Version classiqueVersion mobile

Vygotski

 | 
Michel Brossard

Un texte inédit en français de L.S. Vygotski

Traduction de Olga Anokhina et Michel Brossard

Texte intégral

  • 1 Pour ne pas surcharger le texte nous n’avons pas voulu ajouter nos propres notes à celles déjà exis (...)

1Le texte de L.S. Vygotski que nous présentons ici fut écrit par l’auteur en 1929. Il est inédit en français. Il s’agit des notes manuscrites qui se trouvaient dans les archives familiales et que Gita Vygotskaia nous a aimablement autorisées à traduire en français. A.A. Pouzyrei, son premier éditeur, l’a publié en 1986, dans une revue russe : Vestnick Moskovskogo Universiteta, Psychologija, Serija 14, 11.

2La lecture de ce texte, reconstruit à partir du manuscrit, nous montre que 1929 fut une année charnière dans l’élaboration par Vygotski de la théorie historico-culturelle. Critiquant un déterminisme biologique de type réflexologique, il s’efforce de penser un nouveau type de déterminisme : un déterminisme qui inclut la capacité de l’être humain à agir sur ses propres processus. Cette thèse le conduira à mettre au premier plan le rôle des signes dans la construction des Fonctions Psychiques Supérieures.

  • 2 Concernant Pierre Janet le lecteur pourra se référer à « L’évolution de la mémoire et la notion de (...)

3Ainsi que cela ressort des différents travaux qu’il produisit au cours des années où il élabora sa théorie, Vygotski lut et assimila tout ce qui pouvait s’écrire dans le champ de la Psychologie. Il apparaît à la lecture de ce texte – et ce phénomène ne nous semble pas suffisamment connu en France – que les travaux de Pierre Janet et de Georges Politzer2 eurent un impact décisif sur sa pensée. Montrant les avancées mais aussi les insuffisances des travaux de Pavlov, ré-élaborant le concept de comportement, Vygotski explore un comportement d’un nouveau type : celui par lequel l’être humain se détermine lui-même. À ce point précis de sa réflexion, la thèse de Pierre Janet selon laquelle la capacité d’agir sur soi provient de l’activité sociale d’agir sur les autres, permet à Vygotski d’effectuer un pas décisif dans l’élaboration de sa théorie – même si, selon les propres termes de Vygotski, Janet n’a pas vu le rôle central des signes dans la reconstruction-transformation des activités sociales externes en processus psychiques internes. Donnant à cette hypothèse une extension maximale, Vygotski va proposer une construction théorique du concept de personnalité : prenant appui sur la métaphore du théâtre et sur le concept de « drame » proposé par Politzer, il va s’efforcer de penser la personnalité comme intériorisation de rôles sociaux, comme formes toujours originales et toujours en mouvement de mises en relations des fonctions psychiques, et, fondamentalement, comme activité par laquelle le sujet agit sur ses propres processus.

4Par sa forme de « notes écrites pour soi » et par le raccourci des formules qu’il nous fallut reconstruire afin de les rendre compréhensibles aux lecteurs français, ce texte a posé de nombreux problèmes de traduction. En retour, il nous introduit au cœur même d’une pensée en plein travail d’élaboration. Il nous permet ainsi de situer les points précis sur lesquels L.S. Vygotski était alors en train d’effectuer des avancées décisives.

Présentation de A.A. Pouzyrei

5La fin des années 20 correspondit pour Lev Semeionovitch Vygotski à une période très intense d’élaboration théorique et expérimentale des principales thèses de sa théorie historico-culturelle du psychisme humain. La période relativement tranquille et malgré tout heureuse de ses cinq premières années à Moscou, après son départ de Gomel, s’achevait. Ce fut une période au cours de laquelle il se forma en tant que psychologue. Ce fut le temps où son étoile s’éleva rapidement puisque, en quelques années, ce tout jeune homme inconnu se transforma d’un professeur provincial en l’une des figures les plus brillantes de la jeune psychologie soviétique, en chercheur ayant une autorité scientifique incontestable. Il était entouré d’un groupe de jeunes élèves, tous aussi talentueux que dévoués et admiratifs, ayant une forte conscience du rôle qu’ils devaient jouer dans le développement de la science. Malheureusement, une grande partie de ses innombrables idées ne put être développée du fait de sa mort prématurée. Comme s’il l’avait pressentie, L.S. Vygotski travailla beaucoup et vite. Les grands travaux qui jaillirent de sa plume, les uns après les autres, furent légion. Ces travaux constituent aujourd’hui le fondement de l’approche historico-culturelle et font partie du patrimoine russe et mondial de la psychologie. Presque tous ces travaux ont été préparés au moyen de notes et d’essais que Vygotski faisait « pour lui », ce qui revient à dire qu’ils n’étaient pas destinés à une publication. Toutefois grâce à cette capacité qu’il avait de réaliser de façon « finie », sans brouillon, tout ce qu’il entreprenait, cette sorte de « langage intérieur » trouve son expression dans des textes indépendants, cohérents et, bien souvent, presque achevés. Tel est le cas de ce manuscrit de 1929 gardé dans les archives familiales, manuscrit que nous publions ici avec l’aimable accord de la fille du chercheur G.L. Vygotskaia. Non seulement ce travail permet de pénétrer dans le laboratoire de création d’un remarquable penseur, de pouvoir observer assez précisément le processus de cristallisation de certains principes de la théorie historico-culturelle, bien connus par les travaux classiques du début des années 30, mais il contient également plusieurs idées et mises en relations originales qui n’ont pas été développées dans ses travaux postérieurs. Dans ce sens, les notes de L.S. Vygotski publiées ici jettent une nouvelle lumière sur les principes fondamentaux de son approche en les présentant sous un angle qui les rend remarquablement actuels pour la psychologie contemporaine.

6Le fait que certaines thématiques, formulations et exemples, ainsi que la logique même du processus de structuration du texte ici publié soient proches de l’ouvrage Histoire du Développement des Fonctions Psychiques Supérieures permet de considérer ce manuscrit comme les notes préparatoires de ce travail fondateur de Vygotski. Il ne s’agit pas néanmoins de la version canonique connue par sa première publication en 1960 et par sa récente réédition dans le troisième volume des œuvres complètes, mais d’une version plus ancienne et plus brève qui se trouve dans les archives familiales du chercheur.

  • 3 Cela signifie donc que le titre de ce manuscrit a été choisi par A.A. Pouzyrei et non par Vygotski (...)

7Cette publication respecte les particularités syntaxiques et toutes les mises en relief du manuscrit original. En revanche l’orthographe a été changée en conformité avec des normes orthographiques actuelles. La plupart des abréviations ont également été rétablies. Sauf indications contraires, les insertions dans le texte prises entre les crochets droits, de même que les notes et les remarques appartiennent à l’auteur de ce mot d’introduction3.

[Psychologie concrète de l’homme] (la psychologie historique)

8N.B. Par le mot histoire, je signifie deux choses :

  1. une approche dialectique générale des choses – dans ce sens, toute chose a une histoire ; chez Marx, une science c’est une histoire (Archives p. X) (note 1) ; les sciences naturelles, c’est l’histoire de la nature, l’histoire naturelle.

  2. l’histoire proprement dite, c’est-à-dire l’histoire de l’homme.

9Le premier sens du mot relève du matérialisme dialectique ; le second sens du mot relève du matérialisme historique. À la différence des fonctions inférieures, les fonctions supérieures dépendent de lois historiques dans leur développement (cf. le caractère des grecs et le nôtre). La particularité du psychisme humain consiste en ce qu’il réalise la synthèse des deux histoires (évolution + histoire). La même chose dans le développement de l’enfant (cf. les deux lignes de développement) (note 2).

 

10La méthode constructiviste a deux sens :

  1. elle étudie non pas des structures naturelles mais des structures construites,

  2. elle n’analyse pas mais construit le processus (par opposition à la méthode qui consiste à tenter de capturer un fait, à l’analyser, à utiliser un matériel de type « tachytoscope » ; par opposition aussi à la méthode systématique de l’École de Wurzbourg). Il faut que la construction épistémologique faite au cours de l’expérimentation corresponde à la construction réelle du processus.

11N.B. Bergson (cf. Chelpanov, p. 109) (note 3).

12L’intelligence et les instruments

13En psychologie de l’homme on a affaire au même homo faber.

14Les instruments sont extérieurs à soi, les organes sont intérieurs à soi.

15La particularité de l’intelligence réside dans les instruments de travail. L’instinct, c’est une capacité à utiliser et à produire des instruments organiques (note 4), à la différence de l’intelligence qui crée des instruments non-organiques. L’instinct et l’intelligence ont, l’un et l’autre, leurs avantages et leurs inconvénients.

