Version classiqueVersion mobile

Imaginer la composition musicale

 | 
Pascal Dusapin
, 
Maxime McKinley

Premier entretien1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dusapin : — Il pleut !

McKinley : — C’est un joli son…

D. : — Oui, j’aime beaucoup ce son. C’est la cour, qui fait ce bruit.

[Temps d’écoute]

M. : — Donc, j’ai noté un certain nombre de points déjà abordés dans notre correspondance, et sur lesquels nous pourrons revenir, spontanément, pour enrichir notre matériau épistolaire. Et puis, ensuite, je prendrai le miel là où il est…

D. : — Oui, oui.

I. Faustus et Perelà

M. : — La première chose dont je voudrais parler avec vous, c’est de vos opéras Faustus, The Last Night et Perelà, uomo di fumo. Vous en parlez d’ailleurs déjà, de ces deux opéras, dans votre livre Une musique en train de se faire2. En fait, je me souviens que, dès le départ de nos échanges, je vous avais contacté pour la revue Circuit, concernant une enquête sur la spiritualité en musique. Vous m’aviez répondu que vous ne participeriez pas à l’enquête de Circuit, mais que, quand même, il y avait, dans certaines de vos œuvres, dont Faustus et Perelà, des notions de spiritualité. ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search