Version classiqueVersion mobile

Didactique du français, le socioculturel en question

 | 
Bertrand Daunay
, 
Isabelle Delcambre
, 
Yves Reuter

2. Comment le socioculturel participe de la construction des contenus d'enseignement

Fermetures et ouvertures francophones dans le discours didactique des manuels roumains de FLE

Cristiana-­Nicola Teodorescu

Texte intégral

1L’histoire de l’enseignement du français en Roumanie est longue et mouvementée, car elle a connu des périodes de grande ouverture vers l’espace français et francophone, mais aussi des périodes « noires » en ce qui concerne la sensibilisation des élèves avec les réalités culturelle, littéraire, historique ou géographique de la France ou des autres pays francophones.

2Notre objectif est d’enregistrer et d’analyser le discours didactique des manuels de français de deux périodes distinctes qui ont profondément marqué le contenu des manuels et l’enseignement du français en Roumanie. Il s’agit de la période communiste et de la période actuelle, définie par une ouverture francophone importante.

3Le positionnement discursif des auteurs des manuels. Les auteurs des manuels de FLE, instances énonciatives importantes dans la conception et la structuration des manuels, se manifestent dans des contextes idéologiques et sociopolitiques différents, qui vont déterminer des positionnements didactiques antagonistes.

4Cecilia Condei (2007, p. 2) affirme que le discours de l’auteur, la partie la plus importante d’un manuel de FLE, a une double manifestation : comme

discours explicite, celui du concepteur qui formule des consignes, des explications de grammaire ; des présentations des textes (non) littéraires et de leurs auteurs, des commentaires, des notes, etc. Ayant l’apparence d’un bricolage discursif, en réalité il est le résultat d’un travail d’harmonisation entre différents types de discours et de textes que les concepteurs réorganisent selon leur visée didactique

5et comme « manifestation implicite dans le parcours grammatical, littéraire, civilisationnel choisi pour illustrer un thème et dans la conception proprement dite du manuel » (Condei, 2007, p. 2).

6Cette double manifestation n’échappe pas à l’influence des facteurs sociopolitiques, « car le contenu de ces discours illustre la société à un moment donné et le but éducatif est de former l’élève selon un idéal éducatif plus ou moins tributaire aux caractéristiques du moment » L’implication des facteurs sociopolitiques détermine « le choix des textes proposés comme lecture ou base de conversation » et aussi le « fil conducteur de la conception du manuel » (id., ibid.).

7On voit ainsi (Jodelet, 1991, p. 37) que

l’auteur du manuel […] se présente alors comme une personne qui véhicule des représentations, c’est-à-dire des formes de représentation socialement élaborées et partagées, ayant une visée pratique et participant à la construction d’une réalité qui est commune à un ensemble social.

8Nous partageons l’opinion de Cecilia Condei (2006, p. 146) qui affirme que

l’auteur du manuel nous conduit dans le domaine de ce que Pierre Bourdieu et d’autres après lui appellent culture cultivée et où nous trouvons : la littérature, la peinture, la musique, les arts en général. L’auteur nous propose également un espace qui nous renseigne sur les diverses façons de vivre et de se conduire dans la société, ce qui forme le domaine de la culture anthropologique.

1. Repères historiques dans l’évolution de l’enseignement du FLE en Roumanie

1.1. La période communiste

9Entre 1945 et 1989 la Roumanie a connu la pire période de son histoire, la période communiste, marquée par un discours idéologisant qui a influencé tous les compartiments de la vie sociale, politique et culturelle, y compris l’enseignement. Partant de l’idée que la langue est un des instruments de pouvoir, le système communiste roumain a instauré un discours dominé par la prévisibilité, la stéréotypie obsessionnelle, le cliché, par une quantité immense de paroles et dont l’évolution semble marquée par l’impossibilité de la communication (cf. Teodorescu, 2000).

1.2. Traditions de l’enseignement roumain

10L’enseignement des langues étrangères a une longue et riche tradition en Roumanie à partir du XVIIIe siècle. Le XIXe siècle a connu un essor spectaculaire de l’intérêt pour l’étude des langues étrangères, les boyards roumains luttant pour mettre fin à l’isolation culturelle du pays. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, l’étude des langues étrangères a connu un deuxième saut important avec des conséquences significatives pour la culture roumaine. L’enseignement primaire obligatoire, les écoles privées, les écoles bilingues, surtout françaises, les lycées, les familles se concentraient sur l’apprentissage des langues étrangères et surtout du français. Cette tradition européenne a été brusquement interrompue en 1945.

