Version classiqueVersion mobile

Impostures et pseudo-science

 | 
Daniel Dubuisson

Deuxième partie (Addenda 2005)

(IV) Mircea Eliade ou l’oubli de la shoah

Texte intégral

  • 114 Mircea Eliade à Gershom Scholem, 25 juin 1972 Je suis désolé de voir que l’estime et l’amitié que v (...)
  • 115 Briefe III 1971-1982, München, C. H. Beck, 1999 (lettre n° 27). Eliade dut réécrire à Scholem le 10 (...)
  • 116 N° 1, janvier-mars 1972. Voir Volovici, op. cit., p. 142 n. 134.
  • 117 Journal, op. cit., p. 110-112 (février 1937), 128 (décembre 1937), 146 (avril 1938), 276 (janvier 1 (...)
  • 118 Ibid. p. 88 (septembre 1936), 117 (mars 1937) et 207-208 (septembre 1939).

1Dans son numéro 5 (automne 1999), le Bulletin du Centre de recherche français de Jérusalem a publié, extraite des archives du Fonds français de la bibliothèque nationale et universitaire juive de Jérusalem, une lettre adressée par Eliade à Gershom Scholem et datée du 25 juin 1972. Cette longue lettre114, anxieuse mais aussi adroitement argumentée, répondait à un courrier de Scholem115. Dans celui-ci, le spécialiste de la kabbale déclarait avoir appris que son éminent collègue en Histoire des religions et son voisin aux rencontres d’Ascona dissimulerait un passé que lui, intellectuel juif, ne pouvait que considérer avec indignation. L’occasion de cette découverte ou de cette confirmation fut fournie par la lecture de la revue israélienne Toladot116 qui venait de publier des extraits du Journal (1935-1944) de Mihail Sebastian dans lequel celui-ci évoquait la « conversion » d’Eliade aux thèses de la Garde de Fer117, et rapportait certains de ses propos antisémites118. Or Sebastian, auteur dramatique roumain d’origine juive, avait été un très proche ami d’Eliade dans les années qui avaient précédé le second conflit mondial.

2De cette lettre, je voudrais, afin de les commenter, retenir quelques passages significatifs, car ils concernent les faits les plus avérés, qui sont aussi par conséquent les plus révélateurs et les plus embarrassants. Ils démontrent surtout qu’Eliade n’hésita jamais à mentir afin de dissimuler ses opinions et ses engagements passés, lesquels deviennent plus accablants encore lorsque l’on comprend qu’ils ont influencé le contenu même de l’œuvre rédigée après la guerre.

3(a) « En réalité, j’ai été nommé en avril 1940 attaché culturel à Londres, par un des derniers gouvernements du roi Carol, adversaire de la Garde de Fer, puis transféré à Lisbonne en février 1941, sous le gouvernement du général Antonescu qui avait liquidé les légionnaires ».

4Ce passage est l’un des plus retors ou des plus adroits, car Eliade semble vouloir dire qu’il se trouvait du côté des adversaires de la Garde de Fer. Mais ce qu’il omet pudiquement de dire mérite d’être détaillé.

    • 119 « Fascism and Religion in Romania », art. cité, p. 460 et n. 14. Voir également Rennie, op. cit., p (...)
    • 120 Op. cit., p. 432 (27 mai 1942).

    Selon Berger119, Eliade ne fut pas « attaché culturel » à Lisbonne, mais « Press and Propaganda Attaché » au service du régime dictatorial, brutalement antisémite et pro-nazi d’Antonescu. Sebastian, de son côté, note dans son Journal : « À Lisbonne, son orientation politique (plus légionnaire que jamais) ne rend pas service »120.

    • 121 Sur l’antisémitisme radical de ce dernier, voir Volovici, op. cit. ; Chiva, art. cité, p. 97-98, et (...)
    • 122 Iancu, op. cit., p. 40. C’est peut-être à ce rapprochement qu’Eliade dut sa réhabilitation et sa no (...)
    • 123 Il n’a donc pas « liquidé » le mouvement légionnaire, lequel trouvera refuge en Autriche et en Alle (...)
    • 124 C’est à cette occasion, 21-23 janvier, que fut commis l’ignoble pogrom de Bucarest au cours duquel (...)
    • 125 Pour le détail de la législation antisémite roumaine de 1934 à 1941, voir Iancu, op. cit., p. 18-21 (...)
    • 126 Voir Radu Ioanid, « Le conducàtor et les Juifs », Les temps modernes, 606, nov. -déc. 1999, p. 153- (...)

    Après avoir tenté, en 1938, de briser le mouvement fondé et dirigé par Codreanu121, le roi Carol II « se vit forcé, au printemps 40, d’entamer des pourparlers en vue d’une collaboration avec les légionnaires »122. De même, avant de réprimer leur tentative de prise du pouvoir, Antonescu123, après avoir contraint le roi à l’exil (5 septembre 40), avait formé avec eux un État national légionnaire (septembre 1940-janvier 41124). En d’autres termes, le roi Carol, Antonescu et les légionnaires n’étaient pas tant des adversaires politiques du type droite/gauche ou progressistes/conservateurs, que des rivaux dans la conquête ou la conservation d’un pouvoir qui prendrait de toute manière une forme dictatoriale. En outre, en dépit des rivalités qui les opposèrent, Carol II, la Garde de Fer et Antonescu furent tous, comme la plupart des dirigeants politiques roumains de l’époque, favorables à une législation et à des mesures antisémites125. Celles-ci culminèrent, en particulier dans les provinces de Bessarabie, de Bucovine et de Transnistrie, sous le régime d’Antonescu126 (et plus spécialement de fin janvier 1941 à octobre 1942), par le meurtre et l’extermination, dans des conditions d’une brutalité et d’une cruauté inouïes, d’environ la moitié de la population juive roumaine, soit près de 270 000 êtres humains.

