Version classiqueVersion mobile

Claude Simon chronophotographe

 | 
Aymeric Glacet

V. Ah ! Quel terrible cinq heures du soir…

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il y a dans les Satires Menippées de Varron un livre très joli qui porte en titre Tu ne sais pas ce que le soir apporte sur le tard.
Aulu-Gelle

Je me sauvai un samedi 8 d’août, à cinq heures du soir.
Cardinal de Retz

… garder des chiffres et des dates, autrement dit des lieux de signature.
Jacques Derrida

Je suis Jupiter, Apollon, le Christ, le Paraclet, la grande puissance de Dieu, incarnée en la personne de Simon.
Flaubert

I

Nous avons remarqué que Mère Gigogne, de toute son existence, n’avait « rien fait, sauf apprendre […] à développer, puis tirer, les photographies qu’elle prenait inlassablement de sa famille » (L’Acacia, 114). Sauf la photographie, il a dit sauf. La marque de l’exception, c’est sa marque à lui. La marque de Claude Simon. Sa marque d’auteur qu’il multiplie, comme à plaisir, au gré des textes publiés, et qui apparaît, par exemple, pour ne citer que ces quatre romans, plus d’une trentaine de fois aussi bien dans Histoire, dans L’Acacia, dans Les Géorgiques que dans Le Jar...

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search