Version classiqueVersion mobile

Piaget Constructivisme Intelligence

 | 
Annie Chalon-Blanc

Chapitre 5. Jean Piaget

Texte intégral

  • 1 C.V.P., p. 129.
  • 2 S.I., p. 12.

1Il n’est sans doute pas indispensable de connaître la vie d’un savant pour comprendre son œuvre. Les seuls points intéressants étant, selon Piaget, ceux qui « fournissent les éléments d’une explication de l’œuvre »1. Sans aller contre son jugement, nous présenterons néanmoins rapidement son enfance et son adolescence pour démystifier l’image d’un être froid, austère, insensible aux événements du monde, qui reste attachée à son nom. L’objet même de sa théorie, les dates de parution de ses plus grands ouvrages, sa nationalité et sa pudeur ont contribué à cette réputation. Ses confessions autobiographiques sont rares et d’une sobriété exemplaire. Elles retracent volontairement la genèse d’un savant passionné par l’origine et l’évolution des connaissances (C.V.P. ; S.I.). Il notera cependant au passage combien le conflit entre la science et la religion préoccupera son enfance et son adolescence : « Élevé dans le protestantisme par une mère croyante et fils d’un père incroyant, je sentais déjà assez vivement le conflit de la science et de la religion. »2 Petit garçon, il prend un vif intérêt aux enseignements du protestantisme, mais son esprit déjà fort critique se rebelle contre des préceptes trop intransigeants. Adolescent, il s’enflamme quelques fois. Adulte, il rejettera tout dogmatisme religieux, patriotique ou politique.

1. Les origines

  • 3 C.V.P., p. 129.
  • 4 C.V.P., p. 129.

2Jean Piaget naît le 9 août 1896 à Neuchâtel. Il aura deux sœurs : Madeleine (1899) et Marthe (1902). Son père, Arthur Piaget, issu d’un milieu cultivé peu fortuné, devient professeur de littérature française médiévale à l’académie de Neuchâtel. Il s’y imposera par un esprit indépendant, impartial, épris de vérité, même si celle-ci doit troubler les connaissances déjà bien établies : « Prompt à entamer la polémique lorsqu’il voit la vérité historique déformée par le respect des traditions »3. Très jeune, Piaget comprend combien les idées reçues pèsent sur la quête de la vérité. Ce constat le marquera de manière indélébile. Avec ses recherches du document authentique, son père lui transmettra le goût du vrai et l’amour d’un travail très sérieux : « Parmi bien d’autres choses, il m’a appris la valeur d’un travail systématique même lorsqu’il porte sur des détails. »4

  • 5 C.V.P., p. 130.

3Arthur Piaget, agnostique, stable, proche du socialisme de l’époque, mais plutôt taciturne, va épouser une jeune fille qui ne lui ressemble guère : une parisienne d’origine anglaise qu’il rencontre lorsqu’il termine ses études à Paris, Rebecca Suzanne Jackson. Issue de la grande bourgeoisie protestante, elle est la sixième d’une fratrie de douze enfants. « Très intelligente, énergique et quant au fond d’une réelle bonté »5, elle passe son enfance et son adolescence dans un hôtel particulier de la Chaussée d’Antin. De ce milieu aisé, elle tire l’immense privilège d’avoir fait des études d’institutrice. XIXe siècle oblige, elle n’exercera aucun métier. Elle restera néanmoins à l’écoute des conflits sociaux et des courants d’avant-garde. Féministe, elle militera pour le vote des femmes en 1914 en Suisse ! En 1915, elle prendra fait et cause publiquement pour les objecteurs de conscience. Son caractère passionné mais profondément névrosé finira par l’emporter. En 1927, Jean Piaget âgé de trente et un ans devra convaincre un de ses amis, le pasteur Paul Pettavel, de contraindre sa mère à se faire interner. Elle a cinquante-cinq ans.

  • 6 C.V.P., p. 130.

4Les troubles psychiques de sa mère feront souffrir le jeune Piaget, tout comme ses sœurs, mais ils auront chez lui une conséquence heureuse : « Très tôt je négligeai le jeu pour le travail sérieux tant pour imiter mon père que pour me réfugier dans un monde à la fois personnel et non fictif. À vrai dire, j’ai toujours détesté toute fuite de la réalité. »6 Rejet définitif et très positif pour son avenir. Marqué néanmoins par le protestantisme exalté de sa mère, l’adolescent restera longtemps un chrétien tourmenté à la recherche d’une vérité frénétiquement quêtée dans les livres de philosophie ou les textes sacrés. Imprégné par le christianisme social et les idées socialistes de l’époque, le jeune homme se passionnera pour les causes humanitaires et sociales.

5Des portraits rapidement brossés de ses parents se détachent leur origine bourgeoise, leur ouverture au monde, mais aussi leurs profondes divergences. La culture est toutefois la valeur commune de toute la famille. On retiendra également la qualité du jugement et la pudeur des confidences de Jean Piaget notamment à l’égard de sa mère. Il lui empruntera sa flamme sans que celle-ci l’entraîne vers le déséquilibre. Le sérieux de son père le guidera toute sa vie et l’incitera à vouloir toujours recueillir des faits afin d’éviter toute fuite de la réalité.

2. Les études

6L’école et le collège : Jean Piaget fréquente d’abord un établissement primaire privé. Il a dix ans lorsqu’il intègre une classe publique en 1906. Élève très doué, ses résultats sont brillants.

