Version classiqueVersion mobile

Écrire à l'université

 | 
Christiane Donahue

Annexe 1 : Un aperçu du système d’éducation aux États-Unis

Texte intégral

1Un étudiant américain suit une éducation pré-universitaire d’environ douze ans, comme en France, éducation qui commence en première (first grade) et se termine en douzième (twelfth grade ou l’année senior de la high school). La scolarisation est obligatoire pour tous les enfants de six ans à seize ans. Il existe des programmes de préscolarisation, avant six ans, mais ils ne font pas partie du cycle d’éducation requis et gratuit pour tout enfant.

2Pour des raisons aléatoires de financement et de nombre d’étudiants, les douze ans de l’expérience scolaire peuvent être divisés en plusieurs groupements (voir ci-dessous).

3Avant l’entrée à l’école dans le premier cycle scolaire, on constate une première disparité entre les enfants qui fréquentent l’école maternelle et ceux qui ne la fréquentent pas. La plus grande surprise, peut-être, pour les familles françaises qui viennent aux États-Unis, est de trouver difficilement une école maternelle gratuite pour leurs enfants de trois-quatre ans. Alors qu’en France, 98 % des enfants de trois ans et 100 % des enfants de quatre ans sont déjà à l’école, aux États-Unis il n’y a que 33 % des enfants de trois ans à l’école (Phelps et al. 1996, p. 66).

4Il s’agit dans la plupart des cas soit d’un centre privé de daycare, très cher, soit au contraire d’une école pré-primaire subventionnée par l’État fédéral, tel Head Start, mais ouverte uniquement pour les enfants défavorisés.

5Pour les enfants de cinq à six ans, il y a des communautés avec ou sans jardin d’enfants. Ce programme de préscolarisation est généralement offert uniquement le matin ou l’après-midi.

6Les douze années d’études sont ensuite divisées en étapes. Mais ces étapes ne sont pas les mêmes ; elles peuvent être groupées différemment selon les cursus en vigueur mais aussi en fonction des bâtiments disponibles dans chaque ville :

institution

niveaux

elementary school

1er-7ème grade

middle school

4ème grade-8ème grade

junior high

6ème grade-10ème grade

high school

9ème grade-12ème grade

7Les quatre dernières années sont également nommés : freshman, sophomore, junior, senior (des titres qu’on retrouve pour les quatre ans du premier cycle universitaire).

  • 1 « Laïque » dans le sens de « subventionné par l’Etat », en dehors de l’influence religieuse ou du f (...)

8Cette diversité relativement banale s’accroît avec les questions de statut socio-économique. En principe, comme en France, tout enfant aux États-Unis peut bénéficier d’une éducation gratuite. Les écoles laïques1 sont gratuites, y compris le matériel (livres, cahiers...)

9Mais le gouvernement fédéral n’est responsable que d’une partie du coût total de l’éducation laïque, le reste étant pris en charge par chaque État et chaque ville. Ceci aboutit à des inégalités frappantes : la responsabilité fédérale va de 2,9 % à 17,3 % selon l’État. Les États doivent verser de 8 % à 91 %, et les villes, de 0,5 % à 89 % selon l’État.

10Dans l’État du Massachusetts, par exemple, la responsabilité fédérale est de 5,2 %. L’Etat prend en charge 38 % des frais, ce qui laisse aux villes 56,8 % du coût à assumer. Les fonds proviennent des impôts de la ville. Il va de soi que les villes et les villages les plus démunis n’ont pas suffisamment de ressources pour subventionner l’éducation. On voit ainsi une grande différence entre la France et les États-Unis du point de vue des sources de financement de l’éducation.

11Il existe un système d’écoles privées – environ 12 % des institutions secondaires sont privées (“Education at a Glance” 1990, p. 7) – et en principe ces institutions, comme en France, complètent le système laïque et servent à offrir des alternatives aux familles.

12Mais la scolarité en externat à l’école privée peut coûter jusqu’à 20.000 euros par an, à quoi peuvent s’ajouter éventuellement des frais de pension.

13Les écoles paroissiales offrent une alternative plus abordable, avec des frais de scolarité de 4.200 euros à 5.800 euros par an pour les études secondaires. Mais ces frais sont très élevés par rapport aux frais de scolarité dans une école catholique en France, où les écoles privées sous contrat bénéficient d’une subvention de l’État, qui paie les professeurs et une partie des frais de fonctionnement.

