Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Biocarburants, les temps changent !

 | 
Helga-Jane Scarwell

Partie 1. Les biocarburants : une solution d'avenir ?

Introduction de la première partie

Texte intégral

1L'utilisation de produits agricoles comme carburant n'est pas une innovation récente puisque, dans l'entre-deux guerres, la France avait déjà connu à cette fin une importante consommation de bioéthanol.

2L'histoire du carburant agricole commence avec le statut de l'alcool dont l'objectif était d'empêcher le déclenchement de rivalités entre viticulteurs et betteraviers qui entretenaient des rapports conflictuels. L'objectif d'alors, qui consistait à réduire les excédents d’alcool et à répartir les débouchés entre producteurs d’alcool, puis à compenser les prix du sucre et donc à limiter le déséquilibre de la balance commerciale, est toujours d'actualité, mais il est aujourd'hui devancé par une autre préoccupation d’ordre environnemental.

3L’agriculture a autrefois suscité l'attention des responsables politiques, certains problèmes tels que ceux liés à la vigne et plus généralement à l'alcool occupaient une place prépondérante, ce qui s’est traduit par le développement d'un imposant arsenal législatif et réglementaire tendant à protéger les productions nationales, à limiter les importations de produits agricoles étrangers et à favoriser les exportations.

4L'étude du régime économique de l'alcool contribue à retracer les différentes étapes qui sont à l'origine de la récurrence de la filière, en décrivant le contexte général de la politique agricole de la III° République sur les plans politique et économique.

5Pour bien comprendre les enjeux actuels de la filière éthanol-carburant, il est nécessaire de définir avec précision les termes du débat (chap. 1), puis d’en situer les origines et de décrire le contexte dans lequel il se situe (chap. 2). Quelle est en effet l'actualité d'un débat dont les fondements remontent au début du siècle précédent ? Désormais, c’est en effet d'abord leur contribution à la réduction des émissions de gaz à effet de serre qui est mise en avant, alors que les engagements pris dans le cadre de la convention de Kyoto supposent que des mesures efficaces soient prises afin de réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre avant 2050.

6Mais il conviendrait de ne pas oublier que développer les énergies renouvelables implique également que ces nouvelles énergies soient utilisées efficacement. Le premier objectif de la politique énergétique est donc bien une utilisation rationnelle des énergies à disposition, par la recherche et l’exploitation de tous les potentiels d’économie et de réduction des consommations. Aussi leur fabrication ne signifie-t-elle pas qu’il faille consacrer davantage de terres à l’agriculture, ce qui pourrait entraîner d’autres déséquilibres et notamment une concurrence des usages et des défrichements massifs d’espaces boisés. Ne conviendrait-il pas mieux de maîtriser les consommations d'énergies afin de détendre la situation ? Une bonne réduction des consommations nécessite de s'appliquer en priorité à ceux qui consomment le plus. De fait, l’énergie la plus écologique demeurera toujours celle que l’on ne consomme pas !

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540