7En 1907, il entre au collège latin. Le cycle s’étend sur cinq ans. Le directeur, James Paris, très attentif au développement de la personnalité des enfants, privilégie l’étude des langues vivantes au détriment de celle des langues anciennes. Une place importante est réservée à l’histoire naturelle jusqu’alors négligée. Le collège latin offre à Jean Piaget une éducation de haut niveau et la possibilité de satisfaire ses intérêts pour la mécanique, les oiseaux, les fossiles et les coquillages marins.

  • 7 « À la fin du mois de juin dernier, je vis à mon grand étonnement, au milieu du faubourg de l’hôpit (...)
  • 8 J. Piaget, « Les modèles abstraits sont-ils opposés aux interprétations psychophysiologiques dans l (...)

8Ouvert sur les sociétés, le jeune garçon a quatorze ans lorsqu’il adhère, en 1910, au club des amis de la nature. Il y rencontrera des amis de son âge, mais également ses futurs professeurs : Pierre Bovet, Eugène Legrandroy, et Paul Godet, directeur du musée d’histoire naturelle de Neuchâtel. En fait, ce dernier joue déjà un rôle important dans sa vie : « J’ai eu la chance lorsque j’avais onze ans de publier quelques lignes sur un moineau albinos7, puis d’aller me présenter au directeur du musée zoologique de ma ville natale pour lui demander l’autorisation d’y travailler les jours de congé (…). Il m’a alors pris pour « famulus », m’a fait coller des étiquettes, m’a appris à collectionner moi-même et m’a initié à la systématique des mollusques terrestres et d’eau douce (…). Je tiens à noter ces débuts, car si les uns sont formés au collège par les mathématiques ou par le latin, etc., j’ai été formé par un problème précis : celui des espèces et de leurs variations indéfinies en fonction du milieu, celui des relations entre génotypes et phénotypes, avec une prédilection pour l’étude des adaptations aux altitudes (…), à la vie des lacs, etc. Bref, j’ai toujours pensé depuis en termes de formes et d’évolution des formes. »8

  • 9 C.V.P., p. 130.

9Paul Godet, plus encore qu’Arthur Piaget, prend conscience du caractère exceptionnel du jeune garçon. Entre 1907 et 1911, il lui enseigne ses méthodes de description, de classification et de catalogage. Grâce à lui, Piaget enrichit, en dehors de l’école, ses connaissances scientifiques : « … tous les samedis après-midi, j’attendais mon maître une demi-heure à l’avance. »9 À quinze ans, il atteint un niveau quasi professionnel dans la classification des mollusques. Bien que ses activités, à l’instar de celles de Godet, restent centrées sur l’observation, sa maturité scientifique précoce, sa qualité de pensée, sa volonté d’englober la totalité du savoir et d’exprimer ses idées sur des centaines de pages font de lui un préadolescent et un adolescent hors du commun qui saura très vite réviser les enseignements de ce premier maître.

10La zoologie que lui a enseignée Godet sera dépassée avec les découvertes de Darwin. Piaget comprendra vite que la classification selon les formes est superficielle ; à des formes différentes peuvent correspondre des génotypes similaires et inversement. Il modifiera ses critères de classification tout en conservant la question qui animera toute sa vie : connaître les conditions de l’adaptation du vivant. Dans sa théorie, les processus adaptatifs biologiques, l’assimilation et l’accommodation se prolongent au plan de la pensée pour la faire vivre, pour la faire progresser constamment.

 

  • 10 C.V.P., p. 134.

11Le gymnase : En 1912, Piaget intègre le gymnase littéraire et obtient son baccalauréat en 1915. Le programme du gymnase met l’accent sur les langues anciennes, puis sur la langue maternelle et les mathématiques. La part réservée à l’histoire naturelle et à la philosophie est plus limitée. Piaget s’ennuie parfois : « Je commençai à écrire mon système (dans tous les domaines de la vie, il existe des totalités qualitativement distinctes de leurs parties et qui leur imposent une organisation), je le prenais chaque fois que je le pouvais en particulier pendant les leçons ennuyeuses. »10 En dépit ou grâce à son système, Jean Piaget reste un excellent élève, le meilleur de sa classe pendant toute sa scolarité au gymnase.

12En cette même année 1912, toujours très ouvert sur le monde, il adhère à la société neuchâteloise des sciences naturelles, quelque temps plus tard à la société zoologique et à la société helvétique des sciences naturelles. Exclusivement composées d’adultes, ces sociétés lui permettront de parfaire sa culture. Il n’abandonnera pas pour autant ses amis de la nature.

  • 11 Ibid. p. 132.

13C’est à cette même époque que son parrain, Samuel Cornut, lui parle de L’évolution créatrice de Bergson. Pour la première fois, le jeune garçon entend parler de philosophie par quelqu’un d’autre qu’un théologien : « Le choc fut immense... Cela me fit prendre la décision de consacrer ma vie à l’explication biologique de la connaissance. »11 Cette lecture est capitale pour Piaget. À seize ans, il décide de se consacrer à une théorie de la connaissance et commence à s’orienter vers ce qui deviendra son épistémologie génétique.

  • 12 Arnold Reymond (1874-1958). Docteur en philosophie de l’université de Genève (Logique et Mathématiq (...)
  • 13 Lettre à Arnold Reymond, p. 45.

