Version classiqueVersion mobile

Vygotski

 | 
Michel Brossard

Introduction

Texte intégral

  • 1 Nous tenons avant toutes choses à rendre hommage à Agnès, notre belle fille, pour la patience avec (...)

1Le but de ce petit ouvrage1 n’est pas de fournir au lecteur pressé un « digest » de la pensée de Vygotski. Un tel projet serait immanquablement voué à l’échec tant est riche l’œuvre à laquelle nous avons affaire. Et tant elle demeure aujourd’hui ouverte. Notre but n’est pas de permettre au lecteur pressé d’éviter de lire Vygotski, mais au contraire de l’inciter à le faire. Ceci en lui fournissant quelques clés : historiques, bibliographiques, et si possible théoriques.

  • 2 Les premières traductions et publications françaises datent de 1985 : Françoise Sève traduit « Pens (...)

2Pour cela nous avons retenu quelques thèmes : le développement humain conçu comme un processus de transformation, quelques exemples des « figures » que revêtent les rapports dialectiques de la pensée et du langage, les rapports entre le développement et les apprentissages tels que Vygotski les a pensés, thèses qui soulignent l’importance des apprentissages scolaires dans le développement psychologique. Mais il en existe bien d’autres. En particulier nous regrettons de n’avoir eu ni le temps ni la place d’aborder la question des handicaps, problème central dans l’œuvre de Vygotski. Enfin compte-tenu de l’accélération de « l’actualité vygotskienne » dans notre pays ces dernières années – plusieurs textes fondamentaux de Vygotski sont aujourd’hui traduits en français ou en cours de traduction2, nombre élevé d’articles, d’ouvrages spécialisés et de recherches mettant à l’épreuve des hypothèses inspirées par ses travaux – nous nous sommes efforcés, chaque fois que cela nous était possible, de donner au lecteur quelques indications sur les prolongements actuels de ce que l’on a coutume maintenant d’appeler la théorie historico-culturelle.

3Les quelques analyses que nous présentons ici ont donc deux objectifs : d’une part inviter le lecteur débutant à entreprendre la lecture de ces textes fondamentaux et d’autre part réfléchir sur quelques perspectives de recherches ouvertes aujourd’hui par la théorie historico-culturelle dans le domaine de l’éducation.

Quelques indications biographiques

  • 3 W.V. Humboldt (1767-1835) frère de A.V. Humboldt et ami de Goethe. Le langage est conçu par lui com (...)

4Lev Semionovitch Vygotski naquit à Orcha le 5 novembre 1896. Issu d’une famille de confession juive, il fit de solides études à Gomel où sa famille avait emménagé, puis à l’université de Moscou. Il entreprit des études de médecine mais bien vite il s’orienta vers le droit, s’intéressant à de nombreux domaines tels que la philosophie, la littérature, la critique littéraire. Il suivit en particulier des cours sur les travaux du linguiste W.V. Humboldt3.

  • 4 A. Bely (1880-1934) et V. Ivanov (1866-1949) furent l’un et l’autre poètes et théoriciens du symbol (...)

5Il n’est pas excessif de dire que du lycée à l’université, Vygotski est d’une curiosité insatiable. Dés le lycée, il lit les philosophes en particulier Spinoza, Hegel, Marx. Étudiant, il s’intéresse à la linguistique, aux problèmes de critique littéraire, à la psychologie. De 1915 à 1917 (il a alors entre 19 et 21 ans) il publie une dizaine d’articles dans des revues de critique littéraire (Novyj put’, Letopis) sur différents écrivains entre autres sur Bely et Ivanov4.

6La critique littéraire, le théâtre, la poésie sont au centre de ses préoccupations. Au cours de l’été 1915 à Gomel, puis l’hiver 1916 à Moscou, il rédige deux versions successives de son mémoire de fin d’étude sur la « tragédie de Hamlet ».

7En 1917, c’est-à-dire en pleine période révolutionnaire, il regagne Gomel. Partageant pleinement l’idéal révolutionnaire de construction d’une société socialiste, il exerce de nombreuses responsabilités culturelles et pédagogiques. En 1919 il contracte la tuberculose et doit aller se faire soigner dans un sanatorium.

  • 5 Bien qu’il ait fréquenté ces différents cercles, il faut réserver une place à part à Ossip Mandelst (...)
  • 6 L’expression est de N. Berdiaeff (Fedorovski 2003).