16Cependant l’activité psychique constructive (l’activité volontaire) est un nouveau phénomène fondamentalement différent par sa nature. C’est une synthèse des deux types d’activité, puisque c’est à l’aide d’un moyen extérieur, donc non-organique, que sont créées les constructions organiques, les fonctions du cerveau, ce sera de l’instinct construit.

 

17Cf. Oukhtomski : le système des fonctions neurologiques est un organe. Dans ce sens, à l’aide de l’activité instrumentale, l’homme construit de nouveaux organes mais qui sont organiques.

18Janet (Livre 6, p. 425) (note 5) considère comme une grande erreur le fait de ne pas distinguer la parole des autres réactions (les adaptations à la nature). C’est donc l’erreur de Watson pour qui la parole est un résultat de l’habituation à une activité motrice de la même manière que le sont la natation et le jeu de golf. Or, cette activité est d’une toute autre nature car le problème de l’activité de verbalisation est un problème central de tout le développement culturel de l’enfant.

 

19N.B. Nous connaissons la loi générale : il s’agit d’abord d’agir sur les autres avant d’agir sur soi-même. En ce sens tout développement culturel passe par 3 stades : en soi, pour les autres, pour soi (Cf. le geste de désignation n’est au début qu’une tentative non réussie de s’emparer de l’objet. Ce geste est orienté vers l’objet et en ce sens il évoque l’action ; ensuite la mère le comprend comme une désignation et, plus tard, c’est l’enfant qui commence à désigner). Cf. Ch. Bühler : le portrait de l’enfant avec un geste de désignation (note 6). Il s’agit là d’un geste pour soi. Cf. Marx : Pierre et Paul (note 7). C’est à travers les autres que l’on devient soi-même. Du point de vue logique, c’est comme cela que l’on peut résumer le développement culturel. Marx : à propos des classes sociales (note 8). La personne devient pour elle-même ce qu’elle est en soi dans la mesure où elle exprime au préalable son en-soi pour les autres. C’est par ce processus que se constitue la personne. Cela explique pourquoi toute caractéristique intérieure des fonctions supérieures a d’abord été extérieure, c’est-à-dire qu’elle a nécessairement été pour les autres ce qu’elle est devenue pour elle-même. C’est le noyau de la problématique entre l’extérieur et l’intérieur. Cf. le problème de l’intériorisation chez Janet et Kretschmer (Bühler) : les essais sélectionnés sont transférés vers l’intérieur (sans qu’on s’aperçoive que la sélection est faite par l’individu). Cependant ce n’est pas ce caractère extérieur auquel nous faisons référence. Pour nous, dire d’un processus qu’il est extérieur c’est dire qu’il est social (note 9). Toute fonction psychique supérieure a été extérieure, ce qui revient à dire qu’elle a été sociale ; et avant d’être fonction, elle a été une relation sociale entre deux individus. Les moyens d’agir sur soi ont été initialement des moyens utilisés pour agir sur les autres ainsi que des moyens utilisés par les autres pour agir sur soi.

  • 4 Schéma : d’abord l’homme crie et se bat, celui qui l’imite fait la même chose, puis l’un crie et ne (...)
  • 5 Et la loi de verbalisation chez Janet (note de Vygotski).

20En conclusion de tout cela : la relation entre les fonctions psychiques supérieures a été jadis une réelle relation entre les personnes. Les attitudes que les autres développent vis-à-vis de moi, je les développe ensuite vis-à-vis de moi-même. La réflexion c’est une discussion (Baldwin, Piaget) ; la pensée est une activité langagière (adressée à soi-même) ; d’après Janet, le mot a été un ordre adressé à d’autres ; son imitation et donc son changement de fonction ont abouti à le dissocier de l’action (3, p. 155 et sq.)4. Le mot est toujours un ordre5. C’est pour cette raison qu’il est le principal moyen de domination. Mais d’où vient cette fonction de régulation volontaire du mot chez nous, pourquoi le mot se subordonne-t-il toutes les réactions motrices ? D’où vient ce pouvoir du mot sur le comportement ? D’une réelle fonction de commande/subordination. Derrière le pouvoir psychique du mot sur les fonctions psychiques se cache un vrai rapport de pouvoir entre un chef et un esclave. Les relations entre les fonctions psychiques sont génétiquement reliées à de réelles relations entre les individus : la régulation par la parole, l’activité verbalisée = pouvoir – soumission.

21D’où : le langage est une fonction centrale du lien social et un moyen psychique. Cf. une relation directe et indirecte entre les gens.

22D’où : l’imitation et la séparation sociale entre les fonctions comme mécanisme de modification et de transformation des fonctions.

23D’où : l’exemple de Léontiev avec le travail : ce que réalisent le surveillant et le subordonné s’unit en une seule et même personne : c’est le mécanisme de l’attention volontaire et du travail.

24D’où : le mystère de l’effort volontaire – ni musculaire, ni spirituel – qui est en fait la résistance de l’organisme par rapport à un ordre.

25D’où : la sous-estimation dans mes travaux du rôle du langage chuchoté, du langage secret et d’autres fonctions sociales. J’ai ignoré les manifestations externes du langage en cours d’intériorisation.

26D’où : chez l’enfant, on peut observer pas à pas ce changement dans les fonctions langagières : en soi, pour les autres et pour soi. Avant tout, le mot doit avoir du sens (attitude à l’égard d’une chose) en soi (un lien objectif sans lequel le mot n’est rien) ; ensuite la mère l’utilise de manière fonctionnelle comme un mot ; ensuite, c’est l’enfant qui le fait lui-même.

27Selon Piaget, l’apparition d’une discussion va de pair avec l’apparition d’une pensée langagière. Toutes les formes d’une communication langagière entre l’adulte et l’enfant deviennent plus tard les fonctions psychiques. La loi générale : toute fonction dans le développement culturel d’un enfant apparaît sur scène deux fois, à deux reprises : d’abord social, ensuite psychique ; d’abord entre les individus comme catégorie inter-psychique, ensuite à l’intérieur de l’enfant. Cf. la loi du décalage chez Piaget. Ceci concerne l’attention volontaire, la mémoire, etc. etc. Il s’agit là d’une loi.

  • 6 Cette allusion est incompréhensible si l’on ne se réfère pas au 2e chapitre de Histoire du Développ (...)

28Cf. Le geste de l’indication pour l’autre, pour soi ; une griffe de lynx6 – pour l’autre, pour soi.

29Cf. Dans le cours du temps, écrire c’est autant pour soi que pour un autre ; lire ses propres notes – écrire pour soi, cela signifie que l’on se situe par rapport à soi comme par rapport à quelqu’un d’autre.

30Etc. etc. C’est une loi générale pour toutes les fonctions psychiques supérieures.

31Bien évidemment le passage de l’extérieur vers l’intérieur transforme le processus.

32Derrière toutes les fonctions supérieures et leurs relations, il y a des relations sociales, les relations réelles entre les individus. Homo duplex. D’où le principe et la méthode d’attribution de rôles personnels dans les recherches sur le développement culturel, c’est-à-dire la répartition des fonctions entre les individus, la « personnification » des fonctions : par exemple, l’attention volontaire : l’un dirige, l’autre est dirigé. La répartition à nouveau en deux de ce qui est réuni en un ; (cf. le travail moderne), le développement expérimental d’un processus volontaire (l’attention volontaire) constitue un petit drame. Cf. Politzer : psychologie en termes de drame (note 12).

33Le mot social appliqué à notre objet a plusieurs significations :

  1. la signification la plus générale – tout ce qui relève de la culture est social ;

  2. le signe est extérieur à l’organisme et, en tant qu’instrument, il est un moyen social ;

  3. toutes les fonctions supérieures se sont formées au cours de la phylogenèse non pas biologiquement mais socialement ;

  4. la signification la plus courante ici : le mécanisme de ces fonctions est engendré par le social. Elles sont les relations sociales intériorisées, transportées à l’intérieur d’un individu, elles constituent la base de la structure sociale de l’homme. Leur composition, leur genèse, leur manière d’agir, en un mot leur nature, sont sociales. Même transformées chez l’homme en processus psychiques, elles demeurent quasi-sociales. L’individuel chez l’homme n’est pas le contraire du social mais sa forme supérieure.

34Paraphrase de Marx : la nature psychologique de l’homme est l’ensemble de ses relations sociales transportées à l’intérieur et devenues les fonctions de l’individu et les formes de sa structure (note 13). Marx parle de l’homme en tant qu’être générique, un genus ; ici il s’agit de l’individu.