    • 127 Op. cit., p. 102: « Both Eliade’s religious vision and the political vision that influenced him sha (...)

    Eliade servit donc librement et sans broncher, sans exprimer non plus la moindre réserve, un gouvernement, allié et acquis aux nazis, qui mena une politique délibérée et féroce d’extermination des Juifs ; alors qu’il lui eût été très facile (il se trouvait à Lisbonne, en pays neutre) de fuir ou de donner, fût-ce discrètement et sans héroïsme particulier, sa démission. Il est vrai qu’à l’époque, le vœu secret d’Eliade était de se « concentrer sur la vie et l’œuvre de Camoens » (Mem II, p. 69), le grand poète portugais du XVIe siècle, auteur des Lusiades, tout en rédigeant une apologie du régime « totalitaire et chrétien » de Salazar (1942). Ce livre peut être considéré comme la dernière publication ouvertement « politique » d’Eliade qui, depuis son arrestation en 1938, n’avait plus guère répété dans la presse roumaine ses anciennes convictions exaltées. Mais, comme je l’ai montré précédemment, Eliade reprendra ses thèmes politiques et idéologiques favoris des années trente (antisémitisme, élitisme, initiation sélective, indifférence morale, ésotérisme, exaltation des forces irrationnelles et vitales, refus de l’histoire, définition ultra-autoritaire du pouvoir, misogynie, naturalisme et ruralisme mystiques, corporatisme) sous une manière transfigurée dans son œuvre d’historien des religions. Cette « transposition », remarquée d’abord par I. Strenski127, fut facilitée par le fait que les thèmes politiques d’avant-guerre se présentaient déjà sous une forme mystique et exaltée. D’un strict point de vue rhétorique, ils se caractérisaient par le même lyrisme.

5(b) « Ce dernier [ouvrage : Os Romenos, latinos do Oriente], comme d’ailleurs le livre sur Salazar, avait comme objectif le rapprochement des deux pays latins les plus éloignés l’un de l’autre, la Roumanie et le Portugal. Ceci faisait partie de la politique “pan-latine” de ces années-là ».

  • 128 Voir Volovici, op. cit., p. 85 et 131.

6L’autre objectif, le seul valable en vérité étant de célébrer la dictature chrétienne salazariste, plus proche, il est vrai, de son idéal politique personnel que le régime nazi128.

7(c) « Je ne me rappelle [pas] avoir écrit une seule page de doctrine ou de propagande légionnaires. Mais Sebastian cite (p. 24, col. 1) quelques lignes d’un texte paru dans le quotidien de la Garde de Fer, Buna vestire (13 décembre 1937) et intitulé : “Pourquoi je crois dans la victoire du mouvement légionnaire”. Je n’ai jamais collaboré à ce journal ».

  • 129 Daté en fait du 17 décembre 1937. Volovici, ibid., p. 84-85 et 126127, remarque justement (p. 127 n (...)
  • 130 N° 18, 1933 ; voir Volovici, op. cit., p. 73-74 et 88.
  • 131 Volovici, ibid., p. 73-74.
  • 132 Volovici, ibid., p. 111 et 181.
  • 133 Douglas Allen et Dennis Doeing, Mircea Eliade, An Annotated Bibliography, Garland Publishing, New Y (...)
  • 134 Rappelons à ce propos qu’il y eut à cette époque différentes formes rivales d’antisémitisme (Volovi (...)

8Faux ! Mensonge odieux et grossier. Eliade rédigea cet article129 et d’ailleurs son ralliement à la cause légionnaire du « romanianisme » avait été salué par le journal gardiste Axa130 dès 1933. En outre, Eliade publia de nombreux articles dans les journaux antisémites favorables à la Garde de Fer, tels Cuvântul131, le journal de N. Ionescu, l’idéologue du mouvement légionnaire et le maître d’Eliade, et Vremea132. À propos de celui-ci, il est possible d’affirmer aujourd’hui, par recoupements et grâce aux travaux bibliographiques accomplis depuis quelques années133, qu’Eliade y écrivit des articles « culturels » dans les numéros 523, 532 et 566 qui contenaient eux-mêmes de violents réquisitoires antisémites134 rédigés par C. Noica, H. Stamatu et B. Theodorescu. Il paraît difficile d’imaginer qu’Eliade n’ait pas lu les journaux dans lesquels il écrivait, or on ne trouve nulle part dans son œuvre ultérieure quelque trace de regret ou d’indignation. C’est encore dans Vremea que furent publiés :

    • 135 Antisémite, partisan du numerus nullus et d’une « purification totale », il avait traduit, en 1923,(...)
    • 136 N° 472, 24 janvier 1937.

    son éloge posthume des chefs légionnaires Ion Mota135 et Vasile Marin, tués en Espagne auprès des franquistes136,

    • 137 Appréciation plus mesurée, mais tout aussi favorable chez Guénon, Comptes rendus, op. cit., p. 13-1 (...)

    sa recension enthousiaste de Rivolta contro il mondo moderno137 de l’ésotériste fasciste Julius Evola, ouvrage qui se situait, selon Eliade, « dans la ligne de Gobineau, Chamberlain, Spengler, Rosenberg », et

    • 138 N° 522, 23 janvier 1938 ; voir Volovici, op. cit., p. 91-92 et 134.

    sa désormais trop célèbre apologie de la « Nouvelle aristocratie légionnaire »138.