14Mais les années 1914 et 1915 vont retarder la mise en forme de ce vaste projet. Très préoccupé par la guerre et la foi, Piaget est alors passionné par la religion et la politique. Il cherche un éveilleur de conscience. Il le trouve en Arnold Reymond12, son professeur de philosophie, qui exercera sur lui une forte influence. Jean Piaget deviendra son disciple : « C’est peut-être la première fois que je compris (…) l’union fondamentale du biologique et du logique. »13 Il n’en demeure pas moins un jeune homme romantique et rebelle qui crie ouvertement sa révolte dans un premier essai : La Mission de l’Idée. Il y maudit les dirigeants, les orthodoxes, les réactionnaires, les utilitaristes et les sceptiques. Le troupeau amorphe des conservateurs, qui se complaisent dans leur sphère bornée et nient tout progrès, est responsable du conflit. L’esprit mesquin des traditionalistes n’a vu dans la patrie que l’armée nationale et l’intérêt personnel. Haïssant tout dogmatisme niveleur qui étouffe l’idée (...), le jeune Piaget s’en prend aux Églises en tant qu’institutions au statut inébranlable, à l’esprit grégaire des chrétiens, mais non aux pasteurs prisonniers d’un système. Il adhère foncièrement à un christianisme à vocation sociale lorsqu’il affirme que l’église a réduit ses devoirs sociaux au strict nécessaire pour donner son superflu aux soins de l’au-delà !

  • 14 Cité par Vidal, (2000), pp. 22-31.

15Jean Piaget n’a guère plus de vingt ans lorsqu’il confirme ses convictions dans un nouvel essai : Recherche. Il y apparaît plus profond, moins spontané, moins absolu, mais tout aussi convaincu et résolu. Il s’y présente sous les traits d’un jeune homme : « Sébastien, terrible abstracteur n’ayant jamais connu la vie en elle-même, la vie multiple et changeante. »14 Sébastien essaie de concilier la science et la foi pour restaurer la personnalité morale de la société. Ce sont à ses yeux les problèmes essentiels de son époque, comme le fut le débat entre la foi et la philosophie au XVIIIe siècle (D’après C. Thomann, 1996, pp. 112-114).

 

  • 15 Ibid. p. 135.

16La Faculté des Sciences : À l’automne 1915, Jean Piaget, muni d’un nombre impressionnant de publications et de communications scientifiques, s’inscrit comme étudiant en faculté des sciences. Ironie du sort, la zoologie est le parent pauvre de la faculté. « Je désirais vivement me rendre dans une université plus grande, dotée d’un laboratoire de psychologie (…) où je pouvais espérer vérifier mon système. »15 Son intérêt pour les sciences naturelles reste entier et se combine avec celui de la théorie des groupes en mathématiques. Le système, que le jeune homme conçoit dès le lycée, le rapport entre la totalité et ses parties, reste au centre de l’œuvre qu’il pressent.

 

17De la foi à la science, la conversion de Jean Piaget : Naturaliste et philosophe, le jeune homme hésite entre les deux disciplines. De même qu’il reste longtemps partagé entre la raison et la foi. Eduqué dans un christianisme protestant de type traditionnel, enthousiasmé par la lecture de Bergson, marqué par ses maîtres et ses amis chrétiens : Paul Godet, Pierre Bovet et le pasteur Paul Pettavel, Piaget entrevoit d’abord un Dieu présent au cœur de la vie identifié avec l’élan vital qui la parcourt. Etudier la biologie serait, pour lui, une manière de lire Dieu, un chemin privilégié, peut-être le seul.

  • 16 Recherche, Lausanne, 1918, p. 82.

18En 1916, nous venons de le souligner, il publie La Mission de l’Idée qui chante le meilleur de l’évangile. En 1918, il écrit dans Recherche : « Le socialisme se doit d’être une science, un art et une morale selon l’enseignement de Jaurès, dont la disparition fut un malheur. Romain Rolland a parlé, Jaurès aurait agi. »16

  • 17 Cité par Vidal, 2000, p. 31.
  • 18 Pour Brunschvicg, philosophe français, la philosophie n’est pas coupée de la science et elle ne pré (...)
  • 19 Cité par Vidal, 2000, pp. 34-35.

19En 1928, alors qu’il est déjà un auteur de renommée internationale, il écrit un petit texte : Deux types d’attitudes religieuses, immanence et transcendance. La transcendance est assimilée à l’hétéronomie. Dieu représente la pensée et les normes impersonnelles de la raison17. L’immanence est assimilée à l’autonomie. La religion immanentiste et la théorie de la connaissance allant de pair, Piaget se déclare immanentiste. Les cours de Brunschvicg18 et les résultats de ses premières recherches lui permettent de mettre fin à ses hésitations et à sa quête religieuse : il choisit la science et s’éloigne de la foi. Il se reconnaît, pour un temps, dans l’idéal socialiste de l’époque. Mais en 1932, la gauche manifeste à Genève contre la mise en accusation de deux chefs socialistes par le parti fasciste de l’Union nationale. L’armée tire dans la foule et fait treize morts et soixante-deux blessés. À partir de ce jour, et d’une manière définitive, « Piaget se placera "au dessus de la mêlée" et se tournera résolument vers l’élaboration de son épistémologie génétique. »19

3. Les choix intellectuels de Jean Piaget

20Dès 1920, son projet est celui d’un épistémologue : il veut comprendre pourquoi et comment la connaissance devient ce qu’elle devient en spécifiant les rapports entre le sujet et l’objet (ou l’expérience). C’est pour atteindre cet objectif qu’il deviendra psychologue de l’intelligence et réalisera une synthèse entre la psychologie de l’enfant, la biologie et la logique. La psychologie de l’intelligence sera conçue comme la science expérimentale de l’épistémologie.

 

  • 20 C.V.P., p. 136.

21La psychologie de l’enfant : En 1915, Piaget part pour Zurich dans le but de travailler dans un laboratoire de psychologie. Il fait une psychanalyse rapide pour évacuer, dit-il, les problèmes maternels. Il retiendra de ce séjour la méthode d’entretien libre avec le patient pour interroger ultérieurement les enfants. « À Zurich (…) je lisais Freud et j’écoutais les conférences de Pfister et de Jung (…), je décidai alors d’abandonner mon système de crainte de devenir une victime de “l’autisme” (…) ; j’en éprouvai quelque agitation inquiète et partis effectuer une étude biométrique sur (…) les mollusques. J’avais besoin de revenir à des problèmes concrets afin d'éviter de graves errements. »20

  • 21 Ibid., p. 136-37.

