Version classiqueVersion mobile

Questionner l'implicite

 | 
Cora Cohen-Azria
, 
Nathalie Sayac

Partie 1. Implicites et constitutions de corpus

Ce qu’on ne dit pas aux pairs…

Cora Cohen-Azria

Texte intégral

1J’ai choisi de présenter cette partie conclusive en tentant de consigner des éléments qui m’ont paru importants durant le temps de travail en commun. Entre les versions des textes soumises pour le séminaire et celles retenues dans ce chapitre, les auteurs ont fait un véritable travail de réécriture parfois de repositionnement. Ces modifications, ces reprises, ces révisions prennent leurs racines dans le temps de partage, de débat, de questionnement de l’atelier. Ces textes en portent les traces, mais ne témoignent pas toujours du cheminement qu’ils ont suivi. Les auteurs n’ont pas toujours fait le choix de donner à voir les pas de côté réalisés entre ces différentes formes d’écritures. C’est finalement aussi sur ces implicites ou ces non-dits que je vais ici construire ma réflexion. Ces lignes tentent donc de refléter le fil de mes pensées durant le temps d’atelier ainsi que pendant les lectures des différentes versions des textes. Ma position n’est donc ni celle de l’expert qui se penche sur les travaux des autres pour y déceler des implicites, ni celle de celui qui tenterait de synthétiser les implicites abordés dans les textes précédents, mais celle d’un chercheur véritablement bousculé par la question des implicites. Finalement je peux reconnaître que cette question a toujours été présente dans mon travail mais non formalisée. Présente, mais inconsciente. Ce séminaire m’a permis de l’identifier, de la mettre en mots, elle a alors pris sa place avec évidence.

De l’explicitation au questionnement : quand l’oral accompagne l’écrit

2Durant l’atelier qui a préexisté à ce chapitre, toute une série de mots, de formules ou de questions ont été prononcés pour aborder la question de l’implicite : pensée privée ou pensée publique ? Que choisit-on de donner à voir ? S’agit-il d’avouer l’implicite ou de révéler le refoulé ? Est-il question de croyance, d’intuition, de convictions, de valeurs intériorisées ? On a cherché à traquer, à débusquer l’implicite dans les écrits. Dans ces interrogations et ces formules, il est finalement ici moins question des objets que nous construisons, que des chercheurs que nous sommes. En effet, à travers ces interrogations c’est nous mêmes, que nous questionnons. Cette thématique est donc très impliquante peut-être même perturbante pour les chercheurs que nous sommes. Certes, s’interroger sur ses propres recherches est le lot commun de tous les chercheurs au quotidien, mais durant l’atelier, j’ai pris la mesure du chemin parcouru ensemble. Au moins deux conditions étaient nécessaires pour ce travail collectif : la confiance entre les chercheurs réunis et un temps long de réflexion en commun. Au fur et à mesure de l’avancée de nos interactions, les postures des uns et des autres se sont modifiées. Au début chaque question posée à un intervenant engendrait une réponse de sa part, souvent une clarification, une justification, ou une explicitation si un implicite était pointé. C’est finalement l’attitude attendue dans les rencontres scientifiques : accompagner la forme écrite de son travail en complétant ou en clarifiant à l’oral ce qui n’a pu être dit ou ce qui a été écrit. Durant l’atelier, les implicites relevés dans les textes ont d’abord été explicités par les auteurs concernés pour être progressivement réellement questionnés par tous. Ce sont les implicites au sein d’une communauté qui étaient interrogés ici. À l’explicitation s’est substituée l’interrogation et parfois même le silence. Pourquoi de tels implicites ? Tout ne peut être écrit, mais comment ces choix se font-ils ? Sont-ils liés aux contextes de recherche ? Aux traditions d’équipe ? Aux parcours de formations ? Aux financeurs des recherches ? etc… L’écrit est un processus de révélation des décisions et des indécisions du chercheur. Il permet également de taire, que cela soit issu d’un processus conscient ou pas. Je ne retiendrai ici que quelques exemples discutés ensemble. Mes choix, qui ne peuvent en aucun cas refléter ceux que d’autres auraient faits, ont été construits sur ce qui m’apparaissait être l’originalité même de ce séminaire, c’est-à-dire sur ce qui est rarement ou jamais interrogé dans les rencontres scientifiques. J’aborderai ici d’abord la question de la forme générale des textes, puis au sein de celle-ci, l’écriture des problèmes techniques dans la recherche, pour finir par la présentation des corpus.