  • 2 Ce sont des écoles et lycées laïcs, liés à la ville par une convention qui leur permet de sélection (...)
  • 3 Il s'agit d'un libre choix dans une ville : les parents peuvent choisir l'école ou le lycée qu'ils (...)

14Les écoles individuelles, les communautés ou les paroisses offrent quelquefois des bourses. Le gouvernement fédéral n’offre des bourses qu’à partir du niveau universitaire. Parmi les États, en 1997, seuls la Californie, le Minnesota, et le Massachusetts offraient plusieurs formes d’aide pour les familles en difficulté : bons, crédits sur impôts, transports subventionnés, écoles charters2, et open enrollment3 (State Indicators in Education 1996, p. 8).

Les enseignants

15Aux États-Unis, on retrouve l’influence de chaque État en ce qui concerne la formation des maîtres. Il n’existe pas de diplôme fédéral, ni d’examen national. Chaque État fixe un cadre et conclut un accord avec les universités, qui mettent en place des programmes de formation théorique et pratique et des stages. Comme en France, les futurs instituteurs suivent des cours portant sur les matières à enseigner et la pédagogie, mais l’ensemble est suivi dans un seul programme de quatre ans et non en deux étapes différentes, licence suivie des études à l’IUFM.

16La plupart des États, y compris le Massachusetts, valident la formation des instituteurs avec un examen standardisé qui leur est propre ; le certificat donné dans un État n’est souvent pas valable dans un autre État, et l’instituteur qui déménage doit donc subir un nouvel examen avant de pouvoir recommencer à enseigner.

17Toutefois les établissements privés américains peuvent engager des maîtres recrutés selon des critères internes. La rémunération est également d’une diversité étonnante. Un enseignant dans un établissement paroissial d’une petite commune près de Boston peut avoir un salaire annuel de 12.000 euros tandis qu’un enseignant dans un établissement laïque à Boston, syndiqué et fonctionnaire d’État, peut gagner 40.000 euros par an pour le même poste.

Les programmes secondaires/postsecondaires

Les cycles secondaires

  • 4 La voie académique est divisée en trois pistes : académique générale, académique pré-universitaire, (...)

18Les matières de base exigées pour un élève à la high school américaine dépendent de la filière d’études que l’élève souhaite poursuivre, soit technologique (un programme destiné aux étudiants qui envisagent des carrières de technicien mais aussi aux étudiants qui s’engagent sur une voie pré-professionnelle, avec stages), soit académique.4

19Le programme général que choisit l’étudiant est influencé par ses futurs projets, mais les matières enseignées dans chaque cours sont plus ou moins choisies par l’institution.

  • 5 La blague actuelle à Princeton est que les étudiants « are so well-rounded everything falls off. »

20Dans les programmes récents, les étudiants de tous niveaux doivent faire de plus en plus de « projets de service » pour la communauté avant d’obtenir leurs diplômes ; il s’agit de journées de service ou bien d’une période d’une à quatre semaines de travail bénévole à plein temps. Ces projets, ainsi que d’autres activités supplémentaires (sports, musique, danse, divers clubs), doivent produire un élève « well-rounded » qui aura ainsi plus de chances d’accéder à l’université qui l’intéresse.5

Les taux de réussite et les projets d’éducation supérieure

21Aux États-Unis, 77 % d’une classe d’âge ont obtenu le diplôme de high school en 1997 : un pourcentage qui, comparé à celui de la France, est stable depuis les années 70 (National Center of Education Statistics 1997, p. 30). Il n’y a pas d’équivalent au BEP ou CAP français pour les élèves qui choisissent de terminer leurs études à 16 ans.

22Les États-Unis partagent avec la France le phénomène de la « massification » de l’éducation secondaire/post-secondaire, mais pour des raisons un peu différentes. Tout simplement, le diplôme universitaire est perçu aujourd’hui comme nécessaire pour trouver un emploi. Le choix des études universitaires est de moins en moins un vrai choix ; cela devient la voie normale de l’après-high school pour, actuellement, presque la moitié des jeunes d’une classe d’âge.

23À cela s’ajoute la croissance de la population non-traditionnelle qui transite de la high school à l’université : les étudiants issus des familles ouvrières et les minorités.

