

7Un certain nombre de réponses peuvent être apportées à ces questions à travers le concept de développement durable dont l’apport méthodologique réside dans la volonté de concilier les trois piliers, voire de mettre en lumière leur interdépendance :

  • la satisfaction des besoins humains qui correspond au pilier social ;

  • la préservation et la valorisation de l’environnement, traduction du pilier écologique ;

  • le maintien de la croissance et de l’efficacité pour le pilier économique sans lequel le développement ne peut se concrétiser.

  • 1 Coordonnée par Dominique Dron, elle a été adoptée par le gouvernement français en décembre 1996 et (...)

8Le mariage entre ces trois composantes majeures s’inscrit dans une tradition humaniste dont on retrouve des prolongements dans les travaux des grandes conférences, de Stockholm en 1972, de Rio, vingt ans plus tard, et plus récemment, de Johannesburg en 2002. En France, la première Stratégie nationale de développement durable1 de 1996 s’ouvrait sur une introduction intitulée « le développement durable, un désir d’avenir ». Il y était question de répondre à la demande émanant « d’acteurs qui se rapprochent, dessinant de nouvelles alliances pour de nouvelles synergies, afin de relever le défi d’un monde en mutation profonde. L’Etat se doit de construire les moyens d’y répondre, de s’adapter à l’évolution en cours, de l’orienter dans des directions désirables, qu’il s’agisse de culture, d’organisation, d’options techniques ou financières » (Dron, 1996).

9Si depuis 1996, la conception initiale du développement durable a fait du chemin, au point que certains objectifs trouvent désormais une ouverture, voire même une application, il y a assurément un effet de mode dans l’évocation systématique du développement durable comme guide des politiques publiques. Pourtant, la réduction des transferts de risques et l’endiguement de la pauvreté constituent les nouveaux enjeux du développement durable.

10A cette fin, l’approche diachronique adoptée dans les deux premières parties était justifiée par la volonté de mettre en évidence la pluralité des réponses et des actions apportées aux enjeux soulevés par les biocarburants. Mais la troisième partie se tourne vers une approche « synchronique », selon l’expression de Serge Antoine (2005, p. 15). En effet, c’est à partir du mélange réalisé entre deux approches, diachronique et synchronique, que nous pourrons porter un regard photographique ou prospectif sur plusieurs horizons. Il s’agit de confronter la vision présente des promoteurs des biocarburants avec celle de ses prédécesseurs et à mettre en perspective les pratiques actuelles avec ce que pourraient être les besoins des générations futures. Cette ambition est légitime car les choix effectués aujourd’hui en matière de carburant, d’infrastructures de transport, de bâtiments et, plus globalement, dans le domaine énergétique détermineront nos choix de société.

11La tyrannie de l’immédiateté est un peu la rançon d’une approche trop technique du progrès. Il est difficile pour les nouvelles formes d’énergie de s’intégrer dans des systèmes à la fois complexes et bien rôdés. Aussi, les biocarburants ont beau présenter des avantages écologiques et énergétiques sur lesquels beaucoup s’accordent, ils ne se heurtent pas moins à une organisation du marché qui a été bâtie sur la base d’énergies fossiles importées et s’accommodent mal d’une source produite sur place, même si objectivement cette solution est la plus raisonnable. De même, affirmer qu’on roule pour le développement durable, c’est nettement plus convaincant lorsqu’on utilise 30 ou 100 % de biocarburants. Et c’est surtout efficace avec les flottes captives (bus, taxis, flottes d’entreprises...). Plusieurs villes européennes s’y sont d’ailleurs engagées sans réelles difficultés. Ce ne sont pas tant les mentalités, qui tendent à résister au changement, que les systèmes, qui ont été conçus de longue date pour fonctionner presque sans « contradiction », de manière quasi monolithique.

12La filière des biocarburants, protéiforme et complexe, ne répond pas encore aux différentes attentes, lesquelles manquent parfois de visibilité.

13Des travaux de recherches fondamentales, d’améliorations techniques et d’organisation du marché sont encore à réaliser. Ces besoins constituent autant d’opportunités pour mettre les critères du développement durable au cœur des transports et permettre à ses acteurs d’explorer de nouvelles activités conformes aux enjeux majeurs du développement durable.

