Version classiqueVersion mobile

Vygotski

 | 
Michel Brossard

Chapitre 3. Différentes figures de significations

Texte intégral

Sur quelques sources de la pensée de Vygotski

1Avant d’exposer ce que nous entendons par ce titre, nous allons nous intéresser à certains aspects du contexte culturel au sein duquel Vygotski a élaboré son œuvre. Nous nous nous limiterons ici aux linguistes et critiques littéraires dont les travaux ont alimenté sa réflexion. Nous ne ferons qu’incidemment allusion aux philosophes tels que Spinoza, Hegel ou Marx ou aux psychologues tels que Janet, Werner, Bühler, Goldstein ou Piaget pour ne citer qu’eux, dont l’importance dans la pensée de Vygotski a maintes fois été soulignée.

2Comme chacun le sait, Vygotski était un grand lecteur. Aussi bien dans les domaines de la philosophie et de la critique littéraire que dans celui des sciences humaines (psychologie et linguistique en particulier), il est remarquablement informé des débats qui sont au cœur du bouillonnement culturel dans la Russie du début du 20e siècle. Ainsi que nous l’apprend Nicolas Veresov, Vygotski n’est pas simplement lecteur mais il est très tôt auteur. Dés 1916, par l’entremise de son cousin David, il publie dans des revues se situant à l’aile gauche de l’intellingentsia, deux articles de critique littéraire (Veresov 1999). C’est au cours de ce même hiver 1916 qu’il rédige la deuxième version de son travail sur Hamlet. Au début des années 20 se sachant gravement malade et craignant de ne plus avoir beaucoup de temps à vivre, il confiera le manuscrit de Psychologie de l’Art à son ami Youli Aichenwald lequel participait pleinement à la vie culturelle en dirigeant à Saint-Petersbourg une revue littéraire. La Psychologie de l’Art nous apporte de précieux renseignements sur les pôles d’intérêts et sur les auteurs fréquentés par Vygotski. Ceux qui fondèrent l’OPOIAZ (Société pour l’étude de la langue poétique) et qui constituèrent le groupe des « formalistes russes » occupent une place importante dans sa réflexion. Un chapitre entier et de nombreux autres développements leur sont consacrés. Nous en parlerons dans un prochain paragraphe.

  • 1 Nous avons soumis ce texte à la vigilante lecture de Léon Robel. Ce dernier nous a adressé de préci (...)

3Pour des raisons liées à la clarté de l’exposé, nous parlerons successivement des linguistes du début du siècle et ensuite des formalistes russes. Mais cette distinction est arbitraire dans la mesure où les théoriciens du formalisme étaient pour la plupart à la fois écrivains et linguistes1.

4Dans le domaine de la linguistique et de la critique littéraire, certains auteurs auxquels se réfère Vygotski sont nommément indiqués. À cet égard il est intéressant de noter que depuis Psychologie de l’art achevé en 1925 jusqu’à Pensée et Langage achevé en 1934, les auteurs cités sont à peu de choses prés les mêmes. Pour les linguistes, il s’agit de W.V. Humboldt, Potebnja, Iakoubinski. Parmi les critiques littéraires, les théoriciens de l’École formaliste ne sont pas seulement cités mais leurs travaux sont examinés de prés : en particulier ceux de V. Chklovski, B. Eichenbaum, I. Tynianov.

  • 2 Nous désignerons désormais ainsi « Pensée et Langage ».
  • 3 Léon Robel nous écrit à ce propos : « Vygotski avait-il lu Saussure ? Il ne se réfère pas à lui, ma (...)
  • 4 Michel Aucouturier raconte que c’est Jean Baudoin de Courtenay qui présenta son élève Iakoubinski à (...)

5À deux reprises, dans le premier et dans le dernier chapitre de P & L2, Vygotski fait mention d’une avancée décisive réalisée par « des linguistes contemporains ». D’après le contexte, il semble bien qu’il s’agisse de ces chercheurs qui mirent au centre de leur réflexion le fonctionnement synchronique de la langue et qui consacrèrent toute leur attention au « matériau langagier » : la phonématique en ce qui concerne J. Baudoin de Courtenay, la phonologie en ce qui concerne Roman Jakobson3. On sait à quel point ces recherches furent décisives pour les formalistes qui s’étaient donnés pour objectif de constituer « une science des œuvres », en particulier des œuvres littéraires, en les étudiant dans leur matérialité, dans leur « technicité ». Ainsi que l’écrit Michel Aucouturier, le formalisme est né de la rencontre de ces recherches en linguistique et d’une critique littéraire voulant fonder une science de l’œuvre littéraire (Aucouturier 1994)4. Pour qualifier ce projet et cet objet, Jakobson proposera le terme de « littérarité ».

L’influence de W.V. Humboldt

6Dans le chapitre 7 de P & L. Vygotski indique explicitement la tradition linguistique à laquelle il se réfère et par rapport à laquelle il situe son propre travail : il cite en particulier W. V. Humboldt, A.A. Potebnja continuateur de l’œuvre de Humboldt en Russie et I. Iakoubinski, disciple de Jan Baudoin de Courtenay. Iakoubinski devait s’intéresser plus particulièrement au dialogue.

7La découverte de Humboldt n’était pas récente pour Vygotski. A. Rivière indique dans son ouvrage que, déjà lorsqu’il était étudiant, en compagnie de son cousin David, Vygotski avait suivi une série de conférences sur Humboldt (Rivière 1990).

8L’idée de la diversité fonctionnelle du langage parcourt toute l’œuvre de Humboldt. Cette idée sera reprise et développée par Potebnja. Il faut entendre par là le fait que le langage ne remplit pas une seule mais plusieurs fonctions. Ces auteurs pensent essentiellement aux différences existant entre la prose et la poésie (ainsi que nous le verrons, Vygotski généralisera tout en la précisant cette idée). Cette diversité de fonctions se traduit par une variation des formes : lexicales, grammaticales, syntaxiques.

9Dans P & L Vygotski commente ainsi sa lecture de Humboldt : l’idée, dit-il, selon laquelle une langue n’est pas constituée d’un ensemble de structures invariables mais qu’elle rassemble une diversité de fonctions – et donc une diversité de formes – est d’une importance décisive. Elle a été perdue de vue et ce n’est que récemment que les linguistes ont redécouvert son intérêt.

10Mais, poursuit Vygotski, aucun de ces théoriciens n’a vu toute l’importance de la thèse formulée par Humboldt et Potebnja. Cela s’explique à ses yeux par le faible intérêt manifesté par les linguistes pour les questions psychologiques, et en particulier pour la question des rapports entre le langage et la pensée.

11Or c’est sur le terrain de la psychologie que Vygotski se propose de démontrer la fécondité de cette thèse. Ainsi que nous le verrons, en analysant plusieurs formes d’activités : dialogues, langage égocentrique, langage intérieur, langage écrit, Vygotski montrera comment les contraintes fonctionnelles propres à chacune de ces activités entraînent une série de transformations des formes langagières. Les différentes activités auxquelles s’adonne le sujet font « ployer » le matériau sémiotique qu’il emploie.

12Dans le dernier chapitre de P. & L., Vygotski nous donne une magistrale analyse du langage intérieur. Sa méthode consiste à comparer trois fonctionnements différents : l’oral dialogué, le langage intérieur, le langage écrit. Nous aurons l’occasion de revenir sur cette analyse. Disons simplement pour l’instant que dans le cas du langage intérieur, le pôle sémantique prédomine sur les formes morpho-syntaxiques, phonétiques. Nous avons toute une série de phénomènes tels que l’abréviation, la condensation (« Anna Karénine » condense une foule de significations qui ont habité le lecteur au cours de sa lecture du roman), la prédication (seul le prédicat psychologique est évoqué par un terme ; le thème étant connu par le sujet n’a pas besoin de l’être) etc.

13Est-ce à dire que le langage intérieur serait purement sémantique, qu’il serait a-grammatical, a-syntaxique et que toute dimension phonétique aurait disparu ? On ne saurait commettre plus grand contre-sens. La dimension phonétique ne disparaît pas. Elle se « réduit » et cette réduction obéit à des règles. Dans ce même chapitre, Vygotski parle d’une « volatilisation » des formes linguistiques. Il prend soin de préciser que ce terme ne doit pas être pris dans le sens courant de « disparition », mais dans le sens utilisé par les chimistes lorsqu’ils parlent d’une substance volatile. Un gaz volatile ne disparaît pas. Il se répand (selon des lois) dans l’air. De même le matériau langagier – ne disparaît pas dans le langage intérieur : les formes et leurs rapports se modifient.

14C’est parce qu’ils sont restés centrés sur les normes de l’écrit (lorsque les tâches d’explicitation exigent le recours à des formes lexicales, grammaticales et syntaxiques diversifiées) que la plupart des analystes qui ont parlé du langage intérieur, ont été amenés à parler d’un langage « a-syntaxique ». Pour sa part, inférant les caractéristiques du langage intérieur à partir de ce que l’on peut observer du langage égocentrique, Vygotski écrit :

« La première et la plus importante particularité du langage intérieur est sa syntaxe (souligné par nous, m.b.) tout à fait spéciale. »
(P. & L. 1934/1985, p. 355)

15Il existe un lexique, une syntaxe, une grammaire du langage intérieur dont Vygotski présente certaines caractéristiques : prédication, condensation, prédominance du sens sur la signification. La condensation de plusieurs significations dans une seule forme est un aspect de cette syntaxe. Vygotski écrit :

« L’étude de la nature psychologique du langage intérieur… nous a convaincu qu’il faut considérer le langage intérieur non pas comme un langage moins le son mais comme une fonction verbale tout à fait spéciale et originale par sa structure et son mode de fonctionnement… »
(P. & L. 1934/1985, p. 355)

16On voit que Vygotski met en œuvre avec la plus grande exigence la thèse de Humboldt pour qui « les formes du langage différant selon la fonction qui leur est assignée ont chacune leur propre lexique, leur grammaire, leur syntaxe » (ibid., p. 361). Mieux, c’est parce que Vygotski ne brise jamais l’unité dialectique formée par les activités de pensée et le matériau sémiotique dans lequel elles se déploient qu’il peut explorer simultanément les différentes formes de la pensée verbale. Parce qu’ils ne se sont pas interrogés sur les prolongements psychologiques des thèses de Humboldt, les linguistes n’en ont pas vu toute l’importance.