24En contraste avec la France, le contrôle du niveau atteint par les élèves à la fin des études secondaires est effectué localement aux États-Unis. Par exemple, l’Etat de New York exige un examen final, le Regents Exam, semblable au baccalauréat. L’État du Vermont accorde les diplômes après un examen du portfolio de l’élève, dossier construit par l’étudiant avec l’aide de ses enseignants. Ce dossier rassemble les meilleurs travaux réalisés par l’élève au cours de sa scolarité dans différentes disciplines et doit être accompagné d’une présentation écrite qui explique le choix des documents et offre des remarques concernant l’évolution scolaire telle que perçue par l’élève.

  • 6 Cet examen est fort contesté actuellement. Des groupes d'élèves, de parents, et même d'enseignants (...)

25Jusqu’à l’année dernière, l’État du Massachusetts exigeait des élèves qu’ils suivent un certain nombre de cours et qu’ils obtiennent des notes supérieures à un minimum préétabli. On vient d’instituer un examen qui dure une semaine, le Massachusetts Comprehensive Assessment Survey (MCAS) que l’étudiant doit subir en année sophomore (dixième), deux ans avant la fin des études secondaires.6

L’université

26Parmi les étudiants américains qui réussissent la high school, environ 63 % poursuivront des études supérieures (« Who Goes to College » 1995, p. 19). Tout étudiant qui souhaite continuer ses études doit, en sus du diplôme de la high school, subir un examen national standardisé du genre QCM (soit le Scholastic Aptitude Test, S.A.T., soit l’American College Test, A.C.T.). Ce dernier, ainsi que des examens complémentaires (Advanced Placement, A.P.), permettant de « sauter » des cours de première année universitaire, durent quatre heures et peuvent être repassés plusieurs fois.

27Mais il n’existe aucun rapport entre ces examens et l’obtention d’un diplôme de high school – distinction essentielle par rapport à la France.

28Le diplôme de la high school n’est en aucun cas un « premier grade universitaire » contrairement au baccalauréat. A. Culioli rappelle « en substance, l’incapacité “française” à penser l’enseignement supérieur en dehors d’une relation à l’enseignement secondaire » (cité in Chiss & Puech 1998). En comparaison, la coupure est plus nette entre la high school américaine et les années universitaires.

29Les équivalences de diplôme entre la France et les États-Unis tiennent compte d’un décalage : les bacheliers français peuvent s’inscrire dans une université américaine et bénéficient souvent de l’équivalence de la première année universitaire, en particulier en maths, en philosophie, ou en lettres (Wanner 1975, p. 179).

30L’étudiant américain qui souhaite poser sa candidature à une université américaine doit envoyer ses résultats d’examen SAT/ACT, ainsi qu’un dossier relatant son cursus académique, des lettres de recommandation de quelques professeurs, et un C.V. relatant, outre le parcours scolaire, ses intérêts personnels, sportifs, extra-curriculaires. On soumet ces dossiers à plusieurs établissements.

31De plus, l’étudiant doit écrire un essai personnel en réponse à une question (ou, au choix parmi plusieurs questions) proposée par l’université, telle que celles-ci :

  • décrivez ce qui a eu une grande influence sur votre vie ;

  • imaginez ce que vous allez faire dans dix ans ; expliquez le rôle de (l’université X) dans vos projets ;

  • écrivez un essai concernant une expérience personnelle qui a changé votre vie ;

  • décrivez un risque que vous avez pris ;

  • de quelles façons est-ce que vos expériences d’adolescence ont été différentes de celles de vos pairs ?

32Ces thèmes sont en général accompagnés des conseils tels que :

  • nous vous encourageons à vous exprimer avec votre voix unique plutôt que de nous dire ce que vous croyez que l’on attend de vous ;

  • il n’y a pas de « bonne » réponse. Nous vous encourageons à « être vous-même » (to be yourself).

33L’essai est censé être écrit sans aide, par l’étudiant. Mais le cours d’anglais de la dernière année en high school est souvent consacré à l’apprentissage des techniques pour réussir l’essai. Il n’y a aucun moyen de vérifier l’originalité du document produit par l’étudiant.

34Cet essai porte l’empreinte du système américain. L’on verra, lors des analyses, la façon dont cet essai a un caractère prédictif concernant ce qui va être exigé à l’université, puisqu’il révèle le poids de la dimension personnalisée du rôle de l’étudiant et de son écrit à l’université. C’est-à-dire, dès le départ, l’université juge l’étudiant et ses capacités à se mettre en scène en tant que Sujet-étudiant.

