Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire des conventions

 | 
Philippe Batifoulier
, 
Franck Bessis
, 
Ariane Ghirardello
, 
et al.

V

Valorisation

Les pouvoirs de valorisation : l’accroissement de la capacité éthique, sociale et politique des acteurs1

François Eymard-Duvernay

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On peut distinguer deux entrées de l’Économie des conventions : une entrée cognitive, à partir de l’hypothèse de rationalité limitée ; une entrée éthique par l’introduction de valeurs (individuelles, on parlera d’éthique, ou collectives, on parlera de politique) dans la coordination. Cette seconde entrée représente un enjeu important pour l’économie politique2 : renouer avec la racine éthique de l’économie. La notion de valeur permet de renouer avec les théories de la valeur de l’économie classique. Ces théories de la valeur (valeur-travail comme valeur-utilité) doivent toutefois être critiquées et renouvelées. Elles ont une approche substantialiste et universaliste de la valeur, quasi métaphysique, et font abstraction des institutions.

D’abord, il est utile de parler de valorisation pour marquer que la valeur est construite, ensuite, la notion de pouvoir de valorisation met l’accent sur la dimension politique de la valorisation : le pouvoir de déterminer ce que valent les choses. Un...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search