Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire des conventions

 | 
Philippe Batifoulier
, 
Franck Bessis
, 
Ariane Ghirardello
, 
et al.

A-B

Actionnaire

L’actionnaire est-il un créancier résiduel ?

Jean-Philippe Robé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’idée selon laquelle l’actionnaire n’est pas propriétaire de l’entreprise semble faire lentement son chemin. Mais il semble que les avocats de la shareholder value soient d’autant plus prêts à admettre ce fait que, selon eux, cela ne change pas grand-chose. Les dirigeants d’entreprises devraient malgré tout promouvoir le bien-être des seuls actionnaires pour une autre raison encore : les actionnaires seraient les « créanciers résiduels ». Ils seraient (1) les seuls contributeurs à l’entreprise à ne pas avoir de rémunération fixée à l’avance, et (2) le niveau de leur rémunération serait dépendant de celle des autres contributeurs, qui passe avant la leur.

Naguère, Olivier Favereau a suggéré qu’il « faudrait tordre le cou à cet argument. » C’est donc ce à quoi nous allons nous attacher, en continuant d’appliquer notre méthode d’« analyse juridique de l’analyse économique » (1). Nous verrons ensuite que l’actionnaire n’est pas « créancier résiduel » dans un sens « économique » non plus...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540