Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire des conventions

 | 
Philippe Batifoulier
, 
Franck Bessis
, 
Ariane Ghirardello
, 
et al.

C

Création collective

L’entreprise et l’épreuve du réalisme

Baudoin Roger

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les sciences sociales ont du mal à appréhender l’entreprise, au point qu’elle apparaît comme un « point aveugle » (Segrestin, Roger et Vernac, dir., 2014). L’économie n’échappe pas à ces difficultés. Ainsi, la théorie néoclassique se réfère à des hypothèses si éloignées de la réalité de l’entreprise que leur enseignement, apparaissait à Rumelt, Schendel et Teece “a truly amazing victory of doctrine over reality” (Rumelt, et al., 1991 p. 13). Cependant, ces auteurs jugeaient que les développements récents des théories des coûts de transaction, de l’agence, des jeux ou les théories évolutionnistes de la firme pallieraient cet insuffisant réalisme en prenant en compte des asymétries d’information, l’incertitude, la rationalité limitée, l’opportunisme des acteurs, les actifs spécifiques, etc.

En considérant l’entreprise du point de vue de la science économique, Olivier Favereau ne partage pas cet optimisme. D’abord centrées sur l’emploi, le marché du travail et le chômage, ses recherches...

Auteur

Collège des Bernardins – département de recherche Économie, Homme, Société

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search