Version classiqueVersion mobile

Biocarburants, les temps changent !

 | 
Helga-Jane Scarwell

Partie 2. A l'assaut des « marchés » du catastrophisme ou la rhétorique de la légitimation : quelle gestion des opportunités et des menaces ?

Conclusion de la deuxième partie

Helga-Jane Scarwell

Texte intégral

1Contraintes environnementales, volonté politique favorisant l'émergence de ressources énergétiques alternatives, excédents agricoles, autant de facteurs qui expliquent, entre autres, le retour sur le devant de la scène des biocarburants, lesquels ressemblent à une réponse technique formalisée au gré des opportunités. En effet, tant que les perspectives pétrolières se font pressantes et tant que l’impératif de protection de l’atmosphère s’impose à l’humanité, développer les biocarburants, c’est saisir une chance extraordinaire : produire de l’énergie renouvelable et infiniment moins polluante, à partir des productions végétales. Mais, il convient de rester prudent, car la bonne stratégie n’est peut-être pas non plus de transférer une partie des productions alimentaires vers les productions énergétiques, d’autant plus que la mise en culture de la totalité de la SAU française (Surface Agricole Utile) serait nécessaire pour remplacer les seuls carburants utilisés par les transports.

2L’agriculture du vingtième siècle a visé à sécuriser cette production et à éloigner les risques de famine. Au sortir de la deuxième guerre mondiale, ce fut le défit à relever et il l’a été. Mais ce défi fut relevé au prix du remembrement de parcelles, de l’utilisation de moyens mécaniques et chimiques, d’intensification qui ont entraîné les excès que l’on constate aujourd’hui.

3Les voies de développement agricoles qui ont été suivies ces dernières décennies arrivent à leur terme, c’est pourquoi la Commission européenne autorise depuis 2002 les agriculteurs à cultiver sur leurs jachères, à usage privé, de quoi se chauffer ou produire de l’énergie. La production locale d'énergie représente en effet une alternative significative pour une partie de la production agricole. Aussi, les agriculteurs, déstabilisés par les réactions de la société à leur égard et par les transformations de la politique agricole, envisagent-ils les bioénergies comme « un nouvel eldorado ». A moins qu’il ne s’agisse que d’une utopie ?

4De même, la fin de l’ère du pétrole bon marché se rapproche. Quelles que soient les analyses des paramètres en jeu, tout conduit à penser que la hausse du cours des hydrocarbures aura des conséquences importantes. Aussi, il arrivera un moment où il sera moins coûteux d’utiliser la biomasse pour faire du biocarburant. Peut-être dépasserons-nous le marché de « niche » actuel au profit d’une production par millions. Même s’il est très difficile de connaître le coût de production de l’éthanol avec les techniques utilisées aujourd’hui. « Lorsqu’il s’agit de montrer que c’est un produit d’avenir, il est réputé coûter fort peu ; lorsqu’il s’agit de calculer une aide publique, il apparaît fort coûteux » (Prévot, 2007, p. 102).

5La coïncidence de trois situations inédites : déclin de la production de pétrole, excès structurel de la demande mondiale de pétrole par rapport à l’offre, et situation géopolitique fragilisée, laisse apercevoir une période non seulement « d’inflation et de récession mais aussi de chaos social et de conflits internationaux » (Cochet, 2005, p. 10). A cela s’ajoute la désaffection des énergies fossiles imposée par le changement climatique. Si les chocs pétroliers de 1973 et de 1979 étaient éphémères, le triple choc de demain devrait être durable. La question de savoir si nous aurons le temps de changer nos modes de production et de consommation est essentielle. Tout comme celle portant sur le recours à des technologies moins intensives en pétrole. Certains évoquent un retour vers les physiocrates pour lesquels la terre et l’agriculture constituaient les bases de toute richesse. Mais de quelle agriculture s’agira-t-il ?

6Le passage d’une culture agricole à une culture industrielle trouve une illustration par le recours à l’avalanche de chiffres et de volumes évoquée dès que l’on parle de biocarburants. Avec des unités industrielles de production d’éthanol ou de biodiesel dont le tonnage s’élève à plusieurs centaines de milliers de tonnes - 200.000 tonnes, 500.000 tonnes… on est loin des volumes habituels lorsqu’il s’agit d’exploitations agricoles ou même des petites et moyennes entreprises de l’agroalimentaire. En revanche, lorsqu’il est question des rendements en biocarburant par hectare cultivé, il est plus aisé de reprendre pied.