35Les étudiants américains qui choisissent de poursuivre une éducation post-secondaire ont une série de choix à faire. Ces choix s’effectuent à partir d’une filière d’études, d’une carrière envisagée (parfois pour la première fois, et encore – les étudiants peuvent faire une première année d’études en ce qui s’appelle « filière non-déclarée », une notion qui doit sembler impensable aux étudiants français) – mais en fonction aussi de leurs ressources financières.

36Selon les chiffres du Département Fédéral de l’Éducation, il existe aux États-Unis :

UNIVERSITÉS

Privées

d’État

proposant une scolarité qui dure quatre ans

1.532

595

proposant une scolarité de moins de quatre ans (community colleges)

440

968

37Ces chiffres révèlent le soutien gouvernemental aux établissements communautaires, la majorité des institutions de moins de quatre ans étant des community colleges. On voit aussi que les universités privées y sont majoritaires. Mais en même temps, selon une autre analyse, « Who Goes to College » (1995 p. 16), la population qui choisit de poursuivre des études post-secondaires se répartit ainsi :

UNIVERSITÉS

Privées

d’État

de quatre ans

11 %

24 %

de moins de quatre ans

4 %

23 %

38(Les autres étudiants en études post-secondaires poursuivent des programmes techniques ou pré-professionnels.)

39Ce qui fait que les universités d’État de quatre ans, bien que moins nombreuses, inscrivent deux fois plus d’étudiants que les universités privées.

40Malheureusement, les institutions communautaires (community colleges) ne sont souvent pas d’un niveau comparable à celui des universités et les étudiants qui effectuent un transfert de l’une à l’autre se trouvent souvent peu préparés aux rigueurs des programmes de quatre ans. De même, les universités d’État sont de qualité irrégulière. Certaines sont considérées comme les meilleures institutions des États-Unis (jugées selon la réputation, le contenu des cours, l’activité de recherche des professeurs, etc.), et d’autres ne sont pas plus prestigieuses que les community colleges.

41Les taux de réussite pour les étudiants qui entrent à l’université ne sont pas beaucoup plus élevés qu’en France. Selon les chiffres du College Planning Network, 49,9 % des étudiants qui avaient commencé leurs études en 1989-1990 les avaient terminées dans le délai attendu de quatre ans. 13,3 % étaient quant à eux toujours inscrits.

42Quant aux frais, le coût d’une éducation universitaire aux États-Unis est légendaire : on peut payer jusqu’à 40.000 euros par an (pension comprise) pour les études du premier cycle. Mais il y a des alternatives peut-être moins connues en dehors des États-Unis : les institutions communautaires déjà citées, par exemple, ou les institutions qui offrent des cours du soir et les universités d’État.

43Les premières permettent de suivre des enseignements généraux durant les premières années d’études pour un coût bien moins élevé, pour ensuite transférer ses UV à une université de quatre ans. Les secondes offrent des tarifs avantageux pour les étudiants résidents de l’État en question ; les UV ainsi obtenues peuvent être ensuite transférées.

44Cela dit, tout comme pour le choix des collèges et des lycées en France, il faut connaître ces stratégies afin de pouvoir en profiter, et souvent, ceux qui en ont le plus besoin sont les moins informés. Les critiques françaises du système universitaire américain, des « frics-facs » et des « universités Coca Cola » sont bien fondées ; l’éducation post-secondaire est simplement hors de portée pour certains étudiants, qui auraient cependant les capacités requises pour suivre ces études.

45Il existe bien sûr des bourses, qu’elles soient fédérales, de l’État, ou de l’université. Ces bourses prennent souvent la forme de prêts sans intérêt ou avec un taux d’intérêt assez bas. Mais même avec ces aides scolaires, l’étudiant-type aura besoin de gagner lui-même de 2.000 euros à 5.000 euros par an, et terminera ses études universitaires endetté jusqu’à 60-70.000 euros. A partir de sa deuxième année d’études, l’étudiant-type travaille entre vingt et trente heures par semaine tout en poursuivant son diplôme post-secondaire, et travaille à plein temps pendant l’été.

46La troisième possibilité offerte à l’étudiant consiste donc à poursuivre ses études en cours de soir, avec en général des frais d’inscription moins élevés, ce qui lui permet de travailler à plein temps. Cette solution l’amène à prolonger les études universitaires pendant sept ou huit ans.