11On distingue deux périodes importantes pour l’apprentissage des langues étrangères à l’époque communiste : une première période, 1948-1965, caractérisée par la domination du russe, étude obligatoire dans tout le système d’enseignement, au détriment des autres langues européennes, et une deuxième période, après 1965, marquée par la rupture idéologique de l’URSS et l’affirmation nationaliste de l’indépendance du pays. Le russe retrouve sa place parmi les autres langues étrangères au niveau de l’enseignement qui s’ouvre vers la modernité.

1.3. Commencement de l’idéologisation de l’enseignement

12Le moment 1948. L’enseignement roumain a été profondément marqué par la première loi de l’enseignement de 1948, quand l’idéologie communiste commence à l’influencer. La politisation ostentatoire fait son apparition dans les programmes scolaires, remplis dès maintenant de citations de Staline. Ainsi, le Programme de langues étrangères (anglais, allemand, français pour les écoles moyennes, publié par le Ministère de l’Enseignement Publique et l’Institut de Sciences Pédagogiques en 1952) insistait-il sur le fait que « l’enseignement des langues étrangères dans les écoles moyennes doit se faire sur la base des principes fondamentaux élaborés par I. V. Staline dans son œuvre géniale Le Marxisme et les problèmes linguistiques » (Păuş, 1999, p. 91). Dans ce contexte, la langue est considérée comme « moyen d’éducation politique et idéologique » (Ibid.).

13Le moment 1961. Le Programme de langue française pour les VIe et VIIe classes, approuvé par Le Ministère de l’Enseignement et de la Culture insiste sur l’objectif de l’enseignement du français qui est « la réalisation de l’éducation communiste » (Ibid.).

14On voit, donc, que les manuels de français de la période 1952-1961 ont en commun l’idéologisation des contenus en vue de l’éducation communiste des jeunes, copiant en quelque sorte le système d’enseignement soviétique par l’éloignement de la langue étrangère authentique de sa culture, sa civilisation et, implicitement, de l’influence nocive de la culture occidentale.

15Les années 1970. Les programmes de langues étrangères de cette période continuent le processus d’idéologisation des années précédentes, limitant au maximum l’initiative du professeur par l’organisation des contenus par leçons et non par thèmes. Malgré les contenus profondément idéologisés, on remarque la modernité des approches didactiques proposées par les programmes de langues étrangères, mais l’opacité interculturelle se poursuit et se densifie, car les manuels ignorent totalement les réalités culturelles et de civilisation de la langue enseignée. Malgré la priorité accordée à l’expression orale et à la communication, les contenus restent centrés sur les réalités communistes du pays.

16Les années 1980 arrivent avec une diminution importante du nombre d’heures de langues étrangères à tous les niveaux de l’enseignement et avec le renoncement à l’enseignement des langues étrangères dans les classes primaires. Le professeur de langues étrangères utilise un manuel « maquillé », libéré en partie du contenu idéologique, mais assez opaque à la culture et à la civilisation de la langue enseignée.

17Les années 2000 ouvrent l’enseignement du français vers de nouveaux horizons français et francophones, la stratégie didactique des auteurs des manuels étant d’offrir aux élèves des informations très récentes et riches sur les réalités françaises et francophones.

2. Analyse des manuels de français

  • 1 L’enseignement des langues étrangères se poursuit à trois niveaux : l’école primaire (de 7 à 10 ans (...)

18Nous proposons une analyse des manuels de français des années 80 pour les classes de gymnase et des années 2000 pour les classes de lycée1 dans une perspective interculturelle, pour rendre compte du passage de l’opacité culturelle de l’enseignement des langues étrangères de la période communiste vers la grande ouverture actuelle. À l’époque communiste, on enseignait la langue, sans rapport à sa culture, aux traditions historiques et littéraires, à la civilisation, les manuels véhiculant les réalités roumaines, les stéréotypes culturels de la période communiste dans la langue étrangère enseignée.

19Le moment 1989 a représenté un point tournant dans l’histoire de la Roumanie, la rupture avec le système communiste ouvrant de grandes portes vers une approche interculturelle de l’enseignement, surtout de l’enseignement des langues étrangères, le changement idéologique se reflétant directement dans la conception des manuels de langues étrangères.