L’influence de Iakoubinski

17L’intérêt pour les langues vivantes doit se comprendre comme une réaction à la situation linguistique de diglossie qu’avait connue pendant des siècles la Russie : période au cours de laquelle avaient coexisté la langue slavonne comme langue littéraire et la langue russe comme langue parlée quotidienne (Romashko 2000 : 84).

18Fortement influencés par les conceptions de Humboldt pour qui l’esprit d’un peuple est à l’œuvre et se réalise dans sa langue, de nombreux linguistes, préoccupés par les aspects créatifs, vivants, d’une langue, furent amenés à valoriser parmi ses différentes fonctions, les usages oraux, dialogués du langage. C’est au cœur de cet usage, pensèrent-ils, que pouvaient être mis à jour les moments où une langue en permanence se recrée et se transforme. Du fait des questionnements d’autrui et de l’infinie variété des situations d’interlocution, des contenus sans cesse nouveaux, mais aussi des attitudes, des intonations, des formes nouvelles apparaissent.

19C’est par cette dimension créative du langage que la poésie entretient une parentée étroite avec les pratiques spontanées du langage. Brik, Maiakovski, Chklovski devaient insister sur cette idée.

  • 5 Ainsi que nous l’avons déjà noté, cette opposition « naturel/artificiel » fait aussi problème dans (...)

20Dans un article datant de 1923, intitulé « De la parole dialogale », Iakoubinski parle du caractère naturel de l’oral dialogué par opposition au caractère artificiel du monologue et a fortiori du langage écrit5 (Archambaut : 2000).

21Dans l’article qu’il consacre à l’histoire de la linguistique en Russie, Romashko écrit que A.A. Potebnia considérait que :

  • 6 Romashko nous apporte une indication précieuse pour la bonne compréhension des rapports entre Poteb (...)

« la réalisation suprême de la puissance créatrice de la langue réside dans la poésie, mais la base de la créativité et de la poésie est la langue parlée, la langue dialogique, celle de la conversation ‘vivante’. Car la langue, selon Potebnia prolongeant ainsi l’orientation de Humboldt, n’est pas seulement une forme de la pensée, c’est aussi un outil pour la formation et l’élaboration des pensées, le processus de l’échange communicationnel étant celui de la formation des pensées. »
(Romashko 2000 : 86)6

22Ces préoccupations devaient conduire les linguistes à l’étude des formes et de leurs variations dans une perspective fonctionnelle c’est-à-dire prenant en compte la diversité des usages selon les contextes. De nombreux chercheurs s’engagèrent dans des recherches de terrain pour étudier la diversité inter et intra-dialectale ; la dialectologie devenant « un vrai catalyseur des recherches phonétiques » (Romasko, ouv. cit.).

23Dans ce contexte Iakoubinski occupe une place centrale. Il s’intéresse au langage poétique et précise les thèses précédemment présentées en soulignant une différence essentielle à ses yeux entre les usages quotidiens et le langage poétique : alors que les usages quotidiens sont dictés par des finalités pratiques (le « but » du message est à l’avant-plan dans la conscience des co-énonciateurs), dans le cas du langage poétique, ces finalités pratiques reculent à l’arrière-plan et c’est la langue dans sa matérialité (le matériau sémiotique) qui occupe le premier plan.

« Les phénomènes linguistiques, écrivait-il, doivent être classés du point de vue du but visé dans chaque cas particulier par le sujet parlant. S’il les utilise dans le but purement pratique de communication, il s’agit du système de la langue quotidienne (de la pensée verbale), dans laquelle les formants linguistiques (les sons, les éléments morphologiques, etc.) n’ont pas de valeur autonome et ne sont qu’un moyen de communication. Mais on peut imaginer (et ils existent en réalité) d’autres systèmes linguistiques dans lesquels le but pratique recule au deuxième plan (bien qu’il ne disparaisse pas entièrement) et les formants linguistiques obtiennent alors une valeur autonome. »
(cité par B. Eichenbaum art. cit., p. 39)

24Alors que c’est l’étude des usages spontanés oraux d’une langue qui avait conduit des linguistes comme Scerba à s’intéresser au dialogue, l’originalité de Iakoubinski a été de faire de l’étude du dialogue, l’objet même de ses recherches (Romashko art. cit.). Dans ce cadre, Iakoubinski insiste sur la nécessité d’étudier toutes les composantes du dialogue, verbales et non verbales : du fait de la co-présence des interlocuteurs et donc de leur perception mutuelle, le geste, la mimique, l’intonation, le timbre sont aussi constitutifs de l’échange que les autres unités linguistiques.

25Dans le dernier chapitre de Pensée et Langage, Vygotski reprend cette thèse de Iakoubinski quasiment à la lettre. Il reprend l’exemple emprunté à Dostoïevski de ces six ouvriers ivres qui à l’aide d’un seul mot, mais de six intonations et mimiques différentes conduisent tout un dialogue, chacun produisant une signification différente.

26Mais ainsi que nous le verrons, il ne fait pas que « reprendre » la thèse de Iakoubinski, il l’inscrit dans un cadre théorique beaucoup plus général qui concerne les « différentes figures de la signification ». Dans ce cadre aucune fonction verbale (langage oral, langage intérieur, langage écrit…) ne prévaut sur une autre. Il s’agit de les étudier dans leur genèse et dans la diversité de leurs fonctions et de leurs fonctionnements.

Intérêt de Vygotski pour les recherches conduites par les Formalistes

27À l’époque où Vygotski s’ouvre à la vie intellectuelle, deux courants s’affrontaient dans le domaine de la création littéraire : le symbolisme, courant de pensée hérité du 19e siècle, était vivement contesté par un nouveau courant de recherches se voulant en rupture totale par rapport à la tradition. Il s’agit, on l’aura compris, du formalisme russe.

28En réaction contre le réalisme et l’historicisme, le symbolisme mettait l’accent sur « l’idée » que l’artiste s’efforçait d’exprimer au travers de son œuvre ; le travail sur les formes était une conséquence de la recherche de l’idéal. En réaction souvent teintée d’aristocratisme contre la médiocrité du quotidien, les symbolistes pensaient que l’art, non seulement ne doit rien à la vie, mais même s’y oppose. De par son appartenance au monde de l’idéal, l’œuvre échappe à toute tentative d’explication scientifique. La compréhension de l’œuvre ne relève que de l’activité pure d’un sujet qui s’efforce d’en ressaisir la signification.

29On aurait grand tort de souscrire sans réserves aux vives critiques que les formalistes adressèrent aux symbolistes (Eichenbaum 1965). Leurs exigences en matière esthétique conduisirent les symbolistes à s’opposer radicalement à un art académique officiel. Ils participèrent ainsi à un renouvellement des formes artistiques. Il suffit de mentionner les noms d’Andréi Bely ou d’Alexandre Blok auteur des « Douzes » pour s’en persuader.

30Nicolaï Veresov nous apprend que dans l’un de ses tout premiers articles écrit en 1916, Vygotski examinait deux ouvrages de deux éminents théoriciens du symbolisme : Andréi Bely et Viachetlas Ivanov. Si Vygotski critique l’anti-psychologisme de Bely (« les personnages flottent dans l’air, désincarnés » dit-il), l’ensemble de l’article témoigne d’une attitude compréhensive à l’égard des œuvres qu’il commente. Il ne pouvait en être autrement de la part d’un jeune chercheur qui se proposait de faire une « psychologie des hauteurs » par opposition à la psychologie des profondeurs de S. Freud. Utilisant une terminologie contemporaine, Nicolaï Veresov indique que le projet de Vygotski était beaucoup plus de « passer par » le symbolisme que de chercher à le « dépasser » (Veresov 1999).

31Il faut nous arrêter quelques instants sur le formalisme russe tant ce courant eût d’importance, selon nous, pour la pensée de Vygotski. Non pas que Vygotski ait à un quelconque moment fait partie de ce courant. Dès 1925, dans le troisième chapitre de la Psychologie de l’Art qu’il consacre à l’examen de leurs thèses, il indique très clairement ses points de désaccords. Il n’en reste pas moins que les questions soulevées par ceux qui furent au cœur de ce mouvement demeurèrent, ainsi que nous nous proposons de le montrer, au centre de ses préoccupations. Ce n’est pas du tout un hasard si au terme de son long détour théorique, c’est-à-dire dans le dernier chapitre de Pensée et Langage, Vygotski revient, en prenant appui sur une citation de Khlebnikov, sur la question du langage poétique.

32On sait que le formalisme russe (« une étiquette vague et déconcertante » notera Jakobson en 1965) est né à Saint-Petersbourg de la rencontre de linguistes et de critiques littéraires qui se donnèrent pour objet l’étude de l’œuvre littéraire et en particulier de la langue poétique. Simultanément se constitua à Moscou un cercle de linguistique animé par R. Jakobson dont les intérêts étaient très proches de ceux du groupe de Saint-Petersbourg. Les échanges seront fréquents. Les poètes parmi lesquels Maiakovski, Khlebnikov, Mandelstam participèrent à certaines de leurs réunions de travail.

33La nouveauté de leur réflexion prend racine dans les travaux des linguistes dont nous avons parlé dans le paragraphe précédent.

