Version classiqueVersion mobile

Biocarburants, les temps changent !

 | 
Helga-Jane Scarwell

Partie 1. Les biocarburants : une solution d'avenir ?

Conclusion de la première partie

Helga-Jane Scarwell

Texte intégral

  • 1 C. Imbert édito du Point du 12 octobre 2006-10-20

1A travers les biocarburants s’esquissent les enjeux de la société future. L’histoire ne peut pas se limiter à un éternel recommencement qui permettait, à la fin du cycle énergétique du pétrole, de revenir à la biomasse. Il semble, au contraire que le temps s’accélère. D’ailleurs, les biocarburants qui veulent contracter le temps géologique pour produire directement un équivalent du pétrole en sont la preuve. Selon C. Imbert1 : « deux formidables accélérations inspirent une conscience nouvelle : celle d’abord de la démographie d’une planète qui, passant en 40 ans de 3.1 à 6.5 milliards d’habitants aura doublé sa population. Puis celle, non moins vertigineuse, des périls de l’écosystème et d’abord du réchauffement climatique avec les désordres actuels et prospectifs qu’il inspire. Ces avertissements de la science sont devenus à l’ère des télés et du net des vérités populaires. Elles bousculent une représentation ancienne de l’avenir ; celui d’un horizon aux progrès illimités propices au « toujours plus ». On glisse désormais d’une confiance indiscutée dans les conquêtes incessantes d’un monde infini au constat morose que la Nature d’un monde fini n’est pas corvéable à merci. Souvent, on bascule alors d’un extrême à l’autre. De l’outrecuidance technicienne pour l’amélioration continue de la condition humaine aux paniques de type millénaristes et au délire de précaution. Toujours est-il qu’aujourd’hui les espaces infinis effraient moins que le confinement et la surchauffe d’un monde fini. L’avenir n’est plus, chez nous, ce qu’il était… ».

2Les enjeux actuels se situent en rupture par rapport aux enseignements de l’histoire des biocarburants.

3L’avenir des biocarburants ne s’exprime plus au travers d’une dépendance de l’agriculture comme la concurrence entre l’éthanol et l’alcool a pu le montrer et comme le montre l’ensemble de l’étude diachronique des biocarburants. Les chocs pétroliers des années soixante-treize et soixante-dix-neuf ont relancé l’intérêt des biocarburants, mais sans changer véritablement les paramètres du contexte mondial : les prix ont augmenté, permettant ainsi la découverte de nouveaux gisements et la consommation n’a pas fléchi durablement. Le Brésil, producteur mondial de sucre de canne a lancé son plan « Proalcool », alors que les Etats-Unis, producteur mondial de maïs, se sont investis dans un nouveau plan au nom de « gasohol » pour Gasoline et alcohol (mélange à 10 % d’éthanol à partir de maïs dans l’essence).

  • 2 Association pour le développement des carburants par la fermentation La plate-forme de Soustons, c (...)

4Le programme national français de recherche et développement sur les biocarburants (plan « Carburol », puis le plan « Hervé ») donnera lieu à la construction d’unités de démonstration, notamment avec les plateformes d’ASCAF de Soustons2 dans les Landes ou la plateforme d’ASCAB de Clamecy dans la Nièvre.

5L’examen de ces différents plans permet d’ouvrir à nouveau le débat à travers la prise de conscience environnementale d’un monde fini. La production d’éthanol peut-elle se développer au détriment de la forêt amazonienne, la culture du maïs américain peut-elle encourager l’augmentation de la mobilité au détriment des besoins alimentaires les plus élémentaires ? Quelle est la valeur d’une solution qui transférerait les problèmes d’un domaine à l’autre ? La CGB le reconnaît elle-même : « l’objectif est de maintenir la capacité à produire. Le nouveau règlement sucre va diminuer le prix des betteraves à hauteur de 40 % et compenser cette baisse de revenus avec des aides directes à 60 %. Une alternative à la croissante diminution du volume des activités agricoles » (cité par Benabadji, 2006, p. 40).

6On comprend mieux pourquoi les biocarburants sont présentés comme une alternative énergétique au pétrole. Mais le sont-ils réellement ?

7A l’instar de Jean-Claude Sourie, chercheur à l’INRA, ne devrait-on pas souligner que « la politique agricole et la politique énergétique ne sont pas toujours cohérentes » ? Les principales raisons des biocarburants sont-elles d’ordre économique ou environnemental ? L'avenir de ces filières se trouve de plus en plus lié à leur contribution à la réduction de ces émissions dont l'influence sur le réchauffement climatique est reconnue par l'ensemble de la communauté scientifique. Autrement dit, énergie propre ou pétrole vert ?

8C’est pourquoi dans une seconde partie nous souhaitons montrer comment les biocarburants, supposés être à la croisée de quatre crises (énergétique, agricole, environnementale et climatique) peuvent apporter des solutions aux enjeux soulevés.

Notes

1 C. Imbert édito du Point du 12 octobre 2006-10-20

2 Association pour le développement des carburants par la fermentation La plate-forme de Soustons, créée par la GIE ASCAF en 1985, possède des équipements (Machine Stake-Technip, fermenteurs de 50 m3.) permettant le développement de projets très variés de biotechnologie.

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search