Version classiqueVersion mobile

Violences et victimation

 | 
Patrick Martin-Mattera

Victimation et abus sexuels : présentation clinique et réflexions sur la perversion

Patrick Martin-Mattera et Claude Savinaud

Texte intégral

1- Introduction

1Les « comportements sexuels inappropriés », « nouvelle » catégorie nosographique pour désigner les actes sexuels déviants, mettent en relief l'imbrication complexe des facteurs psychopathologiques individuels et des circonstances environnementales, familiales et sociétales pouvant entraîner ces actes délictueux graves. L'évolution des mœurs tend à la fois à exposer au grand jour de tels actes, auparavant passés sous silence, et à renforcer l'opprobre sur les acteurs qui sont assimilés à des malades mentaux, supposés dangereux par essence. La nécessaire reconnaissance due aux souffrances des victimes ne doit pas occulter la problématique intersubjective impliquée dans l'acte. Et l'on peut se demander, ne serait-ce que dans un souci prophylactique, quelle souffrance psychique est à l'origine d'un tel trouble de la relation à l'autre, même si l'auteur s'y montre insensible et revendique une position de victime de la vindicte sociale. S'agit-il d'une perversion, au sens courant d'une volonté de nuire en toute impunité, ou bien d'un processus « mécanique » produisant cet enchaînement d'actes dans lequel le sujet est pris comme un rouage ? Loin de correspondre à l'image ancestrale de la passion « bestiale » que l'on voudrait remettre au goût du jour scientifique du gène en plus ou en moins, l'agir sexuel violent se déploie au sein d'un discours qui lui préexiste, et dont il marque probablement le point de butée. Discours qui tend à signifier l'impossible de la jouissance sexuelle dans un monde de sujets, où l'objet du désir ferait toujours défaut, même si ce qui en tient lieu prolifère. Cette prolifération pourrait faire leurre et empêcher l'inscription du sujet désirant dans l'ordre de la loi symbolique. Ainsi, la sexualité ne serait plus une affaire privée relevant de l'intime et du rêve mais un objet, un produit de médiatisation et de consommation publique, fétichisé, qui laisse supposer qu'on pourrait s’en rendre maître grâce à la subornation de l'Autre privateur transformé en complice. Les problématiques sexuelles d'adolescence sont souvent construites autour de cette impasse subjective : comment répondre à l'exigence du corps sexué, relayée par celle de l'Autre social, qui pousse à cette jouissance impossible, donc à la transgression et à la faute ? Quel appel inaudible à une réparation d'un défaut primordial, d'un narcissisme blessé dans cet acte hors sens ?

2Ce texte présente tout d’abord une situation clinique typique avant de développer plusieurs pistes de réflexions sur la dynamique de la perversion, la victimation, l’inversion de culpabilité.

2- Clinique

Fiodor

3Mme Y prend rendez-vous pour son fils de 17 ans, qui s’est fait prendre dans une enquête de police sur les réseaux Internet comme participant à des échanges d’images pédophiliques (plusieurs milliers d’images sur ses fichiers d’ordinateur, particulièrement insoutenables d’après les éducateurs des services de la protection judiciaire). Quand nous rappelons pour proposer une date de rendez-vous, sa grand mère nous dit que « c’est bien dommage, car enfin, quel adolescent ne va pas un jour chercher à regarder des images pornographiques ? »

4Nous recevons Fiodor et sa mère lors d’un premier entretien. Ils abordent la question de son placement dans un foyer depuis un an à la suite de cette affaire par ordonnance du juge, placement aux conséquences désastreuses d’après elle : « on m’a dit que je ne savais pas éduquer mon fils, moi qui suis enseignante, d’ailleurs les éducateurs sont des incapables, ils ne vérifient pas les devoirs de mon fils, alors que moi, tous les soirs, je le surveillais. Depuis ses notes dégringolent ». Fiodor surenchérit en disant qu’il n’a rien à faire dans cet établissement, cela le déprime, il n’a rien de commun avec les jeunes qui y sont placés. Fiodor exprime par des mimiques éloquentes son mépris pour les équipes éducatives, qui « ne sont pas assez sévères ! Il boit, fume, sèche des cours, ce qui ne peut que nuire à sa réussite scolaire, c'est de la faute du juge, des éducateurs ».

5Fiodor se présente lui-même comme un « génie » de l’informatique. Il passait son temps de loisirs sur Internet, jouant en réseau, se connectant sur des forums, et corrige en haussant les épaules les maladresses de vocabulaire informatique de sa mère quand elle confond les sites de téléchargement de films pornographiques et les échanges de fichiers « peer to peer ».

6Sur les faits mêmes, il se reproche de s’être laissé entraîner dans ce processus, qu’il explique par une philosophie personnelle « no life » qu’il entretenait depuis ses treize ans. Des actes de contrition ostentatoires (il se frappe la poitrine, exhibe des striures sur ses avant-bras, se mord les doigts etc.) succèdent aux propos mégalomaniaques sur ses relations amicales : « maintenant, tout le monde me connaît dans la ville, je suis obligé d’éteindre mon portable, je zappe… ». Ce jeune homme est en effet leader d’un groupe de rock « métal », qui lui assure une notoriété. Il se décrit comme très sociable, allant au-devant des rencontres avec les autres, alors qu’avant, il vivait dans son monde, replié sur lui-même, rejetant la société en bloc, vivant dans le virtuel.

 

7« Je n’ai plus aucun problème, mais j’étais très dépressif depuis ma préadolescence, mon oncle (maternel) qui s’occupait beaucoup de moi, comme un père, est décédé accidentellement » (marin, il s’est noyé lors d'une traversée). La mère confirme qu’il jouait souvent avec lui, lors de ses retours de voyage, « comme un père ».

8Le frère aîné, qui est parti de la maison pour poursuive des études supérieures, est caractérisé par une sagesse en contraste avec l’aspect tourmenté du cadet. Fiodor nous dira lors d’un entretien seul qu’il a été initié à des jeux sexuels par son frère et sa cousine plus âgés, « c'était pas joli-joli ! », mais n’attribue pas de ressenti émotionnel personnel à l’évocation de ce souvenir d’enfance.

9Le père est présenté sous des aspects peu flatteurs, ex « junky », banqueroutier après de mauvaises affaires, il est insolvable et inconstant dans le règlement de la pension alimentaire. Mari « machiste », volage et divorcé depuis 10 ans, il a refait sa vie avec une femme plus jeune. Vivant à l'autre bout de la France, il ne manifeste, d’après eux, que peu d’intérêt pour l’éducation de son fils. L'entretien se termine sur une reprise de rendez-vous qui sera âprement disputée, l'adolescent ne voulant pas manquer une répétition de son groupe de musique et la mère refusant de prendre sur son temps de travail et encore moins sur celui de son fils. Le rendez-vous fut annulé par téléphone puis repris quelques jours après l'audience, sur injonction du juge, particulièrement irrité par la mauvaise volonté du prévenu et de sa mère.

10Inutile de préciser que le suivi thérapeutique fut très difficile à engager sur ces bases. Il fallut réunir l'ensemble des protagonistes, les éducateurs en milieu ouvert, ceux du foyer, le père, la mère et Fiodor pour mettre au clair les fonctions de chacun et les buts de la prise en charge. Nous avons pu constater les tentatives de sabotage opérées par chacun des membres de la famille, cherchant à discréditer ou pousser dans leurs retranchements les intervenants dans cette « usine à gaz », dixit le père, qui se montrait cependant très affecté par la situation de son fils. Ce n'est qu'en affirmant fermement que nous étions là pour aider Fiodor à exprimer la souffrance psychique dont l'acte témoignait que nous avons réussi à constituer une amorce d'alliance thérapeutique.

11Nous résumerons de quelques grands traits les éléments cliniques exposés dans le cas.

12Les souvenirs de la préadolescence de Fiodor témoignent d'un vécu déréel construit sur la base d'un retrait des liens avec ses pairs, consécutifs à la perte d'un appui du côté d'un représentant de la figure paternelle et de déceptions sentimentales, des « râteaux » dit-il, qui l'ont confirmé dans son statut « d'ado » balourd et sans intérêt. L'élitisme technologique fit contrepoids.

