Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les apprentissages lexicaux

 | 
Francis Grossmann
, 
Sylvie Plane

Partie I. La dynamique de l'apprentissage lexical

La recherche du mot juste à l’oral

Paul Cappeau

Texto completo

  • 1 On pense à des études dans le cadre énonciatif (Mondada, 1999) ou praxématique (Siblot, 2001).

1Les productions orales non préparées fournissent un matériau original qui permet d’observer les différentes phases d’élaboration auxquelles se livrent les locuteurs lorsqu’ils ne produisent pas d’emblée une formulation valide. Ces phénomènes, qui ont été étudiés à de multiples reprises dans divers cadres théoriques1, seront décrits ici d’un point de vue syntaxique. Il s’agira de présenter un bref relevé de quelques faits frappants. Deux aspects ont été retenus. Le premier porte sur les tâtonnements lexicaux (ou les phénomènes d’approximation lexicale, Roubaud, 1987) à travers lesquels un locuteur s’approche d’un mot ou le cerne (par exemple en utilisant des termes vagues comme chose, truc … ou en employant des modifieurs tels que sorte de, espèce de…, etc.). Ce rapide examen permettra de vérifier que la description ne doit pas seulement s’appuyer sur les formes repérées mais doit prendre en compte le fonctionnement syntaxique des unités. Le deuxième point touche un versant plutôt grammatical, il s’agit d’observer comment les locuteurs amplifient progressivement un syntagme en procédant à des insertions (Blanche-Benveniste, 2003). Les exemples ont été puisés dans des corpus « comparables » d’adultes et d’enfants afin d’esquisser quelques points de comparaison et de mieux dégager les éventuelles différences.

Les corpus utilisés

2La portée de ce rapide examen est doublement limitée : par l’analyse proposée et par les données utilisées.

3Pour l’analyse, on proposera seulement une description syntaxique des phénomènes en cause. Nous ne nous engagerons pas sur le lien de ces descriptions avec l’acquisition très souvent rattachée à l’examen des reformulations (Martinot, 2004). De même, nous nous en tiendrons à la voie syntaxique, cherchant à dégager le poids des contraintes, les limites d’emploi. Nous adopterons ainsi une approche descriptiviste qui est souvent ignorée (Wierzbicka, 2004).

4Pour les données, il semble plus prudent de considérer que les procédés d’ajustement du lexique ne sont pas indifférents aux contextes dans lesquels ils interviennent. Par exemple, les situations dans lesquelles un locuteur fournit une explication technique présentent des spécificités. Ainsi dans l’exemple suivant, le locuteur utilise un lexique précis (manège, tournée) qu’il prend le soin de définir :

(1) donc j’ai un manège l’appareil qui sert à faire les bougies s’appelle un manège sur laquelle sur lequel on accroche les mèches + bon c’est un manège donc quelque chose qui tourne + qui est composé de huit plateaux ces huit plateaux par un système de poulies + montent et descendent + donc on accroche les mèches là-dessus une fois que les mèches sont installées tout le tour on appelle ça une tournée (Ciergerie)

5Rien de tel dans une interview où le locuteur n’éprouve pas le besoin de définir le terme phonème qu’il utilise :

(2) chaque mot est un assemblage de voca- bah euh enfin de phonèmes et il y a donc une sensibilité à l’oreille bien sûr (POI-05)

6Pour pouvoir décrire ce qui se passe chez l’adulte et chez l’enfant, il nous a fallu retenir des situations comparables pour lesquelles nous disposions de corpus transcrits. Nous avons choisi la production de certains récits (les locuteurs racontent un film ou l’histoire d’un livre). Cette situation présente l’intérêt d’être assez répandue (on dispose donc de plusieurs corpus de ce type) et de ne pas imposer un vocabulaire technique (ce qui évite d’entrer dans des stratégies trop liées à l’emploi de discours spécialisés).

  • 2 Merci à Marie Savelli (Université Stendhal – Grenoble) qui m’a fourni ces précieuses données.