9(d) « … parmi les amis communs que nous avions, Sebastian et moi ».

  • 139 En particulier p. 97, 139, 174, 246, 274, 432 (« Tandis qu’il mène une existence de magnat, dans de (...)
  • 140 Sebastian, op. cit., p. 110 (25 février 1937).
  • 141 Sebastian, ibid., p. 88, 117, 207-208.

10Comme dans le passage suivant, il est choquant de voir Eliade se réclamer, en 1972, de l’amitié de Sebastian (mort accidentellement en 1945), alors que nous savons par le Journal139 de ce dernier que la « conversion gardiste »140 d’Eliade, ses sentiments de plus en plus violemment antisémites141 et son heureux destin de « planqué » pendant la guerre, avaient depuis longtemps mis un terme à l’admiration qu’il lui avait longtemps portée.

11(e) « … enfin, et surtout, nous étions, Sebastian et moi, les élèves et les fidèles admirateurs du professeur Nae Ionescu ». À propos de ce dernier, Eliade écrivit dans ses mémoires :

J’étais sûr d’une chose : depuis mon entrée à l’université et à la rédaction de Cuvântul, Nae Ionescu avait été plus que mon professeur favori ; je le considérai comme mon maître, comme le « guide » qui m’était donné pour me permettre d’accomplir mon destin, c’est-à-dire, avant toute chose, la création dans l’ordre de la culture, la seule que, selon moi, nous autorisait « l’Histoire » [...] Directement ou indirectement, nous tous, ses disciples et ses collaborateurs, nous étions solidaires des conceptions et des options politiques du Professeur. La mort de Nae Ionescu [15 mars 1940] m’avait profondément affecté : je perdais mon Maître, mon guide ; je me retrouvais orphelin sur le plan de l’esprit (Mem II, p. 17-18).

  • 142 Voir Volovici, op. cit. ; Laignel-Lavastine, op. cit. ; Hitchins, art. cité, p. 146 et 168-171 ; Be (...)

12Aveu sincère pour une fois, malheureusement aucune des « conceptions et des options politiques » du professeur142 ne laisse pourtant la moindre place à une appréciation positive ou élogieuse : fasciste, antisémite, germanophile, ultra-nationaliste, défenseur d’un mysticisme du sang et du sol, idéologue de la Garde de Fer entre 1933 et 1940, spenglerien, théologien sectaire, partisan d’un état totalitaire, intégriste (orthodoxe) et rural, jamais la pensée de Ionescu, au cours de ces années noires pendant lesquelles il exerça une influence décisive et profonde sur la « jeune génération » des Eliade et Cioran, ne quitta les rivages violents du fanatisme politique et de l’obscurantisme religieux.

13(f) « J’ai été parmi les rares auteurs qui, en deux longs articles publiés dans la revue Vremea, non seulement ont pris la défense de Sebastian, mais j’ai critiqué cette préface, en montrant que les arguments de N. I. ne pouvaient se justifier théologiquement, comme il le pensait. À mon tour, j’ai été sauvagement attaqué par la presse de droite ».

  • 143 On lira également la Postface d’Alain Paruit à Sebastian, Depuis deux mille ans, Paris, Stock, 1998 (...)
  • 144 Volovici, op. cit. p. 144 et 145, écrit à propos de cette stratégie eliadienne: « This image, clean (...)
  • 145 Voir Ricketts, op. cit., vol. 2, p. 737-741, et Volovici, op. cit., p. 101-105.

14La vérité143, une fois de plus, est moins brillante. Suivant un procédé utilisé fréquemment par lui, Eliade s’est sorti de ce mauvais pas en déplaçant la discussion sur un « plan » théologique144 (le salut des Juifs est-il possible ?) et en donnant à ses arguments un tour particulièrement confus et ambigu145. Quant aux « attaques sauvages », elles semblent s’être résumées pour lui à une controverse vive, mais exclusivement théologique, avec G. Racoveanu, autre disciple de Ionescu.

15(g) « Je me situais dans la tradition représentée par Eminescu et Iorga ».

  • 146 Volovici, ibid., p. 10-13 et 90.
  • 147 Volovici, ibid., p. 18, 30-35, 126, 145 et 151-154.
  • 148 Dans Vremea, n° 444, 15 juillet 1936 (Volovici, ibid., p. 90), Eliade évoque avec ferveur le nation (...)