34Selon les différents témoignages, celui d’Eichenbaum en particulier, ce fut Iakoubinski qui fit la transition entre les travaux des linguistes et les préoccupations des critiques littéraires (Eichenbaum 1927/1965) car son projet d’étudier les règles de fonctionnement propres au langage poétique convergeait pleinement avec les préoccupations des formalistes. Indiquons brièvement quelques unes de ces préoccupations. Nous nous appuierons pour cela sur la présentation extrêmement claire qu’en propose Boris Eichenbaum dans l’article intitulé « La théorie de la méthode formelle ». Ce texte est présenté et traduit par T. Todorov dans l’ouvrage consacré aux formalistes russes (Todorov 1965).

35Les formalistes s’opposèrent aux différentes approches de l’œuvre littéraire qui font rentrer celle-ci dans une « série » qui n’est pas la sienne : histoire, sociologie ou psychologie. Dans tous les cas, il ne peut s’agir que d’une démarche réductrice qui évite de s’interroger sur ce qui constitue la spécificité littéraire de l’œuvre. Eichenbaum appelle ce principe « principe de spécification ». Une discipline comme l’histoire peut bien s’appuyer sur l’analyse des œuvres littéraires. Mais pour l’historien l’œuvre littéraire ne vaut qu’en tant que document. Elle n’est pas prise en compte pour elle-même.

36Les formalistes quant à eux ont une claire conscience de la « rupture épistémologique » qu’ils effectuent. Il ne s’agit pas, disent-ils, d’introduire une nouvelle « méthode » dans un domaine qui existait déjà mais de construire un nouvel objet (la série des œuvres littéraires) et d’étudier les lois qui régissent ce champ. La méthode se construira en même temps que l’on découvrira les lois propres à ce domaine par l’analyse concrète des œuvres (principe de concrétisation).

37Eichenbaum écrit :

« Nous posons comme affirmation fondamentale que l’objet de la science littéraire doit être l’étude des particularités spécifiques des objets littéraires. »
(ibid., p. 38)

38Les formalistes rejettent le couple notionnel « forme/contenu », c’est-à-dire l’idée communément admise selon laquelle un artiste s’efforcerait d’exprimer un contenu nouveau (de nouveaux besoins, une nouvelle manière de sentir, de nouvelles idées…) et que l’expression de ce nouveau contenu nécessiterait des formes nouvelles. Ainsi les symbolistes s’inspirant des thèses de Potebnja, affirmaient qu’il fallait situer au niveau des images l’essence même d’une œuvre poétique. Selon cette théorie, disait en se moquant Chklovski, Pouchkine aurait su peindre par les sons la gaieté des bulles de champagne et Blok, par la répétition d’une suite de phonèmes, « la tragédie du dégrisement ».

39C’est sur ce point très précis que les formalistes marquent leur rupture à l’égard du symbolisme : ils refusent que la matérialité des mots ne soient présents dans un poème qu’à titre de moyen d’expression d’un autre plan de réalité.

40Eichenbaum écrit :

« C’est sur le problème des sons que les formalistes liés aux futuristes se sont heurtés de front avec les théoriciens du symbolisme. »
(art. cit. p. 39)

41Et un peu plus loin il poursuit :

« Ainsi s’organisait le ré-examen de la théorie générale de Potebnja construite sur l’affirmation que la poésie est une pensée par images. Cette conception de la poésie admise par les théoriciens du symbolisme nous obligeait à traiter les sons du vers comme une expression d’une autre chose se trouvant derrière eux. Les travaux de Bely étaient particulièrement caractéristiques de cette tendance. »
(ibid., p. 39)

42Les matériaux ou « formants linguistiques », à commencer par les sons, ne sont pas mis en œuvre à titre de moyens. Retrouvant la thèse de Iakoubinski et s’opposant à Potebnja, Eichenbaum écrit :

« Les sons dans le vers ont une fonction verbale autonome. »
(ibid., p. 38)

43Tout un débat eut lieu autour du « mot ». Futuristes et formalistes avaient des préoccupations communes. Les uns pratiquaient ce qui était objet de recherche pour les autres. En 1914, V. Chklovski publie une brochure intitulée « La résurrection du mot ». En 1917, Ossip Brik démontre que la répétition des sons dans le langage poétique est un principe constitutif analogue au procédés de tautologie dans le folklore. Mais il existe d’autres procédés agissant à différents niveaux : syntaxiques, textuels…

44En distinguant entre le sujet et l’histoire (le sujet étant la manière dont l’histoire est construite) Eichenbaum peut démontrer que l’histoire est un élément parmi d’autres. Dans l’œuvre, se combinent de façon toujours originale (concrète, dynamique) les différents éléments ; et c’est de cette combinaison que surgit la « sensation de la forme ».

45On voit qu’ainsi travaillé, le concept de forme – conçu comme un agencement, une combinaison d’éléments – permet d’appréhender l’œuvre dans sa spécificité. La forme ne peut plus être pensée par opposition à un contenu. Elle est productrice de contenu.

46Dans La Psychologie de l’art Vygotski examinera les thèses des formalistes et sera amené à émettre un certain nombre de critiques. Mettant l’accent sur ce que nous appellerions aujourd’hui la dimension pragmatique de l’œuvre d’art, il fera remarquer qu’une technique vise toujours une fin ; on ne saurait dissocier les formes de leurs fonctions. Les formalistes, fera-t-il remarquer, se sont essentiellement interrogé sur les particularités techniques de l’œuvre d’art et ne se sont pas intéressés aux réactions et aux transformations psychologiques que l’œuvre provoque chez le destinataire. Le débat avec les formalistes tourne pour Vygotski autour d’une question centrale : a-t-on ou non besoin d’une « psychologie de l’art » ?

47Il est établi (Kozulin 1990, Veresov 1999) que Vygotski alors qu’il était étudiant ou lors de ses premières années d’existence professionnelle à Gomel, a suivi de très prés ces débats qui sont au cœur des échanges entre linguistes, critiques littéraires et écrivains. Son œuvre l’atteste en de nombreux endroits. Notons en particulier que des préoccupations formulées dans La Psychologie de l’art se retrouvent dix ans plus tard dans les dernières pages de Pensée et Langage. Nous pensons en particulier au passage où Vygotski s’interroge sur la spécificité du langage poétique.

48La manière dont Vygotski pose la question de l’œuvre d’art montre qu’il a parfaitement intégré certaines démarches des formalistes. C’est le cas lorsque, dés les premières pages de La Psychologie de l’art, il écarte une approche sociologisante (il s’agit, n’en doutons pas du marxisme vulgaire) qui réduisant l’œuvre à n’être qu’une production idéologique, passe à coté de sa spécificité. Mais l’influence profonde des formalistes, nous la voyons dans la manière même dont Vygotski pose la question centrale de son ouvrage. L’œuvre est conçue comme un dispositif (on pourrait reprendre ici le concept de « procédés » élaboré par Chklovski) visant à provoquer une certaine réaction chez le destinataire. L’art est la technique sociale de l’émotion, dira-t-il dans le dernier chapitre de La Psychologie de l’art, « un outil de la société qui transporte les aspects les plus intimes et les plus personnels de notre individualité dans le cercle de la vie sociale ». Mais cette réaction ne peut être connue par introspection. Elle ne peut être que reconstruite à partir de l’analyse de la structure de l’œuvre. Nous reconstruisons ainsi la réaction psychologique « pure », indépendamment des affects particuliers auxquels cette réaction serait associée dans le cas d’un public réel. Il est à nos yeux très clair que même si Vygotski conduit l’analyse de l’œuvre du point de vue de la réaction attendue du spectateur (ce qui n’était pas la préoccupation des formalistes), le fait d’appréhender l’œuvre comme une totalité structurée, comme une « signification dynamique » (l’expression est de B. Eichenbaum), montre que certaines préoccupations majeures des formalistes étaient aussi les siennes. Eichenbaum parle en particulier de technique destinée à « ralentir l’action » ; on sait l’utilisation qu’en fera Vygotski dans son analyse de la tragédie de Hamlet.

49À la question traditionnelle de la signification de l’œuvre sur laquelle dissertent de nombreux critiques littéraires, les formalistes substituent donc une autre question : comment est faite l’œuvre d’art, quels sont les matériaux qui la constituent ? Ce n’est que sur cette base, celle d’un examen minutieux des formes, que l’on peut substituer à un discours spéculatif une approche authentiquement scientifique. Il s’agit de ne jamais dissocier les significations du matériau sémiotique qui les rend possibles en conduisant l’analyse à partir de ce même matériau sémiotique (sinon l’on coupe les significations du monde réel).

50Cette leçon sera entendue par Vygotski. Tout au cours de Pensée et Langage Vygotski sera extrêmement attentif au matériau sémiotique au sein duquel s’élaborent les significations ; il veillera à ne jamais dissocier les aspects sémantiques des formes langagières. En effet à l’aide du concept de signification, il s’efforce de penser l’unité dialectique des mouvements ou opérations de pensée et des formes langagières. C’est parce qu’à aucun moment il ne perd de vue cette unité dialectique (faite de tensions et de mouvements), qu’il sera en mesure de passer des formes à leurs fonctions et inversement. Cette attitude lui permettra de réaliser certaines découvertes dont la psychologie contemporaine a encore du mal à évaluer l’importance.

Les différentes figures de signification

51Concernant la notion de signification nous partirons des définitions proposées par Vygotski dans le premier et le dernier chapitre de « Pensée et Langage ».

  • 7 Cette thèse sera au centre de la série de conférences que fera Vygotski à Saint-Petersbourg en 1932 (...)