22C’est à Paris, en 1919, que Piaget découvre la psychologie de l’enfant. Comble de bonheur, le docteur Simon met à sa disposition le laboratoire de Binet afin qu’il standardise les tests de raisonnement de Burt. Dès les premiers interrogatoires, Piaget trouve plus intéressant de découvrir les raisons des échecs et des réussites plutôt que de se contenter d’enregistrer les performances. Il procède alors à des entretiens cliniques. Et le système, pensé depuis le lycée, se trouve conforté : « Les raisonnements les plus simples impliquant l'inclusion d'une partie dans le tout ou l'enchaînement des relations (...) présentaient jusqu'à onze ans pour les enfants normaux des difficultés insoupçonnées de l'adulte. »21

  • 22 Esquisse d’autobiographie intellectuelle, Bulletin de psychologie, 1959-60, 13, 7-13.

23Le champ de recherche est découvert. La théorie des relations entre la partie et le tout peut être étudiée expérimentalement de telle sorte qu’elle pourrait permettre de montrer que la logique n'est pas innée. L’idée sera féconde. « L’inclusion, l’addition et la multiplication des classes, l’enchaînement des relations asymétriques, transitives, etc., n’étaient plus des abstractions. Au cours de mes entretiens avec les enfants, je les voyais se construire entre sept et douze ans. Mon rêve permanent de trouver une liaison entre « les formes vivantes » et les « formes de la pensée » se réalisait du jour au lendemain. J’avais devant moi autant de sujets en évolution qu’on en trouve dans une école primaire, et ces sujets en chair et en os passaient par une série d’étapes que je dépistais avec passion et qui les conduisaient fort tard… à ces formes de pensée que les philosophes considéraient comme universelles et a priori. »22 Le programme mis au point consistera donc à démontrer que la logique n’est pas donnée a priori mais qu’elle se construit chez tous selon des étapes qui s’auto-engendrent. Cet objectif lui permettra de jeter un pont entre la psychologie et la biologie.

 

  • 23 C.V.P., p. 131.

24La biologie : Avant de quitter Neuchâtel, Jean Piaget avait terminé ses recherches sur les mollusques : « Ces études de malacologie (…) furent très utiles à ma formation scientifique ; de plus, elles fonctionnèrent si je puis dire comme instruments de protection contre le démon de la philosophie. Grâce à elles, j'eus le rare privilège d'entrevoir la science et ce qu'elle représente avant de subir les crises philosophiques de l'adolescence. Avoir eu l'expérience précoce de ces deux types de problématiques a constitué, j'en suis convaincu, le mobile secret de mon activité ultérieure en psychologie. »23

  • 24 C.V.P., p. 142.

25Le programme établi à Paris est en filiation directe avec ses études sur les limnées. Celles-ci avaient, en effet, abouti à constater une remarquable adaptation du mollusque au milieu en éclaircissant un point fondamental, celui des relations entre l’hérédité et le milieu. L'action des vagues obligeant constamment l'animal à s'accrocher aux roches provoquait au cours de la croissance un élargissement de l'ouverture de la coquille et une contraction de sa spire. Il restait à déterminer si ces caractères étaient héréditaires ou non. « L'observation de plus de 80 000 individus vivant dans leur milieu naturel et de plusieurs milliers élevés en aquarium me permit de tirer les conclusions suivantes : (1) cette variété n'existe que dans les grands lacs et dans les parties de ces lacs où l'eau est la plus agitée ; (2) ces caractères sont héréditaires et se conservent en aquarium après cinq ou six générations… »24

26Avec cette expérience, Piaget pose les problèmes de la fixité de l’espèce, de l’adaptation au milieu, de la rétroactivité du milieu sur la forme et de la transmission des caractères acquis. Cette étude fondamentale l’encouragera à concevoir l’évolution de l’intelligence comme une construction continue de formes de plus en plus structurées dues aux échanges du sujet avec son milieu. Échanges adaptés à des besoins de plus en plus exigeants pour répondre à un milieu devenant, grâce aux opérations du sujet, de plus en plus complexe mais en même temps de plus en plus intelligible.

 

27La logique : L’intérêt que Piaget manifeste pour la logique pendant son séjour d’études à Paris est contemporain de ses premières recherches en psychologie. Il est probablement le résultat de sa formation auprès d’Arnold Reymond. Dans les années 20, il lui faudra se familiariser avec une logique devenue algébrique, celle de Peano. Représentant les normes de la pensée naturelle, la logique est l’objet de l’enquête dès les premiers ouvrages (L.P., J.R., C.P.). La tâche de Piaget consistera d’abord à décrire les formes des normes de la raison, ensuite à expliquer leur devenir. Plus tard, en 1935, la logique des logiciens sera comprise comme le moyen de modéliser les compétences intellectuelles de chaque étape du développement. L’investissement important placé par Piaget dans la logique et ses modèles constitue l’une des clefs de toute la construction scientifique de son œuvre : elle est tout à la fois l’objet, l’instrument de l’enquête et, en dernier lieu, l’explication ultime des performances enregistrées.