13La proximité avec une mère qui prend fait et cause pour son fils, enjeu d'un marchandage dans le divorce avec le père, fait penser à une dépendance entretenue, dont l'acte délictueux vient provoquer la rupture. La transgression de la règle maternelle par l'usage de l'ordinateur à d'autres fins que scolaires ou sublimatoires vient inscrire la question de la sexualité dans le creux de son discours éducatif. « Moi, je ne sais pas parler de cela avec mon fils, il faut le guérir de sa sexualité » (mais sans doute aussi ne pas questionner la vie affective en ce qui concerne les relations construites avec les parents au cours de son histoire).

14La figure du père, distant et peu investi dans les relations avec son fils, autrement que sur un mode de compétition infantile (d'après celui-ci) s'effondre, entraînant avec elle un certain nombre d'investissements affectifs sur la valeur du lien, préparant ainsi le terrain à l'indifférence affective et à l'histrionisme, comme s'il fallait en rajouter pour se sentir exister.

D'une version du père pas ordinaire

15La question du père se trouve centrale dans la problématique du cas. Elle y brille par le défaut qu'elle souligne. Ce défaut est à cerner dans un certain nombre de repères psychopathologiques : est-ce au niveau de son rôle de référent de la loi, est-ce au titre de ce qu'il représente dans le désir de la mère, au-delà de l'objet que représente son fils ?

16Du point de vue de la loi, ce père semble s'imposer, au mépris des représentants de la légalité sociale, puisqu'il dénie à quiconque d'autre que lui de s'en porter garant. S'il y a dans la référence à la loi, en son principe même, l'exception qui confirme la règle, ce père semble l'incarner. Sous cet angle, il suscite chez le fils une haine orientée par la vindicte maternelle, ce qui confirme par la négative l'opérativité du Nom-du-Père pour Fiodor. Sans cette prise en compte du père symbolique, il n'y aurait pas lieu de s'y opposer si fort verbalement. Il ne saurait être ici question de forclusion de ce signifiant.

17Sous l'angle du désir de la mère, il ne semble pas là non plus faire défaut. Bien qu'elle se plaigne de ce qu'elle a vécu avec cet homme, et qu'elle s'en soit séparée à cause de cela, rien n'indique qu'il n'ait pas la place privilégiée d'un objet passionnel pour ce qui a trait à la vie de couple dont est issu Fiodor. Les controverses juridiques sur les pensions alimentaires peuvent être des moyens de prolonger, de réanimer par le débat juridique, cette vie de couple passée.

  • 36 Freud S. (1932). La Féminité, in Nouvelles conférences sur la psychanalyse. Paris : Gallimard, 1971 (...)

18En nous appuyant sur la clinique, peut-être pouvons-nous faire l'hypothèse que Fiodor s'impose à sa mère comme le substitut de cet amour passé, et que la mainmise de celle-ci sur son fils soit le prolongement de son investissement sur l'objet qui lui fait défaut. En suivant la pensée de Freud (1932), nous pourrions constater que le fils occupe métonymiquement la place du mari traité de manière infantilisante36. Cette exclusivité de la mère comme objet pour l'enfant, et réciproquement, semble bien fonder la perversion d'une loi qui impliquerait la perte de la jouissance de cet objet. Celle-ci se trouve désavouée. Cette perte peut être ainsi déniée par l'adolescent en position de maître, rejetée à l'extérieur comme nulle et non avenue mais en même temps reconnue comme nécessaire, pour les autres.

19Une scène étrange peut éclairer cet aspect : peu de temps après le début de la prise en charge, Fiodor arrive en état d'agitation anxieuse et nous résume la situation : il a dénoncé auprès d'une amie son copain qui sort avec une autre fille. En justicier, il ne pouvait supporter qu'il la trompe. Dès lors, Fiodor se sent menacé de représailles violentes, qu'il se met à halluciner dans un mouvement de tremblements de son corps, de cris d'effroi et de douleur : « il va venir me chercher à la sortie du lycée, et il va me défoncer, mais moi, je me laisserai faire », (il envisage aussi l'hypothèse d'être défendu par toute sa bande, puis enchaîne...) « je serai en sang, en morceaux, même mort... et après je porterai plainte et c'est lui, et c'est tout les éducateurs du foyer et le juge qui en subiront les conséquences, je les aurai prévenus ». De cette scène, à l'évidence masochiste, nous pouvons entendre qu'il s'agit de confronter l'Autre à sa jouissance, mais aussi à l'angoisse de sa division. Dans une réciprocité qui fait complétude elle produit l'inconsistance dans le discours du sujet autrement que rapporté au corps affecté par le signifiant (en dehors de manifestations végétatives, le discours ne tient pas.) C'est pourquoi d'ailleurs nous interrompons cette scène d'un mot : « c'est irrecevable », dont il se rappellera à la séance suivante, en nous disant qu'il nous remerciait de l'avoir arrêté, car il « pétait un plomb ».

20La mise en scène du fantasme pervers séduit le névrosé, lui offre un prix à payer pour ce plus-de-jouir en prenant la place de l’objet (a), du déchet. Par ce subterfuge, il accepte de renoncer à la jouissance tout en s'en assurant une part par la promotion de cet objet (a) auquel il s'identifie.

  • 37 Lacan J. Introduction aux Noms-du-Père (1963), in Des Noms du Père, Paris, Seuil, 2005, p. 89.

21Avec Lacan (1963), nous pouvons prolonger la question de la perversion dans sa relation au désir de l'Autre : « C'est à savoir qu'elle représente la mise au pied du mur, la prise au pied de la lettre de la fonction du Père, de l'Etre suprême. Le Dieu éternel pris au pied de la lettre, non pas de sa jouissance, toujours voilée et insondable, mais de son désir comme intéressé dans l'ordre du monde, c'est là le principe où, pétrifiant son angoisse, le pervers s'installe comme tel. »37 Mettre l'Autre au pied du mur, lui imposer qu'il dise son désir, n'est ce pas une di(t)-version du Père de la Loi, pour couper court à l'inacceptable de la renonciation à la jouissance du fait de l'aliénation du sujet au langage ?

22Autrement dit, à l'adolescence, le sujet n'est plus confronté au manque, du fait d'un interdit supporté par une figure tutélaire qui jouit pour son compte, mais du fait que ce manque est constitutif du discours même. Ne plus avoir de représentant de l'autorité à qui se reporter dans ce qui fait malaise, ne fait pas disparaître tout le champ des valeurs morales pouvant être portées par cet Être supérieur, mais les distribue au champ de l'Autre selon les lois du discours. Il n'y a de sujet que d'un dire, et c'est le « soi-disant sujet » qui doit assumer le fait que l'Autre n'a pas le pouvoir de combler ce manque (A barré). Chaque choix engage le sujet dans sa parole, c'est le principe même de la responsabilité qui engage le processus de subjectivation à produire à partir de l’investissement des restes de la jouissance première interdite. Il est pour l'Autre cet objet (a) cause du désir.

23On peut penser que la garantie du discours offerte par le père imaginaire à l'adolescent ne tient plus, quoi qu'il advienne de son pouvoir, de son savoir ou de son phallus. Quoi qu'il en ait été aussi dans son enfance... On peut supposer que cette perte de substance de la fonction paternelle constitue la condition générale de l'accession à la sexualité mature pour tout adolescent. Ce qui est surprenant, c'est que cette limite de la fonction symbolique ne précipite pas plus souvent ces « néo-sujets » dans une catastrophe psychotique ; néo-sujets, ou plutôt « soi-disant sujets » en défaut de subjectivation, accrochés au semblant qui soutient le « je » dans la structure.