16L’allusion est là encore très habile, car là encore elle néglige de rappeler l’essentiel, à savoir que ces deux auteurs considérables (M. Eminescu146 : 1850-1889 ; N. Iorga147 : 1870-1940) furent de fervents adeptes d’un nationalisme ethnique, rural et réactionnaire, hostile aux Lumières et à la démocratie. À ce titre ils furent aussi les pères spirituels de la xénophobie et, en particulier, de l’antisémitisme roumain dont se réclamèrent tous les partis de droite et d’extrême-droite dans les années trente148. Mais il est vrai aussi que Iorga, leur contemporain, passa au cours de sa longue existence par toutes les variantes de l’antisémitisme, des plus virulentes aux moins brutales, et, surtout, qu’il resta un adversaire résolu du nazisme et de la Garde de Fer, laquelle fut à l’origine de son assassinat, fin novembre 1940. Il semble évident par conséquent que par cette phrase Eliade tente (en 1972) de prendre ses distances et même de nier ses engagements les plus extrêmes des années 1936-1938, auprès de Codreanu et des légionnaires.

17(h) « J’avais demandé une audience au chef du parti national-paysan, Julius Maniu (alors dans l’opposition) mais, en me dirigeant vers sa maison, j’ai remarqué que j’étais suivi par un agent, et j’ai dû faire plusieurs détours ».

  • 149 Sebastian, Journal, op. cit., p. 441 (8 août 1942).

18Eliade lui-même, dans ses Mémoires (Mem II, p. 82-83), donne une version différente et certainement plus crédible de cet épisode, puisque le représentant de l’opposition auquel il rend visite devient le ministre de la Propagande (Alexandru Marcu), visite qui suivait celle qu’il avait rendue, sur convocation, à Mihai Antonescu, frère cadet du Maréchal, vice-président du Conseil et ministre des Affaires étrangères. Imagine-t-on d’ailleurs Eliade à Bucarest, en août 1942, en pleine dictature, au milieu des menaces de massacres et de déportations149, se compromettre en fréquentant l’opposition (ou un Juif tel Sebastian) au risque de perdre les avantages inestimables de sa douce villégiature lusitanienne ? D’ailleurs lui-même finit par reconnaître : « Je poussai un soupir de soulagement lorsque mon train quitta la gare du Nord » (Mem II, p. 84).

19(i) « D’autant plus que je collaborais à de nombreuses publications de l’émigration roumaine, mais jamais à celles des légionnaires ».

  • 150 Wasserstrom, op. cit., p. 306-307 n. 12; et Ellwood, op. cit., p. 191 n. 11.
  • 151 Romanian Nationalism: The Legionary Movement, Chicago, Loyola University Press.
  • 152 N° 2, 1986, p. 193-228.
  • 153 Wasserstrom, ibid., p. 307.
  • 154 Eros, Magic, and the Murder of Professor Culianu, Evanstrom, Northwestern University Press, 1996, p (...)

20Eliade n’ayant jamais été très courageux, au point même de renier son propre passé, il est possible que sur ce point il dise la vérité. Pourquoi aurait-il compromis sa brillante situation d’universitaire américain et sa réputation internationale de savant en allant écrire dans d’obscures revues de l’émigration légionnaire ? Certes, mais nous savons néanmoins150 que le médecin personnel d’Eliade à Chicago pendant de nombreuses années fut Alexander Ronnett (alias Rachmistriuc), ancien gardiste installé aux USA après la guerre. Il publia une apologie de ce mouvement en 1974151 et copublia avec Faust Bradesco un article intitulé « The Legionary Movement in Romania » dans la revue négationniste The Journal for Historical Review152. Ce « flamboyantly unrepentant Legionary »153 déclara au journaliste Ted Anton que son patient « was once a prominent Guardist »154.

21Savant universellement reconnu et célébré au cours des années 60-80, chantre exalté d’une nouvelle aristocratie spirituelle, de possibles transmutations de l’être, d’un nouvel humanisme fondé sur la conviction que l’Histoire des religions telle qu’il la concevait permettrait la régénération de l’humanité, Eliade nous laisse pourtant, aujourd’hui qu’est mieux connu son passé roumain et que sont progressivement dévoilées les falsifications qu’il introduisit dans le récit de sa propre histoire, l’image d’un faussaire amoral et opportuniste, poursuivi par un passé qu’il n’osa jamais affronter et qu’il préféra inlassablement « camoufler ».