20Les manuels soumis à l’analyse sont :

  • pour l’époque communiste :

  • Saraş, M. & Brăescu, M. (1975). Langue française. (Manuel pour la VIe classe, deuxième année d’étude). Bucureşti : Didactică şi Pedagogică ;

  • Saraş, M. (1975). Langue française. (Manuel pour la VIIe classe, troisième année d’étude). Bucureşti : Didactică şi Pedagogică ;

  • Popa-Scurtu, D., Coroamă, O. & Nasta, D. I. (1983). Langue française. (Manuel pour les IIIe et IVe années d’étude). Bucureşti : Didactică şi Pedagogică ;

  • Nasta, D. I. (1984). Langue française. (Manuel pour la VIIIe classe). Bucureşti : Didactică şi Pedagogică.

  • pour l’époque actuelle :

  • Nasta, D. I. (2006). Langue française : Coup de cœur. (Manuel pour la XIe classe, première langue d’étude). Bucureşti : Corint ;

  • Nasta, D. I. (2006). Langue française : Francoroute. (Manuel pour la XIIe classe, première langue d’étude). Bucureşti : Corint ;

  • Mladinescu, R. & Păuş, V.-A. (2002). Tous azimuts. (Manuel de langue française pour la XIIe classe). Bucureşti : Sigma.

21Notre analyse ne va pas prendre en compte le contenu linguistique de l’enseignement, mais les aspects culturels et interculturels proposés. On va essayer de trouver dans ces manuels des références culturelles à la France, à son histoire, à sa culture et à sa civilisation, mais aussi des références culturelles à l’espace francophone.

22Le titre même des manuels communistes – Langue française – marque cette rupture entre la langue, en tant que moyen linguistique, et la civilisation et la culture françaises.

23Même si les manuels actuels portent le titre générique Langue française, les auteurs proposent des sous-titres particularisants – Francoroute, Tous azimuts, Coup de cœur – qui renvoient à l’espace français et francophone, explicitant ainsi le rapport étroit entre les moyens linguistiques enseignés et les aspects de civilisation.

2.1. Références géographiques

24Les manuels communistes analysés s’intègrent dans la ligne habituelle de l’opacité culturelle, proposant aux élèves des références géographiques majoritairement roumaines. Le manuel Saraş fait preuve de courage idéologique et d’ouverture vers la France et sa culture : les multiples références géographiques françaises, villes, régions, monuments historiques, endroits touristiques sont présentés et même illustrés.

Manuels

Références géographiques françaises

Références géographiques roumaines

Saraş, Brăescu

Paris, 23, rue de la Paix, Place de l’Opéra, La Seine, Une grande ville de France

Baia-Mare, Bucureşti, Predeal Le Delta du Danube
Le littoral roumain de la Mer Noire, Bucarest, Constanța, Mamaia
Stations balnéaires
Colonie de vacances
La République Socialiste de Roumanie

Saraş

Normandie, Paris, Rouen, grande ville du Nord-ouest de la France, Le Jardin des Tuileries, La Provence
Les bords de la Méditerranée, La Côte d’Azur, La banlieue de Paris, Nice, la Promenade des Anglais, Menton, Cannes, sur la Croisette, L’Ile de la Cité, Palais de Justice, Le Quai aux fleurs, La cathédrale Notre Dame, Un grand magasin parisien. Les Champs Élysées,

La Mer Noire
Le Delta du Danube, Piteşti, Bucarest, La Moldavie
Les Carpates, Constanța

Popa- Scurtu, Coroamă, Nasta

Les Alpes, Les Pyrénées, Les Pyrénées Orientales, Les Basses Alpes, Les Hautes-Alpes, Le Massif central, Tarascon, Brest, Bordeaux, Marseille

Le Delta du Danube, Tulcea, Le Danube, Le littoral de la Mer Noire Les montagnes, Les vallées de l’Olt, Argeş. Mureş, La vallée de Prahova, La Transylvanie, Bucarest, Constanța, l’hôtel Intercontinental, le village de Măgura, Alba- Iulia, les Carpates Orientales, Mamaia,

Nasta

Le bord de la Mer Noire, Mamaia, Vaşcău, les sommets des Carpates Moldavie, Olténie,

25Dans les manuels actuels les références géographiques françaises et francophones sont multiples : Avignon, Cannes, Paris, Pays de la Loire, Le Massif Central, la Gare Saint-Lazare, le casino de Néris-les-Bains, Orléans, Bordeaux, Nantes, Bretagne, Bourgogne, Auvergne, Le Havre, Dinan, la Rance, Québec, St Laurent, Bruxelles, la Wallonie, etc.