 

28Indéniablement, les raisons pour lesquelles Piaget s’intéresse aux structures de la pensée logico-mathématique sont nombreuses. Pour le biologiste, l’étude des formes (ou des structures) et de leur genèse est au cœur du problème. Ami des logiciens et des mathématiciens, il découvre grâce à eux la place centrale qu’occupe le concept de structure en mathématiques et en physique. Mais, c’est en psychologue que Piaget opère une véritable révolution scientifique en plaçant l’origine de la pensée logico-mathématique dans l’action. Révolution d’autant plus remarquable qu’il invente des épreuves susceptibles de valider son hypothèse et qu’il utilise, pour recueillir les faits, une méthode d’entretien nouvelle en psychologie de l’intelligence. Il donne ainsi à la psychologie génétique le statut d’une véritable science expérimentale de la raison. Ce qui lui permet de fonder une épistémologie scientifique.

 

29L’épistémologie constructiviste ou l’étude génétique des formes de pensée qui se succèdent chez l’enfant montre comment les comportements sensori-moteurs, les illogismes de la petite enfance, se transforment chez tous en des notions logiques solides. Vidal (2000) note que : « le développement chez Piaget se fait toujours de l’égocentrisme, la subjectivité, le raisonnement concret, le conformisme et la transcendance vers le jugement socialisé, l’objectivité, la pensée abstraite, l’autonomie et l’immanence ». Son épistémologie tente de retrouver les mécanismes susceptibles de rendre compte du passage permanent d’une connaissance de niveau moindre à une connaissance de niveau supérieur. L’épistémologie de Piaget a, par conséquent, le souci constant de mettre en correspondance les progrès de l’intelligence et ceux des connaissances dans leur entier en postulant que ce sont les mêmes mécanismes qui sous-tendent leurs progrès. Il en résulte une conception du savoir qui ne peut être statique. La connaissance ne peut être ni préformée dans les objets (position empiriste) ni dans le sujet (position innéiste) ; elle est un processus qui connaît un développement continu tant du point de vue de l’évolution historique que du développement ontogénétique. Piaget se centre sur la dynamique du vivant et cherche à dégager par quels mécanismes similaires l’intelligence et les connaissances vivent, autrement dit se construisent en se dépassant constamment.

 

30Le sujet épistémique étudié par Piaget comprend toujours le monde et le langage dans les limites de ses capacités à penser. Sujet universel, atemporel, qui construit, à des vitesses différentes mais toujours dans un ordre nécessaire, les mêmes notions logiques que ses milieux ne lui enseigneront jamais telles qu’elles. Notions qui seront donc postulées universelles. Interprétation du développement qui ignorera toujours l’impact de l’histoire sociale sur le sujet.

31Le sujet épistémique de Piaget est le sujet universel qui vit en chacun de nous, par opposition au sujet particulier, unique, relatif à nos propres représentations, à notre propre histoire, et auquel nous tenons tant. Si le sujet particulier est toujours très apprécié aujourd’hui comme hier, le sujet épistémique est aujourd’hui quasiment oublié. Mais, bien avant d’être « enterré », il fut toujours décrié, et le plus souvent mal compris. Ce sujet universel a pourtant de solides raisons d’être. Il est celui qui construit une pensée logique, autonome, universelle, atemporelle capable de s’emparer des questionnements relatifs à toute époque. Alors que le sujet particulier n’est que le produit, ou presque, de la pensée socialisée, datée et hétéronome.

32Piaget délaissera sans hésiter l’étude de la pensée hétéronome due à un héritage mi-collectif, mi-individuel reçu de l’opinion publique, de la tradition religieuse (ou non) et du mode d’éducation de l’époque. Il se centrera exclusivement sur la pensée autonome dégagée de toute transmission culturelle contraignante. Somme toute, une enquête génétique sur la logique ne pouvait lui paraître que très salutaire. La raison allait y devenir le garant de la liberté de penser. Elle serait capable de déceler et de contrecarrer, à juste titre, les tendances tyranniques de l’héritage social.

 

33Avant de proposer un tableau présentant l’œuvre de Piaget au regard de sa vie, nous laisserons le lecteur découvrir quelques anecdotes relatives à l’homme qu’il était, notamment, face à quelques uns de ses collègues.

Un citoyen très suisse
« Très fréquemment, Jean Piaget évoquera son attachement à son petit pays. « J’ai été vivement frappé après la première guerre mondiale (…) par les répercussions sur le mouvement des idées de l’instabilité sociale et politique qui régnait en Europe, ce qui me conduisit naturellement à douter de la valeur objective et universelle des positions philosophiques prises en de telles conditions. Dans mon petit pays si tranquille et relativement isolé des évènements, de nombreux symptômes montraient cette dépendance des idées par rapport aux remous sociaux. » Il vantera à nouveau le mérite d’être suisse dans son discours de réception du Prix Erasme en 1972 à Amsterdam. « Je me félicite de constater que la distinction dont je suis l’objet est placée sous le signe de l’Europe et émane d’un pays aux proportions modestes, comme l’est le mien, car je suis persuadé du rôle essentiel que jouent les petits pays européens dans la culture contemporaine. Les chercheurs en tous les domaines me paraissent, en effet, bénéficier d’une liberté d’esprit et d’un non-conformisme assez particulier, plus difficile à atteindre dans les grands pays où le poids des traditions nationales et surtout des modes et des « écoles » se manifeste parfois de façon légèrement plus sensible. »
J. Piaget, Stichting Praemium Erasmianum, p. 27