Notes

114 Mircea Eliade à Gershom Scholem, 25 juin 1972 Je suis désolé de voir que l’estime et l’amitié que vous m’avez montrées vous attirent aujourd’hui des désagréments et je tiens avant à vous exprimer mes regrets. La lecture des fragments du Journal de Mihail Sebastian m’a profondément peiné, car Sebastian était un de mes meilleurs amis, et le « froid » qui avait marqué les dernières années de notre amitié était la conséquence d’un pénible malentendu. Je suis en partie responsable de ce malentendu. C’est pourquoi la mort tragique de Sebastian, au printemps 1945, a constitué pour moi un choc presque traumatique, car la dernière possibilité d’éclaircir la mésentente avait disparu. Je suis trop fatigué (vous savez que j’ai eu une crise de péricardite) pour vous raconter en détail les circonstances qui ont progressivement sapé notre amitié, amitié dont on trouvera l’écho dans le Journal intégral de Sebastian, et également dans le mien, lorsqu’il sera publié. Je vais noter brièvement les éléments essentiels.
1. D’abord il faut rectifier certaines erreurs de fait. Dans l’article que vous m’avez communiqué, il est écrit (p. 25, col. 2) que j’ai été nommé, sous le régime légionnaire, attaché culturel à Lisbonne, et transféré à Madrid au printemps 1941. En réalité, j’ai été nommé en avril 1940 attaché culturel à Londres, par un des derniers gouvernements du roi Carol, adversaire de la Garde de Fer, puis transféré à Lisbonne en février 1941, sous le gouvernement du général Antonescu qui avait liquidé les légionnaires. Je suis resté au Portugal jusqu’en septembre 1945, date à laquelle je me suis établi à Paris. Je n’ai jamais eu de poste à Madrid où, en février 1941, l’attaché de presse était le poète Aron Cotrus, et le conseiller culturel, le Prof. AI. Busuioceanu, depuis 1942.
2. Pendant mon séjour en Angleterre et au Portugal (donc, 1940-1945), je n’ai publié aucun article dans la presse roumaine.
3. Entre 1942-1944 on a édité à Bucarest un volume d’essai (Insula lui Euthanasius), deux monographies d’histoire des religions et de folklore (Mitul reintegràrii : Comentarii la legenda Mesterului Manole) et un livre sur Salazar. J’ai également publié, à Lisbonne, un petit travail sur l’histoire et la culture des Roumains (Os Romenos, latinos do Oriente). Ce dernier, comme d’ailleurs le livre sur Salazar, avait comme objectif le rapprochement des deux pays latins les plus éloignés l’un de l’autre, la Roumanie et le Portugal. Ceci faisait partie de la politique « pan-latine » de ces années-là. Je ne la juge pas. Elle appartient à l’histoire et sera jugée par les historiens.
4. Je ne me rappelle [pas] avoir écrit une seule page de doctrine ou de propagande légionnaires. Mais Sebastian cite (p. 24, col. 1) quelques lignes d’un texte paru dans le quotidien de la Garde de Fer, Buna vestire (13 décembre 1937) et intitulé : « Pourquoi je crois dans la victoire du mouvement légionnaire ». Je n’ai jamais collaboré à ce journal. Pourtant ce texte existe, puisque Sebastian le cite. Probablement, c’était la réponse, orale, à une enquête, réponse « éditée » par le rédacteur. Il m’est impossible de préciser davantage. Mais, à l’époque, je collaborais à plusieurs hebdomadaires importants, où j’aurais pu exposer à l’aise de telles idées. Pourquoi ne l’ai-je pas fait ?
5. Néanmoins depuis longtemps, a été accréditée la légende que j’étais un des « doctrinaires » de la Garde de Fer. Si cette histoire n’était tellement pénible, j’aurais pu souligner l’extravagance de mon cas : l’unique « doctrinaire » dont on ne connaît aucun livre, aucune brochure, aucun article, aucun discours se référant au parti politique dont on le considère l’idéologue !.... Plusieurs faits ont contribué à constituer cette légende - a) parmi les amis communs que nous avions, Sebastian et moi, il y en avait un certain nombre qui étaient légionnaires ; b) le journal Cuvântul, dont Sebastian avait été rédacteur jusqu’à son interdiction par le roi Carol, en 1934, était devenu un organe pro légionnaire, et à sa réapparition en septembre 1941 [erreur volontaire ou inattention, mais l’on attend 1940], il était même considéré l’organe de la Garde de Fer. À cette époque-là, je me trouvais à Londres, et je n’ai envoyé aucun article ; c) enfin, et surtout, nous étions, Sebastian et moi, les élèves et les fidèles admirateurs du professeur Nae Ionescu, directeur du Cuvântul. Il me faudrait des pages et des pages pour vous présenter la figure complexe de ce philosophe passionné des problèmes religieux, mais aussi des problèmes politiques, et qui a été successivement le plus efficace « supporter » de Julius Maniu et de son parti national-paysan, ensuite l’ami et le conseiller intime du roi Carol, et finalement son redoutable critique, ce qui l’a rapproché de l’Allemagne et de la Garde de Fer. Nae Ionescu a été adoré et vilipendé avec une égale ferveur, et même aujourd’hui, 32 ans après sa mort, son nom provoque toujours une tempête de haine ou d’exaltation. Comme moi et comme beaucoup d’autres amis et élèves, Sebastian ne s’est éloigné de Nae Ionescu lorsque celui-ci était devenu l’idéologue de la Garde de Fer. Cette fidélité lui a causé maints désagréments, surtout après avoir publié son roman Depuis deux mille ans… avec une préface de N. I. On a vu dans cette longue préface une justification de l’antisémitisme, et Sebastian a été violemment attaqué par la presse du centre et de gauche, à tel point qu’il a dû écrire, pour se défendre, un petit livre intitulé Comment je suis devenu houligan. J’ai été parmi les rares auteurs qui, en deux longs articles publiées [sic] dans la revue Vremea, non seulement ont pris la défense de Sebastian, mais j’ai critiqué cette préface, en montrant que les arguments de N.I. ne pouvaient se justifier théologiquement, comme il le pensait. À mon tour, j’ai été sauvagement attaqué par la presse de droite. Dans l’émouvante dédicace que Sebastian avait inscrite sur mon exemplaire de Comment je (...) houligan, il m’appelait son « seul point d’appui pendant la tempête ». Lorsque le Journal de Sebastian sera publié intégralement, on trouvera probablement une page datée du 15 mars 1940 qui nous décrira, tous deux, en pleurs, au chevet de N.I. qui venait de mourir.