24Si nous nous sommes parfois interrogés sur l'existence d'une psychose asymptomatique derrière certains passages à l'acte sans possibilité d'élaboration psychique, il nous apparaît que la plupart des problématiques rencontrées relèvent plus d'une « traversée du fantasme ». Cette traversée n'est pas, comme dans la cure psychanalytique, accompagnée par un Autre secourable pouvant régler la distance à l'objet (a) dans le transfert, mais agie dans le transfert sauvage à un Autre social, dont le « travail de la Kultur » ne permet plus ce réglage par la restriction des pulsions par le langage, tel que Freud l'entendait. On peut certainement prolonger dans ce sens la conjecture en examinant le rôle d'une société (qu'on l'appelle de consommation, de loisirs, ou autres...) pour laquelle l'entrée en jouissance des objets est supposée généralisable à l'ensemble sans exception (Lebrun, 2007). L'Autre social propose un idéal de complétude dont la dimension du manque est exclue. Comme ce manque fonde l'accession au langage, les sujets seraient privés de ce recours et sombreraient soit dans l'addiction, soit dans la détresse infantile (dépression), faute de pouvoir assumer la dimension de la perte exigée par la parole.

  • 38 Dans la tradition hébraïque la séparation entre les jouissances des dieux païens et le désir du Die (...)

25Quand ces adolescents accèdent à des formes de violences qu'ils ne reconnaissent pas comme telles, pouvons-nous attribuer cet aveuglement à la perte de contenance de la parole pouvant articuler le désir ? La temporalité du désir encadré par le signifiant maintient la réalisation du fantasme en suspens, temporise ses effets dévastateurs. Il suit l'échelle inversée du désir dans le pacte amoureux, venant pacifier l'émergence de la pulsion sexuelle face au constat du non-rapport (Lacan, 1963, p. 101)38.

26Notre expérience clinique nous incite au contraire à considérer que cette parole médiatisée, universalisée dans la communication globale du réseau Internet devient envahissante, portée à la hauteur d'une jouissance de l'Autre dans l'idéologie du « tout, tout de suite ». Cette exigence d'immédiateté démontre l'absence de désir de cet Autre totalitaire.

27Dans les religions monothéistes, la figure d'un Dieu aimant s'est imposée face à celles des dieux féroces. C'est par le rite du sacrifice symbolique que l'amour prend une valeur de loi universelle, déterminante dans les rapports humains. Il s'agit toujours d'un Père au nom duquel ces rapports sont rendus possibles, par l'acceptation de la cession d'une part de sa jouissance. Que ce soit en réalisant cette destruction de l'objet ou en se proposant comme victime expiatoire, c'est cette figure-là qui est bafouée, son imposture qui est dévoilée dans toute transgression, au-delà de celui qui est censé l'incarner.

3- Quelques remarques sur la dynamique du sujet pervers

28Dans le cas de Fiodor, plusieurs éléments caractéristiques de la perversion apparaissent au premier plan, éléments qui viennent d’être développés, entre autres le retrait paternel et l’emprise d’une mère qui autorise et justifie les actes de son fils.

29Nous voudrions à présent avancer plus spécialement sur deux questions, celle de la perversion comme type d’organisation et de structuration de la personnalité, et celle de la victimation et de l’inversion de culpabilité comme processus inhérents au fonctionnement pervers.

30La perversion est sans doute l’une des cliniques les plus difficiles à enserrer dans un cadre théorique sur lequel les auteurs soient en accord. De même, les prises en charge psychothérapiques des sujets pervers sont loin d’être évidentes et leur issue est souvent incertaine. On peut aussi ajouter que la catégorisation de la perversion n’est pas non plus très facile : quelles sont les frontières, ou les limites de la perversion, constitue-t-elle une structure psychique bien déterminée, ou alors forme-t-elle seulement des traits particuliers qui peuvent s’attacher à plusieurs types de personnalités, quel est le degré de conscience que le sujet pervers a de sa propre perversion ?

31Pour contribuer à élaborer des réponses à ces interrogations, nous pouvons considérer que, de manière générale, il y a trois registres de la perversion :

  • Un registre moral, qui implique la notion de trahison de l’amour par le désir, de la confiance par la ruse. La conception de la perversion s’effectue toujours, qu’on le veuille ou non, à travers une grille de lecture où le registre du jugement moral intervient peu ou prou. La « révolution freudienne » d’une perversion infantile nécessaire au développement (l’enfant « pervers polymorphe » des Trois essais sur la théorie sexuelle) n’a pas pour autant éradiqué le registre très moralisateur où les psychiatres comme Krafft-Ebing, sous couvert de théorie de la dégénérescence, situaient la perversion. L’actuel engouement des médias pour les crimes liés à la perversion dénote à chaque fois une condamnation d’abord morale des crimes en question. L’essentiel de cette question réside, peut-on penser, dans la notion de trahison. Le pervers est censé trahir l’amour ou la confiance mises en lui, qu’il s’agisse d’un escroc, d’un imposteur, d’un faux « ami de la famille », d’un parent incestueux, etc. Sandor Ferenczi ne dit pas autre chose, finalement, dans son article sur la confusion de langue entre l’adulte et l’enfant (Ferenczi, 1932, p. 125).

  • Un registre psychopathologique lié à la structure, où ce qui est en cause est le narcissisme, le fétichisme, le déni et le clivage. C’est cet aspect que nous développons plus particulièrement dans cet article. Disons ici simplement qu’il y a une pathologie perverse, ce qui sous-entend qu’il y a des perversions non pathologiques. Pour aller dans un sens freudien, nous proposons de distinguer la perversion comme modalité obligée de jouissance et la perversion comme traits de personnalité liés à la mise en œuvre de fantasmes « pervers ». Dans le premier cas, le sujet ne peut jouir sans déclencher son scénario pervers, il y est pour ainsi dire inévitablement attaché, il en est dépendant. Dans le second cas, il s’agit de la mise en jeu de scènes ou de fantasmes diversifiés qui alimentent la jouissance sans pour autant qu’elle y soit inféodée.

  • Un registre juridique où se mesure la transgression des tabous fondamentaux de l’inceste et du meurtre. La perversion aboutit parfois, pas toujours, faut-il le souligner, à des actes délictueux ou criminels. Le cas évoqué plus haut relève par exemple du judiciaire et fait l’objet d’une sanction. Le modèle de ces crimes et de ces sanctions, nous le voyons dans les antiques tabous de l’inceste et du meurtre, qui tous deux font l’objet d’une possible transgression et d’une sanction portant sur cette transgression. L’inceste et le meurtre, mis en scène dans le mythe d’Œdipe par exemple, sont des tabous sur lesquels la civilisation se fonde. Leur transgression remet en cause l’ordre social, le respect de l’autre et de soi-même, la vie en tant qu’elle est humaine.

32Certaines modalités de la perversion, comme celle que l’on appelle pédophilie et qu’il vaudrait mieux nommer pédoclastie (ou « bris » d’enfants), relèvent de ces trois registres à la fois. Il n’en va pas de même pour toutes les perversions. Quelques auteurs, comme Henri Ey, ont pu opposer les termes de perversité et de perversion (Ey, 1950). Dans l’optique ici développée, la perversité stricte relève du registre moral. Le deuxième registre concerne la structure qui, comme pour la névrose (« le négatif de la perversion » pour Freud), s’étend de la maladie jusqu’à la santé. Quant au troisième registre, il relève plus de la criminalité ou de la déstructuration sociale que de la pathologie à proprement parler. Le fait est, toutefois, que les perversions se situent la plupart du temps sur plusieurs de ces registres.

33Peut-être pourrait-on aussi penser que la notion de transgression, que l’on peut considérer comme ce qui régit le passage au champ de la perversion, est repérable sous les différentes formes de ce qui constitue l’interdit dans les trois registres cités plus haut :

  • interdit au plan moral (faute, péché, etc.)

  • interdit au plan de la loi (acte délictueux, crime, etc.)

  • interdit au plan de la structure (jouissance)

La perversion comme type de structuration psychique

34Qu’est-ce donc qui organise le fonctionnement pervers ?

35Le narcissisme, le fétichisme, le déni de la castration et le clivage du moi sont sans doute les traits caractéristiques, fondamentaux, de la structuration perverse. Plus précisément, on peut les concevoir comme suit.