26Le manuel Nasta 1 est centré sur le monde français, le manuel Nasta 2 s’ouvre un peu plus vers l’espace francophone (avec des références belges), le plus international, le plus ouvert à l’Europe étant le manuel Mladinescu, Păuş, avec de riches références géographiques françaises, francophones (belges, québécoises), roumaines et européennes.

2.2. Références littéraires

27En ce qui concerne les références littéraires, les manuels communistes analysés proposent des textes de lecture supplémentaire, accompagnant le texte de la leçon. Ces textes sont puisés dans des auteurs connus (Victor Hugo, La Fontaine, Jules Renard…), mais ce qui est significatif du point de vue idéologique est la période temporelle choisie : XIXe et début du XXe siècle. C’est comme si la littérature française s’arrêtait à cette période-là, car la modernité ou la période contemporaine n’existent pas. C’est un choix dicté par des raisons idéologiques, les auteurs étant obligés d’ignorer toute référence à l’actualité.

Manuels

Références littéraires françaises

Saraş, Brăescu

Gargantua
Chanson pour rire
, Louisa Paulin
La laitière et le pot au lait d’après La Fontaine

Saraş

Robert Desnos, Le pélican, Victor Hugo, Chanson des oiseaux, Un exploit de Mermoz, d’après Joseph Kessel

Popa- Scurtu, Coroamă, Nasta

Ah ! Ces devoirs…, d’après Enfance de Paul Vaillant-Couturier (1892-1937) Comme il étai bon, mon père ! d’après Mémoires et récits (1906) de Frédéric Mistral (1830-1914), Pitié pour les oiseaux ! d’après Histoires naturelles (1896) de Jules Renard (1864-1910), À travers champs d’après Pierre Nozière (1899) d’Anatole France (1844-1924), Louis Aragon, Molière, Poil de Carotte (1894) d’après Jules Renard, Le chêne, Alphonse de Lamartine (1790-1869), Les chasseurs de casquettes d’après Tartarin de Tarascon (1872) d’Alphonse Daudet (1840-1897),

Nasta

Comment ça va ? de Jean Tardieu, Pierre de Charles Péguy (1873-1914) Une fontaine dans le désert d’après Le petit Prince (1943) d’Antoine de Saint-Exupéry (1900-1944), Bonne justice de Paul Éluard (1895-1952), Le Premier mai d’Henri Bassis, La Foire aux cancres de Jean Charles,

28Les manuels actuels continuent l’utilisation des références littéraires, mais la modernité y est présente :

Manuels

Références littéraires françaises

Références littéraires francophones

Nasta 1

Simone de Beauvoir, Antoine de Saint-Exupéry, François Mauriac, Jean-Jacques Rousseau, Albert Camus, Anatole France, Gustave Flaubert, Honoré de Balzac, René Huyghe, Arthur Rimbaud, Stendhal, Paul Éluard, Paul Verlaine, Molière, Pierre de Ronsard, Apollinaire, Guy de Maupassant,

Albert Cohen, Jacques Roumain,

Nasta 2

Jean Anouilh, Eugène Ionesco, Antoine de Saint- Exupéry, Suzanne Prou, Victor Hugo, Alexandre Dumas fils, Guy de Maupassant, La Bruyère, La Rochefoucauld, Paul Éluard, Robert Desnos, Albert Camus,

Gilles Vigneault, Léopold Sédar Senghor,

Mladinescu, Păuş

M. Yourcenar, Roger Martin du Gard, Henri Troyat, Paul Guimard, Jean Giono, Gustave Flaubert, Charles Baudelaire, Simone de Beauvoir, Romain Gary, Michel Leiris, Simone Weil, René Huyghe

Gilles Vigneault, Robert Charlebois, Jacques Poulain, Hubert Aquin, Gabrielle Roy,

29Les manuels actuels de FLE insèrent dans le contenu des leçons de petits extraits littéraires, tout en balayant l’histoire de la littérature française, toutes les époques y étant reflétées. La présentation ne s’arrête plus aux années 40, comme dans les manuels communistes, la modernité retrouvant sa place. On remarque pourtant une place plus réduite accordée aux textes littéraires et une préférence de tous les auteurs pour les articles de presse, pour le document authentique. Les littératures francophones retrouvent leur place dans les manuels de français, avec une préférence marquée pour l’espace québécois, la littérature suisse ou belge n’étant pas représentée.