6. Je me suis attardé sur les rapports entre Sebastian et Nae Ionescu pour expliciter ma fidélité envers notre professeur. Comme j’étais son assistant à l’université, son collaborateur au quotidien Cuvântul et « l’éditeur » d’un de ses volumes d’essais (Roza vânturilor), je suis devenu en quelque sorte son « double » ; donc, pour certains, également, le doctrinaire de la Garde de Fer. D’ailleurs, nombre de nos amis communs étaient légionnaires et « sympathisants ». Et lorsque le gouvernement d’Armand Calinescu a déclenché l’offensive contre la Garde de Fer, j’ai été, moi aussi, envoyé dans un camp de concentration avec Nae Ionescu et quelques centaines d’intellectuels et d’activistes. Une série de procès ont eu lieu et les inculpés ont été condamnés de 5 à 10 ans de prison : quelques temps après, la plupart d’entre eux ont été fusillés, à la suite de l’assassinat de Calinescu. J’imagine qu’on avait examiné également mon « dossier », et qu’on n’avait rien trouvé, puisque je ne fus impliqué dans aucun procès et remis en liberté après trois mois - le seul, d’ailleurs, à avoir obtenu ce « privilège ».
Néanmoins, comme c’était à prévoir, ces mésaventures n’ont pas réussi à éclaircir ma position devant une certaine partie de l’opinion publique. Le malentendu – disciple de Nae Ionescu, donc également « doctrinaire » – se prolongeait. Le fait qu’en avril 1940 j’étais envoyé comme attaché culturel à Londres, que depuis février 1941 je me trouvais à Lisbonne, que je n’avais publié aucun article dans la presse roumaine pendant la période la plus dramatique (1940-1944) – tous ces faits ne comptaient pas.
7. Il est vrai que dans les années 1938-1940, nous avons plusieurs fois constaté, Sebastian et moi, combien nos orientations politiques étaient différentes – j’étais de « droite ». Je me situais dans la tradition représentée par Eminescu et Iorga. Notre amitié, néanmoins, s’est maintenue. Il est vrai aussi que, dans quelques jours passés à Bucarest en août 1942, je n’ai pas cherché à le voir – mais pour de toutes autres raisons que celle évoquée page 26, col. 2, i.e. que, « étant diplomate, je connaissais le sort qu’on préparait aux Juifs ». Je n’aurais jamais essayé de répondre à cette insulte si ce n’était que vous, Cher Collègue, ne l’ayez lue. Le fait est que j’étais venu à Bucarest à la suite d’une longue entrevue avec le Président Salazar. J’avais demandé une audience au chef du parti national-paysan, Julius Maniu (alors dans l’opposition) mais, en me dirigeant vers sa maison, j’ai remarqué que j’étais suivi par un agent, et j’ai dû faire plusieurs détours : je suis donc arrivé en retard et Maniu étant parti, je n’ai pu parler qu’à son secrétaire particulier. Pendant les quelques jours passés à Bucarest, j’ai été continuellement surveillé, et c’est la raison pour laquelle je n’ai cherché ni Sebastian, ni d’autres amis et collègues, car j’aurais pu les compromettre. (La police secrète, informée par les Allemands, savait que des « ouvertures » pour un armistice avaient lieu, ou se préparaient à Lisbonne, Stockholm et Ankara).
8. Je ne me pardonnerai jamais ma prudence exagérée, dictée par la peur de la toute puissante police secrète. C’était la dernière fois que je pouvais discuter avec des amis, depuis presque tous morts ; la dernière fois que je pouvais parler avec Sebastian, et lui expliquer ma « position ». Mais j’espérais que, une fois la guerre finie, nous reprendrons [sic] nos relations. Hélas ! un accident absurde a mis fin à sa vie, au printemps 1945, à la veille de son départ pour Paris, où il venait d’être nommé conseiller culturel et au moment où moi-même je m’apprêtais à m’y rendre. Depuis sa mort, je n’ai cessé de me sentir coupable à cause de ma maladresse, tragiquement aggravée par le malheur.
En choisissant l’exil, je savais que les malentendus créés par ma fidélité envers Nae Ionescu seraient interprétés avec malveillance. D’autant plus que je collaborais à de nombreuses publications de l’émigration roumaine, mais jamais à celles des légionnaires (Tara si Exilul, Stindardul). La majorité des articles publiés depuis 1947 dans la presse de l’exil, présentent des problèmes culturels et insistent sur la nécessité de la liberté de la culture. Les rares textes « politiques » expriment mes convictions et mes espoirs actuels, en premier lieu la nécessité d’une fédération des états de l’Europe Orientale.
Cher Collègue, je ne sais si j’ai réussi à dissiper vos doutes, mais j’espère, au moins, que vous comprenez maintenant la source des nombreux malentendus qui m’ont fait souffrir. Je sais aussi que la vérité entière ne sera connue qu’après la publication intégrale de mon Journal et de mon autobiographie, c’est-à-dire après ma mort Cette certitude m’aide à vivre en paix et avec sérénité les dernières années de vie qui me sont accordées. Je ne me fais aucune illusion sur mon œuvre de savant et d’écrivain. Mais je ne doute pas que les livres et les articles publiés avant et après 1940 expriment la pensée et les expériences d’un homme qui ressemble plus à celui que vous croyez connaître, qu’à celui présenté dans le texte que vous m’avez communiqué.
Cordialement votre
Mircea Eliade
PS nous rentrons à Chicago le 6 juillet.