7Pour le non alimentaire, l’agriculture fait moins terroir que pour l’alimentaire ! Plus encore, ce passage d’une culture agricole à la culture industrielle s’illustre par la rencontre qui s’est réalisée sur les biocarburants entre le secteur de l’agriculture et celui de l’industrie chimique au cours de ces vingt dernières années. Or dans cette démarche, le rôle particulier de l’Etat n’a-t-il pas été celui de « facilitateur » de ces évolutions technologiques et de ces investissements économiques ? Car, bien évidemment, les usines de production d’éthanol ou de biodiesel ne sont possibles que dans la mesure où des décisions de défiscalisation sont prises. D’où les plans « Raffarin », « Villepin I » puis « Villepin II » qui sont mentionnés dans la partie 2 de cet ouvrage. Mais quel est le rôle exact de l’Etat ? Etat facilitateur ou frein des initiatives ? En effet, les volumes encadrés par l’Etat sont inférieurs à ce que les réponses à l’appel d’offre du gouvernement auraient permis de produire.

8Comme le souligne Olivier Godart, nous vivons dans un univers de controverses scientifiques ou sociétales.

9Celles-ci ont surgi notamment à propos des biocarburants de première génération, lesquels font actuellement l’objet d’une attention particulière de l’Etat à travers le financement d’usines de transformation et d’une fiscalité avantageuse. Or, certains affirment que seuls les biocarburants de seconde génération rendront la filière plus rentable d’un point de vue économique. Est-ce un investissement à perte ou un retard déjà accusé sur les perspectives de développement des biocarburants ?

10Et l’agriculture dans tout cela ? S’agit-il vraiment d’un problème énergétique ou bien les mesures actuelles ne sont-elles prises que pour sauver la Politique Agricole Commune ? L’instauration de la jachère, au cours des années 80, a suscité l’idée que ces surfaces réputées « inutiles » pour la production alimentaire pouvaient être valorisées à d’autres fins, afin de lever une contrainte qui apparaissait scandaleuse à une profession qui s’était construite et organisée dans une logique de service à rendre à la société - d’où la notion de « jachère énergie ».

11Mais aujourd’hui, les enjeux et les nécessités des économies d’énergie semblent rejoindre ceux de l’agriculture. A ce titre, il conviendrait de développer l'utilisation de la biomasse dans tous les secteurs énergétiques et ne pas opposer les débouchés entre eux compte tenu des objectifs très ambitieux de l'UE notamment en matière de réduction des GES (Kyoto) et de l’augmentation souhaitée des énergies renouvelables (livre blanc 1997, livre vert).

12Des controverses existent également autour de la logique industrielle. En effet, en s’investissant dans une logique industrielle, l’agriculture a-t-elle conscience que cette dimension pourrait devenir dominante, au sens où la recherche de la matière première à moindre coût prédominerait par rapport aux besoins d’une agriculture locale portée par des groupes coopératifs liés au territoire tout autant qu’au marché ? Pour aller dans ce sens, remarquons que les sites des usines de trituration sont choisis plus en raison des facilités d’importations portuaires que par la proximité des bassins d’approvisionnement agricole en colza ou en tournesol : « nous sommes passés de l’usine au bout du champ à l’usine à côté de la raffinerie » affirme le PDG du Groupe agricole « Terreos », Georges Alard.

13Enfin, la question des biocarburants interfère-t-elle dans le débat sur l’avenir de l’agriculture ? Faudra-t-il choisir : « Rouler ou Manger » ? Dans un contexte où les agriculteurs s’interrogent sur leur place dans la société, dans l’état d’esprit qui est aujourd’hui le leur, marqué par le désarroi, par les incertitudes de la politique agricole, la question des biocarburants n’agit-elle pas comme un cataplasme ou comme le symbole d’une possibilité d’avenir meilleur pour les agriculteurs... S’agit-il d’un rêve, d’une utopie ou d’un nouvel eldorado ? Un eldorado ? Peut-être pas, d’autant que l’on perçoit à l’horizon l’arrivée de biocarburants de synthèse qui pourraient être la troisième génération ! Quelles que soient les questions non résolues et la complexité des problèmes évoqués, la production de biocarburants demeure une opportunité à saisir pour les agriculteurs.

14Pourtant, si les biocarburants constituent une alternative partielle au pétrole immédiatement disponible sans modification des moteurs, le développement durable devrait se concrétiser sous la forme de nouvelles pratiques qui dépendent de l'engagement et de la mise en œuvre quotidienne de chacun. Aussi, si le secteur des transports représente la part la plus importante de la consommation de pétrole et le secteur où la dépendance au pétrole est la plus grande, suffira-t-il de modifier le carburant ou d’émettre de nouvelles normes pour les carburants qui limiteront le rôle de ces derniers dans la pollution atmosphérique et le changement climatique ?

15Certes, ces changements montrent que la société est résolue à s’engager dans une véritable lutte contre le changement climatique et la pollution atmosphérique, mais les normes européennes proposées auront-elles pour effet de modifier la mobilité et les comportements ? A tout le moins, ces normes devraient rendre les carburants « plus propres », et permettre également l’apparition de véhicules et d’équipements moins polluants. A ce titre, les biocarburants apporteraient une solution pour un avenir énergétique propre.

16La vocation des biocarburants est d’abord d’introduire un élément de souplesse dans l’approvisionnement énergétique. Cela sera abordé dans la troisième partie.

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search