36La perversion se construit tout d’abord sur des composantes fondamentales de la personnalité, à savoir celles que Freud relevait comme appartenant d’une part au narcissisme primaire, d’autre part à la perversion polymorphe de l’enfant (oralité, analité, phallicité) qui, dans le fantasme, sera organisée par les « tabous » fondateurs de l’inceste et du meurtre.

37Dans un second temps, trois caractéristiques de la perversion, sans lesquelles on ne peut pas parler de structuration perverse vont apparaître : il s’agit du déni de la castration, du fétichisme et du clivage du moi.

38Cette organisation perverse prendra enfin la forme d’une modalité particulière de perversion, à savoir le sadisme, le masochisme, le voyeurisme ou l’exhibitionnisme.

39Le tableau ci-dessous résume ce point de vue :

  • Fondements psychiques généraux :

    • Narcissisme
      Polymorphisme pervers orienté dans le fantasme par :

    • l’inceste (toujours maternel ?)

    • le meurtre (du père)

  • sur lesquels se greffent les bases de la structure perverse :

    • déni de la castration

    • fétichisme

    • clivage

  • Figures cliniques types de la perversion :

    • sadique : emprise, maîtrise, domination

    • masochiste : concrétisation littérale du « se faire objet », dépendance, soumission,

    • voyeur : recherche du phallus maternel, dissimulation, fascination du sujet par l’autre

    • exhibitionniste : monstration phallique, sidération de l’autre, irruption traumatique, viol

40De ce tableau, soulignons quelques éléments :

– le fétichisme

41Dans la perversion, la pathologie s’organise autour du fétichisme, si bien que le fétichiste peut sans doute être considéré comme la figure générique du pervers. Dans les « Remarques sur le rapport de Daniel Lagache », Lacan indique que « le fétiche dans la structure perverse [est la] condition absolue du désir » (Lacan, 1960, p. 682). Il ne peut pas y avoir de pervers non fétichiste, tout pervers est donc fétichiste parce que dans toute perversion il y a fétichisation des scenarii pervers. Le fétiche, comme substitut du phallus maternel, dont Freud faisait un des arguments principaux de la compréhension de la pathologie perverse, est à entendre ici comme l’un des éléments constitutifs de la perversion. Le fétiche, quel qu’il soit, est une partie « phallicisée » du corps de la mère, et ensuite de la femme, laquelle acquiert par là son caractère fascinant : chaussure, sous-vêtement, téton, pied, fesse, galbe de la jambe, chevelure, natte, forme du visage, etc. Le fétiche devient ainsi la marque de la spécificité de la mère (phallique), à laquelle toute partenaire ultérieure doit être ramenée.

42Le fétiche ainsi défini laisse cependant entendre quelque chose qui, cliniquement, n’est pas si clair. Il laisse penser en effet que la perversion est avant tout une affaire d’hommes et non une affaire de femmes. Ceci avait été en son temps étudié et critiqué, entre autres, par Piera Aulagnier (1967). Les formes que l’on pourrait dire féminines de la perversion, définies peut-être par une supposée sorte de passivité et de position victimaire, ne sont pas souvent citées ni mises en avant en tant que telles dans la clinique, alors que les formes masculines, hantées par la violence et le sexe, formes de l’agression active, le sont plus fréquemment. Il n’empêche. D’abord, la perversion est essentiellement le lien d’un acteur et d’une victime dont les genres sexués ne sont pas déterminés par avance, ensuite la perversion n’est pas attachée à une anatomie mais à une position psychique sexuée, enfin si l’on considère les quatre formes fondamentales de la perversion, sadisme et masochisme, voyeurisme et exhibitionnisme, on ne voit pas pourquoi ladite perversion ne concernerait que les hommes seulement.

43D’autre part, comme le souligne Lacan (1963, p. 774), le pervers se fait toujours objet pour l’Autre :

  • 39 Il s’agit du désir (d) qui impliquerait dans le cas de la perversion de se faire objet (a).

44(d → a ◊ $)39,

45il devient ainsi l’objet (a) de l’autre.

46Dans la structure perverse, la fonction symbolique donne son usage de fétiche à l’objet (a), pris comme objet du désir. On peut ramener cette idée au schéma suivant :

47Schéma dans lequel on retrouve la polarité du stade du miroir où, à l’endroit de « m » (le moi) et de « i(a) » (l’image de l’autre ou moi idéal), vont venir se superposer d’une part « $ » (le sujet barré) et le fétiche en tant qu’il idéalise l’image de l’autre en la faisant alors équivaloir au S (sujet non barré, mais aussi « sujet brut du plaisir » (Lacan, 1963, p. 775).

48Par exemple, Fiodor fétichise un certain usage de l’informatique qui lui procure l’illusion d’une toute-puissance et d’une impunité tout en constituant ce qu’il dit lui-même être une « compensation » pour avoir été laissé pour compte dans sa préadolescence. Dans l’objectif de cette compensation, il utilise deux voies possibles : celle de la perversion et celle de la sublimation (dans la musique). Des questions subsistent quant à la voie perverse, en particulier celle du choix des images pédoclastes, semble-t-il insoutenables aux dires de personnes les ayant visionnées. Sont-elles insoutenables seulement en raison de leur charge fantasmatique incestueuse ou mettent-elles clairement aussi en scène la destructivité, voire le meurtre comme tels ? C’est probable, au moins de manière tangentielle, car les enfants peuvent être très jeunes sur ces images. Le choix desdites images, même s’il peut être versé par Fiodor du côté d’un défi à la morale et à l’ordre social, reste néanmoins quand même bien son propre choix. Fiodor se fait objet « monstrueux » dans un réseau pédoclaste qui le reconnaît à sa juste « valeur », lui-même étant très jeune sans doute par rapport à beaucoup d’autres usagers de ce réseau. À la fois bourreau et victime, il récupère par ce biais la reconnaissance qu’il dit lui avoir manqué auparavant. Il est intéressant de noter que la pratique de la musique, fût-elle aussi pulsionnelle que le hard metal, est présentée par lui comme l’autre voie pour trouver cette reconnaissance.

– Le narcissisme

49Le narcissisme correspond à un processus psychique nécessaire au développement de la personnalité, conformément à l’idée d’une perversion polymorphe et d’une sexualité infantile. Les pathologies du narcissisme, confondues parfois à tort avec des perversions soi-disant narcissiques, relèvent plus précisément des « névroses narcissiques », selon la terminologie de Freud. Toute perversion possède en revanche des caractéristiques narcissiques. Ces caractéristiques, au plan phénoménologique, donnent souvent un tableau de survalorisation moïque, l’affichage d’une estime de soi très élevée et d’une confiance inébranlable dans la position que le sujet occupe.

  • 40 Logique du fantasme, séminaire 1966-1967, inédit, séance du 30 mai 1967.

50À l’instar du délire dans les psychoses, la mise en acte perverse, ou « effectuation » selon notre proposition, est une tentative de guérison, car elle vise essentiellement à créer une limite : limite de l’acte, limite de la loi, etc. qui n’existe pas du côté du clivage « inaliéné » au symbolique (celui où, comme le dit Lacan (1966-67), « tout le corps n’a pas été pris dans le processus d’aliénation »40).

51Dans le cas de Fiodor, on remarque en effet que le fait d’outrepasser une limite légale vient obliger à une séparation d’avec la mère, ce qui est à son tour porteur d’une autre limite, psychique cette fois.

4- La victimation et l’inversion de culpabilité comme processus inhérents au fonctionnement pervers

52Dans la perspective que nous développons ici, on peut considérer que la victimation diffère de la victimisation, en ce sens que la première porte l’accent sur les processus psychiques inhérents au sujet lui-même, alors que la seconde s’élargit à l’interaction sociale. Si nous considérons bien, dans la présente étude, la relation existant entre un acteur pervers et son partenaire, nous étudions néanmoins plutôt les effets psychiques subjectifs qui en résultent. Toutefois, il existe toujours dans la perversion une dimension relationnelle entre l’acteur pervers et sa victime : la perversion en effet implique toujours l’autre, ce qui signifie également qu’il n’y a pas de perversion solitaire, et de fait, lorsque l’autre est seulement imaginaire, on se situe alors du côté du fantasme, et donc spécifiquement dans le registre de la névrose.

