Version classiqueVersion mobile

Histoire des sans-travail et des précaires du Nord

 | 
Marc Leleux

Deuxième partie. La domestication du désespoir (1945-2002)

Chapitre 4. Mutations et inquiétudes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les trente années qui suivent la Libération ont souvent été, à la suite de l’économiste Jean Fourastié, envisagées par les observateurs comme une période de croissance sans précédent, caractérisée par le plein emploi. Il est incontestable en effet que l’essor productif des « Trente glorieuses » a eu les répercussions les plus heureuses sur la situation des salariés. Les fruits de la croissance, bien qu’inégalement, sont partagés, et la société française s’oriente vers un mieux-être général. Le pouvoir d’achat de chacun croît donc, mais selon un rythme et dans des proportions tout à fait différents selon les catégories sociales. Entre 1956 et 1964, la hausse réelle des salaires est ainsi de 39,5 % pour les cadres, 32 % pour les employés, 25 % pour les ouvriers qualifiés et seulement de 3,8 % pour les smigards.1 De fait, et malgré les transferts sociaux opérés par l’État, les écarts de revenus se creusent et alimentent les frustrations. Aussi, alors qu’émerge une ère de consommation d...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search