Un Suisse à la Sorbonne
« Peut-on dire […] que les cours de Piaget se déroulaient dans une ambiance bon enfant et que le chercheur suisse était à l'écoute d'un public qu'il tenait par-dessus tout à séduire ? Certainement pas. Tout en lui déconcertait. À commencer par sa tenue. Marcel Turbiaux le décrit ainsi : Jean Piaget, bien qu'issu de la meilleure bourgeoisie, avait la silhouette, nous semblait-il, d'un paysan du Jura descendu de son alpage, trapu, habillé sans grande recherche et de vêtements sombres, coiffé d'un large béret, à la démarche pesante, à l'argumentation d'une précision méticuleuse et presque austère, préférant la pipe, la sienne non moins célèbre que le mouchoir de Merleau-Ponty. Les étudiants se passaient entre eux un secret remarquable à l’ère pré-écologique : Piaget circulait à vélo à Genève ! Ce qui avait le don de susciter une hilarité générale. Le vélo, la pipe et le béret (bien entendu français, selon la fameuse expression des frères Prévert) constituaient ainsi les traits distinctifs de Piaget, lui conférant un look inimitable, rebelle à toute classification aristotélicienne ou autre.
Mais son apparence physique n'était pas, peut-être, ce qui retenait le plus l'attention de l’étudiant. Il y avait ses cours, bien sûr, à l'organisation impeccable, mais surtout sa voix, plus exactement le ton sur lequel ses leçons étaient données. Personne ne semble avoir parlé de la diction piagétienne. On peut l'entendre encore dans les films qui ont été réalisés sur lui (en particulier les documents remarquables de Jean-Claude Bringuier). La façon dont y parle Piaget, exactement la même qu'à l'université, est profondément personnelle et tout aussi significative. Piaget énonce les lois les plus abstraites et les plus complexes dans une modalité vocalique qui est celle de la parfaite évidence. Il est absolument sûr que les interprétations qu'il donne, fruit pour chacune d'entre elles d'intenses remises en question, ne sauraient, au moment où il les livre, devenir l'objet de la moindre contestation. Piaget s'affirme absolument convaincu. D'une conviction telle qu'elle supprime même la passion, présente chez d'autres professeurs […].
Les auteurs cités n’étaient que des faire-valoir, convoqués au titre d’ennemis fantoches, auxquels il était aisé de répliquer. Dans le même temps, d'autres enseignants (Anzieu, par exemple, ou bien encore Zazzo) nourrissaient leurs interventions de l'essence même de psychologues remarquables dont ils exposaient les vues et discutaient à fond les recherches, les mettant en parallèle ou en opposition avec celles de leurs contemporains comme de leurs prédécesseurs et successeurs. On sortait de ces leçons le cerveau nourri d'aliments divers avec une furieuse envie de courir vers les bibliothèques. Rien de cela chez Piaget qui n'avait pour ambition que de développer ses vues de manière organisée, synthétique et convaincante. Une telle conception de l'acte d'enseigner aurait été insupportable s'il s'était agi d'un professeur aux connaissances limitées, besogneux et répétitif. Mais voilà, Piaget était un scientifique hors pair et il avait saisi que le meilleur de ce qu'il avait à offrir, c'était justement lui-même : son eau, son moulin et son grain fraîchement moulu ou à moudre. Peut-on sérieusement reprocher à Mozart de faire entendre du Mozart, à Freud d'avoir transmis du Freud, à Einstein de commenter souvent du Einstein ? Quant à mettre à l'aise les étudiants, gageons que ce ne fut pas l'aîné de ses soucis ! Il aurait d'ailleurs fallu, pour atteindre ce but imaginaire, que son public fût étrangement ignorant de l'importance du personnage – possibilité que l'on ne doit pas totalement exclure, du moins pour certains parmi les plus jeunes des étudiants.
La charge de cours de Piaget à la Sorbonne répondait probablement chez lui à un objectif très clair : il s'agissait – après s'être fait connaître – de se faire internationalement reconnaître. Quelques années après son arrivée à la Sorbonne, il considéra, sans doute, que c'était mission accomplie. D'où une éventuelle perte d'intérêt à l’affaire et le rôle grandissant des assistants. Il se reposait entièrement sur eux pour l’intendance […].
La forte complicité intellectuelle, c’est avec son assistant, Pierre Gréco, que Piaget la vit. Ce jeune agrégé de philosophie […] est à la Sorbonne de 1953 à 1957, date à laquelle il part à Genève pour y travailler au Centre International d’Epistémologie génétique, non sans inscrire à son emploi du temps de fréquents passages à Paris. Ses contributions au travail du groupe rassemblé par Piaget sont, notamment sur la notion du nombre, de la plus haute importance scientifique. Il rentre en France en 1961 et continue à distance à travailler avec Piaget.
Dans Sagesse et illusion de la philosophie, Piaget présente son jeune collaborateur : « Pierre Gréco, sorti premier il y a quelques années de l’agrégation de philosophie (ce ne fut pas la raison de mon choix) fut à la Sorbonne mon assistant, puis mon chef de travaux et obtint ensuite un congé pour travailler au Centre […] ; il a conduit d’excellentes recherches sur le nombre, l’apprentissage des structures logiques, l’espace, le temps et la causalité et a fait preuve en chacune d'elles d'une remarquable aptitude à la programmation expérimentale et au contrôle » (1972, p. 52-53).
On savait Piaget avare de compliments. On ne peut qu’être, cependant, un peu attristé par la sécheresse de son éloge. Turbiaux note aussi que cette appréciation ne rend pas assez justice à la contribution de Pierre Gréco. Annie Chalon-Blanc a su, elle, reconnaître « l'homme profond qu'était Pierre Gréco, sous un masque brillant » (1998, p. 237). Elle écrit aussi : « Les lumières piagétiennes de Gréco valaient bien tous les enseignements que j’aurais pu recevoir si j’avais suivi un autre parcours. »
C. Meljac, 2000, pp. 47-50