2.3. Références culturelles et politiques

30Les références culturelles et politiques françaises ne sont pas significatives du point de vue quantitatif, le manuel Saraş continuant sa ligne d’ouverture vers la culture française. Le manuel Popa-Scurtu et le manuel Nasta abondent en références culturelles roumaines, ignorant presque totalement l’espace français :

Manuels

Références culturelles françaises

Références culturelles roumaines

Saraş, Brăescu

Saraş

Le Palais du Louvre
Le Jardin des Tuileries
Napoléon Ier
Le Château de Fontainebleau
L’acteur français Fernandel
Le lycée Balzac
Alain Gerbault
Jean Mermoz
L’hydravion Croix-du-Sud

Popa-Scurtu, Coroamă, Nasta

Lycée Janson-de-Sailly à Paris, Le Tour de France, André- Marie Ampère, L’Académie, Pierre et Marie Curie

Le folklore roumain, les costumes populaires roumains, Dacia 1300, la Maison des Pionniers et des faucons de la Patrie, le foulard rouge, les tableaux de Luchian, la peinture sur verre,

Nasta

la broderie roumaine, les tableaux de Luchian, la peinture sur verre appréciée en Transylvanie, la poterie,

31Les manuels actuels insistent sur les réalités culturelles et politiques de la France, présentant :

Manuels

Références culturelles et politiques

Nasta 1

la loi Aubry, le Fond Social Européen, Les jeunes entre « oui » et « non, Le calendrier des manifestations culturelles, l’implication politique des jeunes, les idoles, François Mitterrand, Jacques Chirac, Regards sur la France, horizons francophones – des Antilles à la Polynésie, la francophonie,

Nasta 2

les intellectuels face à la révolte, la génération transition, des jeunes, l’éducation civique, les droits et les devoirs, Jacques Chirac,

Mladinescu, Păuş

L’identité sociale, l’identité jeune, les vedettes,

32Tous les trois manuels analysés accordent une grande place à la présentation de la vie culturelle et politique française, la problématique culturelle ou politique du monde francophone n’étant pas du tout représentée.

2.4. Références économiques et sociales

33Dans les manuels analysés il n’y a que quatre références à l’économie française, les usines Renault et le Salon de l’Automobile. Le choix des exemples est, lui aussi, significatif du point de vue idéologique, car l’industrie roumaine avait à l’époque une bonne collaboration avec Renault par les usines d’automobiles de Piteşti. Les tendances centripètes qui caractérisaient la société roumaine de l’époque, fortement autarcique, se font sentir au niveau des manuels de français, par ce repli sur les réalités économiques roumaines, sur les « grands succès » économiques réalisés grâce à la politique du parti communiste :

Manuels

Références économiques françaises

Références économiques roumaines

Saraş, Brăescu

Saraş

Les usines Renault, Le Salon de l’Automobile, une entreprise industrielle, la voiture Renault

Les usines Dacia, les usines de Piteşti, la voiture Dacia, les chantiers navals de Constanța

Popa-Scurtu, Coroamă, Nasta

Fabrique de conserves de poissons à Tulcea, la Foire Internationale de Bucarest, l’industrie des constructions mécaniques, l’industrie lourde, légère, chimique, les tracteurs, Dacia 1300

Nasta

L’industrie lourde, les usines « Electroputere » de Craiova, les tracteurs, Dacia 1300

34L’économie, française ou francophone, ne semble pas intéresser les manuels actuels qui n’offrent pas de références à ce secteur. Il y a quelques mentions concernant le travail :

Manuels

Références économiques et sociales

Nasta 1

La Cité des Sciences et de l’Industrie, la politique de l’emploi, l’égalité hommes – femmes – son évolution depuis 1944, la loi Aubry, le Fond Social Européen, la femme active, le bâtiment et les travaux publics, les innovations technologiques, l’éco-industrie, les préoccupations écologiques, l’écodéveloppement, INSEE, l’Île-de-France

Nasta 2

la richesse et la pauvreté, faire fortune, les inégalités en France, les immigrants, l’écologie, les changements dans le monde rural, le travail face aux nouvelles technologies, les nouveaux métiers, l’Intr@net

Mladinescu, Păuş

Carte du voyageur dans la zone Euro, la Banque Nationale du Canada, nouveaux mécanismes financiers européens, travail et machinisme, la mécanisation industrielle, le chômage, la pollution,

2.5. Références historiques

35Il n’y a que deux références à l’histoire française, le 14 Juillet et Jeanne d’Arc. Mais toutes les dates importantes pour l’histoire roumaine sont présentées d’une manière insistante.