8Ainsi qu’on le sait, la Russie du début du vingtième siècle a connu une période d’intense création dans presque tous les domaines : artistique, philosophique, scientifique. À Saint-Petersbourg et à Moscou des linguistes et des écrivains inaugurèrent ce mouvement de recherches auquel on allait donner le nom de « formalisme russe ». L’œuvre littéraire dans sa spécificité était au centre d’une reflexion théorique et de pratiques littéraires profondément novatrices (Eichenbaum, Tynianov, Chklovski, Jakobson… pour ne citer qu’eux). En relation étroite avec ces cercles, les poètes comme Maiakovski et Khlebnikov conduisirent leurs recherches et accomplirent leurs œuvres poétiques révolutionnaires5. Vygotski est non seulement immergé dans ce bouillonnement intellectuel mais de plus il y participe. Dés 1916 il publie plusieurs articles dans des revues littéraires (Veresov 1999). Par son immense culture, par les domaines auxquels il s’intéresse, par les questions qu’il se pose – dans « Psychologie de l’art » en particulier – Vygotski appartient pleinement à cet « Âge d’argent »6 de la culture russe.

9À Gomel, en plus de ses activités d’enseignant, et de sa participation à différentes activités culturelles, il crée à l’Institut Pédagogique un laboratoire de Psychologie pour étudier les tout-petits du jardin d’enfant ; c’est là qu’il recueille les matériaux pour son livre « Psychologie Pédagogique » qui devait paraître en 1926. Ainsi que plusieurs auteurs l’ont fait remarquer (Veresov, ouv. cit., Bronckart 1999) et contrairement à une légende, Vygotski n’était pas tout à fait un nouveau venu lorsqu’il intervint au fameux congrès panrusse de Psycho-neurologie qui se tint à Leningrad en 1924.

10Son intervention porta sur les « méthodes d’investigation réflexologique et psychologique ». Dans cette intervention il s’efforçait de combiner la réflexologie en tant que méthode objective avec la psychologie. La conscience étant conçue comme un ensemble de « réflexes inhibés », Vygotski se demandait si l’on pouvait exclure du monde objectif les réflexes inhibés. C’est à la suite de cette intervention qu’il fut invité par Kornilov à venir travailler à l’Institut de Psychologie de Moscou. C’est là qu’il fera la connaissance d’A.R. Luria et d’A.N. Leontiev qui étaient alors de tout jeunes psychologues.

11La psychologie était alors traversée par une crise qui atteignait ses fondements mêmes. Deux conceptions s’affrontaient : une psychologie « objective » d’inspiration réflexologique, qui cherchait certes à expliquer la genèse du psychisme mais qui, sur la base du simple réflexe, ne pouvait rendre compte des fonctions psychiques supérieures ; et une psychologie d’inspiration idéaliste qui prenait bien en compte la conscience et la pensée, mais qui recourant à l’introspection ne pouvait dépasser une approche simplement descriptive. De ce fait elle s’interdisait toute explication quant à la formation du psychisme. Le travail principal que s’assignera Vygotski consistera à tenter de dialectiser les deux pôles de cette contradiction majeure : par exemple tenter une approche scientifique des émotions c’est-à-dire en identifier les déterminismes mais en même temps saisir les émotions humaines comme conduites supérieures porteuses de significations.

12Dans sa tentative d’instaurer une psychologie qui aurait le statut de science – c’est-à-dire qui serait matérialiste et explicative – Vygotski va explorer les ressources du modèle réflexologique. Ainsi que le démontre Nikolaï Veresov, le mouvement qui conduit Vygotski du modèle réflexologique à la théorie historico-culturelle nécessitera un travail critique de plusieurs années. Lorsqu’il écrit « La Signification Historique de la Crise en Psychologie » en 1926/27, Vygotski n’est pas encore en possession des concepts fondamentaux de la théorie historico-culturelle : le concept d’outil psychologique ou le concept de signification par exemple. Veresov souligne très justement que, dans ce texte critique sur les fondements de la psychologie, Vygotski réfléchit tout autant sur sa propre démarche que sur celle des psychologues de son temps. Ce n’est que vers la fin des années 20 que l’on peut véritablement parler de l’éclosion, après une gestation de quelques années, de la théorie historico-culturelle. Les textes où les thèses fondamentales de la théorie sont exposées (« Ape, Primitive Man and Child », « La méthode instrumentale en psychologie », « Histoire du développement des fonctions psychiques supérieures » pour ne prendre que ces exemples) datent du tout début des années 30.

