Version classiqueVersion mobile

Histoire des sans-travail et des précaires du Nord

 | 
Marc Leleux

Première partie. Le chômage dans l’Ère des catastrophes (1920-1944)

Chapitre 2. Un mouvement en marche

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À partir de la fin de l’année 1934 et durant les premiers mois de 1935, l’agrégée de philosophie Simone Weil, s’immerge dans la condition ouvrière. Après avoir été confrontée à l’humiliation et à la souffrance de l’usine, elle connaît une période de chômage au terme de laquelle elle dresse un constat significatif de l’extrême détresse des sans-travail : « La faim devient un sentiment permanent. Est-ce plus ou moins pénible que de travailler et de manger ? Question non résolue… Si, plus pénible somme toute. »1 C’est cette conclusion qu’il nous faut garder constamment à l’esprit pour bien comprendre en quoi se justifie la mobilisation des sans-travail de l’entre-deux-guerres. Leur condition de vie est misérable et dégradante, comme nous le rappellent les œuvres du peintre Marcel Gromaire2, originaire de Noyelle-sur-Sambre et, face à l’inefficacité des remèdes publics, la contestation s’organise.

Ainsi, il semble qu’émerge « un type nouveau de travailleur, le chômeur, plus agressif, agi...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search