Version classiqueVersion mobile

Paysages de Claude Simon

 | 
Catherine Haman-Dhersin

Conclusion

Texte intégral

1Un univers de la dualité sans tiers intercesseur, une dichotomie fondamentale entre nature et culture, opposées tant par leurs intérêts que dans leur visée, des phases cycliques de progression et de régression, des couples impossibles mais inséparables, des rapports humains fondés sur le double bind, la difficulté à se constituer en sujet autonome, l’angoisse de l’anonymat, alliées au besoin d’identification et de filiation… De cette tension constante entre le même et l’autre, de cette contradiction perpétuellement à l’œuvre, l’écriture tire son élan et sa dynamique, se maintenant sur la ligne de crête d’une ambivalence devenue productive. L’errance primitive du soldat, intériorisée, épousée dans la sinuosité de ses tracés, devient objet esthétique, choix éthique et littéraire. L’œuvre de Claude Simon hausse l’oxymore au rang de principe formel premier, et s’élabore sur les bases d’une géométrie singulière dont les lois relèvent d’une nécessité assumée et transcendée par la liberté créatrice.

  • 1 « Implications », Positions, entretiens avec Henri Ronse, Julia Kristeva, Jean-Louis Houdebine, Gu (...)

2Jouant de l’ambiguïté comme seul reflet authentique du réel, les romans conjuguent décryptage interminable et silence essentiel, approchant par mouvements concentriques d’un point nodal qui reste inéluctablement obscur, ménageant une part d’indéchiffrable, se refusant à laisser croire que l’on peut triompher de l’énigme des êtres et du monde. Ils semblent toujours hésiter entre besoin vital de confession et affirmation d’un mystère insondable, faisant de l’incertitude un mode d’être, la prise de conscience de l’indécidable, de l’absence de transparence y compris à soi-même. Conviction s’inscrivant dans une perspective post-moderne issue de Nietzche et relayée par Jacques Derrida. Interrogeant les présupposés fondateurs de ce qu’il nomme la mythologie blanche, celui-ci contraint à remettre en cause l’idée de vérité absolue soutenue par le platonisme et à redonner place à des philosophies ou positions dissidentes, telles le scepticisme ou le sophisme. Revirement témoignant des basculements et oscillations pendulaires de la pensée, à l’image des autres variations pérennes. L’écriture de Claude Simon, décentrée, multipliant les points de vue sans jamais trancher ou conclure, illustre parfaitement la définition que Derrida en donne lors d’un entretien accordé à Henri Ronse : « J’essaie d’écrire (dans) l’espace où se pose la question du dire et du vouloir-dire. J’essaie d’écrire la question : (qu’est-ce) que vouloir-dire ? Il est donc nécessaire que, dans un tel espace et guidée par une telle question, l’écriture à la lettre ne veuille-rien-dire. Non qu’elle soit absurde […] elle tente de se tenir au point d’essoufflement du vouloir-dire […], le jeu de la différence qui fait qu’aucun mot, aucun concept, aucun énoncé majeur ne viennent résumer et commander, depuis la présence théologique d’un centre, le mouvement et l’espacement textuel des différences1 ». Toute formulation en appelle une autre, s’enrichissant des nuances, se nourrissant des paradoxes, sans jamais trouver de résolution dans un point qui se voudrait final. Le texte traduit dans son tissage même la tension entre deux forces antagonistes : la désorganisation apparente mais savamment concertée parvient, par ses associations improbables, à rapprocher ce qui était disjoint, unit ce qui était désuni, fonctionnant comme tentative de conciliation d’un tout hétérogène, neutralisation provisoire des tensions, jusqu’à ce qu’un point d’essoufflement vienne mettre un terme à cet assemblage fragile, rendant nécessaire l’engagement dans une nouvelle œuvre.

3Les romans ne sont pas élaborés pour fixer, pétrifier, rien ne déplaît autant que les œuvres achevées, le préambule des Géorgiques est là pour en témoigner, mais pour faire surgir fugacement, sur la toile de fond d’un ordre immémorial fait de cycles répétitifs, une image impensable, imprévisible, déjouant les oppositions classiques : une vieille femme grande de son propre néant, la chronique égarée d’un suicide annoncé, ou encore un écrivain recommençant son texte au moment de le finir. Ces images sont autant de photographies, mais impalpables, produits de l’imaginaire narratif, perdues dans la vaste trame, là pour affirmer la part de surprise propre à la vie et la façon qu’ont les êtres, dans l’étroite marge de manœuvre qui leur est impartie, de fabriquer du possible, de l’inédit, de trouver pour eux-mêmes le point où convergent contrainte et liberté.

  • 2 Mal d’Archive, Galilée, coll. « incises », 1995, p. 142

4L’œuvre de Claude Simon n’apporte aucune révélation, pas plus qu’elle ne parvient au but. Mais le mystère et l’inachèvement permettent à la recherche de se prolonger indéfiniment, dans un mouvement perpétuel. À l’idée du telos vient se substituer celle de l’éternité de la quête. Car quel obstacle pourrait donc surgir devant Achille immobile à grands pas ? Ou, pour reprendre une fois encore les mots de Jacques Derrida, « Nous sommes en mal d’archive. A écouter l’idiome français et en lui l’attribut “en mal de”, être en mal d’archive peut signifier autre chose que souffrir d’un mal, d’un trouble ou de ce que le nom “mal” pourrait nommer. C’est brûler d’une passion. C’est n’avoir de cesse, interminablement, de chercher l’archive là où elle se dérobe2 ».

Notes

1 « Implications », Positions, entretiens avec Henri Ronse, Julia Kristeva, Jean-Louis Houdebine, Guy Scarpetta, Minuit, coll. « critique », 1972, p. 23

2 Mal d’Archive, Galilée, coll. « incises », 1995, p. 142

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search