Version classiqueVersion mobile

Impostures et pseudo-science

 | 
Daniel Dubuisson

Introduction. Histoire de ce livre

Texte intégral

1Ce petit livre est constitué de deux parties distinctes, mais complémentaires : cinq chapitres suivis de quatre addenda. En voici la raison.

  • 1 Mythologies du XXe siècle (Dumézil, Eliade, Lévi-Strauss), Lille, PUL, 1993, p. 215-290 (trad. ital (...)
  • 2 Four Theories of Myth in Twentieth-Century History (Cassirer, Eliade, Lévi-Strauss and Malinowski),(...)
  • 3 Sur la réception de l’œuvre d’Eliade aux USA et sur les raisons de son incroyable succès, on se re (...)
  • 4 Rappelons qu’Eliade reçut des mains de Michel Meslin un doctorat honoris causa à la Sorbonne le 14 (...)

2Les cinq premiers chapitres reprennent, dans une version revue et corrigée, les cinq chapitres correspondants publiés en 1993 dans mes Mythologies du XXe siècle Dumézil, Lévi-Strauss, Eliade1. Ces Mythologies suscitèrent de nombreuses et très vives réactions. En réalité, les quelque quatre-vingt pages consacrées moins à la personnalité qu’à l’œuvre controversée de Mircea Eliade attirèrent sur elles la plupart de ces réactions. Il est vrai que, pour la première fois, mais dans la voie ouverte par Ivan Strenski dès 19872, les fondements de cette œuvre étaient très clairement mis en perspective avec ce que l’on commençait à savoir du passé roumain d’Eliade dans les années trente, passé que lui-même avait prudemment jusque-là dissimulé ou maquillé. Pour la première fois en effet son allégeance à un parti fasciste et violemment antisémite, son éloge du régime salazariste, son admiration pour les courants gnostiques et ésotériques de la pensée occidentale représentés à son époque par René Guénon (1886-1951) et Julius Evola (1898-1974), son élitisme obsessionnel, son rejet de l’héritage des Lumières (démocratie, égalité des droits, justice sociale) et son mépris pour toute morale humaniste étaient présentés à la fois comme un ensemble de faits idéologiques cohérents et comme les clés indispensables à la compréhension de cette œuvre. Et non comme les symptômes d’une « inconséquence » ou d’un « égarement » présenté par certains comme « passager » alors qu’il avait commencé dans les années trente pour ne s’achever qu’avec la défaite de l’Allemagne nazie et de ses alliés… Cette manière de voir les choses rompait brutalement avec les commentaires complaisants et le lyrisme spiritualiste que les livres d’Eliade avaient presque toujours suscités auparavant. Jusque-là, en effet, il était habituel de gloser le vide conceptuel de cette pensée où l’on évoque sans rire « l’expérience de la sainteté cosmique » ou « le mystère de la totalité » par des paraphrases empruntées au même registre : les explications sui generis du religieux se nourrissent évidemment de conceptions sui generis du même religieux3. Mais qu’apprend-on d’un processus sémiotique ou linguistique lorsque l’on a dit d’une signification qu’elle était « cosmique », « profonde », « primordiale » ou « essentielle » ? De même, admettait-on apparemment dans les nombreux milieux académiques et universitaires qui encensèrent Eliade4 que l’on pût parler comme lui, et très sérieusement, de « cosmos nouveau et charismatique » ou de « signes de l’au-delà ».

3Mes analyses suscitèrent chez certains un profond soulagement. Ceux-là me remercièrent de leur avoir permis de mettre un nom (et une explication) sur le malaise qu’ils avaient ressenti ou ressentaient à la lecture d’Eliade. En revanche, apparut sacrilège aux yeux de beaucoup d’autres le fait d’avoir rappelé que les sciences historiques n’avaient pas à abdiquer leurs prétentions devant un discours, quel qu’il soit, simplement parce que celui-ci parlait avec emphase de la « plénitude originaire ». Tout auteur est évidemment libre d’affirmer que son propre discours échappe à toute espèce de détermination historique, mais nous, simples historiens de la pensée, n’avons pas à respecter cette injonction irrecevable. Au fond, tous ceux-là ne me pardonnaient pas d’avoir démontré que l’homme qui avait parlé avec emphase du « Sacré », qui avait été initié à la pratique du yoga dans l’Himalaya, qui évoquait dans ses livres la possibilité de « communication avec les dieux », était le même qui avait froidement déclaré : « Plutôt un protectorat allemand qu’une Roumanie envahie encore une fois par les youpins » (selon M. Sebastian, Journal, 20 septembre 1939), ou écrit dans l’un des organes de presse de la sinistre Garde de Fer : « Le peuple roumain peut-il se résigner à la plus triste décomposition que son histoire ait jamais connue, admettre d’être terrassé par la misère et la syphilis, envahi par les Juifs et mis en lambeaux par les étrangers, démoralisé, trahi, vendu pour quelques millions de lei ? » (Buna Vestire, 17 décembre 1937, p. 1-2). Sans doute Eliade et ses défenseurs eussent-ils préféré que l’on continuât à gloser son œuvre dans les termes emphatiques qu’il avait lui-même sélectionnés et non que l’on choisît de la replacer sans ménagement dans l’époque qui l’avait vue naître. À ce titre, son destin présente quelques ressemblances instructives avec celui de Martin Heidegger que l’on évoquera dans le chapitre cinq.