Manuels

Références historiques françaises

Références historiques roumaines

Saraş, Brăescu

Saraş

Jeanne d’Arc

La fête nationale de la Roumanie

Popa-Scurtu, Coroamă, Nasta

Le 14 juillet

Le 23 Août 1944, Le 29 juin 1819, la date de naissance de Nicole Bălcescu. Le 1er décembre 1918, Le 1er Mai 1922, la création du Parti Communiste Roumain

Nasta

Le 1er décembre 1918, Le 1er Mai 1922, la création du Parti Communiste Roumain

36Les références à l’histoire de la France sont assez rares, mais il y a un nombre important de références à l’histoire de l’Union européenne :

Manuels

Références historiques

Nasta 1

La construction européenne, le patrimoine culturel,

Nasta 2

Une famille française à l’épreuve de la Première Guerre mondiale, la famille bourgeoise,

Mladinescu, Păuş

Jacques Cartier, le patrimoine européen,

2.6. Références à la vie de tous les jours

37La civilisation française est présentée dans le manuel Saraş, avec des références à tous les aspects de la vie quotidienne. Les autres manuels se placent sur la ligne de la fermeture interculturelle insistant sur la vie quotidienne roumaine.

Manuels

Vie de tous les jours française

Vie de tous les jours roumaine

Saraş, Brăescu

La maison, les vacances, les saisons, les achats au marché, la cuisine, les aliments, chez le docteur, à la campagne, le passe temps, les petits accidents,

Saraş

Les vacances en France, promenade dans le Jardin des Tuileries, à la chasse, promenades à Paris, les cafés parisiens, les grands magasins parisiens, accident de voiture, le village natal, le dé parisien, les grands magasins parisiens,

Popa- Scurtu, Coroamă, Nasta

Les grands magasins

Les vacances en Roumanie, les anniversaires, les beautés de la Roumanie, les produits roumains, les fêtes populaires, les camarades d’école, les laboratoires de l’école, le passetemps, les saisons et les travaux, les animaux préférés,

Nasta

Les vacances en Roumanie, les anniversaires, les beautés de la Roumanie, les produits roumains, les fêtes populaires, les camarades d’école, les laboratoires de l’école,

38Les manuels actuels sont extrêmement ouverts à tout ce qui signifie vie quotidienne française, la vie des jeunes, la vie des femmes, les idoles, les métiers actuels, les manifestations et les grands événements culturels et artistiques, les auteurs intégrant dans leurs manuels des unités d’enseignement dédiées à la vie quotidienne (La vie quotidienne dans Mladinescu, Păuş, Lycéens citoyens dans Nasta 2).

3. En guise de conclusion

39L’analyse des manuels de français de l’époque communiste nous a permis de constater la fermeture culturelle imposée par l’idéologie dominante, l’opacité culturelle promue dans l’enseignement des langues étrangères représentant un moyen de communication des réalités autochtones, des succès de la politique communiste. Tous les stéréotypes culturels de l’époque apparaissent dans ces manuels : la beauté du pays, les grandes réalisations économiques, la beauté de la culture traditionnelle, l’hospitalité du peuple roumain, le courage, l’esprit du sacrifice…

40Malgré le fait que le manuel Saraş soit le plus ouvert à la culture française, on constate dans tous les manuels analysés un manque de contenus spécifiques à la formation interculturelle : il y a très peu de références aux habitudes de la vie quotidienne française, aux conditions de vie, aux relations interpersonnelles, au système de valeurs, aux croyances, au savoir-faire, aux comportements rituels, à la gestualité. Dans ce contexte idéologisé, l’enseignement d’une langue étrangère est coupé des éléments culturels, l’accent étant mis sur l’intérieur. Un enseignement fermé à la communication réelle avec l’Autre, un enseignement opaque, qui propose l’étude de la langue comme moyen de communication des réalités autochtones, sans aucun intérêt pour les réalités de l’Autre.