Un homme angoissé
« Que l’homme Piaget, dans certaines circonstances de son existence, ait été tout le contraire d’un scientifique rationnel, beaucoup, parmi ses familiers, les uns avec indulgence, les autres non sans quelque ressentiment, sont prêts à nous faire des récits qui le démontrent. Lui-même, dans son autobiographie, fait état de son tempérament inquiet et de son besoin presque maladif de se rassurer. L’anecdote de Piaget descendant plusieurs fois du train pour s’entendre confirmer par divers préposés, voire par d’autres voyageurs la destination de la rame dans laquelle il est monté, m’a été rapportée avec constance par des témoins qui se sont déclarés oculaires et auriculaires. On peut être un grand scientifique et conserver, dans la vie courante, quelques résidus névrotiques. »
D. Hameline, 1996, pp. 250-251

Un humour décapant
« Nous sommes à Genève en juillet 1953 ; c’est le premier colloque du fameux Study Group qui, chaque année jusqu’en 1956, réunira une quinzaine d ‘ experts pour discuter, en principe, de la psychologie de l’enfant […]
Premier colloque. Première rencontre entre nous, pour beaucoup d’entre nous. Il fait chaud mais la glace, la solennité n’est pas encore rompue. C’est Frémont-Smith, de la Macy Fondation qui préside, à l’américaine. Il a mis bas la veste. Tous les hommes du groupe en font autant, sauf Piaget et moi-même. Frémont-Smith me regarde, étonné : “Pour l’instant, lui dis-je, je me sens plus à l’aise en veston qu’en bras de chemise. — Et vous, Piaget ? demande le président. — Moi, je ne sais pas ce qu’il y a sous mon veston, répond-il, alors je préfère rester comme ça”. Tout le monde rit, mais le déshabillage n’est pas terminé. Le président nous demande maintenant de dire qui nous sommes, comment nous sommes devenus ce que nous sommes.
Tout en écoutant mes célèbres collègues raconter à tout de rôle leur petite histoire, moi, le benjamin du groupe, je prépare la mienne, que je voudrais modeste et flatteuse, mais j’attends surtout celle de Piaget, avec ses inévitables et imprévisibles plaisanteries. Tous et toutes commencent par le commencement, leur premier éveil à la science où ils se sont illustrés …
Julian Huxley : Tout a commencé pour moi sans doute vers l’âge de 7 ans, fasciné par des oiseaux qui nichaient sous la gouttière de notre maison : des êtres vivants, mais qui ne vivaient pas comme moi ! […]
Eric Erikson : Je suis né danois. Mon père est mort peu de temps après ma naissance. Alors ma mère a quitté le Danemark avec moi, en direction du sud. Nous étions de passage dans une ville d’Allemagne quand je suis tombé malade. J’avais trois ans. Ma mère a appelé le médecin. Ce n’était rien. Cependant il est revenu trois, quatre fois… et il a épousé ma mère. Et voila pourquoi sans doute je suis devenu psychanalyste.
Margaret Mead : J’ai commencé ma formation d’anthropologue à l’âge de 3 ans, ce qui me donne une certaine qualification pour étudier les problèmes de l’enfance. Ma mère était sociologue et étudiait l’adaptation des italiens immigrant aux États-Unis ; ma grand-mère, qui était une institutrice de jeunes enfants, s’intéressait beaucoup à la pensée et à l’imagination infantiles. Aussi commençai-je très tôt à noter sur mes jeunes sœurs le comportement des enfants. À 9 ans, j’étais passablement compétente, etc., et comme cela pendant un quart d’heure.
Konrad Lorenz : Autrichien de naissance et d’éducation, je naquis dans les environs de Vienne. Ma carrière scientifique, comme celle de Margaret, commença tôt, à l’âge de 5 ans, lorsque je reçus en cadeau de Pâques un nid de canetons. Je puis dire que les canetons et moi nous avons reçu une empreinte l’un de l’autre […] Il est assez curieux que l’histoire de Heinroth, mon maître, commence exactement de la même façon, avec un oison au lieu d’un caneton, mais également à 5 ans […]. Puis vers 12 ans, je fis la connaissance de Charles Darwin par l’intermédiaire d’un petit livre bon marché, et je devins un évolutionniste enragé. En même temps, je commençai à m’intéresser à la zoologie comparée, etc.
Enfin, après une brève autobiographie de Bärbel Inhelder, c’est Jean Piaget qui prend la parole : Je suis impressionné par tout ce que je viens d’entendre. Les 5 ans de Lorenz, les 3 ans de Margaret ! J’ai le sentiment d’avoir été un enfant arriéré. Je n’avais pas moins de 15 ans quand j’ai publié mon premier article scientifique, mon premier ouvrage. »
R. Zazzo, 1983, pp. 249-251