  • 5 M. Cels, « Faut-il brûler Eliade ? », Antaios, 5, 1994, p. 61-65.
  • 6 Ph. Baillet, Préface à C. Mutti, Les plumes de l’archange, Chalon-sur-Saône, éd. Hérode, 1993, p.  (...)
  • 7 C. J. Guyonvarc’h, Connaissance des religions, 43-44, p. 207-211. Dans la conclusion, note 159, no (...)
  • 8 F. Bœspflug, « Chronique d'histoire des religions », Revue des sciences religieuses, 69e année, n° (...)

4D’ailleurs (et c’est ici que la chose devint à mes yeux très cocasse) quels sont ceux qui se portèrent le plus bruyamment aux premiers rangs pour défendre l’honneur, sali selon eux, d’Eliade ? Ses défenseurs les plus virulents forment une cohorte assez hétéroclite où l'on rencontre les partisans d'un néo-paganisme européen5, un militant fasciste6, les inévitables « guénonidés »7 et, inconscients ou égarés, des théologiens catholiques8. On peut effectivement sourire et se dire, paraphrasant Molière : « Que sont allés faire des théologiens catholiques dans cette galère » ?

  • 9 Voir, en dernier lieu, Alexandra Laignel-Lavastine, Cioran, Eliade, Ionesco L’oubli du fascisme, P (...)
  • 10 « Si seulement hitler avait été un marin, note-t-il le 10 juin 1943, l’histoire de l’Europe aurait (...)
  • 11 (I) L'ésotérisme fascisant de Mircea Eliade ; (II) La reconstruction des religions préhistoriques (...)

5La question relative non pas tant à l’antisémitisme d’Eliade, lequel est aujourd’hui largement confirmé9, qu’au rôle que tint, selon moi, cet antisémitisme dans son œuvre suscita les plus vives réactions. Mais cette controverse eut lieu alors que de nouvelles recherches, menées en particulier en Roumanie, en France et aux USA, apportaient de nouveaux documents à la défense de mes thèses. En effet, il faut aujourd’hui reconnaître que les archives roumaines fouillées par L. Volovici et A. Laignel-Lavastine, le Journal de Sebastian resté inédit pendant plus de cinquante ans ainsi que le propre Journal d’Eliade, rédigé au Portugal pendant la guerre10, apportèrent leur lot de révélations accablantes et démontrèrent, preuves indiscutables à l’appui, qu’Eliade avait menti sur son passé. Dans les années qui suivirent, je fus donc amené à reprendre ma démonstration, non pour la corriger, mais bien pour la compléter et la renforcer. On trouvera, ici même, les textes de quatre articles11 rédigés entre 1995 et 2000 qui trouvent ainsi une justification à leur regroupement et à leur réédition. Tous confirmèrent à leur manière le sens de mes analyses et de mes hypothèses initiales. Une conclusion capitale en particulier s’imposa très vite : Après la guerre, en France puis aux USA, Eliade s’est livré à un formidable travail de réécriture au terme duquel il est parvenu à transposer ses idées de prédilection des années trente dans son œuvre d’historien des religions. Ainsi ses conceptions du Sacré, de l’homo religiosus, des ontologies archaïques, des mythes de réintégration, des sacrifices sanglants et des rituels orgiaques, composent en réalité un tableau fantastique et barbare qui n’est que la traduction « religieuse » de ses obsessions politiques antérieures. Dans l’un et l’autre univers (le « politique » des années trente, le « religieux » des années d’après-guerre) sont absentes toute notion de progrès spirituel, toute préoccupation morale, toute conception positive du droit, toute idée de justice, toute confiance en l’activité critique de la raison. Dans l’un et l’autre cas, et de manière symétrique, on retrouve une célébration de l’autochtonie paysanne, une même hantise de l’histoire (considérée, à l’instar de la science moderne, comme une invention juive !), un rejet catégorique du progrès social, une fascination obsédante pour le sexe et la mort, une sacralisation des mondes archaïques ou primitifs, une exaltation de toutes les formes d’élitisme, une affinité étroite avec les traditions ésotériques et un mépris souverain pour l’égalité des droits. L’œuvre d’Eliade porte ainsi en elle, transfigurés mais reconnaissables, les principaux thèmes liés à sa fascination pour les mouvements occultes et à son engagement auprès de la violente Garde de Fer. Engagement qu’il n’a jamais eu à renier puisqu’il ne l’a jamais reconnu, cherchant au contraire par tous les moyens à le dissimuler. Ainsi, dans cette œuvre universellement reconnue pendant de longues années comme une somme érudite incomparable, le mensonge, la dissimulation et l’imposture occupent-ils une place centrale. À ce titre, l’œuvre d’Eliade et son destin posthume resteront sans doute exemplaires…

Notes

1 Mythologies du XXe siècle (Dumézil, Eliade, Lévi-Strauss), Lille, PUL, 1993, p. 215-290 (trad. italienne, Mitologie del XX secolo, éd. Dedalo, Bari, 1995 ; trad. roumaine, Mitologii ale secolului XX, éd. Polirom, Iasi, 2003 ; une seconde édition, revue et augmentée, est en cours de traduction pour Equinox Publishing Ltd, Londres).