13Ce travail théorique intense, réalisé sur une période étonnamment courte, devait culminer dans son œuvre la plus achevée « Pensée et Langage ». On sait que Vygotski dicta le dernier chapitre sur son lit d’hôpital.

14C’est parce qu’il avait conscience de la profonde inadéquation entre ce qu’était la nature des œuvres et conduites humaines et les explications que tentait d’en donner la psychologie de son temps, parce qu’il avait conscience de la nécessité d’élaborer une psychologie permettant d’éclairer les questions urgentes de son temps, tant théoriques que pratiques (celles de la formation de l’humain par les œuvres artistiques, scientifiques, techniques…) que Vygotski entreprit la tâche de construire les cadres théoriques susceptibles de nous permettre de comprendre la formation du psychisme humain. En dépit de la brièveté de sa vie et au prix d’un labeur de tous les instants, il accomplit l’œuvre que l’on sait.

15Il mourût dans la nuit du 10 au 11 Juin 1934.

Quelques repères dans la vie et l’œuvre de L. S. Vygotski

1617 novembre 1896. Naissance à Orcha, prés de Gomel, en Biélorussie. La famille s’installe à Gomel l’année suivante.

171913. Fin des études secondaires à Gomel.

Période de jeunesse : Vygotski étudiant à Moscou

  • 7 L’Université Chaniavski était une institution parallèle où se retrouvaient les étudiants exclus de (...)

18Études en médecine puis en droit à l’université de Moscou. Il étudie parallèlement à l’Université Chaniavski7. Il écrit en 1915 un essai sur Hamlet qu’il avait l’intention de soutenir comme doctorat. Il en réécrit une deuxième version l’hiver 1916 à Moscou. C’est cette deuxième version qui figure dans l’édition anglaise de la Psychologie de l’Art.

19À l’Université Chaniavski, il suit entre autre l’enseignement de Blonski. Il assiste avec son cousin David à des conférences sur W.V. Humboldt. Il écrit différents articles de critique littéraire. L’un de ces articles est consacré à A. Bély, théoricien du symbolisme.

Période dite de Gomel : 1917-1924

20Dans le contexte de la Révolution d’Octobre, il participe à de nombreuses activités : politiques, pédagogiques, culturelles (théatre et littérature). Ses études terminées, il retourne à Gomel où il enseigne dans différents instituts. Il réalise des recherches pédagogiques sur la compréhension des récits par les enfants.

21Au cours de cette période, il contracte la tuberculose (1919).

22Il écrit Psychologie Pédagogique (qui ne sera publié qu’en 1926) et Psychologie de l’Art. Se sentant menacé par la maladie, il en confiera le manuscrit à son ami et critique littéraire Youli Aichenwald (lequel fut expulsé d’U.R.S.S. en 1922).

Périodes de recherches théoriques et expérimentales en Psychologie : 1924-1930

23En Janvier 1924, il fait une intervention remarquée au Congrès Pan – Russe de Psycho-neurologie : le titre de son intervention est : « Méthodes d’investigations réflexologiques et psychologiques ». Cette intervention ne sera publiée qu’en 1926. Il est recruté comme chercheur à l’Institut de Psychologie de Moscou où il fait la connaissance d’A.R. Luria et d’A.N. Leontiev.

24Il publie en 1925 un article important pour comprendre la genèse de son œuvre : « La conscience comme problème dans la psychologie du comportement ».

25Il rédige entre 1926/1927, « La signification historique de la crise en Psychologie », ouvrage qui ne sera pas publié de son vivant.

  • 8 J. Piaget et Vygotski se sont probablement croisés lors de ce congrès. Piaget avait entendu parler (...)

26En Septembre 1929, selon A. Rivière, il assiste au congrès international de Psychologie qui se tint à New-Haven8. À cette occasion il visite l’Angleterre, la France… (Rivière 1990).

Travaux théoriques et recherches effectués dans le cadre de la théorie historico-culturelle : 1930-1934

27Bien que l’on ne puisse marquer de franches ruptures dans le déroulement du travail théorique de Vygotski, c’est au cours des années 30 que Vygotski et ses collaborateurs formuleront ce que l’on appellera dés lors la Théorie Historico-Culturelle.

28Activité intense de recherches et de publications : articles et ouvrages de présentation de la Théorie Historico-Culturelle ; poursuite des travaux en défectologie, travaux sur les apprentissages scolaires, élaboration au cours de ces derniers travaux du concept de « zone proximale de développement ».

291930 : il écrit avec Luria « Ape, Primitive Man and Child ».

