Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Impostures et pseudo-science

 | 
Daniel Dubuisson

Préface. Une histoire toujours actuelle

Isac Chiva

Texte intégral

  • a Il faut savoir que la Volkskunde désigne l’étude de la culture populaire et du folklore allemands, (...)
  • b « Um die Erforschung und Darstellung der volksthümlichen Unterschicht ist es uns allein zu thun. D (...)

1Le 29 août 2004, s’ouvrait au « Österreichisches Museum für Volkskundea » de Vienne une exposition temporaire, intitulée « Ur-Ethnographie. Auf der Suche nach dem Elementaren in der Kultur. Die Sammlung Eugenie Goldstern », ce qui peut se traduire par « Ethnographie archaïque. À la recherche de l’élémentaire dans la culture. La collection Eugénie Goldstern ». Le carton d’invitation proposait, en guise de propos emblématique, une citation de Michael Haberlandt, ethnologue, linguiste et surtout idéologue d’orientation nazie, directeur du Musée national autrichien d’ethnographie au début du XXe siècle. M. Haberlandt y prône une science sociale tout entière centrée sur la société populaire, sur l’économie et le mode de vie primitifs, sur un état d’esprit archaïque, toutes choses qu’il s’agit de connaître et d’illustrer dans leurs formes naturellesb.

  • c Traduit et publié en français en 1998 aux éditions Stock. À propos de Sebastian et de son amitié p (...)

2En cette année 2004, aussi bien Eugénie Goldstern dont la collection rassemblée sur divers terrains alpins au début du XXe siècle, que l’effort de présentation consenti à Vienne, à l’enseigne de l’archaïsme paysan et de l’authenticité primitive, sont emblématiques de l’idéologie comme de la rhétorique de Mircea Eliade. Eugénie Goldstern, née à Odessa en 1883, d’une famille juive originaire de Lemberg, de langue maternelle allemande, a été formée à Vienne où la famille s’est réfugiée, en 1905, après les massacres antisémites du début du XXe siècle. Formée à la « Volkskunde » à l’École de M. Haberlandt, elle a – comme M. Sebastian en Roumanie – nourri l’illusion d’une fusion possible avec la culture et le savoir germaniques. Mais elle devra soutenir son doctorat en Suisse, à l’Institut géographique de Fribourg, en 1922. Son attachement au « Museum für Volkskunde » de Vienne, lieu de regroupement plus ou moins clandestin des nazis en Autriche, avant 1938, fut durable : elle y déposa les quelques huit cents objets provenant de ses enquêtes dans les Alpes, en Savoie, dans le Valais et les Grisons, dans le val d’Aoste, dans la région de Salzbourg. Cette collection attendra 2004 pour être exposée. Notre ethnographe, qui ne publiera plus rien après 1924, sera déportée et mourra dans le camp de concentration d’Izbica. L’antisémitisme, clandestin puis ouvert, se développera en Autriche surtout après 1938. Eugénie Goldstern attendra 2004 pour se voir réinstallée dans l’ethnographie autrichienne, comme Mihai Sebastian attendra la fin de son siècle pour voir publier son « Journalc ». Et à ce jour, en Roumanie comme dans le reste de l’Europe, portée par une idéologie et une diaspora fascistes, l’idéologie contre laquelle se bat, avec les armes de la critique épistémologique, Daniel Dubuisson, continue à être brandie à bout de bras. Dans le meilleur des cas, une victoire temporaire marque le souvenir et l’œuvre d’une Eugénie Goldstern, fascinée par l’exotisme du proche, des campagnes alpines préindustrielles, par des sociétés et des cultures qui ne sont pas les siennes. Dans la plupart des cas, les errements continuent, avec des arguments tirés éventuellement de l’histoire du communisme. Il n’y a qu’à lire la prose d’un Paul Goma : la « Semaine rouge, 28 juin – 3 juillet 1940 », ou « La Bessarabie et les Juifs », publiée récemment par une maison d’édition roumaine, est un brûlot antisémite qui, plus de six décennies après le début de la dernière guerre, rend les Juifs responsables de l’occupation soviétique de terres roumaines et du massacre des « vrais Roumains ».

  • d Voir, ci-dessous, la note 12.
  • e N° 84, janvier-mars 1988.
  • f Voir, ci-dessous, les notes 12 et 126. R. Ioanid est l’actuel directeur de la recherche du Musée d (...)