52Dans les premières pages de Pensée et Langage, Vygotski remarque que la psychologie contemporaine part d’un postulat indiscutable, celui de l’unité fonctionnelle de la conscience. Par unité fonctionnelle de la conscience, il faut entendre que la vie psychologique est une, qu’au cours de l’activité, les différentes fonctions sont liées : la mémoire ne fonctionne pas indépendamment de l’intelligence, de même que l’intelligence ne fonctionne pas indépendamment du langage etc.7 Mais cette même psychologie contemporaine ajoute un deuxième postulat qui, lui, est éminemment faux : à savoir que les rapports entre les fonctions seraient invariables, donnés une fois pour toutes. Si les rapports entre les fonctions sont constants, si on peut les intégrer dans une fonction unique (telle que : Rc {mémoire, langage, intelligence…} où il faut lire Rc comme rapport constant), alors on peut étudier chaque fonction isolément, indépendamment de son rapport aux autres fonctions. Ceci explique l’atomisme des recherches en psychologie, en contradiction manifeste avec les déclarations de principes. Cet état de fait ne peut que se répercuter sur un problème central de la psychologie, celui des rapports entre la pensée et le langage. Si l’on se tourne vers les travaux portant sur le développement de l’enfant, poursuit Vygotski, on trouve des recherches qui portent sur les acquisitions phonétiques et d’autres qui traitent des représentations sans qu’il y ait de liens, d’unités, entre les unes et les autres.

53De plus cette question des rapports entre le langage et la pensée, conduit les auteurs à se répartir entre deux grandes orientations (avec toutes sortes de variantes) :

  • On trouve un courant associationniste dont la caractéristique première est de réduire la pensée au langage : la pensée serait un langage moins le son, les réactions motrices de la parole étant inhibées. Les auteurs qui optent pour cette attitude, n’ont plus à répondre à la question des rapports entre la pensée et le langage puisqu’il n’y a plus qu’un seul terme : le langage.

    • 8 Il existe aujourd’hui, on le sait, une quantité innombrable de travaux en psychologie cognitive por (...)

    Au courant précédent s’oppose le courant intellectualiste représenté, entre autre, par l’école allemande connue sous le nom de « Denkpsychology » ou Psychologie de la Pensée. Ce courant insiste à juste titre sur la nécessité de distinguer entre les activités de la pensée et les formes langagières. Mais les auteurs qui appartiennent à ce courant sont amenés à dissocier les termes du problème de façon telle qu’ils ne peuvent plus ensuite penser leurs rapports autrement que de façon externe, mécanique. On étudiera par exemple les effets de l’activité de formulation sur l’activité de pensée comme deux formes d’activités étrangères l’une à l’autre8.

54Les difficultés théoriques qui font que ce problème n’a toujours pas jusqu’à ce jour été résolu, se doublent de difficultés méthodologiques. Vygotski va leur consacrer une part importante de sa réflexion dans le premier chapitre de son ouvrage. Il distingue deux types d’analyse. Un premier type d’analyse décompose un domaine du réel en « éléments ». Ainsi le chimiste décomposera l’eau en atomes d’hydrogène et d’oxygène. C’est un progrès indéniable dans la connaissance. Dans ce type d’analyse il n’est pas nécessaire que les éléments isolés conservent les propriétés du tout. On sait en l’occurrence que c’est l’inverse qui se produirait pour qui voudrait éteindre un feu soit avec de l’oxygène soit avec de l’hydrogène. Le deuxième type d’analyse pour qui veut travailler sur un domaine du réel, consiste à se donner des unités qui conservent les propriétés du tout. C’est ce que Vygotski nomme « unités de base » et qu’il oppose à « éléments » : il donne pour exemple la molécule en chimie ou la cellule en biologie.

55Nous avons là un principe fondamental de la « méthodologie » vygotskienne. Dès les premières pages de « Histoire du Développement des Fonctions Psychiques Supérieures » Vygotski se livre à une critique des recherches en psychologie qui étudient séparément une fonction du système psychique. Ce faisant, dit-il, on procède bien à une analyse mais on perd de vue les propriétés que possède cette fonction au sein du système ; autant dire que l’on perd l’essentiel.

« Un organisme découpé en éléments dévoile sa constitution, mais cache ses propriétés spécifiquement organiques et les lois auxquelles il obéit. C’est pourquoi ces ensembles psychiques complexes, réduits à des processus d’un ordre plus élémentaire, ont perdu leur qualité de base et ont cessé d’être eux-mêmes. »
(Histoire du Développement des Fonctions psychiques supérieures 1930-1931/1997)

56Le choix de l’unité de base est crucial si l’on veut faire avancer le problème qui nous occupe. Travailler sur des éléments revient à dissocier les aspects phonétiques et les aspects sémantiques. Dès lors on ne voit plus en quoi les sons du langage se différencient des autres sons en général. Quant aux représentations, elles flottent dans un éther, détachées de tout support matériel. L’analyse en termes d’éléments conduit à isoler dans la pensée verbale, les aspects phonétiques d’une part et les aspects sémantiques d’autre part. Aussi bien dans le domaine de la psychologie du langage que dans celui de la linguistique, elle a conduit à une stérilisation de la recherche.

57Concernant les rapports du langage et de la pensée, le fait de recourir à une analyse en « unités de base » conduit à une toute autre démarche : elle permet d’avancer dans l’analyse concrète de la pensée verbale dans son développement et dans la diversité de ses fonctionnements. C’est là le pari lancé par Vygotski dés les premières pages de Pensée et Langage.

58De quoi s’agit-il ? L’unité de base doit conserver les caractéristiques du tout. On ne retiendra donc pas le mot en tant que pure suite phonique (ce serait un mot « mort »), mais le mot en tant qu’il signifie. De la même façon on ne travaillera pas sur des significations désincarnées, sur une pensée pure, mais sur une activité de pensée qui cherche à prendre corps dans des formes langagières, quelle que soit par ailleurs la diversité (ainsi que nous le verrons) que peuvent revêtir ces formes. Ainsi entendu, le mot en tant qu’il signifie est l’unité de base que nous recherchons car il est l’unité indissociable d’un acte de pensée et d’une forme phonétique. Une suite phonétique dépourvue de signification n’est pas un mot. Inversement que serait une activité de pensée qui ne prendrait corps dans aucune forme ou matériau sémiotique ? Ainsi que l’écrivait le poète Mandelstam, un tel fantôme ne peut appartenir qu’« au royaume des ombres ».

59Le mot en tant qu’il signifie, la pensée en tant qu’elle prend corps dans un matériau phonique aussi « volatile » soit-il, telles doivent être les caractéristiques de l’unité de base sur laquelle Vygotski se propose de travailler.

60Il écrit :

« Quelle est donc cette unité de base qui n’est plus décomposable et qui comporte les propriétés inhérentes à la pensée verbale en tant que tout ? Nous pensons qu’elle peut se trouver dans l’aspect interne du mot – dans sa signification. »
(1934/1985 a, p. 36)

61Une signification verbale est donc l’unité indissociable d’une activité de pensée et des formes phonétiques dans lesquelles cette activité de pensée se déploie (nous aurions envie de dire « est au travail »).

62Mais il faut s’empresser d’ajouter que cette unité qui est un rapport (« activités de pensée/formes langagières ») est en même temps un rapport variable : au cours de la phylogenèse ou de l’ontogenèse, ainsi que dans les différentes activités dans lesquelles le sujet se trouve engagé, ce rapport subit de profondes transformations. Aux différentes étapes du développement de l’enfant ou selon la nature des activités (dialogue avec un proche, langage intérieur, production par écrit d’une explication scientifique etc.) il est possible d’observer différentes formes d’unités dynamiques. Ces formes différentes d’unités dynamiques, nous proposons de les nommer « figures de signification ».

63Parlant dans le chapitre 7 du résultat de ses recherches, Vygotski écrit :

  • 9 C’est bien du développement des significations verbales dont s’occupe Vygotski tout au cours de P (...)

« … le principal résultat est non pas cette thèse en soi (l’unité indissociable du mot et de la pensée ; ajouté par nous m.b.) mais une autre, qui constitue l’acquis capital de nos recherches : la découverte que les significations de mots se développent. La découverte que les significations de mots se modifient et se développent est l’apport nouveau et essentiel de notre étude à la théorie de la pensée et du langage… »
(1934/1985 a, p. 322)9

64Nous voyons donc en conclusion qu’une signification doit être étudiée simultanément sous ses deux versants. L’activité de pensée déployée sera étudiée dans sa relation intime au matériau sémiotique « ployé » et employé. C’est précisément cette relation interne, intime – ce double travail mais qui en réalité n’en constitue qu’un seul – d’un acte de pensée et de formes langagières que Vygotski appelle « signification ».

65Parlant de la signification, Vygotski écrit dans le chapitre 1 de P. § L. :

« Que représente-t-elle ? Langage ou pensée ? Elle est langage et pensée à la fois parce qu’elle est l’unité de base de la pensée verbale. S’il en est ainsi, la méthode de recherche ne peut être alors que l’analyse sémantique, l’analyse de l’aspect sémantique du langage, l’étude de la signification du mot. En suivant cette voie, nous sommes en droit d’attendre une réponse directe aux questions que nous nous posons sur le rapport de la pensée et du langage car ce rapport lui-même est contenu dans l’unité de base que nous avons choisie et l’étude du développement, du fonctionnement, de la structure et en général du mouvement de cette unité de base peut nous apporter beaucoup de connaissances qui nous éclaireront sur le rapport entre pensée et langage, sur la nature de la pensée verbale.
(1934/1985 a, p. 38)

66Selon nous ce passage dans sa concision nous donne la clé de l’ouvrage. Essayons de dégager les points essentiels formulés en deux phrases.