301930 : Histoire du Développement des Fonctions Psychiques Supérieures.

311931 : Théorie des Émotions.

321934 : Vygotski propose une synthèse de dix années de travail ininterrompu, qui sera son œuvre majeure : Pensée et Langage.

33En 1934, Vygotski est victime d’un nouvel accès de tuberculose. Il dicte sur son lit d’hôpital le dernier chapitre de Pensée et Langage. Il meurt dans la nuit du 10 au 11 juin 1934.

34Indication des textes (en anglais ou en français) de Vygotski sur lesquels nous avons pris appui :

Bibliographie

• The Psychology of Art (..../1971) introduction de A.N. Leontiev. Cambridge: M.I.T. Press.

• Mind in Society, the Development of Higher Psychological Process (.../1978) Choix de textes. Cole, M. et al. eds. Cambrige, Mass. : Harvard University Press

La conscience comme problème de la psychologie du comportement (1925/1994), Société Française, n° 50, pp. 35-49.

• La Signification Historique de la Crise en Psychologie (1927/1999) Paris, Lausanne : Delachaux-Niestlé.

Psychisme, conscience, inconscient (1930/1995), Société Française, n° 1, pp. 37-52.

• Ape, Primitive Man and Child, Essays in the History of Behavior (1930/1992) en collaboration avec Luria, traduction de Evelyn Rossiter. New-York: Harvester Wheatsheaf9.

• The History of the Development of Higher Mental Functions (1931/1997) The Collected Works of L.S. Vygotski, vol. 4, edited by R. W. Rieber. New-york : Plenum Press.

Le problème de l’enseignement et du développement mental à l’âge scolaire (1933/1985) in Vygotski aujourd’hui, B. Schneuwly et J.P. Bronckart eds., pp. 95-117.

• Théorie des émotions. Étude historico-psychologique (1933-1998) Paris : L’harmattan.

• Pensée et Langage (1935/1985), traduction Françoise Sève, Paris : ed. sociales. (3e ed. Paris : La Dispute 1997).

• Vygotski aujourd’hui (…/1985) Choix de textes, sous la direction de B. Schneuwly et J.P. Bronckart. Neuchâtel, Paris : Delachaux-Niestlé.

Apprentissage et Développement à l’âge préscolaire (1935/1995), Société Française, n° 2, pp. 35-45.

• Défectologie et déficience mentale (1994), traduction de K. Barisnikov et G. Petitpierre, Neuchâtel : Delachaux-Niestlé.

The Collected Works of L.S. Vygotski, vol. 1, Problems of general psychology (1987) edited by R.W. Rieber and A.A Carton. New-york: Plenum Press.

The Collected Works of L.S. Vygotski, vol. 2, The fundamentals of Defectology (1993) edited by R.W. Rieber and A.A. Carton. New-York: Plenum Press.

The Collected Works of L.S. Vygotski, vol. 3, Problems of the Theory and History of Psychology (1997) edited by R.W. Rieber and J. Wollock. New-york: Plenum Press.

The Collected Works of L.S. Vygotski, vol. 4, The History of the Development of Higher Mental Functions (1931/1997) edited by R. W. Rieber. New-york: Plenum Press.

The Collected Works of L.S. Vygotski, vol. 5, Child Psychology (1998) edited by R.W. Rieber. New-York: Plenum Press.

The Collected Works of L. S. Vygotski, vol. 6, Scientific Legacy (1999) edited by R.W. Rieber. New-York : Plenum Press.

Quelques ouvrages et textes concernant la biographie et l’œuvre de Vygotski :

Bronckart, J.P. (1985), Vygotski, une œuvre en devenir, in Vygotski aujourd’hui, Neuchâtel, Paris : Delachaux-Niestlè.

Bronckart, J.P., Fiedrich, J. (1999) Prologue et Présentation de La signification historique de la crise en psychologie : Neuchâtel, Paris : Delachaux-Niestlé.

Brossard, M., Fijalkow, J. (1998) Apprendre à l’école : perspectives piagétiennes et vygotskiennes (ouv. coll. sous la dir. de) Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux.

Clot, Yves (2002) Avec Vygotski, (ouv. coll. sous la dir. de). 2e ed. Paris : La Dispute.

Clot, Yves (2003) Vygotski, la conscience comme liaison, texte introductif à Conscience Inconscient Émotions, Paris : La Dispute.

Kozulin, A. (1990) Vygotski’s psychology, a biography of ideas. New-york, London : Harvester Wheatsheaf.

