Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysages de Claude Simon

 | 
Catherine Haman-Dhersin

Introduction

Texte intégral

  • 1 Certains intellectuels cependant, quoique curieux de ce nouveau mode d’écriture, se montrent davan (...)
  • 2 Notons néanmoins que nombre de grandes figures intellectuelles n’ont pas perçu, pour des raisons q (...)

1Lauréat du prix Nobel de littérature en 1985, consécration sans égale qui l’élève au rang d’écrivain majeur et vaut à son œuvre une audience internationale, Claude Simon n’en est pas moins largement ignoré en France, où ses romans demeurent essentiellement affaire de spécialiste. Célébré, étudié, amplement commenté à l’étranger, il reste ici inconnu d’un large public, qui persiste à se défier des productions issues de la mouvance néo-romanesque, œuvres réputées difficiles, voire ennuyeuses, parce que ne se soumettant pas aux canevas narratifs de convention1. A priori qui limite le nombre de ses lecteurs et l’empêche d’accéder, dans son pays d’origine, à la reconnaissance qui lui est due, mais qui se voit fort heureusement largement compensé par l’enthousiasme et la fidélité de ses adeptes et admirateurs. Pour preuve, l’activité critique constante et soutenue qui, dès les années cinquante, s’est développée parallèlement à ses romans et l’ampleur toujours croissante de ses exégètes2.

  • 3 Voir à ce sujet Guy Neumann, « Claude Simon : état des recherches 1989-1992 », Claude Simon, 1, La (...)
  • 4 Voir à ce sujet Orion blinded, Essays on Claude Simon, edited by Randi Birn and Karen Gould, Lewis (...)

2Le regard porté sur le travail de Claude Simon a beaucoup évolué au fil du temps. Essentiellement formaliste au départ, sous la houlette d’un Jean Ricardou ayant trouvé écho à ses perspectives propres dans l’exploitation spécifique des réseaux connotatifs et un rapport au langage combinant résonance affective et effort de distanciation, l’analyse des textes s’émancipe peu à peu d’une voie qui, malgré sa richesse et la grande justesse de ses observations, est loin d’épuiser la multiplicité des significations et ne rend pas justice à la fonction authentiquement testimoniale des ouvrages. Dès les années quatre-vingts en effet, les travaux de recherche sont de plus en plus nombreux à récuser le présupposé d’une visée purement autotélique de l’écriture, ce que corroborent les affirmations mêmes de l’écrivain3. L’attention se porte alors sur sa vision de l’Histoire, notion dont il remet en cause les principes plus qu’il ne les cautionne. Il apparaît désormais comme un auteur dont la relation erratique et déstructurée des bouleversements du siècle vient sonner le glas des grands systèmes idéologiques. Un nombre important d’études s’attache parallèlement à la dimension autobiographique de cette somme romanesque, et au statut qu’il convient de lui accorder dans un espace littéraire si soucieux avant tout de cohésion interne, d’unité harmonique, et de surcroît conscient de la part inévitable de recréation rétrospective. On note aussi à cette même période l’émergence d’un courant critique, notamment anglo-saxon, interrogeant les romans sous l’angle de la phénoménologie – renouant ainsi avec les réflexions engagées par Maurice Merleau-Ponty au début des années soixante – et plus largement sous l’angle de l’intertextualité et du dialogue avec les sciences humaines4.

  • 5 L’œuvre de Claude Simon est bien plus hantée par le destin collectif que par les petites histoires (...)

3D’autres travaux plus récents enfin, d’orientation thématique ou analytique, s’efforcent de mettre à jour les impensés de l’œuvre, de tracer les contours d’un profil littéraire, de préciser ses relations à la mémoire, au temps ou encore à l’autre. C’est dans cette démarche, cette perspective, que notre propos vient s’inscrire. Notre objet a été de cerner, derrière le foisonnement désordonné de la structure, reflet de l’anarchie du vivant, l’apparent chaos scriptural, la multiplicité des voix et des voies narratives, la cohérence d’une vision, la spécificité d’un regard porté sur le réel. Car si Claude Simon s’interdit tout didactisme, se refuse à délivrer une quelconque leçon issue de l’expérience, ou plutôt des expériences marquantes ayant jalonné son existence, la lecture des romans n’en fait pas moins surgir un visage progressivement familier, une conscience individuelle et singulière5, emplie de doutes, d’angoisses et d’obsessions, mais identifiable par une esthétique, des passions, et quelques convictions fortes. L’une d’elle, essentielle, est que le monde, pour reprendre l’expression fameuse de Montaigne, est une « branloire pérenne ». L’association des deux termes, oxymorique en ce qu’elle conjugue le variable et l’immuable, vérité en forme de paradoxe chère à l’esprit baroque, illustre parfaitement le mode de relation simonien à la certitude. Celle-ci ne peut se concevoir sans la possibilité immédiate de sa négation, sans que le temps, amenant une nouvelle configuration, ne soit susceptible de la modifier. Vérité contingente, circonstancielle, ou pour mieux dire accidentelle, jamais éloignée de se retourner en son contraire, comme le bien en mal, l’amour en haine, l’union en désunion.

4C’est de cette instabilité de principe, amenant qui la reconnaît à suspendre son jugement ou du moins à lui ménager toujours une part d’ambiguïté, reflet d’un sens perpétuellement vacillant, oscillant, que nous avons voulu traiter.

