Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Imaginer la composition musicale

 | 
Pascal Dusapin
, 
Maxime McKinley

Préface

Maxime McKinley

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Un artiste traversé par des questions éloignées de la pratique de son art n’y perd rien.
Bien au contraire, il gagne en liberté. »
– Pascal Dusapin1

Dans le temps précédant tout juste les œuvres de Pascal Dusapin, celui de leur fabrique, « commencer » ne correspond pas toujours au commencement de ce qu’on entendra. Les incipits y sont mobiles. C’est aussi le cas de cette préface, rédigée presque à la fin de ce qu’elle commence. Quand s’agit-il de commencer, de finir, de continuer ? Ces trois gestes forment, souvent, une intrication indécidable et indiscernable. « Composer, c’est ne jamais commencer, ni recommencer, ni finir. Composer, c’est continuer2. » Commencer, comme Dusapin l’exprime par le truchement de Beckett dans la première mesure de son Quatuor V3 (2005), ou encore en entrevue au sujet du concerto pour piano À quia4 (2002), cela n’a pas, pour lui, beaucoup d’importance. Il faut quelque chose, presque n’importe quoi. Du reste, ce ne sera pas nécessairement un début. Ou alo...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540