Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire des conventions

 | 
Philippe Batifoulier
, 
Franck Bessis
, 
Ariane Ghirardello
, 
et al.

M-O

Mauvaise convention

Quand un concept passe de la théorie des jeux à l’Économie des conventions

Guillemette de Larquier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans deux textes récents, en 2012 et 2013, Olivier Favereau use d’une nouvelle expression, celle de « mauvaise convention ». Il l’utilise pour présenter le message de John Maynard Keynes dans la Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie (1936). Au fondement du chômage massif de la grande crise des années 1930 résident deux mauvaises conventions : 1/ sur les marchés financiers, la mauvaise convention (pessimiste) partagée sur l’état futur de l’économie conduit à un taux d’intérêt trop élevé, néfaste à l’investissement et donc défavorable à l’emploi ; 2/ dans la sphère académique, les économistes, qui partagent la mauvaise convention (optimiste) sur la capacité des marchés à s’autoréguler, sont incapables de comprendre la cause du chômage, à savoir une demande anticipée par les entreprises trop faible et non des salaires trop élevés. Si Keynes introduit en effet le concept de convention pour expliquer les évaluations des spéculateurs sur les marchés financiers, c’est...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search