3Les éléments de l’écrit, porteurs d’implicite, peuvent résider dans les formes même d’écriture. C’est le cas avec les signatures multiples des contributions. Selon les disciplines, la présence des noms et leur agencement ne donnent pas les mêmes indications. Parfois, au sein des mêmes champs de recherche, les habitudes, les traditions, les choix peuvent différer. Les noms des signataires, par leur disposition, disent ou taisent leurs relations à la recherche présentée. Tous n’ont pas la même place : les uns ont écrit, d’autres ont accompagné l’écriture ou encore apporté des modifications aux premières versions des textes, certains participent à la recherche sans avoir contribué au travail d’écriture, d’autres encore, par leur présence, permettent une reconnaissance des cadres théoriques ou des champs investis par les textes… Dans tous les cas, les auteurs, par leurs co-signatures, assument leur travail en commun. Ils donnent aussi à voir leurs inscriptions dans les mêmes champs ou les possibilités de discussions sur des objets communs, ou encore les filiations de formation. À côté des signatures, les textes comportent d’autres formes d’écriture donnant prise aux questionnements sur les implicites. C’est le cas des notes de bas de pages : éléments banals ou essentiels ? Elles témoignent d’un choix de l’auteur : il donne à lire tout en accordant à ces lignes un statut particulier. Statut auquel tous, d’ailleurs, n’attribuent pas le même sens. Interroger les textes en ayant en tête ces réflexions basées sur les formes des écrits en tant que zones possibles d’implicites, permet de prendre la mesure des variations de points de vue et par là même d’interroger les normes et les codes des champs disciplinaires dans lesquels nous nous inscrivons. Pourquoi faisons-nous ces choix d’écriture ? Que devons-nous écrire ? Que pouvons-nous écrire ? Qu’est-ce qui se fait ou ne se fait pas ? D’une certaine façon, les normes se construisent, se structurent et se renforcent en même temps que se façonnent nos écrits, en même temps que ceux-ci sont lus. Au fil des écrits la connivence se crée ou se renforce et la formation s’accomplit encore.

4Un autre point, dans les écrits, concerne les problèmes techniques auxquels peuvent être confrontés les chercheurs. Qu’en écrit-on ? Encore une fois, que considère-t-on comme banal ou secondaire ? Personne n’a donné d’indications sur les questions liées aux conditions matérielles : utilisation de rallonge, question de la place du magnétophone, indications sur le cadrage de l’enregistrement vidéo,… Certes, il n’est pas dit que ces questions sont systématiquement absentes des textes, mais durant le séminaire lorsque cette interrogation a été abordée elle est apparue, dans un premier temps, futile. La question de la consignation, dans les écrits scientifiques, de l’utilisation d’une rallonge a même provoqué un rire partagé. Pourtant le groupe de travail était fait de didacticiens de différentes disciplines, plus ou moins expérimentés. Existerait-il ici une norme ? Si c’est le cas, il s’agit d’une norme qui semble construite et transmise pour être ainsi commune. L’écrit doit donner à voir, mais dans quelles limites ? Si la question de la rallonge provoque un rire collectif, elle a néanmoins l’intérêt de nous interroger sur nos normes implicites. Nos textes en véhiculent. Et qu’en est-il de nos formations ? Formons-nous à l’implicite ? Formons-nous par l’implicite ? Ces questions ont eu d’autant plus d’écho qu’un des principes de ce séminaire est de faire se rencontrer et discuter des doctorants et des chercheurs à différents moments de leurs parcours scientifiques.

5Les textes ont été réunis ici pour permettre de questionner l’implicite dans la construction des corpus. De l’appellation « classe ordinaire » à celle de « sujet épistémique » il a été intéressant de voir comment les définitions se font, se structurent, bougent et se défont. Il en est de même avec les découpages des séances ou les retranscriptions de l’oral. Les constructions des corpus, et les écrits qui en rendent compte interrogent les « allant de soi » disciplinaires. Il n’est pas sûr que chacun, à la suite de ce travail de séminaire, explicite davantage ses écrits, ce n’en était d’ailleurs pas le but. Néanmoins, une telle investigation des recherches et des écrits que ce soit les siens ou ceux des autres nous aide à voir nos disciplines se construire tout en portant un regard dénaturalisant sur certains mécanismes récurrents voire dominants.

6L’implicite se niche partout : entre les lignes de ce qui est écrit ou dans l’absence d’écrits. Aujourd’hui les didactiques, certes jeunes, sont assez mûres pour interroger les implicites dans leurs méthodes de recherches. Ce séminaire marque la formalisation de cette réflexion au sein des didactiques disciplinaires. Et prendre conscience de ce qu’on dit ou ne dit pas aux pairs ou à soi-même, introduit un autre rapport à la construction de nos disciplines. Puisque ce qu’on dit, écrit, taisons,… opère.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search