53Le processus de victimation, que nous voyons à l’œuvre chez le sujet pervers, a son pendant dans la culpabilité qui s’impose, contre toute logique apparente, chez son partenaire. Victimation et inversion de culpabilité sont les deux aspects essentiels de la relation perverse que nous allons maintenant aborder.

– Victimation

54Le fantasme est forcément pervers, dans le sens où la perversion n’est pas inconnue du névrosé, justement en tant qu’elle reste du registre du fantasme. Mais l’une des différences entre le névrosé et le pervers est que ce dernier agit au lieu de fantasmer (c’est ce que nous appelons l’effectuation). Cependant, la perversion apparaît souvent, au moins en partie, comme inconsciente, car la perversion est souvent non reconnue en tant que perversion par le sujet lui-même. Tout pervers justifie en effet ses actes en tendant à les considérer comme normaux, en les normalisant par un discours explicatif destiné à lui-même encore plus qu’aux autres. Ce discours de la normalisation s’adresse à l’Autre. Dans la perversion, selon la perspective de Lacan, c’est la structure du fantasme ($ ◊ a) qui est inversée : d → a ◊ $. Le pervers se fait objet pour atteindre le sujet, mais par delà ce sujet barré, castré, victimisé, maîtrisé, ce qui est visé en fait est le surgissement d’un sujet non barré, non castré, complet et tout-puissant, qui restitue enfin une complétude qu’on ne peut éprouver que par le biais de la relation perverse au partenaire « fétichisé ».

55Pour Fiodor, on voit bien sans doute l’absence de fantasme et la volonté de banaliser l’acte, mais en même temps on peut se demander de qui il peut bien se faire objet. Serait-ce de ceux avec qui il échangeait les images en cause, comme nous l’avons suggéré plus haut, ou bien encore de sa propre mère, qui, par delà ses récriminations se trouve confrontée à son propre fantasme inconscient ?

56La perversion suppose toujours un lien à un partenaire qui peut être reconnu comme la victime, consentante ou non, d’un processus relationnel dans lequel elle est entraînée. Mais lors de ce processus les rôles sont – au moins à certains moments – complètement inversés : l’acteur et la victime échangent malgré eux leur rôle. Fiodor, en l’occurrence, se présente comme une victime plus que comme un acteur conscient du caractère illicite et dangereux de ses actes, et s’il reconnaît tout de même les faits, il en minimise la portée réelle et justifie ses actes en incriminant un environnement, et surtout un père qui, tout en n’étant pas à la hauteur, est néanmoins présenté comme un jouisseur impénitent.

57La victimation est d’abord le fait du sujet pervers lui-même. C’est lui qui devient victime de sa victime, dans un échange des rôles en miroir qui porte la marque, malgré les apparences, d’un processus psychique non volontaire. Du fait de ce lien structurel entre le sujet pervers et sa victime, cette dernière est toujours partie prenante de l’acte. En effet, le sujet pervers se présente d’abord inévitablement sous le jour d’un séducteur, qui fait espérer à son partenaire une relation idéale. C’est en ce sens qu’il se fait pour l’autre un objet (a) imaginaire, objet lumineux du désir, avant d’apparaître sous le sombre aspect de l’objet réel d’une jouissance terrifiante. Il faut donc que pendant un temps la victime soit consentante, actrice de ce qui se passe. Il en résulte évidemment une culpabilité qui s’avère parfois aussi délétère que l’acte subi. Le véritable « poison » de la perversion réside en effet dans cette culpabilité qui envahit la victime et la terrasse en la transformant en actrice d’une scène où le bourreau serait lui-même la véritable victime. Le processus de victimation emprunte toujours dans la perversion le biais de la tromperie, même si celle-ci n’est pas toute consciente, si elle ne résulte pas entièrement d’une volonté de tromper. Pensons ici à ce que l’on a appelé le « syndrome de Stockholm » où ce sont les otages eux-mêmes qui prennent la défense de leurs ravisseurs.

– L’inversion de culpabilité

58L’inversion de culpabilité constitue le deuxième aspect typique du processus pervers. Lorsqu’on se demande si les pervers ne ressentent pas de culpabilité en commettant leurs actes, on se trompe de question, et plutôt que de chercher la culpabilité là où tout névrosé la place, il vaudrait mieux se dire qu’elle se trouve, en quelque sorte, mise en circulation dans la relation perverse. Car oui, il y a bien de la culpabilité dans la perversion, mais chez la victime et non chez le sujet pervers puisque les rôles, comme nous l’avons vu, sont inversés eux aussi. Le processus de victimation du sujet pervers déplace la culpabilité de celui-ci sur son partenaire. Bourreau et victime ont échangé leur rôle.

59Les personnages centraux de La Vénus à la fourrure » de Sacher-Masoch fournissent une bonne illustration de cet état de fait. Séverin Kusiemski convainc Wanda de Dunajev de devenir sa maîtresse et, surtout, qu’elle consente à l’asservir : elle finit par accepter et lui dit : « Je veux que vous soyez mon esclave, je vais faire de vous mon jouet » (Sacher-Masoch, 1870, p. 147), ce par quoi il éprouve le plus grand plaisir. Mais ce plaisir, éprouvé tout un temps, se transforme à la fin en jouissance effroyable lorsque Wanda exige de Séverin qu’il favorise une relation entre elle et Alexis Papadopolis, un beau Grec qui l’a remarquée dans la rue. « L’homme est beau, […] il est si beau […] qu’il m’a coupé le souffle » (p. 224). Elle ajoute : « Tu imaginais, dit-elle en éclatant de rire, que cet homme était mon amant, qu’il te fouettait et que c’était pour toi un délice que d’être fouetté par lui » (p. 224). Lorsque Séverin se rend compte de l’effet produit par Alexis sur Wanda, il prend peur et la presse de demeurer auprès de lui. « Mon Dieu, n’es-tu pas une femme faite de chair et de sang, n’as-tu pas un cœur comme moi ? […] Tu le sais bien, répondit-elle méchamment, je suis une femme de pierre, la Vénus à la fourrure, ton idéal. Agenouille-toi et adore-moi » (p. 231). Wanda s’éloigne alors de Séverin et celui-ci laisse éclater sa jalousie : « Je te tue si tu deviens sa femme. […] Voilà comme tu me plais, dit-elle calmement » (p. 237). Wanda lui avoue alors qu’elle l’aime, lui Séverin, et qu’il lui était très difficile de tenir son contrat, de le fouetter comme il l’exigeait, de faire de lui son esclave. Elle lui propose alors de l’épouser et lui déclare n’avoir jamais aimé ce barbare d’Alexis. Séverin est éperdu d’amour. Un soir, elle séduit Séverin et lui propose de le fouetter encore une fois pour stimuler son amour pour elle. Elle l’attache solidement et lui déclare : « C’est toi qui m’as inoculé l’égoïsme, l’orgueil et la cruauté et c’est toi qui en seras la première victime » (p. 241). Elle fait alors entrer le rival de Séverin, le beau Grec, qui le fouette impitoyablement avant de l’abandonner et de partir loin de lui avec Wanda. Séverin recevra plus tard une lettre de Wanda lui disant qu’elle espère que sa cravache l’a guéri et « que la cure, pour cruelle qu’elle fût, a été radicale » (p. 247).

  • 41 Le texte de La Vénus à la fourrure, et sa traduction par Aude Willm, ne facilitent pas la distincti (...)