35Le développement culturel est un développement social au sens large (le développement de prédispositions non encore développées provoqué pour l’essentiel de l’extérieur ; le rôle de la construction, la contraction des formes développées, cf. l’attention volontaire, le rôle de l’exogenèse dans le développement). Ou plutôt : le passage des structures de l’extérieur à l’intérieur. Dans le cas du développement culturel, une relation entre la phylogenèse et l’ontogenèse est différente de celle du développement organique. Dans le développement organique, la phylogenèse est incluse en puissance et se reproduit en ontogenèse ; dans le développement culturel de l’individu, il se produit une véritable interaction entre la phylogenèse et l’ontogenèse : il n’y a pas besoin d’un adulte comme bio-type, pour qu’un embryon puisse se développer in utero ; l’embryon n’a pas besoin d’être en contact avec un bio-type adulte. En revanche dans le développement culturel de l’individu, cette interaction est la force motrice de tout le développement (l’arithmétique de l’adulte et la [pré-] arithmétique de l’enfant, le langage [de l’adulte et le langage enfantin] etc.)

  • 7 L’autostimulation, « l’entrée en possession de son corps », la possession (note de Vygotski).
  • 8 Entre les lignes, il est marqué au crayon : « concentration, irradiation, tout a ses corrélats ». ( (...)
  • 9 En français dans le texte. (N.d.T.)
  • 10 Il s’agit de la page suivante du manuscrit numérotée ainsi (cf. ce qui suit) ; apparemment il s’agi (...)

36Conclusion générale : si les fonctions psychiques proviennent génétiquement des relations entre les individus, alors 1) il est ridicule de chercher les centres particuliers des fonctions psychiques supérieures ou des fonctions supérieures dans la substance corticale (les lobes frontaux – Pavlov) ; 2) il faut les expliquer non pas par les liens intérieurs organiques (des régulations internes), mais de l’extérieur, par le fait que l’homme commande l’activité du cerveau de l’extérieur à l’aide de stimuli ; 3) les fonctions psychiques supérieures ne sont pas des structures naturelles, mais des constructions ; 4) le principe essentiel de l’activité des fonctions psychiques supérieures (de l’homme) est l’interaction7 entre des fonctions de type social, en remplacement de l’interaction entre les personnes. C’est sous la forme du drame que ces fonctions peuvent se développer pleinement. Incise : dans l’activité de construction, le rapprochement des stimuli correspond au rapprochement des processus cérébraux, précisément à deux formes d’activité cérébrale : une dominante (catalyse) et une association correspondant : 1) la désignation, le renforcement, l’accentuation et 2) une mnémotechnique (un nœud)8. En rapprochant des objets (des stimuli), je rapproche des processus nerveux (les réactions) ; en intervenant de l’extérieur, je dirige les processus les plus internes. Toutes ces organisations, toutes ces régulations (Basov), toutes ces structures n’ont pas le rôle central lorsqu’on les compare avec ce type supérieur d’acquisition, à savoir l’activité de construction. La nature de l’attention volontaire et de toutes les fonctions supérieures ne peut être expliquée à partir de la psychologie de l’individu. Cf. le problème d’autosuggestion9 et XYZ10.

37Une révision complète de la neurologie des processus supérieurs. La localisation des fonctions et non pas des centres.

38[Feuille XYZ] NB Selon Bergson : la mémoire permet de distinguer entre l’esprit et la matière. L’esprit est indispensable pour tout processus intentionnel (orientation vers le passé) ; nous ne pensons pas que, dans l’étude d’un processus psychologique, sa valeur psychique et la relation unique qu’il entretient avec un objet soient dénués d’intérêt mais s’agit-il pour autant d’esprit pur, et surtout ce n’est pas cela qui distingue la mémoire motrice de la mémoire non motrice. Il y a des formes intermédiaires mais pas entre l’esprit et la matière. Une de ces formes c’est la mnémotechnique. Bergson d’ailleurs rapproche la mémoire de l’esprit et la mnémotechnique, alors que Bühler, quant à lui, rapproche la mnémotechnique de la mémoire d’un chimpanzé. Voici un principe : il peut y avoir l’intention d’une seule et unique mémorisation sans qu’il y ait un souvenir. Cf. un nœud et un motif (je sais qu’il y a trois traits mnésiques mais je ne sais pas ce qu’ils signifient). Ergo : si l’intentionnalité accompagne obligatoirement la mémorisation, elle est aussi une composante autonome d’une activité supérieure de mémorisation (le résultat d’un rôle de désignation indirecte d’un signe).

 

39N.B. ! Sur la nature sociale des fonctions psychiques

  • 11 Écrit comme ceci dans le manuscrit, probablement « principe » (en français dans le texte). (N.d.T.)

40Selon Janet, les fonctions du mot ont d’abord été distinctes et réparties entre plusieurs individus avant d’être réunies dans un seul individu. Dans une conscience seule et dans un comportement individuel, ceci n’aurait pas pu se réaliser. Avant, on pensait que le comportement individuel précédait le comportement social (l’individu réagit tout seul et en collectif, l’imitation englobe les réactions individuelles). En fait, c’est à partir des formes de la vie collective que nous formons les fonctions individuelles. Le développement ne va pas vers une socialisation, mais vers l’individualisation des fonctions sociales (la transformation des relations sociales en fonctions psychiques – cf. le langage, le princs11 social). Cela apporte un nouvel éclairage sur la psychologie du collectif dans le développement infantile : on demande habituellement comment un enfant se comporte en collectif. Nous demandons : comment le collectif crée chez les enfants des fonctions supérieures ? Avant on pensait : l’individu possède une fonction – achevée ou à moitié formée ou à l’état embryonnaire – et que c’était au sein d’un collectif qu’elle s’entraînait, se développait, se complexifiait, s’enrichissait, s’inhibait, etc. Maintenant la fonction se construit dans un collectif sous forme de relations entre les enfants et c’est ensuite qu’elle devient une fonction psychique de l’individu. Discussion : Avant : tout enfant réfléchit et c’est dans la confrontation des pensées que naît la discussion. Maintenant, nous savons que la discussion fait naître la réflexion. La même chose en ce qui concerne les autres fonctions [fin de la feuille XYZ].

41Sur l’éclairage des principaux problèmes de la psychologie collective (des enfants) sur cette base : tout est le contraire de ce que l’on fait habituellement.

42Cf. la note XYZ.

 

43Il est nécessaire de distinguer entre la relation directe aux autres et la relation indirecte (à l’aide d’un signe). À l’inverse d’une relation indirecte, la relation directe ne peut pas être appliquée à soi. Par conséquent, au tout début le signe est placé, en tant qu’instrument, entre l’objet et le sujet. Plus tard, c’est entre moi et ma mémoire. L’objet de l’action sur lequel intervient le stimulus instrumental n’est pas un objet matériel : c’est une différence principale qui distingue un signe d’un instrument. L’objet de l’action sur lequel intervient le stimulus instrumental est le cerveau (schéma 1) :

  • 12 Comme ceci dans le manuscrit, c’est probablement une erreur : Werkzeugdenken est en allemand la pen (...)

44La différence principale qui distingue une construction d’une action technique au sens de Werkkzeugdenker12 réside dans le fait qu’elle a deux plans, deux objets (schéma 2).

  • 13 Ce passage quelque peu obscur pour des raisons de vocabulaire devient tout à fait clair si on le ra (...)

45Si S1 et S2 s’unissent en une seule et même personne, l’opération [à signe] aura toujours deux objets : le cerveau et l’objet de la tâche psychologique (mémoriser, etc.). Cela est dû au fait que S n’est pas un instrument (c’est-à-dire qu’il n’agit pas physiquement) mais au fait que c’est une tâche qui consiste à agir psychologiquement (non pas sur un objet mais sur le comportement). Si l’objet est le cerveau d’un autre, alors tout est facile. Ce qui est difficile, c’est quand l’objet est son propre cerveau13.

46Il faut renoncer à établir une équivalence entre une opération psychologique et une action motrice (il faut renoncer à penser que mémoriser serait équivalent à saisir).

47Ainsi l’action instrumentale est toujours une action sociale dirigée vers soi, une action qui agit à l’aide des moyens d’un lien social et qui tire pleinement son existence des relations sociales entre deux personnes. Avant on pensait : l’objet d’une action, l’instrument. Maintenant on le considère également comme l’objet de l’action du stimulus. Le stimulus n’agit pas sur l’objet de l’action. Le mécanisme final et exécutif – la volonté – est le résultat des relations sociales : un ordre, une condition (« l’un crie, l’autre se bat », selon Janet). Entre quoi et quoi se place le signe : entre l’homme et son cerveau. Il contrôle l’action dirigée vers l’objet. Mais son objet est l’action elle-même, un processus cérébral. Ainsi la base de l’action instrumentale est la réunion de Pierre et de Paul en une seule et même personne. La relation entre le stimulus-objet et le stimulus-moyen est une relation du psychologique naturel et du construit artificiel.

48La sociogenèse est la clé pour comprendre toute activité supérieure. Ici nous trouverons la fonction psychologique du mot (et non pas biologique). Une méthode sociogénétique.

  • 14 Philosophe néo-kantien allemand (1854-1924). Vygotski en parle longuement dans Signification histor (...)