7Pour les adultes (codés POI97) nous avions à notre disposition 48 000 mots et pour les enfants (la plupart de 8 à 10 ans) le corpus GRE022 comportait 92 000 mots. On imagine bien que des données aussi réduites n’autorisent pas une réelle comparaison des outils linguistiques utilisés par les adultes et les enfants mais permettent seulement de s’interroger sur quelques différences qui peuvent se manifester. De même, il n’était pas envisageable de se livrer à une quelconque approche quantifiée qui n’aurait eu aucun sens.

Quelques phénomènes d’ajustement lexical

8A l’oral, les locuteurs ne fournissent pas toujours d’emblée une formulation finale. Il y aurait d’ailleurs de nombreux cas où l’on serait bien en peine d’identifier quelle est cette formulation finale ! C’est là une observation plutôt banale et assez facile à observer dans l’oral non préparé. Ainsi en (3) le locuteur réitère la séquence un peu, produit l’amorce com- et redouble l’interrogatif comment :

(3) c’était un peu euh un peu com- comment comment vivre au quotidien (CRFP)

9Les faits qui nous intéressent recoupent en partie la problématique de la reformulation (même s’ils vont souvent au-delà) que Martinot (1994) définit ainsi :

Tout processus de reprise d’un énoncé qui maintient, dans l’énoncé reformulé, une partie invariante à laquelle s’articule le reste de l’énoncé, partie variante par rapport à l’énoncé source, est une reformulation.

10Nous avons essentiellement retenu ce que l’on pourrait appeler des procédés d’approche du mot juste par lesquels les locuteurs fournissent diverses formulations successives, concurrentes ou complémentaires, avec des éléments de retouche. Nous nous limiterons à trois grands cas : l’utilisation de termes généraux, la réalisation de modifieurs, enfin les phénomènes de validation/réfutation.

L’emploi de termes généraux

  • 3 machin est d’un emploi très limité et n’a donc pas été retenu.

11Un certain nombre d’items lexicaux généraux sont utilisés dans les productions et permettent notamment de ne pas rompre le fil de la production. Ces termes tels que truc ou chose3 possèdent souvent plusieurs fonctionnements. Ainsi, on peut identifier :

a) le remplissage d’un emplacement syntaxique

12Dans ce cas, c’est le rôle grammatical du terme vague qui est utilisé. Il occupe une position d’argument (sujet ou complément) et permet à l’énoncé d’être bien formé sur le plan syntaxique, de ne pas être bancal et de ne pas être interrompu ou laissé en suspens :

(4) ils ont vécu des choses très fortes pendant cet été-là (POI97)
(5) elle sera en sécurité dans mon truc des champs (GRE02)

  • 4 Il s’agit d’une méthode d’apprentissage simultané des langues romanes à l’écrit (publié à La Nuova (...)

13Ainsi, en (4) le mot choses sert à construire un groupe qui est complément direct du verbe vivre. On peut remarquer que c’est une stratégie conseillée aux locuteurs, devant un texte en langue étrangère, par les concepteurs de EuRom44. C’est en quelque sorte la schtroumpf attitude qui permet de ne pas arrêter la fluidité de la production et d’avoir une vision d’ensemble de l’énoncé qui aide à sa compréhension.

b) le remplissage éphémère, provisoire de la position syntaxique

14Dans ce cas, deux formulations successives sont fournies : une première avec le terme général fixe un cadre grammatical (comme dans le cas précédent), une seconde apporte une forme lexicale plus précise ou plus adaptée. Le locuteur développe donc le paradigme en réalisant plusieurs occurrences. C’est ce que l’on trouve dans les exemples tels que :

(6) tu as un corridor enfin tu as un truc une pièce (POI97)
(7) eh ben le truc le dessus de l’armoire eh ben il s’est cassé (GRE 02)

