Version classiqueVersion mobile

Écrire à l'université

 | 
Christiane Donahue

Vignettes de pré-introduction

Texte intégral

1Je suis assise devant la fenêtre dans un appartement dans le VIIe, pas loin de Matignon. Un jour d’été. J’entends des voitures qui klaxonnent, des embouteillages. J’entends ensuite des cris. Une manifestation contre des changements dans l’Éducation Nationale. Scène inconnue aux États-Unis.

2Je déjeune chez des collègues en Normandie. Lui est proviseur d’un lycée à Paris et elle professeure à l’IUFM de Paris. On me demande, « Est-ce vrai que les universités prennent des décisions sur les dossiers d’étudiants en fonction non seulement de leurs notes, mais aussi de leurs personnes, leurs activités extra-curriculaires ? N’y a-t-il pas de standardisation nationale des résultats scolaires à la fin du lycée ? »

3J’ai quinze ans. Américaine, je passe un an en France, mon année de seconde, dans un très bon lycée catholique dans les environs de Paris. J’assiste à un drame en cours de mathématiques, une élève envoyée au tableau qui n’arrive pas à résoudre le problème, éclate en sanglots, quitte la salle. J’assisterai à ce type de drame plusieurs fois au cours de l’année.

4Je monte dans un bus à Paris, mois de juin, jour du bac de philosophie. Deux élèves montent avec moi, quelques feuilles de papier à la main. « Tu as choisi quel sujet ? » dit l’un des élèves à l’autre. Tout le monde tend l’oreille… L’élève répond, défend sa décision, les autres passagers donnent leur avis, quelqu’un demande à lire la feuille d’examen. Les élèves descendent du bus ; tout le monde leur souhaite bonne chance pour la suite.

5J’assiste à une réunion de professeurs, au département de psychologie d’une Université américaine. Le thème : « L’écrit des étudiants, acquis, faiblesses ». « Le professeur X, elle est bien, les étudiants qui l’ont eue osent prendre des risques dans leurs écrits ».

6L’association nationale des enseignants de l’anglais langue maternelle (NCTE) aux États-Unis sponsorise un colloque international concernant l’enseignement de l’expression écrite, à Bordeaux au mois d’août. J’interviens avec une collègue française, la seule au colloque. La communauté française de chercheurs n’est pas au courant. Ma collègue regarde le programme de présentations et s’exclame, « Mais c’est vraiment du côté social, tout cela ! »

7– Rachel R., 19 ans, étudiante en première année universitaire aux États-Unis, commence son devoir :

8“At the age of eight, I attended a field trip with my second grade class to Plymouth Plantation. Plymouth Plantation’s theme was to give visitors a first-hand authentic experience of what life was like on a plantation in the 1600’s. […] I noticed that one of the younger pilgrim girls had braces (appareil orthodontique) on her teeth. How could I be expected to ask a question about “real” pilgrim life to a pilgrim who was wearing “real” braces?

9[…]

10Authenticity is what makes something genuine, unique and very original. People rely on authentic items like Levi’s jeans or cars. It is more difficult to label an experience as authentic because what is authentic to one person may not be authentic to another. This is where we must learn our own assumptions and hypotheses. This is done with sovereignty. We can’t read a label on the back of an experience to tell us if it is authentic or not. We are left with the burden of figuring it out on our own. And by doing this and not relying on a tag we become powerful. But when we rely on the opinion of others by having teachers tell us when something is or is not authentic then we have no sovereignty.”

11– Mayeul de G., 19 ans, étudiant en première année BTS en France, commence son devoir :

12“Joël de Rosnay affirme que “gérer sa vie, c’est accéder à une certaine forme de liberté, d’autonomie”. Aujourd’hui, de nombreux éléments extérieurs rythment et influencent notre Vie. L’individu face à ces “pressions” peut réagir mais il n’en va pas toujours de son intérêt. Et le peut-il vraiment?

13Nous tenterons d’abord d’expliquer ce que l’auteur entend par “gérer sa Vie”, quels mécanismes se cachent sous cette appellation. Puis nous verrons si cette conception est encore valable aujourd’hui et surtout si c’est la meilleure façon de vivre de nos jours.”

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search