49L’auto-stimulation est un cas particulier (tout à fait particulier même) d’une stimulation sociale : socio-personnelle selon Janet (cf. la fonction communicative dans la réflexion, chez Natorp14).

50La signification : L’homme crée les liens de l’extérieur, commande le cerveau et, à travers le cerveau, le corps. La relation interne entre des fonctions et des zones du cerveau joue un rôle essentiel dans l’activité cérébrale. Cette relation est remplacée par les relations sociales : d’abord, à l’extérieur de l’homme et, ensuite, à l’intérieur de l’homme (acquisition du comportement de l’autre) en tant que nouveau principe de régulation. Mais comment la création de liens et de relations de régulation entre les centres et les fonctions de l’extérieur est-elle possible ? Cette possibilité est donnée à deux moments (et plus particulièrement lors de leur rencontre) : 1) le mécanisme d’un réflexe conditionnel (selon Pavlov, il constitue un mécanisme cérébral) selon Oukhtomski c’est un organe ! qui se construit de l’extérieur ; et 2) le fait d’une vie sociale, c’est-à-dire la transformation des liaisons naturelles ; nous avons affaire à des interactions entre des réalités d’ordre différent.

51D’où trois niveaux : 1) le réflexe conditionnel qui est un mécanisme créé de l’extérieur, cependant il est une copie des liaisons naturelles et correspond à une adaptation passive ; 2) les animaux domestiques, l’homme lui-même est un animal domestique (Thurnwald) (note 15). Ainsi, la formation passive des relations de l’extérieur ; 3) la participation active lors de la création de liaisons + l’auto-stimulation comme cas particulier de stimulation sociale. Cf. instrumentum vocale, semi-vocale et mutum où le premier terme correspond à une adaptation active à la nature et donc à la psychologie de l’homme. Le concept de personnalité nous conduit au problème suivant. Pavlov compare le système cérébral à un central téléphonique, mais la particularité de la psychologie humaine réside dans le fait que le central téléphonique et l’opératrice (c’est-à-dire l’appareil et la maîtrise de l’appareil par l’homme) sont réunis à l’intérieur d’un seul être. Au travers du mécanisme du réflexe conditionné, la nature dirige l’homme ; les liaisons naturelles peuvent créer toutes sortes de combinaisons entre les comportements, à l’exception néanmoins du comportement qui consiste à transformer la nature elle-même. Ces liaisons naturelles ne contiennent ni la nécessité de travailler ni l’activité même de travail.

52Qu’est-ce qu’une opératrice ? (écartons le caractère mécanique de notre comparaison ainsi que celle du signe “ + ” dans l’expression « central téléphonique + opératrice »). On dira : l’âme, le psychisme. Ce n’est pas par hasard si on la dit « opératrice ». Cf. Stern : « ingénieur + machine ». Mais ce n’est pas de l’âme dont il s’agit. Il est vrai toutefois que l’on ne peut pas comprendre l’activité de n’importe quel appareil cérébral sans l’homme. C’est bien du cerveau de l’homme dont nous parlons. C’est bien de la main de l’homme. C’est ça l’essentiel. Ainsi tirer au sort, faire un nœud à son mouchoir constituent un circuit de communication bouclé par une opératrice (note 16). L’idée de Pavlov consiste à montrer que ce que l’on pensait être fait par une opératrice (l’âme) est fait par l’appareil lui-même (le corps, le cerveau). Ergo : une opératrice n’est pas une âme. Mais qu’est-ce que c’est ? C’est la personnalité sociale de l’homme. De l’homme comme membre d’un groupe social déterminé. Conçu comme un être social. Comme un être en soi – pour les autres et pour soi. Cf. Lichtenberg et d’autres.

53Comment parler des processus psychiques ? Faut-il en parler sous une forme impersonnelle ou sous une forme personnelle ? Ce n’est pas la même chose de dire « il me semble » et de dire « je pense » (note 17). Le problème du « je » : comment il faut le formuler ? et comment l’enfant s’y prend-il ? (cf. Piaget).

  • 15 En français dans le texte. Cette remarque est incompréhensible si l’on ignore l’anecdote connue sou (...)
  • 16 La phrase est inachevée dans le manuscrit. (N.d.T.)

54Tout le développement consiste dans le fait que le développement des fonctions va de moi vers je. Cf. Lévy-Bruhl. J’en rêverai15. D’ailleurs, l’individu modifie le rôle de certaines fonctions psychiques, des systèmes, des couches, des strates, en établissant des liens qui ne peuvent pas exister dans la biologie de l’individu. Ce n’est pas la relation entre centres subcorticaux et centres corticaux qui définit la domination de telle ou telle couche, mais la structure sociale de l’individu. Cf. le rêve et le chef Cafre : 1) chez les animaux la fonction du rêve est toute autre, 2) chez le chef Cafre, c’est à travers la signification sociale des rêves (un phénomène inexplicable etc., des rudiments de magie, de causalité, d’animisme, etc.) que le rêve a acquis une fonction de régulation : le rêve lui dicte ce qu’il fera. C’est bien la réaction d’un individu et non pas une fonction primitive ; 3) la relation rêve/comportement futur (la fonction de régulation du rêve) doit être ramenée génétiquement et fonctionnellement à une fonction sociale (le mage, le conseil des mages, l’interprète des rêves, quelqu’un qui tire au sort : cette fonction est toujours partagée entre deux personnes). C’est ensuite que tout se réunit en une seule et unique personne. L’histoire réelle de l’opératrice et de l’appareil (d’un individu) – qui se retrouve aussi dans l’histoire de Pierre et de Paul (cf. Marx sur le langage et la conscience, note 18) – se comprend comme le transfert des relations sociales (entre les personnes) vers le psychologique (à l’intérieur de l’homme). Le rôle du nom chez un homme primitif, chez l’enfant, chez…16

55Le principal consiste non seulement en ce que l’homme évolue, mais aussi en ce qu’il se construit. Le constructivisme. Mais à l’inverse d’une conception intellectualiste (cf. la construction artistique) et à l’inverse d’une conception mécaniste (cf. la construction du sens).

  • 17 Dans le manuscrit, Vygotski a laissé un espace libre. En marge ci-contre quatre points d’interrogat (...)

56Une tâche de la psychologie consiste à étudier les réactions d’un individu, c’est-à-dire des relations de type rêve qui constituent des mécanismes régulateurs. Le rôle de la religion, etc. À chaque idéologie (sociale) correspond une structure psychologique d’un type particulier, non pas au sens d’une perception subjective et d’un porteur de l’idéologie, mais au sens de la construction des zones, des couches et des fonctions d’un individu. Cf. Cafre, catholique, ouvrier, paysan. Cf. mes idées portent sur la relation entre la structure des intérêts et la régulation sociale du comportement17. Ce n’est pas la pensée qui réfléchit c’est l’homme qui réfléchit. C’est le point de départ.

57[En marge] Feuerbach : Deborine – Hegel, XXV1 (note 19).

58Qu’est-ce qu’un homme ? Pour Hegel, c’est un sujet logique. Pour Pavlov, c’est un « soma », un organisme. Pour nous, l’homme est un individu social : l’ensemble des relations sociales incarné dans un individu (les fonctions psychologiques construites sur le modèle d’une structure sociale).

59[En marge] Selon Hegel, l’homme est toujours une conscience ou une conscience de soi XXXVII (note 20).

  • 18 Cette expression est intraduisible en français sous sa forme impersonnelle usuelle au russe. (N.d.T (...)

60Allons plus loin. Un cafre pouvait dire : J’en rêverai, puisqu’il rêve activement, nous disons : il « moi » rêve18. Ergo : il existe un moi et un je dans chaque fonction, dans un cas il s’agit d’une réaction primitive (forme passive et personnelle) dans l’autre cas il s’agit de la réaction de la personnalité (forme active et personnelle).

61Encore plus loin. Si l’homme pense, on demandera : quel homme ? (un cafre, un romain avec un présage = le rêve, le rationaliste Bazarov, le névrosé de Freud, l’artiste, etc., etc.). Les lois de la pensée restant identiques (cf. Hoffding : lois de l’association et de la pensée), le fonctionnement de la pensée sera différent selon l’individu dans lequel il a lieu. Cf. les lois de la pensée ne sont pas naturelles (la substance corticale et sous-corticale, etc.) mais sociales (le rôle de la pensée chez un individu). Cf. le rôle du rêve. Ce n’est pas pareil en fonction de qui rêve, quel individu. Il est possible 1) de rêver avec Je ou avec moi, et 2) dans chacun des deux cas de rêver de façon différente. Il faut étudier les deux : la base de la psychologie concrète ce sont les relations du type « rêve du Cafre ». La base de la psychologie abstraite ce sont des relations du type : rêve comme réaction (Freud, Wundt etc.) à des excitants.

