Version classiqueVersion mobile

Le système indien des castes

 | 
Robert Deliège

Conclusions

Texte intégral

1Sacrifiant à une mode récente selon laquelle les sciences sociales ne sont porteuses que d’espèces de chimères, certains commentateurs affirment que l’importance donnée à la caste par les ethnologues contemporains relève davantage de l’imagination fertile de ces derniers que d’une observation attentive de la réalité indienne. Ce sentiment se voit d’ailleurs confirmé par les membres des classes occidentalisées que les voyageurs se rendant en Inde sont susceptibles de rencontrer et qui, parfois, n’hésitent pas à déclarer que la caste n’est plus une institution fondamentale de l’Inde contemporaine voire même qu’elle a déjà disparu.

  • 1 M. Holmström, Industry and Inequality: the Social Anthropology of Indian Labour, Cambridge, Cambri (...)

2La préoccupation à l’égard de la pureté rituelle, il est vrai, semble s’être sérieusement atténuée aujourd’hui, particulièrement en milieu urbain où il n’est d’ailleurs pas possible de reconnaître la caste d’une personne. Les gens prennent ainsi l’autobus, fréquentent le cinéma, vont au bureau de poste ou en tout autre lieu public sans se préoccuper de la caste de leurs voisins et interlocuteurs. Mais croire que ces changements, pour significatifs qu’ils soient, témoignent de la mort de la caste est par trop naïf. Il faut d’abord bien distinguer la vie publique de la vie privée. L’endogamie de la caste n’a d’ailleurs encore jamais été mise en péril et nous pensons avoir montré que la caste demeure une institution fondamentale de la vie sociale indienne et qu’elle a même envahi la vie moderne : même les entrepreneurs industriels ont souvent construit leur carrière sur la base de leurs liens de castes1.

3Certes il ne s’ensuit pas que les Indiens ne pensent qu’à la caste et n’agissent qu’en fonction de celle-ci. Dans la vie quotidienne, l’amitié entre personnes de castes différentes est chose fréquente. De même, l’importance des grèves au Kérala ou du communalisme dans le nord de l’Inde montre que la classe et la religion constituent deux autres groupes auxquels se réfèrent les Indiens. Il en existe d’autres comme la différence Nord-Sud, le sentiment régional et linguistique, etc. Mais l’importance de ces groupes ne s’est pas faite sur les cendres de la caste qui a conservé toute sa vigueur. Le système de « réservations », nous l’avons vu, tend encore à renforcer cette prégnance de la caste bien qu’il en soit lui-même la conséquence.

  • 2 B. Kuppuswami, Social Change in India, Delhi, Vikas, 1972, p. 182.

4On ne sera pas étonné de lire sous la plume de certains éminents spécialistes que la caste s’est au contraire renforcée au cours des dernières décennies. Une comparaison entre une enquête de 1949 et une autre de 1968 tend à confirmer cette interprétation2. Une chose reste en tout cas certaine : la caste n’a pas disparu et elle n’est pas prête à disparaître.

Notes

1 M. Holmström, Industry and Inequality: the Social Anthropology of Indian Labour, Cambridge, Cambridge University Press, 1984, p. 85-87.

2 B. Kuppuswami, Social Change in India, Delhi, Vikas, 1972, p. 182.

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search