3Réfugié à Paris en janvier 1948, ni historien ou ethnologue des religions, ni spécialiste des écrits surabondants, étalés sur plus d’un demi-siècle, de Mircea Eliade, j’ai été conduit à m’intéresser à sa prose et à son influence à la demande de collègues italiens qui, fin 1986, souhaitaient savoir s’il avait été « antisémite déclaré et fortement lié au mouvement fasciste de Codreanu ; est-ce qu’Eliade… était favorable au nazisme ? » (lettre de Vittorio Lanternari, alors professeur à l’Université de Rome et qui préparait un article pour la revue La critica sociologicad). Un peu plus tard, après avoir publié, en traduction italienne, dans la même revuee, l’article de Radu Ioanidf intitulé « Mircea Eliade et le fascisme. Mythe et réalité », V. Lanternari m’écrivait, le 23 mars 1988, ceci qui, venant d’un spécialiste de sa trempe, est capital : « C’est dommage, les historiens des religions préfèrent ignorer l’aspect idéologique et politique d’Eliade ou plutôt ils le nient absolument ». Que ne puis-je aller plus loin dans la lecture de l’épais dossier suscité par mon échange de lettres avec V. Lanternari fin 1986-début 1987 ? Mais une préface n’est pas faite pour cela, même si cette relecture ne ferait que conforter l’entreprise salutaire de D. Dubuisson.

4Je voudrais simplement rappeler ici ma rencontre avec celui-ci et les circonstances, suscitées par Maurice Olender, de notre première convergence. J’ai été conduit à m’intéresser aux engagements politiques et aux mensonges d’Eliade dans un exposé au séminaire qu’animait M. Olender à l’EHESS. Exposé qui deviendra un texte et sera publié sous le titre « À propos de Mircea Eliade. Un témoignage » dans Le genre humain (n° 26, 1992), alors que, selon le même cheminement, D. Dubuisson fera paraître, dans la même livraison, un texte intitulé « Métaphysique et politique. L’ontologie antisémite de Mircea Eliade ».

5Nous allions nous lier, D. Dubuisson et moi, à l’occasion de cette rencontre : compagnonnage intellectuel, durable à ce jour, basé sur ce que j’ai vécu et sur ce qu’il a lu, avec sa double compétence de mythologue et indianiste d’un côté, d’historien des religions de l’autre.

  • g Reproduit ici même, dans la seconde partie, sous son titre originel « Mircea Eliade ou l’oubli de (...)
  • h « L'histoire est encore chaude : la Garde de Fer, dont Mircea Eliade a été proche, existe toujours (...)

6Des années plus tard – était-ce en 1997 ? – j’ai pu signaler à D. Dubuisson une lettre adressée par M. Eliade, le 25 juin 1972, à Gershom Scholem, savant juif et judaïsant, en même temps que grand historien des religions. Cette lettre en français qui m’avait été communiquée par des amis de Jérusalem, trouvée dans les archives de G. Scholem, a été publiée pour commencer dans le n° 5 (automne 1999) du Bulletin du centre de recherche français de Jérusalem. Elle a été reproduite et commentée minutieusement par D. Dubuisson dans un articleg publié dans la revue Gradhiva (n° 28, 2000), article que j’ai fait précéder d’une brève mise au pointh montrant comment la « Garde de Fer », mouvement fasciste créé en Roumanie en 1927, continuait à exister dans ce pays comme ailleurs, à peu près partout où il existe une diaspora roumaine, et en annexant les écrits de Mircea Eliade ou s’en revendiquant.

7L’intérêt du recueil que propose, dans ce volume, D. Dubuisson, me paraît double : réunir, sur les thèmes de l’antisémitisme de cet auteur et de son imposture en tant qu’historien des religions, des écrits dispersés dans différentes revues, au cours des dernières années ; et proposer au lecteur un ensemble bibliographique et critique proche de l’exhaustivité.

  • i Voir, ci-dessous, la note 134.