62(Ici dans l’idée d’un individu social, se révélera sans doute le rôle du psychisme. Est-ce que la marchandise qui est un objet sensible selon Marx est possible sans le psychisme ? Le caractère positif de la nature psychique consiste en une relation intentionnelle envers l’objet (le caractère négatif est l’inaccessibilité aux autres, une perception intérieure, l’absence de spatialité). Pour Deborine, la pensée sans contenu est vide. (Selon Kant vide et aveugle. Ainsi quand nous étudions la pensée, nous étudions la relation envers les objets). [p] XXVI (note 22) : « Si l’on considère comme une pensée pure une activité mentale libre de toute perception sensorielle, une pensée pure n’est alors qu’une fiction car une pensée libérée de toute représentation est une pensée vide ». « En fait les concepts ne sont rien d’autre que les perceptions et représentations retravaillées. En un mot, ce sont les sensations, les perceptions, les représentations etc. qui précèdent la pensée et non l’inverse ». « La pensée elle-même en tant que qualité supérieure à former les concepts et les catégories est le produit d’un développement historique ». Cf. le fonctionnement logique du langage [p] XVI-XVII (note 23). Incise : « je » est une relation sociale que « je » a avec lui-même.

63Plus loin : selon Goethe, ce qui est une question est transformé en un principe (Cf. La Gestalt theory a fait de la question des totalités construites un principe). On peut dire la même chose de l’individu. Il s’agit d’un être qui se construit lors de l’élaboration des fonctions supérieures.

64La relation rêve / comportement futur (la fonction de régulation qu’exerce le rêve chez le cafre) n’est pas un lien direct mais indirect. Il concerne l’individu dans sa totalité (c’est-à-dire dans la totalité des relations sociales, transposées à l’intérieur).

65L’étude de ce processus chez l’enfant.

 

66Incise ! cf. Politzer : psychologie comme drame. Une coïncidence : la psychologie concrète et Dilthey (sur Shakespeare) (note 24). Et en réalité, le drame est tissé de liens : le rôle de la passion, de l’avarice, de la jalousie dans la structure particulière d’un individu. Un caractère est divisé en deux chez Macbeth – Freud.

67Le drame est tissé de luttes intérieures, impossibles dans les systèmes organiques : la dynamique d’un individu est un drame.

68dans un rêve une épouse a trompé son mari (Othello) : tuer c’est une tragédie. Le drame est toujours une lutte entre des rapports de ce type (le devoir et le sentiment, la passion, etc.). Autrement, il n’y a pas de drame, c’est-à-dire de confrontation de systèmes. La psychologie « s’humanise ».

69En bref. Le rôle du milieu. Pour la biologie, c’est le facteur de changements de phénotype. Les mécanismes sont prêts et changent quantitativement. Les liaisons entre les phénomènes sociaux agissent comme des liaisons naturelles (comparer ou penser, par exemple, à un animal domestique). Mais ceci n’est valable que pour les fonctions de bas niveau. De plus, elles ne sont pas communes à toute l’humanité (par exemple, la perception des formes, etc.). Cependant, si dans les fonctions de bas niveau, il y a beaucoup en commun, c’est parce que tous les groupes sociaux ou toutes les classes sociales ont un grand nombre d’expériences communes. Pour les fonctions supérieures, cela se passe tout à fait différemment : si l’on accepte que les organes se forment de l’extérieur, que la régulation du cerveau fonctionne de l’extérieur, que l’individu est un nœud de rapports sociaux… des rapports du type « rêve de cafre » agissant de l’extérieur, que la dynamique d’un individu est un drame, alors une sociogenèse est la seule approche valable, i. e. les mécanismes se construisent dans le milieu (les constructions).

  • 19 Qu’est-ce qu’y signifient l’amour, le rêve, la pensée, l’art ? Quel homme pense, aime etc. ? (note (...)

70Résumé : L’individu est l’ensemble de ses relations sociales. Les fonctions psychiques supérieures se créent au sein de la réalité sociale. Les rapports du type « le rêve du Cafre ». Le contenu d’un individu. L’individu comme acteur d’un drame. Le drame d’un individu19 [note en marge : la psychologie concrète]. Les fonctions modifient leurs rôles : le rêve, la pensée, l’intelligence pratique.

71Mon histoire du développement culturel est le développement abstrait d’une psychologie concrète (note 25).

72Conclusion : l’histoire réelle de l’opératrice et de l’appareil : la transposition des relations sociales à l’intérieur. L’opératrice et l’appareil c’est seulement une activité qui se régule de façon complexe (le principe de régulation).

73Un individu : Des formes particulières de régulation.

74[En marge] 12-IX-1929.

75Il n’y a pas de hiérarchie fixe des fonctions.

76etc., ou quelque chose de ce genre.

77Ergo : il n’y a pas d’activité intentionnelle fixe. Même si chaque fonction a un champ naturel de possibilités qui détermine un champ de rôles possibles. Établir une comparaison : les caractéristiques innées d’un acteur (son caractère) déterminent le type de rôles qu’il va jouer. Toutefois chaque drame (chaque individu) a ses rôles. Dans la commedia del arte, on joue un rôle fixe (Colombine, Arlequin, etc.) : on peut changer de drame mais le rôle reste le même, identique à lui-même. Le drame avec des rôles fixes est une représentation de l’ancienne psychologie. Dans un drame nouveau, pour le même type de caractère, il y a un changement de rôle. Le rêve dans le drame (l’individu) du cafre c’est un rôle ; chez un névrosé c’est un autre ; un héros, un méchant, un amant.

78Par exemple, chez Spinoza la pensée est le maître des passions. Chez Freud, chez l’artiste, elle est au service des passions. Les psychiatres le savent.

79Autrement dit, en schématisant :

80[En marge] On doit considérer les fonctions comme des unités irréductibles. Cf. Pavlov sur la physique et l’inhibition.

81Les psychiatres le savent très bien. Tout dépend de la question de savoir qui pense et quel rôle joue la pensée dans cet individu (note 26). La pensée autistique se différencie de la pensée philosophique non pas par des lois mais par le rôle (l’éthique ou l’onanisme).

82Je : sur la psychologie des rôles. Cf. Politzer sur le drame. Le rôle social (le juge, le médecin) détermine la hiérarchie des fonctions : cela revient à dire que les fonctions changent de hiérarchie dans les différents domaines de la vie sociale. Leur confrontation est un drame. Cf. mon schéma des intérêts (note 27). Le même schéma peut être fait pour un domaine de comportement particulier (Lewin).

83Cf. les schémas (le schéma 3) :

84Une tâche (de la psychologie concrète) – chez les adolescents et dans [illisible]– consiste à étudier les domaines particuliers du comportement (un complexe professionnel, etc.) une structure et une hiérarchie des fonctions dans ces domaines, leurs relations et leur confrontation.

85L’idéal : c’est comme cela que s’est construit le complexe professionnel chez un ouvrier moscovite, etc.

86Une méthode comparative. Une pathologie générale.

  • 20 Vygotski veut probablement dire que les formes élémentaires de sentir, de se souvenir... sont dépas (...)

87Les lois générales du rêve, de la pensée sont dépassées et conservées20, elles prennent des formes particulières selon telle ou telle hiérarchie de la personnalité. Selon Marx, quand il n’y a pas de connaissance des traits particuliers, c’est de la logistique. LIII (note 28).

88Selon Basov, c’est un type particulier de l’organisation qui distingue les sciences (la mécanique, la chimie, la biologie, la sociologie, etc.). Chaque science repose sur un type spécifique d’organisation pris comme concept de base : le corps, la matière, l’organisme, la socio, etc.

89Une opératrice + l’appareil est un type particulier de mode d’organisation, un concept de base pour une psychologie de haut niveau (note 29). Ce n’est pas uniquement l’appareil qui évolue mais aussi l’opératrice. Les deux ensembles représentent la particularité du développement infantile.

90Quand je dis que l’opératrice + l’appareil (un type particulier d’un mode d’organisation) + l’auto-régulation : cette régulation n’est pas plus mystique ou proche de l’âme qu’une régulation de l’activité nerveuse supérieure des muscles, etc. mais son mécanisme est plus complexe : dans le cas d’une régulation de l’activité nerveuse, tout se déroule dans le corps — [Dans le cas qui nous occupe], celui qui régule et celui qui subit la régulation sont séparés. A régule B, mais ici l’individu en tant qu’entité sociale A régule B (son comportement ou l’activité cérébrale). Nous avons affaire à une régulation et organisation nouvelles et particulières du processus : je veux seulement dire que sans l’homme (l’opératrice), pris dans sa totalité, on ne peut pas expliquer le fonctionnement de son appareil (le cerveau), que c’est l’homme qui commande le cerveau et non pas le cerveau qui commande l’homme (socio !), que sans l’homme on ne peut pas comprendre son comportement, qu’il ne faut pas appréhender la psychologie en termes de processus mais en termes de drame. Quand Politzer dit : c’est l’homme qui travaille et non pas le muscle, cela veut tout dire. On peut dire la même chose du comportement de l’homme. Trois thèses complémentaires :

 

  • 21 Le délire relationnel (allemand). (N.d.T.)

