Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Questionner l'implicite

 | 
Cora Cohen-Azria
, 
Nathalie Sayac

Partie 1. Implicites et constitutions de corpus

Questionner les implicites dans les choix de constitution des corpus

Dominique Lahanier-Reuter et Joël Lebeaume

Texte intégral

1Le séminaire suggère une extension à la définition assez convenue de « implicite », par exemple celle du dictionnaire Lalande : « Est implicite ce qui est impliqué par ce qu’on énonce, mais qui n’est pas lui-même énoncé explicitement ». En effet, la réflexion engagée au cours de l’atelier s’appuie sur des textes et donc des énoncés. Mais ces écrits de chercheurs ont plusieurs caractéristiques :

  • Ils sont d’abord des analyses rétrospectives de recherches menées ou en cours qui visent l’élucidation de leurs implicites par leurs auteurs ;
  • Ils sont aussi des énoncés qui mettent en mots d’une part des actions de recherche déjà faites et donc reconstruites par la pensée et d’autre part des pratiques situées dans un laboratoire, un groupe ou une institution ;
  • Ils sont également des textes soumis à discussion dans un séminaire de recherche et donc destinés à des membres des diverses communautés des didacticiens avec leurs normes d’écriture ou de présentation.

2L’inscription sociale des textes (qui suivent) implique de fait des silences assumés par les auteurs considérant les allant-de-soi naturels de la communauté, les attentes et les acquis supposés des lecteurs ou les règles et les rites imaginés de cet échange. L’explicitation des implicites est ainsi sous contrainte au gré des enjeux des situations, des actions conscientisées et des choix qui demeurent indicibles, incorporés voire inavouables.

3Le questionnement des implicites dans les choix de constitution des corpus de recherche s’effectue dans ce contexte d’introspection volontaire dont la valeur formatrice réside surtout dans le temps pris ensemble « à se regarder marcher ». Toutefois, engager la réflexion en la localisant à un des moments ou une des phases du processus de recherche ne peut occulter la dynamique d’ensemble et les interactions entre la problématique et les décisions d’ordre méthodologique. Tout chercheur choisit ou construit en effet les techniques et les outils d’investigation et définit ou sélectionne le corpus et sa taille selon la question qu’il se pose et les soupçons qu’il a de leur efficacité et de leur pertinence. Réciproquement l’examen des choix méthodologiques questionne la formulation du problème, le contrôle et l’absence de contrôle des variables. Le recueil et l’analyse des données s’inscrivent également dans cette dynamique qui constitue l’un des apprentissages fondamentaux de la formation doctorale puis de l’expérience de recherche.

4Avec ces précautions, le questionnement a porté principalement sur les dimensions imbriquées, les origines multiples et les effets divers des implicites : nous livrons au lecteur les questions qui ont été débattues au cours de l’atelier. Elles peuvent constituer un guide à la lecture des textes qui suivent, puisque ces derniers s’en inspirent largement.

5Quelles fonctions sont/peuvent être conférées aux implicites dont parlent les chercheurs, à la fois dans le processus effectif de recherche et dans sa restitution ou sa mise en texte ?

6Tous ces textes parlent d’implicites, mais pour qui sont-ils/ont-ils le statut d’implicites ? Par qui sont-ils identifiés, considérés ou traités comme tels ? Sur qui, sur quoi peuvent ils être/sont-ils des implicites ?

7Il est communément admis que l’on ne peut pas être exhaustif et par conséquent qu’il est impossible de tout dire ou tout justifier. Ceci nous amène à interroger les limites de l’implicite et du coup celles de l’explicitation : jusqu’où des chercheurs peuvent-ils ne pas être implicites, ne pas être explicites ? Quelles sont les légitimités, les justifications implicites ou explicites à ces limites ? Quelles sont les frontières de cette zone obscure non dite ou indicible, quels contrôles les chercheurs assument-ils dans ce rapport implicite/explicite ? Quelles sont les conditions de leur mise au jour dans le processus de recherche ?

8Enfin, les façons de penser les implicites et les manières de faire avec ces implicites sont sans doute différemment reconstruites dans les textes mis à disposition. Or les auteurs de ces textes sont des chercheurs dans des didactiques différentes. Existe t-il un rapport entre « l’implicite » et les spécificités de chacune de ces disciplines scientifiques ? Le cas échéant, comment le caractériser ?

9Ces questions sont abordées dans les textes qui suivent. Mais il nous semble important de revenir temporairement à l’élaboration de ces textes, en retraçant quelques uns des résultats de l’étude qui nous a rassemblés et qui est à l’origine de cet ouvrage.

  • 1 En admettant qu’on puisse les distinguer.

10Le travail mené a conduit les participants de l’atelier à une réflexion portant principalement sur les possibilités de différenciation des implicites étudiés. Tout d’abord, il est apparu que cette classification peut s’appuyer sur les fonctions qui leur sont attribuées dès lors que l’on restreint l’étude aux implicites du processus de construction de corpus didactiques : ainsi, ils se révèlent davantage en tant que savoirs tacites par le rôle qu’ils jouent dans les prises de décision in situ, plutôt en tant que savoirs ou croyances en construction s’ils apparaissent comme des « garde-fous » au cours de ce processus, enfin en tant que caractéristiques attribuées aux sujets observés, aux comportements reconstruits, dès lors qu’on leur reconnaît un rôle de freins - ou au contraire d’accélérateurs. Une seconde source de classification descriptive de ces implicites réside dans les niveaux1 au sein desquels les chercheurs les traquent : s’il s’agit du niveau macro, les implicites peuvent être ceux qui contribuent à fonder le(s) champ(s) convoqué(s) pour la constitution des traces recueillies en corpus scientifique, s’il s’agit du niveau micro, ils sont davantage à lire dans des prises de décisions contextuelles. Enfin, le dernier mode étudié de classification éclairant ces implicites est la différenciation des espaces où s’exerce la constitution de corpus : espaces où les documents sont recueillis vs ceux où ils sont présentés. En effet, les implicites qui transparaissent dans le processus d’écriture sont davantage expliqués par des raisons d’intelligibilité, par des ellipses dues à la textualisation, par les valeurs accordées à cette constitution de corpus, par des effets de protection (quels implicites se révèlent dans l’écriture des notes de bas de page…), par les effets révélateurs de l’écriture…

11Ces questions centrales et ces comptes rendus partiels constituent ainsi des entrées pour la lecture des textes qui précisent, dans des contextes différents, les implications des décisions à la fois d’ordre macroscopique ou plus microscopique, l’anticipation des actions conduites, instrumentées ou outillées, ainsi que les régulations effectuées au gré des imprévus, des a priori, des partis pris et selon les paradigmes dans leurs dimensions épistémologiques et sociales.

Notes

1 En admettant qu’on puisse les distinguer.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540