Version classiqueVersion mobile

Piaget Constructivisme Intelligence

 | 
Annie Chalon-Blanc

Articulation et mode de consultation de l’ouvrage

Texte intégral

1Ce manuel est un pari sur l’avenir de la théorie de Jean Piaget. Nous avons choisi de développer essentiellement deux concepts-clés qui pourraient, selon nous, être conservés dans les temps à venir : 1) le constructivisme compris, ici, comme une théorie qui répond à la question de l’origine des connaissances logicomathématiques ; 2) la conception originale de l’intelligence enracinée dans un système d’actions réversibles. Ces deux concepts sont développés dans les deux premiers chapitres et donnent lieu à des prolongements dans les chapitres suivants. Le lecteur ne s’étonnera donc pas de l’absence de références aux stades piagétiens, aux structures d’ensemble et à leur filiation selon différents types d’équilibration. Les ouvrages sur la théorie de Piaget ne manquent pas et notre propos, nous l’avons déjà souligné, n’est pas de refaire ce que nous, et surtout d’autres que nous ont déjà fait beaucoup mieux que nous.

2Le chapitre 1 est consacré au constructivisme tel qu’il vient d’être défini. Fondamental, placé en tête, il devrait être lu en premier. À la fin du chapitre, comme dans tous ceux qui suivent, sont proposés des textes de Piaget, ici des textes courts qui développent les différents modes d’abstraction mis en jeu dans l’élaboration des connaissances physiques et logicomathématiques. Bien que ces concepts ne nous paraissent pas être parmi ceux qui passeront à la postérité, il est néanmoins bon de les (re) découvrir sous la plume de leur auteur.

3Le chapitre 2 présente la conception de l’intelligence de Jean Piaget. Ici, il est vivement conseillé de lire avec une attention soutenue les encadrés à la fin du chapitre. Piaget y expose de manière détaillée, à partir de textes fort peu connus, ce qu’est pour lui la réversibilité : la clé de l’intelligence.

4Le chapitre 3 retrace la genèse de l’intelligence, soit la progression en extension et en puissance de la réversibilité. Ce chapitre devrait de préférence être lu après le chapitre 2. Les encadrés mettent notamment l’accent sur les notions de décalages qui recouvrent l’extension d’une même forme de réversibilité ou sur ceux qui assurent sa promotion à un niveau supérieur. Ces textes peu connus représentent un intérêt certain pour le lecteur, mais les concepts qu’ils développent ne sont peut-être pas les plus féconds de la théorie. Il est néanmoins impératif de souligner l’importance des encadrés qui suivent « La période prélogique » et « La logique concrète » car ils donnent des aperçus exemplaires de clarté sur la réversibilité et sur la théorie du développement de l’intelligence.

5Le chapitre 4 traite très rapidement de l’empirisme, courant opposé au constructivisme en rapportant quelques recherches constructivistes se démarquant des thèses empiristes. Ce chapitre, quelque peu technique, voire archaïque pour certains, veut pointer davantage la spécificité du constructivisme en l’opposant à l’empirisme, courant anglo-saxon qui continue à prospérer sous des aspects modernisés ; il prolonge donc en le développant le chapitre 1. En mettant l’accent sur l’acquisition lente de notions logiques non transmises systématiquement, il se rattache également aux chapitres 2 et 3.

6Enfin, le chapitre 5 n’est pas à proprement parler une biographie de Jean Piaget. Il veut apporter quelques informations sur ses origines et sa jeunesse afin de montrer comment le jeune homme porte en lui un projet qui va progressivement aboutir, dès les années 1920, à son épistémologie génétique. On trouvera dans les encadrés quelques commentaires, faits par ses contemporains ou ses biographes, relatifs à l’homme qu’il était. Nous recommandons au lecteur de les lire pour découvrir un Piaget méconnu.

7À la fin du manuel, un tableau assez complet de l’œuvre au regard de la vie devrait faire comprendre que Jean Piaget était et restera un génie de la psychologie de l’intelligence.

8On pourra lire tous les chapitres dans leur ordre de succession. Toutefois, pour éviter une lecture besogneuse et parfois astreignante, le chapitre 5 pourra être lu indépendamment des autres ; la lecture des chapitres 1 et 4 pourra se faire en continu, de même que celle des chapitres 2 et 3. Un index, à la fin de l’ouvrage permettra à chacun de retrouver les termes qui posent problème ou au contraire ceux qui retiennent facilement l’attention.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search