15La disposition en grille permet de mieux visualiser ce déroulement du paradigme :

c) le rôle de relais

16C’est un fonctionnement décrit par Blanche-Benveniste (1985) pour la séquence une chose et que l’on retrouve pour d’autres termes. Le fonctionnement est assez proche du cas précédent. La différence tient au fait que le passage du terme général au terme lexical précis est assuré par le biais d’une structure syntaxique particulière. La construction est décomposable en trois morceaux : le lexique général + c’est + le remplissage lexical précis. C’est ce que l’on observe dans :

(8) il veut qu’une chose c’est hériter d’elle (POI97)

17Ce dernier type d’emploi n’a pas été rencontré dans les corpus d’enfants avec les termes lexicaux envisagés. Toutefois, ce fonctionnement avec lexique différé n’est pas absent des productions d’enfants. Il semble réservé aux pronoms comme quelque chose :

(9) il y a quelque chose que j’adore c’est euh + Tintin (GRE02)

18Il faudrait bien évidemment disposer d’un nombre plus important d’exemples pour examiner de façon plus détaillée les caractéristiques des structures présentées auparavant et voir leurs différences.

19On peut toutefois mesurer l’utilité d’avoir une meilleure connaissance des contraintes syntaxiques des organisations présentées. Ainsi, lorsque deux formulations se suivent, un truc ne se rencontre pas en deuxième position. Cette observation s’appuie sur un corpus bien plus vaste (de un million et demi de mots), dans lequel un seul cas peut prêter à discussion. Le syntagme un truc occupe une position médiane mais, en fait, il n’est pas reformulé par le troisième syntagme :

10) enfin il y a pas un début un truc une fin (CorpAix)

20De même, dans l’organisation avec c’est, le syntagme un truc n’occupe pas la deuxième position sauf dans les structures d’équivalence ou de définition. On observe une « spécification progressive du lexique » (Roubaud, 2000) :

(11) et puis aussi le diplôme d’architecte c’est un truc un peu particulier (CorpAix)

21L’appui sur corpus fournit ici des indications précieuses sur l’usage réel que font les locuteurs de ces termes généraux. Ces particularités d’emploi seraient bien délicates à préciser sans le recours à des données réelles. De plus, la comparaison entre adultes et enfants (modulo les fortes réserves exprimées précédemment) orientente vers l’hypothèse que certains emplois ont une étendue plus ou moins large.

Le recours à des modifieurs

22Un certain nombre d’expressions peuvent être intégrées dans le syntagme pour modifier la valeur du nom utilisé et signifier qu’il n’est qu’une forme approchante du sens visé par le locuteur. On parle d’opérateurs de catégorisation approximative (Galmiche, 1990 ; Chanet, 2001) pour désigner ces unités. Chacune d’elles possède plusieurs statuts. Nous examinerons plus en détail trois séquences :

a) espèce de

23Ce modifieur a été rencontré chez les adultes seulement :

(12) donc elle est veuve + et c’est une espèce de grande bonne femme vachement filiforme (POI97)
(13) on a l’impression d’un espèce de roman photo (POI97)

24Lorsque le terme espèce est présent dans les corpus d’enfants, il prend une valeur différente, presque péjorative. Il en est ainsi dans (14) où l’expression semble d’ailleurs reprendre une expression du texte que l’enfant raconte :

(14) qu’est-ce que vous avez à me regarder comme ça espèce de marmotte (GRE02)

b) sorte de

25La distribution de sorte semble varier selon les corpus retenus. On trouve ce modifieur chez les adultes. Il n’est pas absent des productions d’enfants mais est confiné dans un seul enregistrement (lui-même assez atypique), d’où la prudence que l’on doit conserver :

(15) il va avoir une sorte de révélation (POI97)
(16) il y avait aussi une sorte de euh tortue à roulettes (GRE02)
(17) elle lançait des des sortes de petites flèches (GRE02)

c) comme un

26On a retenu la séquence comme un, ce qui permet de se débarrasser de certaines valeurs que la forme comme possède. On limitera l’emploi en tant que modifieur aux exemples où comme peut commuter avec presque. C’est ce que l’on aurait dans :

