Version classiqueVersion mobile

Questionner l'implicite

 | 
Cora Cohen-Azria
, 
Nathalie Sayac

Conclusion

Nathalie Sayac

Texte intégral

1Conclure cet ouvrage n’est pas aisé, d’une part parce que la problématique de l’implicite dans les méthodes de recherche en didactiques est complexe et d’autre part car les contributions ont été riches et constructives.

2La question de l’implicite dans les méthodes de recherche en didactiques a souvent nécessité, de la part des auteurs, une explicitation préalable du terme « implicite ». C’est tout d’abord Jean-Louis Martinand qui a, dans sa conférence inaugurale, précisé les différents sens de ce mot, issus de dictionnaires ou de précis philosophiques. De nombreux auteurs des textes qui constituent cet ouvrage lui ont donné une signification personnelle, chacun l’ayant interprété selon sa propre grille de lecture et en fonction de références spécifiques. Des synonymes ou mots affiliés ont été proposés, différentes notions ont été dégagées. Ainsi, le mot « inconscient » a souvent été retenu par les auteurs, parfois opposé à « rationalité » comme pendant de l’implicite. La notion d’« intuition » a également eu la part belle dans les différentes contributions des auteurs (Oudart, Daunay), certains l’assimilant même avec celle d’« implicite ». Le couple « implicite/explicite » apparait également de manière récurrente chez certains auteurs, l’un ne pouvant visiblement se concevoir sans l’autre. L’« implicite langagier » a fait l’objet d’une attention particulière de la part de quelques chercheurs (Girault, Delannoy-Courdent, Delcambre, Martinand citant Kerbrat-Orecchioni), issus ou non de la didactique du français mais, peut-être que cette précision témoigne d’un présupposé implicite qui n’est guère pertinent dans le contexte d’un séminaire de didactiques.

3Au-delà des définitions, la question de savoir si l’implicite était vertu ou défaut pour les chercheurs qui se sont interrogés sur cette notion a également permis d’enrichir le débat suscité par ce mot si stimulant. La question reste entière et méritera que l’on y revienne ultérieurement. Les inférences que le chercheur peut faire quant il est confronté à la question de l’implicite dans les méthodes de recherches en didactique ont également été questionnées, de même que les postures de recherche ou de chercheurs (Carnus, Kerneis, Girault, Blanchard, Hassan, Cohen-Azria) qui ne sauraient être négligées. Les différents niveaux d’implicite ont été relevés par des chercheurs chargés de conclure ou d’introduire une partie de cet ouvrage (Lebeaume, Lahanier-Reuter, Girault).

4Concernant les différentes contributions de ce livre, il faut souligner combien la tâche était difficile et complexe dans la mesure où les auteurs devaient soit, s’interroger sur un travail personnel réalisé antérieurement, soit porter leur regard sur des travaux d’autres collègues, ce qui n’est jamais très aisé. De nombreux auteurs ont également souligné la difficulté de produire des textes répondant à des codes implicites d’écriture, des non-dits et des contraintes institutionnelles propres à leur champ de recherche tout en témoignant d’un questionnement peu courant pour des chercheurs en didactiques, ce qui les a placé, d’une certaine façon, dans une situation d’injonction paradoxale. En effet, comment évoquer l’implicite dans une recherche sans la décrire un tant soit peu et sans s’engager dans cet exercice d’écriture à laquelle le chercheur novice ou plus expérimenté est souvent confronté ? Comment réaliser un exercice usuel dans un cadre qui ne l’est pas ? De plus, la logique narrative les contraignait souvent à commencer par l’exposition des travaux de recherche, ce qui rendait encore plus difficile la tâche de s’abstraire de ces travaux pour les questionner du point de vue de l’implicite supposé qu’ils renfermaient.

5Il convient donc de saluer le remarquable travail des auteurs de cet ouvrage qui ont contribué, chacun à sa manière, à enrichir la question de l’implicite dans les méthodes de recherche en didactiques.

6Dans cet ouvrage, certains chercheurs ont choisi, pour répondre à la question posée, de confronter leur recherche à d’autre(s) champ(s) théorique(s), plus ou moins éloigné(s) du leur (Roditi/Chaussecourte, Hersant/Vannier), d’autres avaient déjà expérimenté ce type de confrontation dans l’élaboration même de leur méthodologie de recherche et ont, pour le coup, souhaité nous l’exposer (Schubaeur-Leoni/Leutenegger, Bruguière/Gemberling/Héraud, Toledo). Zaid/Huchette et Santini ont choisi, pour leur part, de confronter leur recherche à des recherches proches de leur cadre théorique ou dans le champ même de leur discipline. Martinand nous a fait partager des « souvenirs d’implicites » liés à sa riche et longue carrière de chercheur. Ce séminaire a également été l’occasion, pour certains chercheurs, de mener une analyse réflexive ou introspective sur leur propre recherche (Cross, Daunay, Kerneis, Oudart, Carnus, Lemaire).

7Pour conclure, que faudrait-il retenir de ces contributions sur la question de l’implicite dans les méthodes de recherche en didactique ?

8Je serais tentée de répondre que certains chercheurs n’ont, bien heureusement, pas attendu qu’on les interroge pour questionner l’implicite dans leurs recherches et qu’ils se sont déjà engagés vers des recompositions disciplinaires qui ont fait émerger de nouveaux cadres théoriques : la didactique comparée et le choix de méthodes comparatistes est une réponse apportée par Schubaeur-Leoni et Leutenegger. Toledo nous propose, pour sa part, de s’appuyer sur des méthodes issues du cadre de l’ethnologie pour enrichir les méthodes de recherche en didactiques.

9On pourrait également faire valoir qu’à la lecture de cet ouvrage, certains chercheurs pourraient assumer davantage ou même pleinement revendiquer la part d’implicite dans leurs méthodes de recherche alors que d’autres en ressortiraient confortés dans leur traque de l’implicite, que Delcambre décrit comme une quête sans fin. Cross expose, sans complexe, l’implicite partagé entre le chercheur et les différents acteurs de sa recherche qui génère une complicité constructive ; Kerneis souhaite, lui, se « nourrir » des implicites de son projet de recherche pour avancer. Pour Carnus, par contre, débusquer les implicites est une nécessité qui lui permet d’approfondir sa recherche, vers la reconnaissance d’un « effet chercheur ».

10Débusquer a posteriori les implicites d’une recherche pourrait donc devenir un prolongement usuel de méthodes de recherche pour tous les chercheurs en didactiques.

11Cet ouvrage, à n’en pas douter, n’a pu laisser indifférents ses lecteurs confrontés à la délicate question des choix non explicités des chercheurs en didactiques. Gageons, qu’implicitement, il contribue à faire avancer les méthodes de recherche en didactiques.

Auteur

IUFM de Créteil (Paris 12)/Laboratoire de Didactique André Revuz (Paris 7)

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search