La communauté sociale universitaire

47Aux États-Unis, l’arrivée à l’université traditionnelle, université de quatre ans avec campus, est un moment social qui a pris des proportions épiques dans la culture américaine, malgré le fait que seulement 63 % des étudiants avec un diplôme de high school continuent leurs études, ce qui ne comprend donc que 48,5 % d’une classe d’âge, et que, de plus, seulement 23 % d’étudiants de 18 à 21 ans vont à une université traditionnelle (28 % dans le Massachusetts) (Phelps et al. 1996, p. 86).

48Puisque la majorité (82 %) des étudiants qui choisissent un cursus de quatre ans ne vivent pas chez eux, en famille, mais dans des résidences universitaires style « dortoir » en première année (« The American College Freshman » 1997, p. 3), et que beaucoup choisiront une université éloignée de chez eux, l’entrée à l’université est perçue comme une rupture sociale, le début d’une vie autonome.

49Mais en même temps, on attend de l’université qu’elle prenne en charge ces jeunes adultes, qu’elle agisse en tant que « quasi-parent » – et ce phénomène est actuellement en train de s’accroître, en partie en réponse à des crises d’alcoolisme parmi les jeunes étudiants et de vandalisme autour des universités.

50Les bêtises que pourront faire des jeunes pour la première fois hors de leurs familles sont prévisibles. Les universités sont chargées de veiller à ce que rien n’aille trop loin. L’entrée à l’université est la fin de l’adolescence, mais le début d’une période entre adolescent et adulte autonome. L’université prend un rôle de in loco parentis, par l’imposition des restrictions concernant le comportement des étudiants même en dehors des salles de classe (Cavaan 1999).

51Quant au suivi académique, les étudiants à l’université américaine sont également pris en charge. Ils ont un conseiller académique qui est censé les aider pour le choix des cours et vérifier que l’étudiant poursuit le cursus exigé pour sa filière. En revanche, une fois accepté dans une université, l’étudiant peut souvent poursuivre une filière autre que celle qu’il a préparée à la high school.

52Puisque la première année d’études universitaires n’est en général pas spécialisée (en dehors des programmes pré-professionnels, tels que la médecine, le commerce, les études d’ingénieur) il y a beaucoup de liberté pour l’étudiant qui n’arrive pas à choisir son chemin tout de suite.

53Les cours de la première année – mathématiques, expression écrite, littérature, sciences, sociologie, histoire, langues – doivent en principe donner à l’étudiant une base de culture générale et un esprit critique, ainsi que des méthodes de travail pour réussir des études universitaires.

54Pour les étudiants américains, la possibilité même de se séparer de ses amis de la high school et de créer des liens affectifs, sociaux et intellectuels avec la nouvelle communauté de l’université fait partie des critères cités pour expliquer la réussite ou l’échec d’un étudiant (College Planning Network 2000).

Notes

1 « Laïque » dans le sens de « subventionné par l’Etat », en dehors de l’influence religieuse ou du financement privé. Il est question ici du système scolaire « public ».

2 Ce sont des écoles et lycées laïcs, liés à la ville par une convention qui leur permet de sélectionner les élèves. Par exemple, il y a des écoles « charter » à Boston qui se spécialisent dans les langues, les sciences, les arts, et d’autres dans l’accueil des élèves en difficulté. Ces écoles bénéficient souvent des avantages dont jouissent les institutions privées : des petites classes, des activités spéciales, davantage d'interaction entre le professeur et l'élève, etc.

3 Il s'agit d'un libre choix dans une ville : les parents peuvent choisir l'école ou le lycée qu'ils préfèrent pour leur enfant, sans restriction en fonction de l’adresse, par exemple.

4 La voie académique est divisée en trois pistes : académique générale, académique pré-universitaire, et académique Advanced Placement ou honors. La troisième piste est réservée aux élèves très avancés par rapport à leurs pairs dans la même école.

5 La blague actuelle à Princeton est que les étudiants « are so well-rounded everything falls off. »

6 Cet examen est fort contesté actuellement. Des groupes d'élèves, de parents, et même d'enseignants ont refusé l'examen cette année. Leur argument se fonde sur l'insuffisance de préparation pour les étudiants les plus défavorisés, mais également sur l'effet qu'aura l'examen sur les programmes, le « pilotage de l'enseignement par l'examen ». En outre, on peut se demander comment vont se passer les deux années de scolarité après le passage de l'examen.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search