Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les méthodes de recherche en didactiques

 | 
Marie-Jeanne Perrin-Glorian
, 
Yves Reuter

Les méthodes de recherches en didactique(s)

Marie-Jeanne Perrin-Glorian et Yves Reuter

Texte intégral

  • 1 Le comité scientifique de cette journée d’étude était composé de membres de DIDIREM (M. Blanchard, (...)

1Ce volume présente une sélection des contributions, profondément remaniées en fonction des échanges entre chercheurs, du premier séminaire international consacré aux méthodes de recherche en didactique(s), organisé par les équipes DIDIREM, THEODILE, et l’IUFM du Nord – Pas-de-Calais 1, qui s’est tenu le 10 juin 2005 dans les locaux de cette institution1.

2Cette manifestation a répondu à un véritable besoin si l’on considère son empan : plus de cent chercheurs de treize pays différents ; des intervenants issus de treize lieux institutionnels (IUFM et Universités) ; des communications portant sur l’école (de la maternelle à l’université) ou sur d’autres lieux institutionnels et renvoyant à sept domaines disciplinaires au moins… Ce succès s’explique sans doute par la nécessité, pour toute discipline, de réfléchir à ses fonctionnements et à ses spécificités ainsi que de confronter ses pratiques pour mieux les comprendre et se donner les moyens de les améliorer. Il s’explique encore par un autre impératif : celui des échanges entre didacticiens de disciplines différentes, échanges encore bien trop rares mais appelés par le développement de la didactique comparée.

3L’ouvrage, qui en est issu, s’ouvre sur la communication inaugurale d’Yves Reuter qui présente les fondements et les justifications de ce questionnement méthodologique, un état des lieux le concernant ainsi qu’un ensemble de pistes de travail possibles. Puis il s’organise autour de trois parties renvoyant aux ateliers mis en place.

4Quatre textes sont issus du premier atelier, animé par Guy Legrand et Eric Roditi, consacré aux comparaisons entre domaines (les interactions parents-bébé au sein d’une association pré-scolaire et entre moniteur et jeunes handicapés dans une activité para-scolaire pour M. Loquet, S. Roessle, E. Roncin) ou entre disciplines (l’élaboration d’une consigne d’écriture permettant de comparer les productions en français et en mathématiques pour N. Constant-Berthe) et aux croisements entre méthodes de recueil et de traitement des données pour analyser l’action des enseignants chez A. Crindal ; croisement entre méthodes d’observation en classe et hors classe pour analyser l’articulation entre enseignement et apprentissages chez A. Flückiger.

5Les sept textes suivants se rattachent au second atelier, animé par Maha Blanchard et Cora Cohen-Azria, consacré aux indicateurs : à leur sélection et à leur(s) signification(s). Dans cette perspective, quatre domaines d’application ont été privilégiés : les interactions communicationnelles entre professeurs et élèves (J. Rogalski ; M. Paries) ; les productions écrites (au lycée : D. Cariou, et à l’université : T. Donahue) ; l’analyse proxémique d’interactions didactiques non-verbales (D. Forest) et les interactions verbales et gestuelles dans le cadre de l’entraînement sportif (Y. Léziart et M. Le Paven).

6Quant au troisième atelier, animé par Corine Castela et Dominique Lahanier-Reuter, il était centré sur le retraitement des données, notamment au travers de la temporalité via le synopsis comme outil pour analyser les objets « effectivement enseignés » en français, en l’occurrence texte d’opinion et subordonnée relative (J. Dolz, C. Ronveaux et B. Schneuwly) et le déroulement de séances de classe, en mathématiques, au collège et au lycée (A. Robert).

7Le redoutable honneur de clore cet ensemble de travaux revient à Marie-Jeanne Perrin-Glorian qui, en s’appuyant sur les comptes rendus des animateurs des ateliers, porte l’accent dans sa conclusion sur l’intérêt d’un tel séminaire, les questions qui ont émergé et aussi sur les difficultés rencontrées dans sa réalisation. Elle lance quelques pistes pour réfléchir à ce que pourrait être la prochaine édition.

8Il convient en effet de rappeler, au moment de conclure cette introduction, que cet ouvrage n’est, dans notre esprit, que le premier d’une longue série (le second séminaire se tiendra en 2006), tant la réflexion sur les questions de méthodologie de la recherche nous parait fondamentale que ce soit en didactiques ou, plus largement, dans le domaine des sciences humaines et sociales.

Notes

1 Le comité scientifique de cette journée d’étude était composé de membres de DIDIREM (M. Blanchard, M.J. Perrin-Glorian, A.Robert, E. Roditi), de THEODILE (C. Cohen-Azria, D. Lahanier-Reuter, Y. Reuter) de la direction de l’IUFM du Nord – Pas-de-Calais (D.G. Brassart, G. Legrand) et d’ « extérieurs » (F. Audigier, S. Johsua, J.L. Martinand).

Auteurs

DIDIREM – Paris 7 – IUFM 59-62 – IUFM de Versailles (EA 1547)

THEODILE – Lille 3 – IUFM 59-62 (EA 1764)

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540