14Chaque domaine de concrétisation du développement durable renvoie à des hiérarchies spécifiques de mise en œuvre. L’une d’entre elles, à laquelle tentent « de répondre divers dispositifs de coopération, est évidemment celle du bon emboîtement et de la cohérence des échelles de réflexion et d’action. On voit bien à quel point on est encore loin du compte dans le contexte français qui souffre de rigidité institutionnelle et qui pousse à la sectorisation et au chacun pour soi » (Garnier, 2005, p. 24). Toutefois, face à des problématiques à la fois mondiales de par leur échelle, et globales de par les sujets qu’elles abordent, le risque réside en ce que l’on ne soit pas capable de dépasser le stade du diagnostic et des bonnes intentions ou le stade d’enjeux sectoriels. Aussi, à partir du moment où les biocarburants s’inscrivent dans une politique à long terme de réduction de l’effet de serre et de l’adaptation au changement climatique, la solution qu’ils représentent doit s’accorder avec la projection vers le futur que représente le développement durable. Cependant, paradoxalement, les biocarburants sont présentés comme une solution immédiatement applicable, beaucoup plus facile à mettre en œuvre à court terme que le changement des véhicules ou des comportements de mobilité.

15Or, il ne faudrait pas que l’immédiateté de la mise en œuvre des changements de carburants fasse perdre de vue leur bénéfice global sur le long terme dans le sens d’une meilleure adaptation de l’homme à son environnement.

16Non seulement les biocarburants s’inscrivent dans le temps long du développement durable, mais les bénéfices escomptés s’inscrivent dans une vision très globale qui ne peut pas se contenter d’apprécier des effets positifs ou négatifs sur un territoire restreint.

17Un autre axe essentiel du développement durable, avec lequel les biocarburants devront compter, est la vulnérabilité des territoires – vulnérabilité à toutes sortes d’aléas – énergétiques, climatiques, économiques, sociaux, politiques, écologiques, sanitaires etc.

18Cela signifie qu’avec l’utilisation de la biomasse à des fins énergétiques, des ruptures dangereuses sont possibles, en pleine contradiction avec les problèmes qu’elle est censée traiter. C’est par exemple, tout l’équilibre de l’écosystème planétaire qui est interrogé à plus d’un titre. Il est impensable que des surfaces agricoles dédiées à des cultures énergétiques privent une partie des habitants de la planète des ressources vivrières les plus élémentaires. Les automobilistes ne peuvent bénéficier de kilomètres supplémentaires, parfois superflus, au détriment des ressources alimentaires de populations entières. De même, si les cultures énergétiques ne peuvent être produites et transformées qu’au prix d’intrants polluants et de consommations énergétiques fortes, le bilan va à l’encontre de la durabilité.

19Si le développement durable rime effectivement avec les enjeux des biocarburants, les réponses sont-elles toujours à la mesure de cette vision globale des perspectives ?

  • 2 « L’expresso », publié sur Internet le 15-02-2007

20Si le développement durable constitue effectivement un objectif à atteindre, n’est-il pas souvent utilisé comme alibi pour ne rien changer ? David Fanelli souligne2 que « pour de nombreuses entreprises, l’écologie dépasse le simple choix éthique. Derrière leurs bonnes intentions se cache une habile stratégie marketing et financière ». Cependant, il est vrai que le prix élevé du baril de pétrole incite les entreprises à investir dans de nouvelles technologies pour réaliser ensuite des économies d’énergie.

21Tout l’enjeu du développement durable se situe dans les possibilités actuelles d’investissements pour pouvoir bénéficier d’un retour sur le moyen ou le long terme. C’est en ce sens que l’on peut craindre que seuls les nantis puissent avoir les moyens de s’adapter au changement climatique. C’est vrai pour les entreprises, mais cela l’est aussi pour les particuliers dans le secteur de l’habitat et pourquoi pas, dans le domaine des transports, lorsque les véhicules hybrides s’imposeront, mais à un prix plus élevé.

22Pourtant, quand on en a les moyens, la décision d’investir dans les économies de carburant et dans les énergies alternatives est une solution rentable. Ce tournant, les entreprises les plus clairvoyantes l’ont pris, bien avant que les craintes engendrées par les gaz à effet de serre ne se répandent partout dans le monde. Dupont, le géant mondial de la chimie, est l’une d’entre elles. En treize ans, l’entreprise a réduit de 72 % ses émissions de CO2, économisant ainsi plus de 2 milliards de dollars (1,5 milliard d’euros).