911) La différence entre une personne aliénée et un sujet normal, ainsi qu’entre les différents types de malades, ne consiste pas tant en ce que a) chez les malades, il y a un dysfonctionnement des lois de la vie psychique ou en ce que b) ils ont quelque chose (de nouvelles formations) que les personnes bien portantes n’ont pas (tumeur, p. ex.). Il faut voir la différence plutôt comme ceci : les bien portants ont la même chose que les malades : le délire, les soupçons, Beziechungswanh21, les obsessions, la peur, etc. mais le rôle de tout cela, la hiérarchie à l’intérieur du système entier, sont différents. C’est-à-dire qu’il s’agit d’une tout autre fonction que celle qui chez nous vient au premier plan et à qui est conférée la fonction de régulation. Ce n’est pas le délire qui distingue un aliéné de nous, mais le fait que, à la différence de nous, il croit à son délire et lui obéit. Cf. le rêve du Cafre.

92En tout cas, c’est comme ça pour les hystériques, les névrosés, etc. ; et selon les situations, nous aurons encore affaire à des systèmes différents : l’hystérique chez lui et chez son médecin.

 

932) Chez Freud : le lien du rêve avec les fonctions sexuelles n’est pas primaire mais du type le rêve du cafre : chez un névrosé, le rêve est au service d’une attirance sexuelle. Ce n’est pas une loi générale mais une loi pour un névrosé. Chez un cafre, le rêve a d’autres fonctions. Chez un autiste, la pensée est tout autre. C’est une loi de la psychologie concrète (c’est-à-dire un hic et nunc particulier). Les relations entre les fonctions sont particulières et non pas générales. L’erreur de Freud est de prendre du particulier pour du général.

 

943) Lors du développement de l’enfant, il y a un déplacement des systèmes du type « rêve du Cafre ». À un an, 7 ans, 15 ou 70 ans, le rêve n’a pas le même rôle. L’infantile ne disparaît pas, mais perd son rôle, sa place, son importance. Par exemple, si le Cafre était transplanté dans une autre culture, le rêve perdrait sa signification centrale. Le déplacement du rôle, c’est le déplacement de l’attention (c’est-à-dire de la structure centrale). Cf. Adler. La psychanalyse et « l’individual-psychologie » se basent sur cela inconsciemment.

 

95Conclusion générale : la psychologie s’humanise. En parallèle avec la zoopsychologie apparaît l’anthropopsychologie, en même temps que la psychologie scientifique des animaux, apparaît la psychologie de l’homme. C’est cela que voulait souligner Politzer dans son article. C’est en cela que consiste le sens du « drame ». C’est en cela que consiste le sens de la psychologie de l’homme.

96[En marge] Pour l’avant-propos de la psychologie de l’homme.

97La psychologie des animaux est à la psychologie de l’homme ce que la phytosociologie et la zoosociologie sont à la sociologie de l’homme. Basov : vouloir enfermer la psychologie de l’homme à l’intérieur de la psychologie animale n’a aucun fondement. Chez Politzer, il n’y a pas de formule commune à la psychologie des animaux et à celle de l’homme. Ecce homo !

98Quel lien entre les trois idées : une opératrice, un acte instrumental et la structure sociale d’un individu ? L’homme agit sur lui-même selon un mode social. Le mode d’acquisition du comportement et les moyens (c’est-à-dire un acte instrumental) sont ainsi déterminés. Mais c’est l’opératrice qui représente l’idée d’une forme particulière de régulation selon ce mode.

  1. L’homme agit sur un autre homme : nécessairement de l’extérieur, à l’aide des signes.

  2. L’homme agit sur soi : de l’extérieur et à l’aide des signes, c’est-à-dire selon un mode social.

    • 22 Ainsi dans le manuscrit. (N.d.T.)

    L’autostimulation apparaît en parallèle avec une régulation intérieure du comportement comme un cas particulier de la stimulation sociale (l’opératrice commande l’appareil). On ne peut pas réduire le comportement au fonctionnement d’un appareil. Mais l’appareil + l’homme22.

 

99NOTE 1. Archive de Marx et Engels, t. II, cf. Marx, K. et Engels, F., t. 3, p. 16, notes.

100NOTE 2. Cf. la pensée récurrente de Vygotski selon laquelle la particularité du développement psychique de l’enfant réside dans l’union de ces deux lignes : développement naturel et développement historico-culturel. Cf. l’ouvrage « Histoire du Développement des Fonctions Psychiques Supérieures » (Œuvres, t. 3, pp. 30-34 et autres).

101NOTE 3. Vygotski doit avoir en vue l’article de Pavel Popov « Bergson et ses critiques » dans l’ouvrage En hommage à Grigori Ivanovitch Tchelpanov de la part de ses participants à ses séminaires à Kiev et à Moscou, 1891-1916. Articles en philosophie et en psychologie, Moscou, 1916, pp. 101-119. On y trouve l’analyse du livre de H. Bergson L’Évolution créatrice avec de nombreuses citations (pp. 149-163 de l’édition française) auxquelles cette partie de travail de Vygotski fait référence. Par exemple, « la fabrication et l’utilisation des instruments artificiels reste toujours au centre de la vie de notre société » (p. 150) ; « l’homme est moins homo sapiens qu’homo faber » (p. 151) ; « les instruments chez les animaux ne sont que les parties de leur corps. C’est donc l’instinct qui correspond (ici) aux instruments » (p. 152). « L’instinct est une connaissance innée d’une chose, alors que l’intelligence est une capacité de fabriquer les instruments non-organiques, c.-a.-d. artificiels » (p. 163), etc. On voit donc ici une opposition développée par Vygotski entre « l’instinct » et « l’intelligence ». Toutefois, chez Bergson, la discussion est menée à un niveau purement philosophique, en particulier gnoséologique. En revanche, Vygotski essaie d’argumenter du point de vue d’un psychologue et d’un spécialiste de méthodologie. C’est pour cette raison que, à côté des phrases où il suit de près la pensée de Bergson, on rencontre certes des arguments où il développe la pensée de Bergson mais aussi des arguments par lesquels il la corrige voire s’y oppose.

102NOTE 4. On peut supposer que le terme « organisés » n’est pas utilisé dans ce contexte par hasard, que ce n’est pas une négligence de langage, mais au contraire le désir de souligner la nature bien spécifique et artificielle de l’organisation et de « l’intégration » ultérieure de cette organisation, c.-a.-d. de son incorporation dans l’organe. Ce processus caractérise spécifiquement les formes humaines de l’activité psychique qu’il convient d’opposer aux formes propres aux animaux.

103NOTE 5. On n’a pas réussi à identifier l’ouvrage de Janet auquel Vygotski fait référence ici et plus loin dans le texte.

104NOTE 6. Cf. Ch. Bühler, B. Thudor-Gard et G. Geitzer, Une étude socio-psychologique de l’enfant dans sa première année, in L.S. Vygotski et A.P. Luria (eds.), Moscou, 1931, tableau II, dessin 13. Vygotski connaissait ce travail dans son édition allemande de 1927 : Soziologische und psychologische Studien über das erste Lebensjahr. Jena : Fischer.

105NOTE 7. Marx, K. et Engels, F., Œuvres, t. 23, p. 62 : « C’est seulement après avoir considéré l’homme Paul comme son semblable que l’homme Pierre commence à se considérer comme un homme. En même temps, c’est aussi l’homme Paul comme tel, avec son apparence physique propre qui devient pour lui une forme d’expression du genre ‘humain’ ».

106NOTE 8. Marx, K. et Engels, F. Œuvres, t. 4, p. 183 : les conditions économiques ont d’abord transformé les masses populaires en ouvriers. L’hégémonie du capital a créé au sein de ces masses, une position et des intérêts identiques, de sorte que ces masses sont devenues une classe par rapport au capital, mais aussi par rapport à elles-mêmes. Dans la lutte, ces masses s’unissent, constituant une classe pour elle-même.

107NOTE 9. On voit se formuler ici une conception très importante pour la théorie historico-culturelle du phénomène de l’intériorisation. L’intériorisation est comprise comme le processus de transformation des formes sociales propres aux relations interpersonnelles (niveau interpsychique) en formes individuelles d’activité psychique (niveau intrapsychique). Cette vision des choses propre à Vygotski distingue sa position de celle des chercheurs antérieurs ainsi que de l’interprétation de l’intériorisation qui a dominé par la suite dans l’histoire de la psychologie.

108NOTE 10. Cf. note 5.

109NOTE 11. Vygotski a ultérieurement répété et commenté à plusieurs reprises ces pensées de P. Janet (cf. par ex. Œuvres, pp. 222-227).

