Version classiqueVersion mobile

Claude Simon, la passion cinéma

 | 
Bérénice Bonhomme

La tentation cinématographique : le découpage de La Route des Flandres

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

1Dans tout le travail de Claude Simon existe une interpénétration entre écriture et cinéma. Les différents livres sont rythmés, nous l’avons vu, par de nombreuses évocations du cinéma, mais plus encore l’œuvre tout entière apparaît comme profondément tributaire du modèle cinématographique. Cependant Claude Simon n’a réellement travaillé que deux fois sur un projet d’adaptation, une première fois sur La Route des Flandres, une deuxième fois sur Triptyque (avec comme résultat un court-métrage de 12 minutes intitulé L’Impasse). Je m’attacherai plus particulièrement à l’adaptation de La Route des Flandres. En effet, le court-métrage, s’il est peu connu, n’est pas inédit (au contraire du découpage de La Route des Flandres) et il a été l’objet de quelques études, dont une de ma part. Il est désormais accessible et a été édité en DVD Les Triptyques de Claude Simon ou l’art du montage, textes réunis par Mireille Calle-Gruber, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2009.

2Le document que nous possédons constitue une sorte de découpage où chaque image du film rêvé est minutieusement décrite. Pour mieux mettre au jour l’aller-retour d’une œuvre à l’autre, je mettrai en regard le roman et le découpage avec les résonances et les échos qui font de ces deux œuvres un ensemble mobile, rythmé par le passage d’un support à l’autre.

3Malgré la célébrité de Claude Simon dans le monde des lettres et le grand nombre de films réalisés par d’autres auteurs du « Nouveau Roman », ce projet n’a pas trouvé de financement et le film n’a pas pu voir le jour. Le découpage a, dès lors, été rejeté par Claude Simon. Mon étude revêt donc une dimension d’archive. Ce texte éclaire d’un jour nouveau les rapports de Claude Simon au cinéma et ne montre pas seulement un écrivain intéressé par les possibilités d’un nouveau média mais un écrivain qui se veut pleinement cinéaste. Le découpage joue le rôle de témoin qui apporte la preuve qu’une lecture cinématographique de l’œuvre de Claude Simon est nécessaire pour comprendre la tension qui sous-tend l’écriture.

4Lorsqu’il écrit le découpage de La Route des Flandres en vue d’un film, c’est la première fois que l’auteur se trouve vraiment confronté à la nécessité de penser le cinéma. Des problèmes, jusque-là éludés, ou non approfondis, ressurgissent concrètement, l’obligeant à réfléchir sur les spécificités cinématographiques, mais aussi à déterminer la forme la mieux adaptée à son projet et à découvrir les outils les plus appropriés à sa création.

  • 1 Lu Shengui, Transformation et réception du texte par le film, Peter Lang, 1999.

5En outre, cette adaptation ou plutôt cette transformation comme réécriture, dans la mesure où c’est l’auteur lui-même qui adapte sa propre œuvre, constitue une sorte de commentaire de l’œuvre originale. En effet, nous nous apercevrons que certaines thématiques sont mises en lumière de façon bien plus évidente dans le découpage que dans l’œuvre romanesque. Le cinéma amène Claude Simon, écrivain de la digression et de l’accumulation, à réfléchir sur les notions de tension et de concentration, ce qui révèle encore davantage, et a posteriori, l’architecture du livre : « la transformation est un acte artistique de lecture et de réception par lequel un texte préexistant à caractère esthétique […] se réécrit en une autre forme d’expression esthétique différente, que ce soit pour l’intérêt d’une nouvelle technique, d’un nouvel effet esthétique ou d’un nouveau destinataire »1. L’événement dans la création du texte simonien a lieu ici aux frontières de deux formes différentes, romanesque et filmique, et c’est la rencontre de ces deux formes qui devient la vie du texte ou plutôt d’une sorte d’inter-texte entre roman et cinéma. Il y a équilibre entre les deux formes. Comme le dit Henri Agel, il faut éviter soigneusement que le cinéma recouvre la littérature – et inversement – car « c’est dans le rapport des deux arts ordonné à un système global que résident l’intérêt et la fécondité de cette méthode d’adaptation ». Mon travail tentera donc de rendre compte du travail simonien, qui, dans le cas de La Route des Flandres, prend la forme d’une « traduction » au sens large, de l’écrit au visuel, traduction d’un roman en découpage filmique, passage entre deux langages différents, (traducere au sens étymologique voulant précisément dire « faire passer »). Le passage à l’image d’une œuvre qui déclare se fonder entièrement sur la puissance métaphorique du langage, revêt une importance considérable pour l’auteur et Claude Simon a signalé comme essentielle cette traduction filmique de son travail. L’œil est un passage obligatoire pour l’œuvre simonienne, et il est aussi cet instrument de création qui fonde l’élaboration d’une écriture, puis d’une vision photographique ou cinématographique du monde. Troisième œil, inscrit dans un triangle, qui constitue un symbole maçonnique et qui figure sur le plan physique le soleil visible d’où émanent la Vie et la Lumière et sur le plan intermédiaire ou astral, le Verbe, le Logos, le principe créateur. Il est enfin, sur le plan spirituel ou divin, le Grand Architecte de l’univers, de même que Claude Simon se fait l’Architecte d’une œuvre double entre écriture et image.

Notes

1 Lu Shengui, Transformation et réception du texte par le film, Peter Lang, 1999.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search