60La question de la culpabilité circule ici entre les protagonistes, sans jamais être vraiment avouée clairement. Wanda dit à Séverin qu’elle n’aime pas ce qu’il lui propose, et pourtant elle parvient à aller bien au-delà de la limite imaginaire que Séverin s’était fixée. Alexis, le beau Grec, hésite avant de fouetter Séverin et ne sait s’il y est ou non autorisé par la situation. Il le fera néanmoins radicalement. Séverin lui-même, qui se propose par contrat comme un objet pour Wanda, éprouve à la fin, après qu’elle l’a abandonné, le besoin de se punir, de vivre à la dure, dans les dangers et la privation, bref ce que l’on éprouve lorsqu’un sentiment de culpabilité nous envahit. De quelle culpabilité s’agit-il en l’occurrence, sinon au moins celle d’avoir été « un âne », comme il le dit lui-même (p. 247) ? Au début de leur relation, c’est Wanda qui éprouve de la culpabilité à satisfaire les désirs de Séverin et elle ne parvient à surmonter celle-ci qu’en projetant une sortie de scène qui préserve une morale tout en mettant en jeu une jouissance effrénée. Cette jouissance – Wanda se dit « avide de jouissance » (p. 242) –, source de culpabilité, se dissimule derrière le plaisir revendiqué par Séverin41 et s’inverse à la fin en morale dure et lucide : Séverin est malade et doit guérir, même au prix des plus grandes souffrances.

61Le positionnement des protagonistes de ce roman illustre donc clairement deux aspects importants de la relation perverse :

  • Tout d’abord, comme nous l’avons déjà noté, le fait que le pervers se fait objet pour l’autre. Séverin se propose en effet, dans les contrats qu’il signe, avec Fanny Pistor ou Wanda, d’être leur esclave, de satisfaire à tous leurs désirs, de renoncer à son moi. Il est en cela le modèle du positionnement de tout sujet pervers, même si celui-ci ne se présente pas comme masochiste. Car être objet entraîne l’idée de se faire objet de jouissance, et pas seulement objet de désir ou objet de plaisir, ce qui est différent. Être objet de la jouissance d’un autre, en tant que cette jouissance est interdite, relève en effet du surgissement de quelque chose qui entraîne pour la victime du sujet pervers la révélation de ce qui est, dans le fantasme, posé comme irréalisable, inconcevable. C’est pourquoi les victimes de pervers se sentent si désemparées une fois l’acte accompli, puisque elles s’y sont laissé prendre et qu’en même temps elles peinent à réaliser ce qui s’est passé.

    • 42 Voir par exemple Lacan J. (1955). Variantes de la cure type, in Ecrits. Paris : Seuil, 1966, p. 360

    Ensuite, l’inversion de la culpabilité. Dans la relation perverse, c’est la victime qui se sent coupable et le bourreau qui se dit victime. Les places de sujet et d’objet sont elles aussi inversées. La culpabilité ressentie par la victime s’explique en partie par la réalisation brutale et inattendue d’une jouissance : un fantasme inconscient accède brusquement à la réalité et donc à la conscience sans avoir été adapté pour cela par le sujet lui-même. C’est donc l’équivalent d’un trauma, et c’est la raison pour laquelle les victimes d’agressions sexuelles sont très souvent si durement éprouvées par leur expérience. On est coupable d’avoir éprouvé une jouissance structuralement interdite. D’autre part, le sujet pervers se place en position de maîtrise et joue en cela un rôle surmoïque sur sa victime. Nous avons évoqué plus haut le syndrome de Stockholm qui illustre cet état de choses. Or, le surmoi exerce sur le moi un pouvoir de culpabilisation, qui fait dire à Lacan qu’il se présente comme une figure obscène et féroce42. Freud écrivait ceci dans Le problème économique du masochisme : « Le sadisme du surmoi et le masochisme du moi se complètent l’un l’autre et s’unissent pour provoquer les mêmes conséquences. […] C’est seulement ainsi qu’on peut comprendre que de la répression pulsionnelle résulte – fréquemment ou tout à fait généralement – un sentiment de culpabilité, et que la conscience est d’autant plus sévère et sensible que la personne s’abstient de l’agression contre d’autres » (Freud, 1924, p. 22). Le masochisme moral, qui apparaît à l’opposé du masochisme sexuel tel que nous venons d’en parler, est pourtant bien une resexualisation de la morale, puisque cette dernière, après avoir été le résultat de la désexualisation post-œdipienne, est maintenant resexualisée par le biais du masochisme.

5- Tableau de la dynamique perverse et exemple

62Nous proposons de considérer un tableau rendant compte de la « dynamique » de la perversion, conçu à partir des quatre discours de Lacan (1969-70), qui indique comment, depuis une position subjective socialement identifiée, familière en quelque sorte, on en arrive, dans la relation perverse à un aboutissement à la fois inattendu mais prévisible, qui fait que l’on peut toujours se dire : « c’est ma faute, j’aurais dû et j’aurais pu éviter tout cela ». Les propositions faites dans ce tableau ne visent pas à inventer d’autres discours que ceux qui sont d’ores et déjà déterminés par Lacan lui-même, mais elles montrent comment, à partir de ces discours, il est possible d’en modifier l’effet attendu. Les discours « pervertis » du sadique, du masochiste, du voyeur et de l’exhibitionniste, ne font pas lien social en eux-mêmes, ils ne constituent pas des discours séparés, qui s’ajouteraient à ceux qui existent déjà : ils n’en sont que des distorsions par inversion de ce qui y est révélé et de ce qui y est attendu. Ils produisent au départ l’illusion d’un lien social connu, rassurant ou désiré, source de plaisir, et se découvrent à la fin à l’opposé de ce que l’on croyait, angoissant, redouté, non plus plaisir maîtrisé mais jouissance mortifère. (Voir tableau ci-dessous).

Les quatre discours « pervertis »

Les quatre discours « pervertis »

63Nous n’avons pas l’intention, ici, de développer toutes les dimensions impliquées par ce tableau, mais nous en présenterons seulement quelques-unes, pour lesquelles nous donnons certaines clés de compréhension.

64Chaque discours est représentatif d’un type de lien social. Dans la théorie de Lacan, l’ensemble des liens sociaux est repérable à travers quatre, et seulement quatre, formes discursives : discours du Maître, de l’Hystérique, de l’Universitaire et de l’Analyste. Nous proposons ici de considérer le premier étage de chaque discours et aussi le second étage. Dans la relation perverse, le premier étage est conforme à ce qui est attendu ; c’est le second étage qui est inversé. Cela ne constitue pas un nouveau discours mais représente une tromperie par rapport au discours attendu. Cette tromperie réalise une forme de la perversion, qui est repérée comme telle : sadisme, masochisme, voyeurisme, exhibitionnisme.

65Chaque discours est constitué ainsi :

66$ est le sujet, S1 le signifiant-maître, S2 le savoir et (a) le plus-de-jouir.

67Ces schémas indiquent la relation d’illusion, ou plutôt d’imposture, qu’est la relation perverse. Là où, dans l’échange social, le partenaire s’attend à trouver tel ou tel élément, c’est autre chose qui surgit à la place. Autre chose, mais pas n’importe quoi, car ce qui apparaît relève de ce qui constitue ce partenaire en victime lors d’une désillusion brutale.

68Le « discours » du sadique est une distorsion du discours du Maître, où ce qui est produit est un « plus-de-sujet » au bénéfice d’un agent qui se fait objet (ici objet (a) en position de vérité).

69Le « discours » du masochiste se constitue par distorsion du discours de l’Hystérique. L’agent en est le sujet barré, ici celui qui possède le savoir sur la jouissance et qui dicte, par contrat à son partenaire la meilleure manière de produire cette jouissance (objet (a) en tant que plus-de-jouir), production qui vient confirmer ce savoir sur la jouissance (S2).

70Le « discours » du voyeur est le résultat de la distorsion du discours de l’Universitaire. L’agent en est le savoir, savoir regarder l’objet par exemple. Ce qui est produit est le signifiant-maître (S1), ici le phallus dont l’objet observé est doté. Cette production renforce, en une spirale sans fin, la faille du sujet qui sera de plus en plus « accroché » à cette recherche de l’objet à voir.

