Version classiqueVersion mobile

Dictionnaire des conventions

 | 
Philippe Batifoulier
, 
Franck Bessis
, 
Ariane Ghirardello
, 
et al.

A-B

Art

Ce que l’art fait à l’économie : de l’incomplétude aux conventions

Bénédicte Martin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’incomplétude n’est pas le problème – c’est la solution ». Ce titre d’un article d’Olivier Favereau (1997) souligne l’originalité de l’analyse conventionnaliste permise par le postulat d’incomplétude. Elle est particulièrement intéressante pour l’étude du marché de l’art, difficile à saisir dans le cadre de la théorie économique standard (Favereau, 1989) puisque les œuvres d’art, objets uniques et non reproductibles, sont par définition hétérogènes. Longtemps négligé en raison de ses spécificités, le marché de l’art peut être étudié d’un point de vue économique, pour peu que l’on abandonne l’hypothèse d’un produit « complet » dont la qualité naturelle devrait être révélée par le mécanisme d’ajustement des prix sur le marché. Plusieurs recherches institutionnalistes mobilisent le cadre théorique de l’Économie des conventions (EC) pour montrer comment la qualité, autrement dit la valeur artistique, est le fruit d’interactions entre des individus qui partagent un ensemble de règles....

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search