115 Briefe III 1971-1982, München, C. H. Beck, 1999 (lettre n° 27). Eliade dut réécrire à Scholem le 10.3.1973, ibid., p. 316-317, car H. Corbin lui avait confié que sa première lettre n’avait pas apaisé son correspondant. Sur Scholem et Eliade, voir Wasserstrom, op. cit.

116 N° 1, janvier-mars 1972. Voir Volovici, op. cit., p. 142 n. 134.

117 Journal, op. cit., p. 110-112 (février 1937), 128 (décembre 1937), 146 (avril 1938), 276 (janvier 1941) et 288 (février 1941).

118 Ibid. p. 88 (septembre 1936), 117 (mars 1937) et 207-208 (septembre 1939).

119 « Fascism and Religion in Romania », art. cité, p. 460 et n. 14. Voir également Rennie, op. cit., p. 149-159, spécialement p. 154-155.

120 Op. cit., p. 432 (27 mai 1942).

121 Sur l’antisémitisme radical de ce dernier, voir Volovici, op. cit. ; Chiva, art. cité, p. 97-98, et Ferraresi, « J. Evola et la droite radicale de l’après-guerre », art. cité, p. 100-101.

122 Iancu, op. cit., p. 40. C’est peut-être à ce rapprochement qu’Eliade dut sa réhabilitation et sa nomination à Londres. Il avait été arrêté en même temps que certains chefs légionnaires en juillet 1938, mais en réchappa miraculeusement, fin novembre, grâce à ses relations et à la chance qu’il eut de tomber malade et d’être transféré dans un sanatorium.

123 Il n’a donc pas « liquidé » le mouvement légionnaire, lequel trouvera refuge en Autriche et en Allemagne avant de « servir aux Allemands de moyen de chantage à l’égard du gouvernement roumain pour l’obliger d’accompagner jusqu’au bout leurs armées dans la guerre en terre soviétique », Chiva, art. cité, p. 98.

124 C’est à cette occasion, 21-23 janvier, que fut commis l’ignoble pogrom de Bucarest au cours duquel certaines victimes juives furent mutilées et assassinées dans les abattoirs de la ville.

125 Pour le détail de la législation antisémite roumaine de 1934 à 1941, voir Iancu, op. cit., p. 18-21 et 32-34, et Lya Benjamin, « The Racial Labelling of a Jew in the Romanian Legislation », Studia Judaica IV, New York, 1995, p. 93-103.

126 Voir Radu Ioanid, « Le conducàtor et les Juifs », Les temps modernes, 606, nov. -déc. 1999, p. 153-177 ; La Roumanie et la Shoah. Destruction et survie des Juifs et des Tziganes sous le régime d’Antonescu 1940-1944, Paris, MSH, 2003.

127 Op. cit., p. 102: « Both Eliade’s religious vision and the political vision that influenced him share the same framework of a common human project, even if they render it in different “codes” ».

128 Voir Volovici, op. cit., p. 85 et 131.

129 Daté en fait du 17 décembre 1937. Volovici, ibid., p. 84-85 et 126127, remarque justement (p. 127 n. 85) qu’Eliade « had plenty of opportunities to issue a denial in writing, yet never did so. A few days after the publication of that article, an eloquent passage from it was reprinted, with his signature, on the front page of the Buna Vestire (n° 253, 1er janvier 1938) ». Voir également Berger, art. cité, p. 458 ; Chiva, art. cité, p. 94-95 et Sebastian, op. cit., p. 128, qui cite le passage suivant : « La nation roumaine peut-elle finir sa vie [...] minée par la misère et la syphilis, envahie par les Juifs, dépecée par les étrangers ? [...] la révolution légionnaire a pour objectif suprême la rédemption de la nation [...], comme l’a dit le capitaine [c. à. d. Codreanu] [...] Je crois à la liberté, à la personnalité, à l’amour. Voilà pourquoi je crois au triomphe du mouvement légionnaire ». Les articles « antisémites » et xénophobes d’Eliade ont été répertoriés par Berger, art. cité, p. 463-464 n. 7. Son « open et enthusiastic support » au mouvement légionnaire s’étendit de début 37 au coup d’état de Carol II (12.2.38) selon Ricketts, op. cit., vol. 2, p. 882 ; mais il est sans doute plus exact de le faire commencer en 1933 (voir Volovici, op. cit., p. 120-127). De son côté, Mutti, qui déplore les tentatives « pitoyables » qui ont été menées afin d’innocenter Eliade, affirme, op. cit., p. 80, que ce dernier ne fut pas simplement un compagnon de route, mais qu’il fit bien partie de la Garde de Fer (il s’appuie en particulier sur un témoignage d’Evola, une lettre datée du 29 juillet 1971, qui précise en outre qu’il rencontra Codreanu à Bucarest par l’intermédiaire d’Eliade en mars 1938 ; témoignage qui s’achève par ces mots : « mais M. Eliade n’aime pas, pour des raisons compréhensibles, que son passé soit rappelé »).