8Mais le lecteur intéressé – et prêt à un effort linguistique – pourra élargir la perspective qu’offre l’œuvre de M. Eliade à ses années roumaines, grâce au travail en cours de parution à Bucarest, sous la responsabilité de Mircea Hondoca. Ce dernier s’est fait, à Bucarest, depuis les années 80, comme l’a bien montré Alexandra Laignel-Lavastine le gardien de l’œuvre du « maître » et l’avocat de sa réhabilitation auprès du régime national-communiste régnant alors en Roumanie. Auteur, par ailleurs, de « contributions biobibliographiques » sur M. Eliade, il s’est institué rédacteur, à partir de 1999, sauf erreur, d’une série de volumes, publiés aux éditions « Curtea veche » de Bucarest et réunis sous le titre global « ‘Dosarul’ Eliade ». Il s’agit de textes de et sur notre auteur, allant de fragments de publications et lettres à des fragments substantiels d’œuvres importantes et d’essais critiques écrits par des tiers, roumains et non-roumains. C’est un ensemble de cinq volumes qui m’est parvenu, allant des articles de jeunesse de M. Eliade à des écrits qui, tout en le blanchissant, soulignent l’atmosphère antisémite qui régnait – et règne encore – en Roumanie. On retiendra notamment l’article publié par N. Crainici, dans une revue roumaine publiée à Madrid en 1963, et selon lequel « Mircea Eliade a été et n’a pas été légionnaire ». On notera aussi, au sommaire du volume V, sous-titré « À bas la farce », les articles « légionnaires » de M. Eliade, publiés en 1937 et 1938 dans des organes proches de la Garde de Fer. Dans le second volume du tome IV, qui porte le même sous-titre, le rédacteur de la série, Mircea Handoca, indique, en 2000, son programme : « À deux ans du début de la série Pro et contra Mircea Eliade les choses ont commencé à prendre leur configuration. Ce seront, probablement, 25 volumes… ». Vaste programme qu’il sera impossible d’ignorer dorénavant dans une bibliographie « eliadienne » plus qu’abondante et interminable.

9Que le lecteur du présent ouvrage ne l’oublie pas, comme il ne doit pas négliger la tradition intellectuelle obscurantiste dans laquelle s’inscrivent les écrits de M. Eliade et comme il ne doit pas ignorer la confusion éthique et politique qui depuis un siècle, en Roumanie, leur a servi de toile de fond.

10Octobre 2004

Notes

a Il faut savoir que la Volkskunde désigne l’étude de la culture populaire et du folklore allemands, tandis que Völkerkunde correspond à notre ethnologie. Voir H. Bausinger, Volkskunde ou l’ethnologie allemande, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1993.

b « Um die Erforschung und Darstellung der volksthümlichen Unterschicht ist es uns allein zu thun. Das eigentliche Volk, dessen primitiven Wirtschaftstrieb eine primitive Lebensführung, ein urwüchsiger Geisteszustand entspricht, wollen wir in seinen Naturformen erkennen, erklären und darstellen ».

c Traduit et publié en français en 1998 aux éditions Stock. À propos de Sebastian et de son amitié pour M. Eliade, voir, ci-dessous, « Mircea Eliade ou l’oubli de la shoah ».

d Voir, ci-dessous, la note 12.

e N° 84, janvier-mars 1988.

f Voir, ci-dessous, les notes 12 et 126. R. Ioanid est l’actuel directeur de la recherche du Musée de l’holocauste à Washington.

g Reproduit ici même, dans la seconde partie, sous son titre originel « Mircea Eliade ou l’oubli de la shoah ».

h « L'histoire est encore chaude : la Garde de Fer, dont Mircea Eliade a été proche, existe toujours : elle ne s'est jamais dissoute, ses membres sont présents et se manifestent de façon organisée en Roumanie, mais aussi à travers les émigrations roumaines, en particulier en Allemagne, où nombre de “gardistes” ont trouvé refuge à partir de 1941. En janvier de cette année-là, ce parti fasciste pur et dur avait tenté un coup d'État, avait été écrasé par l'armée roumaine et de nombreux militants ont trouvé refuge notamment en Autriche et en Allemagne, ainsi qu'en Espagne et en Argentine par la suite. Mais beaucoup sont restés en Roumanie et récemment, le 8 novembre 1999, ils ont commémoré, lors d'un service religieux, à Jassy, l'acte solennel par lequel, le 8 novembre 1940, le gouvernement roumain et le roi ont proclamé la capitale de la Moldavie “berceau du mouvement légionnaire”, fondé en cette ville par Corneliu Zelea Codreanu en 1927 (cf. I. Chiva, « Un fascisme renaissant en Roumanie », Le Monde, 15.1.2000, p. 19). Aujourd'hui des sites Internet, basés surtout en Allemagne, sont consacrés à la Garde de Fer. En 1999, un site intitulé “Centenar-Corneliu Zelea Codreanu” affichait une série d'articles parmi lesquels on retiendra en particulier celui de Mircea Eliade, intitulé “Pourquoi je crois à la victoire du mouvement légionnaire”, paru le 17 décembre 1937 dans l'organe d'extrême droite Buna Vestire et republié le 11 janvier 1998 dans Deutsche Stimme. Tout récemment, en octobre 2000, au moins deux sites basés en Allemagne diffusaient des textes en roumain abondamment illustrés, consacrés à la gloire et à la publicité de la Garde de Fer, pour le compte notamment d'un Centre de documentation légionnaire. »

i Voir, ci-dessous, la note 134.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540