Moro, C., Schneuwly, B., Brossard, M., (1997) Outils et signes : perspectives actuelles de la théorie de Vygotski (Ouv. coll. sous la dir. de). Berne : Peter Lang.

Numéro spécial de la revue Enfance, 1-2/1989.

Rivière, A. (1990), La psychologie de Vygotski. Liège : Pierre Mardaga.

Rochex, J.Y. (1995) L’œuvre de Vygotski : fondements pour une psychologie historico-culturelle. Revue Française de Pédagogie. N° 120. Juillet-Août-Septembre, pp. 105-147.

Schneuwly, B., Bronckart, J.P. (1985) (sous la direction de) Vygotski aujourd’hui, Neuchâtel : Delachaux-Niestlé.

Schneuwly, B., Brossard, M. (1994) (sous la direction de) Learning and Development: contributions from Vygotski, European Journal of Psychology of Education, Special Issue, vol. 9, n° 4.

Sève, L. (1997) Présentation de Pensée et Langage, 2e ed. Paris: La Dispute.

Van der Veer, R., Valsiner J. (1991) Understanding Vygotski. A quest for syntheses, Oxford: Blackwell.

Veresov, N., (1999), Undiscovered Vygotski. Frankfort: Peter Lang.

Wertsch, J., (1985), Vygotski and the Social Formation of Mind. Cambridge Mass. : Harvard University Press.

Notes

1 Nous tenons avant toutes choses à rendre hommage à Agnès, notre belle fille, pour la patience avec laquelle elle nous a appris à domestiquer cet animal rétif qu’est un ordinateur.

2 Les premières traductions et publications françaises datent de 1985 : Françoise Sève traduit « Pensée et Langage » ; dans « Vygotski aujourd’hui » Bernard Schneuwly et Jean-Paul Bronckart proposent un choix de textes. En 1997 « Pensée et Langage » est ré-édité à La Dispute. En 1998, est parue la traduction de « la Théorie des Émotions ». En 1999, J.P. Bronckart et J. Friedrich éditent et préfacent une traduction de « La Signification Historique de la Crise en Psychologie ». Au moment où nous achevons cet ouvrage vient de paraître Conscience inconscience émotions, trois textes de Vygotski précédés d’un important chapitre introductif de Yves Clot (Vygotski…/2003). Plusieurs textes de Vygotski furent traduits par Françoise Séve et publiés dans la revue Société Française etc. Le lecteur pourra se référer ici même aux indications bibliographiques.

3 W.V. Humboldt (1767-1835) frère de A.V. Humboldt et ami de Goethe. Le langage est conçu par lui comme production et non comme produit – comme « energeia » et non comme « ergon » –. Il parle du travail « indéfiniment renouvelé qu’accomplit l’esprit afin de ployer le son articulé ». Vygotski manifestera toujours son intérêt pour cette approche « constructive », psychologique et interne du langage.

4 A. Bely (1880-1934) et V. Ivanov (1866-1949) furent l’un et l’autre poètes et théoriciens du symbolisme.

5 Bien qu’il ait fréquenté ces différents cercles, il faut réserver une place à part à Ossip Mandelstam, ami de Vygotski.

6 L’expression est de N. Berdiaeff (Fedorovski 2003).

7 L’Université Chaniavski était une institution parallèle où se retrouvaient les étudiants exclus de l’université pour activité anti-tsariste.

8 J. Piaget et Vygotski se sont probablement croisés lors de ce congrès. Piaget avait entendu parler de Vygotski, en particulier par A.R. Luria (Parrot 1996) ; mais il n’avait pu ni le rencontrer ni le lire. Le premier texte qu’il lut de Vygotski fut donc l’édition de Thought and Language publié au M.I.T. en 1962.

9 Nous reprenons ici le titre sous lequel cet ouvrage est paru en Angleterre traduit par Evelyn Rossiter. Les péripéties de ce texte nous sont racontées par René Van der Veer et Jan Valsiner dans leur ouvrage Understanding Vygotski (1991, pp. 187-188). Ceux-ci répertorient ce texte sous un titre quelque peu différent : Studies of the history of behavior. Ape. Primitive. Child. Nous avons conservé le titre sous lequel l’ouvrage peut être consulté. Signalons enfin que pour de multiples raisons (certaines demeurant bien obscures) ce texte ne figure ni dans l’édition des Œuvres parues en russie entre 1982 et 1984 ni dans leur traduction en langue anglaise.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search