67Parlant de l’unité d’analyse que Vygotski s’est donné, Christiane Moro utilise à juste titre le terme de « loupe » : c’est muni en effet de cet outil d’analyse – i.e les différentes manières dont peuvent s’inter-connecter les actes de pensée et les formes langagières – que Vygotski va essayer de pénétrer ces formes de la pensée verbale, et ceci selon des axes différents :

681. Selon un axe développemental aussi bien phylogénétique qu’ontogénétique : par exemple nous avons vu au cours du chapitre 2 comment pensée et langage s’inter-connectent chez le jeune enfant qui se montrait jusqu’alors incapable de « contrôler » ses propres actions.

692. Dans sa structure et son fonctionnement : les exemples abondent ; nous en prenons un parmi d’autres : parlant de la pensée par complexes et de la pensée par concepts, Vygotski indique qu’il s’agit là de deux formes d’activités apparues historiquement. Il écrit :

« … le fait de reconnaître que le mot joue un rôle décisif dans la pensée par complexes ne nous oblige aucunement à identifier ce rôle avec celui qu’il a dans la pensée conceptuelle. Pour nous, au contraire, la différence même entre le complexe et le concept se situe avant tout dans le fait que l’une et l’autre généralisations résultent d’emplois fonctionnels (souligné par nous m.b.) absolument différents d’un même mot. Le mot est un signe. On peut utiliser ce signe diversement, selon des procédés différents. Il peut servir à des opérations intellectuelles différentes et ce sont précisément ces différentes opérations intellectuelles effectuées à l’aide du mot qui distinguent fondamentalement le complexe et le concept. »
(1934/1985 a, p. 198)

  • 10 Vygotski ouvre une orientation de recherche particulièrement féconde : avec les concepts qu’il a fo (...)

70Il s’agit par conséquent concernant les différentes formes de la pensée verbale (pensée scientifique, activité poétique, dialogues spontanés ou langage intérieur…) d’étudier avec précision comment dans ces différentes activités s’inter-connectent et interagissent de manière toujours spécifique mouvements de pensée et formes langagières. Notons que c’est parce qu’il les compare, muni de la même unité de base, que Vygotski peut, concernant chacune de ces activités, en dégager la spécificité. La particularité d’une structure et d’un fonctionnement psychologique ne se dévoile que lorsqu’on la compare à une autre structure et à un autre fonctionnement10.

71Dans son mouvement : non seulement nous avons affaire à différentes figures de significations, mais encore la vie psychologique est faite de passages incessants d’une figure à une autre, et ceci, tant au plan du fonctionnement qu’au plan du développement. Si nous prenons l’exemple d’un scripteur en train de produire un texte, ainsi que l’analyse avec beaucoup de précision Vygotski dans le dernier chapitre de Pensée et Langage, nous avons affaire à toute un série de transformations allant de la sphère des motifs à l’élaboration de significations à l’aide du langage intérieur ; ces significations devront s’extérioriser en se confrontant à la signification des mots, ce travail du scripteur devant aboutir à la production d’un texte à son niveau morphosyntaxique. Bernard Schneuwly a fort clairement analysé ce texte de Vygotski (Schneuwly 1989 : 23-30). Il faut enfin préciser que ce mouvement ne se fait pas par étapes successives de façon unidirectionnelle mais qu’il existe de multiples retours en arrière, reformulations, ré-élaborations : Vygotski parle de mouvements en « zigzags » de la pensée verbale (P & L. p. 496).

72En conclusion nous pouvons dégager ces trois idées qui sont, pensons-nous, au cœur de Pensée et Langage :

  1. Concernant la pensée verbale, il faut penser l’unité dialectique d’une activité de pensée et des formes langagières au sein desquelles travaille cette activité de pensée. C’est cette unité dynamique qui constitue ce que Vygotski nomme « signification ».

  2. Ce rapport « activité de pensée/formes langagières » se transforme en fonction des différentes activités dans lesquelles le sujet s’engage et en fonction des différentes étapes du développement psychologique. C’est pourquoi nous parlerons de différentes « figures de signification ». Au travers de la diversité des formes d’union de la pensée et du langage (la pensée par concepts est certes l’une des formes les plus élaborées de l’activité humaine, mais elle n’est qu’un cas particulier parmi les différentes figures de significations possibles) Vygotski étudie les différents modes de réflexion de la réalité dans la pensée. Nous nous efforcerons de suivre quelques unes de ses analyses.

  3. Il n’est pas suffisant de parler de différentes figures de signification. Certes il faut les identifier et en analyser les composantes – ce que fait Vygotski tout au cours de Pensée et Langage. Mais il convient aussi de voir que la vie psychologique est faite – tant au plan du développement qu’à celui du fonctionnement – de passages d’une figure de signification dans une autre. Nous savons qu’au cours du développement de l’enfant nous avons affaire à toute une série de transformations : transformation du langage social en langage égocentrique, du langage égocentrique en langage intérieur, passage du langage intérieur vers une formulation orale ou écrite.

73Il existe également d’incessants passages d’une figure de signification à une autre. C’est l’étude des différents plans par lesquels passe la pensée verbale que Vygotski se propose d’étudier dans le dernier chapitre de P. & L. La vie psychologique est mouvement, dynamisme : ce mouvement consiste en passages incessants des figures de signification les unes dans les autres. Vygotski nous avertit qu’il suspend quelques temps sa réflexion sur le développement pour étudier le fonctionnement des formes les plus élaborées de la pensée verbale : « le fonctionnement des significations dans le cours vivant de la pensée verbale » : le rapport de la pensée avec le mot n’est pas, dit-il, une chose mais un processus, « c’est le mouvement de la pensée au mot et inversement du mot à la pensée » et ce processus est un processus en perpétuel mouvement (P. & L. 1934/1985 a, p. 329). Il n’y a jamais en effet adéquation de la pensée à sa formulation : un travail de reprises, de reformulations, de ré-élaborations est constitutif de la pensée verbale. Les significations sont mouvement, vie, dynamisme, développement dialectique.

74Pour illustrer cette notion. Nous nous arrêterons sur quelques unes de ces « figures » nettement caractérisées par Vygotski. Ce faisant nous avons conscience d’arrêter en quelque sorte le mouvement que Vygotski s’est efforcé de retracer. Si nous le faisons, c’est dans un but d’analyse et d’explicitation.

75Nous avons retenu trois exemples : les modes de fonctionnement des significations dans les dialogues quotidiens, dans le langage intérieur, dans le langage écrit. La comparaison de ces formes d’activité permet de voir en quoi elles s’opposent et ainsi de préciser quelques unes des différentes « figures » que peuvent revêtir les significations.

Illustration sur quelques exemples

Les dialogues quotidiens

76Les échanges oraux quotidiens se caractérisent par la co-présence des énonciateurs L’activité conjointe dans laquelle sont engagés les interlocuteurs, leur évite de recourir à des moyens proprement langagiers pour construire le contexte de leurs échanges. Cette co-présence permet de recourir à un nombre très élevé de moyens communicatifs : gestes, mimiques, formes intonationnelles, hauteur du timbre, rythme, formes phoniques d’accentuation… Dans ces formes de dialogue aucun interlocuteur ne planifie l’orientation des échanges : chaque réplique peut réorienter le cours du dialogue. Bien souvent c’est la rapidité de la réplique qui en fait tout le prix : esprit d’à-propos, mot d’esprit etc. Les significations sont forgées en commun ; chaque interlocuteur par ses contributions (ou par ses silences) participe à leur élaboration.

77Dans ce type d’échanges informels, il existe une très faible différenciation entre les éléments constitutifs de la situation communicative : faible distance entre les interlocuteurs, peu de recul par rapport au monde de l’expérience. Les énonciateurs consacrent toute leur attention aux transformations qui se produisent dans le tout de la situation d’interlocution et si à un moment ou à un autre ils s’intéressent aux caractéristiques d’un de leur énoncé, c’est sa dimension pragmatique qui est prise en compte (mot « malheureux », intonation menaçante etc.) et non aux unités lexicales ou aux structures syntaxiques en tant que telles envisagées pour elles-mêmes.

78Pris dans le flux de leurs énonciations, les interlocuteurs n’instaurent pas entre eux et leurs énoncés un rapport conscient et volontaire (concernant les catégories et les structures grammaticales par exemple). Les significations sont « pratiquées » et les rapports entre les aspects sémantiques et les aspects phonétiques demeurent indifférenciés. Cette description convient parfaitement à ce qui se produit chez l’enfant entre deux et cinq ans au cours de cette période d’acquisition intensive du langage. L’activité langagière est étroitement insérée dans le plein de la situation communicative : faible différenciation des interlocuteurs entre eux ; l’énoncé n’est pas dissocié du monde de l’expérience. De la même façon les aspects sémantiques et les aspects phonétiques de l’énoncé fonctionnent in globo. Le mot « pomme » ne se différencie pas du fruit qu’il désigne de même que la signification « pomme » ne se différencie pas du matériau phonétique dans lequel elle s’incarne. Vygotski rappelle l’anecdote d’un homme à qui l’on enseignait le nom des étoiles : celui-ci comprenait bien que l’on s’intéresse aux étoiles mais ne parvenait pas à comprendre comment les hommes avaient pu faire pour en connaître le nom.

79L’apprentissage par l’enfant de l’écrit et/ou d’une langue étrangère sera décisif pour que commence à se produire une différenciation entre les aspects sémantiques et les aspects phonétiques de sa langue.

80Enfin indiquons une dernière caractéristique : si toute signification est une généralisation (c’est-à-dire un certain acte de pensée), Vygotski a abondamment montré, et d’autres le montreront après lui, qu’il existe d’autres formes de généralisation que la pensée par concepts. L’adulte est loin de penser toujours par concept. Des formes de pensée génétiquement plus anciennes co-existent avec des formes de pensée plus récentes et plus élaborées. Ainsi les différentes formes de pensée par complexes qui consistent à généraliser sur la base de traits communs mais variables ou sur la base d’un prototype, sont des « couches géologiques » de la pensée plus anciennes, qui n’en continuent pas moins à co-exister avec des formes de pensée plus récentes et plus élaborées. (P. & L. 1934/1985 a, p. 199). La généralisation par complexes est fréquente dans la pensée et la conversation quotidiennes. Ce n’est que lorsque surgissent certaines contraintes (démontrer la justesse de son point de vue, rendre compte d’une réalité complexe…) que nous sommes amenés à construire des concepts.

