Version classiqueVersion mobile

Questionner l'implicite

 | 
Cora Cohen-Azria
, 
Nathalie Sayac

Questionner l’implicite dans les méthodes de recherche en didactiques

Cora Cohen-Azria

Texte intégral

1Cet ouvrage est le troisième volume de la collection « éducation et didactiques » consacré aux méthodes de recherches en didactiques. Après le premier volume qui a abordé différentes questions méthodologiques (détermination des indicateurs, comparaisons, croisements et retraitement des données,…), il a été choisi de centrer chaque séminaire sur un seul thème. Ainsi, le deuxième ouvrage a abordé les questions de temporalité dans les méthodes de recherches en didactiques. Pour ce troisième volume, parmi les différentes thématiques proposées, le comité scientifique a choisi de suivre l’idée audacieuse d’Yves Reuter : questionner les implicites dans les recherches didactiques. Aujourd’hui, cette thématique apparaît comme un axe stratégique pour interroger les fonctionnements de ces disciplines. Ainsi le fait de poser un regard sur ce qui est présenté mais également sur ce qui est exclu ou naturalisé dans le discours des didacticiens permet de comprendre, de définir et ainsi d’asseoir la discipline et ses méthodes de recherche.

2Lors de ce séminaire, nous avons interrogé les choix non explicités du chercheur. Ceux-ci peuvent renvoyer à sa subjectivité ou aux contraintes qu'il rencontre, à des choix conscients au moment où il effectue son travail, mais aussi à des choix inconscients de sa part ou de celle de la communauté à laquelle il appartient ou à laquelle il se réfère. Ces micro- (ou macro-) décisions peuvent s’opérer à différents moments de son travail. En effet, le chercheur peut accentuer ou faire disparaître des éléments de son travail lors :

  • de la construction même du projet de recherche (évidences inégalement interrogées, expériences tacites, connivences avec la communauté des chercheurs…),
  • du recueil de données (choix des techniques, de leurs usages…),
  • de la constitution du document de travail (transcription, indexation du document…),
  • du traitement des données (abandon de certaines données, choix des techniques…),
  • des choix d’écriture,
  • des modes d’exposition (en fonction des supports, des contextes, et des modes d'argumentation selon les destinataires…),…

3L’ouvrage s’ouvre sur le texte très stimulant de Jean-Louis Martinand, « Risques et vertus de l’implicite ». L’auteur, en revisitant, entre autres, certains moments de son parcours professionnel, interroge l’implicite et les sens de ce mot en empruntant différents itinéraires de pensée. Il rappelle d’abord les travaux dont l’implicite constituait l’objet même de la recherche. Il expose certains programmes de recherche en didactiques en examinant l’implicite dans la construction, l’exposition, l’élaboration et les réceptions conceptuelles de ces travaux. Force est de constater que les espaces dans lesquels de telles réflexions peuvent être présentées se révèlent être assez rares. Il choisit également de relire certaines productions conceptuelles à la lumière de cette question. Un concept est formulé puis reformulé à maintes reprises dans des contextes différents. Ces réécritures successives témoignent de la réception et de l’appropriation de ces concepts par chacun. Le regard de Jean-Louis Martinand permet de révéler ici des zones d’implicites, d’autant plus intéressantes qu’il interroge certains concepts dont il est l’auteur : de la genèse d’un concept à sa relecture des années plus tard. Notre séminaire et cet ouvrage peuvent s’enorgueillir d’un tel témoignage. Enfin, sa contribution permet de réfléchir à l’implicite dans le métier de chercheur et donc à la place qui lui est attribuée dans nos formations.

4L’ouvrage se divise ensuite en trois parties. Chacune s’ouvre sur une introduction réalisée par les animateurs d’atelier et se conclue par le regard du « grand témoin » de ce même atelier. La première partie interroge les implicites dans les choix de constitutions des corpus, la deuxième, les implicites liés aux cadres théoriques et la troisième se centre sur la construction de l’objet de recherche dans les recherches en didactiques. Il s’agit dans ce dernier point d’analyser les choix méthodologiques et épistémologiques faits par les auteurs. Ces trois axes ont été construits à la lecture des propositions de contributions. Durant le séminaire, les participants ont travaillé ensemble, dans les trois ateliers, à partir des textes présentés. Ainsi, ces premiers écrits ont été repensés, remodelés, refaçonnés à la lumière des discussions et des débats de cette journée. L’organisation choisie, basée sur ces trois axes ne constitue en aucun cas l’unique possibilité de classement de ces textes. En effet, au sein d’un atelier, les discussions ont pu porter sur ces trois thèmes à la fois. Nous avons tenu à construire les trois chapitres autour de ces questions initiales pour présenter le contexte thématique dans lequel les discussions ont eu lieu.

5C’est maintenant au lecteur de choisir son itinéraire de lecture à travers ces textes pour continuer de questionner l’implicite dans les recherches en didactiques.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search