Version classiqueVersion mobile

Biocarburants, les temps changent !

 | 
Helga-Jane Scarwell

Partie 2. A l'assaut des « marchés » du catastrophisme ou la rhétorique de la légitimation : quelle gestion des opportunités et des menaces ?

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

1Observée avec du recul, l'évolution du monde énergétique impose une évidence : toute vision de l'avenir conçue comme un prolongement de la réalité est régulièrement démentie. Depuis le début des années 70, on a vu prédominer d'abord la conviction d'une abondance durable du pétrole bon marché, s'accréditer les prédictions de pénurie, puis revenir l'idée d'abondance, même si elle fut vite démentie par le « second choc pétrolier » qui restaura la conviction de prix durablement élevés, balayée elle-même par les baisses conjuguées du dollar et du prix du pétrole. Les évolutions amples et imprévues créent de sérieuses difficultés aux décideurs énergétiques. Dans un tel contexte, quelle est donc la place des énergies renouvelables (chap. 1) ?

2La question énergétique a été posée bien avant que ne s’impose l’urgence du changement climatique. Elle a d’abord été posée en termes d’indépendance énergétique, puis en termes d’adaptation des carburants aux exigences environnementales.

3La hausse des hydrocarbures représente la meilleure des incitations pour économiser l’énergie, car elle apprend aux consommateurs, « touchés là où cela fait mal », à se montrer plus soucieux d’une exploitation prudente des ressources naturelles (Jancovici, 2006). Elle met en évidence la limitation des ressources et les limites de capacité d’absorption des pollutions par l’environnement (Radanne, 2005). Cette prise de conscience constitue un tournant qui s’est cristallisé dès la publication du rapport alarmiste du Club de Rome en 1972. En effet, la Conférence de Stockholm de la même année reconnaît pour la première fois la nécessité de mettre en œuvre, au niveau des Etats, des politiques de protection de l’environnement. A la même époque, le Commissaire européen à l’agriculture, Sicco Mansholt alerte les États membres des risques de dérapage de la PAC : le soutien illimité des productions ne peut être poursuivi sous peine de saturation des marchés et de coûts exorbitants. Il est donc urgent, pour limiter la production, d’éliminer beaucoup de petites exploitations. Cet avertissement se traduit en 1972 par le Plan Mansholt qui ouvre au niveau européen une politique structurelle (actions sur les structures d’exploitation financées par le FEOGA) et la recherche de débouchés agricoles vers les productions non alimentaires. A ce titre, l’énergie constitue un nouveau marché pour l’agriculture en quête de futur.

4Mais l'énergie est un secteur stratégique auquel sont liés des enjeux colossaux, ce qui explique les rapports de force entre les principaux acteurs de la scène énergétique. Celle-ci se caractérise comme un espace d'affrontement où chacun tente de défendre sa position.

5En dépit du coût de l’énergie et de sa rareté à terme, le désengagement vis-à-vis du pétrole ne peut se faire rapidement. A un horizon de 30 ans, il n’existe aucun substitut aux carburants fossiles pour le transport sur route de longue distance, ainsi que pour le transport aérien. Il est donc impératif de préserver les ressources fossiles pour les utilisations où elles sont irremplaçables, et donc de restreindre le recours au carbone dans les secteurs pertinents.

6En outre, la crainte d’une inexorable régression économique est alimentée par l’idée, alors dominante, que tout point de croissance de l’économie nécessite une croissance parallèle de 1 % par an de la consommation d’énergie. Dès lors, tout recul de la consommation d’énergie est considéré comme le signal d’un début de décadence industrielle et économique.

  • 1 Voir Frisch Jean-Romain, « Abondance énergétique, mythe ou réalité ? ». XIII° Congrès de la Confére (...)

7Alors que l'économie énergétique est de plus en plus internationale et concurrentielle, le remplacement des combustibles traditionnels par les énergies nouvelles relève de la prospective. D'autant que les crises pétrolières, qui ont joué un rôle important dans la prise de conscience de l'existence de ces énergies, se sont poursuivies par un retour à une certaine abondance conduisant à un relâchement des efforts entrepris1.

8Parmi ces énergies, les biocarburants tentent de s'accaparer un marché que l'internationalisation des problèmes d'environnement (chap. 2) rend vraisemblable. Les conséquences écologiques des différentes filières énergétiques influenceront sensiblement les choix pour les prochaines années. Néanmoins, le développement des biocarburants est subordonné à leur rentabilité économique et à la « plus ou moins » bonne volonté des pétroliers qui, par ailleurs, tentent de faire face à la crise du raffinage. Enfin, la question des biocarburants s’insère dans la construction d’un ensemble de réponses techniques à une question environnementale représentée par la pollution atmosphérique urbaine (chap. 3).

9Après les quelques interrogations posées par la crise pétrolière, la question des biocarburants s’intègre dans le faisceau des solutions possibles pour développer une voiture propre compte tenu de la stigmatisation de l’automobile comme vecteur de la mauvaise qualité de l’air en ville.

Notes

1 Voir Frisch Jean-Romain, « Abondance énergétique, mythe ou réalité ? ». XIII° Congrès de la Conférence mondiale de l'Energie, Commission de Préservation, Cannes, octobre 1986. Ed. Technip, p. 103

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search