(18) en fait c’est un c’est comme un crocodile miniature (GRE02)
(19) en fait c’est presque un crocodile

27Dans l’exemple suivant, comme ne sera pas analysé en tant que modifieur, il fait partie de la valence du verbe se comporter et pourrait par exemple être reformulé par ainsi :

(20) a- le patron du bar qui se comporte comme un garçon (POI97)
b-* le patron se comporte presque un garçon
c- le patron se comporte ainsi

28L’emploi de comme un modifieur se rencontre essentiellement dans les productions d’enfants, ce qui montre qu’il est peut-être utile de raisonner à partir d’un paradigme de formes plus que d’éléments isolés. Une approche limitée à un ou deux éléments (espèce de par exemple) aurait pu laisser croire que les enfants ne recouraient pas à ce type de désignation flottante. Considération bien évidemment erronée. L’appui sur une série de formes (simplement amorcé dans ces pages) offre une vision plus conforme à la réalité.

29Plusieurs procédés peuvent se succéder dans un énoncé comme l’illustre l’exemple :

(21) une sorte de de d’arc de cercle comme une forteresse donc (POI97)

L’utilisation de correcteurs

30Enfin, on peut identifier certaines unités qui viennent retoucher la séquence produite, apporter un commentaire. Ces éléments possèdent plusieurs fonctionnements différents et chacun d’eux a une distribution particulière. Trois cas ont été retenus :

a) enfin

31Il s’agit, encore une fois, d’un terme qui possède plusieurs statuts syntaxiques. Dans l’emploi qui nous intéresse, cet élément, dont Fernandez (1994) a examiné les multiples valeurs, se place entre les deux formulations et sert à introduire et à valider la deuxième occurrence. On retrouve de tels exemples dans nos deux corpus :

(22) et de s-du siphon enfin du du bou- du bouchon app- euh apparaît de du sang (POI97)
(23) la bestiole enfin l’être l’entité (POI97)
(24) c'est quelque chose contre le whisky enfin contre l’alcool (GRE02)
(25) il euh lança ça sur un briga- enfin je veux dire un agent secret chinois (GRE02)

32Ces exemples permettent d’observer la variété des désignations qui se succèdent. Elles peuvent être spécifiques (22) ou générales (23), passer du spécifique à du général (24) et contenir des éléments incomplets (22) et (25). Ces diverses possibilités semblent indiquer que enfin est un opérateur de correction non « orienté » : il sert à remplacer une désignation par une autre sans que l’on puisse postuler les caractéristiques de la deuxième formulation.

b) plutôt

33Comme enfin, cet élément permet dans une succession de deux formulations de distinguer la seconde mais avec plutôt la deuxième désignation gagne en précision et est en quelque sorte entérinée. On peut faire l’hypothèse qu’avec enfin les deux formulations restent en concurrence et qu’avec plutôt la seconde est validée. Ce dernier correcteur entre dans deux structures différentes :

b1- formulation 1 + plutôt + formulation 2

34Dans ce contexte, plutôt est soit précédé d’un terme comme mais, ou, etc. qui précise le lien (de substitution, d’opposition, etc.) entre les deux formulations :

(26) remplacer euh l’histoire ou plutôt l’évènement dans dans l’histoire globale (POI97)
(27) l'auteur c’est-à-dire plutôt le metteur en scène il voulait peut-être (POI97)
(28) enfin pas du caca mais plutôt du pipi (GRE02)

35soit utilisé comme une conjonction (plutôt que) :

(29) il a préféré euh sau- changer la vie de Al plutôt que de retourner chez lui (POI97)

36Ce dernier emploi n’est pas présent dans le corpus d’enfants.

b2- formulation 1 + formulation 2 + plutôt

37Dans ce cas, plutôt semble apporter une validation de renforcement puisqu’elle est fournie a posteriori :

(30) ils virent une sorcière une sorcière ogresse plutôt la sorcière enferma Bruno dans une cage (GRE02)
(31) non sa fille pas sa fille sa femme plutôt voilà (GRE02)

38On n’a trouvé ces exemples que dans le corpus d’enfants.