41Les manuels de français de la période communiste engendrent l’incompréhension culturelle entre les apprenants de français et les locuteurs natifs, car la communication libre avec les étrangers était considérée, à l’époque respective, comme une trahison. Des manuels centrés sur les réalités autochtones qui n’éveillaient pas la motivation nécessaire à un apprentissage efficace, la curiosité intellectuelle des apprenants pour les aspects culturel et linguistique de la langue cible. Dans ces manuels, il n’y a pas de progression culturelle qui accompagne la progression linguistique, car le niveau strictement linguistique est coupé des aspects culturels de la langue cible. Le professeur n’est pas du tout un médiateur culturel, mais un propagandiste du Parti Communiste. Dans cet espace dominé par le refus de l’extérieur, la compétence culturelle des apprenants ne constitue pas un objectif éducationnel.

42Les manuels actuels, tout en s’appuyant sur les modèles français, s’ouvrent vers la modernité, vers les aspects de civilisation, le document authentique retrouvant sa place privilégiée. Le professeur est devenu un médiateur culturel. La méthode de l’approche communicative, utilisée dans l’enseignement roumain des langues étrangères, accorde une grande importance à l’enseignement de la civilisation.

43Georges Mounin considère que la civilisation et la culture sont des synonymes englobant aussi bien « l’histoire des institutions sociales, politiques, juridiques que les manifestations de la vie intellectuelle, artistique, voire spirituelle » (Georges Mounin, cité par Fanová, 2004).

44Ross Steele fait une distinction importante entre « Culture littéraire et artistique » et « une conception anthropologique de la culture : la culture vécue au quotidien » (Ross Steele, cité par Fanová, 2004). Les manuels actuels de FLE combinent les deux types de culture, la culture littéraire et artistique et la culture vécue au quotidien.

45Agnesa Fanová montre que « l’intérêt pour la civilisation mène logiquement à une dimension interculturelle. Tandis que la culture exige des connaissances, l’interculturel fait appel aux valeurs morales telles que l’ouverture d’esprit, la recherche de l’objectivité, l’affectivité, la solidarité, le respect d’autrui, même s’il a des idées différentes, la tolérance. […] Si l’enseignant de FLE réussit non seulement à éduquer ses apprenants dans l’esprit de ces valeurs, mais aussi à les leur inculquer, il peut se considérer comme médiateur interculturel et sa mission est accomplie » (Fanová, 2004).

46Les auteurs des manuels actuels de FLE s’inscrivent ouvertement dans ce contexte, la fermeture culturelle de l’époque communiste étant oubliée à jamais.

Bibliographie

Condei, C. (2006). « Culture cultivée, culture anthropologique et politique ». Dans J. Aden (Éd.), De Babel à la mondialisation. Actes du colloque international « Contenus culturels et didactique des langues : rôle des disciplines contributoires ». (p. 145-157). Dijon : SCÉRÉN/CRDP de Bourgogne.

Condei, C. (Éd.). (2007). « Les grandes images du vécu communautaire dans le répertoire communicatif proposé par les manuels roumains de FLE ». Communication présentée lors du 10e colloque international de l’AIRDF : Didactique du français : le socioculturel en question (Villeneuve d’Ascq, 13-14-15 septembre 2007). [CD-Rom] Villeneuve d’Ascq : AIRDF.

Fanová, A. (2004). Professeur de FLE, médiateur culturel et interculturel. [En ligne]. http://www.france.sk/culturel/coll_professeur.htm (Page consultée le 15 juillet 2006)

Jodelet, D. (1991). Les représentations sociales. Paris : PUF.

Păuş, V.-A. (1999). Limba franceză în şcoala românească. Aspecte metodologice. Bucureşti : Teora.

Teodorescu, C.-N. (2000). Patologia limbajului comunist totalitar. Craiova : Scrisul Românesc.

Notes

1 L’enseignement des langues étrangères se poursuit à trois niveaux : l’école primaire (de 7 à 10 ans), le gymnase (de 11 à 14 ans) et le lycée (de 15 à 18 ans). Actuellement, l’enseignement de la première langue étrangère commence en IIe classe (8 ans) et la deuxième langue étrangère est introduite en Ve classe (11 ans).

Auteur

Université de Craiova, Faculté de lettres, Roumanie

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search