2 Four Theories of Myth in Twentieth-Century History (Cassirer, Eliade, Lévi-Strauss and Malinowski), Iowa City, University of Iowa Press, 1987.

3 Sur la réception de l’œuvre d’Eliade aux USA et sur les raisons de son incroyable succès, on se reportera désormais à Russel T. McCutcheon, The Discipline of Religion, Structure, Meaning, Rhetoric, London and New-York, Routledge, 2003, chap. 9.

4 Rappelons qu’Eliade reçut des mains de Michel Meslin un doctorat honoris causa à la Sorbonne le 14 février 1976. Et, pour reprendre les mots sévères mais justes de Stoczkowski, Des hommes, des dieux et des extraterrestres, Paris, Flammarion, 1999, p. 355, comment comprendre que des « universitaires, préférant la vénération à l’analyse », consacrent à Eliade des colloques déférents pour rendre hommage à « l’un des principaux penseurs de notre temps », à la « personnalité de renommée universelle » ?

5 M. Cels, « Faut-il brûler Eliade ? », Antaios, 5, 1994, p. 61-65.

6 Ph. Baillet, Préface à C. Mutti, Les plumes de l’archange, Chalon-sur-Saône, éd. Hérode, 1993, p. 10-11. Du même auteur, on lira également « Julius Evola et Mircea Eliade (1927-1974) : Une amitié manquée, avec des extraits de deux lettres d’Evola à Eliade », Les Deux étendards, 1, 1988, p. 45-55, car cet article présente un point de vue sur Eliade qui ne craint pas d’être franchement de droite et même d’extrême droite, ainsi qu’un jugement sévère sur son opportunisme d’après-guerre, destiné à lui permettre d’entrer dans l’establishment académique français puis américain. Il serait difficile sur ce point de ne pas approuver Baillet.

7 C. J. Guyonvarc’h, Connaissance des religions, 43-44, p. 207-211. Dans la conclusion, note 159, nous retrouverons Françoise Bonardel, la présidente de l’association qui publie cette revue œcuménique qui accueille des « auteurs qualifiés, ouverts à la réflexion métaphysique, soucieux de révéler la richesse des multiples traditions spirituelles en ce qu’elles nous enseignent sur le divin, l’homme et le cosmos, la symbolique et les écrits sacrés » (page de présention sur internet). En fait, derrière cette prose caractéristique, on retrouve les auteurs (Corbin, Jung, Guénon, Durand, Eliade, Schuon, Coomaraswamy, Burckhardt, Borella…) dont se réclament à un titre ou à un autre les innombrables courants et contrecourants de la subculture ésotériste contemporaine.

8 F. Bœspflug, « Chronique d'histoire des religions », Revue des sciences religieuses, 69e année, n° 2, 1995, p. 260-262.

9 Voir, en dernier lieu, Alexandra Laignel-Lavastine, Cioran, Eliade, Ionesco L’oubli du fascisme, Paris, PUF, 2002, p. 113, 213-215, 219, 222, 224, 226, 229, etc.

10 « Si seulement hitler avait été un marin, note-t-il le 10 juin 1943, l’histoire de l’Europe aurait tourné autrement. [Le Führer aurait pu de la sorte] en finir avec l’Angleterre dès l’été 1940. Au lieu de cela, voilà maintenant que les Anglo-américains vont tenter d’envahir l’Europe » (cité par Laignel-Lavastine, ibid., p. 321). Le manuscrit de ce Journal ce trouve à la Bibliothèque Regenstein de l’Univesité de Chicago. Jusqu’à présent, il n’a été traduit qu’en espagnol (Kairos, 2001).

11 (I) L'ésotérisme fascisant de Mircea Eliade ; (II) La reconstruction des religions préhistoriques selon Mircea Eliade ; (III) La conception eliadienne du symbolisme ; (IV) Mircea Eliade ou l’oubli de la shoah. Une première version de ces contributions ont été publiées respectivement dans : (I) Actes de la recherche en sciences sociales, 106-107, 1995, p. 42-51 ; (II) in S. Vanséveren (éd.) Modèles linguistiques et idéologies : Indo-européen III, éd. Ousia, Bruxelles, (sous presse) ; (III) Gradhiva, 25, 1999, p. 25-36 ; (IV) Gradhiva, 28, 2000, p. 60-66.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search