Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire des conventions

 | 
Philippe Batifoulier
, 
Franck Bessis
, 
Ariane Ghirardello
, 
et al.

Q-R

Restructurations

Les décisions de restructuration : le temps court contre la démocratie

Jean-François Lejeune

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le cadre du capitalisme financier contemporain, il apparaît maintenant clairement établi que les actionnaires disposent d’un pouvoir totalement démesuré en matière de définition des stratégies des entreprises comme le montre Olivier Favereau (2014). À cet égard, ils constituent actuellement la partie prenante la plus puissante dans les décisions prises dans les entreprises. En outre, via les mécanismes d’incitation que constituent les stocks options et autres parachutes dorés, les directions d’entreprises, autre partie prenante, œuvrent selon les désidératas des actionnaires. Elles leur sont largement inféodées bien qu’elles s’en dédisent régulièrement, indiquant plutôt œuvrer au nom des exigences des clients, une autre partie prenante parfois abusivement appelée « marché ». Quoi qu’il en soit, dans le cadre du capitalisme néolibéral, les décisions stratégiques sont régulièrement prises au détriment de la partie prenante la plus nombreuse, les salariés, qui de surcroît ont moin...

Auteur

IDHES Nanterre, Expert auprès des Comités d’entreprise et des CHSCT

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search