130 N° 18, 1933 ; voir Volovici, op. cit., p. 73-74 et 88.

131 Volovici, ibid., p. 73-74.

132 Volovici, ibid., p. 111 et 181.

133 Douglas Allen et Dennis Doeing, Mircea Eliade, An Annotated Bibliography, Garland Publishing, New York & London, 1980, p. 210-211 et Volovivi, op. cit., p. 113, 116-117 et 181-182.

134 Rappelons à ce propos qu’il y eut à cette époque différentes formes rivales d’antisémitisme (Volovici, op. cit., p. 96-97) : national, ethnique, socio-économique, raciste, métaphysique, théologique, vulgaire… et que l’une quelconque de ces expressions pouvait à son tour présenter maintes nuances. E. Cioran, M. Eliade, N. Ionescu, A. C. Cuza, O. Goga, N. Crainic, N. Iorga et tant d’autres composèrent de nombreuses variations sur ce thème, de même que furent imaginées différentes « solutions » (émigration, regroupement, numerus clausus, extermination…) au problème juif. Mais d’une manière générale on peut considérer que la plupart des « penseurs » roumains tenaient, là aussi, à défendre leur propre vision, autochtone et nationale, de l’antisémitisme.

135 Antisémite, partisan du numerus nullus et d’une « purification totale », il avait traduit, en 1923, Les Protocoles des sages de Sion (selon Volovici, op. cit., p. 65). « La vérité profonde et absolue » de ces Protocoles fut défendue par Evola et Guénon, « Compte rendu : I protocolli dei Savi di Sion, avec la préface de J. Evola », Études traditionnelles, 217, 1938, p. 37-39, ce qu’Eliade ne pouvait absolument pas ignorer. Une fois de plus, il est possible de vérifier qu’antisémitisme, occultisme et fascisme présentaient au cours de ces années trente plus d’une affinité et que les mêmes noms réapparaissent régulièrement ici et là.

136 N° 472, 24 janvier 1937.

137 Appréciation plus mesurée, mais tout aussi favorable chez Guénon, Comptes rendus, op. cit., p. 13-14.

138 N° 522, 23 janvier 1938 ; voir Volovici, op. cit., p. 91-92 et 134.

139 En particulier p. 97, 139, 174, 246, 274, 432 (« Tandis qu’il mène une existence de magnat, dans des régions paradisiaques, une vie de paix, de luxe, de confort, de rêve, tandis qu’il profite de “l’ordre nouveau”, moi, ici, je traîne une misérable existence de prisonnier », 27 mai 1942), 439-440 et 469 (« Cette guerre, c’est Mircea Eliade qui la voulait. Il l’attendait, il la souhaitait, il y croyait, il y croit – Mais il se tient à Lisbonne. Et ce serait Emil Gulian qui tomberait ? Dans une guerre où il se demande ce qu’il fait ? », 23 décembre 1942).

140 Sebastian, op. cit., p. 110 (25 février 1937).

141 Sebastian, ibid., p. 88, 117, 207-208.

142 Voir Volovici, op. cit. ; Laignel-Lavastine, op. cit. ; Hitchins, art. cité, p. 146 et 168-171 ; Berger, art. cité, p. 458 ; Sebastian, op. cit., p. 24, 57, 67-68 et 103.

143 On lira également la Postface d’Alain Paruit à Sebastian, Depuis deux mille ans, Paris, Stock, 1998, p. 335-340.

144 Volovici, op. cit. p. 144 et 145, écrit à propos de cette stratégie eliadienne: « This image, cleansed of all political contingencies, obviously leaves no room for any allusion to the Guard’s radical antisemiticism [...] To Eliade this is an intellectual credo as well as a strategy to avoid problems of conscience and ’occult’ moral responsibility. Here, too, he followed the path chosen by Heidegger… ».

145 Voir Ricketts, op. cit., vol. 2, p. 737-741, et Volovici, op. cit., p. 101-105.

146 Volovici, ibid., p. 10-13 et 90.

147 Volovici, ibid., p. 18, 30-35, 126, 145 et 151-154.

148 Dans Vremea, n° 444, 15 juillet 1936 (Volovici, ibid., p. 90), Eliade évoque avec ferveur le nationalisme et l’antisémitisme « féroces » d’Eminescu qui lui valent la colère des critiques et des moralistes. À la même époque Eliade publia « Critique et raciologie », repris dans Fragmentarium, Paris, éd. de L’Herne, 1989, p. 148-149.

149 Sebastian, Journal, op. cit., p. 441 (8 août 1942).

150 Wasserstrom, op. cit., p. 306-307 n. 12; et Ellwood, op. cit., p. 191 n. 11.

151 Romanian Nationalism: The Legionary Movement, Chicago, Loyola University Press.

152 N° 2, 1986, p. 193-228.

153 Wasserstrom, ibid., p. 307.

154 Eros, Magic, and the Murder of Professor Culianu, Evanstrom, Northwestern University Press, 1996, p. 117.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search