5Ainsi avons-nous pris pour étude une relation particulière à l’espace propre à cette œuvre, cet espace que Claude Simon scrute inlassablement, qu’il soit celui, confiné, étroit, d’une chambre, ou vaste panorama s’étendant à perte de vue. Bien plus que les personnages eux-mêmes, c’est la plupart du temps leur environnement immédiat qui retient son attention, c’est à travers lui qu’il poursuit l’énigme qui les constitue. D’autant que le milieu dans lequel ils évoluent semble toujours exercer sur eux une influence décisive, les modelant en fonction de l’atmosphère, leur imprimant mystérieusement sa marque. Le corps lui-même tient lieu de paysage ; ses contours, ses reliefs, ses aspérités et ses effondrements relatent l’histoire de l’individu, tout comme celle des territoires relate celle des hommes. Et s’ils sont reflets d’une intériorité, les corps illustrent aussi, par leurs fêlures et leurs métamorphoses, un certain état des choses, une pulsation singulière propre à l’univers. L’évocation du cadre ne vaut jamais seulement pour elle-même. Elle rapporte aussi en creux, description palimpseste, un événement que l’écriture choisit de signifier par ces voies détournées, invitant souvent au décryptage d’éléments du décor apparemment indifférents. C’est là une des constantes du descriptif chez Claude Simon, que de dépeindre pour mieux narrer. L’attrait de tout paysage dérive également de son lien étroit, au-delà du spatial, à la temporalité. Redéfinir la topographie d’un site, renouer avec la configuration d’une ville à l’occasion d’un voyage, replacer des paroles, des gestes, dans un certain climat qui leur a conféré leur portée, c’est contribuer à poser les bases de « l’édifice immense du souvenir ». À la lisière du paysage et du portrait enfin, l’ombre entremêlée, mouvante, des corps enlacés, la mise en scène du sexuel, viennent interroger une autre inscription dans l’espace, celle de la marche vers l’autre et de la quête de soi dans cet affrontement à l’altérité irréductible. De là la question, centrale, de la sédentarité et du nomadisme, du repli et de la quête. Qu’est-ce qu’un lieu, un être où se reconnaître ? De quelle inquiétude relève le besoin infini de circonscrire ce qui toujours se dérobe ?

Notes

1 Certains intellectuels cependant, quoique curieux de ce nouveau mode d’écriture, se montrent davantage sensibles aux œuvres de romanciers plus médiatiques : sur les cent dix-huit pages que la revue Esprit consacre au nouveau roman lors de l’été 1958, six sont allouées à Michel Butor, huit à Alain Robbe-Grillet, deux et demi seulement aux deux futurs prix Nobel que sont Samuel Beckett et Claude Simon. Un ouvrage de 2006, s’attachant à montrer comment le concept de « nouveau roman » s’est constitué au travers des entretiens et textes théoriques produits par les écrivains eux-mêmes, ne fait pas la part plus belle au romancier nobélisé : il n’est évoqué qu’incidemment, tandis que Nathalie Sarraute et Alain Robbe-Grillet dominent très largement la scène. Voir Galia Yanoshevsky, les Discours du nouveau roman, Presses Universitaires du Septentrion, coll. « perspectives », 2006.

2 Notons néanmoins que nombre de grandes figures intellectuelles n’ont pas perçu, pour des raisons que l’on s’explique mal, la valeur de son travail ; voici ce qu’Antoine Compagnon dit du jugement porté, dans les années quatre-vingts, par Roland Barthes sur ses contemporains, empruntant ses citations à La Préparation du roman : « Barthes se désole encore que la France n’ait plus d’écrivains comme entre les deux guerres : Mauriac, Malraux, Claudel, Gide, Valéry n’ont pas été remplacés ; Aragon est le dernier ; Sartre n’est jamais que la “figure de l’auto-destruction du mythe”. Et “les romans actuels, c’est-à-dire une poussière de romans et pas de « grand roman », ne semblent plus être le dépôt d’aucune intention de valeur”. L’emploi répété de l’adverbe plus comme complétif de la négation (“il n’y a plus…”), c’est la figure même du regret. Comble de la décadence, non sans une touche d’ironie quand même, “il n’y a plus, en France, de « Nobélisables »” (Barthes n’a pas vu venir Claude Simon). Enfin, résumant tout, la dégradation de l’école et de la littérature est liée à la “perte du sentiment que l’écriture est liée à un travail”. En effet, “le travail n’est pas à la mode !” », Les Antimodernes, de Joseph de Maistre à Roland Barthes, Gallimard, NRF, coll. « Bibliothèque des idées », 2005, p. 411.

3 Voir à ce sujet Guy Neumann, « Claude Simon : état des recherches 1989-1992 », Claude Simon, 1, La Revue des Lettres Modernes, Minard, 1994.

4 Voir à ce sujet Orion blinded, Essays on Claude Simon, edited by Randi Birn and Karen Gould, Lewisburg, Becknell University Press/ London and Toronto, Associated University Presses, 1981 – y sont convoqués Jacques Derrida, Mircea Eliade, Sigmund Freud, René Girard, Félix Guattari, Martin Heidegger, Luce Irigaray, Roman Jakobson, Jacques Lacan, Claude Levi-strauss ; Cécilia Britton, Claude Simon, writing the visible, London, Cambridge University Press, 1987 ; Mary Orr, Claude Simon, the intertextual dimension, University of Glasgow, 1993 – elle se réfère pour sa part à Jacques Derrida, Julia Kristeva et Philippe Lejeune.

5 L’œuvre de Claude Simon est bien plus hantée par le destin collectif que par les petites histoires individuelles, et en cela éminemment politique, ce qui explique sans doute qu’elle ait en un premier temps gêné, au moment où la figure de l’intellectuel engagé était fortement contestée. Voir à ce sujet l’article de Didier Alexandre, « Quelques réflexions sur les relations de Claude Simon à Jean-Paul Sartre », et celui de Dominique Viart, « Sartre-Simon : de la “littérature engagée” aux “fictions critiques”, Cahiers Claude Simon, Presses Universitaires de Perpignan, n° 3, 2007.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540