110NOTE 12. Ici Vygotski fait référence à l’ouvrage de G. Politzer (G. Politzer, Critique des fondements de la psychologie, t. 1, 1928). Il est toutefois possible que Vygotski connaissait également le travail postérieur de Politzer, son travail fondamental, Psychologie mythologique et psychologie scientifique, ouvrage paru en 1929 dans le premier numéro de la « Revue de Psychologie Concrète » (en traduction russe l’article est paru dans G. Politzer, Œuvres philosophiques et psychologiques choisies, Moscou, 1980, en particulier les pages 245-285).

111NOTE 13. « [Mais] l’essence humaine n’est pas une abstraction inhérente à l’individu isolé. Dans la réalité, elle est l’ensemble des rapports sociaux ». Marx, K. et Engels, F., Œuvres, t. 3, p. 3.

112NOTE 14. Il s’agit probablement d’un cas mentionné par Vygotski à plusieurs reprises. Ce cas, rapporté par un célèbre explorateur de l’Oussourie, V.K. Arsen’ev, décrit l’action de l’homme sur sa mémoire (cf. par exemple, Œuvres, t. 3, p. 83).

113NOTE 15. Vygotski aimait répéter cette pensée de R. Thurnwald selon laquelle l’homme était le premier animal domestique (cf. par ex. t. 3 des Œuvres, p. 73).

114NOTE 16. Ici et plus loin, sous une forme métaphorique, Vygotski exprime une pensée fondamentale pour toute la théorie historico-culturelle. Elle consiste à dire que le moyen exclusivement humain de la régulation du comportement et de la vie psychique implique obligatoirement une action construite avec une visée spécifique (dans un premier temps cette action est partagée entre les individus et elle est accomplie ensuite par un individu seul) permettant de « construire » et d’utiliser ultérieurement les objets-signes particuliers en qualité de moyens et modes d’appropriation par l’homme de son activité psychique, de son organisation et de sa réorganisation. Il est très important de garder à l’esprit que ce sont ces « actes signifiants » (comme Vygotski lui-même les appelait) ou autrement dit ces « actions psychotechniques », en un mot les actions à travers lesquelles est réalisée la transformation de l’appareil psychique et le changement des lois de son fonctionnement (il ne s’agit pas si l’on recourt à la terminologie de Levi-Strauss d’une réalité psychique « naturelle »). Lorsque l’on met en œuvre de manière conséquente cette approche historico-culturelle, [ces actions] doivent être considérées comme un « objet réel » ou une « unité d’analyse » en psychologie. Ce principe paradoxal même pour une psychologie contemporaine montre encore une fois à quel point le changement de l’image de la science psychologique, tracé dans la théorie historico-culturelle, était, et reste encore aujourd’hui, radical et à l’état de projet. Cf. les passages du deuxième chapitre de l’« Histoire du Développement des Fonctions Psychiques Supérieures » abordant cette question ainsi que d’autres travaux de Vygotski.

115NOTE 17. Georges Cristophe Lichtenberg (1742-1799) est un écrivain allemand, un vulgarisateur de la science. Cf. La Signification historique de la Crise en Psychologie, Œuvres t. 1, p. 366 ; et L’Histoire du Développement des Fonctions Psychiques Supérieures, idem t. 3, p. 85 (Dans le dernier cas la citation est donnée avec une erreur).

116NOTE 18. « Le langage est aussi ancien que la conscience, le langage est une conscience réelle, pratique, existant pour d’autres et à travers elle existant également pour soi-même. De même que la conscience, le langage apparaît en raison d’une nécessité, d’un besoin impératif de communiquer avec d’autres individus ». (Marx, K. et Engels, F. Œuvres, t. 3, p. 29).

117NOTE 19. Vygotski fait référence à l’avant-propos écrit par Deborine pour le premier tome des Œuvres de Hegel G.B.F. t. 1, Moscou, 1929.

118NOTE 20. Cf. la note 19.

119NOTE 21. Cette pensée de Vygotski est très contemporaine, notamment à la lumière de certains grands courants post-freudiens de la psychologie occidentale contemporaine, à commencer par le fondateur de la psychologie analytique K.G. Jung. Comme on le sait, en opposition à Freud, Jung refusait la tendance consistant à réduire certains faits de la vie psychologique de l’homme à quelques causes ultimes. Il insistait notamment sur les rapports de sens et sur la nature dynamique des structures psychologiques. Une vision semblable des choses caractérise également les courants phénoménologiques et existentiels (cf. par exemple la théorie de Sartre sur les émotions dans « La psychologie des émotions » Essais, Moscou, 1984).

120NOTE 22. Cf. la note 19.

121NOTE 23. Cf. la note 19.

122NOTE 24. Dans l’ouvrage « La Signification Historique de la Crise en Psychologie » (Œuvres, t. 1, p. 289 et sq.), réfléchissant sur la « psychologie générale » entendue comme « méthodologie d’une psychotechnique » ou bien comme « la philosophie de la pratique », Vygotski formule comme une des particularités principales de cette psychologie son orientation vers la psychotechnique au sens large, c’est-à-dire la technique d’un travail pratique avec le psychisme, sa transformation, son acquisition, son développement : « L’objectif d’une telle psychologie, ce n’est pas Shakespeare en concepts, comme pour Dilthey, mais la psychotechnique, en un seul mot, c’est-à-dire une théorie scientifique qui conduirait à la soumission et à la maîtrise du psychisme, à un pilotage artificiel du comportement ».

  • 23 Interpréter ainsi la remarque que Vygotski s’adresse à lui-même nous semble entièrement discutable  (...)

123NOTE 25. Cette remarque de Vygotski – qui peut paraître surprenante pour un lecteur contemporain – montre l’appréciation qu’il porte sur sa propre théorie telle qu’elle était au début des années 30, c’est-à-dire à l’époque de sa maturité et de sa forme classique. Le fait qu’il ne la considérait que comme un état provisoire et transitoire d’accomplissement par rapport à son projet d’une « psychologie concrète de l’homme », montre le degré de liberté et d’esprit critique avec lesquels il évaluait son propre travail Par la profondeur de sa pensée et son exigence intellectuelle, Vygotski dépassait tous ses critiques même les plus radicaux, qu’ils soient contemporains ou postérieurs23. Ceci est à rapprocher des notes que Vygotski a écrites en marge de l’un des volumes de l’histoire de la philosophie de Kuno Fisher, notes reproduites à l’époque par A.N. Léontiev.

124On pourrait considérer cette approche comme une tentative de dépasser « l’académisme » de la psychologie traditionnelle. Tout d’abord il fallait renoncer à un paradigme expérimental de recherches dans le cadre duquel le psychologue essaye en fait de créer grâce à une forme particulière d’ingénierie – l’expérimentation – les conditions artificielles pour la production du phénomène étudié. Par rapport aux « objets » réels de la pratique, que ce soit une pratique d’enseignement ou d’éducation, celle de la psychothérapie ou celle de la consultation psychologique (« la clinique pédologique »), un objet ainsi étudié s’avère être un objet toujours artificiel (créé en laboratoire) et éloigné de la vie réelle. Cela conduit nécessairement à passer à un nouveau type de recherches. Ces recherches, en raison des particularités de leur « objet » – un objet historico-culturel en développement impliquant des exigences particulières en matière de méthodologie, à savoir l’objectivation et l’analyse – doivent être réalisées au sein même de l’organisation où se produit telle ou telle action psychotechnique. Ce nouveau type de recherche est relié organiquement à la réalité étudiée. Elle garantit la réalisation, la reproduction et le développement de la pratique étudiée. Ce projet de reconstruction radicale de la psychologie est resté jusqu’ici sans réalisation.

125NOTE 26. Cette pensée de Vygotski sur laquelle il revient souvent se retrouve chez de nombreux psychologues et psychothérapeutes contemporains d’orientation post-freudienne, notamment chez les tenants de l’approche « humaniste » qui lui assignent la plus grande importance. Cependant, c’est surtout dans les travaux de Thomas Mann que l’on peut rencontrer cette pensée sous sa forme la plus claire et la plus concise. Ainsi, dans son avant-propos pour un livre de Dostoïevski, se demandant jusqu’à quel point la maladie de Dostoïevski (épilepsie) déterminait les particularités de son œuvre littéraire (Œuvres, t. 10), T. Mann insistait sur le fait qu’il n’existait pas et ne pouvait pas exister de relation causale directe entre la caractéristique nosologique d’une maladie (même dans le cas d’aliénation) et les particularités individuelles de l’homme, la ligne générale de son développement psychique. Comme le formule T. Mann, il est important de connaître non pas quelle maladie a un individu, mais quel homme a cette maladie. Des idées proches de celle-ci ont déjà été exprimées dans les premiers travaux de Vygotski, notamment dans les travaux consacrés à l’analyse du caractère (cf. par exemple le travail de 1928 « Sur la dynamique du caractère infantile » dans Œuvres, t. 5, pp. 153-165 et autres). Ceci est aussi à mettre en relation avec la thèse sur l’absence de détermination du développement de la personnalité d’un individu et de ses particularités individuelles dans les travaux postérieurs de A.N. Leontiev (par exemple Activité, conscience, personnalité, Moscou, 1975, p. 177 et sq.).