23Le développement durable, comme pour les économies d’énergie, peut faire le lit des biocarburants, même si ceux-ci ne répondent pas à tous les critères de durabilité. C’est dans la perspective de cette possible ambivalence qu’il convient d’être particulièrement vigilant sur les bilans à effectuer pour évaluer la pertinence de ces techniques alternatives.

24Sans tomber dans le piège de l’alarmisme qui tend parfois à montrer que certains phénomènes apparaissent immenses, terrifiants au point d’échapper à tout contrôle humain (Chap. 1), le registre de réponses, y compris domestiques, montre qu’il n’y a pas de solution miraculeuse, mais que tout le monde doit s’investir. Aussi, peut-on confier aux seules technologies (Chap. 2) la solution de tous nos problèmes ? La « rédemption » semble se fier aux réussites du passé pour envisager un avenir technologique radieux, pourtant le défi écologique n’implique-t-il pas de reconsidérer nos modes de vie actuels ? En effet, le fait de vivre « dans une maison individuelle, de posséder une voire deux voitures, l’habitude de faire ses courses en grande surface loin du centre-ville, d’acheter des produits courants provenant de l’autre côté de la planète, de prendre l’avion sans retenue et de voyager sans cesse multiplie nuisances et pollutions. Au bilan, la croissance du volume d’activités polluantes et dévoreuses d’écosystèmes et d’énergie fait bien plus qu’annuler les bénéfices que les avancées technologiques apportent à une minorité de plus en plus minoritaire » (Revue durable, 2007 et OCDE, 2001 ; OFS, 2003 ; AEE, 2005 ; GFN, 2006 ; Känzig et Jolliet, 2006).

25Enfin, un axe devrait être considéré à un moment où la décentralisation est passée dans les mœurs qui concerne notamment les lieux de régulation dont l’Etat assurait la prise en charge aux différents niveaux, mais également le renforcement de la présence et/ou de la participation de la société civile citoyenne au titre de l’expertise.

26Comment concevoir le développement durable sans une approche réellement globale et prospective ?

27Le développement durable constituerait-il un levier suffisamment puissant pour enclencher des actions et des incitations favorisant la reconversion écologique de la société ? Dans cette perspective, comment gérer les nouvelles contraintes ? Comment répartir les coûts de la transition entre les générations actuelles et futures, entre les différentes catégories d’acteurs ? De même, ne sommes-nous pas tous acteurs du changement ? Enfin, peut-on encore se maintenir dans une organisation dispendieuse ? Comment négocier la transition, alors que l’économie dépend très fortement du pétrole ?

28Aussi, si les collectivités territoriales ont vu leurs compétences renforcées ces dernières années et disposent des moyens et de la possibilité d’utiliser des technologies performantes sur le plan environnemental, « lorsque ces nouvelles installations se traduisent par une économie d’énergie et une réduction de la pollution atmosphérique » (art. L. 2224-32 du CGCT), leurs interventions ne débouchent pas toujours sur des solutions « durables », si elles ne programment pas, en parallèle, une utilisation raisonnée de leurs ressources naturelles et de leur territoire. De même, le développement durable passe par la recherche d’une plus grande résilience des citoyens, condition première d’une meilleure capacité d’adaptation et de résistance aux crises à venir.

29En ce sens, l’objectif d’une politique énergétique durable interroge à la fois le champ de la répartition traditionnelle des compétences et le modèle de développement économique actuel. Il s’agit de gérer des ressources qui constituent des biens communs en alliant la responsabilité et la solidarité. Peut-on alors s’en remettre au marché pur ou au pouvoir réglementaire pour apporter des solutions ? Dans un système complexe et incertain, pour lequel les différents enjeux sont liés, aucun des acteurs ne dispose de toute l’information et de toute l’autorité pour mener à bien une stratégie d’ensemble inscrite dans le long terme.

30Cette stratégie, selon Christian Brodhag (Brodhag et al. 2004), ne pourrait émerger que d’une coopération entre les institutions et les différentes parties intéressées, dans laquelle chacune exerce pleinement ses responsabilités et ses compétences.

31Par la responsabilité assumée à travers la finesse des solutions proposées et des solidarités qu’elle suppose, la gouvernance apparaît alors comme une voie privilégiée pour repenser rapidement notre modèle de société et, plus modestement, pour rouler durable.

Notes

1 Coordonnée par Dominique Dron, elle a été adoptée par le gouvernement français en décembre 1996 et présentée conformément aux engagements de Rio (1992) à la commission des Nations Unies pour le développement durable en avril 1997

2 « L’expresso », publié sur Internet le 15-02-2007

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search