Le langage intérieur

81Nous ne reprendrons pas les analyses bien connues que Vygotski en a proposées. Nous ne retiendrons que quelques idées-force. Comparer des fonctionnements contrastés de la pensée verbale (ce que fait Vygotski dans le dernier chapitre de P & L.), permet d’illustrer ce que nous avons proposé d’appeler « figures de signification ».

82Peu de choses ont été écrites sur le langage intérieur : les auteurs qui en ont parlé ou bien l’ont réduit à un ensemble de phénomènes secondaires (simple exercice de mémoire, suite de gestes articulatoires « moins le son ») ou en ont donné une définition beaucoup trop large, tel Goldstein identifiant le langage intérieur à l’activité intérieure. Il en ignore du même coup la dimension fondamentalement langagière.

83Mais comment saisir ces caractéristiques puisqu’en l’occurrence nous avons affaire ici à un ensemble de phénomènes qui ne sont pas directement observables ? La méthode suivie par Vygotski consistera à tenter d’inférer ces caractéristiques à partir de deux séries de faits : ceux que l’on peut observer dans une perspective développementale et ceux que l’on peut observer dans une perspective comparative.

84Si l’on ne peut pas observer directement le langage intérieur, on peut tout au moins observer ce qui le précède dans l’ordre du développement. Or l’on sait (Vygotski l’a étudié dans le chapitre 2) qu’entre trois et cinq ans, sur la base du langage social destiné à autrui, se forme et se développe le langage égocentrique. Une nouvelle fonction langagière apparaît : un type de discours que l’enfant adresse non pas à autrui mais à lui-même. Le langage égocentrique est tout entier traversé par une contradiction centrale qui explique son devenir : par ses origines il demeure extériorisé, il est donc énoncé a haute voix, mais par sa fonction nouvelle il est tourné vers l’intérieur. Par ce discours l’enfant organise, planifie son action, met de l’ordre dans la suite de ses expériences. À ces nouvelles fonctions sont liées des différences de structures. Le fait par exemple que l’enfant soit lui-même le destinataire de son propre énoncé, explique les formes d’abrègement de ce langage par opposition à la forme des énoncés du langage adressé à autrui. On sait que pour Vygotski, à la différence de Piaget, le langage égocentrique ne disparaît pas, mais s’intériorise (l’enfant qui ne compte plus sur ses doigts, ne s’arrête pas pour autant de compter). Si donc l’on prolonge en pensée (de même que le mathématicien prolonge « en pensée » une droite ou une courbe) les tendances observées sur la manière dont évolue le langage égocentrique, il devient possible de porter au jour certaines caractéristiques essentielles du langage intérieur. La situation du psychologue est en ceci comparable à celle d’un géologue qui pour connaître quelques unes des caractéristiques de l’eau d’une rivière devenant souterraine, analyserait cette eau avant qu’elle ne rentre sous terre.

85L’approche comparative consiste à abandonner provisoirement l’approche développementale, pour tenter de caractériser le langage intérieur en le comparant, au niveau des contraintes fonctionnelles et des caractéristiques structurales, à deux autres activités langagières : le dialogue oral d’un coté, le langage écrit de l’autre.

86Sur le plan linguistique, l’analyse de Vygotski repose toute entière sur la distinction qu’il établit entre le thème c’est-à-dire le sujet dont on parle, et le prédicat c’est-à-dire l’information nouvelle ou essentielle que l’on souhaite apporter à propos du thème. Ce faisant Vygotski anticipe d’un bon demi-siècle sur les concepts que proposeront les théoriciens du discours. Ceux-ci distingueront entre le « topic » et le « comment », le « given » et le « new » : le thème de l’énoncé et ce que l’on asserte à propos de ce thème. Le prédicat constitue ainsi le « foyer assertif », le cœur de l’énoncé que l’on ne peut pas supprimer sans supprimer l’énoncé lui-même. Dans le cas du dialogue, le thème représente l’objet d’attention commun aux deux interlocuteurs, alors que le prédicat constitue la signification nouvelle que l’un des deux énonciateurs veut introduire dans les échanges et qu’il asserte précisément parce qu’il suppose que cette information n’est pas connue de son interlocuteur (Chafe 1976).

87Le phénomène sur lequel s’accordent tous ceux qui se sont intéressés au langage intérieur est l’abrègement : c’est un langage condensé, à la syntaxe réduite (ce qui ne veut pas dire qu’il est dénué de syntaxe). Vu de l’extérieur il apparaît décousu.

88Mais Vygotski veut distinguer les manifestations secondaires des caractéristiques essentielles. L’abrègement n’est que la manifestation « en surface » d’une réalité plus profonde. Quelle réalité ? Vygotski la nomme « caractère prédicatif ». Expliquons-nous sur ce qu’il entend par là.

89Dans le cas d’un dialogue oral, lorsque la situation dont on parle est bien connue des deux interlocuteurs, il est inutile de recourir à des moyens linguistiques complexes pour évoquer ce dont on parle. Souvent l’intonation peut suffire pour permettre à l’interlocuteur d’accéder à ce que Vygotski nomme « le contexte mental ». Dans les dialogues, en relation étroite avec la communauté de préoccupations existant entre les interlocuteurs ou la facilité avec laquelle il est possible à chacun d’accéder au contexte en cours, on pourra observer une tendance « au caractère prédicatif », c’est-à-dire une tendance à ne conserver que le noyau assertif de l’énoncé. Un seul mot, un geste, une mimique peuvent suffire à titre de réplique.

90C’est une tendance opposée que l’on observe dans le cas du langage écrit. C’est un langage monologique s’adressant à des interlocuteurs absents, lesquels ignorent la plupart du temps le contexte d’énonciation ainsi que le thème à propos duquel l’auteur du texte se propose d’effectuer un certain nombre d’assertions. L’auteur doit donc construire à l’aide des seuls moyens linguistiques à la fois le contexte, le thème et ce qu’il en dit. Le langage écrit nécessite donc de la part du scripteur le recours aux ressources linguistiques les plus développées. Autant dire que dans le cas du langage écrit, la tendance prédicative n’apparaît jamais.

91Or dans le cas du langage intérieur, l’énonciateur et le co-énonciateur ne forment qu’une seule et même personne. Les tendances à la simplification des formes langagières observées dans certains dialogues, seront donc ici la règle générale. C’est pourquoi Vygotski parle du caractère absolument prédicatif du langage intérieur.

92Si la tendance au caractère prédicatif apparaît parfois dans le langage oral, elle n’apparaît jamais dans le langage écrit ; par contre elle se manifeste toujours dans le cas du langage intérieur.

« C’est pourquoi, écrit –il, si le langage écrit est l’opposé polaire du langage oral par son développement maximal et l’absence complète des facteurs entraînant l’omission du sujet dans le langage oral, le langage intérieur est également l’opposé polaire du langage oral mais dans le sens inverse, puisque dans son cas le caractère prédicatif absolu et constant est prédominant. Le langage oral occupe ainsi une position intermédiaire entre le langage écrit, d’une part, et le langage intérieur, d’autre part. »
(P. & L., 1934/1985 a, p. 365)

93Quant au langage égocentrique, lors de ses premières manifestations, il demeure proche par ses caractéristiques du dialogue social dont il est issu. Au cours de son évolution, il tend progressivement à revêtir les formes du langage intérieur (ce phénomène sera d’autant plus accentué lorsque les tâches ont une dimension intellectuelle). Cette ressemblance peut se voir en particulier sur deux points : la disparition progressive du phonétisme et l’accentuation de la tendance prédicative.

94Outre son caractère « absolument prédicatif », Vygotski indique deux autres caractéristiques du langage intérieur : la quasi-disparition des aspects phonétiques et la prédominance des aspects sémantiques de l’énoncé. Lors du langage intérieur, l’attention du sujet est toute entière consacrée aux aspects sémantiques. Si les aspects phonétiques du mot sont réduits au maximum, le mot, lui, ne disparaît pas. La réalisation phonétique du mot est inutile, l’intention de l’évoquer suffit. Prenant appui sur des phénomènes tendanciels que l’on peut observer dans certains dialogues entre des familiers (des dialogues d’amoureux par exemple) et dans le langage égocentrique, Vygotski est amené à préciser ces aspects originaux du fonctionnement du langage intérieur. Vygotski parle (et nous ne pouvons que renvoyer à ses analyses) de prédominance du sens sur la signification, de phénomène d’agglutination (formation d’un mot composé à partir de plusieurs mots) et de phénomène de condensation. Dans le langage intérieur, tous les sens coulent les uns dans les autres et viennent se condenser dans un seul mot. La manière dont fonctionne le titre d’une œuvre littéraire permet d’appréhender ce phénomène. Au terme de la lecture de l’œuvre de Gogol, le titre « Les âmes mortes » s’est chargé de tous les sens évoqués par l’auteur au cours de son récit et déborde de toute part par sa richesse la seule signification que peut revêtir l’expression « âmes mortes ». Un mot, dit Vygotski, finit par absorber tous les sens d’un texte « comme une éponge absorbe l’eau de la mer ».

95Dans le langage intérieur, les formes linguistiques ne disparaissent pas ; remplissant des fonctions nouvelles, elles se transforment. Plus précisément se transforment simultanément les modes de penser et le matériau sémiotique dans lequel ils s’exercent. Alors que la psychologie cognitive instaure une coupure entre le « sémantique » d’une part (rapidement assimilé au « cognitif ») et les formes linguistiques d’autre part, Vygotski s’efforce quant à lui de penser l’unité dialectique des activités de pensée et des formes langagières au sein desquelles se produisent et prennent corps ces activités de pensée.