71Enfin, le « discours » de l’exhibitionniste est trouvé par la distorsion du discours de l’Analyste, où l’agent est l’objet (a), ce qui est censé manquer à l’autre et qui est alors exhibé dans le but de produire un savoir sur le phallus (S1).

Un exemple

72Par exemple dans le discours du Maître, le S1 (ici le maître) s’adresse à l’esclave (S2) afin que celui-ci produise par son travail un plus-de-jouir (a) qui apporte au Maître l’illusion de « réparer » la faiblesse fondamentale qui le fonde ($, la castration). Ceci s’inspire de la dialectique du maître et de l’esclave que présente Hegel (1806-1807, T. 1, p. 161-166) dans sa Phénoménologie de l’esprit. Dans notre schéma des discours « pervertis », nous proposons d’inverser les termes de l’étage inférieur, à savoir $ et (a).

73Cela donne le « discours » du sadique qui n’est autre qu’une distorsion du discours du Maître.

  • 43 Lacan l’appelle le « plus-de-jouir ».

74Allons un peu plus loin et pour cela observons une manière de faire fonctionner ces discours. Dans le discours du Maître, ce dernier (S1) s’adresse à un autre en position de dominé. Il peut s’agir tout simplement, par exemple, de la relation entre un patron et ses employés. L’autre, dans le discours du maître, est S2. Ce que demande donc le patron à ses employés (S2) est de produire jour après jour par leur travail un « plus »43 (a) qui serve ses intérêts de patron, intérêts qui ne seront bien évidemment jamais comblés en totalité ($).

Discours du maître

Discours du maître

75En principe, dans la relation qui s’engage, c’est en tant qu’agent que S2 répond au maître. Si tel est le cas, alors la réponse s’effectue selon le discours de l’universitaire, où S2 est bien en effet en position d’agent. S2 dans ce cas, pour suivre le fil de notre exemple, est l’employé qui possède le savoir-faire de son métier. Son « autre », en quelque sorte, est donc la tâche ((a)) à laquelle il s’attelle et par laquelle il produira ce que son patron ne peut accomplir lui-même ($), ce qui le conforte dans une spécificité et une compétence qui le rendent indispensable (S1).

Discours de l’universitaire

Discours de l’universitaire

76Nous proposons d’imaginer maintenant que les intentions de ce patron ne correspondent pas à ce qu’elles devraient être mais que son objectif principal, loin d’être la production d’un objet issu du travail bien fait par ses employés, consiste surtout à les exploiter de manière sadique pour, simplement, en jouir (sexuellement par exemple). Ce qui se met en place n’est donc pas conforme à ce qui est en principe attendu. Nous le représentons ainsi, par inversion de l’étage inférieur du discours du maître.

« Discours » du sadique

« Discours » du sadique

77Nous constatons dans ce « discours » du sadique que ce qui est produit n’est plus le (a), comme dans le discours du Maître, mais le $, comme dans le discours de l’Universitaire. En d’autres termes, ce qui aurait dû être normalement produit par les employés (un travail ouvert, en développement par exemple), s’avère être en fait produit, sous une forme inattendue, par le patron lui-même. Cela peut consister en du harcèlement ou une série d’humiliations touchant au travail supposé mal fait, à des reproches d’incompétences, etc.

78La tromperie procède ici d’une collision et d’une contamination des discours, ayant pour conséquence la transgression d’un discours à l’autre. Le patron sadique dont il est question demande en fait à ses employés qu’ils produisent leur propre humiliation ($) afin de renforcer sa volonté de jouissance ((a)) et sa position de pouvoir phallique (S1).

6- Conclusion

79On peut remarquer que dans la vie quotidienne ces situations sont finalement assez fréquentes et mettent toujours en jeu la participation involontaire des victimes, qui se sentent inévitablement impliquées dans ce qui leur arrive. Elles sont en effet concernées dans leur désir inconscient car elles deviennent malgré elles l’élément d’un ensemble fantasmatique qui leur appartient aussi, tant il est fondamental et surtout typique (scène originaire, séduction, castration, etc.). Il y a en effet une jonction qui s’effectue entre le sujet pervers et sa victime au plan du fantasme inconscient. Là où le sujet pervers agit au lieu de fantasmer, sa victime est touchée précisément à l’endroit du fantasme inconscient que, de son côté, elle ne veut pas agir. On peut donc dire que le sujet pervers réalise à proprement parler le fantasme inconscient de sa victime et qu’il fait surgir pour elle ce qui, à la fois, la fascine et lui fait horreur. Il concrétise ce que sa victime refuse, lui impose non pas sa propre jouissance mais bien sa jouissance à elle, en tant qu’elle est interdite. C’est en ce sens que le pervers se fait objet (a) de l’autre et qu’il se révèle si dangereux pour ses victimes : il déchire brusquement le voile de l’inconscient et les confronte à ce qu’elles redoutent le plus, à ce qui vient, non pas de lui, mais d’elles-mêmes.

80Cela engendre inévitablement une culpabilité qui vient renforcer la relation pathogène établie et la « verrouille » inexorablement dès lors que la victime ne parvient pas à identifier dans ce qui lui arrive la marque de son propre désir en tant qu’il est inconscient. C’est d’ailleurs précisément là que l’inversion de culpabilité caractéristique de la perversion prend sa source. La victime du sujet pervers ne devient telle que dans l’échange de statut entre le souhait conscient et le désir inconscient, dans la confusion entre la volonté du pervers et le désir de la victime elle-même. Si le fantasme apporte à la pulsion, et donc au désir inconscient, un certain type de satisfaction substitutive, on peut dire que parallèlement la fantaisie consciente, le rêve éveillé, tendent à satisfaire partiellement le souhait conscient. L’acteur pervers se glisse dans le moule de la fantaisie de son partenaire, dont il vient épouser les contours imaginatifs les plus séduisants. Mais ce n’est pas cet imaginaire qui se réalise, car par le biais de la volonté de l’acteur pervers qui se fait objet de son partenaire, c’est le fantasme inconscient de celui-ci qui est amené sur la scène de la réalité et entraîne donc avec lui la brutale prise de conscience du désir qu’il est censé satisfaire. Cette collusion entre souhait attendu et désir redoutable entraîne une culpabilité radicale et imprévisible. Ainsi, la relation perverse déclenche toujours chez la victime un processus de culpabilisation dans lequel le sujet s’emprisonne. Il se sent coupable d’avoir cédé, de s’être fait berné, d’avoir été attiré au début, etc., coupable d’avoir accepté l’offre du partenaire pervers, mais surtout son propre désir inconscient. C’est certainement en réaction à ce piège de la culpabilité, auquel correspond la victimation du sujet pervers, que se développe aujourd’hui le recours au judiciaire, qui est censé remettre les choses sur leurs pieds, officialiser en quelque sorte le statut de victime de la « vraie » victime, affirmer que l’on est bien victime d’un autre et non pas de soi-même.

  • 44 Freud S. Leçons d’introduction à la psychanalyse (1915-1917), in Œuvres complètes t. XIV, Paris, PU (...)

81Par ailleurs, les auteurs parlent souvent de « fantasmes » pervers alors que nous avons tenté de montrer ici que la perversion se caractérise justement, à l’endroit où le sujet est pervers, d’un défaut de fantasme. Le fantasme joue un rôle important dans la névrose car il apporte à moindres frais une satisfaction toute relative. Dans la perversion, un tel substitut de satisfaction, qui prend pleinement en compte les limitations à la jouissance qu’impose la soumission du sujet à l’ordre de la réalité et de la castration, n’est pas supportable. Comme nous l’avons vu, le sujet pervers, même s’il accepte la castration dans toute une part de son existence, la dénie pour une autre part, réservée à sa perversion si l’on peut dire. Dans la perversion, le fantasme se détruit lui-même en tant que fantasme dans la mesure où il est effectué, qu’il passe dans la réalité effective. Le fantasme passe du plan de l’imagination à celui de la réalité. Mais quels sont alors ces fantasmes effectués, ont-ils des caractéristiques spécifiques à la perversion ? Notre constat clinique le plus général est que les mises en acte concernent les fondements mêmes du fantasme, ce à partir de quoi s’élabore la série diversifiée des fantasmes individuels, autrement dit ce que l’on peut appeler les fantasmes fondamentaux, qui touchent le rapport essentiel, structural, du sujet avec son objet. Nous posons l’équivalence de ces fantasmes fondamentaux et de ce que Freud appelait « fantasmes originaires », Urphantasien44, pour en déduire certaines mises en forme de constellation cliniques précises que nous ne ferons qu’évoquer ici à titre d’hypothèse.