126NOTE 27. Cf. le travail de Vygotski « La structure des intérêts à l’adolescence et les intérêts d’un adolescent ouvrier » (dans le livre Les questions de l’idéologie d’un adolescent ouvrier, Moscou 1929, 4e éd., pp. 25-68) ainsi qu’un chapitre de son ouvrage La pédologie de l’adolescent (Œuvres, t. 4, pp. 6-40).

127NOTE 28. Nous n’avons pas pu déchiffrer ce renvoi de Vygotski.

128NOTE 29. Cf. la note 16.

129NOTE 30. Cf. la note 21.

Notes

1 Pour ne pas surcharger le texte nous n’avons pas voulu ajouter nos propres notes à celles déjà existantes. Nous ne l’avons fait qu’à de très rares exceptions lorsque cela nous a semblé nécessaire à la bonne compréhension du texte. Outre nos propres notes, les notes de Vygotski sont expressément signalées comme telles. Enfin nous avons conservé en fin d’article les notes écrites par A.A. Pouzyrei lors de la publication de ce texte en russe. Les ouvrages référencés par ce dernier renvoient pour la plupart à leur édition russe. (N.d.T.)

2 Concernant Pierre Janet le lecteur pourra se référer à « L’évolution de la mémoire et la notion de temps » (Éditions Chahine, 1928) et « L’évolution psychologique de la personnalité » (Éditions Chahine, 1929). De son côté Georges Politzer publiait en 1928 « Critique des Fondements de la Psychologie » (réédité en 2003 aux PUF, coll. Quadrige). En février 1929 il crée le 1er numéro de la « Revue de Psychologie concrète » dans lequel il publie un article important : « Psychologie mythologique et Psychologie scientifique ». En juillet 1929 paraît le deuxième et dernier numéro dans lequel se trouve le texte « Où va la psychologie concrète ? ». Ces deux derniers textes ont été réédités aux Éditions Sociales en 1969 (Écrits II).
Concernant les rapports entre Janet et Vygotski, on consultera : Van der Veer 1988, Van der Veer et Valsiner 1991, Valsiner et Van der Veer 2000 (voir bibliographie). Nous en profitons pour remercier René Van der Veer pour l’aide qu’il nous a apportée lors de la traduction de ce texte. (N.d.T.)

3 Cela signifie donc que le titre de ce manuscrit a été choisi par A.A. Pouzyrei et non par Vygotski lui-même. Remarque qui a son importance compte tenu de ce que nous dirons de l’interprétation proposée par Pouzyrei dans sa note n° 25. (N.d.T.)

4 Schéma : d’abord l’homme crie et se bat, celui qui l’imite fait la même chose, puis l’un crie et ne se bat pas, l’autre se bat et ne crie pas : le chef et un subordonné (note de Vygotski).

5 Et la loi de verbalisation chez Janet (note de Vygotski).

6 Cette allusion est incompréhensible si l’on ne se réfère pas au 2e chapitre de Histoire du Développement des Fonctions psychiques supérieures. Voici ce qu’écrit Vygotski : « V.K. Arsen’ev, un chercheur bien connu de la région d’Ossourie, raconte que dans un village Udek dans lequel il s’était arrêté au cours de son voyage, les habitants du lieu lui demandèrent qu’à son retour à Vladivostock il dise aux autorités russes que le marchand Li Tanku les opprimait. Le jour suivant ils vinrent raccompagner le voyageur jusqu’à la sortie du village. Un vieil homme aux cheveux gris sortit de la foule, raconte Arsen’ev, lui donna une griffe de lynx et lui dit de la mettre dans sa poche de telle sorte qu’il n’oublie pas leur réclamation au sujet de Li Tanku. L’homme lui-même introduisait un stimulus artificiel dans la situation, modifiant activement le processus de mémorisation. Modifier la mémoire d’une autre personne, notons-le au passage, est essentiellement la même chose que d’agir sur sa propre mémoire. La griffe de lynx doit déterminer la mémoire et son cours chez une autre personne. Il existe une quantité innombrable de tels exemples. Mais nous pouvons citer autant d’exemples dans lesquels l’homme effectue la même opération à l’égard de lui-même. » (N.d.T.)

7 L’autostimulation, « l’entrée en possession de son corps », la possession (note de Vygotski).

8 Entre les lignes, il est marqué au crayon : « concentration, irradiation, tout a ses corrélats ». (N.d.T.)

9 En français dans le texte. (N.d.T.)

10 Il s’agit de la page suivante du manuscrit numérotée ainsi (cf. ce qui suit) ; apparemment il s’agit d’une insertion. (N.d.T.)

11 Écrit comme ceci dans le manuscrit, probablement « principe » (en français dans le texte). (N.d.T.)

12 Comme ceci dans le manuscrit, c’est probablement une erreur : Werkzeugdenken est en allemand la pensée instrumentale selon la terminologie de K. Bühler. (N.d.T.)

13 Ce passage quelque peu obscur pour des raisons de vocabulaire devient tout à fait clair si on le rapproche du § 9 de « La méthode instrumentale en psychologie », texte paru en 1930 et publié en français dans Vygotski aujourd’hui (1985, p. 42). Vygotski distingue deux rapports possibles entre le comportement et le phénomène externe : dans le premier cas le stimulus assume la fonction de l’objet vers lequel est dirigé la manifestation comportementale de la personne. Dans l’autre cas, il assume la fonction d’un instrument à l’aide duquel nous contrôlons et réalisons les opérations psychologiques nécessaires… Dans le premier cas, il serait exact de définir le stimulus comme « objet », dans l’autre au contraire, comme « instrument psychologique » d’un acte instrumental. (N.d.T.)

14 Philosophe néo-kantien allemand (1854-1924). Vygotski en parle longuement dans Signification historique de la crise en Psychologie. (N.d.T.)

15 En français dans le texte. Cette remarque est incompréhensible si l’on ignore l’anecdote connue sous le nom du « rêve du Cafre » à laquelle se réfère ici Vygotski. Dans l’Histoire du Développement des Fonctions Psychiques Supérieures (1931/1997, pp. 46-47) Vygotski rappelle l’anecdote racontée par Levy-Bruhl : un chef de tribu sud-africaine répondit à un missionnaire qui lui conseillait d’envoyer son fils à l’école : « Je verrai ce que mes songes me dicteront de faire ». Réfléchissant sur cet exemple, Vygotski en généralise la leçon. Dans les situations où il faut effectuer un choix, il a existé, selon les sociétés, différents types de moyens pour guider le choix : lancer des osselets, tirer au sort, lire les présages dans les viscères d’un animal, chercher dans ses rêves la réponse à ses questions. Le fait nouveau – spécifiquement humain – consiste en ce que la conduite de l’individu n’est plus sous la dépendance de stimuli externes mais se trouve désormais placée sous le contrôle de stimuli que l’individu construit pour lui-même. (N.d.T.)

16 La phrase est inachevée dans le manuscrit. (N.d.T.)

17 Dans le manuscrit, Vygotski a laissé un espace libre. En marge ci-contre quatre points d’interrogation. (N.d.T.)

18 Cette expression est intraduisible en français sous sa forme impersonnelle usuelle au russe. (N.d.T.)

19 Qu’est-ce qu’y signifient l’amour, le rêve, la pensée, l’art ? Quel homme pense, aime etc. ? (note de Vygotski).

20 Vygotski veut probablement dire que les formes élémentaires de sentir, de se souvenir... sont dépassées et conservées (il utilise le mot russe « snataya ») dans les formes nouvelles selon la catégorie de l’Aufhebung de Hegel. Cette interprétation nous a été suggérée par René Van der Veer.

21 Le délire relationnel (allemand). (N.d.T.)

22 Ainsi dans le manuscrit. (N.d.T.)

23 Interpréter ainsi la remarque que Vygotski s’adresse à lui-même nous semble entièrement discutable : tout d’abord il est faux de dire que la théorie historico-culturelle ait trouvé sa forme mûre et achevée dans les années 1929/1930 (Veresov 1999). Ensuite il serait surprenant qu’un penseur comme Vygotski, éminemment dialecticien (Sève 1999-2002), oppose ainsi « abstrait » et « concret ». Selon nous, loin de juger son travail « trop abstrait », Vygotski indique ici que ce qu’il cherche c’est à élaborer un réseau de concepts susceptibles de rendre possible « une psychologie concrète » que Politzer pour sa part appelait aussi de ses vœux. Il précise d’ailleurs dans les dernières pages de ce texte les orientations de recherches auxquelles il songeait. (N.d.T.)

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search