96La comparaison avec les deux figures que nous venons de décrire va nous permettre de préciser certains aspects du langage écrit (nous le ferons brièvement car nous aurons l’occasion d’y revenir par la suite).

Le langage écrit

97Dans le cas du langage écrit, l’énonciateur, nous venons de le voir, doit reconstruire à l’aide des seuls moyens langagiers le contexte et le thème sur lequel porte son propos. Il s’adresse à un destinataire absent, souvent anonyme. Son discours se doit d’être explicite et pour ce faire il lui faudra employer un lexique, une syntaxe, des procédés textuels développés. L’énonciateur est seul face à son texte. Par opposition à un dialogue qui est un texte construit à plusieurs, le texte écrit est produit par un seul. B. Schneuwly parle du caractère « monogéré » de l’écrit (Schneuwly 1988). De plus l’énonciateur ne travaille pas avec l’ensemble des moyens verbaux et non verbaux dont il dispose à l’oral (la mimique, le geste etc.). Les aspects phonétiques (la « chair même du mot », dit Vygotski) ont quasiment disparu. Si le mot est une notation, sa forme écrite est une notation de notation, « l’algèbre du langage oral ». Vygotski voit dans ces différentes caractéristiques autant de difficultés pour l’enfant lorsqu’il aura à s’approprier l’écrit.

98Dans le cours du discours oral, l’énonciateur est pris dans le flux de l’énonciation ; il n’existe qu’une distance minimale entre l’énonciateur et son énoncé. Dans le cas de la production écrite au contraire, le fait de pouvoir se relire, de revenir en arrière dans sa propre production, de pouvoir ré-écrire des paragraphes entiers permet au locuteur d’exercer un contrôle maximum sur son propre discours. Une prise de distance réflexive devient possible tant à l’égard des formes langagières que des opérations de pensée.

99Dans « La raison graphique » J. Goody a remarquablement démontré le lien essentiel existant entre les pratiques d’écrit et l’avènement de tout un ensemble d’opérations et de préoccupations intellectuelles : par exemple la pratique des listes aurait contribué à l’apparition d’une activité réflexive sur les critères d’appartenance d’un ensemble d’objets à une même classe de même que la possibilité de comparer « bords à bords » deux textes aurait facilité l’émergence d’une réflexion sur les conditions (logiques) de dire le vrai (Goody 1978).

100Dans l’ouvrage consacré à « La Signification Historique de la Crise en Psychologie » Vygotski déclare qu’il est extrêmement important de s’intéresser au langage utilisé par une science. C’est entre autre au travers de son langage qu’il analysera la crise que traverse la psychologie de son temps. Utiliser un mot plutôt qu’un autre n’est jamais un choix innocent car le mot choisi pour désigner un fait « fournit en même temps la philosophie du fait, sa théorie, son système » (Vygotski 1927/1999, p. 185).

101Quelques pages plus loin il précise :

« Le mot est la tentacule par laquelle la philosophie saisit le fait. »
(ibid., p. 191)

102Il approuve Pavlov pour avoir institué une règle très stricte au sein de son équipe de recherche. Cette règle consistait à mettre à l’amende quiconque utiliserait des termes « mentalistes ». Il ne s’agissait pas d’une simple convention. C’est une nécessité pour l’activité scientifique que d’établir des relations très strictes entre certaines opérations de pensée et certaines unités lexicales. C’est de façon consciente et volontaire que les membres d’une communauté scientifique attribuent un contenu sémantique à une forme linguistique précise. Ainsi que l’écrit Vygotski dans Pedology of the adolescent, le concept rassemblant un ensemble d’actes potentiels (de jugements), il est indispensable dans le cas de l’activité scientifique que ces actes de mises en relations entre les concepts soient strictement définis (Vygotski 1930-1931/1988, p. 53 et sq.). C’est l’une des conditions pour que le mot puisse fonctionner comme concept.

103Disant ceci, nous ne voulons absolument pas dire que nous aurions d’une part une activité d’élaboration conceptuelle et d’autre part le choix en quelque sorte conventionnel d’une étiquette lexicale pour désigner ce contenu sémantique. L’histoire d’une science prouve tout au contraire qu’un processus de recherche est toujours un travail – un débat voire un combat – sur les formulations. Le processus d’élaboration d’une thèse ou d’une idée nouvelles ne peut se faire qu’au prix d’un travail sur et dans le langage.

« Le chercheur, écrit Vygotski, est toujours un philosophe qui, durant la recherche et la description pense le phénomène ; et sa manière de penser se fait sentir dans les mots qu’il utilise. »
(Vygotski 1927/1999, p. 196)

104Nous avons bien affaire à une « figure de signification », c’est-à-dire à l’unité dialectique d’une activité de penser et de formes langagières, mais cette figure se différencie des figures étudiées précédemment (en particulier la pensée quotidienne telle qu’elle se trame au fil des dialogues avec notre entourage et au sein de cet incessant parler intérieur), en ce que nous avons affaire à une différenciation maximale entre le sujet qui construit sa pensée, le contenu sémantique (le contenu travaillé, les opérations effectuées) et les formes langagières utilisées. Alors que dans les dialogues quotidiens, le sujet n’exerce qu’un contrôle minimal sur les opérations effectuées et les formes langagières utilisées, dans le cas de la production écrite (et ainsi que nous aurons l’occasion de le montrer dans le cas de la production par écrit d’une explication scientifique), l’activité de contrôle que le sujet exerce sur ses propres processus (intellectuels et langagiers) est parvenue à son degré le plus élevé.

  • 11 C’est-à-dire l’union de formes langagières et d’un ensemble d’opérations de pensée.
  • 12 Le concept de différenciation est central dans la théorie « organismique » du développement de Hans (...)

105Si nous considérons qu’une situation discursive est composée de quatre pôles : énonciateur, co-énonciateur, énoncé11, expérience, et si nous opposons de façon polaire la situation de dialogue quotidien à celle de la production écrite d’un texte scientifique, nous voyons que nous passons d’une situation où il n’existe qu’un faible degré de différenciation entre ces quatre pôles à une situation où il existe au contraire un très haut degré de différenciation12.

106Essayons, pour clore cette analyse, de caractériser les rapports entre le pôle sémantique et le pôle phonétique dans chacune des trois figures de signification examinées : l’oral quotidien, le langage intérieur, le langage écrit à visée scientifique.

  • Dans le cas de l’oral quotidien, nous aurons une quasi-indifférenciation entre ces deux pôles. Les significations sont pratiquées. L’énonciateur a une visée pragmatique ; il cherche à agir dans la situation de discours : convaincre, séduire, rabrouer… Dans ce cas il y a peu de distance réflexive sur les formes employées. Si les mots sont « pesés » c’est en fonction de leur efficace dans la situation d’interlocution. L’énonciateur n’a pas ou peu de distance prise par rapport à ses propres opérations de pensée.

    • 13 Les aspects phonétiques externes disparaissent, mais le matériau sémiotique subsiste. C’est ce que (...)

    Dans le cas du langage intérieur, nous l’avons vu, l’attention de l’énonciateur se porte toute entière vers le pôle sémantique. Les aspects phonétiques se « volatilisent » dans le sens employé ci-dessus. Mais les formes langagières n’en sont pas moins présentes. Le mot ne disparaît pas. L’intention de l’évoquer suffit13. À l’opposé de l’écrit où la signification va se convertir en une « pluie de mots », une pluralité de sens va venir se « condenser » dans une seule forme. Diastole et systole des formes langagières lors des aller-et-retour du langage intérieur à la production écrite et de la production écrite au langage intérieur.

  • Dans le cas du langage écrit à visée scientifique, nous avons affaire au contraire à une différenciation maximale entre le pôle sémantique et le pôle phonétique. L’énonciateur entretient une relation consciente et volontaire avec ses propres opérations de pensée ainsi qu’avec les formes langagières qu’il emploie.

107En effet au cours du processus de production des connaissances scientifiques, en même temps que se précisent les contenus des concepts et leurs relations, c’est une nécessité pour la recherche de recourir à des formes lexicales et syntaxiques d’une très haute précision. Le travail de la pensée est en même temps travail sur le langage et dans le langage. Les mots ne doivent pas être considérés comme de simples supports des opérations de pensée : c’est dans le choix conscient du mot, en épurant sa signification, en ne retenant qu’un contenu sémantique expressément défini que progresse le travail scientifique. Ceci se vérifie a contrario lorsque par éclectisme un chercheur introduit dans un domaine des mots appartenant à une autre problématique : ce faisant il dévoie le processus de recherche en introduisant en fraude des contenus sémantiques non contrôlés. Dans S.H.C.P., Vygotski nous fournit une illustration de ce phénomène sur l’exemple des termes de « réflexe » et de « réaction ».

Conclusion

108Nous avons utilisé tout au cours de ce chapitre le terme de « figures de signification ». Ce terme nous est propre. Il n’est utilisé à aucun moment par Vygotski. Il nous a permis – du moins nous l’espérons – d’effectuer un travail de lecture de certains textes de Vygotski, de faire « ressortir » certaines de ses thèses à nos yeux centrales pour une bonne compréhension de son entreprise.

109Ce terme présente un avantage : celui de nous inviter à décrire, parfois en les contrastant, certaines formes d’activités humaines les plus élaborées, rendues possibles, phylogénétiquement et ontogénétiquement, par le langage. Il présente par contre un danger : celui d’immobiliser, de « typologiser » la pensée de Vygotski. On ne saurait commettre plus grand contre-sens. La transformation, le devenir, les passages d’une forme d’activité dans une autre sont au cœur de sa pensée ; et ceci selon deux axes : celui du développement (le mouvement qui conduit de l’oral dialogué au langage intérieur par exemple) et celui du fonctionnement (tel le mouvement qui conduit le scripteur des formes sémantiquement les plus condensées du langage intérieur aux formes syntaxiques les plus développées lors de la production d’un texte écrit).