82Lorsque l’objet est le sein, le fantasme correspondant est ce qu’on peut appeler, dans la ligne d’un Ferenczi, « retour au sein maternel ». Ce fantasme se développe dans la figure perverse du masochiste qui fait de son partenaire un dieu ou une déesse phallique, comme l’illustre Sacher-Masoch. Lorsque l’objet est constitué par les fèces, le fantasme correspond à la castration et l’on peut penser que cela est supporté par la figure du sadique qui « castre » ses victimes pour s’ériger lui-même en position de toute-puissance phallique. Lorsque l’objet est la voix, le fantasme est celui de la séduction, et la figure perverse typique pourrait être celle de l’exhibitionniste qui, dans son jeu de scène, expose à sa victime l’organe « transfiguré » qui est censé la captiver de son charme sidérant. Enfin lorsque l’objet est le regard, le fantasme est celui de la scène primitive et la figure perverse celle du voyeur, qui érige l’objet capté par son regard à la place de l’image fascinante de l’autre spéculaire.

  • 45 Lacan J. séminaire XII Problèmes cruciaux pour la psychanalyse (séance du 24 mars 1965) Inédit.

83À propos des fantasmes originaires, Lacan émet une idée qui fait écho à notre hypothèse : « ce que je verrais d'essentiel dans le fantasme dit fondamental, dans l'Urphantasie, c'est que, selon moi du moins, il débouche nécessairement sur un mythe »45. Mythe d’Œdipe, de Narcisse, de Méduse, de la horde primitive tel que Freud la reconstruit, mythe odysséen des Sirènes, mythe de la Terre-mère à laquelle on retourne, de la dévoration de ses enfants par Chronos, etc. Peut-être est-ce dans cette caractéristique que nous pourrons trouver le chemin à suivre pour explorer plus avant les figures de la perversion. Le sadique, le masochiste, le voyeur et l’exhibitionniste, par delà la réalité crue et douloureuse de leurs actes, trouvent le ressort de leur fascination dans les mythes dont ils se supportent et qui, peut-être les engendrent, comme le fait aussi « le sommeil de la raison » que Goya imageait en 1797.

Bibliographie

Aulagnier-Spairani P. (1966). Remarques sur la féminité et ses avatars, in Le désir et la perversion. Paris : Seuil, 1967.

Ey H. (1950). Perversité et perversions, in Études psychiatriques : aspects séméiologiques, Paris : Desclée de Brouwer.

Ferenczi S. (1932). La confusion de langue entre l’adulte et l’enfant. Le langage de la tendresse et de la passion, in Œuvres complètes T. IV., Paris : Payot, 1982.

Freud S. (1905). Trois essais sur la théorie sexuelle, in Œuvres complètes, tome VI. Paris : PUF, 2006.

Freud S. (1915-1917). Leçons d’introduction à la psychanalyse, in Œuvres complètes t. XIV. Paris : PUF, 2000.

Freud S. (1924). Le problème économique du masochisme, in Œuvres complètes, t. XVIII. Paris : PUF, 1992.

Freud S. (1932). La Féminité in Nouvelles conférences sur la psychanalyse. Paris : Gallimard, 1971.

Hegel GWF. (1806-1807). La phénoménologie de l’esprit. Paris : Aubier Montaigne.

Lacan J. (1955). Variantes de la cure type, in Écrits. Paris : Seuil, 1966.

Lacan J. (1960). Remarques sur le rapport de Daniel Lagache, in Écrits. Paris : Seuil, 1966.

Lacan J. (1963). Introduction aux Noms-du-Père, in Des Noms du Père. Paris : Seuil, 2005.

Lacan J. (1965). Séminaire XII, Problèmes cruciaux pour la psychanalyse. Inédit.

Lacan J. (1963). Kant avec Sade, in Écrits. Paris : Seuil, 1966.

Lacan J. (1966-1967). Séminaire XIV, Logique du fantasme. Inédit.

Lacan J. (1969-1970). Séminaire XVII, L’envers de la psychanalyse. Paris : Seuil, 1991.

Lebrun J.P. (2007). La perversion ordinaire. Vivre ensemble sans autrui. Paris : Denoël.

Sacher-Masoch L. (1870). La Vénus à la fourrure, in Deleuze G. Présentation de Sacher-Masoch. Paris : Éditions de Minuit, 1967.

Notes

36 Freud S. (1932). La Féminité, in Nouvelles conférences sur la psychanalyse. Paris : Gallimard, 1971, p. 75 : « la mère peut reporter sur son fils tout l'orgueil qu'il ne lui a pas été permis d'avoir d'elle-même et elle en attend la satisfaction de ce qu'exige encore le complexe de virilité. Le bonheur conjugal reste mal assuré tant que la femme n'a pas réussi à faire de son époux son enfant, tant qu'elle ne se comporte pas maternellement avec lui ».

37 Lacan J. Introduction aux Noms-du-Père (1963), in Des Noms du Père, Paris, Seuil, 2005, p. 89.

38 Dans la tradition hébraïque la séparation entre les jouissances des dieux païens et le désir du Dieu des Juifs est affirmé par le tranchant du sacrifice qui est suspendu dans celui d'Abraham. Le signe de cette alliance, c'est la circoncision, cet objet (a) retranché du corps.

39 Il s’agit du désir (d) qui impliquerait dans le cas de la perversion de se faire objet (a).

40 Logique du fantasme, séminaire 1966-1967, inédit, séance du 30 mai 1967.

41 Le texte de La Vénus à la fourrure, et sa traduction par Aude Willm, ne facilitent pas la distinction entre jouissance et plaisir, telle que Lacan la propose dans L’éthique de la psychanalyse, où il déclare que le principe de plaisir fait limite à la jouissance. La langue allemande elle-même ne possède pas de terme pour exprimer ce que le français, et les langues latines, entendent par « jouissance ». Voir le texte de Sacher-Masoch p. 242.

42 Voir par exemple Lacan J. (1955). Variantes de la cure type, in Ecrits. Paris : Seuil, 1966, p. 360.

43 Lacan l’appelle le « plus-de-jouir ».

44 Freud S. Leçons d’introduction à la psychanalyse (1915-1917), in Œuvres complètes t. XIV, Paris, PUF, 2000, p. 384-385.

45 Lacan J. séminaire XII Problèmes cruciaux pour la psychanalyse (séance du 24 mars 1965) Inédit.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14033/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Les quatre discours « pervertis »
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14033/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14033/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Discours du maître
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14033/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Discours de l’universitaire
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14033/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre « Discours » du sadique
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/14033/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 5,6k

Auteurs

Dr, HDR, Psychologue, psychanalyste, Professeur de psychopathologie LUNAM Université ; Université catholique de l’Ouest UCO ; PPI (Laboratoire de psychologie de l’université d’Angers, Equipe d’accueil 2646) ; 3 place A Leroy, BP 10808, 49008 Angers Cedex 01 France. Téléphone : 33 (0)2 41 81 66 19. patrick.martin@uco.fr.

Dr, HDR, Psychanalyste d'adolescents, Professeur émérite de psychologie clinique et psychopathologie, Institut de psychologie et sociologie appliquées (IPSA), Université catholique de l’Ouest (UCO), 3 place André Leroy, BP 10808, 49008 Angers Cedex 01 France. Téléphone : 33 (0)2 41 81 66 19. Directeur du Laboratoire CERIPSA (Centre de recherche de l’IPSA). claude.savinaud@uco.fr

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search