39Un autre emploi, non retenu ici, est celui où plutôt possède une valeur approximative du terme qui suit (et dans ce cas, on ne trouve pas deux formulations successives) :

(32) c’est plutôt sympathique un clown (POI97)
(33) ça reste plutôt derrière les autres (GRE02)

c) non pas… mais

40Dans ce cas, le locuteur nie un terme avant d’en fournir un plus adéquat. C’est une variante de certains des procédés décrits par exemple par Authier-Revuz (1995) qui parle de « voisin écarté ».

(34) Margot étant non pas la troisième mais la première dans l’histoire (POI97)

41Ce type d’organisation permet des retouches d’un empan plus ou moins vaste : un syntagme dans sa totalité ou une partie d’un syntagme. Tel est le cas dans l’exemple qui suit :

(35) donc il se sert des des esprits euh non pas simples mais des esprits euh dérangés (POI97)

42Cette organisation n’a été rencontrée que dans les corpus d’adultes.

43On peut donc dresser un récapitulatif des attestations rencontrées dans les deux corpus qui fait apparaître une situation plus contrastée qu’une simple progression de l’enfant à l’adulte :

Le développement des syntagmes nominaux

44Il est intéressant, lorsque l’on travaille sur des productions spontanées, d’observer comment les locuteurs construisent progressivement leurs syntagmes (Blanche-Benveniste : 2003). Pour ce travail, on s’appuiera sur les endroits où les locuteurs semblent buter sur les mots. Longtemps considérés comme des « accidents « , des échecs à la communication, ces phénomènes ont depuis été appréciés pour leur rôle dans la construction des productions (Tannen : 1987). Nous chercherons à voir, à nouveau, quels sont les cas différents qu’il faut envisager lors d’une description à orientation syntaxique et si les corpus d’adultes et d’enfants présentent les mêmes caractéristiques.

45Pour limiter les observations, on n’a pas retenu les exemples dans lesquels on trouvait simplement des bribes sur le déterminant comme dans :

(36) il aperçut un un lion qui lui bouchait le son chemin (GRE02)

  • 5 Les cas de réduction comme ci-après sont très rares : et euh + après le le deuxième cadeau le cade (...)

46Seuls ont été étudiés les exemples où se succédaient deux syntagmes contenant une même séquence lexicale. On peut alors identifier deux grandes structures d’étoffement5 selon la position (avant ou après l’élément conservé) qu’occupe l’ajout dans la deuxième occurrence.

Développement par la droite

47Dans ce cas, une première version du syntagme est fournie puis elle est reprise et expansée par un ajout en fin de syntagme. Les séquences greffées peuvent appartenir à diverses classes grammaticales :

  • un adjectif

(37) Margot a un jeu un jeu euh très féminin (POI97)

  • un groupe prépositionnel

(38) c’est quand même le centre le centre de leur histoire (POI97)
(39) ben lui c’est enfin un mec un mec un peu plein de fric (POI97)
(40) c'est marrant parce que tu as toutes les entrées les entrées des gens (POI97)
(41) ils recousent le ventre le ventre du loup (GRE02)

  • une relative

(42) son grand frère lui offre un placard un placard euh qui n’a pas de clé (POI97)
(43) on lui dit encore des des petits des petits détails qui l’énervent (POI97)
(44) il était un jour un petit chien un petit chien qui n’avait pas de maitresse (GRE02)
(45) et il a trouvé le pays le pays où nous on vit (GRE02)

48Dans cette configuration, le développement peut être décrit comme linéaire, et la première réalisation du syntagme ne contient pas forcément la tête nominale. C’est assez souvent un adjectif (qui est alors antéposé au nom dans la deuxième occurrence) :