110Nous avons immobilisé quelques « figures de signification » afin de les mieux décrire. Mais il ne s’agit là que de « moments ». Les « passages » constituent probablement l’essentiel de ces formes d’activités. Il s’agit là d’indications extrêmement précieuses pour les recherches en didactiques : le dialogue en classe, les reformulations (re-dire avec ses propres mots le discours de l’autre ; ce en quoi réside l’essentiel de l’activité de compréhension), la production écrite par l’élève d’un texte explicatif… constitueraient des moments essentiels dans le travail de reconstruction des connaissances demandé aux élèves. Nous essaierons de le montrer dans les chapitres ultérieurs de cet ouvrage. C’est sans doute ce qu’avait commencé à voir Alcorta dans son travail sur les brouillons : le brouillon est un moment particulièrement intéressant pour qui veut suivre les passages de ces formes d’activités les unes dans les autres (Alcorta 1998).

111Il nous faut donc maintenant « ré-insuffler » du mouvement entre ces figures et nous intéresser aux « passages » d’une figure dans une autre. Passages du langage social au langage égocentrique, du langage égocentrique au langage intérieur ; passages doublement médiatisés du langage intérieur au langage extériorisé dans le cas de la production d’un texte oral ou écrit.

112C’est ce dernier exemple que nous retiendrons pour conclure. Nous aurons l’occasion de revenir sur cette question lorsque nous nous interrogerons d’un point de vue didactique sur le rôle de l’écrit lors des apprentissages scientifiques (et plus généralement sur le rôle de l’écrit dans le développement intellectuel de l’enfant).

  • 14 Romancier russe (1843-1902).

113Dans le dernier chapitre de P. & L. Vygotski s’interroge sur les processus en cours lors de la production d’un texte écrit. Cette activité trouve son origine, son « motif » dit-il, dans la sphère de l’affectivité : domaine qui n’a pas été étudié ici, regrette Vygotski. Ce motif – qui émerge de la sphère de l’affectivité, déjà travaillé probablement par le langage intérieur – va se transformer en une activité de pensée. Un contenu et des opérations de pensée sont ébauchés. Ceux-ci ne resteraient que pure virtualité s’ils ne faisaient l’objet d’une première médiatisation, celle du langage intérieur. Nos pensées sont formulées intérieurement, sorte de « brouillon mental » dit Vygotski. S’il n’en était pas ainsi nos pensées demeureraient purement fantomatiques, pures velléités. Mais le « voyage » n’est pas pour autant terminé. Jusque là notre activité de pensée demeure purement interne. La syntaxe prédicative (ainsi que les autre caractéristiques signalées plus haut) la caractérise. Cette activité intérieure doit venir s’incarner dans les mots ; les significations intérieures doivent venir se confronter aux significations des mots et du texte (deuxième médiatisation). C’est ce travail, ce « passage » que ne parvient pas à effectuer l’idiot décrit par Ouspienski14. Il n’en reste qu’au « vouloir dire » et ne parvient pas à « trouver ses mots ». Or là selon nous réside l’essentiel de l’analyse de Vygotski : dans le « drame de la pensée vivante », il n’y a jamais adéquation entre la syntaxe des significations intérieures et la syntaxe du langage extériorisé. Les significations extériorisées ne coïncident jamais avec les significations intérieures – et inversement les significations intérieures n’existent que dans la mesure où elles sont engagées dans un processus d’objectivation – de telle sorte que l’activité de production est un perpétuel mouvement de reprise, de reformulation jusqu’au moment où l’auteur du texte accepte un compromis (provisoire) entre ce qu’il se proposait de dire et ce qu’il estime avoir dit effectivement au terme d’un travail de lecture (ou de re-lecture) de sa propre production. Ce travail de reformulation, ces incessants passages d’un état du texte à un autre caractérisent, nous semble-t-il, au plus prés l’essence même de l’activité de penser. La pensée ne réside ni dans le « vouloir dire » ni dans le « dit » mais dans les passages continus de l’un dans l’autre ; c’est-à-dire dans les mouvements incessants d’objectivations, de reprises et de rectifications.

Notes

1 Nous avons soumis ce texte à la vigilante lecture de Léon Robel. Ce dernier nous a adressé de précieuses remarques. Nous tenons à le remercier ici. Les erreurs et inexactitudes qui subsistent sont de notre seule responsabilité.

2 Nous désignerons désormais ainsi « Pensée et Langage ».

3 Léon Robel nous écrit à ce propos : « Vygotski avait-il lu Saussure ? Il ne se réfère pas à lui, mais il pouvait parfaitement être au courant de ses idées. La première édition en russe du Cours de Linguistique Générale date de 1934. Ses idées étaient exposées par Chor (‘La Crise de la Linguistique contemporaine’ 1927), Volochinov (‘Les Nouveaux Courants de la Pensée Linguistique en Occident’ 1928 ; Vygotski s’est servi de son livre : ‘Marxisme et Philosophie du Langage’ 1930), Vinokur (1929) et enfin Iakoubinski (‘F. de Saussure, sur l’impossibilité d’une politique de la langue’ 1931) ».

4 Michel Aucouturier raconte que c’est Jean Baudoin de Courtenay qui présenta son élève Iakoubinski à Victor Chklovski. Les thèses de Iakoubinski sur l’existence de lois phonétiques spécifiques régissant le domaine poétique constituaient un apport décisif aux travaux des formalistes. Ainsi que nous le verrons et comme en témoignent les dernières pages de P & L, Iakoubinski occupe aussi une place importante dans la pensée de Vygotski.

5 Ainsi que nous l’avons déjà noté, cette opposition « naturel/artificiel » fait aussi problème dans l’œuvre de Vygotski. Cette difficulté sera peut-être levée par un dialogue avec les traducteurs. La difficulté est d’autant plus grande à nos yeux que dans « La Signification Historique de la Crise en Psychologie », Vygotski consacre une page entière pour expliquer qu’il prend « naturel » dans le sens de « réel ».

6 Romashko nous apporte une indication précieuse pour la bonne compréhension des rapports entre Potebnja et les formalistes : le désaccord entre les formalistes et Potebnja concernait le rôle de l’image dans la poésie. Par contre la conception de la poésie envisagée comme « un état particulier de la langue » était commune à Potebnja et aux formalistes (Romashko art. cit.).

7 Cette thèse sera au centre de la série de conférences que fera Vygotski à Saint-Petersbourg en 1932 (Collected Works vol. 1, 1987).

8 Il existe aujourd’hui, on le sait, une quantité innombrable de travaux en psychologie cognitive portant sur la compréhension et la production de textes. De la lecture de ces travaux il ressort avec évidence qu’une langue est réduite à un ensemble de « marques de surface » que le sujet cognitif (lecteur ou producteur) manipule en quelque sorte « de l’extérieur ». Les unités linguistiques constituent un certain type « d’informations » (dont il faut certes étudier la spécificité) que le sujet cognitif a pour tâche de « traiter ». Il est inutile d’insister sur le caractère intemporel, a-génétique, « tombé du ciel » de ce sujet cognitif. Indiquons simplement qu’il s’agit là d’un désaccord de fond entre la psychologie cognitive contemporaine et la psychologie historico-culturelle. En des termes quasi-prophétiques, Vygotski parlait en 1934 « de l’erreur méthodologique fondamentale de l’immense majorité des recherches sur la pensée et le langage » (1934/1985, p. 320).

9 C’est bien du développement des significations verbales dont s’occupe Vygotski tout au cours de P & L : depuis la pensée syncrétique jusqu’à la pensée scientifique.

10 Vygotski ouvre une orientation de recherche particulièrement féconde : avec les concepts qu’il a forgés, il serait, par exemple, intéressant d’étudier des activités comme la traduction ou la reformulation. Dans un ouvrage d’une grande densité « le poème de la pensée », Henri Meschonnic pose le problème de la traduction de L’Éthique de Spinoza. Il fait remarquer que la plupart des « spécialistes » de la pensée de Spinoza ont ignoré la question du langage de Spinoza. Ils font comme s’ils lisaient l’Éthique de « pensée à pensée ». Le latin de Spinoza ne serait qu’un « medium » (appris sur le tard) qu’il s’agirait de traverser pour accéder à sa pensée. Quelques uns ont travaillé au niveau du lexique, ignorant en cela le texte comme discours. L’auteur montre de façon convaincante que ce n’est qu’en ressaisissant le mouvement de la pensée de Spinoza dans son travail dans le langage que l’on a quelque chance d’en pénétrer les « significations » (Meschonnic 2002).

11 C’est-à-dire l’union de formes langagières et d’un ensemble d’opérations de pensée.

12 Le concept de différenciation est central dans la théorie « organismique » du développement de Hans Werner, psychologue allemand qui devait émigrer aux États-Unis. Bien que ne souscrivant pas à la conception fondamentalement biologique du développement de H. Werner, Vygotski rend hommage dans différents passages de P &. L. à la finesse de ses analyses. L’une des dernières conférences que Vygotski prononça à l’Institut Pédagogique Herzen de Leningrad était consacrée aux travaux de H. Werner. Parmi les différents griefs que les gardiens de l’orthodoxie « marxiste » devaient adresser à Vygotski, figure l’intérêt de ce dernier pour la théorie du développement de H. Werner (Van der Veer et Valsiner : 1991 p. 380).

13 Les aspects phonétiques externes disparaissent, mais le matériau sémiotique subsiste. C’est ce que probablement Ossip Mandelstam signifiait lorsqu’il disait que le mot est devenu « musique ».

14 Romancier russe (1843-1902).

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search