Version classiqueVersion mobile

Questionner l'implicite

 | 
Cora Cohen-Azria
, 
Nathalie Sayac

Partie 2. Implicites et cadres théoriques

Questionner les implicites liés aux cadres théoriques

Rouba Hassan et Marie-Jeanne Perrin-Glorian

Texte intégral

1Les contributions de cet atelier visant à interroger les implicites liés aux cadres théoriques, posent la question centrale du rôle et du fonctionnement des processus d’interprétation propres à un (des) cadre(s) théorique(s) donné(s) dans l’analyse de faits didactiques ou éducatifs. La plupart d’entre elles tentent d’articuler ou de faire dialoguer des cadres théoriques différents. À côté des didactiques des disciplines étudiées (biologie, français langue seconde, mathématiques, histoire), sont convoquées des théories qui peuvent sembler plus ou moins éloignées des didactiques : théorie psychanalytique (Chaussecourte et Roditi), théories sémiotique et sémantique (Bruguière, Héraud et Gemberling), ethnographie (Toledo-Jofré). De telle sorte que l’on peut parler d’un phénomène d’hybridation théorique à l’œuvre qui n’est pas sans générer des implicites. En témoigne par exemple le concept de « transfert didactique » générateur de malentendus dus à des implicites non partagés entre chercheurs.

2À la lecture des versions préliminaires des textes nous avions dégagé cinq questions qui ont structuré les débats dont la substance a été intégrée dans les versions actuelles. Rétrospectivement, ces questions peuvent être ramenées à trois interrogations principales qui définissent des domaines et des types d’implicites. La première concerne les implicites ou les non-dits liés au choix de tel cadre théorique plutôt qu’un autre, les implicites des cadres théoriques eux-mêmes (leurs supposés et présupposés) et leur articulation. La deuxième concerne le statut du chercheur et son rapport à l’objet de recherche, au terrain, rapport qui peut influencer certains choix théoriques et méthodologiques. La troisième concerne les implicites qui pèsent sur l’écriture théorique elle-même lorsqu’elle est soumise à des contraintes éditoriales notamment.

3Qu’est ce qui fonde le choix d’un cadre théorique ? Plusieurs facteurs de natures diverses peuvent intervenir dans ce choix mais l’inscription disciplinaire des chercheurs reste un facteur déterminant. Ainsi le choix de la sémiotique de Peirce ou de la sémantique de Hintikka pour éclairer l’objet d’étude dans le texte de Bruguière, Héraud, et Gemberling se justifie par l’appartenance disciplinaire de l’un des auteurs. Mais du coup le recours à ce cadre théorique génère un autre regard sur l’objet d’étude, ici un album. Il fait surgir d’autres questions étrangères au cadre de départ (didactique de la biologie). C’est donc le choix des théories sémiotique et sémantique (qui interrogent le lien entre les signes et le monde) qui fonde la légitimité du questionnement sur l’interprétation de l’album par de jeunes élèves en didactique de la biologie. De même, le regard croisé entre approche psychanalytique et approche ergonomique en didactique des mathématiques (Chaussecourte et Roditi) montre comment certains phénomènes sont laissés de côté parce qu’ils ne relèvent pas ou plus du champ théorique choisi et comment certains concepts comme celui de « transfert didactique » au croisement de deux univers de référence (psychanalyse et didactique) sont chargés d’implicites et source de malentendus théoriques. L’inscription d’un sujet de thèse dans une discipline entraîne des choix épistémologiques et méthodologiques implicites liés au besoin de reconnaissance institutionnelle dans le champ mais qui peuvent entrer en conflit avec des contraintes imposées par l’objet même de la recherche quand celui-ci se situe aux confins de la discipline (cf. Lemaire). Ces implicites qui se réfèrent à la culture disciplinaire peuvent être charriés par des « tactiques discursives » (cf. Tolédo-Jofré) spécifiques et partagées par les membres d’une même communauté disciplinaire de sorte qu’il devient inutile de les expliciter…

4Comment s’élabore l’objet de la recherche et comment s'établissent les liens entre les observations et les cadres théoriques mobilisés ? Les contributeurs insistent sur le fait que l’objet de recherche est un construit. Ainsi, un cadre théorique n’est pas a priori seul apte à éclairer un problème. Ce qui compte c’est la cohérence que l’on construit entre cadre théorique et objet de recherche. Mais interfèrent dans la construction de cet objet des éléments peu explicitables : l'expérience du chercheur, sa proximité avec le terrain et donc la projection éventuelle de sa propre expérience dans le recueil et l'analyse des données. Il en est ainsi des échanges et des recueils informels auprès des acteurs. Cette interrogation soulève une série de questions éthiques et déontologiques liées aux relations du chercheur avec les acteurs impliqués dans la recherche, ce qui est encore plus net quand l’objet de la recherche est socialement sensible (cf. Lemaire, Toledo). Les interprétations que le chercheur construit sont nécessairement le produit d’un croisement de discours qui ne se donnent pas toujours comme tels. La subjectivité du chercheur, peut même être un instrument au service de la recherche (notamment en ethnographie, cf. Toledo-Jofré), mais instrument contrôlé par les outils théoriques et méthodologiques fournis par le ou les cadres dans lesquels ils s’inscrivent. À travers cette subjectivité plus ou moins assumée, n’est-ce pas le propre de l’écriture théorique de tendre à un certain degré de décontextualisation ? Cependant les implicites peuvent venir aussi des limitations des cadres théoriques convoqués ou du manque d’articulation entre eux, du fait du chercheur ou des cadres théoriques eux-mêmes, certaines parties de la recherche restant alors à l’état de potentialités non abouties (cf. Roditi). Ainsi, l’un des enseignements de ce chapitre est-il de montrer que l’une des tâches essentielles du chercheur est d’interroger les implicites des cadres théoriques qu’il mobilise. C’est-à-dire les impensés ou les non-pensés de ces cadres, pour mieux mesurer les limites et maîtriser les implicites de son propre discours.

5Enfin, des implicites qui renvoient à des non-dits, sont liés aux contraintes éditoriales. Celles-ci (expertises, supports de publications) peuvent amener le chercheur à taire certains choix ou au contraire à en mettre en avant d'autres, ou même en convoquer de nouveaux, selon l’image qu’il se fait des lecteurs à qui il s'adresse ou le type de revue. Les types d’écrits académiques, thèse vs article ne répondent pas aux mêmes exigences : on peut par exemple gommer dans un article un certain nombre de justifications ou de nuances présentes dans une thèse (cf. Lemaire, Roditi). La renommée du chercheur est également un élément qui peut intervenir dans l’exposé plus ou moins explicite de ses choix théoriques.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search