(46) il a essayé de donner vie à à un petit euh une petite statuette (POI97)
(47) arrive à faire scratcher le (Ø, ben) le le petit le petit vaisseau (POI97)
(48) à peine le petit le petit cochon mit sa porte que le loup arriva (GRE02)
(49) le premier le premier ami qu’ils ont connu c’est (GRE02)

49On peut alors remarquer que la première version du syntagme est parfois bancale. Elle n’est pas recevable sous l’angle grammatical :

(50) a- qui lui a fait vivre les pires les pires sévices (POI97)
b- ? il lui a fait vivre les pires
(51) a- j’arrive avec mon œil euh mon mon mon œil fermé ma poche
de glace (POI-02)
b- ? j’arrive avec mon œil

50En ce sens le développement à droite peut être vue comme une expansion grammaticale dont l’un des buts serait de donner au syntagme une réalisation grammaticalement complète et acceptable.

Insertion à gauche

51Dans cette situation, la deuxième réalisation se caractérise par l’ajout d’un élément entre le déterminant et le nom :

(52) pour voir si ça marche le vaisseau qu’ils le petit vaisseau qu’ils ont (POI97)
(53) il ne savait pas qu’il y avait un loup un féroce loup (GRE02)

52Bien évidemment, la position qu’occupe l’insertion (c’est-à-dire immédiatement après le déterminant) limite les catégories qui peuvent apparaître. On rencontre presque uniquement des adjectifs dans cet emplacement :

(54) à un indien un vieil indien (POI97)
(55) et un jour un un un un un petit jour quand même aussi (GRE02)

53Ce type d’organisation diffère fortement du précédent puisque, ici, la première occurrence du syntagme comporte la tête nominale. Il semble donc que ces phénomènes de réitération soient sensibles à la grammaire de la langue. La première occurrence aurait pu fonctionner du point de vue grammatical :

(56) a- une situation où il y avait un voleur un autre voleur (GRE02)
b- une situation où il y avait un voleur

54La deuxième réalisation n’a, semble-t-il, jamais une fonction grammaticale comme dans le cas précédent, c’est-à-dire qu’elle ne vient pas compléter une séquence bancale et fournir ainsi une réalisation complète. L’insertion jouerait donc un rôle en quelque sorte stylistique : elle apporte un enrichissement lexical au syntagme.

55On doit d’ailleurs s’interroger sur l’exemple suivant dans lequel la structure des deux syntagmes successifs est très différente. Il semble préférable de ne pas y voir un cas d’insertion mais plutôt un cas de transformation qui sort du cadre décrit ici. On peut noter d’ailleurs que ces suites sont très rares.

(57) Emile ne savait pas que r- Jeff le bouffon le roi des bouffons avait fait rire déjà (GRE02)

56Les deux corpus enfants et adultes ne font finalement pas apparaître de différences sur les points observés. Il faudrait disposer de plus de données pour vérifier si les écarts ne se situent pas sur la quantité de ces syntagmes amorcés et repris. On indique dans le tableau ci-après les différents cas observés :

57Ce développement des syntagmes peut aussi être utilisé par les locuteurs qui conservent une même tête et jouent sur des expansions multiples pour préciser ou affiner le sens du lexème. Le passage suivant illustre bien cette recherche du sens juste qui passe au travers du mot musiciens :

(58) nous n’avions pas la chance euh + de rencontrer + à cette époque-là des musiciens que nous vénérions et qui parfois peuvent pouvaient sembler un peu suspects par les caractères de leurs + par leurs tendances enfin des musiciens non pas d’avant-garde mais de des musiciens euh que l’on que l’on jouait tout de même qui étaient connus et + euh pas seulement des musiciens français mais des musiciens étrangers (POI-05 – Dutilleux)

58La disposition suivante permet de mieux visualiser la façon dont le locuteur procède et d’observer que la recherche lexicale ne passe pas nécessairement par une variation nominale mais par des expansions apportées à une même tête nominale :

Conclusion

59Cet examen, très succinct, des procédés par lesquels les locuteurs reprennent une première formulation et la modifient permet de mesurer la nécessité de disposer de meilleures descriptions syntaxiques des phénomènes. En effet, à plusieurs reprises il est apparu que les corrections ou reformulations devaient se plier à des contraintes grammaticales et n’étaient donc pas librement produites.