Un homme qui a toujours raison : Jacques Mehler proscrit par Jean Piaget
« Cet épisode concerne Piaget pendant la préparation du débat de Royaumont avec Chomsky. Pour résumer une longue histoire, Piaget avait manifesté […] son désir de rencontrer longuement Chomsky. Il voulait qu'il n’y ait qu’eux deux, avec un interprète, probablement Guy Cellérier. J’avais lentement réussi à convaincre Piaget de transformer son échange binaire ulta exclusif en un évènement plus large à Royaumont. Un jour, j'envoyai à Piaget une liste provisoire pour la soumettre à son approbation, lui annonçant ma visite à Genève quelques jours plus tard. Dans son bureau de Genève, Piaget refusa catégoriquement toute participation de Jacques Mehler à la réunion : Mehler n'a jamais compris ce que je dis *. Je trouvai cette affirmation pour tout le moins infondée, mais je savais bien, alors, que leurs vues respectives sur le développement cognitif étaient diamétralement opposées. Je ne savais pas, à ce moment-là, que Piaget avait tendance à penser que quiconque était en désaccord avec lui ne pouvait l'être que parce qu'il n'était pas capable de comprendre ce qu'il disait. Pour Piaget, sa certitude inébranlable d'avoir raison l'amenait à penser que le comprendre et le croire ne pouvaient être deux choses différentes. Cela devait éclater au grand jour dans le débat, et c'est maintenant attesté dans les écrits. Jusqu'à sa mort, Piaget resta persuadé que même Chomsky n’avait pas compris ce qu'il disait. […] Piaget menaçait de ne pas venir si Jacques Mehler était invité au débat de Royaumont. J’essayai de résister, mais je dus renoncer. Je me précipitai pour voir Jacques à mon retour à Paris. Jacques était tout aussi inflexible en m’enjoignant de rester sur mes positions. Son exclusion était intolérable […].
Je décidai de jouer finement et, au besoin, de manière détournée. Quelques mois plus tard, Jean Piaget […] transforma son veto en un simple déplaisir. Jacques finit par accepter de bonne grâce de ne rien présenter à Royaumont, mais il fut de toute façon officiellement présent et on lui donna, comme promis, toute latitude pour rédiger les commentaires pour les actes de la réunion.
Non que je veuille à tout prix repeindre cette anecdote sous des couleurs positives, mais je fus impressionné alors, et cette impression persiste quand j'y repense, que Piaget ait été prêt à renoncer à l'occasion de rencontrer Chomsky, une occasion unique dans sa vie et qu'il avait si longtemps recherchée, simplement parce que Jacques Mehler était présent […]. »
Piatelli-Palmarini, 2002, pp. 23-24
* En français dans le texte (NdT).

4. Aperçu sur l’œuvre25

  • 25 Pour l’œuvre intégrale, se reporter à la bibliographie publiée dans « Thèmes piagétiens » (1966), D (...)

34Dans le tableau ci-après, ne seront nommées que quelques unes des indénombrables publications de J. Piaget et de ses collaborateurs. On pourra toutefois constater la variété impressionnante des sujets abordés : la zoologie, la philosophie, la sociologie, la biologie, la logique, le déploiement constant de l’intelligence, l’épistémologie, sans oublier la pédagogie. Fécondité intarissable qui fait de lui, sans conteste, le plus grand psychologue du développement de l’intelligence au XXe siècle.

Notes

1 C.V.P., p. 129.

2 S.I., p. 12.

3 C.V.P., p. 129.

4 C.V.P., p. 129.

5 C.V.P., p. 130.

6 C.V.P., p. 130.

7 « À la fin du mois de juin dernier, je vis à mon grand étonnement, au milieu du faubourg de l’hôpital, à Neuchâtel, un moineau ayant tous les signes apparents d’un albinos. Il avait le bec blanchâtre, les plumes du dos et les ailes blanches et la queue de la même couleur. Je m’approchai pour le voir de plus près mais il s’envola. Je pus le suivre des yeux encore quelques minutes puis il disparut par la ruelle du port. Je viens de voir, aujourd’hui même, dans le Rameau de Sapin de 1868, qu’il était question d’oiseaux albinos, ce qui m’a donné l’idée d’écrire les quelques lignes qui précèdent. »

8 J. Piaget, « Les modèles abstraits sont-ils opposés aux interprétations psychophysiologiques dans l’explication en psychologie ? Esquisse d’autobiographie intellectuelle », Bulletin de psychologie, n° 13, 1959-60, pp. 7-13.

9 C.V.P., p. 130.

10 C.V.P., p. 134.

11 Ibid. p. 132.

12 Arnold Reymond (1874-1958). Docteur en philosophie de l’université de Genève (Logique et Mathématiques : essais historiques et critiques sur le nombre infini). Il avait fait auparavant des études de théologie, de mathématiques, de physique et de philosophie. En 1912, il sera nommé professeur de philosophie et d’histoire de la philosophie à l’université de Genève. Il élaborera une théorie du jugement qui diversifie les points de vue et les coordonne. Les notions de relativité de coordination et d’intégration développées dans sa théorie influenceront incontestablement Jean Piaget puisqu’elles constitueront l’essentiel de ses préoccupations.

13 Lettre à Arnold Reymond, p. 45.

14 Cité par Vidal, (2000), pp. 22-31.

15 Ibid. p. 135.

16 Recherche, Lausanne, 1918, p. 82.

17 Cité par Vidal, 2000, p. 31.

18 Pour Brunschvicg, philosophe français, la philosophie n’est pas coupée de la science et elle ne prétend pas à une vérité supérieure ou simplement étrangère. Pour lui, comme pour Platon, le philosophe doit savoir « s’appliquer au vrai en tout désintéressement d’âme », allant jusqu’au bout du mouvement de conversion qui de Copernic à Einstein a manifesté le caractère de l’intelligence humaine. On note la même volonté que chez Platon de ne pas séparer le vrai et le beau du bien (D’après l’Encyclopédia Universalis, version 5, 1999).

19 Cité par Vidal, 2000, pp. 34-35.

20 C.V.P., p. 136.

21 Ibid., p. 136-37.

22 Esquisse d’autobiographie intellectuelle, Bulletin de psychologie, 1959-60, 13, 7-13.

23 C.V.P., p. 131.

24 C.V.P., p. 142.

25 Pour l’œuvre intégrale, se reporter à la bibliographie publiée dans « Thèmes piagétiens » (1966), Dunod, pp. 7-38, et à l’ouvrage de Montangero, J. et Maurice-Naville, D. (1994), Piaget ou l’intelligence en marche, Mardaga, pp. 221-229.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search