60La comparaison entre adultes et enfants n’a pas pu être réalisée de façon approfondie car il aurait fallu disposer de données bien plus fournies. Quelques pistes ont été esquissées et semblent indiquer que, notamment dans les cas d’ajustement, adultes et enfants privilégieraient parfois des outils langagiers différents. Les résultats sont bien plus convergents dans le cas du développement des syntagmes nominaux, ce qui peut laisser supposer que la pression grammaticale est plus forte qu’on ne l’imagine dans ce cas.

Bibliografía

Références bibliographiques

AUTHIER-REVUZ, J. (1995) : Ces mots qui ne vont pas de soi : Boucles réflexives et non-coïncidence du dire, Paris, Larousse.

BLANCHE-BENVENISTE, C. (1985) : « Une chose » dans la syntaxe verbale, Recherches sur le français parlé, 7, 141-168.

BLANCHE-BENVENISTE, C. (2003) : La naissance des syntagmes dans les hésitations et les répétitions du parler, in J.-L. Araoui (dir.), Le sens et la mesure, Hommage à Benoît de Cornulier, Paris, Honoré Champion, 40-55.

CHANET, C. (2001) : 1700 occurrences de la particule quoi en français parlé contemporain : approche de la « distribution » et des fonctions en discours, Marges linguistiques, 2.

FERNANDEZ, J. (1994) : Les particules énonciatives, Paris, PUF.

GALMICHE, M. (1990) : Hyponymie et généricité, Langages, 98, 33-49.

MARTINOT, C. (1994) : La reformulation dans des productions orales de définitions et explications. (Enfants de maternelle), Thèse de Doctorat, Université Paris VIII (dir. Blanche-Noëlle Grunig).

MARTINOT, C. (dir.). (2004) : La reformulation : un principe universel d’acquisition, Paris, Kimé.

MONDADA, L. (1999) : L’organisation séquentielle des ressources linguistiques dans l’élaboration collective des descriptions, Langage et société, 89, 9-36.

ROUBAUD, M.-N. (1987) : L’approximation lexicale, mémoire de maîtrise, Université de Provence.

ROUBAUD, M.-N. (2000) : Les constructions pseudo-clivées en français contemporain, Paris, Champion.

SIBLOT, P. (2001) : De la dénomination à la nomination. Les dynamiques de la signifiance nominale et le propre du nom, Cahiers de praxématique, 36, 189-214.

TANNEN, D. (1987): Repetition in Conversation: Toward a Poetics of Talk, Language, 63, 574-605.

WIERZBICKA, A. (2004) : Les particules pragmatiques dans une perspective de sémantique générale, in M. M. Fernandez-Vest. & S. Carter-Thomas, S (dir.), Structure informationnelle et particules énonciatives. Essai de typologie, Paris, L’Harmattan.

Notas

1 On pense à des études dans le cadre énonciatif (Mondada, 1999) ou praxématique (Siblot, 2001).

2 Merci à Marie Savelli (Université Stendhal – Grenoble) qui m’a fourni ces précieuses données.

3 machin est d’un emploi très limité et n’a donc pas été retenu.

4 Il s’agit d’une méthode d’apprentissage simultané des langues romanes à l’écrit (publié à La Nuova Italia).

5 Les cas de réduction comme ci-après sont très rares : et euh + après le le deuxième cadeau le cadeau de son de son mari c’est une c’est un collier (POI97).

Autor

Université de Poitiers

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540